Nouveaux indices sur les enquêtes OVNI du gouvernement américain.

Vues : 75

La nouvelle version d’un rapport autrefois classifié
présente de nouveaux indices sur les enquêtes PAN-OVNI
du gouvernement américain

Micah Hanks – 24 mars 2022

Source

Le 25 juin 2021, le bureau du directeur du renseignement national (ODNI) a publié un rapport sur les premières conclusions du groupe de travail de la marine sur les phénomènes aériens non identifiés (UAPTF). D’une longueur de neuf pages seulement, ce bref rapport, intitulé “Preliminary Assessment : Unidentified Aerial Phenomena”, laisse beaucoup à désirer pour les nombreux lecteurs qui attendaient des détails spécifiques sur la collecte de données par le gouvernement américain sur ces mystères aériens.

Néanmoins, le rapport offre quelques détails sur la fréquence à laquelle les militaires rencontrent des phénomènes aériens non identifiés (144 incidents au total sont cités dans le rapport), ainsi que sur les problèmes potentiels de sécurité nationale qu’ils peuvent présenter.

Quelques jours avant la publication du rapport non classifié sur le site Web de l’ODNI en juin dernier, les membres de la Commission du Renseignement de la Chambre des Représentants ont reçu un briefing classifié détaillant certaines informations supplémentaires qui ne figuraient pas dans la version publique du document.

Alors que de nombreux détails inclus dans cette version classifiée du rapport PAN restent cachés au public, une copie expurgée du rapport complet a été obtenue par le chercheur John Greenewald Jr. expert dans l’utilisation de la loi sur la liberté de l’information (FOIA).
Greenewald est l’opérateur de longue date de The Black Vault, un site Web présentant l’impressionnante masse de documents officiels qu’il a obtenus au fil des ans, dont beaucoup concernent la collecte par le gouvernement américain d’informations sur les
PANs

Greenewald a qualifié sa dernière acquisition de “petit triomphe dans l’effort pour obtenir la transparence sur un sujet brûlant”, ajoutant que plutôt qu’une demande typique de FOIA, l’effort actuel a résulté de l’émission d’un dossier d’examen de déclassification obligatoire (MDR) qu’il a déposé dans les 24 heures suivant la publication de la version publique du rapport.

“Bien que fortement expurgé, le rapport classifié UAP publié nous en dit long sur la façon dont l’armée et le gouvernement américains considèrent ce phénomène”, a déclaré Greenewald à The Debrief, soulignant également “leur réticence à en parler au public”.

Par rapport au rapport mis à la disposition du public sur le site de l’ODNI en juin dernier, il y a plusieurs différences notables dans la version complète, qui est légèrement plus longue avec un total de 17 pages. Bien que la plupart des nouvelles informations figurant dans la version fournie à Greenewald aient été expurgées avant sa publication, elles fournissent néanmoins un contexte suffisant pour offrir un nouvel éclairage sur les enquêtes de l’UAPTF.

Voici une analyse des principales différences entre les deux rapports, ainsi que les informations qui ont pu être glanées dans la version obtenue par The Black Vault.

Ce que révèle le rapport “complet” nouvellement publié

À la page deux de la version complète obtenue par Greenewald, l’une des premières parties expurgées semble faire référence à une agence gouvernementale qui avait été entièrement supprimée du rapport public non classifié de juin dernier.

Après la publication de la version non classifiée du rapport l’été dernier, The Debrief a noté qu’une agence qui avait probablement contribué à l’évaluation de l’ODNI, la Central Intelligence Agency, était curieusement absente.

“La principale agence d’espionnage étrangère des États-Unis, la Central Intelligence Agency (CIA), n’a pas contribué au rapport”, a écrit Tim McMillan dans une analyse détaillée du rapport de l’ODNI publiée par The Debrief.

“Étant donné que les activités de la CIA sont principalement liées aux opérations menées en vertu du titre 50, et en dehors du sol américain, toute contribution de l’agence d’espionnage aux PANs aurait probablement lieu lors de collectes secrètes de renseignements étrangers”, a écrit McMillan.

“Le refus de reconnaître l’espionnage étranger dans la version non classifiée du rapport OVNI pourrait être l’une des raisons pour lesquelles la CIA ne figure pas dans la liste”, a-t-il ajouté. “Inversement, cela pourrait aussi signifier que la CIA n’est pas impliquée.” Toutefois, à la lumière de l’apparition de la courte rédaction à la page deux de la version complète initialement classifiée, il semble que la CIA ait pu apparaître dans la version originale du rapport.

