Bienvenue !

Site d'information sur la divulgation
L’enjeu de l’Ufologie, c'est:
– une refonte du discours officiel sur ce qu’est la réalité,
– l’ouverture de la rationalité,
– la conquête des divers niveaux de réalité révélés par la transdisciplinarité.


Maintenant, c’est le temps des Révélations .

 


04 juillet 2021

 

INVASION ALIENS Un pilote de chasse américain, témoin d’OVNIs de type tic-tac,
affirme que ces engins ont désactivé ses armes
dans un « acte de guerre ».

 

Patrick Knox, 01 Juillet 2021

Source

 


Un pilote de l’US Navy dont l’avion a filmé la célèbre séquence d’OVNI « tic-tac » a révélé
comment son système d’armement a été désactivé pendant la rencontre étrange.

Dix-sept ans après, le capitaine de corvette Chad Underwood a déclaré que lorsqu’il a essayé de suivre la « cible d’intérêt », il a commencé à voir des « lignes stroboscopiques » sur son radar de cockpit.

Les ovnis sont passés du statut de théorie du complot marginale à celui de véritable débat sur la sécurité nationale, les États-Unis ayant admis la semaine dernière l’existence de centaines de rencontres mystérieuses dans le ciel.

Le Pentagone a confirmé que la vidéo du « tic-tac » en vol de M. Underwood, enregistrée en 2004 par son F/A-18 Super Hornet, était authentique.

L’incident s’est déroulé lors d’un exercice du groupe de transporteurs USS Nimitz au large des côtes du Mexique.

L’équipage du croiseur à missiles guidés de la classe Ticonderoga, l’USS Princeton, avait passé les deux dernières semaines à repérer de mystérieux avions à l’aide d’un radar passif avancé AN/SPY-1B.

USS Princeton

 

Au cours d’un entretien avec le cinéaste Jeremy Corbell, M. Underwood a révélé comment son système d’armement a été soudainement paralysé après avoir tenté de suivre l’objet « tic-tac » qui se déplaçait à des vitesses incroyables.

Il a dit :

"Une fois que j'ai eu la cible d'intérêt sur mon radar, j'ai verrouillé et c'est là que toutes les choses un peu funky ont commencé à se produire.
La nature erratique du tic-tac. La vitesse de l'air était très révélatrice pour moi.
Puis on a commencé à voir ce qu'on appelle des lignes stroboscopiques de brouillage.
Les lignes stroboscopiques sont des lignes verticales qui apparaissent sur votre radar et qui indiquent que vous êtes bloqué."

L’interview extraordinaire de M. Corbell avec M. Underwood détaillant la rencontre OVNI « acte de guerre » sera publiée dans son intégralité à une date ultérieure.

Selon une enquête officielle, des pilotes d’avions de guerre français ont également signalé que leurs systèmes d’armement ont été désactivés lors de rencontres avec des ovnis.

Après la publication de ce rapport choc la semaine dernière, il semble que le ministère américain de la défense (DoD) se prépare à mettre en place une nouvelle unité dédiée à ces phénomènes étranges, à l’instar des agences secrètes de la série télévisée à succès X-Files et de la série cinématographique Men in Black.

Les responsables du Ministère de la Défense ont publié vendredi un mémo dans lequel ils déclarent vouloir « formaliser » les enquêtes sur les OVNI, souvent appelés « phénomènes aériens non identifiés » (PAN).

Les UAP sont actuellement la principale préoccupation de la Task Force UAP (UAPTF), un organisme créé après la fuite d’une série de vidéos étonnantes montrant des rencontres étranges entre ces phénomènes et des avions de guerre américains.

Dans un mémo publié par le Ministère de la Défense, un plan en trois points a été élaboré pour rassembler les enquêtes américaines et tenter de déterminer ce que pourraient être ces objets mystérieux qui défient toute compréhension normale.

Le premier point indique que le DoD veut « synchroniser la collecte, le rapport et l’analyse » des UAP et « sécuriser » les champs d’essai et d’entraînement militaires.

Ensuite, il déclare vouloir réserver des ressources et du personnel pour poursuivre l’enquête, ce qui semble confirmer la création d’un bureau officiel.

Enfin, il déclare qu’il doit y avoir une « coordination » entre toutes les branches de l’armée américaine et les services de renseignement sur cette question.


Le secrétaire de presse du Pentagone, John Kirby, a confirmé que l’armée américaine allait s’intéresser de plus près aux ovnis après la publication d’un rapport détaillant des centaines de rencontres.

Que se passe-t-il avec les O.V.N.I. aux États-Unis ?

Les O.V.N.I. sont passés du stade de théories conspirationnistes marginales à celui d'un véritable débat sur la sécurité nationale aux États-Unis.

L'année dernière, des responsables du Pentagone ont pris la décision sans précédent de confirmer un trio de vidéos remarquables montrant des rencontres américaines avec des ovnis.

Le débat reste ouvert quant à la nature des phénomènes filmés, mais il est clair pour tout le monde qu'il y a quelque chose dans le ciel.

La vidéo la plus frappante est peut-être celle connue sous le nom de "Tic-Tac", qui montre un objet non identifié poursuivi par des avions de chasse.

Les États-Unis ont également confirmé l'existence du programme d'identification des menaces aérospatiales avancées (AATIP) - un programme du Pentagone mis en place pour étudier les ovnis avant d'être dissous en 2017.

Il a toutefois été remplacé par le groupe de travail UAPTF en juin 2020 après un vote de la commission du renseignement du Sénat américain.

Les chefs de la Défense ont depuis confirmé un certain nombre de fuites de vidéos et de photos d'ovnis qui ont été soumises au groupe de travail UAPTF pour enquête.

Pourquoi cette soudaine ruée vers la transparence ?

Personne, en dehors des coulisses secrètes du gouvernement américain, n'en a la certitude.

En guise d'addendum à un projet de loi de 5 500 pages sur les conséquences financières de la crise du coronavirus, adopté en décembre, le bureau du directeur du renseignement national a reçu l'ordre de rédiger un rapport sur les ovnis dans les 180 jours.

Le rapport PAN a été publié comme prévu le 25 juin. S'il ne révèle pas grand-chose, il n'exclut rien non plus, car une grande partie du rapport reste confidentielle.

Les États-Unis semblent avoir reconnu que les O.V.N.I. - quels qu'ils soient - sont réels et constituent une menace potentielle pour la sécurité nationale puisqu'ils semblent pouvoir pénétrer dans l'espace aérien restreint en toute impunité.

S'agit-il d'extraterrestres ? Officiellement, la position des États-Unis est la suivante : "Nous ne savons pas encore", car de nouvelles révélations sont attendues dans les mois et les années à venir.

Traduction de Jacky Kozan, le 04 juillet 2021


01 juillet 2021

 

Comment le Pentagone peut améliorer
la façon dont il étudie les OVNIs ?

Source

Par Matt Stieb – 29 juin 2021


L’observatoire Very Large Array au Nouveau-Mexique, que les scientifiques utilisent
pour rechercher la vie extraterrestre dans l’univers à l’aide d’ondes radio.
Photo : Construction Photography/Avalon/Getty Images

 

Après une longue attente et beaucoup de spéculations folles, le Pentagone a finalement publié vendredi dernier son rapport sur tout ce que le gouvernement sait sur les objets volants non identifiés (rappel de JK: ce n’est pas le rapport qui a été publié, c’est son « évaluation préliminaire »). Sans surprise, le contenu est un peu décevant. Sur les 144 observations d’OVNI analysées – la plupart datant des deux dernières années, après que la Navy et l’US Air-Force aient réorganisé leur processus de signalement des phénomènes aériens non identifiés – les responsables de la sécurité n’ont pu fournir de réponses que sur une seule observation. L’objet en question était un gros ballon qui se dégonflait. « Les autres restent inexpliqués », indique le rapport.

C’est une métaphore appropriée pour ceux qui espéraient que le rapport pourrait donner des indices sur la vie extraterrestre, ou au moins des détails sur une nouvelle technologie de pointe russe ou chinoise. Mais ce n’est pas le dernier mot du gouvernement sur le sujet : le rapport indique également que le Bureau du Directeur du Renseignement National et le Ministère de la Défense informeront le Congrès dans un délai de 90 jours de la manière dont ils comptent améliorer leur stratégie de signalement des ovnis et mettre en œuvre de nouvelles technologies pour mieux comprendre les étranges objets dans le ciel.

Le Dr Avi Loeb, astrophysicien à Harvard et fondateur de l’initiative « Black Hole », espère que ce moment servira à réinitialiser notre approche des ovnis, en permettant aux États-Unis de commencer à faire passer la science avant la politique. Plus tôt cette année, Loeb a discuté avec Intelligencer de son hypothèse selon laquelle ‘Oumuamua – le premier objet interstellaire connu détecté près de la Terre – pourrait être un vaisseau spatial extraterrestre. Avec la publication du rapport du Pentagone, Loeb a plaidé pour que le gouvernement adopte une approche plus scientifique dans sa propre étude des OVNIs. Dans une interview accordée cette semaine, Loeb a formulé quelques recommandations concernant les prochaines étapes à suivre par le gouvernement, que les objets s’avèrent être des menaces terrestres ou, comme il l’a dit, la preuve qu’il y a « des enfants plus intelligents dans le quartier ».

 

Le rapport du Pentagone n’a pas apporté de réponses. Pensez-vous que c’est simplement la nature du sujet ou le résultat du fait que a Navy et l’US Air-Force n’ont commencé à appliquer une approche scientifique aux OVNIs que ces deux dernières années environ ?
Vous savez, si vous allez chez un cordonnier, vous ne vous attendez pas à ce qu’il prépare des gâteaux très savoureux, n’est-ce pas ? C’est une organisation militaire qui a rédigé le rapport, qui a ensuite été digéré par le système politique de Washington. Ce ne sont pas des scientifiques, ils n’ont pas été formés comme tels. Le cordonnier n’est pas formé pour être boulanger. Vous ne pouvez pas attendre des personnes qui ont fait partie de la Commission Sénatoriale du Renseignement qu’elles fassent des évaluations qui soient scientifiques. Ce n’est tout simplement pas leur profession. Et il y a également eu une réticence au sein de la communauté scientifique à traiter les données, ce qui n’est pas une situation saine. Je dis qu’il faut changer cela et financer un programme de recherche qui vise à clarifier la nature de ces objets. Toutes les réponses que vous pouvez imaginer seraient d’un grand intérêt pour la société.

En outre, si vous regardez l’histoire de la science, les anomalies, les choses qui ne correspondent pas tout à fait à ce que nous attendons, sont souvent les voies par lesquelles nous découvrons de nouvelles choses et faisons de nouvelles réalisations. Le meilleur exemple est la découverte de la mécanique quantique il y a un siècle.

 

Le gouvernement a déclaré qu’il informerait le Congrès dans les 90 jours sur les plans visant à améliorer ses efforts de collecte de données sur les OVNI. Que pensez-vous que cela puisse impliquer ?

Nous avons besoin de meilleures données collectées par des instruments scientifiques. Les caméras des avions n’ont pas été conçues dans ce but. Elles ont été installées sur un avion censé participer à des situations de combat. Elles n’ont pas été conçues pour être optimales pour l’identification des OVNIs. Ils devraient choisir des caméras et d’autres instruments qui sont idéaux pour cet objectif et n’ont rien à voir avec un champ de bataille – mais à des fins scientifiques beaucoup mieux adaptés.

Vous pouvez également les connecter à des télescopes à grand champ qui vous donnent une vue beaucoup plus large et différente de ce que vous regardez. Ensuite, les données ne seraient pas transmises à des yeux humains, comme dans le cas du pilote qui regarde l’écran. Elles sont directement transmises à un système informatique qui les analyse de manière automatisée, de sorte que le jugement humain n’entre pas en ligne de compte. Ensuite, vous regardez le ciel pendant un long moment et vous essayez de déterminer s’il y a quelque chose d’inhabituel. C’est mon plan, c’est mon espoir.

