OVNIs au-dessus et au-dessous des océans

Vues : 52


témoignages d’officiers de sous-marins de l’URSS

03 novembre 2022

Source

À la fin des années 1980, des officiers vétérans des sous-marins nucléaires soviétiques, qui ont servi dans les bases navales du Grand Nord, ont donné des conférences à ceux qui le souhaitaient, parlant des différents types de sous-marins et du service difficile dans les régions polaires. Mais parfois, ils s’écartaient du thème principal et rapportaient des faits très inhabituels.
En voici quelques-uns.


/
/

Le Cigare Volant

C’est arrivé au début des années 1960. Les sonaristes du sous-marin sur lequel servait le Lieutenant-Capitaine Oleg Sokolov ont entendu des bruits étranges à de grandes profondeurs. Il semblait que le sous-marin était poursuivi par des objets impossibles à identifier. Les objets énigmatiques ont facilement dépassé le sous-marin avec une vitesse sans précédent, puis sont restés dans son sillage. Juste après avoir commencé son quart, le lieutenant Sokolov a observé à travers son périscope un objet étrange, qu’il n’a pas reconnu, qui bouillonnait à la surface de l’eau.

Les archives de German Kolchin, vice-président de la Commission des Phénomènes Anormaux de la Société Géographique Russe de 1980 à 1992, contiennent un document qui décrit l’observation d’un objet non identifié par l’équipage d’un sous-marin nucléaire soviétique en 1965. Le sous-marin était censé se trouver à des coordonnées précises dans l’océan Atlantique à une certaine heure pour rejoindre le navire. Mais il est arrivé au point de rendez-vous une heure et demie avant l’heure prévue, et le commandant a autorisé l’équipage à se rendre sur le pont supérieur. La vaste étendue d’eau s’étendait tout autour, et le ciel était étoilé et sans nuages. Soudain, les marins ont remarqué qu’un objet en forme de cigare, très semblable à un dirigeable, se déplaçait silencieusement dans le ciel. Le sous-marin se trouve dans les eaux internationales, mais le commandant soupçonne que l’objet appartient aux Américains et s’apprête à donner l’ordre de plonger. Cependant, le radar de bord ne répond pas au “cigare” et le commandant décide de rester en surface.

Soudain, trois faisceaux lumineux jaillissent du dirigeable, et il devient évident qu’il n’a ni nacelle ni gouvernail horizontal ou vertical. L’objet mesurait environ 200 à 250 mètres de long, soit beaucoup plus que les dirigeables utilisés par l’armée de l’air américaine.

Puis quelque chose d’étrange se produit : l’objet, avec ses projecteurs allumés, descend lentement à la surface de l’océan à environ un demi-mille du sous-marin et plonge sous l’eau. Le sonar du sous-marin a enregistré un sifflement intense lorsque l’objet s’enfonçait. Le son a été très éphémère.

/
/

Silence de l’Académie des sciences

Le célèbre chercheur soviétique de phénomènes anormaux, le physicien Alexander Kuzovkin, étudie le phénomène OVNI depuis 1964, date à laquelle il a remarqué pour la première fois un objet non identifié au-dessus de Moscou. Une fois, alors qu’il se trouvait à Sébastopol, Alexandre Semenovitch a rencontré des spécialistes locaux qui descendaient dans la mer Noire dans des bathyscaphes en eau profonde. Ils ont dit à Kuzovkin qu’ils avaient observé en profondeur un objet semblable à une roue verticale de la taille d’un immeuble de dix étages. La roue est restée immobile pendant un moment, puis a pris une position horizontale et a disparu de la vue en tournant.

En juillet 1978, entre 7h30 et 8h40 du matin, en Méditerranée, l’équipage du navire à moteur soviétique Yargora a observé un objet blanc non identifié qui semblait balayer la surface de l’eau. Cela s’est produit aux coordonnées 37° de latitude nord et 3° 40 minutes de longitude est. L’objet observé par les marins soviétiques avait la forme d’une sphère aplatie. Au bas de l’OVNI, il y avait trois protubérances ressemblant à des supports. L’objet se déplaçait d’est en ouest. Le capitaine du navire a envoyé un radiogramme sur l’incident à l’Académie des Sciences de l’URSS, mais n’a reçu aucune réponse.


Des complots de l’OTAN ?

En 2004, le président de la commission des phénomènes anormaux, E.P. Litvinov, vétéran de la flotte sous-marine, a pris la parole lors de la réunion de la Société Russe de Géographie à Saint-Pétersbourg. Evgeny Petrovich a rappelé que son expérience de l’observation d’objets volants et sous-marins non identifiés a commencé lorsqu’il était officier de la flotte soviétique. Au début, il ne les a pas prises au sérieux les informations sur ce phénomène qui apparaissaient de temps en temps dans la presse. Puis vint l’hiver 1979, et plusieurs incidents secouèrent la flotte du Nord, obligeant non seulement les officiers ordinaires mais aussi l’état-major soviétique à prendre le problème des ovnis au sérieux.

Des ovnis ont visité la base de sous-marins soviétique de Zapadnaya Dvina toutes les semaines pendant six mois. Un jour, un appareil en forme de disque a plané au-dessus d’une armurerie. Les soldats ont vu des soucoupes volantes, mais elles n’ont pas été enregistrées sur le radar.

