Bienvenue !

To see this page in YOUR language,
click on the translator at the Top-Right of this page.

要以您的语言查看此页面,
单击此页面右上角的翻译器。

لمشاهدة هذه الصفحة بلغتك ،
انقر فوق المترجم في أعلى يمين هذه الصفحة.

このページをあなたの言語で表示するには、
このページの右上にある翻訳をクリックしてください。

Para ver esta página en SU idioma,
haga clic en el traductor en la parte superior derecha de esta página.

Чтобы увидеть эту страницу на ВАШЕМ языке,
щелкните переводчик в правом верхнем углу этой страницы.

כדי לראות דף זה בשפה שלך,
לחץ על המתרגם בפינה השמאלית העליונה של דף זה.

 

Logo

 

Site d'information sur la divulgation
L’enjeu de l’Ufologie, c'est:
– une refonte du discours officiel sur ce qu’est la réalité,
– l’ouverture de la rationalité,
– la conquête des divers niveaux de réalité révélés par la transdisciplinarité.

 

Pour rechercher une publication, voir dans la colonne de gauche.

 


La Divulgation


20 septembre 2020

FRANCE: l’Armée de l’Air et de l’Espace » a dévoilé son nouveau logo

Source

logo.jpg

L’armée de l’Air, rebaptisée « Armée de l’Air et de l’Espace », a dévoilé ce vendredi son nouveau logo. L’étape est symbolique du déploiement progressif de la stratégie spatiale militaire française, dans un contexte de compétition mondiale accrue.

La ministre des Armées Florence Parly et le chef d’état-major de l’armée de l’Air, le général Philippe Lavigne, ont assisté à la présentation du nouveau logo des aviateurs lors d’une cérémonie sur la base aérienne de Villacoublay, près de Paris.

Il diffère peu de l’ancien logo, puisqu’il s’agit d’une « évolution » et non d’une « révolution »:

armée air.jpg


20 septembre 2020

France: annonce du collectif d’intervenants sur le phénomène ovni

Collectif d’intervenants sur le phénomène ovni
Nous demandons que:
– Les organismes officiels ou services d’état déclassifient certaines archives concernant le phénomène OVNI en France.
– Les communautés scientifiques engagent des travaux sur le sujet et les rendent public.
– Les médias mainstream français organisent des débats sérieux et constructif, respectueux du sujet et des témoins.
– La recherche ufologique française indépendante soit davantage soutenue.
Nous sommes favorables à l’ouverture de débats visant à améliorer l’approche et la méthodologie relatives à l’étude du phénomène OVNI.

 


23 août 2020

UN PHYSICIEN DE L’US NAVY (RETRAITÉ) PRÉDIT QUE LE GROUPE DE TRAVAIL SPÉCIAL SUR LES PHÉNOMÈNES AÉRIENS NON IDENTIFIÉS (UAPTF) DE LA NAVY CONFIRMERA CE QUE LES ENQUÊTEURS CIVILS SUSPECTENT LONGTEMPS, QUE CERTAINS PANs SONT DES VÉHICULES CONTRÔLÉS PAR DES INTELLIGENCES NON HUMAINES (NHI)

Une publication du Dr Bruce Maccabee sur facebook

DATELINE: TERRE
(Ligne de changement de date: Terre)
22 août 2020

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

À partir de la fin des années 40, le personnel militaire et les citoyens de tous les horizons ont commencé à signaler des objets inhabituels voyageant dans le ciel. Ils sont devenus connus sous le nom d’objets volants non identifiés (OVNI). Des centaines de rapports par an de 1947 à 1969 ont été recueillis et analysés par trois projets de l’armée de l’air, SIGN (1948), GRUDGE (1949 – 1951) et le célèbre PROJECT BLUE BOOK (1952 – 1969). Après avoir étudié quelque 13 000 rapports, BLUE BOOK a conclu que la plupart d’entre eux pouvaient être expliqués comme des phénomènes ordinaires mal perçus mais que 701 résistaient à l’explication. BLUE BOOK a alors affirmé, sans preuve, que s’ils avaient eu plus d’informations sur les 701 observations, elles aussi auraient pu être expliquées.

Après la fermeture de BLUE BOOK en 1969, l’armée de l’air a répondu aux questions en distribuant une «fiche d’information» qui disait qu’après avoir enquêté sur des milliers d’observations, elle n’avait rien trouvé qui constituait une menace pour les États-Unis et rien n’indiquant une technologie avancée ou nouvelle et en particulier, aucune preuve d’Off World Intelligence (OWI). En outre, l’armée de l’air a déclaré qu’elle n’était plus intéressée par les enquêtes d’observation et que toute information d’observation devrait être envoyée à une organisation civile d’OVNI telle que le Mutual UFO Network (MUFON), etc… (Cependant, un document de l’US Air-Force de 1980 dit que l’Air-Force enquête sur les observations qui se produisent au-dessus de ses bases.)

Plus récemment, ils ont été observés par des pilotes de chasse de l’US Navy et des marins qui ont détecté et suivi des PANs à l’aide de radars et de dispositifs optiques modernes. La Navy a confirmé que les PANs sont des objets ou des phénomènes inconnus. Les données radar confirment ce que l’on soupçonne depuis les premières observations d’OVNI à la fin du printemps 1947, à savoir que ces objets peuvent subir une accélération extrême et atteindre des vitesses très élevées (des milliers de miles par heure).

