Intérêts d’entreprises aérospatiales pour les UFOs – Historique

Intérêts d’entreprises aérospatiales
et de certains de leurs employés
pour les UFOs.

Source

Vendredi 19 février 2021

Un examen des aspects des phénomènes aériens non identifiés (PANs),
d’un point de vue scientifique.

 

Introduction et contexte

Les entreprises aérospatiales, en particulier aux États-Unis, s’intéressent depuis longtemps aux phénomènes aériens non identifiés (PAN). Il s’agit d’une adéquation naturelle. Les PANs présentent un certain nombre « d’observables » qui seraient précieux pour une entreprise aérospatiale, en termes de compréhension de la physique avancée, des systèmes de propulsion avancés et en général, de la technologie avancée.

Certains ont également suggéré que si vous cherchiez à faire de la rétro-ingénierie pour un objet avancé, pourquoi ne pas enfouir un tel projet au sein d’une entreprise aérospatiale privée? Le mémo Wilson/Davis laisse bien sûr entendre que cela a déjà été fait.

L’objectif de cet article est de rassembler certaines informations sur l’intérêt des entreprises aérospatiales et de certains de leurs employés, pour les PANs. Il ne se veut pas exhaustif, mais donne un aperçu général du sujet.

Tout d’abord, quelques informations de base sur les principaux acteurs :

1921 – Création de la Douglas Aircraft Company.

1926 – Création de la société Lockheed.

1939 – Création de la McDonnell Aircraft Corporation.

1961 – Création de la Martin Marietta Corporation.

1967 – La McDonnell Aircraft Corporation et la Douglas Aircraft Company fusionnent pour former la McDonnell Douglas.

1995 – Fusion de Lockheed Corporation et de Martin Marietta pour former Lockheed Martin.

1997 – Fusion de McDonnell Douglas avec Boeing.

 

1947 : Déclaration de Lockheed

 

Dans un article du volume 26, numéro 3 (p 3-9, 32) de l’International UFO Reporter, de Joel Carpenter, intitulé « The Lockheed UFO Case, 1953 », Carpenter mentionne une déclaration officielle de Lockheed du 7 juillet 1947 au sujet des « disques volants ».

Hal Hibbard, alors ingénieur en chef de Lockheed, aurait déclaré au Los Angeles Times :
« Ce sont soit des réflexions d’avions volant seuls ou en formation, soit une hystérie de masse et le désir de diverses personnes de voir leur nom figurer dans le journal. Je ne connais aucun projet d’aviation secret qui aurait la moindre incidence sur ces soi-disant phénomènes ».

 

1949 : Observation d’un employé de Lockheed

 

Un post de mai 2020 sur le blog « The Saucers that time forgot » a publié l’image d’une communication interministérielle de Clarence L. (« Kelly ») Johnson de Lockheed, à John L. Hill, datée du 8 juillet 1949, faisant état d’une observation faite le 17 juin 1949 par un employé de Lockheed.
Johnson a écrit, en partie :

« Comme vous le savez, j’ai été très intéressé par la possibilité que de telles choses existent, et mes discussions avec certaines personnes de l’armée de l’air, ainsi que les derniers articles de journaux indiquent que les disques volants ont quelque chose de particulier ».

 

 

Il existe un dossier du projet Blue Book (PBB) sur cette observation. Vous trouverez ci-dessous une image de la fiche du PBB et la conclusion.

 

1951 : Observation de Johnson

 

Un article de Carpenter paru en 2001 dans l’IUR mentionne également une observation faite par Kelly Johnson lui-même, « vers novembre 1951 ». Vous trouverez ci-dessous les détails disponibles, selon les propres termes de Johnson, à partir de 1953 :

« Je dois également ajouter qu’il y a environ deux ans, Mme Johnson et moi avons vu un objet que je croyais à l’époque et que je crois toujours, être une soucoupe volante, s’envolant à l’ouest de Brents Junction, en Californie, par une nuit très sombre. Je n’ai pas vu l’objet lui-même, mais j’ai vu une flamme ou une émanation clairement définie, comme le montre le croquis ci-joint. L’objet se déplaçait d’Est en Ouest à une vitesse très élevée et sans bruit. La flamme ou l’émanation était d’un beau bleu clair, avec des bords extrêmement bien définis. Ma première impression était qu’il s’agissait d’un avion à postcombustion, mais l’absence de bruit et la vitesse pure du panache éliminaient complètement cette possibilité ».

