Les pandémies générées par les ovnis que nous avons évitées

Un article du Roswell Daily Record du 16 août  2020

 

À la fin du film de science-fiction classique de 1953, « La guerre des mondes », le narrateur déclare qu’après que tous les efforts militaires de l’humanité aient échoué à arrêter les envahisseurs martiens, ces êtres ont été vaincus par des micro-organismes dans l’atmosphère de la planète contre lesquels les créatures extraterrestres n’avaient aucune immunité.

Ce que le narrateur ne mentionne pas, c’est que l’on pourrait s’attendre à ce que la même chose s’applique en sens inverse – on pourrait raisonnablement s’attendre à ce que les extraterrestres soient porteurs de micro-organismes mortels pour les humains. En fait, le film ignore visiblement cette possibilité. Dans l’une des scènes finales, le scientifique principal (joué par Gene Barry) s’approche d’une soucoupe volante écrasée dans la rue, d’où pend un bras extraterrestre et il tend la main pour toucher le bras afin de vérifier que la créature est morte.

D’après ce que nous savons maintenant, peu de gestes auraient pu être plus suicidaires. Il y a de fortes indications que le contact avec des corps extraterrestres peut être, et a été, à certains moments, mortel.

Dans leur livre « Alien Viruses », les docteurs Robert Wood et Nick Redfern présentent des preuves irréfutables que lors de la récupération du crash de Roswell en juillet 1947, quatre techniciens – après avoir été en contact avec les corps récupérés – ont été frappés par un virus à incubation rapide et sont tous morts quelques heures plus tard. Nous avons des raisons de penser que tout le site a été incinéré à ce moment-là pour éliminer le risque d’une nouvelle infection, et nous savons depuis longtemps que lorsque les corps des extraterrestres ont été expédiés, les autorités militaires ont exigé qu’ils soient placés dans des cercueils hermétiquement fermés. Il est clair qu’il s’agissait de problèmes de risques biologiques.

Puis, en août 1974 (ce qui est relaté dans le livre de Noe Torres et Ruben Uriarte[*] intitulé « Mexico’s Roswell »), un OVNI s’est écrasé dans le nord du Mexique et, tandis que les autorités américaines surveillaient la situation, une équipe mexicaine a récupéré l’engin et le transportait, sur un camion à plateau, vers le sud du Mexique, lorsqu’un événement bizarre s’est produit.

Un survol de la CIA a révélé que le convoi mexicain s’était arrêté sur la route. Les portes des véhicules étaient ouvertes et des corps humains gisaient sur le sol près de l’endroit où ils étaient sortis des camions et des jeeps.

Les négociations avec le gouvernement mexicain sont probablement entrées en jeu à ce moment-là, car les militaires américains ont fini par se rendre sur place en hélicoptère, découvrir environ 24 corps humains (toute l’équipe de récupération mexicaine était morte) et transporter l’OVNI sur le sol américain puis bombarder le site isolé dans le désert.

Le virus a été transmis par voie aérienne, car les 24 membres de l’équipe n’auraient pas tous manipulé les corps. De plus, le fait que l’équipe mexicaine ait eu le temps de s’éloigner de la route – j’appelle cela le « facteur retard » – prouve que ce n’est pas un gaz toxique qui a tué l’équipe, mais plutôt une menace biologique, ce qui explique aussi que l’engin ait finalement été transporté dans un laboratoire de niveau de biosécurité classe 4 à Atlanta.

Nous avons tous vu, avec COVID-19, que même un virus terrestre peut provoquer une pandémie mondiale. En 1947 et 1974, nous avons échappé de justesse à des pandémies encore plus terribles. Si quelqu’un n’avait pas vaporisé les agents pathogènes sur ces sites de crash, nous aurions pu avoir de gros problèmes.

[*] Ruben Uriarte est membre de l’Académie d’Ufologie.

 

 

Publié par

Jacky Kozan

Fondateur et coordinateur de l'Académie d'Ufologie