 

En tant que scientifique, que pensez-vous des sceptiques comme l’écrivain scientifique Mick West, dont l’argument général est que les images que nous voyons dans les vidéos militaires P.A.N. pourraient facilement être le résultat d’instruments mal calibrés ou de distorsions de la caméra ?
Il peut argumenter cela indéfiniment, je m’en moque. Je suis financé pour faire les expériences qui me permettent d’obtenir de meilleures données. Il est le bienvenu pour les analyser avec moi. S’il voulait traiter des données crédibles, ouvertes et de nature scientifique, il serait le bienvenu… Le voir crier « Non, ce n’est rien d’intéressant » ne profite à personne, car il n’a pas accès à toutes les données ; la plupart sont classifiées. Ce qui favoriserait la discussion, c’est une meilleure information.

Voyez-vous des écueils potentiels dans la stratégie du gouvernement pour faire la lumière sur ces incidents ?
Eh bien, les gens peuvent demander : « Quel est le coût ? » Si cela coûte des dizaines de millions de dollars pour le découvrir, est-ce beaucoup d’argent ? Comment cela se compare-t-il à un seul F-17 ? Il est si important pour la société de connaître les réponses. Nous devons rassembler les preuves, c’est tout. C’est la voie pratique à suivre. Sans préjugés, trouvons la réponse et faisons un rapport.

 

Pensez-vous qu’il soit réaliste d’espérer que le gouvernement dise : « Abordons d’abord cela comme un projet scientifique ? »
C’est une question politique : Les gens feront-ils ce qu’il faut ? C’est une question délicate car ces politiciens ne sont pas des scientifiques ; ils sont mus par d’autres intérêts ; ils doivent se soucier de leur image, de leurs électeurs. Il se pourrait bien que cela se produise si leur électorat le souhaite, ou pour un autre motif étrange – pas nécessairement des raisons scientifiques.

Il est possible de répondre à ces questions sans faire de politique si le financement est assuré par le secteur privé. Personne ne peut nous mettre des œillères et nous dire : « Vous n’avez pas le droit de regarder le ciel ». Alors pourquoi compter sur les politiciens ?

Mais si Washington veut vraiment le mettre en place, nous pourrions avoir un centre soutenu par le gouvernement fédéral qui se penche sur (les ovnis), composé de scientifiques et pas seulement de bureaucrates. Je suis juste un peu pessimiste parce que tout est très lent là-bas. Mais s’ils le font, je serais heureux de participer – disons-le comme ça.

Traduction de Jacky Kozan le 01 juillet 2021

 


28 juin 2021
L’évaluation préliminaire
n’est PAS le rapport P.A.N.

Communiqué de presse du 28 Juin 2021

Source

L’évaluation préliminaire : « Unidentified Aerial Phenomena » publié sur le site Web du Bureau du Directeur du Renseignement National le 25 juin 2021, n’est PAS le rapport P.A.N.

Le New York Times a rapporté le 03 juin 2021 qu’il avait reçu une fuite concernant le rapport P.A.N. en attente qui devait être remis à la Commission du Renseignement du Sénat au plus tard le 25 juin 2021.

Le 16 juin, un nombre limité de médias a rapporté que la Commission du Renseignement de la Chambre des Représentants avait reçu un briefing en prévision du rapport P.A.N. à venir. D’après le PRG, un rapport de 73 pages a été remis aux commissions du renseignement et des forces armées de la Chambre et du Sénat à peu près au même moment. S’il s’agissait du rapport P.A.N., l’évaluation préliminaire publiée le 25 juin devait répondre aux attentes du public, qui attendait quelque chose à cette date.

Le DOD et l’ONI disposaient de 180 jours à compter de la signature du projet de loi omnibus en décembre 2020 pour préparer un rapport, mais ils ont été informés de la demande de la Commission Sénatoriale du Renseignement en juillet 2020. Il est un peu déconcertant que les principaux médias supposent que le rapport résultant serait de six pages et deux annexes.

Si la compréhension de PRG est correcte, le DOD a pris la décision de fournir le rapport avant la date limite et de laisser les comités décider de ce qu’il faut transmettre au public et quand. Après le briefing, le Député Andre Carson (D-IN), président de la sous-commission du renseignement de la Chambre des Rprésentants sur le contre-terrorisme, le contre-espionnage et la contre-prolifération, a déclaré à un journaliste :  » Nous sommes impatients de tenir une audience publique à un moment donné. Je veux dire qu’il y a des préoccupations de sécurité nationale que nous voulons prendre en considération. »

Si les quatre commissions de la Chambre et du Sénat ont eu le rapport avant la date limite et ont maintenant deux semaines de plus pour l’examiner pendant que le Sénat est en vacances, attendez-vous à des développements rapides lorsque le Sénat reprendra ses travaux le 12 juillet.

Stephen Bassett
Executive Director
Téléphone USA: 202-215-8344

 


27 juin 2021

Diffusion immédiate
Déclaration du secrétaire de presse
du Pentagone, John Kirby sur l’évaluation
des phénomènes aériens non identifiés

 

(publié le 25 juin 2021)

Déclaration du porte-parole du Pentagone, John Kirby, sur l’évaluation des phénomènes aériens non identifiés :

Aujourd’hui, le directeur du renseignement national a remis au Congrès une évaluation préliminaire sur les phénomènes aériens non identifiés (P.A.N.) et les progrès réalisés par la communauté du renseignement et le groupe de travail PAN du Ministère de la Défense pour comprendre cette menace.

L’analyse des P.A.N. est un effort de collaboration impliquant de nombreux départements et agences, et le Département remercie le Bureau du Directeur du Renseignement National pour avoir dirigé un effort de collaboration pour produire cette évaluation, ainsi que les autres départements et agences qui y ont contribué.

Les incursions dans nos champs d’entraînement et dans l’espace aérien désigné posent des problèmes de sécurité des vols et des opérations, et peuvent poser des problèmes de sécurité nationale. Le DOD (Departement of Defense = Ministère de la Défense) prend très au sérieux les rapports d’incursions – par tout objet aérien, identifié ou non – et enquête sur chacune d’elles.

Le rapport soumis aujourd’hui met en lumière les défis associés à l’évaluation des P.A.N. survenant sur ou à proximité des champs de tir et des installations d’entraînement du DOD. Le rapport a également identifié la nécessité d’apporter des améliorations aux processus, aux politiques, aux technologies et à la formation afin d’améliorer notre capacité à comprendre les P.A.N..

À cette fin, la secrétaire adjointe à la Défense Kathleen Hicks a demandé aujourd’hui au bureau du sous-secrétaire à la Défense pour le renseignement et la sécurité d’élaborer un plan pour formaliser la mission actuellement accomplie par l’UAPTF.

Ce plan sera élaboré en coordination avec diverses composantes du ministère de la Défense, y compris les départements militaires et les commandements de combat, ainsi qu’avec l’ODNI et d’autres partenaires inter-agences. Le plan établira des procédures pour synchroniser la collecte, le rapport et l’analyse des P.A.N., fournira des recommandations pour sécuriser les champs d’essai et d’entraînement militaires et identifiera les exigences pour l’établissement et le fonctionnement d’une nouvelle activité de suivi du DOD pour diriger l’effort, y compris son alignement, les ressources, le personnel, les autorités et un calendrier de mise en œuvre.

Vous pouvez trouver le rapport d’évaluation sur les P.A.N. de l’ODNI sur dni.gov.

Traduction de Jacky Kozan, le 27 juin 2021


27 juin 2021

Source

 

SECRÉTAIRE ADJOINT À LA DÉFENSE
1010 PENTAGONE DE LA DÉFENSE
WASHINGTON , DC 20301-1010

(Publié le 25 juin 2021)

 

MÉMORANDUM POUR LES HAUTS DIRIGEANTS DU PENTAGONE

LES COMMANDANTS DES COMMANDEMENTS DE COMBAT
L’AGENCE DE DÉFENSE ET LES DIRECTEURS D’ACTIVITÉ DU MINISTERE DE LA DÉFENSE

OBJET : Évaluations de Phénomènes Aériens Non identifiés

Un rapport récent de l’Office of the Director of National Intelligence (ODNI) souligne les défis actuels liés à l’évaluation des phénomènes aériens non identifiés (P.A.N.) qui se produisent sur ou près des champs de tir et des installations d’entraînement du ministère de la Défense. Il est essentiel que les États-Unis maintiennent la sécurité et la sûreté des opérations sur les champs de tir du Ministère de la Défense. À cette fin, il est également essentiel
que tous les équipages d’aéronefs militaires américains ou le personnel du gouvernement signalent chaque fois qu’un aéronef ou un autre dispositif
interfère avec l’entraînement militaire. Cela inclut l’observation et le signalement des P.A.N.

Le rapport confirme également que le champ d’action des P.A.N. s’étend bien au-delà de la compétence du Secrétaire d’État américain de la Marine, qui dirige le groupe de travail sur les phénomènes aériens non identifiés (UAPTF) et qui a suggéré des améliorations de processus pour assurer la collecte en temps utile de données cohérentes sur les P.A.N. Conformément à ces recommandations et afin d’améliorer le partenariat avec l’ODNI et d’autres organisations n’appartenant pas au Ministère de la Défense, j’ordonne au Bureau du Sous-secrétaire à la Défense pour le Renseignement et la Sécurité de développer un plan pour formaliser la mission actuellement réalisée par l’UAPTF. Le plan devrait :

1. Établir des procédures pour synchroniser la collecte, le rapport et l’analyse de l’ensemble des problèmes des P.A.N. et formuler des recommandations pour sécuriser les champs d’essai et d’entraînement militaires.

2. Déterminer les exigences relatives à l’établissement et à l’exploitation de la nouvelle activité, notamment l’alignement organisationnel, les ressources et le personnel requis, ainsi que les autorités nécessaires et un calendrier de mise en œuvre.

3. Être élaboré en coordination avec les Principaux Assistants d’État-major, le Président des Chefs d’État-major Interarmées, les Secrétaires des Départements Militaires et les Commandants des Commandements de Combat, ainsi qu’avec le DNI et d’autres partenaires inter- agences concernés.

Tous les membres du Ministère utiliseront ces processus pour s’assurer que l’UAPTF, ou son activité de suivi, dispose de rapports d’observations des P.A.N. dans les deux semaines suivant un événement.

Mémo de la Secrétaire Adjointe à la Défense Kathleen Hicks
Traduction de Jacky Kozan le 27 juin 2021

 


26 juin 2021

 

Voici quelques réactions à la publication de l’évaluation préliminaire

 

Jeremy Corbell – cinéaste

 

Tucker Carlson – FOX News


26 juin 2021

 

Voici le document publié par
le Bureau du Directeur National du Renseignement des USA.

C’est une évaluation préliminaire.

Une traduction sera disponible dans quelques heures.

Merci à Rubén URIARTE, Paul STONEHILL et Philip MANTLE

Voir la traduction du texte du rapport ici


24 juin 2021

 

Le rapport du Pentagone sur les ovnis
arrive d’une minute à l’autre.
Ce qu’il faut savoir

 

Le rapport très attendu de la communauté du renseignement américain ne devrait pas dire qu’il s’agit d’extraterrestres, mais il ne dira pas non plus qu’il ne s’agit absolument pas d’extraterrestres.

Eric Mack, 24 juin 2021

Source

La vérité est là, et les politiciens américains ont exigé qu’elle soit rendue publique. Enfin…, en quelque sorte.