Depuis les premières observations, la question a été: les rapports sont-ils valides ou les rapports résultent-ils d’erreurs d’identification de phénomènes connus ou d’erreurs d’observation, de délires (états mentaux des témoins) ou de canulars? Et, si les rapports sont valides, que rapportent les témoins? Rapportent-ils des phénomènes nouveaux, naturels mais inconnus qui obéissent à une physique actuellement inconnue? Et, peut-être la question la plus intrigante est la suivante: ces objets ou phénomènes, du moins certains d’entre eux, pourraient-ils être la preuve que la Terre est visitée par des intelligences non humaines (NHI) qui se déplacent au moyen de divers véhicules de transport extraterrestres (ATV pour Alien Transportation Vehicule)?
Afin de répondre à cette question, l’Office of Naval Intelligence (ONI) a mis en place un groupe de travail (l’Unidentified Aerial Phenomenon Task Force, UAPTF) pour collecter et analyser les rapports d’observations / événements PAN / OVNI et préparer un rapport non classifié pour publication.

Les auteurs de cet article félicitent la Navy d’avoir «pris le taureau par les cornes» et mis en place un programme pour s’attaquer de front à la question ci-dessus. Cependant, les analyses de nombreux rapports non classifiés par des civils au cours des 70 dernières années nous ont déjà donné la réponse probable: au moins certains des rapports de PANs / OVNIs sont la preuve d’un ATV (véhicule de transport extraterrestre) contrôlé par certaines NHI (intelligences non humaine). Nous espérons que le groupe de travail confirmera cette conclusion sur la base de ses études d’observations classifiées.

Cette conclusion est basée sur des études de nombreuses observations bien rapportées, à la fois classifiées et non classifiées, qui ne peuvent être expliquées qu’en supposant que le PAN était un ATV. Nous offrons, à titre d’exemple une observation qui ne peut être expliquée qu’en supposant que le PAN était un ATV, l’observation radar «Double Sized Target» (DST) qui s’est produite en Nouvelle-Zélande aux petites heures du matin du dimanche 31 décembre 1978.

>
L’observation radar DST fait partie d’une série d’événements d’observation radar et visuelles qui se sont produits entre 00h15 (15 minutes après minuit) et 01h00 alors qu’un avion cargo Argosy à quatre moteurs (bruyant!) A volé vers le sud transportant des journaux de Wellington à Christchurch. Ces observations sont uniques par la quantité et la qualité des données disponibles. Il y avait plusieurs témoins dans l’avion, dont deux membres d’équipage expérimentés (Bill Startup, pilote et Robert Guard, copilote), deux opérateurs radar du Wellington Air Traffic Control Center [WATCC – l’antenne radar était à l’extrémité sud de l’île du Nord de la Nouvelle-Zélande], Goeffrey Causer et Bryan Chalmers et une équipe composée du journaliste (Quentin Fogarty), d’un caméraman (David Crockett) et d’un opérateur de magnétophone (Ngaire Crockett, l’épouse de David). Il y a eu deux enregistrements sur bande. L’une était une bande en continu fabriquée au WATCC qui a enregistré toutes les communications entre le WATCC et l’avion et a rendu possible une reconstruction précise dans le temps des événements d’observation pendant le vol. Ngaire faisait fonctionner l’autre enregistreur chaque fois que Fogarty voulait enregistrer ses observations. Il y avait non seulement les souvenirs du témoin, les enregistrements sur bande et les détections radar, mais il y avait aussi de nombreuses images de film couleur 16 mm enregistrées par le caméraman à l’aide d’un appareil photo professionnel Bolex et de téléobjectifs. (Les auteurs ne sont au courant d’aucune autre observation, civile ou militaire, avec une quantité et une diversité de données similaires. Plus précisément, la combinaison de données radar et d’un film couleur 16 mm est unique à ces observations.)

Suite sur l’article complet




Diffusion immédiate

Création d’une force spéciale
pour améliorer la compréhension
des phénomènes aériens non identifiés


Source:
https://www.defense.gov/Newsroom/Releases/Release/Article/2314065/establishment-of-unidentified-aerial-phenomena-task-force/

 

14 août 2020

 

Le 04 août 2020, le secrétaire adjoint à la Défense David L.Norquist a approuvé la création d’un groupe de travail (UAPTF pour Unidentified Aerial Phenomena Task Force) sur les phénomènes aériens non identifiés. Le Département de la Marine, sous la tutelle du Bureau du Sous-Secrétaire à la Défense pour le Renseignement et la Sécurité, dirigera l’UAPTF.

Le ministère de la Défense a créé l’UAPTF pour améliorer la compréhension et mieux comprendre la nature et les origines des PANs (ovnis).
La mission du groupe de travail est de détecter, d’analyser et de cataloguer les PANs qui pourraient potentiellement constituer une menace pour la sécurité nationale des États-Unis.

Comme le DOD (Department of Defense pour Ministère de la Défense) l’a indiqué précédemment, la sécurité de notre personnel et la sécurité de nos opérations sont d’une importance primordiale. Le Ministère de la Défense et les départements militaires prennent très au sérieux toute incursion d’aéronefs non autorisés dans nos champs d’entraînement ou dans l’espace aérien réservé et examinent chaque rapport. Cela comprend les examens des incursions qui sont initialement signalées comme PANs lorsque l’observateur ne peut pas immédiatement identifier ce qu’il ou elle observe.

