Sources d’information potentielles concernant les phénomènes aériens non identifiés

Un article étonnant de Christopher Mellon car il publie beaucoup d’informations sur la collecte des données ovnis par les militaires américains.

 

 

 

 

Extraits:


Comme ce phénomène n’a été reconnu que récemment, peu d’efforts ont été déployés pour utiliser des « moyens techniques nationaux  » aux fins d’identification ou du suivi de ces objets. Cela est regrettable, car les systèmes de renseignement américains ont déjà rassemblé une quantité considérable de données de renseignement accessibles et corrélées à des événements tels que l’interaction du groupement tactique USS Nimitz Carrier avec plusieurs PANs en novembre 2004;

Certains anciens membres d’équipage de l’USS Princeton ont déclaré ouvertement que les données radar Aegis recueillies lors des incidents de novembre 2004 avaient été rapidement retirées du navire par des individus arrivés à bord du Princeton par hélicoptère, peu après la rencontre avec le « Tic Tac ». Ces données radar critiques semblent toujours manquantes. De plus, les journaux de pont de l’USS Princeton
pour novembre 2004 manquent aussi étrangement et inexplicablement aux Archives Nationales, ce qui laisse supposer la possibilité extraordinaire que des éléments secrets du gouvernement américain s’emploient à dissimuler des incidents et des informations sur les PANs.

Étant donné que des milliards ont déjà été dépensés pour collecter des informations, il semble que ce serait du gaspillage et qu’il serait inapproprié de ne pas allouer les sommes modestes nécessaires pour résoudre des questions cruciales concernant l’origine et les capacités des véhicules non identifiés qui continuent de violer l’espace aérien américain en toute impunité.

Ce problème de PAN est déjà un défi unique. Il manque de reconnaissance ou de compréhension; il manque d’acceptation; il faut surmonter une grave stigmatisation et il est encore plus difficile de relever le défi d’une importance trompeuse consistant à aider les fonctionnaires gouvernementaux et le public à traiter des informations aussi incongrues,
désorientantes, perturbatrices et potentiellement dérangeantes.
Enfin, s’il s’agit de véhicules créés par une autre espèce, le défi sans précédent consiste à étudier une intelligence plus grande que la nôtre qui, apparemment, ne souhaite ni communiquer ni se faire comprendre.

Cette publication est très importante, les media vont l’ignorer. Il y aura une réaction politique, probablement au Congrès, le Président considérera qu’il faut faire quelque chose, etc… Il va se passer quelques semaines aux USA avant que la publication soit discutée dans le public et il va se passer quelques mois en Europe avant qu’une oreille officielle ne prenne en considérations cette info.
Quant à nous… nous savons…
Lisez attentivement et visitez les liens.
Jacky Kozan


Sources d’information potentielles
concernant les phénomènes aériens non identifiés

2 novembre 2019

Source

Dans l’article ci-dessous, Christopher Mellon, conseiller principal auprès de TTSA, identifie de nombreux systèmes de collecte de renseignements exploités par le gouvernement américain qui pourraient aider à résoudre le problème épineux des PANs. Malheureusement, à l’heure actuelle, ni le Ministère de la Défense, ni les services de renseignement américains n’utilisent ces systèmes à cette fin.

La Marine a reconnu que le phénomène des UAP était bien réel et les pilotes de chasse américains plaident en faveur d’une action soucieuse de la sécurité des pilotes et de la sécurité nationale. L’Amérique possède, même à un niveau non classifié, un appareil de renseignement extrêmement puissant. Tout ce qui semble manquer, c’est le leadership disposé à l’utiliser.


OBJET

En mai 2019, un porte-parole de l’US Navy a déclaré:« Il y a eu un certain nombre de rapports d’aéronefs non autorisés ou non identifiés qui avaient pénétré dans diverses zones de tir contrôlées par l’armée et dans un espace aérien réservé au cours des dernières années … ». Bien que cet aveu historique soit inquiétant, la reconnaissance publique du problème par l’US Navy est un excellent premier pas vers la mobilisation de l’armée et de la communauté du renseignement pour trouver des réponses concernant l’identité de ces véhicules et déterminer s’ils représentent une menace pour les États-Unis.