Les gens du monde entier ont repéré des objets volants inexpliqués et non identifiés depuis des siècles et depuis au moins plusieurs décennies aux États-Unis, beaucoup soupçonnent le gouvernement de cacher ce qu’il sait des OVNIs. La communauté du renseignement américain pourrait enfin révéler certains de ces secrets au Congrès lorsqu’elle remettra un rapport obligatoire, non classifié, qui sera accessible au public.

Il y a cependant quelques réserves à faire. Voici quelques éléments clés à connaître avant que le rapport très attendu ne soit publié d’ici le vendredi 25 juin.

 

D’où vient le rapport du Pentagone sur les ovnis ?

Depuis des années, les pilotes et autres militaires rencontrent dans le ciel des phénomènes étranges que l’on appelle « phénomènes aériens non identifiés ». Le passage du terme « OVNI » à celui de »PAN » est en partie un clin d’œil à la probabilité que certains de ces incidents puissent être expliqués par des problèmes techniques ou des phénomènes environnementaux plutôt que par de véritables objets tangibles.

Quoi qu’il en soit, ces rapports parviennent parfois aux membres du Congrès, qui font alors pression pour obtenir davantage d’enquêtes et de divulgations sur ces phénomènes. L’ancien chef de la majorité au Sénat, Harry Reid, était particulièrement dévoué à cette cause. En 2007, il a aidé à canaliser des fonds vers une initiative secrète du Pentagone, le programme d’identification avancée des menaces aérospatiales, qui a duré au moins jusqu’en 2012. En 2017, l’ancien chef de l’AATIP Luis Elizondo a annoncé qu’il avait quitté le gouvernement et qu’il rejoignait l’académie privée To The Stars Academy of Arts and Sciences avec l’ancien leader de Blink-182 Tom DeLonge.

En 2017, Elizondo a également divulgué aux médias trois vidéos désormais célèbres de rencontres entre des militaires et des PANs, et en 2020, l’US Navy a confirmé la véracité de ces clips.

C’est à la suite de la reconnaissance des PANs par l’US Navy l’année dernière que le sénateur de Floride Marco Rubio a ajouté une section à un projet de loi de financement exigeant que le directeur du renseignement national travaille avec l’armée et la communauté du renseignement pour soumettre un rapport « sur les phénomènes aériens non identifiés (également connus sous le nom de « véhicules aériens anormaux »), y compris les objets aériens observés qui n’ont pas été identifiés. »

La demande fait spécifiquement appel aux données de l’Office of Naval Intelligence et de la Unidentified Aerial Phenomena Task Force, qui est l’entité qui a succédé à l’AATIP.

 

Que contiendra le rapport sur les ovnis ?

Cela reste à déterminer, mais certains rapports préliminaires suggèrent qu’il ne contiendra probablement rien qui modifie fondamentalement notre vision de l’univers. On s’attend à ce que le rapport dise que rien ne prouve que les PANs vus par le personnel militaire sont des technologies américaines avancées secrètes ou des vaisseaux spatiaux extraterrestres, mais qu’une explication extraterrestre ne peut être définitivement écartée.

Cela signifie que la communauté du renseignement semble penser que les PANs ont des causes qui sont à la fois inconnues, banales ou provenant d’entités étrangères ou privées.

En outre, bien que le rapport doive être public, il est autorisé à comporter une annexe classifiée. Des responsables ont déclaré au New York Times que cette annexe ne contient aucune preuve de visite extraterrestre. Cependant, il pourrait contenir une grande partie des informations réelles et véridiques que nous n’avons pas l’occasion de connaître.

Bien qu’il ne faille pas s’attendre à des révélations fracassantes, le rapport pourrait contenir de nouveaux éléments juteux et des pièces de puzzle qui nous aideraient à mieux comprendre le mystère PAN.

 

Quand le rapport sur les OVNIs sera-t-il publié ?

La date limite est le 25 juin, donc nous pourrions le voir à tout moment d’ici là. Attendez-vous à ce qu’il soit publié par l’un des comités de renseignement du Congrès, par le bureau du directeur du renseignement national ou par un élu de l’un de ces comités. Nous ne manquerons pas de le partager dès que nous l’aurons en main, et je tweeterai tout développement progressif @EricCMack.

 

Oubliez le rapport. Pouvez-vous juste me dire si ce sont des aliens ?

C’est juste. Non, je ne peux pas vous dire avec certitude si ce sont des extraterrestres ou non. Mais comme mon collègue Jackson Ryan l’a souligné récemment, les preuves pour soutenir une explication extraterrestre des PANs ne sont pas vraiment là.

Une préoccupation majeure qui a conduit Rubio et d’autres responsables à demander ce rapport concerne moins les extraterrestres que la géopolitique et la sécurité nationale. Rubio a spécifiquement demandé une évaluation pour savoir si les PANs « peuvent être attribués à un ou plusieurs adversaires étrangers ».

Il y a aussi le cas étrange de certains brevets de l’US Navy pour une technologie théorique qui pourrait créer des déplacements tels que les PANs ont été observés. La correspondance des responsables de l’US Navy suggère que les Chinois ont déjà travaillé sur des percées similaires.

Quoi que le rapport révèle, il semble presque certain qu’il soulèvera plus de questions qu’il n’apportera de réponses. En attendant, gardez un œil sur le ciel et un autre « online ».

Traduction de Jacky Kozan, le 24 juin 2021

 


24 juin 2021

 

Source

Le Député Républicain Tim Burchett
dit que les OVNIs
viennent probablement de l’espace lointain …
Ce ne sont pas les Russes !!!


Exclusif TMZ
, le 15/06/2021

 

Vladimir Poutine et la Russie ne sont pas responsables de l’essaim d’ovnis rapporté par les pilotes de la marine américaine, selon le député Tim Burchett … qui dit que les avions doivent venir d’une autre galaxie !!!

Nous avons reçu le député du Tennessee au Capitole mardi et l’avons interrogé sur la vague d’observations dans l’espace aérien américain ou au large de nos côtes … et sur les spéculations du président Biden qui prévoit de soulever la question mercredi lors de son sommet de Genève avec Poutine.

Le député Burchett a du mal à croire que les Russes sont impliqués. Il dit que s’ils avaient le genre de technologie avancée que les pilotes ont vu… l’Amérique appartiendrait déjà à Poutine.

Au lieu de cela, le membre du Congrès pense que les objets, qui sont vus sur la vidéo fonctionnant d’une manière défiant les lois connues de la physique et de la gravité, doivent être quelque chose d’au-delà de la Voie lactée.

Le gouvernement parle beaucoup des OVNIs ces jours-ci et les responsables du renseignement devraient publier un rapport non classifié pour la première fois avant la fin du mois de juin. M. Burchett dit qu’il a déjà été déçu par des promesses vides concernant la publication d’informations sur les ovnis… et il reproche même à l’ancien président Trump d’avoir raté le coche.

Le membre du Congrès nous a dit que « quelque chose se passe clairement » … mais les pouvoirs en place pensent que les gens ne peuvent pas supporter la vérité. Il a également proposé une théorie biblique sur l’existence des OVNIs.

Si le rapport très attendu du gouvernement ne fournit pas de véritables informations, M. Burchett affirme que cela ne fera que prouver pourquoi certaines personnes croient davantage aux OVNI qu’à leurs élus.

Comme les sénateurs Marco Rubio et Martin Heinrich
avant lui, le représentant Burchett dit qu’il est temps que nous prenions les OVNIs au sérieux, et il a l’intuition que la divulgation complète va arriver… d’une manière ou d’une autre ! !!

 

 

Traduction de Jacky Kozan, le 24 juin 2021

 


24 juin 2021

 

Un physicien s’intéresse de près aux phénomènes aériens non identifiés

Un physicien s’intéresse de près aux phénomènes aériens non identifiés

Par Jerry Clayton, le 19 juin 2021

Source


Capture d’écran de la « vidéo Gimbal » prise à bord d’un avion de chasse de l’US Navy depuis le porte-avions nucléaire USS Theodore Roosevelt près des côtes de Floride en 2015.

Au cas où vous l’auriez manqué, une grande nouvelle a fait surface. L’U.S. Navy a confirmé que des vidéos ayant fait l’objet d’une fuite montraient en fait ce qu’ils appellent des PANs ou des phénomènes aériens non identifiés. Le Pentagone a admis les avoir étudiés et récemment la NASA a annoncé sa propre enquête. Il semble donc que le gouvernement s’inquiète de la menace que ces phénomènes peuvent représenter pour la sécurité nationale.

Le monde universitaire a mis du temps à s’intéresser à ce sujet, peut-être par peur du ridicule, mais cela est en train de changer. Le professeur Kevin Knuth est un professeur associé de physique à l’Université d’Albany. Il est, entre autres, un ancien chercheur scientifique de la NASA au centre de recherche Ames.

Knuth est l’auteur d’un article intitulé Estimating Flight Characteristics of Anomalous Unidentified Aerial Vehicles. Il y présente des études de cas de 1951 à nos jours, dont des observations d’objets près du porte-avions USS Nimitz en 2004.

Tous les rapports s’appuient sur des témoignages oculaires fiables et, surtout, sur des données radar concordantes. Dans le cas du Nimitz, les objets ont été suivis par le radar à plusieurs reprises, descendant de 28 000 pieds, soit environ 8 km, jusqu’au niveau de la mer en environ 0,7 seconde. Quelle est cette vitesse ? Knuth a fait le calcul.

« Ces accélérations que nous avons estimées étaient de l’ordre de 5 000 G, soit 5 000 fois l’accélération de la gravité, ce qui est vraiment fou. Nos avions de chasse ne peuvent supporter qu’environ 13 G avant que les ailes ne soient arrachées ».

À mi-chemin de sa descente, l’engin se serait déplacé à environ 56 000 kilomètres par heure dans l’air et sans bang sonique. M. Knuth se dit déçu que les scientifiques n’aient pas fait d’études plus sérieuses.

"Pour moi, c'est un peu déconcertant", cela fait 70 ans, trois quarts de siècle que nous avons ces choses qui volent dans notre espace aérien. Ils apparaissent dans les bases militaires. Ils apparaissent au-dessus des sites d'armes nucléaires, et on ne sait pratiquement rien d'eux. Et je pense qu'à terme, lorsque nous apprendrons enfin ce que sont ces engins, ce sera probablement l'un des plus grands échecs de l'histoire en matière de renseignement" 

Selon Knuth, quelle est l’explication la plus probable de ces PANs ? Il dit qu’il pourrait être raisonnable de supposer qu’ils sont construits par un gouvernement ou une entreprise aérospatiale,

"...sauf pour quelques points importants. "L'un d'eux est que les accélérations sont vraiment anormales au point que l'on ne sait pas vraiment comment la physique fonctionnerait dans ce cas. Ainsi, celui qui a fabriqué ces engins n'a pas dû faire qu'un seul saut technologique, mais de multiples sauts technologiques. Et cela serait assez surprenant."

Il a ajouté :

"Et il serait surprenant d'avoir une entreprise ou une nation qui possède cette technologie mais ne l'utilise pas. Et plus important encore, ces choses ont été observées auparavant. Des gens ont été capables de voler."

Il y a des sceptiques. Certains disent que ces observations sont en fait des drones de basse technologie ou même des ballons lancés par des adversaires qui trompent les observateurs. Il est clair, cependant, que le gouvernement est préoccupé. Le directeur du renseignement national a été chargé par la commission sénatoriale du renseignement de travailler avec le Ministère de la Défense pour produire un rapport sur les observations de PANs d’ici le 25 juin.

Knuth a déclaré à propos du rapport à venir : « Je m’attends à ce qu’il y ait probablement une composante publique et une composante classifiée, et la composante publique laissera probablement les choses en suspens, alors que j’espère que la version classifiée contiendra davantage d’informations. »

Selon Knuth, si le rapport fait allusion à autre chose qu’une technologie mondaine, les informations seront lentes à être divulguées.

