Intelligence et conscience sur silicium, sous contrôle des champs néguentropiques

Ce fichier en .pdf

Le 28/04/2015

Ce texte est une approche différente de celle publiée par Philippe SOLAL dans son document « Ovnis : une nouvelle vision de la réalité ». La finalité est la même en suivant des cheminements différents.

Mes commentaires sont ceux d’un technicien ayant une bonne base en physique et un minimum de connaissances de la biologie.

La conscience et l’information sont a considérer séparément. La conscience est le résultat d’un archivage et d’un traitement de l’information, opérations attachées à l’humain alors que l’information vient …d’ailleurs.

La matière puisqu’elle est perçue par nos sens d’humains n’est donc pas une illusion. Tout au moins, à notre niveau. Mais au-delà, la matière, la vie et donc nous-mêmes, ne sommes probablement que le résultat d’une programmation dont la forme nous est inconcevable.

Ce que nous appelons la conscience, l’esprit, la psyché, l’âme, etc … est le résultat d’un processus d’exploitation des éléments matériels tels que les cellules des neurones. Les neurones sont affectés par les données acquises par nos sens. Ils stockent ces données. En retour quand nos sens ou les muscles ont besoin de données pour fonctionner ils sollicitent les neurones. Après évaluation de l’information requise par rapport aux informations en stock, les neurones lancent le processus adapté en livrant les données aux sens, aux muscles et plus généralement à tout ce qui peut être récepteur dans notre organisme.

Notre cerveau peut stocker beaucoup de données analogiques. L’équivalent d’un cerveau humain construit en semi-conducteur aujourd’hui serait aussi grand que 5 mètres cubes et dans 5 ans de la taille d’une petite boite d’allumettes. Le cerveau humain compare les données en permanence avec d’autres données et en quantité énorme. Ce qui nous laisse penser que nous sommes « intelligents » et « consciencieux ».

Je veux dire que nous pensons que nous avons quelque chose de spécial, non matériel, non physique; quelque chose de subtil. Nous l’avons appelé l’intelligence, la conscience, l’âme etc… Mais ce n’est que le résultat d’une comparaison des données déclenchant un travail musculaire, une accélération du rythme cardiaque, un changement de couleur du visage, un écoulement sous l’œil, une vibration de corde vocale, un choix d’information que le cerveau doit traiter en priorité. Ceci géré dans notre organisme en fonction de notre expérience, de notre ascendance, de notre évolution et adaptation.

La conscience est juste une comparaison des données, une analyse de l’information disponible dans les cellules des neurones, ou ailleurs peut-être.

Notre corps, y compris notre cerveau est construit sous la direction de notre ADN. L’ADN détermine le nombre de neurones, leur nombre et leurs caractéristiques telles que les liens entre eux.

Pour l’organisme l’ADN est le grand patron.

L’ADN humain lui-même se complète, se perfectionne, à chaque étape de la reproduction. J’ai, peut-être, un codon de plus que mon père et mon fils a un ou plusieurs codons de plus que moi. Avec le temps l’ADN devient de plus en plus sophistiqué.

Nous semblons plus intelligent avec le temps, notre conscience semble à avoir un rôle plus important dans notre comportement. C’est le résultat d’une meilleure gestion de la construction de nos neurones par notre ADN, lui même probablement géré occasionnellement par des éléments extérieurs comme des ondes électromagnétiques ou plus généralement, des transporteurs de l’information comme par exemple le propose Claude Lavat: d’hypothétiques néguentrons©, particules sans masse et supraluminiques induisant ou modifiant l’intentionnalité chez les sujets (biologiques ou physiques) placés dans les champs néguentropiques.

Mais nous devons remarquer que les plantes, les animaux ou les humains doivent s’adapter a leur environnement ou disparaître. Donc, le seul ADN n’est pas suffisant pour gérer l’évolution locale. Si l’ADN est le Big Boss des opérations locales, qui maîtrise la stratégie? et les tactiques?

La question est: qui envoie un signal, une information, à l’ADN?  Est-ce juste une information ponctuelle? Est-ce une correction de l’ADN, quelque chose comme une nouvelle version ou tout simplement un signal pour activer une partie d’ADN en sommeil? Qui contrôle les hypothétiques champs néguentropiques?

Il est facile d’essayer de comprendre l’influence d’un facteur maître externe sur l’ADN, tant que nous restons au niveau atomique. Mais que se passe t-il au niveau des particules élémentaires? Je ne crois pas qu’une particule élémentaire pourrait avoir une notion de comportement ou d’analyse ou d’intelligence. Une particule élémentaire réagit-elle à une action extérieure ou une information reçue de l’extérieur. Je n’ai aucune idée de ce qu’une particule est capable de faire, peut-être est-elle capable de se situer, de localiser et reconnaître une autre particule. Pourquoi pas? Quand une information vient modifier un ADN, quel est l’élément qui a reçu et traité l’information? La particule élémentaire, le brin d’ADN? un codon? ou alors quelques « cordes » qui vibraient à la bonne fréquence?

