Le catholicisme pourrait-il gérer la découverte de la vie extraterrestre ?

Un article que nous fait connaître Ruben Uriarte

Source


Par Claire Giangravè, le 24 février 2017 (Remarquez la date…)


Crédit : Claire Giangravè.

ROME – Lors d’une conférence de presse très attendue le 22 février, la NASA a déclaré que sept planètes de la taille de la Terre ont été découvertes en orbite autour d’une étoile naine relativement proche. Pour les passionnés de l’espace, les trekkies et les observateurs des étoiles, la possibilité de trouver des formes de vie extraterrestres vient de se rapprocher de la réalité.

La minuscule étoile « couleur saumon » est appelée sans prétention Trappist-1. Sept planètes sont étroitement liées à son étreinte gravitationnelle. En raison de leur proximité avec l’étoile froide, elles pourraient présenter les conditions idéales pour accueillir l’ingrédient principal de la vie : l’eau.

« Je pense que nous avons franchi une étape cruciale vers la découverte de la vie dans l’espace », a déclaré Amaury H.M.J. Triaud, astronome à l’université de Cambridge en Angleterre et membre de l’équipe de recherche.

Il y a quelques décennies à peine, nous ne pouvions que supposer l’existence d’autres formes de vie dans l’immense diversité de l’espace. Aujourd’hui, plus de 3 000 exoplanètes (des planètes qui, comme la nôtre, sont proches d’un soleil) ont été identifiées. Trouver une vie extraterrestre dans l’univers ne semble plus être une question de « si », mais de « quand ».

 

Une crise de foi.

Imaginons qu’une soucoupe volante atterrisse sur la place Saint-Pierre pendant l’audience générale hebdomadaire du pape. Que cela signifierait-il pour la foi catholique ?

Il se trouve que le pape François a trois ans d’avance sur nous.

« Si une expédition de Martiens arrive et que certains d’entre eux viennent à nous et si l’un d’entre eux dit : ‘Moi, je veux être baptisé !’, que se passerait-il ? », a déclaré le pape lors de la messe matinale de mai 2014.

Simple. Pour le pape des périphéries, aussi éloignées soient-elles, l’Église ne repousse pas les autres.

Crédit : Claire Giangravè.

 

Même si le pape François parvenait à garder son sang-froid, quiconque a déjà vu un film de science-fiction où des extraterrestres visitent la Terre sait que l’on s’attend généralement à une panique généralisée, les religions étant les premières à s’effondrer.

En dehors d’Hollywood, les vrais croyants semblent plus sereins. Selon une étude réalisée en 2011 pour la Royal Society, environ 90 % des croyants estiment que si une vie intelligente était découverte sur d’autres planètes, ils n’auraient pas de crise de foi.

La vérité est que les religions, ayant pour vocation de comprendre la place de l’être humain dans le monde, sont naturellement amenées à s’émerveiller devant l’immensité du ciel et l’immensité de l’espace.

Pour les catholiques, enrichis par la philosophie gréco-romaine, la question de l’existence d’autres mondes s’est posée assez tôt.

Au XIIIe siècle, Thomas d’Aquin défendait déjà l’existence d’autres mondes et commençait à en cerner les implications théologiques dans son Troisième Livre des Sentences.

Pour le prêtre et philosophe français Jean Buridan (1295-1363), affirmer l’inexistence d’autres mondes impliquait d’imposer une limite à la puissance de Dieu. « Nous tenons de la foi que, de même que Dieu a fait ce monde, il pourrait en faire un autre ou plusieurs », écrivait-il.

Les liens profonds entre la foi catholique et l’étude des étoiles sont démontrés par le fait que le calendrier grégorien – le système le plus largement utilisé pour suivre le voyage de la Terre autour du soleil – a été promulgué par le pape Grégoire XIII en 1582.