"Certaines de ces informations pourraient être un peu trop choquantes pour nous d'un seul coup, alors ils pourraient plutôt essayer de nous faciliter un peu la tâche".
Traduction de Jacky Kozan le 24 juin 2021

 


24 juin 2021

 

Les États-Unis envisagent l’hypothèse extraterrestre

Un ancien chef du gouvernement chargé des enquêtes sur les ovnis: les États-Unis envisagent l’hypothèse extraterrestre.

Source

Tom Rogan – article publié le 15 juin 2021


 

L’ancien chef du programme d’enquêtes sur les objets volants non identifiés (OVNI) du Pentagone a confirmé publiquement que le gouvernement américain a, par le passé, activement envisagé et continue actuellement, de se demander si les objets volants non identifiés les plus extraordinaires ne sont pas d’origine terrestre.

Les OVNIs les plus extraordinaires sont ceux qui ont été soumis à de multiples systèmes de collecte de renseignements. Les ovnis pour lesquels les données collectées ont ensuite été soumises à une analyse approfondie afin d’exclure les avions, les phénomènes météorologiques ou toute autre explication conventionnelle. Des OVNIs qui défient toujours les explications conventionnelles. Luis Elizondo a déclaré au Washington Examiner que le gouvernement américain a des raisons, fondées sur l’analyse des renseignements, d’enquêter davantage pour savoir si ces OVNIs ne sont effectivement pas d’origine terrestre. C’est important car, selon Elizondo, ces ovnis (que le gouvernement appelle « phénomènes aériens non identifiés »/PAN) ne seraient pas d’origine terrestre.

Au contraire, Elizondo affirme qu’il s’agit d’une piste d’enquête gouvernementale crédible selon laquelle ces OVNIs sont « extraterrestres, extradimensionnels », ou la création d’une intelligence terrestre totalement inconnue de notre société humaine. Elizondo affirme qu’il n’y a « rien de plus qu’une possibilité infinitésimale » que ces ovnis extraordinaires soient d’origine américaine, chinoise ou russe (ou Israël ou Elon Musk, etc…). Le sénateur Martin Heinrich, membre du Senate Select Committee on Intelligence, a récemment suggéré qu’un vecteur d’origine chinoise ou russe est peu probable. D’autres personnes ont déclaré au Washington Examiner qu’elles partageaient cette opinion. Ces attitudes sont fondées sur les informations recueillies jusqu’à présent sur cette catégorie d’ovnis des plus extraordinaires, par rapport aux dernières évaluations des services de renseignement sur les capacités aérospatiales, sous-marines et satellitaires des nations terrestres et des sociétés privées.

(Image ajoutée par JK)

 

Mais les paroles d’Elizondo devraient avoir du poids.

En tant que chef du programme d’identification des menaces aérospatiales avancées du Pentagone, Elizondo a dirigé les efforts du gouvernement américain pour identifier, cataloguer et évaluer plus largement les OVNIs. Ces efforts relèvent désormais de la « Task Force UAP », dirigée par le Bureau du renseignement naval. D’autres éléments du gouvernement américain poursuivent d’autres efforts ad hoc pour enquêter sur les OVNIs. Cependant, la mesure des ressources et de la coordination appliquées à ces efforts varie considérablement.

Des sources ont déclaré au Washington Examiner que Moscou – à l’époque soviétique – et très probablement encore aujourd’hui, menait un programme secret de recherche sur les OVNIs. Ce programme était probablement conçu, du moins en partie, pour reproduire les technologies des ovnis. D’anciens officiers de la marine soviétique ont confirmé publiquement qu’ils étaient engagés dans des recherches sur les phénomènes sous-marins liés aux ovnis. Le South China Morning Post a également récemment fait état de recherches sur les ovnis menées par l’Armée Populaire de Libération chinoise. Ces recherches variées pourraient inclure des efforts pour reproduire les technologies des OVNIs. Mais Elizondo insiste sur le fait qu’il n’a pas été informé d’un quelconque succès de réplication de la part des États-Unis.

Les révélations d’Elizondo tombent à point nommé, au moment où le bureau du directeur du renseignement national s’apprête à remettre un rapport sur les ovnis au Congrès. Ce rapport est attendu dans le courant du mois.

À cet égard, Elizondo a rejeté l’affirmation du rapport, rapportée pour la première fois par le New York Times, selon laquelle le gouvernement ne dispose d’aucune preuve indiquant une origine « extraterrestre » de ces ovnis. Elizondo a déclaré au Washington Examiner que le gouvernement dispose de preuves indiquant que les OVNIs les plus extraordinaires ne sont pas des « machines fabriquées par l’homme ». Par respect pour ses obligations en matière d’habilitation de sécurité, Elizondo n’a pas voulu donner plus d’informations sur ce sujet spécifique lorsqu’on l’a pressé.

Beaucoup de choses peuvent maintenant dépendre des résultats de l’enquête en cours de l’Inspecteur Général du Département de la Défense sur la façon dont l’effort de recherche sur les OVNIs du Pentagone a été géré jusqu’à présent. Tim McMillan, de The Debrief, s’est récemment penché sur l’importance de cette enquête pour l’avenir de la recherche sur les ovnis.

Quoi qu’il en soit, les commentaires d’Elizondo au Washington Examiner sont frappants. Ils semblent offrir la première confirmation officielle, par un ancien haut fonctionnaire du gouvernement américain intimement lié aux efforts de recherche sur les OVNIs, que certains OVNIs sont considérés comme des machines inconnues de nature vraiment extraordinaire. Reflétant une stigmatisation qui traverse le monde des médias et le gouvernement, peu de gens veulent déclarer publiquement ce qu’Elizondo a maintenant dit officiellement.

Traduction de Jacky Kozan, le 22 juin 2021

 


 

13 juin 2021

 

La NASA va commencer à s’intéresser au mystère des OVNIs

Source

Christopher Plain – 7 juin 2021

 

 

Après des décennies de sourires en coin et de rejets purs et simples, le nouveau chef de la National Aeronautics and Space Administration, Bill Nelson, a déclaré que l’agence rejoignait officiellement l’effort visant à mieux comprendre les OVNIs.

Plus précisément, M. Nelson a souligné que les vidéos désormais célèbres d’objets inconnus vus et filmés par des aviateurs militaires avaient suscité une nouvelle vague d’intérêt de la part du gouvernement pour ce sujet longtemps tabou.

"Je veux juste que vous sachiez que ce que vous avez vu récemment à la télévision, sur les films de la marine, je le savais de par mes anciennes fonctions d'informateur au sein de la commission des services armés"

a déclaré Nelson lors d’une conférence de presse tenue le 02 juin au siège de la NASA à Washington.

"Et, j'ai parlé à ces pilotes. Et ils pensent que c'est réel".

Ces discussions, a-t-il dit, l’ont amené à réaliser qu’il était temps que la NASA s’implique.

"J'ai parlé à Thomas, Dr. Z, (Dr. Thomas Zurbuchen, administrateur associé à la direction scientifique de la NASA) de ce que nous pouvons faire spécifiquement d'un point de vue scientifique en plus d'un point de vue informatique, pour essayer d'apporter un éclairage supplémentaire à ce sujet."

 

Contexte : La NASA collecte déjà des données sur les ovnis

Bien que la NASA soit essentiellement restée en dehors de la mêlée qui a tenté d’expliquer les OVNIs, The Debrief a fait un rapport en mars de cette année sur l’Aviation Safety Reporting System (ASRS), qui est essentiellement une base de données des incidents rapprochés rapportés par les aviateurs, y compris les incidents avec des OVNIs. La NASA gère cette base de données.

« L’ASRS recueille, analyse et répond aux rapports d’incidents de sécurité aérienne soumis volontairement afin de réduire la probabilité d’accidents d’aviation », selon une déclaration sur son site Web.

L’enquête de The Debrief a également révélé que l’ASRS contenait effectivement de nombreux rapports d’ovnis émanant d’aviateurs et présentant des similitudes frappantes avec ceux rapportés par les pilotes militaires. Mais à part le maintien du site pour des raisons de sécurité, il n’y a aucune indication que la NASA ait enquêté sur l’un de ces incidents.

Le Congrès américain, quant à lui, a récemment créé l’UAPTF (Unidentified Aerial Phenomenon Task Force), dont le rapport au corps législatif devrait être remis le 25 juin. Cette enquête est toutefois menée par le Ministère de la Défense, et non par la NASA. Suite à l’annonce inattendue de Nelson, il semble maintenant que le nouveau leader de l’administration soit prêt à mettre toute la force de ses scientifiques et chercheurs derrière l’effort du Pentagone.

 

 

Analyse : La NASA va utiliser ses scientifiques pour étudier les données sur les OVNIs.

Lors de la conférence de presse du 2 juin, dont le but premier était d’annoncer une paire de nouvelles missions sur Vénus, la déclaration initiale de Nelson sur les ovnis a été brève avant qu’il ne dirige la question vers le Dr Zurbuchen, qui a offert son point de vue sur la situation.

"L'histoire est pleine d'exemples de choses qui ont été identifiées ou désignées comme des OVNIs, alors qu'il s'agit de types de nuages ou de phénomènes météorologiques"

a déclaré M. Zurbuchen.

Le scientifique a ensuite évoqué la recherche en cours sur la vie microbienne et les biosignatures déjà menée à la NASA avant de ramener la conversation sur la façon dont ils pourraient aider à la question des ovnis.

"Le genre de questions qui se concentrent sur la vie ailleurs est tout à fait ce que nous faisons, en utilisant les outils de la science",
"Nous ferons tout ce que nous pouvons pour faire avancer notre compréhension".

M. Zurbuchen a conclu ses commentaires en jetant un regard plein d’espoir sur des projets tels que le télescope James Webb ou l’opération Dragonfly, qui comprennent plus d’efforts traditionnels pour rechercher des signes potentiels de vie dans le cosmos.

L’administratrice associée de la NASA pour l’exploration humaine et les opérations, Kathy Lueders, a terminé le sujet par un commentaire léger de son cru qui semblait parfaitement en phase avec les fonctions qui lui sont assignées.

"Si quelqu'un sait comment concevoir un engin spatial comme celui-là, j'aimerais beaucoup lui parler"

a-t-elle déclaré en faisant référence aux vidéos de PANs.

Après le commentaire de Lueders, qui a suscité des rires audibles de la part des médias réunis, plus rien n’a été dit sur le sujet.

Deux jours plus tard, Rachel Crane, de CNN, s’est assise avec Nelson pour une interview en tête-à-tête, dans l’espoir de faire plus de lumière sur les efforts prévus par la NASA dans ce domaine.
« Pensez-vous que nous avons été contactés par des extraterrestres ? »
a demandé Crane pour lancer la discussion.

Avec un sourire qui ressemblait plus à un véritable émerveillement qu’à de l’incrédulité, Nelson a donné une explication quelque peu similaire à celle qu’il avait donnée lors de la conférence de presse.
« J’ai parlé à ces pilotes de la Marine, a-t-il dit, et ils sont sûrs d’avoir vu quelque chose de réel. Bien sûr, nous avons vu leurs vidéos depuis leurs jets. Mais qu’est-ce que c’est ? Nous ne le savons pas. »

En raison de ces questions sans réponse, Nelson a expliqué qu’il a chargé les plus brillants esprits de la NASA d’examiner la question des OVNI d’un point de vue scientifique pour voir s’ils peuvent aider à comprendre ce que ces pilotes voient.

"Nous ne savons pas si c'est extraterrestre. Nous ne savons pas si c'est un ennemi. Nous ne savons pas si c'est un phénomène optique. Nous ne le pensons pas en raison des caractéristiques décrites par les pilotes d'avion de la Navy lorsqu'ils l'ont vu se déplacer. L'essentiel est que nous voulons savoir et c'est ce que nous essayons de faire." 