L’évolution de l’intelligence artificielle doit aussi être pris en considération. Aujourd’hui nous développons des robots de plus en plus sophistiqués. Pour l’instant, ce sont les humains qui les étudient et les fabriquent. Dans moins de 50 ans nous construirons des robots ayant une « masse dédiée à l’intelligence » plus importante et plus performante que la nôtre. Nous commençons à relier les robots directement à Internet pour qu’ils aillent chercher eux-mêmes les informations dont ils ont besoin pour effectuer leurs tâches. Pourra-t-on encore parler d’intelligence artificielle à propos d’entités plus intelligentes et plus consciencieuses que nous? Que décideront-elles en ce qui nous concerne? A terme, l’intelligence humaine ne sera-t-elle pas transférée complètement sur silicium? Pour la partie mémoire c’est déjà fait, la plupart des connaissances humaines sont stockées sur silicium.

Nous commençons à lier notre cerveau organique à des systèmes minéraux. Des chercheurs travaillent sur la connexion directe d’un cerveau à un ensemble matériel, une grosse machine. Ils envisagent des centres de cerveaux reliés directement à des machines. C’est encore une autre façon d’envisager l’avenir de l’intelligence, de prendre en compte la gestion de l’information. L’être humain, s’il le souhaite, pourra se séparer définitivement  de son support organique à très court terme, à moins de 200 ans. L’intelligence et la conscience seront transférées dans le minéral, plus fiable et plus robuste que l’organique. La nature spirituelle de l’homme semble donc se diffuser dans le minéral.

Arrêtons-nous un instant sur la « vie ». En lisant quelques tentatives de définitions scientifiques, j’arrive à la conclusion que la vie est un outil de l’intelligence qui lui permet de maîtriser la matière. Comme suite à ce que je viens de décrire, j’en conclue aussi que c’est donc une étape intermédiaire qui existe nécessairement avant que l’intelligence atteigne un certain seuil minimum qui lui autorisera une autre forme plus adaptée à la gestion de … l’univers.

Les notions d’intelligence et d’information seront forcément présentes mais est-ce que l’équivalent de la conscience des humains sera un sous-ensemble de cette super intelligence?

Où se situe le phénomène ovni dans cette évolution? Les exo-civilisations sont très probablement réparties dans tous les niveaux d’évolution et nous aurons bien du mal à dialoguer avec celles qui sont le moins différentes de nous.

Jacky Kozan, le 16 avril 2015

Hasard / intentionnalité / libre-arbitre / champ néguentropique / le néguentron ©

Ce fichier en .pdf

Claude LAVAT, 16 mars 2013

A – Les faits

Le concept de champ néguentropique est déduit par l’observation, lors de certains phénomènes ovniens, des faits suivant:

1. précognition à court terme, « mise en alerte » du futur témoin qui se retrouve « par hasard » en situation logiquement imprévisible d’observer le phénomène;

2. télémanipulation des témoins qui se comportent de façon inhabituelle (référence: page 51 et suivantes de mon livre* L’HYPOTHÈSE EXTRATERRESTRE GÉNÉRALISÉE et dans les revues LDLN et FSR): injonction mentale de quitter le lieu et exécution de cet « ordre » totalement incompatible avec ma curiosité habituelle;

3. induction de concepts nouveaux chez le témoin : création du concept du faufilement « slip in behaviour » lors de l’observation du 05 novembre 1990, page 62-63 de mon livre.

 

B – Théorisation du phénomène

En application du principe épistémologique que j’ai décrit page 230 de mon livre* au paragraphe 5 b, il devient nécessaire après constatation du vide des théories scientifiques actuellement en vigueur, de pouvoir rendre compte des faits observés en créant une nouvelle théorie (la Transformation Sténopéïque fondée sur l’existence d’espaces hors de l’espace-temps classique Einsteinien, espaces s’appuyant sur des dimensions supplémentaires et complémentaires dans lesquels la relativité générale serait un cas particulier. Dans ces espaces le champ de gravité serait complété par un champ néguentropique généré par tout phénomène engendrant ou modifiant une intentionnalité pouvant influencer le hasard, localement et temporairement, dans l’intrication d’espaces différents (surjection entre des variétés N4 de notre espace à 4 dimensions et celui de l’ovni Nn) se produisant lors du phénomène ovnien avec n >4.