http://www.nicap.org/docs/lockufo2.pdf

 

Janvier 1953 : Brevet Lockheed

Grâce à un article paru dans le blog « Saucers that time forgot », nous savons que Nathan C. Price, employé de Lockheed, a conçu puis déposé un brevet, pour un avion en forme de « soucoupe » à décollage et atterrissage vertical, en janvier 1953. L’appareil a été conçu pour des montées et descentes verticales, et pour des vols à longue distance à des vitesses allant jusqu’à Mach 4, avec un plafond d’environ 100 000 pieds. Il n’a jamais été construit.

 

 

Décembre 1953 : Observation de Johnson

Le 16 décembre 1953, Kelly Johnson et sa femme ont observé une silhouette noire, à l’ouest d’un ranch près d’Agoura, en Californie. Pendant cinq minutes, elle a été observée à l’œil nu et à travers des jumelles. Elle semblait immobile, puis sa taille a diminué et elle a disparu en 90 secondes dans une montée apparemment longue et à faible pente.

Au même moment, un groupe d’employés de Lockheed, à bord d’un avion d’essai en provenance de Burbank, en Californie, a également aperçu une silhouette noire aux bords nets dans le ciel, au-dessus de la mer. Au bout de cinq minutes environ, elle a disparu de la vue.

Le dossier de l’affaire dans le PBB (Project Blue Book), qui enregistre la cause sous forme de nuage lenticulaire, peut être consulté ici (http://www.nicap.org/docs/lockufo2.pdf).

 

1954 – 1955 : Étude de la Douglas Aircraft Company

Dans le livre de Jacque Vallée « Forbidden Science: Volume 2 » page 336, il y a un extrait de journal qui se lit comme suit:

« Belmont samedi 15 mai 1976

…j’ai reçu un appel intéressant d’un vice-président des systèmes environnementaux à Van Nuys qui avait lu ‘Le Collège Invisible’ . Dès 1955, il faisait partie d’un groupe d’OVNI chez Douglas Aircraft à Santa Monica. Il y a travaillé avec Wheaten (maintenant à Lockheed dans la division sous-marine), Ted Gordon, Klemperer et Dave Crook. La direction de McDonnell leur a demandé d’évaluer des cas tirés du Blue Book, avec photos et films. Leur conclusion, qu’on leur a demandé ‘d’oublier’, était que les objets utilisaient une physique multidimensionnelle. Il affirme maintenant qu’ils ont trouvé pas moins de 2 000 sites dans la seule vallée d’Owen (Californie), dont un où les objets semblent entrer et sortir du sol solide ».

 

Image tirée du fichier PDF

 

J’ai fait des recherches sur cette étude de 1955 et j’ai fini par écrire deux articles de blog à ce sujet, ici (https://ufos-scientificresearch.blogspot.com/2019/01/aerospace-companies-and-secret-uap.html) et ici (https://ufos-scientificresearch.blogspot.com/2019/01/documents-located-from-that-1955-secret.html). Finalement, j’ai pu localiser, grâce au chercheur de Boston, Barry Greenwood, 100 pages de documents générés par l’étude, dont quelques pages sont disponibles sur Internet ici (https://rense.com/general96/DouglasDocsPreface.pdf). Le projet était dirigé par Wolfgang Benjamin Klemperer, chef de leur division des missiles et composé d’Elmer P. Wheaton ; Theodore Jay Gordon ; Dave Crook et A M Rochlen. Étant donné que les noms fournis par Vallée figurent tous dans les documents de 1955, à l’exception de celui de Rochlen, je me demande si Rochlen était l’informateur de Vallée ?

Avec l’aimable autorisation de Barry Greenwood

 

Dans le livre de 2012 « UFOs and Government » de Swords, M. et al (Anomalist Books, San Antonio), on trouve ce qui suit :

« Le département d’ingénierie des missiles de Douglas avait fait une analyse du film de Great Falls, Montana, de 1950, en complément circonstanciel d’une étude des publications traitant des systèmes de propulsion inhabituels… L’analyse de Douglas a été faite par le Dr. Robert L Baker. »

 

Mémo – Klemperer à Wheaton 1er mars 1955

 

L’analyse a été publiée en mars 1956 sous le titre « Photogrammatic Analysis of the ‘Montana’ Film Tracking Two UFOs » par Robert L. Baker.

