Passé, présent et futur avec Luis Elizondo

 

Passé, présent et futur avec Luis Elizondo

27 janvier 2021
par Adam Goldsack

Source

 

Le programme du Département de la Défense, « UAPTF » (Unidentified Aerial Phenomenon Task Force) a été créé en août 2020 et a changé la donne. Cela signifie que le gouvernement des États-Unis (USG) enquête officiellement sur les phénomènes aériens non identifiés (PAN), également connu sous le nom d’ovnis. Pour moi, c’était une grande nouvelle et en tant que personne qui s’intéresse à ce sujet depuis 2013, je ne pouvais pas m’empêcher d’en apprécier l’extrême importance.

Écrire, faire des recherches et être un militant pour l’étude des PANs (Phénomènes Aériens Non identifiés) est incroyablement difficile pour de nombreuses raisons. D’abord, les stigmates psychologiques vous empêchent d’avoir une conversation franche avec quelqu’un, il a toujours ce regard lorsque vous abordez le sujet, vous pouvez presque sentir son anxiété inexprimée.

Deuxièmement, il y a si peu de gens dans le monde qui s’intéressent à l’activisme dans le domaine des PANs et ceux qui s’y intéressent ne parviendront pas non plus à appliquer une terminologie crédible lorsqu’ils tenteront d’engager des agences gouvernementales, des institutions universitaires et des organisations médiatiques.

Les initiatives précédentes visant à charger les gouvernements de prendre la question au sérieux ont souvent abouti à la déclaration « Les alliés de l’espace sont là », qui est un important tueur de conversations et un obstacle à la progression au sein des canaux officiels en raison de la stigmatisation.

Lorsque les gens pensent aux « ovnis », ils pensent à des fous avec des chapeaux en feuille d’aluminium. En réalité, la vérité est que la plupart des personnes qui étudient ce phénomène sont intelligentes, et la plupart ont été témoins de quelque chose qu’elles ne peuvent pas expliquer. Personne ne sait ce que sont ces objets anormaux, ces engins extrêmement performants et non aérodynamiques, qui ont été signalés par les pilotes de chasse de la marine, captés par les caméras et les radars des canons à haute et à basse altitude et dans nos océans. Cette question est enterrée dans la classification. Quiconque prétend connaître les réponses doit être traité avec scepticisme, quiconque affirme que ces objets sont définitivement « extraterrestres » ou quoi que ce soit d’autre d’ailleurs, est probablement bien intentionné, mais mal avisé dans ses conclusions prématurées. Le fait est que nous ne savons pas ce qu’ils sont.

Quelle est donc la vérité sur le phénomène des ovni ?

La vérité est que diverses formes de technologie PAN ont été signalées par des pilotes de chasse depuis la fin de la seconde guerre mondiale et le phénomène des « Foo-Fighters ». L’armée américaine a créé les programmes « Sign », « Grudge » et « Blue Book », qui ont tous enquêté sur les ovni de 1947 à 1969. Ces programmes ont pris fin à la suite du rapport Condon, que beaucoup ont considéré comme un rapport de « blanchiment » qui minimisait les capacités des véhicules non identifiés et qui est encore utilisé aujourd’hui comme base de non-investigation dans certains milieux.

Puis, à partir de 2017, le New York Times et d’autres journaux ont révélé que le Ministère de la Défense avait mis en place d’autres programmes plus récents pour enquêter sur les ovnis. Les programmes non classifiés Advanced Aerospace Threat Identification Program (AATIP) et Advanced Aerospace Weapons System Application Program (AAWSAP), ainsi que le contractant Bigelow Aerospace Advanced Space Studies (BAASS) ont examiné des menaces anormales qui se présentaient avec « des capacités au-delà de la prochaine génération ».

Le directeur de l’AATIP, un homme du nom de Luis Elizondo, a vérifié la réalité du phénomène et le rôle que le programme du Pentagone a joué après qu’il ait quitté son poste à la fin de 2017.

Au cours des trois dernières années, j’ai essayé d’engager les politiciens et les médias grand public sur cette question, en soulignant la menace potentielle importante qu’une telle technologie représente pour la sécurité nationale. J’ai écrit des lettres à de nombreuses agences de Défense ainsi qu’à des Ministres siégeant dans les commissions de la Défense.