Comme ce phénomène n’a été reconnu que récemment, peu d’efforts ont été déployés pour utiliser des « moyens techniques nationaux  » aux fins d’identification ou du suivi de ces objets.Cela est regrettable, car les systèmes de renseignement américains ont déjà rassemblé une quantité considérable de données de renseignement accessibles et corrélées à des événements tels que l’interaction du groupement tactique USS Nimitz Carrier avec plusieurs PANs en novembre 2004; ou les événements continus, dans un espace aérien militaire réservé, au large de la côte Est des États-Unis.

Malheureusement, le programme de menaces aérospatiales avancées (AATIP) n’a pas pu obtenir la coopération requise pour accéder aux systèmes et aux bases de données identifiés ci-dessous en raison de l’intransigeance bureaucratique. Par conséquent, à ma connaissance, ces systèmes et bases de données représentent des sources d’informations officielles potentiellement critiques et non examinées concernant le phénomène des PANs. Entre autres choses, ces vastes référentiels de données pourraient fournir des informations cruciales sur les PANs, notamment: la vitesse, l’accélération, la manœuvrabilité, la taille, les effets atmosphériques, la forme et peut-être même leurs bases d’origine.

Espérons que les responsables américains chargés d’enquêter sur le phénomène des PANs recevront le soutien nécessaire pour accéder aux données et les analyser à partir de ces sources.Étant donné que des milliards ont déjà été dépensés pour collecter des informations, il semble que ce serait du gaspillage et qu’il serait inapproprié de ne pas allouer les sommes modestes nécessaires pour résoudre des questions cruciales concernant l’origine et les capacités des véhicules non identifiés qui continuent de violer l’espace aérien américain en toute impunité.


A. Systèmes de collecte de données

1 – Le Global Infrasound Acoustic Monitoring Network (réseau mondial de surveillance acoustique des infrasons). Ce système comprend 60 stations fonctionnant dans 35 pays et surveillant les ondes de pression basse fréquence dans l’atmosphère. Bien que construit dans le but de détecter des explosions nucléaires à l’appui du traité d’interdiction complète de ces essais, il aurait également la capacité de détecter et de suivre des bolides et d’autres objets transitant dans l’atmosphère. Par exemple, des chercheurs américains ont récemment établi que ce système pouvait surveiller les lancements de missiles.Il y a longtemps que les rumeurs suggèrent que des scientifiques de l’environnement participant au programme expérimental MEDEA de la CIA (visant à déterminer si les systèmes de renseignement américains pourraient améliorer la compréhension scientifique du changement climatique)ont détecté des objets anormaux pénétrant dans l’atmosphère terrestre puis manœuvrant à grande vitesse. Bien que cela puisse être une simple rumeur, le contact avec les responsables appropriés de LLNL qui exploitent ce système peut aider le Département de la Défense à déterminer si cette capacité unique peut contribuer à la compréhension du phénomène des PANs par le gouvernement américain.

2 –L’U.S. Space Surveillance Network (réseau américain de surveillance spatiale) comprend au moins 29 systèmes de surveillance spatiale distincts dans le monde entier, y compris les radars les plus puissants du monde, dont le site C-6 d’Eglin Air Force base, capable de détecter un objet de la taille d’un ballon de basket à une trentaine de kilomètres. Parmi les autres composants de ce système intégré, on compte le télescope de surveillance spatiale DARPA (SST), capable de balayer rapidement de grandes régions de l’espace et de surveiller des objets lointains et en mouvement rapide tels que des astéroïdes. Le SST détient le record du monde pour des observations distinctes en une seule année, enregistrant 6,97 millions d’observations en 2015. Parmi les autres systèmes remarquables du réseau, dont certains ont acquis des données PAN, comprennent le système de surveillance spatiale GEODSS, basé au sol (qui détecte les « cibles non corrélées »); le programme de connaissance de la situation géosynchrone, basé dans l’espace (GSSAP); et l’impressionnant système radar en bande X, de la Navy, basé en mer. Le Combined Space Operations Center (anciennement Joint Space Operations Center) à l’Air Force base de Vandenberg et le Space Control Center à Cheyenne Mountain sont tous deux des référentiels de données provenant du réseau américain de surveillance spatiale, susceptibles de fournir de nouvelles informations sur le phénomène des PANs.