 

Au milieu des années 1950 : Recherche anti-gravité

« The Hunt for Zero Point » de Nick Cook, est un livre de 2002 qui explore les recherches menées sur l’anti-gravité comme moyen de propulsion avancé. Cook était employé par le journal anglais « Jane’s Defence Weekly » et a été intrigué par le concept de recherche anti-gravité. Il est tombé sur le fait qu’au milieu des années 1950, un certain nombre de sociétés aérospatiales américaines menaient des recherches actives sur l’anti-gravité. L’une des plus importantes était dirigée par George S. Trimble, responsable des projets avancés et vice-président du projet G pour Martin Aircraft. Pour en savoir plus sur les travaux de Cook, cliquez ici (https://ufos-scientificresearch.blogspot.com/2010/11/more-on-aerospace-companies-and-ufos.html).

 

1965 : Martin Marietta

Dans « Forbidden Science: Volume 1 », dans une entrée datée du 17 mai 1965, Vallée écrit

« Un curieux incident s’est produit récemment lors d’une conversation avec un ingénieur de Martin Marietta qui dit être en train de compiler un livre sur les OVNIs. L’ingénieur a fait circuler un classeur noir contenant des documents et lorsque quelqu’un a tourné une page, l’ingénieur a sauté de sa chaise comme un tigre et a enlevé le classeur, en crachant de façon étrange « …les autres papiers n’ont rien à voir avec ça ». Nous avons été assez choqués par la violence de sa réaction. Bien sûr, nous nous sommes demandé ce qu’il y avait d’autre dans ce classeur. Il y a des rumeurs selon lesquelles les grandes entreprises aérospatiales mènent leurs propres études secrètes sur les OVNIs. »

 

1967-1968 : Étude réalisée pour le compte du Président Lyndon B. Johnson

Dans la période 1967-1968, Frank F. Rand Jr. est devenu l’assistant du Président Lyndon B. Johnson. Le Président Johnson avait été contacté par le chercheur James E. McDonald au sujet des OVNIs. Le Président Johnson lui-même a conservé un intérêt à long terme pour le sujet. Le président a demandé à Rand de se pencher sur le sujet et de lui faire un rapport. Rand et son équipe ont passé neuf mois à mener une enquête scientifique sur le sujet et ont conclu en fournissant un rapport au Président Johnson.

En 2001, Rand avait préparé un manuscrit de la longueur d’un livre, à la fois sur sa carrière et sur l’étude des OVNIs. Il était intitulé « UFOs…Fact or Fiction » et le chercheur américain Michael Swords en a acquis un exemplaire, que j’ai lu. Le manuscrit n’a jamais été publié et peu l’ont vu.

Voici quelques-unes des conclusions de l’équipe de Rand :

« Il ne fait aucun doute que les « OVNI » existent et sont sous contrôle. Je ne doute pas non plus que des sondes inoffensives aient pu être envoyées sur notre Terre par d’autres civilisations au-delà de notre système solaire ».

Les autres membres de l’équipe de Rand auraient été Arthur Lundahl, le général James T. Stewert, le Dr Brockway McMillan, le « Dr Lee Brockings » (pseudonyme), un Dr Bleakley et un Dr Losh, ainsi qu’un certain Clarence « Kelly » Johnson, particulièrement intéressant ici.

 

1967-1970 : L’étude « secrète » de McDonnell Douglas

Dans l’édition de juillet/août 1993 du « International UFO Reporter« , un employé de McDonnell Douglas, Robert M. Wood a révélé que sa société avait mené une étude « secrète » sur le sujet des OVNIs.


Image tirée du fichier PDF

 

Wood a recommandé à la Direction, un modeste projet de 0,5 million de dollars pour explorer des théories impopulaires, mener des expériences en laboratoire, évaluer des hypothèses, effectuer des observations sur le terrain et passer en revue la littérature sur les OVNIs. Elle a accepté. A un moment donné, le projet employait quatre personnes à temps plein et trois à temps partiel.