Traduction de Jacky Kozan, le 15 août 2020

 


 

29 juillet 2020

 

Source

Times Insider
Croyons-nous aux OVNIs?
C’est la mauvaise question.

Le rapport sur le programme du Pentagone
qui enquête sur des objets volants non identifiés
n’est pas une question de croyance.
Il s’agit d’une recherche vigilante des faits.

La marine américaine a officiellement publié précédemment des vidéos montrant des objets inexpliqués.
Crédit… Département de la Défense, via l’Agence France-Presse – Getty Images

Par Ralph Blumenthal et Leslie Kean

Publié le 28 juillet 2020

 

Times Insider explique qui nous sommes et ce que nous faisons et fournit des informations en coulisse sur la manière dont nos journalistes se réunissent.

Nous faisions partie de l’équipe du New York Times (avec la correspondante de Washington, Helene Cooper) qui a dévoilé l’histoire de l’unité longtemps secrète du Pentagone enquêtant sur des objets volants non identifiés, le programme avancé d’identification des menaces aérospatiales, en décembre 2017 (AATIP-Advanced Aerospace Threat Identification Program).

Depuis lors, nous avons rendu compte des rencontres rapprochées des pilotes de la Marine avec des OVNIS et la semaine dernière, sur le programme actuel remanié, le Groupe de Travail sur les phénomènes aériens non identifiés et ses briefings officiels, en cours depuis plus d’une décennie, pour les responsables du renseignement, les dirigeants de l’aérospatiale et le personnel du Congrès sur des accidents d’ovnis signalés et des matériaux récupérés.

Des associés et des lecteurs bien intentionnés nous demandent souvent: «Croyez-vous aux ovnis.?» La question nous étonne car elle est personnelle et inappropriée. Les journalistes du Times sont particulièrement réticents à révéler des opinions qui pourraient impliquer un biais éventuel dans les rapports.

Mais dans ce cas, nous n’avons aucun problème à répondre: «Non, nous ne croyons pas aux ovnis».

Comme nous le voyons, leur existence, ou non-existence, n’est pas une question de croyance.

Nous admirons ce que la grande anthropologue Margaret Mead a dit lorsqu’on lui a demandé il y a longtemps si elle croyait aux ovnis. Elle a appelé cela «une question idiote», écrivant dans Redbook en 1974:

«La croyance concerne des questions de foi; cela n’a rien à voir avec le type de connaissances fondées sur la recherche scientifique. … Les gens croient-ils au soleil ou à la lune, aux changements de saison ou aux chaises sur lesquelles ils sont assis?
Lorsque nous voulons comprendre quelque chose d’étrange, quelque chose auparavant inconnu de quiconque, nous devons commencer par un ensemble de questions entièrement différentes. Qu’est-ce que c’est? Comment ça marche? »

C’est ce sur quoi le programme ovni du Pentagone s’est concentré, ce qui le rend éminemment digne d’intérêt. Et pour être clair: les ovnis ne veulent pas dire extraterrestres. Non identifié signifie que nous ne savons pas ce qu’ils sont, mais simplement qu’ils démontrent des capacités qui ne semblent pas possibles grâce à la technologie actuellement disponible.

Dans nos rapports, nous nous sommes concentrés sur la manière dont le Ministère de la Défense, le Bureau du Renseignement de la Navy et les membres de deux comités sénatoriaux, se sont engagés sur ce sujet. Les responsables actuels s’inquiètent désormais de la menace potentielle représentée par les objets technologiques très réels et avancés: à quel point ils peuvent se rapprocher de nos avions de combat, provoquant parfois un quasi-accident et le risque que nos adversaires puissent acquérir la technologie démontrée par les objets avant que nous la connaissions.

Donc, si les ovni ne sont plus une question de croyance, que sont-ils et comment font-ils ce qu’ils font?

Et si la technologie a été récupérée à partir d’objets abattus, quelle meilleure façon d’essayer de comprendre leur fonctionnement?

Nos histoires précédentes étaient relativement faciles à documenter avec des vidéos d’ovnis déclassifiées par le Ministère de la Défense et des témoignages oculaires de pilotes étayés par des rapports de danger de la Navy sur des rencontres rapprochées avec de petits objets se déplaçant à grande vitesse.

Mais notre dernier article présentait un ensemble de défis plus redoutables, puisque nous avons traité de l’existence possible de matériaux récupérés à partir d’ovnis. Passer de données sur un objet éloigné dans le ciel à la possession d’un objet récupéré au sol fait un saut que beaucoup trouvent difficile à accepter et qui exige clairement des preuves extraordinaires.

De nombreux associés du programme du Pentagone, avec des autorisations de sécurité élevées et des décennies d’implication avec des enquêtes ovnis, nous ont dit qu’ils étaient convaincus que de tels accidents se sont produits, sur la base de leur accès à des informations classifiées. Mais les matériaux récupérés eux-mêmes et toutes les données à leur sujet, sont totalement interdits à quiconque n’a pas d’autorisation et n’a pas le « besoin de savoir ».

On nous a fourni une série de diapositives non classifiées montrant que le programme a pris cela suffisamment au sérieux pour l’inclure dans de nombreux briefings. Une diapositive indique que l’une des tâches du programme consistait à «organiser l’accès aux données / rapports / documents provenant de la récupération d’accidents des AAVs» ou des Véhicules Aérospatiaux Avancés.