 

C –  Quelques caractéristiques de ce champ néguentropique

Une analyse mathématique de ce concept me permet d’étudier et de proposer quelques caractéristiques de ce champ néguentropique:

1 – morphologie

Il s’agit d’un champ de type à « force centrale » (orientation centripète/centrifuge des vecteurs multidimensionnels définissant ce champ).

Le concept résumé ici est annoncé page 305 du livre de référence: il s’agit bien d’une surjection mathématisée par Einstein et Rosen sous l’appellation des  » ponts d’Einstein- Rosen ». L’intrication des 2 univers concernés présente les propriétés extrinsèques de ce concept. Le champ néguentropique est généré par le potentiel d’un élément néguentron central à potentiel très élevé (à déterminisme et intentionnalité très forts) d’un système éventuellement biologique/technologique constituant ce que nous appelons couramment « ovni ». La compatibilité avec la formulation mathématique de la Relativité Restreinte et Générale est complète. En référence à ce que la théorie prévoit page 200 de mon livre(*), j’établis actuellement la morphologie et les caractéristiques des anomalies que l’on devrait mettre en évidence lors de l’exécution d’un programme de GNA, soumis au champ néguentropique. Le polynôme générateur de cet algorithme ferait apparaitre des termes non  linéaires du second degré au minimum correspondant à des branchements conditionnels rétrogrades (causalité inversée).

Ce phénomène interviendrait dans le traitement de l’information effectué par le cerveau d’un observateur humain ou plus généralement biologique ou aussi seulement physique.

2 – interactions avec notre espace 4D Einsteinien:

a) distorsion sporadique de l’espace-temps local synchrone à l’observation,

b) modification locale et temporaire du concept local de hasard et de causalité.

 

D – Protocole de mise en évidence et de mesure de ce champ néguentropique

Étude du spectre des nombres délivrés par un générateur numérique aléatoire (GNA), « spectre distordu » remplaçant un spectre lisse (bruit blanc), aux lieux et aux moments d’observations d’un phénomène ovnien (étude prévue dès 2006) dans la conception d’un système d’observation, d’étude et d’exploration de ce phénomène, projet dont je publierai les caractéristiques bientôt et  en détail sur le site Internet de l’Académie d’Ufologie ( http://www.ufolog.eu ) avec certains résultats qui étaient prévus et qui sont déjà acquis.

 

E – Le Néguentron: particule de l’anti-hasard (1)

Par analogie avec le bestiaire  des particules de la physique quantique classique je désigne par néguentron l’hypothétique particule induisant ou modifiant l’intentionnalité chez les sujets (biologiques ou physiques) placés dans ce champ néguentropique. Ce serait une particule sans masse, supraluminique mais ne violant pas les principes de la Relativité Restreinte et Générale, car évoluant dans des dimensions autres que celles de l’espace-temps classique Einsteinien (contournement du paradoxe EPR).

 

F- Un scoop: « Dieu joue bien aux dés », mais les dés sont pipés. De là à imaginer un univers physique et essentiellement informationnel issu d’une masse néguentropique centrale, le gué est encore à franchir mais la passerelle en construction est provisoirement hors de notre physique actuelle et institutionnelle (page 263 de mon livre).

 

G – La théorie du champ néguentropique dans le cadre de la Transformation Sténopéïque est-elle une théorie scientifique?

Je me propose de la passer ici au crible des critères établis par Karl POPPER recueillant le consensus de la communauté scientifique,

1. cette théorie est-elle compatible avec l’observation?
Oui (réactivité réciproque du phénomène et des observateurs, observations
multiples)

2. la théorie résiste-elle au critère de réfutabilité? («falsifiabilité»)
Oui: aucun phénomène ovni observé n’est incompatible avec ma théorie

3. la théorie propose-t-elle des protocoles d’expériences ou d’observations à entreprendre?
Oui, ces protocoles sont spécifiés et exposés dans mon livre(*) et sur le site Internet de l’Académie d’Ufologie (http://www.ufolog.eu).

4. les critères de répétabilité en laboratoire ne sont pas concernés ici car il s’agit d’un phénomène relevant des sciences d’observations et non de la création d’un nouvel artefact humain.

L’examen me semble concluant. La théorie du champ néguentropique dans le cadre de la Transformation Sténopéique liée au phénomène ovnien est bien une théorie scientifique.

Ceci n’implique nullement qu’elle soit avérée mais seulement, qu’elle est testable, vérifiable et perfectible par la Science.

L’auteur de cette théorie est bien entendu ouvert à toute remise en cause ou perfectionnement de la théorie, qui sera pertinente après mise en œuvre des protocoles proposés et analyse des résultats.

ite missa est.