Pendant une très longue période de l’histoire, la religion et l’astronomie ont été des sœurs jumelles, intrinsèquement liées et souvent confondues. Lorsque Galilée a eu son bras de fer avec l’Église catholique au sujet de ses idées héliocentriques, le problème n’était pas scientifique, mais théologique.

 

Les catholiques et l’espace.

L’éloignement entre la religion et l’astronomie s’est poursuivi et aggravé au cours du siècle des Lumières. Mais au cours du siècle dernier, l’Église a tenté de combler ce fossé.

S’adressant à l’Académie pontificale des sciences en 1996, le pape Jean-Paul II a déclaré que « la vérité ne peut pas contredire la vérité », insistant sur le fait que l’Église catholique n’avait rien à craindre du progrès scientifique et de ses défis, et vice versa.

Il citait le pape Léon XIII, qui avait rétabli en 1891 l’historique Specula Vaticana, l’Observatoire du Vatican. Le dictionnaire latin publié par le Saint-Siège comprend même l’acronyme RIV, Res Inesplicata Volantes, qui signifie Objet volant inexpliqué, ou OVNI.

De nombreux catholiques ont embrassé la possibilité d’une vie au-delà de notre « point bleu pâle ». Selon une étude réalisée en 2015 par Joshua Ambrosius, professeur à l’université de Dayton, les catholiques et les « nones » sont les deux groupes les plus optimistes quant à la possibilité de découvrir une vie extraterrestre dans les 40 prochaines années.

L’étude publiée sur Space Policy révèle que les catholiques sont plus susceptibles que tout autre groupe du pays de dire qu’il est « essentiel que les États-Unis continuent d’être un leader mondial de l’exploration spatiale. »

Le catholicisme est une foi évangélisatrice, il n’est donc pas si difficile de croire que les catholiques seraient prêts à mettre les voiles là où « aucun homme n’est allé auparavant » pour répandre l’Évangile.

 

Crédit : Claire Giangravè.

 

Les jardins d’Eden infinis.

En 1588, Giordano Bruno, un frère dominicain italien, écrivait ce qui suit dans son 5e dialogue de De la Cause, du Principe et de l’Unité :

  "Je peux imaginer un nombre infini de mondes comme la terre, avec un jardin d'Eden sur chacun d'eux. Dans tous ces jardins d'Eden, la moitié des Adams et des Eves ne mangeront pas le fruit de la connaissance, mais la moitié le fera. Mais la moitié de l'infini est l'infini, donc un nombre infini de mondes tomberont en disgrâce et il y aura un nombre infini de crucifixions."

C’est peu dire que ce type de considération a mis l’Église du XVIe siècle en émoi. Outre le fait que Bruno, bien qu’étant un homme à l’intuition incontestable, n’avait aucune preuve de ses affirmations d’un autre monde, les implications théologiques de ses déclarations étaient pour le moins bouleversantes.

Si les scientifiques de la NASA devaient nous annoncer lors de la prochaine conférence de presse qu’ils ont établi un contact avec une vie extraterrestre, la foi catholique aurait à résoudre une énigme théologique.

Le jésuite George Coyne SJ, directeur de l’Observatoire du Vatican de 1978 à 2006, s’est posé certaines des principales questions : « Comment pourrait-il être Dieu et laisser les extraterrestres dans leur péché ? Après tout, il a été bon pour nous. Pourquoi ne serait-il pas bon pour eux ? Dieu a choisi un moyen très spécifique pour racheter les êtres humains. Il leur a envoyé son fils unique, Jésus, et celui-ci a donné sa vie pour que les êtres humains soient sauvés de leur péché. Dieu a-t-il fait cela pour les extraterrestres ? »

Les références à la vie extraterrestre dans l’Évangile sont, comme on pouvait s’y attendre, peu nombreuses. Dans un passage, Jésus dit : « J’ai d’autres brebis qui ne sont pas de cette bergerie. Il faut que je les amène aussi, et elles écouteront ma voix. Ainsi, il y aura un seul troupeau, un seul berger » (Jean 10, 16).