Nos sources nous ont dit que «A.A.V.» ne fait pas référence a des véhicules fabriqués dans n’importe quel pays – ni russe ni chinois – mais désigne la technologie dans le domaine de l’inexpliqué. Ils nous assurent également que leurs exposés sont basés sur des faits et non sur des croyances.

Ralph Blumenthal a été journaliste au Times de 1964 à 2009. Leslie Kean a écrit un livre et des articles sur les ovnis.

Traduction de Jacky Kozan le 29 juillet 2020

 


24 juillet 2020

L’unité OVNI du Pentagone publiera ses résultats d’enquête

 

Source: https://www.nytimes.com/2020/07/23/us/politics/pentagon-ufo-harry-reid-navy.html

N’étant plus dans l’ombre, l’unité OVNI du Pentagone rendra certaines de ses conclusions publiques.

Depuis plus d’une décennie, le programme, maintenant inséré au sein de l’Office of Naval Intelligence, a discuté d’événements mystérieux dans des briefings classifiés.
La marine américaine a officiellement publié précédemment des vidéos montrant des objets inexpliqués.
Crédit… Département de la Défense, via l’Agence France-Presse – Getty Images

Par Ralph Blumenthal et Leslie Kean

Publié le 23 juillet 2020, mis à jour le 24 juillet 2020

 

Malgré les déclarations du Pentagone selon lesquelles il a dissous un programme autrefois secret qui enquêtait sur des objets volants non identifiés, l’activité reste en cours, renommée et cachée à l’intérieur de l’Office of Naval Intelligence, où les responsables continuent d’étudier les rencontres mystifiantes entre les pilotes militaires et les véhicules aériens non identifiés.

Les responsables du Pentagone ne discuteront pas du programme, qui n’est pas classifié, mais traite de questions classifiées. Pourtant, ce programme est apparu le mois dernier dans un rapport d’un comité sénatorial décrivant les dépenses consacrées aux agences de renseignement du pays pour l’année à venir. Le rapport indiquait que le programme, le Groupe de Travail sur les Phénomènes Aériens Non identifiés, devait « normaliser la collecte et les rapports » sur les observations de véhicules aériens inexpliqués, et devait rapporter au moins certaines de ses découvertes au public tous les six mois.

Alors que les fonctionnaires à la retraite impliqués dans l’opération, y compris Harry Reid, l’ancien chef de la majorité au Sénat, espèrent que le programme recherchera des preuves de véhicules d’autres mondes, son objectif principal est de découvrir si une autre nation, en particulier un adversaire potentiel, utilise la technologie aéronautique de pointe qui pourrait menacer les États-Unis.

Le sénateur Républicain de Floride Marco Rubio, qui est le président par intérim du Comité Spécial du Sénat sur le Renseignement, a déclaré ce mois-ci à un affilié de CBS à Miami qu’il était principalement préoccupé par les informations faisant état d’avions non identifiés au-dessus de bases militaires américaines et que c’était l’intérêt du gouvernement de savoir qui en était responsable.

Il s’est dit préoccupé par le fait que la Chine ou la Russie ou un autre adversaire avait fait « un saut technologique » qui « leur permet de mener ce type d’activité ».

M. Rubio a déclaré que certains des véhicules aériens non identifiés au-dessus des bases américaines présentaient peut-être des technologies qui ne font pas partie de l’arsenal américain. Mais il a également noté: « Peut-être qu’il y a une explication en quelque sorte très ennuyeuse à cela. Mais nous devons le découvrir. »

En 2017, le New York Times a révélé l’existence, précédemment, d’une unité appelée Advanced Aerospace Threat Identification Program. Des responsables du Ministère de la Défense ont déclaré à l’époque que l’unité et ses 22 millions de dollars de financement étaient devenus caduques après 2012.

Les personnes travaillant sur le programme ont toutefois déclaré qu’il était toujours opérationnel en 2017 et au-delà. Des déclarations confirmées par la suite par le Ministère de la Défense.

Le programme a été lancé en 2007 sous la direction de la Defense Intelligence Agency et a ensuite été placé au sein du bureau du sous-secrétaire à la défense du renseignement, qui reste responsable de sa surveillance. Mais sa coordination avec la communauté du renseignement sera assurée par l’Office of Naval Intelligence, comme décrit dans le projet de loi de finances du Sénat. Le programme n’a jamais expiré au cours de ces années, mais peu de choses ont été divulguées sur les opérations post-2017.

L’ancien directeur du programme du Pentagone, Luis Elizondo, un ancien responsable du renseignement militaire qui a démissionné en octobre 2017 après 10 ans avec le programme, a confirmé que le nouveau groupe de travail était issu du programme aérospatial avancé.


Luis Elizondo, ancien responsable du renseignement militaire, était le directeur
du précédent programme du Pentagone sur les véhicules aériens non identifiés.

Crédit … Roger Kisby pour le New York Times

 

« Il n’a plus à se cacher dans l’ombre », a déclaré M. Elizondo. « Il y aura une nouvelle transparence. »

M. Elizondo fait partie d’un petit groupe d’anciens représentants du gouvernement et de scientifiques avec des habilitations de sécurité qui, sans présenter de preuves physiques, se disent convaincus que des objets d’origine indéterminée se sont écrasés sur terre et que des matériaux ont été récupérés pour étude.

Depuis plus d’une décennie, le programme du Pentagone organise des séances d’information classifiées pour les comités du Congrès, les dirigeants d’entreprises aérospatiales et d’autres responsables gouvernementaux, selon des entretiens avec des participants au programme et des documents d’information non classés.