Lorsque Crane lui a demandé ce qu’il pensait personnellement de ce que les pilotes de la marine et d’autres personnes voyaient, Nelson a donné une réponse qui semblait parfaitement cohérente avec son nouveau rôle.

"Je n'en ai aucune idée. C'est pourquoi je me suis tourné vers nos scientifiques".

 

 

Perspectives : Des OVNIs à la NASA ?

En ce qui concerne le rôle de l’agence à l’avenir, Crane a demandé au chef de la NASA s’ils faisaient déjà partie de l’effort UAPTF.

"J'ai en fait été informé à ce sujet il y a quelques années en ma qualité de membre de la Commission des Services Armés du Sénat", a déclaré Nelson, qui a siégé à la commission de 2013 à 2017. La NASA, de manière appropriée, va regarder cela à travers la lentille de ses scientifiques. C'est ce que nous faisons."

Crane a pressé Nelson davantage pour savoir s’il pensait ou non que la NASA devrait être plus impliquée à ce stade, ce à quoi il a offert une réponse courte mais directe.

"Eh bien, nous le faisons. Et c'est moi qui ai commencé. Je suis ici depuis un mois et je l'ai commencé."

Pour terminer l’interview, Nelson a reconfirmé que tout ce que la NASA découvre sera utilisé pour informer sur les efforts du Ministère de la Défense déjà en cours.

"Nous ne travaillons pas directement avec eux (l'UAPTF), mais je peux vous garantir que si nous trouvons quelque chose, le Pentagone voudra savoir."
Traduction de Jacky Kozan, le 12 juin 2021

 


 

08 juin 2021

 

Ovnis et sécurité nationale avec Luis Elizondo, ancien directeur
du programme d’identification des menaces aérospatiales avancées.

Source

Washington Post Live

Il y a une pression bipartisane au Congrès pour le découvrir une fois pour toutes : sommes-nous seuls ? Il ne s’agit pas d’une question philosophique, mais d’une demande de divulgation de toutes les informations que le gouvernement américain a recueillies sur les phénomènes aériens non identifiés (PAN), également connus sous le nom d’ovnis. En décembre dernier, dans le cadre du projet de loi comportant des affectations de dépenses pour la défense et le coronavirus », le Congrès a stipulé qu’un rapport réalisé par plusieurs agences devait être remis ce mois-ci, avec une analyse détaillée des observations de PANs par les membres de l’armée américaine. Luis (« Lue ») Elizondo est l’ancien directeur du programme d’identification des menaces aérospatiales avancées (AATIP), un programme secret du gouvernement américain créé en 2007 pour enquêter sur les PANs. Elizondo rejoint Jacqueline Alemany, auteur de la lettre d’information « Power Up » et correspondante du Congrès, le mardi 8 juin à 15h30 ET.

Image fournie par Luis Elizondo

 

Je suis le fils d’un immigrant cubain dont le père était un dissident du régime castriste. Mon père a été prisonnier politique pour sa participation à la Baie des Cochons. J’ai grandi dans le sud de la Floride et dans ma jeunesse, j’ai souvent été exposé aux efforts de mon père pour faire évoluer la situation politique à Cuba.

Plus tard, j’ai fréquenté l’Université de Miami, avec une double spécialisation en microbiologie et immunologie et une spécialisation en chimie. J’ai également acquis une expérience de recherche avancée en parasitologie et dans certaines maladies tropicales telles que la malaria et la trypanosomiase.

Mon objectif avec ces diplômes était d’entrer dans le domaine médical. Au cours de mon expérience de recherche, j’ai été mis en contact avec des agences gouvernementales qui s’intéressaient à la recherche biologique et au renseignement. C’est à ce moment-là que j’ai décidé de poursuivre une carrière dans le renseignement et que j’ai réalisé ma véritable passion. J’ai également décidé de m’engager dans l’armée américaine.

Pendant mon court séjour dans l’armée américaine, j’ai eu l’honneur et le privilège de servir dans diverses affectations. En tant qu’agent spécial de contre-espionnage, j’ai été affecté en République de Corée (Corée du Sud) et plus tard, dans tout le sud-ouest des États-Unis. En tant que jeune agent, j’ai mené des enquêtes de contre-espionnage, assuré la protection technologique de systèmes et de plateformes aérospatiales de pointe, soutenu les traités entre les États-Unis et la Russie (Open Skies et START-II) et mené des enquêtes de sécurité de routine.

Peu de temps après, j’ai été recruté dans le cadre d’un programme d’activités spéciales au sein du département de l’armée. Cela m’a conduit à de nouvelles affectations dans toute l’Amérique latine et les Caraïbes. En tant qu’officier des opérations de renseignement, mes responsabilités comprenaient la supervision des opérations de sources sensibles, des missions anti-insurrectionnelles et le soutien à la lutte contre les stupéfiants.

Immédiatement après les attentats du 11 septembre, j’ai passé les années suivantes à travailler aux côtés de nos braves hommes et femmes en uniforme en Afghanistan et au Moyen-Orient.

Dans ces environnements, j’ai travaillé avec l’ensemble des services de renseignement et des organismes d’application de la loi des États-Unis, en concentrant nos efforts, avec les opérations spéciales, pour identifier et vaincre les organisations terroristes. Dans cet environnement, j’ai pu travailler au sein d’un effort multinational soutenant la guerre mondiale contre le terrorisme.

Après plusieurs missions au Moyen-Orient, j’ai été affecté à Washington D.C. en tant que responsable des enquêtes à l’étranger. Là, j’avais la responsabilité de gérer les enquêtes sur le renseignement étranger et le terrorisme dans le monde entier. Au cours des années suivantes, j’ai travaillé au sein de diverses agences et organisations de renseignement.

En 2008, on m’a demandé de faire partie du désormais célèbre programme d’identification des menaces aérospatiales avancées (AATIP). En 2010, en tant que membre du personnel du Bureau du Secrétaire à la Défense (OSD), j’ai assumé le rôle de chef de file de cette entreprise. Notre mission consistait à mener des enquêtes de renseignement à base scientifique sur les incursions de phénomènes aériens non identifiés (PAN) dans l’espace aérien des États-Unis.

En 2017, le cœur lourd, j’ai démissionné de mon poste au Pentagone dans un effort de sensibilisation à la question des PANs. La décision de démissionner était fondée sur mon sens de la loyauté envers le Secrétaire et mon département bien-aimé, afin de démanteler les silos bureaucratiques et les tuyaux de poêle qui entravent la conversation sur ce sujet important.

En 2017, j’ai rejoint une entreprise privée composée d’anciens officiers de renseignement, d’ingénieurs, de scientifiques et d’un artiste de divertissement pour plaider en faveur de la transparence sur les OVNIs/PANs. Cet effort nous a fourni une plate-forme pour sensibiliser les dirigeants du Congrès américain, les décideurs de niveau exécutif et les médias.

Au début de l’année 2018, j’ai commencé à travailler avec la chaîne History Channel d’A+E pour aider à exposer la vérité sur ces phénomènes dans le cadre de la série télévisée UNIDENTIFIED : Inside America’s UFO Investigation. Cette collaboration nous a permis, à plusieurs de mes collègues et moi-même, de sensibiliser le public aux OVNIs/PANs tout en mettant en avant le processus d’enquête et en légitimant la science qui sous-tend notre travail. Dans cette série, j’étais à la fois animateur et producteur technique.

Fin 2020, j’ai décidé de me concentrer sur la défense de la divulgation au niveau mondial… et c’est là que notre voyage commence !

Dans mon temps libre, j’aime passer du temps avec ma famille et découvrir de nouvelles cultures et le processus d’apprentissage de nouvelles perspectives sur tous les aspects de la société.

Je suis passionné par tout ce qui a trait à la science et j’essaie de découvrir le langage caché de l’univers.

Je passe une grande partie de mon temps libre avec ma famille et nos deux bergers allemands adorés, Paris et Hercules, et je fais des randonnées dans les montagnes.

J’aime aussi observer les étoiles avec mes amis et ma famille autour d’un bon feu de camp.

Je suis un fervent défenseur des libertés individuelles.

Je suis un inventeur détenant plusieurs brevets dans le domaine du transport maritime et je suis un passionné de voitures classiques.

Mes plus grandes réalisations sont mes deux filles.

Je suis également un champion des groupes d’anciens combattants et un partisan des droits des animaux.

Mon espoir pour l’avenir est de faire participer davantage de personnes et d’apprendre les uns des autres, sur la base de nos origines variées, de nos expériences uniques et de notre riche diversité.

Traduction de Jacky Kozan, le 08 juin 2021

 


 

06 juin 2021

 

L’armée chinoise utiliserait l’Intelligence Artificielle
pour suivre l’augmentation
des « conditions aériennes non identifiées »

 

Tim McMillan et MJ Banias – 4 juin 2021

Source


 

À l’approche de la publication d’un rapport des services de renseignement nationaux détaillant les rencontres de l’armée américaine avec des « phénomènes aériens non identifiés » ou « PAN », la République Populaire de Chine a annoncé une augmentation du nombre d’avions mystérieux et inexpliqués dans l’espace aérien chinois, et l’APL (Armée Populaire de Libération) a créé sa propre force d’intervention sur les ovnis pour enquêter sur les observations.

Le South China Morning Post (SCPM) rapporte que les analystes chinois « ont été submergés ces dernières années par l’augmentation rapide des rapports d’observation provenant d’un large éventail de sources militaires et civiles » par ce que l’Armée Populaire de Libération (APL) appelle des « conditions aériennes non identifiées ».

L’utilisation par l’APL de l’expression « conditions aériennes non identifiées » reflète la terminologie préférée du Ministère de la Défense, à savoir « phénomènes aériens non identifiés », ce qui semble être un effort concerté pour éviter le terme plus stigmatisé « d’objets volants non identifiés », ou ovnis.

« L’apparition fréquente de conditions aériennes non identifiées ces dernières années … apporte de graves défis à la sécurité de la défense aérienne de notre pays », a déclaré Chen Li, de l’Académie d’Alerte Avancée des forces aériennes de l’APL, dans un rapport de 2019 cité par SCMP.

Le directeur du renseignement national américain doit publier un rapport détaillant les rencontres militaires avec des PANs dans les semaines à venir. Selon le New York Times, le rapport devrait dire que « la grande majorité des plus de 120 incidents survenus au cours des deux dernières décennies ne provenaient pas d’une technologie militaire américaine ou d’une autre technologie avancée du gouvernement américain. »

Citant des responsables du renseignement anonymes, le New York Times rapporte également que certaines observations pourraient être attribuées à des plateformes militaires avancées chinoises ou russes. Cependant, le Pentagone semble également déconcerté par un certain nombre d’incidents difficilement explicables. Dans certains cas, les objets démontreraient une accélération extrême, des changements de direction et la capacité d’opérer sous l’eau, ce qui ne correspond à aucune technologie connue.

La « Task Force UAP » (PAN) du Pentagone, dont la création a été officiellement annoncée à la mi-août 2020, est à la tête des efforts actuels pour examiner ces PANs.

Selon des rapports récents de la presse chinoise, l’APL dispose également de son propre groupe de travail sur les ovnis, chargé d’enquêter sur les mystérieuses rencontres aériennes au-dessus de l’espace aérien chinois. Selon le SCMP, le groupe de travail chinois sur les « conditions aériennes non identifiées » s’est tourné vers l’intelligence artificielle pour faire la lumière sur les récentes observations d’ovnis.

L’un des avantages de l’IA est qu’elle peut « sortir des sentiers battus » – en vérifiant les miettes d’informations éparpillées dans de nombreux ensembles de données créés à différents moments et en différents lieux, et en établissant des liens invisibles pour les yeux humains – pour aider à déterminer si les observations ont été causées par un pays hostile, des amateurs d’aviation, la nature ou « d’autres raisons », a déclaré Li à SCMP.