3 –Le système infrarouge spatial (SBIRS) est un réseau de satellites en orbite terrestre basse, très elliptique et géosynchrone. Ensemble, ils fournissent une couverture mondiale presque continue des sources infrarouges (chaleur). Conçu à l’origine il y a plusieurs décennies pour détecter les lancements de missiles en provenance de l’ancienne Union Soviétique et de la Chine, ce système très sophistiqué continue d’évoluer et de s’améliorer. Non seulement les satellites s’améliorent en termes de fiabilité et de résolution, mais de nouveaux algorithmes et d’autres techniques améliorent la sophistication et l’exploitation au sol des données SBIR. L’USAF exploite actuellement un « centre de sensibilisation aux zones aérospatiales persistantes de combat infrarouges » à l’Air Force base de Buckley ainsi qu’un nouveau « laboratoire d’utilisation des données « . Bien que les PANs semblent généralement manquer de signatures d’échappement ou de fortes signatures thermiques,il existe de nombreux rapports dans la littérature open source affirmant que le système SBIR a enregistré des objets non identifiés qui sont entrés dans l’atmosphère terrestre mais, contrairement aux météores, ont ensuite manœuvré ou changé de direction.Indépendamment de la véracité de tels rapports, des recherches algorithmiques dans de vastes bases de données SBIR pourraient fournir de nouvelles informations sur le phénomène des PANs. Pour citer un exemple simple, aucun effort n’a été fait à ce jour, même pour voir s’il existe une corrélation entre les lancements dans des installations militaires chinoises ou russes, ou à partir de navires russes ou chinois, et l’apparition subséquente de PANs sur les côtes américaines.

4 –Le réseau à balayage électronique actif (radars AESA).
Outre les systèmes radar Aegis de la Navy, toutes les plates-formes militaires équipées de radars AESA constituent des sources d’informations potentiellement précieuses, car comme le système Aegis, elles sont capables de suivre des PANs à faible empreinte radar transversale, sur de grandes zones. Les nouvelles directives de la Navy concernant les vols de PANs inciteront davantage de pilotes d’avions équipés d’AESA à poursuivre ces véhicules dans le but d’acquérir et de soumettre des informations utiles. Une analyse rétroactive des données AESA est également réalisable, bien que nous ne sachions pas combien de temps ces informations sont stockées ni comment elles sont indexées. Quoi qu’il en soit, nous félicitons l’US Navy d’avoir publié de nouvelles instructions qui généreront davantage de rapports incluant davantage d’informations de suivi radar AESA.

5 –Aegis.
Nous savons, grâce à l’incident de Nimitz, que les systèmes radar Aegis de la Marine sont capables de suivre les PANs de faible empreinte transversale radar qui opèrent à des altitudes et à des vitesses extrêmes. Il est clair que la puissance et la précision du système Aegis, désormais largement déployé dans la flotte, en font une source d’information potentiellement précieuse. Par exemple, un examen des données des navires équipés d’Aegis déployés au large de la côte Est au cours des périodes de contacts fréquents avec des PANs pourrait ajouter des éléments importants au puzzle analytique qui doit être assemblé. Le déploiement de navires équipés d’Aegis dans des « points chauds » au large de la côte Est pourrait s’avérer très utile.

Cependant, certains anciens membres d’équipage de l’USS Princeton ont déclaré ouvertement que les données radar Aegis recueillies lors des incidents de novembre 2004 avaient été rapidement retirées du navire par des individus arrivés à bord du Princeton par hélicoptère, peu après la rencontre avec le « Tic Tac ». Ces données radar critiques semblent toujours manquantes. De plus, les journaux de pont de l’USS Princeton pour novembre 2004 manquent aussi étrangement et inexplicablement aux Archives Nationales, ce qui laisse supposer la possibilité extraordinaire que des éléments secrets du gouvernement américain s’emploient à dissimuler des incidents et des informations sur les PANs. Les comités de surveillance du Département de la Défense et/ou du renseignement de Capitol Hill devraient chercher une explication à ces événements étranges, c’est quelque chose de facile à faire pour eux. Si l’on s’efforce de supprimer ou de dissimuler des données PAN,on se trouve alors dans une situation où, au minimum, deux entités du gouvernement américain travaillent à contre-courant. Est-ce que cela s’est passé réellement et sous quelle autorité, sont des questions auxquelles des réponsesi devront être trouvées rapidement pour que le Département de la Défense puisse réellement progresser dans la compréhension du phénomène des PANs.