Dans certains cas, des explications terrestres ont été trouvées pour des incidents jusque-là inexpliqués. Même l’absence d’une explication terrestre plausible ne rend pas une explication extraterrestre la plus probable, disent les astrophysiciens.

M. Reid, l’ancien sénateur démocrate du Nevada qui a poussé au financement du précédent programme OVNI alors qu’il était le chef de la majorité, a déclaré qu’il pensait que des accidents d’objets d’origine inconnue pouvaient s’être produits et que les matériaux récupérés devraient être étudiés.

« Après avoir examiné cela, je suis arrivé à la conclusion qu’il y avait des rapports, certains étaient substantiels d’autres pas si substantiels, qu’il y avait des documents réels que le gouvernement et le secteur privé avaient en leur possession », a déclaré M. Reid dans une interview.

Aucun artefact de crash n’a été produit publiquement pour une vérification indépendante. Certains objets récupérés, tels que des fragments métalliques inhabituels, ont ensuite été identifiés à partir d’études de laboratoire comme étant fabriqués par l’homme.

 


Harry Reid a poussé à financer le premier programme OVNI alors qu’il était le leader de la majorité au Sénat.
Crédit … Joe Buglewicz pour le New York Times

 

Eric W. Davis, un astrophysicien qui a travaillé comme sous-traitant puis consultant pour le programme OVNI du Pentagone depuis 2007, a déclaré que, dans certains cas, l’examen des matériaux avait jusqu’à présent échoué à déterminer leur source et l’a amené à conclure: « Nous n’avons pas pu le faire nous-mêmes. »

Les contraintes liées à la discussion des programmes classifiés et l’ambiguïté des informations citées dans les diapositives non classées des briefings, ont mis les responsables qui ont étudié les OVNIs dans la position d’exprimer leurs points de vue sans présenter de preuves tangibles.

M. Davis, qui travaille maintenant pour Aerospace Corporation, un entrepreneur de la défense, a déclaré qu’il avait donné un briefing confidentiel à une agence du Ministère de la Défense, aussi récemment qu’en mars, sur les récupérations de « véhicules hors de ce monde qui ne sont pas fabriqués sur cette terre ».

M. Davis a déclaré qu’il avait également donné des séances d’information classifiées sur la récupération d’objets inexpliqués aux membres du personnel du Comité des Forces Armées du Sénat le 21 octobre 2019 et aux membres du personnel du Comité du Renseignement du Sénat deux jours plus tard.

Les membres du personnel du Comité n’ont pas répondu aux demandes de commentaires sur la question.

La fascination du public pour le sujet des ovnis a attiré l’attention du président Trump, qui a déclaré à son fils Donald Trump Jr., dans une interview en juin, qu’il savait des choses « très intéressantes » sur Roswell, une ville du Nouveau-Mexique qui est au cœur des spéculations sur l’existence des OVNIs. Le président a hésité lorsqu’on lui a demandé s’il déclassifierait des informations sur Roswell. « Je vais devoir y penser » a-t-il dit.

Quoi qu’il en soit, a dit M. Reid, il faudrait en rendre public davantage pour clarifier ce qui est connu et ce qui ne l’est pas. « Il est extrêmement important que des informations sur la découverte de matériaux physiques ou d’objets récupérés soient diffusées », a-t-il déclaré.

Correction du 24 juillet 2020
Une version antérieure de cet article a rendu inexactes des remarques attribuées à Harry Reid, le leader de la majorité au Sénat, à la retraite, du Nevada. M. Reid a dit qu’il croyait que des collisions d’objets d’origine inconnue pouvaient s’être produites et que les matériaux récupérés devraient être étudiés; il n’a pas dit que des accidents s’étaient produits et que les matériaux récupérés avaient été étudiés secrètement pendant des décennies.

Une version de cet article paraîtra en version imprimée le 24 juillet 2020, Section A, page 17 de l’édition de New York avec le titre: U.F.O. Unit At Pentagon Will Publish Its Findings (L’unité OVNI du Pentagone publiera ses résultats d’enquête).

Traduction de Jacky Kozan, le 24 juillet 2020

 


25 juin 2020

Les hauts responsables technologiques du Pentagone démissionnent

Par Ellen Mitchell – 23/06/2020

Source

 

Le haut responsable technologique du Pentagone et son adjoint démissionneront le mois prochain, a confirmé mardi un responsable du Département de la Défense.

Mike Griffin, le premier sous-secrétaire à la recherche et à l’ingénierie du Pentagone et son adjointe, Lisa Porter, quitteront le 10 juillet, a indiqué le responsable.

Les démissions ont été signalées pour la première fois par Inside Defence.

Griffin, qui a assumé ce rôle au début de 2018, et Porter ont déclaré dans une lettre au personnel « qu’une opportunité du secteur privé s’est présentée à nous, que nous avons décidé de poursuivre ensemble », a rapporté Defense News.

« Ce fut un plaisir de diriger cette grande équipe au cours des dernières années. Nous apprécions grandement votre travail acharné, votre diligence, votre intégrité et votre dévouement à l’excellence technique et à la vérité technique dans la poursuite de la mission de R&D », ont-ils écrit tous les deux, selon le journal. « Nous vous souhaitons tout le meilleur. »

Le Secrétaire à la Défense, Mark Esper, a confirmé mercredi les démissions et salué le travail de Griffin et Porter.