Image tirée du fichier PDF

 

Une description plus complète du travail entrepris, est apparue beaucoup plus tard, dans un autre article de Wood, cette fois dans le numéro d’octobre 2008 du « MUFON Journal ». Les personnes mentionnées comme ayant participé au projet sont le Dr Joseph M. Brown ; Chan Thomas ; Paul Wilson ; Stanton Friedman ; le Dr Darell Boyd Harmon ; Leon A. Steinert et Harvey C. Bjornlie. J’ai écrit un long article sur le projet, ses documents et ses résultats dans un billet de blog daté du 22 septembre 2020. Si vous souhaitez lire 275 pages de la documentation du projet, vous pouvez vous rendre sur ce site web (https://www.checktheevidence.com/wordpress/2007/07/28/douglas-docs/).

Dans l’article de 1993, Robert M. Wood déclarait

« Le projet a été arrêté en 1969 sur ma recommandation en raison de notre incapacité à identifier le moment du paiement… le nom de code était « BITBR » – signifiant « Boys in The back Room ».

Wood a également révélé cela :

« Le seul contact avec le gouvernement au sujet du projet a eu lieu vers la fin du printemps 1970, lorsque l’une des agences de renseignement a manifesté son intérêt. Cela a donné lieu à un projet de proposition visant à « imiter ou dupliquer » les éléments observables associés aux OVNIs. Nous avons appelé cette opportunité potentielle le Projet Skylite et avons préparé un grand nombre d’informations techniques en prévision du travail contractuel. À ma connaissance, cela ne s’est jamais concrétisé avec McDonnell Douglas. »

La chercheuse Lois Taylor m’a contacté et m’a fourni un certain nombre de documents traitant de ce projet, que j’ai repris dans un article de blog daté du 15 octobre 2020.

Dans une note interne datée du 2 mai 1968, et intitulée « Advanced Vehicle Concept Research » par Wood, Brown et Harmon, il y a une section intitulée « Competitors efforts » :

« Hughes (10 hommes à Fullerton sous Meiers) ; Lockheed Sunnyvale ; Rand a proposé un projet (comme plusieurs autres entreprises); plusieurs entreprises ont des activités liés aux OVNIs. Raytheon a eu un projet informatique de Condon (University of Colorado). »

 

1973 : Analyse d’un échantillon du « crash » d’Aurora, Texas, en 1897

Dans le journal MUFON « Skylook », numéro 70, daté de septembre 1973 (p.8), l’auteur Walt H. Andrus a écrit un article intitulé « Report on 1897 Aurora, Texas, Investigations ». Une partie de cet article rapportait que des échantillons de matériaux trouvés sur le site du prétendu « crash » avaient été envoyés à :

« John F. Schuessler, directeur adjoint de MUFON et consultant en aéronautique, le 15 juin. Ils ont été soumis aux laboratoires de McDonnell Douglas, St. Louis, pour leur analyse par des experts ».

Autant que je puisse en juger, les résultats des analyses n’ont jamais été publiés.

 

1974 : Des recherches sur les OVNIs pour la CIA ?

Le 10 décembre 1974 la préface de « Forbidden Science: Volume Two », de Vallée, mentionne :

« Kit a confirmé à contrecœur qu’un groupe de 15 ingénieurs du Midwest (je suppose que c’était McDonnell à St. Louis) effectue secrètement des recherches sur les OVNIs pour la CIA sous le couvert de « recherches aéronautiques ». Ils obtiennent des données grâce à des fuites du CUFOS et d’autres amateurs ».

Note : Kit fait référence à Christopher « Kit » Green.
(note de JK pour préciser: Kit Green a été le prédécesseur de Ronald Pandolfi.)

 

1978 : McDonnell Douglas poursuit ses études

Deux autres informations de Jacques Vallée.

1. Entrée de journal datée du 5 janvier 1978

« Hier, j’ai reçu un appel téléphonique d’un collègue qui travaille chez McDonnell Douglas Aeronautics. Il m’a dit que, « à titre privé », il était en train de constituer une nouvelle base de données de rencontres rapprochées. Je ne suis pas assez stupide pour croire que sa société n’a aucun intérêt dans cette affaire. Ils ont un projet secret en cours, bien financé avec la bénédiction et la surveillance officielle de la CIA, et ils sont très liés à de grands groupes d’OVNIs qui aiment tous l’intrigue secrète d’un lien avec les espions, même s’ils dénigrent le gouvernement dans leurs déclarations publiques ».