6 –Les systèmes de radar à longue portée de la FAA (Federal Aviation Administration) sont reliés au NORAD par le biais du Joint Surveillance System (système de surveillance conjoint). Le NORAD est au courant de toutes les données des sites de la FAA et les conserve pendant au moins 10 ans, voire plus. Ces informations étaient disponibles au 84ème escadron d’évaluation radar à l’Air-Force Base de Hill, dans l’Utah, jusqu’en 2014. À cette époque, l’activité de stockage et d’analyse des données radar a été transférée à l’Air-Force Base de Langley et les données n’étaient alors plus disponibles au public. Toutefois, cela ne devrait poser aucun problème aux représentants du gouvernement américain.

 

B. Bases de données

1 – Le NORAD maintient une base de données appelée « Unknown Track Reporting Database » (base de données de suivi des pistes inconnues) et / ou « Unknown Track Reporting System » (système de compte rendu de suivi
de pistes inconnues), qui est clairement pertinente pour évaluer le phénomène des PANs. Pour mieux comprendre le processus d’établissement de rapports et les données qu’il génère, il convient de citer une réponse du NORAD aux questions posées par le House Government Reform Committee (comité de la réforme du gouvernement de la Chambre) à la suite des attaques terroristes du 11 septembre 2001:

« Les inconnus ne pouvant pas être identifiés sont classés dans la catégorie « NORAD restant inconnu« . Les rapports de suivi inconnus sont transmis au centre d’analyse aérospatiale NORAD-USNORTHCOM et les nouvelles informations découvertes lors de ces examens sont transmises au CMOC et au centre d’analyse aérospatiale. ”

Remarque: Il y a des raisons de penser que les noms des organisations ci-dessus ont peut-être changé en raison d’une réorganisation, mais les fonctions sont toujours exécutées.

Selon des témoignages supplémentaires fournis par le NORAD au Congrès, les données de piste inconnue sont rassemblées au niveau régional ou sectoriel, ainsi qu’à un niveau consolidé (c’est-à-dire le siège du NORAD). Les rapports du NORAD contiennent des informations détaillées sur le comportement des « pistes inconnues » et des « inconnus restants du NORAD », notamment: la date et l’heure, les sites de détection impliqués et l’information selon laquelle les avions de combat ont été brouillés pour engager les cibles détectées. Les données fournies au Congrès par le NORAD nous ont appris que même après un contrôle minutieux de chaque piste inconnue, il restait 1966 pistes inconnues de janvier 1992 à octobre 2003. Il est à noter que la plupart des radars de défense aérienne du NORAD n’ont pas la qualité des systèmes radars Aegis ou AESA et il est donc peu probable qu’ils détectent des véhicules à faible empreinte radar transversale, tels que les désormais célèbres véhicules « Tic Tac » rencontrés par le groupement tactique du Nimitz. Dans l’affaire Nimitz, le radar de défense antiaérienne conventionnel E2-C Hawkeye de la Marine avait du mal à détecter les Tic Tac, même à une distance relativement proche, et ne gérait que des contacts sporadiques avec le radar. Pour être juste, il est également important de noter que des millions de vols sont suivis par le NORAD chaque année, de sorte que le pourcentage de pistes inconnues est très faible, de l’ordre de 0,5%. Les rapports préparés par le centre d’analyse aérospatiale du NORAD ne sont ni publiés ni distribués au sein du gouvernement des États-Unis, mais seraient disponibles sur demande.