 

 

La Chine a eu son lot d’observations d’ovnis. Selon les médias d’État chinois, en 2010, l’aéroport Xiaoshan de Hangzhou a été fermé, et des vols ont été détournés, en raison d’un objet qui planait au-dessus de la piste. Les responsables de l’aéroport ont déclaré aux journalistes que l’objet avait été vu vers 20 heures, heure locale.

« Nous avons reçu l’ordre de fermer l’aéroport jusqu’à ce que le ciel soit dégagé », a déclaré un représentant de l’aéroport. L’objet a fini par disparaître et l’aéroport a repris ses activités vers 22 heures. Les habitants de la région ont déclaré avoir vu un objet rond et lumineux qui ressemblait à une comète. Aucune autre information concernant cette affaire n’est disponible.

Le SCMP rapporte que le groupe de travail sur les ovnis de l’APL dispose d’un système de rapport à plusieurs niveaux pour traiter les observations aériennes inconnues.

Le premier niveau serait constitué de stations radar militaires, de pilotes de l’armée de l’air, de postes de police, de stations météorologiques et d’observatoires de l’Académie Chinoise des Sciences, qui collectent le plus de données possible sur les événements ovnis ou PANs. Ces données brutes seraient ensuite traitées par les commandements militaires régionaux de l’APL pour effectuer une analyse préliminaire, avant de transférer les données dans une base de données nationale.

À partir de là, le quartier général de l’APL attribue un « indice de menace » aux observations en fonction des comportements observés, des fréquences, du design aérodynamique, de la radioactivité, de la fabrication et des matériaux possibles, ainsi que de toute autre information pertinente.

L' »index de menace » de la Chine serait assisté par des programmes d’intelligence artificielle qui permettent d’examiner des modèles difficilement identifiables par les chercheurs et de déterminer l’objectif d’un objet.

Selon les chercheurs chinois, certaines observations inhabituelles et inexpliquées près de la Mer de Chine méridionale et « d’autres eaux sensibles près de la Chine » pourraient être le résultat d’une intensification des activités militaires américaines.

Si la Chine s’intéresse au phénomène des ovnis, le Japon voisin s’est également impliqué dans le suivi des objets aériens inconnus dans le Pacifique. En septembre dernier, le ministre japonais de la défense, Taro Kono, a donné des instructions au personnel militaire japonais sur ce qu’il devait faire s’il repérait des ovnis susceptibles de constituer une menace pour la sécurité nationale.

Lors d’une rencontre avec le secrétaire américain à la défense de l’époque, Mark Esper, à Guam, les deux dirigeants ont convenu que le Japon serait un allié solide pour surveiller les incursions d’objets aériens inconnus dans le Pacifique Sud. Plus tôt dans l’année, en avril, le Japon a commencé à modifier ses directives concernant la manière dont son personnel militaire devait signaler les observations d’objets non identifiés.

M. Kono a personnellement admis qu’il ne croyait pas que ces objets étaient d’origine extraterrestre, et cela a donné lieu à des spéculations selon lesquelles la Chine elle-même pourrait être l’auteur de plusieurs de ces incidents liés aux PAN.

Alors que de nombreux responsables et membres du public aux États-Unis et au Japon pensent que des drones chinois perfectionnés tournent autour des cibles militaires américaines, il est amusant de voir la Chine pointer du doigt la technologie américaine comme étant la cause de ses propres observations d’ovnis. Personne ne semble dire qu’il s’agit d’extraterrestres.

Traduction de Jacky Kozan, le 06 juin 2021

 


 

04 juin 2021

 

Les résultats non classifiés des recherches sur les OVNI
révèlent que la communauté du renseignement américain
ne peut pas expliquer les objets aériens.

 

 

FOX News
Thomas Barrabi
04 juin 2021

Un rapport très attendu détaillant les connaissances de la communauté du renseignement américain sur les OVNIs révélera que les responsables ne peuvent toujours pas expliquer le mouvement de ces objets mystérieux, mais qu’ils n’ont trouvé aucune preuve qu’il s’agit de vaisseaux spatiaux extraterrestres, selon un rapport publié jeudi.

Le rapport des services de renseignement, qui doit être présenté au Congrès à la fin du mois, conclut que la plupart des plus de 120 rencontres documentées avec des « phénomènes aériens non identifiés » ne sont pas liés à une technologie futuriste du gouvernement américain, rapporte le New York Times, qui cite des hauts fonctionnaires de l’administration ayant connaissance du rapport.

Mais le document pourrait apporter plus de questions que de réponses. Les responsables ont déclaré que c’était « à peu près la seule conclusion » du rapport, qui n’exclut pas définitivement la possibilité que les observations soient des vaisseaux spatiaux extraterrestres.

Les responsables du renseignement auraient noté qu’ils n’ont pas trouvé d’explication claire aux mouvements que le personnel militaire a observés sur les objets, tels qu’une accélération rapide et une capacité à s’immerger dans l’eau. Le bureau du directeur du renseignement national et le Ministère de la Défense ont rédigé le rapport.

Voir la vidéo sur le site source

 

Une partie du rapport restera classifiée. Des responsables ont déclaré au New York Times que la section classifiée ne contenait aucune information concluant à l’existence de vaisseaux spatiaux extraterrestres, tout en reconnaissant que le fait de garder une partie du rapport cachée pourrait susciter des spéculations contraires.

Un responsable a déclaré au journal qu’il y avait une « inquiétude » parmi les communautés du renseignement et de l’armée que les phénomènes puissent être une technologie expérimentale de la Chine, de la Russie ou d’une autre puissance étrangère.

Si les spéculations sur l’existence des ovnis vont bon train depuis des décennies, les appels à la déclassification des renseignements sur les observations inexpliquées ont pris de l’ampleur au Capitole ces dernières années.

Le sénateur Marco Rubio, de Floride, a soutenu l’inclusion d’une disposition dans le budget de 2 300 millions de dollars de décembre dernier sur les coronavirus et le financement du gouvernement, qui rendait obligatoire le rapport des services de renseignement sur les OVNIs. Les responsables du Pentagone ont publié plusieurs vidéos de militaires rencontrant des phénomènes aériens non identifiés au cours des derniers mois.

Traduction de Jacky Kozan, le 04 juin 2021

 


30 mai 2021
Il n’y avait pas de déni : un pilote de chasse à la retraite,
mère de trois enfants, qui a vu les ovnis Tic-Tac en 2004,
affirme que l’équipage de l’US Navy a gardé le silence
par crainte d’être taxé de « cinglé ».

 

 

– Alex Dietrich, 41 ans, était en patrouille près de San Diego en 2004 lorsqu’elle a vu apparaître un OVNI en forme de Tic-Tac qui volait à toute allure et de façon erratique.
– Lorsque son commandant de la Navy est allé voir de plus près, l’objet a commencé à imiter ses mouvements, puis a disparu.
– Cette mère de trois enfants et ancien capitaine de corvette dit qu’elle se sent « le devoir et l’obligation » de parler de ce qu’elle a vu.
– Elle affirme que d’autres pilotes avaient peur de parler d’OVNI, car ils risquaient de se faire traiter de « cinglés ».
– Le bureau du directeur du renseignement national doit publier le mois prochain son rapport sur les observations de phénomènes aériens non identifiés par le personnel militaire.

Par Bevan Hurley pour Dailymail.Com

26 mai 2021

 

Une ancienne pilote de chasse qui a vu des ovnis en forme de Tic-Tac en 2004 affirme que ses collègues de la Navy sont restés silencieux par peur d’être qualifiés de cinglés.

Alex Dietrich, 41 ans, mère de trois enfants, affirme qu’elle se sent le devoir de parler de sa rencontre avec des phénomènes aériens non identifiés, car elle considère qu’il s’agit d’une question vitale de sécurité nationale.

Alex Dietrich a participé à une émission spéciale de 60 Minutes sur les phénomènes aériens inexpliqués et s’exprime régulièrement sur les OVNIs devant les commissions d’enquête de la Chambre des Représentants et du Sénat.

« Je ressens un devoir et une obligation », a déclaré l’ancien Capitaine de Corvette au Washington Post lorsqu’on lui a demandé pourquoi elle était prête à parler de ses expériences, contrairement à nombre de ses anciens collègues.

« J’étais dans un avion financé par les contribuables, faisant mon travail d’officier militaire »,
a-t-elle déclaré au Washington Post.

« Les citoyens ont des questions. Ce n’est pas classifié. Si je peux partager ou aider à donner une réponse raisonnable, je le ferai ».

Le mois prochain, le Directeur du Renseignement National et d’autres agences doivent remettre au Congrès un rapport très attendu sur les ovnis.

 

L’ancienne pilote de chasse Alex Dietrich, 41 ans,
était en patrouille près de San Diego en 2004
lorsqu’elle a vu apparaître un OVNI en forme de Tic-Tac
volant à toute allure et de manière erratique.

 

 

Lorsque son commandant de la Navy, Dave Fravor, est allé voir de plus près,
l’objet a commencé à imiter ses mouvements, puis a disparu.

 

 

Dietrich était l’un des six pilotes de Super Hornet qui ont vu l’objet,
mais elle affirme que beaucoup d’entre eux craignent d’être qualifiés de « cinglés »
pour avoir parlé de ce qu’ils ont vu.

 

Voir cette vidéo:

 

 

En avril dernier, le tristement célèbre incident du « Tic-Tac » était l’une des trois vidéos publiées par le Pentagone montrant des images de « phénomènes aériens inexpliqués » prises par des pilotes de l’US Navy.

Au moins six pilotes, dont Dietrich, ont rencontré l’objet mystérieux alors qu’il volait à grande vitesse au-dessus du Pacifique, près du Mexique, le 14 novembre 2004. La façon dont il s’est déplacé a donné lieu à des spéculations sur le fait qu’il s’agissait d’un OVNI et est devenu un élément de preuve essentiel pour ceux qui croient aux extraterrestres.

Lire l’article complet

 


Un journal britannique bascule en ufologie !

 

24 mai 2021

Message de Nick Pope sur Twitter le 22 mai 2021

Le Daily Telegraph se prononce sur les ovnis dans un long article paru dans le journal de samedi. L'histoire est présentée par une image explicite sur la première page. Pour les personnes qui connaissent les médias britanniques et qui souhaitent que les médias influents couvrent ce sujet, laissez-moi vous dire que c'est une très grosse affaire.

Et le Telegraph titre:

Le Pentagone pense que les OVNIs peuvent exister après tout... et les preuves sont de plus en plus nombreuses.

Un nouveau rapport sur les objets volants non identifiés, qui sera publié le mois prochain, montre que le gouvernement américain prend les extraterrestres de plus en plus au sérieux.

Source

Avec en première page cette image:

Après avoir fait tout son possible pendant des décennies pour garder secrètes les observations d’ovnis,
le Pentagone change de tactique.

Je ne traduirai pas ce long article, il sera repris en Français par d’autres médias et il y aura de plus en plus d’article de plus en plus de médias. C’est au journalistes de se mettre au travail, les ufologues peuvent prendre des vacances.

Jacky Kozan, le 24 mai 2021


Des pilotes de la marine se souviennent d’une observation « troublante » de PANs en 2004

 

20 mai 2021

 

L’article nous fait connaître Alex Dietrich qui, jusqu’à présent, tenait à rester anonyme.
Sur le fond il ne nous apporte rien. On y trouve quelques détails qui nous font mieux apprécier l’affaire du Nimitz en 2004.

L’évènement c’est que CBS publie un article sérieux traitant du phénomène ovni, alors qu’ils étaient hostiles envers les ovnis et les ufologues. Que s’est-il passé chez CBS ? Les consignes données à la Direction de CBS ont dû être distribuées aux autres grands médias.

————————–

Traduction de l’article:

Le commandant Dave Fravor et le commandant Alex Dietrich s’entraînaient avec le groupe d’attaque du porte-avions USS Nimitz lorsqu’ils ont rencontré un PAN au-dessus de l’océan Pacifique.