« Au cours de leur mandat, le Dr Griffin et le Dr Porter ont fait progresser le travail critique sur les priorités de modernisation du Département », a déclaré Esper dans un communiqué. « Ils quittent un bureau avec un héritage d’excellence dans la recherche et le développement de technologies qui garantissent un avantage militaire américain sur terre, en mer, dans les airs et dans l’espace. Mike et Lisa ont mes sincères remerciements pour leur service dévoué au Département et à la Nation, et je leur souhaite le meilleur dans leur entrée dans ce nouveau chapitre de leur vie. »

Ils sont les troisième et quatrième officiels à annoncer leur démission la semaine dernière.

Kathryn Wheelbarger, secrétaire adjointe à la défense par intérim pour les affaires de sécurité internationale, a présenté sa démission le 17 juin, cinq jours après que le Président Trump lui eut retiré son nom de la liste des candidats au poste de Sous-Secrétaire Adjoint à la Défense pour le renseignement.

Et Elaine McCusker, la contrôleuse par intérim du Pentagone qui a interrogé l’administration Trump pour sa suspension de l’aide à l’Ukraine l’année dernière, a présenté sa démission un jour plus tôt après que la Maison Blanche au début du mois de mars eut retiré sa nomination au poste de contrôleur officiel.

Traduction de Jacky Kozan, le 25/06/2020

25 juin 2020

Rapport RUBIO du Sénat des USA
Projet de loi crédits
pour le renseignement UFO en 2021

To The Stars Academy of Arts and Science
publié sur facebook le 23 juin 2020

En mai 2019, TTSA a publié un projet de loi rédigé par notre conseiller à la sécurité nationale, Chris Mellon, pour que le Congrès envisage de demander un rapport pour rendre publiques les conclusions sur les PANs de la Marine. Nous sommes ravis d’annoncer que le Comité Sénatorial Spécial sur le Renseignement a intégré sa suggestion de longue date d’exiger du communauté qu’il procède à une évaluation écrite complète NON CLASSIFIÉE de la question des PANs. Le projet de loi rédigé par Marco Rubio et d’autres est maintenant à l’ordre du jour de l’exercice 2021. Il s’agit d’une étape ÉNORME et d’un grand jour pour notre effort. Merci à la communauté TTSA pour votre soutien continu qui nous fait avancer!

Suite sur l’article complet

 


21 juin 2020

Le Président TRUMP parle de ROSWELL
et de divulgation

Interrogé par son fils, Donald Trump Jr.:

« – nous ferez-vous savoir s’il y a des extraterrestres? »
« – allez-vous nous ouvrir (l’affaire) Roswell et nous faire savoir ce qui se passe réellement là-bas? »

Trump a fait un sourire narquois et a répondu:

« – Cela ressemble à une question mignonne, mais en fait il y a des millions et des millions de personnes qui veulent y aller, qui veulent voir. »

« – Je ne vais pas vous parler de ce que je sais à ce sujet, car c’est très intéressant, mais Roswell est un endroit très intéressant avec beaucoup de gens qui aimeraient savoir ce qui se passe. »

Lorsque son fils a demandé s’il pouvait déclassifier le site (de Roswell), Trump a répondu:

« – Eh bien, je vais devoir y penser. »

Traduction de Jacky Kozan, le 21 juin 2020

 


15 juin 2020

Crash de Magé
conversations radios entre militaires

Voici la traduction d’échanges entre des militaires brésiliens, captés par une source qui veut rester anonyme.

Chronologie

7h06
Début de communication par radio entre l’équipe militaire, « bases 1, 2, 3 et 4 » … bruit radio … le numéro 4 confirme l’arrivée à la station, la base d’Alcântara confirme les dégâts de l’objet après un « tir américain ».

7:17
Confirmez qu’il a été abattu. Bruit radio, pas compréhensible.

7:26 – 7:30
Confirmer la position.
Allez à l’emplacement. Vous aurez besoin de 3 ou 4 équipes.
Il y a trop de matériel à collecter!
Vous devez prendre la petite route.

7:31
Avez-vous bien reçu base 2?

7:32
Par la petite route, il n’est pas possible de descendre!

7:40
Avez-vous bien reçu base 3?

7:37 (hors séquence temporelle?)
Il n’a pas d’apparence humaine.
Avez-vous bien reçu?

7:40
Bruit radio … il n’y a que ça,
Il n’y en a plus!
Plus de bruit radio

7:45 – 7:47
Les autres étaient dans un tel état que nous ne pouvons prendre que ceux qui sont ici.

7:50
Avez-vous bien reçu base 2?
audio confus … pas très clair et déformé.
Ils parlent de vêtements.

7:54
Allez-y avec une protection, personne ne doit toucher ces choses!

7:58
Ces corps ne sont pas des humains! Terminé!
Pas question que nous ne touchions à ces choses!

Suite sur l’article complet

 


13 juin 2020

Crash de Magé
(Rio de Janeiro – Brésil)

 

chronologie des évènements
réactions
document attribué a un militaire brésilien
dernières informations
dernières images

 

 

Extraits

Document attribué a un militaire brésilien

Message, qui a été transmis anonymement par les réseaux sociaux, d’un soi-disant militaire qui aurait signalé ce qui s’est produit à Magé. L’authenticité de ce message n’est pas validée. Cependant Linda Moulton Howe sur son site https://www.earthfiles.com/ publie qu’elle à reçu le 20 mai la traduction du document faite par son correspondant, un lanceur d’alertes de l’armée brésilienne.

