Article du “Dauphiné” sur le tournagedu film “Valensole 65”

Vues : 34

Texte sans la mise en forme:

L’histoire des ovnis de Valensole à l’affiche d’un long-métrage.

L’histoire de Maurice Masse et sa rencontre avec les extraterrestres à Valensole le 1er juillet 1965, verra le jour sur les écrans en 2023. Les séquences du film Valensole 65 , réalisé par Dominique Filhol, ont été tournées cet été, dans les Alpes-de-Haute-Provence et récemment à Montbrun-les-Bains, dans la Drôme.

https://cdn-s-www.ledauphine.com/images/817CA2C5-2544-4E25-97C9-E86CCF69E7F1/NW_detail/title-1667933395.jpg

« J’ai découvert l’histoire de Valensole en 2019, au moment où je tournais mon documentaire Ovnis une affaire d’État. Fasciné par l’histoire de Maurice Masse et de sa rencontre du “troisième type”, j’ai décidé de l’adapter au cinéma », lance Dominique Filhol qui a mis beaucoup d’énergie dans la réalisation de son film, dont le tournage s’est achevé il y a trois semaines.

« J’ai travaillé avec le scénariste Édouard Blanchot. On s’est penché sur la vie des paysans de l’époque, des cultivateurs de lavande. J’ai rencontré la famille de Maurice Masse. J’ai parlé avec sa fille, ses petits-enfants qui m’ont raconté ce qu’ils ont vécu. Évidemment, il y a une partie romancée dans le scénario, basé sur une enquête approfondie, à partir de coupures de presse de l’époque, des rapports de gendarmerie et la rencontre avec Jacques Vallée, l’un des plus grands spécialistes au monde des ovnis, », ajoute l’auteur originaire de Normandie et qui se passionne pour le 7e art depuis son enfance.

Le film Rencontre du troisième type (de Steven Spielberg) l’a particulièrement marqué, développant chez lui une passion dévorante pour les phénomènes étranges et inexpliqués.

L’impact d’un événement ufologique dans un village provençal des années 1960

Le film est basé sur l’histoire de Maurice Masse, un lavandiculteur bas-alpin qui, le 1er juillet 1965, aurait aperçu des extraterrestres. La nouvelle avait fait grand bruit dans ce petit village de Haute-Provence. Les gendarmes avaient pris la déposition du paysan et relevé des traces troublantes à l’endroit où ce dernier avait affirmé avoir vu une soucoupe volante. La presse s’était alors emparée de l’affaire avant que ne surgissent des photographes et des spécialistes du monde entier, captivés par ce fait divers hors du commun.

« C’est l’un des rares faits où l’on a découvert des preuves matérielles de traces au sol. Une enquête très sérieuse a été menée. Maurice Masse était connu à Valensole pour être quelqu’un de jovial. Cette histoire a complètement bouleversé sa vie, celle de sa femme Jeannette et de ses deux enfants, celle d’un village tout entier. Si aujourd’hui le sujet des ovnis s’est démocratisé, il y a presque 60 ans, il était tourné en ridicule. Longtemps sous les feux de l’actualité, Maurice Masse a souffert de cette situation. Il en est même tombé en dépression. Nous avons voulu montrer dans ce film, une pure fiction à partir de faits réels, l’impact qu’a eu cet événement dans un petit village provençal dans le milieu des années 1960 », argumente le metteur en scène.

Le tournage, étalé sur cinq semaines, s’est déroulé en deux temps : cet été, sur le plateau de Valensole avant de s’achever il y a trois semaines, dans la localité de Montbrun-les-Bains (Drôme provençale).

En chiffres

➤ Techniciens sur le plateau : 40.

➤ Comédiens : 30 (principalement originaires de la région et de la Provence).

➤ Figurants : 50 à 80 (selon les tournages et originaires de la région).