2 –Les contrôleurs de la circulation aérienne (ATC) qui travaillent dans les sites de gestion de l’espace aérien de la Federal Aviation Administration (aéroports, centres d’alerte, etc…) sont régis par une série « d’ordres » de la FAA. Ces ordres établissent la doctrine et le système de gestion d’espace aérien (AAMS). À l’occasion, les contrôleurs aériens des sites de la FAA coordonnent leurs opérations avec l’US Air-Force et le NORAD lorsque des jets de combat sont brouillés lorsqu’ils veulent identifier visuellement des objets inconnus à l’origine des alertes NORAD et des « pistes inconnues ». La FAA désigne ces objets générant des hits radar, comme des « pistes d’intérêt ». L’équipe chargée des données aéronautiques est responsable de la collecte, de la validation et du contrôle de la qualité des informations aéronautiques diffusées à l’appui des opérations du National Airspace System (NAS-système d’espace aérien national). Les informations fournies incluent une description physique, la position géographique, les caractéristiques opérationnelles et l’état de toutes les composantes du NAS.

3 –Les rapports OPREP-3 constituent une source d’information supplémentaire, distincte des rapports du NORAD sur la défense aérospatiale. Ce système est utilisé par toutes les branches de l’armée pour signaler des événements « urgents » et « en cours » à des échelons supérieurs. Dans le cas de l’US Air-Force, les rapports OPREP-3 sont envoyés à la cellule de surveillance du service de la force aérienne (AFSWC) et au centre de commandement militaire national (MNCC), entre autres. Deux catégories de rapports OPREP-3 semblent plus susceptibles de concerner le phénomène des PANs, la catégorie 9B « Violation de parc aérien / Installation militaire non autorisée / Installation militaire  » et 9F, « Observations de renseignements vitaux / Rapports de renseignement « .

Au cours des années il y a eu de nombreux cas d’intrusions de PANs au-dessus d’installations militaires, dont je peux personnellement attesterou dont je suis au courant avec un degré de séparation. Par exemple, en mars 1984, un ami proche qui s’entraînait pour devenir aviateur de la marine m’a appelé avec enthousiasme depuis Pensacola Naval Air Station pour raconter un événement impliquant un vol de PAN tournant autour d’un avion de l’US Navy, en plein jour, au-dessus de la base.De nombreux incidents impliquant des PANs et des installations militaires ont été rapportés par des militaires retraités et validés via le processus FOIA. Ces rapports incluent des survols vérifiés d’armes nucléaires et d’installations de stockage nucléaire, par des PANs. Par conséquent, un examen de ces cas pourrait aider à apporter un éclairage nouveau important sur la question de l’intérêt rapporté pour les PANs dans la triade stratégique américaine et la chaîne de commandement nucléaire.

(Remarque: je n’ai pas énuméré les capacités de surveillance sous-marines en raison de problèmes de classification, bien qu’elles soient évidemment très pertinentes à cette question).


Autres opportunités potentielles

Alliés: le phénomène des PANs sur la côte Est des États-Unis au cours des dernières années est sans précédent en termes de nombre et d’apparences de véhicules impliqués, ainsi que de leur persistance dans une région géographique donnée.Cela suggère non seulement un nouveau degré de courage ou de mépris pour les capacités de défense et de renseignement des États-Unis, mais aussi la possibilité que les opérations aient franchi une nouvelle étape vers un objectif encore inconnu. Cette audace, combinée au fait que ces véhicules sont rencontrés dans la Zone de Responsabilité de CENTCOM, ajoute un motif supplémentaire pour interroger les pays alliés, en particulier ceux dotés de systèmes de radar et de capteurs dotés de capacités similaires, afin de déterminer la portée et l’ampleur mondiales de cette activité. En outre, si nous pouvions déterminer, unilatéralement ou par voie de consultation, si la Russie ou la Chine connaissent également ce phénomène étrange, cela contribuerait beaucoup à déterminer l’étendue déjà réduite des possibilités en ce qui concerne leur origine. La DIA (renseignement militaire) devrait pouvoir aider à résoudre ce problème.

