Comment le Pentagone peut améliorer la façon dont il étudie les OVNIs ?

Source

Par Matt Stieb – 29 juin 2021


L’observatoire Very Large Array au Nouveau-Mexique, que les scientifiques utilisent
pour rechercher la vie extraterrestre dans l’univers à l’aide d’ondes radio.
Photo : Construction Photography/Avalon/Getty Images

 

Après une longue attente et beaucoup de spéculations folles, le Pentagone a finalement publié vendredi dernier son rapport sur tout ce que le gouvernement sait sur les objets volants non identifiés (rappel de JK: ce n’est pas le rapport qui a été publié, c’est son « évaluation préliminaire »). Sans surprise, le contenu est un peu décevant. Sur les 144 observations d’OVNI analysées – la plupart datant des deux dernières années, après que la Navy et l’US Air-Force aient réorganisé leur processus de signalement des phénomènes aériens non identifiés – les responsables de la sécurité n’ont pu fournir de réponses que sur une seule observation. L’objet en question était un gros ballon qui se dégonflait. « Les autres restent inexpliqués », indique le rapport.

C’est une métaphore appropriée pour ceux qui espéraient que le rapport pourrait donner des indices sur la vie extraterrestre, ou au moins des détails sur une nouvelle technologie de pointe russe ou chinoise. Mais ce n’est pas le dernier mot du gouvernement sur le sujet : le rapport indique également que le Bureau du Directeur du Renseignement National et le Ministère de la Défense informeront le Congrès dans un délai de 90 jours de la manière dont ils comptent améliorer leur stratégie de signalement des ovnis et mettre en œuvre de nouvelles technologies pour mieux comprendre les étranges objets dans le ciel.

Le Dr Avi Loeb, astrophysicien à Harvard et fondateur de l’initiative « Black Hole », espère que ce moment servira à réinitialiser notre approche des ovnis, en permettant aux États-Unis de commencer à faire passer la science avant la politique. Plus tôt cette année, Loeb a discuté avec Intelligencer de son hypothèse selon laquelle ‘Oumuamua – le premier objet interstellaire connu détecté près de la Terre – pourrait être un vaisseau spatial extraterrestre. Avec la publication du rapport du Pentagone, Loeb a plaidé pour que le gouvernement adopte une approche plus scientifique dans sa propre étude des OVNIs. Dans une interview accordée cette semaine, Loeb a formulé quelques recommandations concernant les prochaines étapes à suivre par le gouvernement, que les objets s’avèrent être des menaces terrestres ou, comme il l’a dit, la preuve qu’il y a « des enfants plus intelligents dans le quartier ».

 

Le rapport du Pentagone n’a pas apporté de réponses. Pensez-vous que c’est simplement la nature du sujet ou le résultat du fait que a Navy et l’US Air-Force n’ont commencé à appliquer une approche scientifique aux OVNIs que ces deux dernières années environ ?
Vous savez, si vous allez chez un cordonnier, vous ne vous attendez pas à ce qu’il prépare des gâteaux très savoureux, n’est-ce pas ? C’est une organisation militaire qui a rédigé le rapport, qui a ensuite été digéré par le système politique de Washington. Ce ne sont pas des scientifiques, ils n’ont pas été formés comme tels. Le cordonnier n’est pas formé pour être boulanger. Vous ne pouvez pas attendre des personnes qui ont fait partie de la Commission Sénatoriale du Renseignement qu’elles fassent des évaluations qui soient scientifiques. Ce n’est tout simplement pas leur profession. Et il y a également eu une réticence au sein de la communauté scientifique à traiter les données, ce qui n’est pas une situation saine. Je dis qu’il faut changer cela et financer un programme de recherche qui vise à clarifier la nature de ces objets. Toutes les réponses que vous pouvez imaginer seraient d’un grand intérêt pour la société.

En outre, si vous regardez l’histoire de la science, les anomalies, les choses qui ne correspondent pas tout à fait à ce que nous attendons, sont souvent les voies par lesquelles nous découvrons de nouvelles choses et faisons de nouvelles réalisations. Le meilleur exemple est la découverte de la mécanique quantique il y a un siècle.