Le directeur actuel de l’Observatoire du Vatican jusqu’en 2015, José Gabriel Funes, (également jésuite) a émis l’hypothèse que « nous, les êtres humains, pourrions être les brebis perdues, les pécheurs qui ont besoin d’un berger. Dieu s’est fait homme en Jésus pour nous sauver. Dans ce cas, même s’il existait d’autres formes de vie sensibles, elles n’auraient peut-être pas besoin de rédemption. Elles auraient pu rester en pleine harmonie avec leur Créateur. »

Il s’agit, bien sûr, d’un scénario optimiste, mais il montre comment la foi catholique pourrait embrasser l’éventuel avenir intergalactique de la Terre.

 

Les multiples incarnations du Christ.

Lors du premier dîner sur Terre réunissant des catholiques et des extraterrestres, la question de l’incarnation de Jésus pourrait être un éléphant dans la pièce – bien que, vraisemblablement, loin d’être la seule.

Selon le Cardinal italien Gianfranco Ravasi, Président du « Conseil Pontifical pour la Culture, les Travaux desThéologiens Saint Bonaventure et Duns Scot » pourraient offrir une ligne directrice pour interpréter l’Incarnation comme l’accomplissement de la relation de Dieu avec le monde qui a commencé avec l’acte de la Création.

« Dieu entrerait dans l’humanité non pas à cause du choix pécheur de la créature libre, mais pour compléter Son projet créatif global et son lien avec ses créations, en particulier les humains », a déclaré Ravasi dans une interview au journal italien Il Sole 24 Ore, en 2012.

Même Karl Rahner, considéré comme l’un des théologiens catholiques les plus influents du XXe siècle, face à la possibilité d’une vie extraterrestre a admis que, « compte tenu de l’immuabilité de Dieu en lui-même et de l’identité de La Parole de Dieu, on ne peut pas prouver qu’une incarnation multiple dans différentes histoires de salut est absolument impensable. »

 

Un espace pour les catholiques.

La récente découverte des scientifiques de la NASA n’est pas la première du genre et, selon toute vraisemblance, ne sera pas la dernière. Pour le frère jésuite Guy Consolmagno, planétologue à l’observatoire du Vatican et conservateur de la collection de météorites du pape, la vie extraterrestre ne constitue pas une menace pour la foi.

Dans une interview accordée en 2002 à U.S. Catholic, Consolmagno a même déclaré qu’il serait heureux de baptiser des extraterrestres s’ils le souhaitaient. « Toute entité – quel que soit le nombre de tentacules qu’elle possède – a une âme », a-t-il déclaré.

Même si l’âge vénérable de l’Église fait pâle figure face aux éons du temps et de l’espace (période longue et indéfinie), elle a appris quelques choses et s’est dotée de quelques instruments qui lui ont permis de survivre aux sièges, aux luttes et aux schismes.

« Les chrétiens n’ont pas à renoncer à leur foi en Dieu simplement à cause de nouvelles informations inattendues de nature religieuse concernant les civilisations extraterrestres »,
a déclaré Giuseppe Tanzella-Nitti, astronome et théologien du Vatican.

Une fois que les croyants auront vérifié que ces civilisations extraterrestres viennent d’une autre planète, a-t-il ajouté. Ils devront procéder à une « relecture de l’Évangile à la lumière des nouvelles données ».

En somme, la plupart de ces observateurs estiment que la foi catholique est suffisamment solide pour résister à l’épreuve de la vie extraterrestre. Que ce soit dans la scène du Jazz dans Star Wars ou sur le pont du capitaine Kirk, que ce soit dans les grands Avatars bleus ou en aidant E.T. à « téléphoner à la maison », il y aura toujours de la « place » pour le catholicisme.

Traduction de Jacky Kozan, le 30 août 2021

 

Publié par

Jacky Kozan

Fondateur et coordinateur de l'Académie d'Ufologie