2. Article de journal daté du 15 octobre 1978

« McDonnell Douglas poursuit son étude, discrète mais bien financée, avec John Schuessler, également suivi par l’Agence. Ils semblent être à la recherche d’alliages exotiques. Qui se moque de qui ? Pourquoi la communauté scientifique est-elle tenue dans l’ignorance de ces projets ? Pourquoi tout ce secret ? Où vont les résultats de la recherche ? »

 

1979 -1986 : McDonnell et la parapsychologie

Entre 1979 et 1986, la Fondation McDonnell a financé un laboratoire permanent d’enquête sur le paranormal à St. Louis, dans le Missouri. James Smith McDonnell a été Président du Conseil d’Administration de McDonnell Douglas.

 

1985 : L’ATP

Le projet ATP (Advanced Theoretical Physics) a été cofondé par John B. Alexander et le Dr Ronald F. Blackburn. Blackburn était un spécialiste des micro-ondes, anciennement chez Lockheed « Skunk Works » et selon Jacques Vallée (« Forbidden Science: Volume 3 » entrée de journal datée du 11 avril 1989) Blackburn a laissé entendre qu’il étudiait les OVNIs. J’ai fait le profil de Blackburn dans un article de blog en 2019.

L’ATP avait un certain nombre de participants, qui se sont réunis pour discuter des recherches actuelles et futures sur le sujet. Pour consulter un lot de documents de l’ATP, veuillez cliquer ici (https://ufos-scientificresearch.blogspot.com/2019/06/the-advanced-theoretical-physics.html).

Parmi les participants à l’ATP, il y avait au moins cinq personnes qui travaillaient pour des entreprises aérospatiales. Il s’agit de Ron Blackburn, Milton Jantzen et Don Keuble de Lockheed ; et Bill Souder et Robert Wood de McDonnell Douglas.

Bien que M. Alexander ait informé un certain nombre de hauts fonctionnaires du gouvernement américain pendant que l’ATP était opérationnel, aucun financement n’a finalement été accordé pour soutenir le programme de recherche de l’ATP et celui-ci a été dissous.

 

1986 : Ben Rich

Au fil des ans, on a beaucoup parlé de certaines déclarations de Ben Rich de Lockheed. En 1986, Ben Rich était vice-président exécutif et directeur général des projets de développement avancé de la Lockheed Aeronautical Systems Company. Dans une lettre datée du 10 juillet 1986, le chercheur John Andrews a demandé à Rich si ses convictions couvraient à la fois les OVNIs d’origine humaine et extraterrestre ? Dans une réponse datée du 21 juillet 1986, sur papier à en-tête de Lockheed, Rich a répondu :

« Oui, je cois aux deux catégories. Je pense que tout est possible. Beaucoup de nos OVNIs artificiels sont des opportunités non financées ».

Je reflète la correspondance ci-dessous à partir d’un PDF que j’ai dans mon dossier :

 

 

 

1992 – 2012 : Robert Bigelow et Bigelow Aerospace

L’homme d’affaires de Las Vegas Robert T. Bigelow s’intéresse depuis longtemps aux PANs et au paranormal. Il a exprimé cet intérêt dans une série de business entités, en commençant par la Fondation Bigelow au début des années 1990 ; l’Institut national des sciences de la découverte (NIDS -1996 à 2004)et enfin Bigelow Aerospace Advanced Space Studies (BAASS) entre 2008 et 2012. J’ai passé en revue chacune de ces entités et leurs recherches dans une série d’articles de blog que l’on peut trouver en utilisant la fonction de recherche du blog. Une grande partie des informations publiées par le NIDS peuvent encore être trouvées sur leur site web aujourd’hui disparu en utilisant la machine Wayback (http://web.archive.org/web/*/nidsci.org). Bigelow Aerospace a été fondée en 1998 et BAASS en 2008.

BAASS a reçu un financement pour deux ans, soit 22 millions de dollars au total, de la part de la DIA (l’Agence de Renseignement de la Défense américaine) dans le cadre d’un contrat pour le Programme d’applications de systèmes d’armes aérospatiaux avancés (AAWSAP). Robert Bigelow a également puisé dans sa propre poche pour compléter les fonds de la DIA. Très peu d’informations détaillées ont été rendues publiques par la DIA ou BAASS concernant l’AAWSAP.