Texte attribué à la source militaire :

 » Salut, je suis militaire des forces armées ! Je vais apporter des informations mises à jour pour que toute la population brésilienne puisse prendre connaissance des événements inexplicables qui ont eu lieu dans la région et que tous les résidents puissent avoir accès à la vérité des faits qui ont eu lieu dans la commune de Magé à Rio de Janeiro. Au départ, pour que tout le monde puisse comprendre, je vais décrire le déroulement de ce qui s’est passé. Le 20 avril 2020, les satellites militaires américains ont détecté une forte présence d’activités de phénomènes aériens inexplicables dans certains États du Brésil. Ce sont ceux de: Paraná, São Paulo, Mines Générales, Amapá et Rio de Janeiro. Le 21 avril 2020, le département de la Défense des États-Unis-Pentagon – (Pentagone), suivant des protocoles internationaux déterminé par l’OTAN en portugais OTAN, a informé le Ministère de la Défense du Brésil et l’état-major de l’ensemble des forces armées (EMCFA) afin d’intensifier la patrouille aérienne militaire dans la région de Rio de Janeiro, car il y aurait une augmentation des activités de ce phénomène dans cette région. Il a immédiatement été déterminé par le (EMCFA) que la patrouille aérienne militaire devait être intensifiée à Rio de Janeiro avec le soutien de la base aérienne FAB à Santa Cruz-RJ et de la base aérienne navale de Saint-Pierre du village RJ. Le premier mai 2020, les radars du CINDACTA 1 ont détecté une forte activité de phénomènes aériens inconnus à Rio de Janeiro dans les villes d’Araruama, cascades de Macacu, Sumidouro, et dans la région métropolitaine. Donc les militaires ont informé le COMDABRA. Déjà le 12 mai 2020, le DTCEA-PCO do Pico do Couto à Petrópolis-RJ, a détecté l’augmentation des activités inexplicables de manière très intense dans la région. Vers 20 heures ce jour, les militaires américains ont informé Brasilia de la chute d’un objet (UFO) dans la région de bois dans la commune de Magé-RJ. Le département de la Défense des États-Unis a déterminé que le Général John Raymond déplace 20 militaires des forces spéciales, dont 10 militaires des forces spatiales américaines (Space Force) et 10 militaires de l’escadron Space Aggresseur 26 degrés, commandés par le capitaine Barnes. Au cours des premières heures du 13 mai 2020, les militaires américains débarquent dans une base aérienne militaire de l’état de São Paulo et se sont déplacés dans des avions FAB vers une base militaire à Rio de Janeiro. L’opération a été baptisé avec le code « Organ Range ». Il est important de souligner que les militaires brésiliens n’ont fourni que du soutien logistique. Les Américains ont informé que les visites de ces objets sur Terre ont été de plus en plus fréquentes dans le monde et qu’en arrivant sur le lieu de la chute, il a été constaté qu’il y avait trois « Intrus » sur le vaisseau cassé. Donc, vers 19 heures, les militaires munis d’appareils technologiques avancés et inconnus de l’armée brésilienne, ont intercepté et abattu un être de caractéristiques humanoïde d’environ deux mètres de haut dans la région de Dos Entrerios Magnifico, dans la commune de Guapimirim-RJ, proche de la rivière Soberbo coordonnées -22.485839. Les deux autres êtres ont été capturés vivants et blessés dans la région de Guapiaçu dans la commune de cascades de Macacu-RJ, coordonnées -22.440373,-42.769413. Ils ont été transportés avec tout le matériel de déplacement des « Intrus » vers la base militaire américaine le 14 mai 2020. Tous les militaires américains ont déjà quitté le Brésil. Seuls les hélicoptères militaires du pays patrouillent la région. Après cet incident, il n’y a pas eu de nouveaux rapports expressifs sur la vue de phénomènes inexplicables dans la région. Braço Forte, Mão Amiga!! Servir et protéger !! E. B. »

Ce texte d’un militaire Brésilien décrivant l’affaire de Magé ressemble beaucoup au Rapport Deneb ( http://ufolog.eu/wp-content/uploads/2019/12/Le-crash-de-Chihuahua.pdf ) qui décrit un crash ovni, depuis la détection de son arrivée dans l’espace aérien américain jusqu’à la récupération de l’épave par les spécialistes US. Ce rapport de mars 1992 qui décrit le crash de Chihuahua, lequel a été enquêté par Ruben Uriarte (membre de l’Académie d’Ufologie et Directeur Adjoint des Enquêtes et des Affaires Internationales du MUFON) et Noé Torrès (MUFON Texas).

 

Suite sur l’article complet

 


08 mai 2020

Merci à Guy TARADE !


06 mai 2020

Le point sur les phénomènes aérospatiaux non identifiés,
à la une d’un magazine sur la défense et la sécurité.
article du 03 mai 2020


Le bimestriel DSI, Défense & Sécurité internationale (1),
magazine national diffusé en kiosques de presse, affiche sur sa une du numéro 146 (mars avril 2020) une enquête sur les ovnis : « Phénomènes aérospatiaux non identifiés, le point ».