➤ Budget : entre 800 000 et 900 000 euros.

https://cdn-s-www.ledauphine.com/images/2a52ee9d-aace-4a94-84de-e09d4d1cd000/NW_listC/le-visage-grave-maurice-masse-incarne-par-mathias-van-khache-vient-de-sortir-de-la-gendarmerie-il-rejoint-sa-femme-jeannette-interpretee-par-l-actrice-vahina-giocante-photo-frederic-masse-1667934699.jpg
Le visage grave, Maurice Masse, incarné par Mathias Van Khache, vient de sortir de la gendarmerie. Il rejoint sa femme Jeannette interprétée par l’actrice Vahina Giocante. Photo Frédéric MASSÉ


Une histoire, mystérieuse et poétique à la fois

« C’est un film d’époque et le Valensole actuel était trop moderne pour tourner dans la localité. Les scènes avec la lavande ont été tournées au moment de la floraison près du lac d’Esparron et sur le plateau de Valensole. Celles du village ont été tournées à Montbrun-les-Bains, une cité authentique qui correspondait mieux à notre attente, avec des travaux sur les décors moins importants à réaliser », indique Dominique Filhol, dont c’est le premier long-métrage.

« C’est une belle histoire, touchante, mystérieuse et poétique à la fois : une comédie dramatique et fantastique dans le cadre magnifique et bucolique des champs de lavandes. J’ai rencontré la famille de Maurice Masse qui a ressenti un certain enthousiasme pour le film. Mais l’histoire qu’elle a vécue reste encore un peu compliquée pour elle, c’est toujours quelque chose de difficile à évoquer », conclut le cinéaste.

La sortie du film est annoncée entre le printemps et l’été 2023. Des avant-premières sont prévues dans la région où les séquences ont été tournées.

https://cdn-s-www.ledauphine.com/images/b2b7bbf7-e761-4a4b-a705-658a2979d225/NW_listA/photo-frederic-masse-1667934699.jpg


Un financement atypique

Le budget de la production du film Valensole 65 se situe entre 800 000 et 900 000 euros. « Ce n’est pas une structure de financement classique. J’ai réussi à trouver le budget pour la première partie du film. Les premières séquences tournées cet été, m’ont permis de lancer un crowdfunding. Il a fallu aussi convaincre les producteurs Virginie Lacombe (Virginie Films), la nièce de Maurice Masse qui passait tous ses étés à Valensole chez Maurice et Jeannette, Steve René et Darell Hall (Sweet Dream Films) », détaille Dominique Filhol.
Un nouveau coup de projecteur sur Valensole

Connu dans le monde entier pour ses champs de lavande et sa petite fleur bleue si prisée des touristes, le village de Valensole sera une fois de plus sous les feux de l’actualité avec l’histoire de Maurice Masse et sa rencontre avec une soucoupe volante et ses deux occupants.

Après le tournage, il y a sept ans, du film Mal de pierres, réalisé par Nicole Garcia avec Marion Cotillard et Louis Garrel dans les rôles principaux, Valensole devrait bénéficier d’un nouveau coup de projecteur avec le film Valensole 65 de Dominique Filhol. Un sentiment que partage Jean-Frédéric Gonthier, directeur de l’office de tourisme de Durance Luberon Verdon agglomération, partenaire du film. « J’ai rencontré le réalisateur à plusieurs reprises et nous avons choisi de soutenir le film en hébergeant les acteurs principaux. Ce genre d’initiative génère de l’attractivité sur notre territoire et contribue à sa notoriété. Souvenez-vous la série chinoise Rêves derrière un rideau de cristal dont certaines scènes avaient été tournées dans les lavandes à Valensole. Le film avait déclenché une fréquentation touristique importante. Valensole est l’une de nos marques de destination. Ce film concourt à développer notre plan marketing et à véhiculer l’image de notre belle région ».

Un casting constitué de 80 % d’acteurs régionaux

« C’était important pour moi de recruter des comédiens qui ressemblent à ce que je m’étais imaginé de Maurice et Jeannette. Mathias Van Khache et Vahina Giocante, se sont avérés comme une évidence. Mathias avec sa bonhomie et son côté terrien que Maurice avait. Je suis tombé sur une photo de Jeannette. Le recrutement de Vahina qui lui ressemble trait pour trait, s’imposait. Luc Palun, Sasha Gravat, Marius Blivet et de nombreux comédiens régionaux complètent le casting. Il me paraissait aussi normal de travailler avec des acteurs issus de la compagnie “Dans la cour des grands” qui consacre à faire vivre l’œuvre de Marcel Pagnol. Nous avons aussi engagé sur le plateau jusqu’à 80 figurants originaires de la région », précise le réalisateur.

Publié par

Jacky Kozan

Fondateur et coordinateur de l'Académie d'Ufologie