Le commandement de la flotte du Nord a ordonné de photographier les objets volants non identifiés, mais rien n’a abouti, à chaque fois, le film s’est avéré être détérioré.

Les militaires soviétiques ont essayé de comprendre la nature des OVNIs qui volaient au-dessus de leurs têtes. Ils ont d’abord soupçonné qu’il s’agissait de complots de l’OTAN, mais les adversaires potentiels ne possédaient pas une telle technologie. Pour éviter la panique, on a dit aux soldats qu’ils assistaient à des vols d’essai des derniers développements des ingénieurs militaires soviétiques. Bien sûr, les officiers supérieurs savaient qu’ils avaient affaire à quelque chose d’inexpliqué et pourtant personne n’aimait l’incertitude.

Intéressé par les armes !

Et l’hiver 1979, selon Litvinov, a continué à surprendre avec des événements mystérieux. L’équipage d’un sous-marin soviétique du projet 671 (sous-marin de classe Victor – selon la classification de l’OTAN) a rencontré un objet volant non identifié bien réel. Le commandant du sous-marin était Alexey Korzhev. Le sous-marin était en route vers la base – parfois en position de surface, parfois en plongée jusqu’à deux cents mètres – lorsque le commandant a reçu un rapport indiquant qu’un objet volant non identifié se trouvait dans leur voisinage immédiat. C’était étrange, car le temps n’était pas du tout propice au vol. Mais il est apparu qu’un disque argenté planait à cinquante mètres devant le sous-marin. Il se déplaçait lentement, restant légèrement en avance sur le bateau. L’équipage a regardé l’objet comme s’il était hypnotisé.

Soudain, l’OVNI a émis un faisceau de lumière blanche brillante qui, contrairement aux lois de la physique, n’a pas immédiatement atteint la surface de l’eau, mais a commencé à descendre lentement. Korzhev a immédiatement ordonné au navire de changer de cap. Le disque s’est lentement élevé et a disparu dans les nuages.

Selon Litvinov, l’OVNI était intéressé par le dernier armement du sous-marin.

Carte à la surface de la mer

Un autre incident rapporté par Litvinov s’est produit en mer Méditerranée en novembre 1976. Un sous-marin diesel soviétique du projet 641 (“Foxtrot” – classification OTAN) a traversé Gibraltar et a fait surface à deux heures du matin. La mer était absolument calme. Le capitaine, l’homme de quart et l’officier de liaison sont montés sur le pont. Soudain, ils ont remarqué une boule argentée brillante à gauche au-dessus de l’horizon. La boule s’est élevée rapidement et de plus en plus haut, et soudain les marins ont vu directement devant le sous-marin une carte brillante de la mer Méditerranée sur l’eau. Cela est apparu au moment où le navigateur était sur le point de déterminer la position du sous-marin. On avait l’impression que quelqu’un à bord lisait les pensées des marins soviétiques. La position du sous-marin a été marquée sur la carte, ainsi que celle de l’OVNI.

Peu après, le ballon a semblé être déchiré en petits morceaux et la carte a disparu.

Eugène Litvinov est convaincu de l’existence des ovnis. Mais il vérifie soigneusement toutes les données reçues sur le phénomène et arrive à la conclusion que seulement 70 % environ des observations d’ovnis ont une origine humaine et appartiennent à la catégorie des phénomènes naturels ou des canulars. Mais les 30% restants sont de véritables observations d’objets volants non identifiés. Ils sont trop nombreux pour être simplement écartés. La base de données détenue par Litvinov contient dix mille observations ! Litvinov affirme que les OVNIs apparaissent le plus souvent au-dessus de cibles militaires, de catastrophes environnementales et de lignes de faille géologiques.

Comme les abeilles de la ruche

Vladimir Azhazha, ufologue renommé et docteur en philosophie, a cité des rapports des années 1970 de l’amiral V.A.Domyslovsky, chef de l’exploration de la flotte du Pacifique, décrivant un objet cylindrique géant découvert par des navires soviétiques dans des zones reculées de l’océan Pacifique. L’objet faisait entre 800 et 900 mètres de long. Il planait au-dessus de l’océan, et de plus petits objets émergeaient et atterrissaient comme des abeilles d’une ruche. Quelque temps plus tard, les “bébés” ont décollé de la surface de l’eau et sont rentrés dans l’ovni géant. Après qu’ils aient tous embarqué dans le cylindre volant, celui-ci, prenant instantanément de la vitesse, a disparu à l’horizon.

Selon MosNews.com du 16 juillet 2009, Yury Beketov, ancien contre-amiral et commandant d’un sous-marin nucléaire, a décrit les événements du triangle des Bermudes : “Nous avons constaté à plusieurs reprises que les instruments ont détecté des mouvements d’objets matériels à des vitesses inimaginables d’environ 230 nœuds (400 km par heure). Il est difficile d’atteindre de telles vitesses sous l’eau… Les êtres qui ont créé des objets capables de se déplacer aussi rapidement nous sont largement supérieurs en termes de développement.”

Les militaires ont remarqué que les objets non identifiés, qu’ils soient volants ou sous-marins, apparaissent le plus souvent là où sont concentrées les bases militaires. Les raisons d’un tel intérêt sont inconnues.

Traduction de Jacky Kozan, le 31 octobre 2022

Publié par

Jacky Kozan

Fondateur et coordinateur de l'Académie d'Ufologie