Toujours au début du rapport, dans la section “Résumé”, des différences mineures dans la formulation semblent également fournir plus de détails sur les sources d’information concernant les incidents PANs examinés, bien que certaines parties de ces informations soient expurgées.

L’une des inclusions notables dans la version du rapport nouvellement obtenue par Greenewald est la révélation que beaucoup des 144 rapports PAN décrits dans le rapport se sont produits au cours de ce que la Marine appelle des incidents “Range Fouler”.

“Sur les 144 rapports USG,” lit-on dans une partie partiellement expurgée de la version complète du rapport, apparemment plusieurs incidents “proviennent de rapports ‘Range Fouler’ de la Marine qui fournissent des informations de base, telles que l’heure, la date, le lieu, la description et ce qui s’est passé pendant l’événement.”

Selon une entrée de la version complète de l’annexe du rapport de l’ODNI, Range Fouler est un terme utilisé principalement “par les aviateurs de l’U.S. Navy sur la base d’observations PAN interrompant un entraînement planifié ou toute autre activité militaire dans des zones d’opérations militaires ou dans un espace aérien restreint”. Cette définition, ainsi que toutes les autres mentions de cas de “Range Fouler”, ont été supprimées de la version publique du rapport.

Parmi les autres différences entre les deux rapports figurent des détails sur les limites de l’identification des PANs sur la base de la conception et des fonctions des capteurs des plates-formes militaires américaines, notamment en ce qui concerne certains types de PANs, bien que les caractéristiques définissant la variété spécifique de PAN citée dans la version complète du rapport aient également été expurgées.

“Par conséquent, ces capteurs ne sont généralement pas adaptés à l’identification des PANs qui peuvent être [EXPURGÉ]”, indique le rapport complet.

(Credit: Department of Defense)
|
|

A également été supprimée de la version publique du rapport une section de la page cinq de la version originale, classifiée, qui détaille la “forme la plus courante décrite par le personnel militaire dans ses rapports”. Tous les détails sur ces types courants de PANs, ainsi qu’un diagramme dans une section supplémentaire de l’annexe incluse dans le rapport complet affichant des images pertinentes, restent expurgés.

La page six du rapport complet comprend également un commentaire de l’UAPTF, sur les altitudes où les PANs ont été le plus fréquemment observés en fonctionnement, qui a été supprimé avant la publication de la version publique. “Les altitudes variaient pour ces objets, mais elles se situaient fréquemment entre [EXPURGÉ] et [EXPURGÉ] au niveau moyen de la mer (NMM)”, indique une partie du document.

Parmi les autres détails intrigants qui apparaissent dans la version du rapport obtenue par The Black Vault figurent divers comportements des PANs associés à leur démonstration apparente d’une technologie avancée, ainsi que des références à des “enregistrements d’écrans radar” qui semblent indiquer des observations de l’UAPTF liées à la détection de fréquences radio (RF) en association avec des événements PANs.

Contrairement à la version publique du rapport de l’ODNI, qui ne contenait aucun détail sur les 144 incidents PANs cités, la version complète comprend plusieurs sections dont certaines parties ont été expurgées et qui semblent contenir des descriptions d’observations PAN par des pilotes de la Navy.

L’un des comptes rendus décrit un pilote de la marine qui avait volé dans des vents suffisamment forts pour qu’il ait dû “se battre pour maintenir son avion dans l’espace aérien” tout en observant un PAN à proximité qui, selon le pilote, n’a pas été affecté et semble avoir été capable de rester immobile dans de telles conditions.

Des détails manquants et d’autres questions

De nombreuses parties expurgées de la version complète du rapport soulèvent des questions intrigantes. Il s’agit notamment d’une paire de courts paragraphes entièrement expurgés qui apparaissent avant une section du rapport décrivant cinq catégories explicatives potentielles pour les PANs et des expurgations similaires dans diverses descriptions des catégories elles-mêmes.

De manière intrigante, sous la description de la catégorie “Airborne Clutter” dans le rapport complet, les auteurs font référence à des objets qui pourraient entrer dans cette catégorie, ainsi qu’à des déclarations fournies par des pilotes. Là encore, tous les détails concernant ces éléments supplémentaires intrigants qui constituent la définition de l’UAPTF du “fouillis aérien” sont expurgés.