Cette semaine, dans l’émission 60 Minutes, le correspondant Bill Whitaker a réalisé un reportage sur les phénomènes aériens non identifiés, ou PANs, plus connus sous le nom d’ovnis.

Whitaker a interviewé deux anciens pilotes de la marine, le capitaine de frégate Dave Fravor et la capitaine de corvette Alex Dietrich, qui ont déclaré avoir été témoins de quelque chose de « troublant » et d’inexplicable alors qu’ils volaient au-dessus de l’océan Pacifique en novembre 2004. Fravor est diplômé du programme de vol naval TOPGUN. Il était commandant de l’escadron de F/A-18F sur l’USS Nimitz au moment de la rencontre.

Dietrich, ancienne pilote de F/A-18F, n’avait encore jamais parlé publiquement de ce qu’elle avait vu ce jour-là.

« C’était non identifié. Et c’est pourquoi c’était si troublant pour nous. Parce que nous ne nous y attendions pas. Nous ne pouvions pas le classer », a déclaré Dietrich.

Le 14 novembre 2004, Fravor et Dietrich s’entraînaient avec le Nimitz Carrier Strike Group à environ 160 km au sud-ouest de San Diego. À leur insu, le radar avancé d’un navire faisant partie de leur groupe d’entraînement, l’USS Princeton, a détecté ce que les opérateurs appellent des « véhicules aériens anormaux multiples » au-dessus de l’horizon, descendant de quatre-vingt mille pieds en moins d’une seconde.

Au cours de leur exercice d’entraînement, Fravor et Dietrich, chacun avec un officier du système d’armement sur le siège arrière de leur F/A-18F, disent avoir été déroutés pour enquêter sur l’objet anormal. Ils disent qu’ils ont d’abord trouvé une zone d’eau vive tourbillonnante de la taille d’un Boeing 737. Puis ils ont vu quelque chose d’étrange au-dessus de l’eau.

« Nous avons vu ce petit objet blanc ressemblant à un Tic-Tac… et il se déplaçait simplement au-dessus de la zone d’eau vive », a raconté Fravor.

« Aucun mouvement prévisible, aucune trajectoire prévisible », a déclaré Dietrich.

Pendant que Dietrich tournait au-dessus, Fravor est descendu pour regarder de plus près. Il a déclaré que l’objet était de la taille de son F/A-18F, sans marquage, sans ailes et sans panache d’échappement. Dès que Fravor a essayé d’engager le PAN, celui-ci a accéléré si rapidement qu’il a semblé disparaître, s’est-il souvenu. Quelques secondes plus tard, l’USS Princeton a de nouveau repéré le Pan sur son radar. Il se trouvait à environ 60 miles.

Plus tard, la caméra de visée d’un autre équipage s’est verrouillée sur ce qu’elle pensait être le même PAN avant qu’il ne reparte en trombe, bien que la caméra ait réussi à capturer une vidéo infrarouge de quelque chose.

Fravor et Dietrich ont appris des contrôleurs de l’USS Princeton qu’ils suivaient des objets anormaux similaires depuis des jours, mais Dietrich et Fravor ont déclaré ne pas en avoir été informés. Lorsque Fravor et Dietrich ont rencontré le PAN, ils n’étaient pas armés.

« J’ai ressenti la vulnérabilité de ne rien avoir pour nous défendre », a déclaré Dietrich. « Et puis je me suis sentie confuse quand il a disparu ».

Fravor et Dietrich ont dit qu’ils ont subi quelques railleries de la part de leurs collègues de l’équipage au sujet de leur observation. Bien qu’ils aient fait un débriefing de la rencontre, pour autant qu’ils le sachent, il n’y a pas eu d’enquête officielle, ont déclaré les pilotes.

Christopher Mellon a été secrétaire adjoint à la défense chargé du renseignement pour les présidents Bill Clinton et George W. Bush, et a également fait partie du personnel de la commission du renseignement du Sénat. Il a déclaré à 60 Minutes qu’il pensait que l’objet dont Fravor et Dietrich avaient été témoins présentait des capacités technologiques avancées. Mellon dit que le Pan semblait avoir un temps de vol illimité et une accélération exceptionnelle.

 

En août 2020, le secrétaire adjoint à la Défense David Norquist a approuvé la création d’un petit groupe appelé « Unidentified Aerial Phenomena Task Force », basé au sein de l’Office of Naval Intelligence. Les membres des services sont désormais encouragés à signaler ce type de rencontres, et le groupe de travail se chargera de collecter, d’analyser et de cataloguer les preuves recueillies par ces derniers.

« Ce que le Pentagone reconnaît, c’est qu’il y a effectivement des aéronefs qui… violent l’espace aérien restreint. Cela s’est produit et continue de se produire… et nous ne savons pas d’où ils viennent, et nous ne comprenons pas la technologie », a déclaré Mellon à Bill Whitaker.

En décembre dernier, lorsque le sénateur Marco Rubio était président par intérim de la commission du renseignement, il a demandé au Directeur du Renseignement National, en consultation avec le Secrétaire à la Défense, de présenter au Congrès un rapport non classifié sur les PANs. Ce rapport est attendu le mois prochain.

M. Rubio a déclaré à l’émission 60 Minutes que les phénomènes aériens non identifiés détectés par nos militaires ne sont « pas les nôtres » et qu’il craint qu’ils ne représentent une menace de surveillance étrangère. « Nous voulons certainement nous assurer qu’il ne s’agit pas d’une capacité d’un adversaire étranger, ce qui signifie que les Russes ou les Chinois ont développé une certaine technologie….. Si c’est le cas, il s’agit d’une énorme menace de contre-espionnage. Nous voulons prendre cela au sérieux. »

La vidéo ci-dessus a été produite par Will Croxton et Jacquelyn DiNick. Elle a été éditée par Will Coxton.

Traduction de Jacky Kozan, le 19 mai 2021

 


Un film à partir d’un scénario OVNI
basé sur le livre de Leslie Kean

 

18 mai 2021

 

 

New Line et HBO Max s’emparent d’un scénario OVNI
basé sur le livre de Leslie Kean.

New Line, HBO Max et la productrice Laura Bickford se sont associés pour réaliser un film sur les enquêtes gouvernementales modernes sur les OVNI. Bryce Kass a écrit le scénario.

 


Laura Bickford

 

 

Basé sur le parcours de la journaliste d’investigation Leslie Kean, qui a enquêté et couvert des phénomènes aériens inexpliqués pendant de nombreuses années, le film racontera également l’histoire de Luis Elizondo lorsqu’il dirigeait le programme d’identification des menaces aérospatiales avancées du Pentagone (AATIP) et celle de Christopher Mellon, ancien Secrétaire Adjoint à la Défense chargé du renseignement, qui a contribué à faire connaître le programme du Pentagone, jusque-là secret, et ses vidéos officielles d’ovnis en 2017.

 

Les récentes couvertures du New York Times, du New Yorker, du Washington Post, de Politico, de Fox News et de CNN ont fait connaître au public le programme OVNI, longtemps secret, du Ministère de la Défense américain.

À l’origine, Bickford avait pris une option sur le best-seller de Kean paru dans le New York Times en 2010, UFOs : Generals, Pilots, and Government Officials Go on the Record et tous les événements OVNIs décrits seront basés sur des rapports de cas corroborés de manière indépendante à partir de documents officiels, de données des radars, d’enregistrements de données de cockpit et de récits de première main de pilotes.

Bryce Kass et Elizabeth Stillwell

 

Kass est le scénariste de Lizzie, avec Chloë Sevigny et Kristen Stewart. Il travaille également sur une série limitée de 5 épisodes avec Gus Van Sant, que ce dernier réalisera, et il écrit une série de télévision pour Daft Punk. Parmi ses autres crédits, citons deux scénarios pour la société Smokehouse Pictures de George Clooney : Pioneer et Monster of Florence et Dark Star pour le réalisateur Scott Cooper. Il est représenté par Circle of Confusion, CAA et Greg Slewett et Patrick Ragen chez Ziffren.

Bickford est la productrice primée de Traffic, Che, Duplicty et Arbitrage. Elle a produit Beasts of No Nation avec sa partenaire de Flora Films, Fiona Druckenmiller, qui produira le film sur les ovnis. Elle est représentée par Lichter et Grossman.

Mme Bickford a déclaré:

"Il est étonnant de voir comment l'histoire des ovnis a fait boule de neige dans la presse sérieuse.
 Nous ne pourrions pas être plus enthousiastes à l'idée de porter enfin cette histoire extraordinaire de Leslie et Lue sur les écrans du monde entier avec l'équipe de New Line."

 


Le Pentagone confirme que la vidéo divulguée, montrant l’OVNI « transmedium », est authentique

 

15 mai 2021

 

 

Le Pentagone a confirmé que des images récemment publiées, semblant montrer un objet aérien non identifié filmé alors qu’il entrait dans l’océan, ont été obtenues par le personnel de l’US Navy et sont actuellement examinées par la Task Force PAN de la Navy.

La vidéo a été obtenue par le personnel à bord de l’USS Omaha, un navire de combat littoral de classe Independence de la Navy américaine, lors d’un incident survenu en 2019 au large de la côte californienne.

USS Omaha


La séquence a été mise en ligne le vendredi 14 mai par le documentariste Jeremy Corbell sur son compte Instagram. Corbell a précédemment publié sur son site Web, ces dernières semaines, des séquences montrant une série d’objets de forme pyramidale filmés par le personnel de la Navy, dont le Pentagone a ensuite confirmé l’authenticité. Selon Corbell, la vidéo nouvellement publiée a été filmée depuis l’intérieur du centre d’information de combat (CIC) de l’USS Omaha le 15 juillet 2019, à environ 23 heures (heure côte Est).

The Debrief a contacté le Pentagone au sujet de la vidéo nouvellement divulguée en demandant si elle pouvait être confirmée comme authentique et si elle avait été réalisée par le personnel de la Navy à bord de l’USS Omaha.

« Je peux confirmer que la vidéo a été prise par le personnel de la Navy, et que la Task Force PAN l’a incluse dans ses examens en cours », a déclaré Susan Gough, porte-parole du Pentagone, dans une réponse par courriel.

 

 

The Debrief a également demandé si la vidéo avait été incluse dans les rapports de la Task Force PAN de la Navy et si l’objet filmé avait été classé comme « inconnu » et pouvait représenter un phénomène aérien non identifié (PAN). Cependant, Gough a refusé de fournir d’autres commentaires en réponse à nos questions.

Lire l’article complet

 


Les pandémies générées par les ovnis, que nous avons évitées

 

13 mai 2021

 

Un article du Roswell Daily Record du 16 août 2020

 

À la fin du film de science-fiction classique de 1953, « La guerre des mondes », le narrateur déclare qu’après que tous les efforts militaires de l’humanité aient échoué à arrêter les envahisseurs martiens, ces êtres ont été vaincus par des micro-organismes dans l’atmosphère de la planète contre lesquels les créatures extraterrestres n’avaient aucune immunité.

Ce que le narrateur ne mentionne pas, c’est que l’on pourrait s’attendre à ce que la même chose s’applique en sens inverse – on pourrait raisonnablement s’attendre à ce que les extraterrestres soient porteurs de micro-organismes mortels pour les humains. En fait, le film ignore visiblement cette possibilité. Dans l’une des scènes finales, le scientifique principal (joué par Gene Barry) s’approche d’une soucoupe volante écrasée dans la rue, d’où pend un bras extraterrestre et il tend la main pour toucher le bras afin de vérifier que la créature est morte.

D’après ce que nous savons maintenant, peu de gestes auraient pu être plus suicidaires. Il y a de fortes indications que le contact avec des corps extraterrestres peut être, et a été, à certains moments, mortel.