 

Le gouvernement a déclaré qu’il informerait le Congrès dans les 90 jours sur les plans visant à améliorer ses efforts de collecte de données sur les OVNI. Que pensez-vous que cela puisse impliquer ?

Nous avons besoin de meilleures données collectées par des instruments scientifiques. Les caméras des avions n’ont pas été conçues dans ce but. Elles ont été installées sur un avion censé participer à des situations de combat. Elles n’ont pas été conçues pour être optimales pour l’identification des OVNIs. Ils devraient choisir des caméras et d’autres instruments qui sont idéaux pour cet objectif et n’ont rien à voir avec un champ de bataille – mais à des fins scientifiques beaucoup mieux adaptés.

Vous pouvez également les connecter à des télescopes à grand champ qui vous donnent une vue beaucoup plus large et différente de ce que vous regardez. Ensuite, les données ne seraient pas transmises à des yeux humains, comme dans le cas du pilote qui regarde l’écran. Elles sont directement transmises à un système informatique qui les analyse de manière automatisée, de sorte que le jugement humain n’entre pas en ligne de compte. Ensuite, vous regardez le ciel pendant un long moment et vous essayez de déterminer s’il y a quelque chose d’inhabituel. C’est mon plan, c’est mon espoir.

 

En tant que scientifique, que pensez-vous des sceptiques comme l’écrivain scientifique Mick West, dont l’argument général est que les images que nous voyons dans les vidéos militaires P.A.N. pourraient facilement être le résultat d’instruments mal calibrés ou de distorsions de la caméra ?
Il peut argumenter cela indéfiniment, je m’en moque. Je suis financé pour faire les expériences qui me permettent d’obtenir de meilleures données. Il est le bienvenu pour les analyser avec moi. S’il voulait traiter des données crédibles, ouvertes et de nature scientifique, il serait le bienvenu… Le voir crier « Non, ce n’est rien d’intéressant » ne profite à personne, car il n’a pas accès à toutes les données ; la plupart sont classifiées. Ce qui favoriserait la discussion, c’est une meilleure information.

Voyez-vous des écueils potentiels dans la stratégie du gouvernement pour faire la lumière sur ces incidents ?
Eh bien, les gens peuvent demander : « Quel est le coût ? » Si cela coûte des dizaines de millions de dollars pour le découvrir, est-ce beaucoup d’argent ? Comment cela se compare-t-il à un seul F-17 ? Il est si important pour la société de connaître les réponses. Nous devons rassembler les preuves, c’est tout. C’est la voie pratique à suivre. Sans préjugés, trouvons la réponse et faisons un rapport.

 

Pensez-vous qu’il soit réaliste d’espérer que le gouvernement dise : « Abordons d’abord cela comme un projet scientifique ? »
C’est une question politique : Les gens feront-ils ce qu’il faut ? C’est une question délicate car ces politiciens ne sont pas des scientifiques ; ils sont mus par d’autres intérêts ; ils doivent se soucier de leur image, de leurs électeurs. Il se pourrait bien que cela se produise si leur électorat le souhaite, ou pour un autre motif étrange – pas nécessairement des raisons scientifiques.

Il est possible de répondre à ces questions sans faire de politique si le financement est assuré par le secteur privé. Personne ne peut nous mettre des œillères et nous dire : « Vous n’avez pas le droit de regarder le ciel ». Alors pourquoi compter sur les politiciens ?

Mais si Washington veut vraiment le mettre en place, nous pourrions avoir un centre soutenu par le gouvernement fédéral qui se penche sur (les ovnis), composé de scientifiques et pas seulement de bureaucrates. Je suis juste un peu pessimiste parce que tout est très lent là-bas. Mais s’ils le font, je serais heureux de participer – disons-le comme ça.

Traduction de Jacky Kozan le 01 juillet 2021

Publié par

Jacky Kozan

Fondateur et coordinateur de l'Académie d'Ufologie