Des expurgations similaires apparaissent sous la catégorie “USG or Industry Developmental Programs”, ainsi que “Foreign Adversary Systems”, ce qui suggère que les informations examinées par l’UAPTF pourraient être liées à ces sources potentielles pour certains PANs.

Malgré ces parties rédigées intrigantes du rapport complet, il existe également de nouvelles parties non rédigées qui permettent de se faire une idée des catégories explicatives qui semblent les moins probables en termes de rapports PAN collectés par le gouvernement. Sous la catégorie “Phénomènes Atmosphériques Naturels”, les auteurs semblent confirmer que pratiquement aucun des incidents PAN étudiés par l’UAPTF ne peut être lié de manière concluante à des phénomènes atmosphériques naturels.

“Bien que nous ne puissions classer définitivement aucun incident PAN de notre ensemble de données comme étant causé par des phénomènes atmosphériques”, déclarent les auteurs dans la version complète du rapport, “nous ne pouvons pas non plus exclure la possibilité que ces facteurs puissent expliquer une partie de ce que les pilotes ont observé.”

Vers la fin du document, une série de tableaux apparaissant dans deux sections supplémentaires de l’annexe omises dans la version publique du rapport portent les titres “Tableau 1. USG PANs Reports by [REDACTED] (144 total)” et “Table 2. PAN détecté par [EXPURGÉ]”, ainsi que “FORMES COMMUNES” et “FORMES MOINS COMMUNES/IRRÉGULARES”, qui sont toutes en grande partie caviardées.

À la grande frustration de ceux qui la liront, l’une des annexes omises comporte également une sous-section intitulée “Geospatial Intelligence (GEOINT)” et, bien qu’elle soit en grande partie expurgée, elle fait néanmoins référence aux “images et vidéos capturées” dans une partie non expurgée du premier paragraphe de la section, une référence apparente à l’imagerie probablement obtenue par satellite ou par un moyen similaire par la National Geospatial-Intelligence Agency (NGA).

L’installation Est de la National Geospatial-Intelligence Agency (Domaine public).

|

L’existence de telles images a été abordée dans le passé par l’ancien Directeur du Renseignement National John Ratcliffe, qui a fait référence à des photos satellites de PANs avec l’animatrice de Fox News Maria Bartiromo en mars 2021.

“Franchement, il y a beaucoup plus d’observations que celles qui ont été rendues publiques”, a déclaré Ratcliffe à Bartiromo. “Certaines d’entre elles ont été déclassifiées et quand nous parlons d’observations, nous parlons d’objets qui ont été vus par des pilotes de la Marine ou de l’Air Force, ou qui ont été repérés par l’imagerie satellite et qui, franchement, s’engagent dans des actions difficiles à expliquer.”

Également incluse dans l’une des sections supplémentaires de l’annexe de la version complète du rapport est une section intitulée “Federal Bureau of Investigation Support of Attribution Efforts”, décrivant le rôle apparemment renouvelé du FBI dans le soutien des enquêtes du gouvernement sur les PANs.

“Compte tenu des implications en matière de sécurité nationale associées aux menaces potentielles posées par les PANs opérant à proximité d’activités militaires sensibles, d’installations, d’infrastructures critiques ou d’autres sites de sécurité nationale, le FBI est en mesure d’utiliser ses capacités et ses pouvoirs d’enquête pour soutenir les efforts délibérés du Ministère de la Défense et des Agences de Renseignement pour déterminer l’attribution”, indique cette partie du rapport complet.

Bien que la version complète du rapport obtenue par The Black Vault laisse encore de nombreuses questions et en soulève même de nouvelles, les informations supplémentaires qu’elle fournit donnent une image plus claire des efforts actuels du gouvernement américain pour résoudre la question des PANs.

“La publication de ce rapport, bien que décourageante en raison du niveau de caviardage, nous raconte une histoire qui mérite d’être poursuivie”, a déclaré Greenewald à The Debrief. “Une partie de cela implique des spéculations, car nous devons clairement juste deviner ce qui se cache derrière certains de ces noirs”.

“Mais, cela me donne l’espoir que, même si nous ne connaîtrons peut-être jamais l’intégralité du puzzle, avec un peu de sang, de sueur et de larmes, nous pouvons mettre la main sur quelques pièces de plus que celles que nous avions au départ.”

Traduction de Jacky Kozan, le 31 mars 2022

Publié par

Jacky Kozan

Fondateur et coordinateur de l'Académie d'Ufologie