Une fois n’est pas coutume, ce titre de presse est plus habitué d’ordinaire à des papiers de géopolitique et de géostratégie, avec des thèmes aussi variés que l’intelligence artificielle ou encore la puissance militaire de l’Iran (photo de une du DSI 146, notamment), avec des rubriques régulières qui sont : armées, débats, concepts.

Le papier consacré aux PANs/ovnis se trouve référencé dans la rubrique concepts, avec ce titre (différent) sur l’ouverture du dossier : « Phénomènes aérospatiaux non identifiés, changement de paradigme ? » Le dossier se développe ensuite sur 8 pleines pages, avec diverses photos, dont des documents confidentiels défense, déclassifiés, par l’US Navy, tout à fait officiellement.

L’article revient en particulier sur le programme secret du Pentagone, révélé il y a peu et dénommé AATIP, Advanced Aerospace Threat Identification Program, en français, programme d’identification avancées des menaces aérospatiales (2).
L’auteur du papier, Alexandre Sheldon-Duplaix, publie la liste incroyable des 38 programmes d’études financés par le Pentagone, dans le cadre du programme AATIP, entre 2007 et 2012. Ces programmes ont été conduits soit par des laboratoires, soit par des universités et visaient des thèmes technologiques, pouvant être rattachés, en théorie, aux PANs/ovnis, comme «Trous de ver transversaux, porte des étoiles et énergie négative», dirigé ici, pour ce programme, par Eric W. Davis de EarthTech International Inc !

Le 26 mai 2019, le New York Times a révélé que des pilotes de l’US Navy avaient aperçu de nombreux objets inexpliqués entre l’été 2014 et mars 2015 alors qu’ils volaient à haute altitude, au large de la côte Est des États-Unis. Un appareil a failli même percuter un de ces objets. Plusieurs vidéos ont été rendues publiques, par les autorités militaires US.

Après les déclarations de Alain Juillet, en tant que l’un des anciens directeurs de la DGSE, (voir le papier publié il y a quelques jours sur le site de l’Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale, région lyonnaise (http://ihedn-rl.blogspot.com/2020/04/alain-juillet-affirme-au-sujets-des.html?m=1), on constate que le sujet des PANs/ovnis semble intéresser de plus en plus les sphères du renseignement et de l’armée. Ce n’est pas nouveau, mais ce qui change c’est que cela se fait maintenant au grand jour.

J.P.T.

(1)Défense et Sécurité Internationale est le principal magazine mensuel français spécialisé dans les questions de défense, de géostratégie et d’armements. Il a été créé et est dirigé par Alexis Bautzmann. C’est un bimestriel de près de 120 pages, sur papier glacé.

(2)Le programme d’identification avancée des menaces aérospatiales (en anglais : Advanced Aerospace Threat Identification Program ou AATIP)1 est une enquête secrète financée par le gouvernement des Etats-Unis et visant à étudier des objets volants non identifiés. Le programme a été rendu public le 16 décembre 2017. Le programme a débuté en 2007 avec un financement de 22 millions de dollars sur cinq ans jusqu’à la fin des crédits disponibles en 2012. Le programme a débuté à l’US Defense Intelligence Agency.
Bien que le programme officiel de l’AATIP soit terminé, un groupe de professionnels intéressés a poursuivi ses efforts et a créé un organisme à but non lucratif appelé «To The Stars Academy of Arts & Science».

 


03 mai 2020

L’ancien enquêteur de Ministère de la Défense britannique
« les ovnis sont maintenant dans le courant dominant des médias »

 

 

Nick Pope avait travaillé sur le Project Condign, l’étude du Ministère de la Défense britannique sur les phénomènes ovnis.

 

Nick Pope est un homme qui connaît les ovnis.

Il doit les connaître car il a travaillé sur le Projet Condign, l’étude du Ministère de la Défense britannique sur les phénomènes ovnis.

Selon lui, la décision américaine de publier des vidéos montrant des objets volants « non identifiés » est « une décision extrêmement importante ».

M. Pope a travaillé sur le projet Condign au début des années 90, même s’il ne faisait pas partie de l’équipe au moment de la publication du rapport en 2000.

Lui et un collègue du Renseignement de la Défense ont cherché à échapper au bagage de la culture pop du terme « ovni » en introduisant le terme « phénomènes aériens non identifiés » (PAN).

Mais le sigle PAN ne s’est pas imposé et M. Pope se retrouve une fois de plus à parler d’ovnis (d’UFOs) et plus important encore maintenant, il a été choqué par la façon dont le Département américain de la Défense a officiellement publié les vidéos qui n’avaient auparavant été publiées que suite à des « fuites ».

« Le fait que le Pentagone les rende officielles … donne simplement à tout ce sujet, je pense, un niveau de crédibilité qu’il n’a jamais eu auparavant », a-t-il déclaré.

« Il est sorti de la marginalité et arrive dans le courant dominant. »

Voir l’article complet

Traduction de Jacky Kozan, le 02 mai 2020

 


Notre rapport d’activité annuel 2019 est visible ici


Ces textes sont publiés sous licence Creative Commons Paternité-Partage des Conditions Initiales à l’Identique 3.0 Unported


L’Académie d’Ufologie, dont vous pouvez consulter sur ce site les rapports annuels d’activité et dont: la création a été publiée au Journal Officiel, le nom déposé à l’INPI, et le logo fait l’objet d’un copyight, n’a aucun lien avec la page facebook « Académie Virtuelle d’Ufologie« .

Voyez notre Cyber-Ours (mentions légales)