ELINT / COMINT. À ma connaissance, il n’y a eu que peu ou pas de collectes fructueuses dans ces domaines contre les objets PANs eux-mêmes, ce qui n’est pas surprenant. Quiconque conçoit et exploite ces engins a largement dépassé les États-Unis en matière de technologie aérospatiale et leurs technologies de communication doivent probablement être tout aussi radicales, inconnues et plus évoluées. J’utilise délibérément le terme « évolué », car si les principes darwiniens sont aussi universels que la gravité et si l’intelligence qui a conçu ces engins est le produit d’une histoire évolutive beaucoup plus longue et plus rigoureuse, ils auraient probablement dû placer une prime sur la dissimulation pour survivre. Bien que les signaux de communication « quantiques » brevetés par le Dr. Hal Putoff ne puissent pas être détectés par les systèmes électromagnétiques conventionnels, quelle que soit la technologie qu’ils utilisent, il est probable qu’elle soit insensible à nos capacités de détection et d’interception. C’est aussi une des raisons probables pour lesquelles le projet SETI n’a pas porté ses fruits à ce jour. Un corollaire glaçant de cette logique est qu’à ce stade de l’évolution de cet univers, les civilisations qui émettent en clair ne durent pas longtemps. D’où peut-être le long silence de SETI.

La seule exception mineure concernant la collecte PAN ELINT qui pourrait être exploitée concerne les cas où les objets émettent des signaux destinés à interférer avec, ou à manipuler, un équipement électronique américain. Par exemple,le Super Hornet qui a filmé la désormais célèbre vidéo FLIR de l’objet Tic Tac en 2004 aurait été bloqué lorsqu’il aurait tenté d’obtenir un « verrou » sur la cible. Les avions américains peuvent donc être en mesure de provoquer des émissions de ces véhicules, bien que l’intérêt de la collecte de telles émissions ne soit pas clair.

Mettant de côté COMINT / ELINT contre les PANs eux-mêmes, le système SIGINT devrait être chargé de toute information susceptible de faire la lumière sur la production ou la détection de PANs par des adversaires américains potentiels.

HUMINT: Il existe des comptes rendus contradictoires quant à la mesure dans laquelle des informations pertinentes sont disponibles mais méritent manifestement d’être approfondies.

Conclusion

Une collecte tactique agressive pour obtenir une meilleure vision, MASINT et autres intelligence est nécessaire, mais des données plus anciennes pouvant fournir une perspective chronologique peuvent aider à répondre à des questions vitales telles que:

– Différents sortes ou types de véhicules sont-ils associés à différents lieux, délais ou types de cibles? Si oui, avons-nous éventuellement affaire à plusieurs acteurs, voire même à des concurrents?

– Existe-t-il une tendance qui suggère des efforts en cours pour surveiller la triade stratégique américaine ou le commandement et le contrôle nucléaire?

– Existe-t-il une tendance qui suggère un effort pour surveiller le développement et le déploiement des armes américaines?

– Existe-t-il une corrélation entre les progrès de la technologie américaine et la présence de PANs?

Ce problème de PAN est déjà un défi unique. Il manque de reconnaissance ou de compréhension; il manque d’acceptation; il faut surmonter une grave stigmatisation et il est encore plus difficile de relever le défi d’une importance trompeuse consistant à aider les fonctionnaires gouvernementaux et le public à traiter des informations aussi incongrues, désorientantes, perturbatrices et potentiellement dérangeantes. Enfin, s’il s’agit de véhicules créés par une autre espèce, le défi sans précédent consiste à étudier une intelligence plus grande que la nôtre qui, apparemment, ne souhaite ni communiquer ni se faire comprendre.

Pour que nous ayons même une chance de réussir dans ce scénario, il semble banal de suggérer que nous devions tirer parti de toutes les informations pertinentes disponibles et appliquer les meilleurs et les plus brillants esprits analytiques disponibles.

Christopher Mellon
29 juin 2019


 Article rédigé par Christopher Mellon le 29 juin 2019,
publié le 12 novembre 2019
traduit par Jacky Kozan le 14 novembre 2019.

 

 

Publié par

Jacky Kozan

Fondateur et coordinateur de l'Académie d'Ufologie