 

Milieu des années 1990 : Projet Greenglow

 

 

Au milieu des années 1990, l’ingénieur en aérospatiale Ron Evans travaillait pour British Aerospace (devenu BAE Systems en 1999). Il a demandé à la direction s’il pouvait étudier le « contrôle de la gravité ». Ils ont répondu oui ; ils lui ont donné un bureau et un petit budget. Il a appelé le projet « Project Greenglow » et y a travaillé jusqu’à sa retraite en 2005. En 2015, il a publié un livre intitulé « Greenglow and the Search for Gravity Control » (Greenglow et la recherche du contrôle de la gravité).

 

2001 : Donald Phillips

Selon Steven M. Greer dans son livre « Disclosure Project Briefing Document«  de 2001, Donald Phillips aurait été dans l’USAF et aurait également travaillé avec Kelly Johnson chez Lockheed. Dans son témoignage sur le projet Disclosure, il raconte comment les ETs ont rencontré les dirigeants de la Terre en 1954, ce qui a permis de faire progresser notre technologie. Phillips se réfère au travail du colonel Corso comme preuve pour appuyer son propre témoignage.

 

2014 : Boyd B. Bushman

Boyd B. Bushman a travaillé pour Lockheed Martin et détenait un certain nombre de brevets, déposés entre 1989 et 2002, attribués à Lockheed. Avant son décès en août 2014, il a été interviewé en vidéo sur ses vues sur les PANs. Dans la vidéo, il parle des OVNIs comme étant réels, qu’ils sont des visiteurs extraterrestres et que des corps et des vaisseaux ont été retrouvés. Il a produit et montré des photographies d’OVNI et d’un extraterrestre, dont il a parlé comme s’il les avait lui-même rencontrés, ainsi que de la planète de l’extraterrestre. Il a affirmé que la Russie et la Chine travaillaient toutes deux dans la zone 51. Il a également déclaré qu’il analysait des morceaux d’OVNI, qui avaient la propriété de réduire le poids de tout ce qui se trouvait à proximité des morceaux. Les critiques de son récit vidéo ont souligné que l’extraterrestre sur la photo ressemble fortement à une poupée extraterrestre jouet disponible chez Wal-Mart.

 

2016 : William Tompkins

 

 

Un livre intitulé « Selected by Extraterrestrials », écrit par William Mills Tompkins, a été publié en 2016. Ce livre serait une autobiographie de Tompkins, bien qu’il se lise comme un roman de série B, qui a déclaré être un employé de longue date de la Douglas Aircraft Company, depuis 1953. Il fait des déclarations telles que :

« Après une étude approfondie en 1953, Advanced Design a conclu que les OVNIs étaient en fait des vaisseaux spatiaux interplanétaires, pilotés par des êtres extraterrestres extrêmement avancés. »

Pour plus d’informations, veuillez consulter mon billet de blog daté du 28 avril 2016 (https://ufos-scientificresearch.blogspot.com/2016/04/new-book-alert-selected-by.html).

 

Et maintenant ?

L’intérêt démontré à long terme pour le sujet par les entreprises aérospatiales, m’indiquerait qu’il y a très probablement une entreprise aérospatiale, en ce moment même, qui mène des recherches actuelles sur les PANs. Avec tout l’intérêt suscité par les rencontres de Nimitz en 2004, les incursions de 2014/2015 au large de la côte Est de la zone d’entraînement américaine et d’autres cas depuis, je dirais qu’une ou plusieurs des principales entreprises aérospatiales ont leur propre programme de recherche sur les PANs en cours. Ce programme est distinct du groupe de travail officiel du gouvernement américain sur les PANs.

Un certain nombre de chercheurs sur les PANs affirment, sans preuves à l’appui, qu’ils connaissent quatre autres programmes de recherche américains traitant des PANs. Cependant, rien n’indique que ces programmes sont menés au sein d’entreprises aérospatiales privées. Les lecteurs du blog ont-ils des informations sur un tel programme actuel des entreprises aérospatiales ?

Par Keith Basterfield, le 19 février 2021

Traduction de Jacky Kozan, le 22 février 2021

 


 

 

Publié par

Jacky Kozan

Fondateur et coordinateur de l'Académie d'Ufologie