Dans leur livre « Alien Viruses », les docteurs Robert Wood et Nick Redfern présentent des preuves irréfutables que lors de la récupération du crash de Roswell en juillet 1947, quatre techniciens – après avoir été en contact avec les corps récupérés – ont été frappés par un virus à incubation rapide et sont tous morts quelques heures plus tard. Nous avons des raisons de penser que tout le site a été incinéré à ce moment-là pour éliminer le risque d’une nouvelle infection, et nous savons depuis longtemps que lorsque les corps des extraterrestres ont été expédiés, les autorités militaires ont exigé qu’ils soient placés dans des cercueils hermétiquement fermés. Il est clair qu’il s’agissait de problèmes de risques biologiques.

Puis, en août 1974 (ce qui est relaté dans le livre de Noe Torres et Ruben Uriarte[*] intitulé « Mexico’s Roswell »), un OVNI s’est écrasé dans le nord du Mexique et, tandis que les autorités américaines surveillaient la situation, une équipe mexicaine a récupéré l’engin et le transportait, sur un camion à plateau, vers le sud du Mexique, lorsqu’un événement bizarre s’est produit.

Un survol de la CIA a révélé que le convoi mexicain s’était arrêté sur la route. Les portes des véhicules étaient ouvertes et des corps humains gisaient sur le sol près de l’endroit où ils étaient sortis des camions et des jeeps.

Les négociations avec le gouvernement mexicain sont probablement entrées en jeu à ce moment-là, car les militaires américains ont fini par se rendre sur place en hélicoptère, découvrir environ 24 corps humains (toute l’équipe de récupération mexicaine était morte) et transporter l’OVNI sur le sol américain puis bombarder le site isolé dans le désert.

Le virus a été transmis par voie aérienne, car les 24 membres de l’équipe n’auraient pas tous manipulé les corps. De plus, le fait que l’équipe mexicaine ait eu le temps de s’éloigner de la route – j’appelle cela le « facteur retard » – prouve que ce n’est pas un gaz toxique qui a tué l’équipe, mais plutôt une menace biologique, ce qui explique aussi que l’engin ait finalement été transporté dans un laboratoire de niveau de biosécurité classe 4 à Atlanta.

Nous avons tous vu, avec COVID-19, que même un virus terrestre peut provoquer une pandémie mondiale. En 1947 et 1974, nous avons échappé de justesse à des pandémies encore plus terribles. Si quelqu’un n’avait pas vaporisé les agents pathogènes sur ces sites de crash, nous aurions pu avoir de gros problèmes.

[*] Ruben Uriarte est membre de l’Académie d’Ufologie

et Responsable de la Formation des Enquêteurs au MUFON-HQ.

 


Les « chefs » ont bloqué
les enquêtes sur les extraterrestres
parce qu’ils croient que ce sont des démons.

 

10 mai 2021

 

 

Nick Pope, ancien fonctionnaire du Ministère de la Défense britannique, a déclaré que, selon lui, certains hauts responsables du pays craignent que l’étude des OVNIs ne donne de l’énergie à des démons en quête d’attention.

Par Jerry Lawton, le 06 mai 2021

 

Les chefs de la défense ont bloqué les enquêtes sur les extraterrestres parce qu’ils pensent qu’il s’agit de démons, affirme-t-on.

 

Nick Pope, ancien fonctionnaire du Ministère de la Défense, a déclaré que des personnages de l’ombre au sein du gouvernement ont fait échouer des enquêtes.

Il affirme que certains fonctionnaires craignent que l’étude des OVNIs « donne de l’énergie aux démons en quête d’attention, les nourrissant en quelque sorte ».

Nick Pope affirme que cette théorie trouve ses racines dans la description biblique de Satan comme « le prince du pouvoir de l’air ».

Il ajoute :

"Il était extrêmement frustrant de devoir faire face à ce que je ressentais comme une intrusion de la religion dans une question de défense et de sécurité nationale.

"Tant au Royaume-Uni qu'aux États-Unis, les enquêtes gouvernementales sur les OVNIs ont été entravées par le refus des hauts fonctionnaires.

"Des obstacles ont été dressés par des personnes au sein du gouvernement qui acceptaient le phénomène mais pensaient qu'il était démoniaque.

"La croyance semble être que l'étude des OVNIs donnerait de l'énergie aux démons en quête d'attention, les nourrissant en quelque sorte, dans une situation où le plus sûr est de les ignorer".

Nick a déclaré qu’il pense que certains responsables croient que l’interaction avec la vie extraterrestre est un « piège, dangereux et sacrilège ».

Il a affirmé qu’il existe des exemples bien documentés de réactions religieuses contre l’agence de renseignement américaine qui étudie les OVNIs, ajoutant : « Je crois que cela a été un facteur dans le Ministère de la Défense aussi. »

Cette déclaration fait suite à l’information selon laquelle le gouvernement américain se prépare à partager des informations sur la « réalité » des OVNIs, selon un expert.

Luis « Lue » Elizondo affirme être l’ancien directeur du Programme d’Identification des Menaces Aérospatiales Avancées (ATTIP), une unité secrète du Pentagone qui aurait étudié les ovnis, entre 2007 et 2012.

Ce programme révolutionnaire, qui aurait bénéficié d’un budget annuel de 16,5 millions de livres sterling alloué par le Ministère de la Défense, aurait été dirigé depuis le cinquième étage du C-RING du Pentagone à Washington DC et devait enquêter sur les observations d’ovnis aux États-Unis et dans le reste du monde.

 

Il affirme maintenant qu’un nouveau document secret qui fera l’effet d’une bombe et dont la publication est prévue en juin touche à l’inexplicable.

« Je pense que le gouvernement a reconnu la réalité des phénomènes aériens non identifiés (PAN) », a déclaré Elizondo au New York Post, malgré la signature de ce qu’il appelle un NDA (Non Disclosure Agreement) « à vie » avant de démissionner du Pentagone en 2017.

Il a ajouté : « Je pense qu’ils veulent tous des réponses et je pense qu’ils sont tous prêts à poser les questions difficiles. »

Traduction de Jacky Kozan, le 08 mais 2021

 


ARGENTINE
Le CAFÉ UFOLOGICO RIO54
à 11 ans aujourd’hui !

 

6 mai 2021

 

Ce jeudi 6 marque exactement 11 ans depuis la création du Café Ufológico RIO54.

 

Le jeudi 6 mai 2010, quatre personnes dans le désormais légendaire Café De La Subasta dans le quartier de Caballito commençaient l’émergence de RIO54 et des cafés ufologiques en Argentine et dans le monde.

Puis sont venues les réunions qui ont rempli l’espace disponible, avec des débats intenses et mémorables qui ont laissé la place à tous les points de vue.

Les restrictions actuelles dues à la pandémie nous empêchent de revenir ŕ ces rencontres en face ŕ face tant attendues mais, en attendant, ce jeudi 6 mai de 18h30 ŕ 20h30, nous vous invitons à participer ŕ la Rencontre, mème si ce n’est que pour quelques minutes dans la mesure de vos possibilités, pour échanger des salutations en cette date spéciale ainsi que pour poursuivre les conversations mensuelles enrichissantes sur les sujets qui nous passionnent tant. Les coordinateurs Mario Lupo et Rubén Morales vous invitent :

2010 – 2021 – Café Ufológico RIO54 – 11 ANS

Jeudi 6 mai – 18:30 – 20:30

Informations pour rejoindre le Google Meet, lien vers l’appel vidéo : https://meet.google.com/zkk-pdfu-orr

Joyeux anniversaire également à vous qui, par votre soutien et vos messages, faites partie de cette belle réalité !

Salutations et, si vous le pouvez, nous vous attendrons à six heures et demie de l’après-midi (GMT-3, heure Argentine), car la virtualité nous rapproche !

Rubén Morales / Mario Lupo
Integrantes de L’Académie d’Ufologie +54911 3402 1945
http://rio54ovni.blogspot.com
Café Ufológico RIO54
Miembro de la Red Argentina de Cafés Ufológicos

 


5 mai 2021

 

L’Inspecteur Général du Pentagone
lance une évaluation des actions en matière d’ovnis

 

Cette enquête intervient alors que le Congrès attend un rapport public,
prévu pour le mois prochain,
de la part d’une série d’agences de sécurité nationale sur la question.

 

04 mai 2021

 

DoD photo by Lisa Ferdinando

 

 

L’inspecteur général du Pentagone examine les mesures prises par l’armée pour faire face à la vague d’observations d’ovnis de ces dernières années. Ces ovnis, qui ont violé l’espace aérien militaire, ont impliqué des avions à hautes performances.

Cette enquête intervient alors que le Congrès attend un rapport public sur la question de la part du Pentagone. Il est prévu pour le 25 juin,.
Des défenseurs de l’opération se plaignent que certains départements et agences de Sécurité Nationale ne coopèrent pas pleinement en refusant de partager leurs données.

« L’objectif de cette évaluation est de déterminer dans quelle mesure le DoD (Ministère de la Défense) a pris des mesures concernant les phénomènes aériens non identifiés (PAN) », a écrit Randolph Stone, Inspecteur Général Adjoint pour les évaluations sur l’espace, le renseignement, l’ingénierie et la surveillance, dans un mémo, lundi, aux chefs des branches militaires et autres commandants militaires supérieurs et chefs du renseignement.

« Nous pouvons réviser l’objectif au fur et à mesure de l’évaluation et nous prendrons en compte les suggestions de la direction concernant des objectifs supplémentaires ou révisés », ajoute le mémo.

Le mémo a été rapporté pour la première fois par The Debrief.

 

 

Qui a décidé que le « chien de garde » indépendant du département devait s’occuper de cette question ? La réponse n’a pas été immédiatement claire; le bureau de l’IG (Inspecteur Général) n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Traditionnellement, l’IG enquête sur les allégations d’actes répréhensibles ou évalue la façon dont le Pentagone et les branches militaires gèrent les questions sensibles ou d’autres questions politiquement chargées. Elle peut mener ses propres enquêtes ou répond souvent aux demandes des dénonciateurs, des responsables du Pentagone ou des membres du Congrès.

 

L’année dernière, le Pentagone a mis en place un groupe de travail sur les phénomènes aériens non identifiés afin de recueillir des informations sur les observations d’ovnis et d’étudier leurs origines.

Cette task force joue un rôle essentiel dans la rédaction du rapport destiné au Congrès. Un porte-parole du groupe de travail n’a pas répondu immédiatement à une demande de commentaire sur l’évaluation séparée de l’IG.

Mais un ancien haut responsable du renseignement au Pentagone, qui a fait pression sur le Congrès pour qu’il prenne davantage de mesures concernant ces observations, a déclaré mardi que l’implication de l’IG était une mesure positive pour obliger les militaires à prendre la question plus au sérieux.

« Vous vous demandez comment il est possible que l’espace aérien militaire restreint soit régulièrement violé pendant des mois et des années, sans que personne n’en soit informé au Ministère de la Défense ou au Congrès, et qu’il y ait une défaillance complète du système ? », a déclaré Christopher Mellon, ancien secrétaire adjoint à la Défense chargé du renseignement. « C’est un sujet valable pour qu’ils enquêtent ».

Traduction Jacky Kozan, le 05 mai 2021

 


Recherchez un article plus ancien dans la colonne de gauche
ou avec le moteur de recherche


 


Ces textes sont publiés sous licence Creative Commons Paternité-Partage des Conditions Initiales à l’Identique 3.0 Unported


L’Académie d’Ufologie, dont vous pouvez consulter sur ce site les rapports annuels d’activité et dont: la création a été publiée au Journal Officiel, le nom déposé à l’INPI, et le logo fait l’objet d’un copyight, n’a aucun lien avec la page facebook « Académie Virtuelle d’Ufologie« .


Voyez notre Cyber-Ours (mentions légales)