J’ai même eu la chance de parler avec certaines des personnes impliquées dans les incursions militaires de PANs, qui ont vérifié les rencontres signalées. Ces derniers mois, j’ai également eu la chance de parler occasionnellement avec l’ancien directeur de l’AATIP, M. Elizondo lui-même, qui a eu la gentillesse de me guider dans l’observation des ovnis par ma propre grand-mère à la fin de l’été 2020. C’est grâce à ces interactions qu’il a accepté de répondre à quelques questions sur l’AATIP, les PANs et le rôle important du militantisme.

 

ADAM (Goldsack): Depuis 2017, l’AATIP et vous-même avez dû subir beaucoup de désinformation de la part de diverses sources au sein du Ministère de la Défense. Malgré cela, quand vous regardez un article crédible, il y est presque toujours question de l’AATIP et des PANs et de vous-même comme Directeur (comme il se doit). En gardant cela à l’esprit, que pensez-vous actuellement de la situation historique de l’AATIP en 2021 avec une nouvelle administration ? Vous considérez-vous comme officiellement « légitimé » au fur et à mesure que nous avançons ?

LUE (Elizondo) : Pour moi, ce voyage n'a jamais été une question de justification personnelle. Il s'agit de dire la vérité aux gens. Heureusement, la plupart des médias ont fait preuve de la diligence nécessaire lorsqu'ils ont écrit sur l'AATIP et l'AWSAP et ont eu accès, ou ont vu, les documents qui étayent mon rôle et celui de l'AATIP. N'oublions pas que le Sénateur Reid lui-même (l'un des parrains initiaux de l'AATIP) a déjà reconnu à plusieurs reprises, pour les besoins du dossier, quel était mon rôle. En outre, des documents officiels ont été publiés pour étayer ce rôle. Avec tout cela, il est important de souligner une fois de plus que cet effort n'a jamais eu pour but de justifier mon rôle. En fait, si le prix à payer pour une véritable divulgation est le coût de ma réputation personnelle, alors c'est un échange facile à faire pour moi et qui en vaut la peine. Quant à la nouvelle administration américaine, je pense qu'elle sera tout aussi engagée que l'administration précédente étant donné l'importance accordée à ce sujet par les principaux membres du Congrès, les médias et les électeurs. Je ne m'attends pas non plus à ce que des personnes comme Chris Mellon ou moi-même arrêtent de sitôt nos efforts pour mettre fin au secret des PANs.

 

ADAM : On pourrait dire que la vérité sur l’AATIP est le résultat du travail de quelques bons journalistes et chercheurs de haut niveau qui ont pris le temps de voir au-delà de la désinformation et du repli prudent. Sans le travail du célèbre journaliste George Knapp et de son équipe (et de quelques autres), l’histoire et la perception de l’AATIP et de Lue Elizondo auraient pu prendre publiquement une autre direction. Quelle a été l’importance de la relation entre George Knapp, vous-même, le sénateur Harry Reid et d’autres personnes aussi importantes et bien placées pour dissiper le refoulement et permettre à la vérité de sortir ?

LUE : Je ne peux pas répondre pour M. George Knapp, mais n'oublions pas que M. Knapp est un "journaliste d'investigation", ce qui signifie qu'il est d'abord un "enquêteur". En tant que tel, il ne faut pas s'étonner que M. Knapp ait pu découvrir la vérité assez rapidement. Je ne serais pas non plus surpris que M. Knapp ait encore plus d'informations mais qu'il attende le bon moment pour les publier. Je pense qu'il est important que les gens se souviennent que M. Knapp est journaliste depuis des décennies et qu'il s'est fait les dents en enquêtant sur certains des aspects les plus dangereux de l'humanité, notamment le crime organisé, la traite des êtres humains et la violence dans les rues de Las Vegas. Ainsi, lorsqu'on me demande si je suis surpris qu'un journaliste de sa trempe ait pu aller au fond des choses concernant l'AATIP, ma réponse est simplement "NON", en fait je n'en attendais pas moins d'un journaliste de sa stature. En outre, d'autres journalistes ont repris le flambeau, notamment Bryan Bender de Politico, Tucker Carlson de Fox News, Sara Carter, également de Fox News, Leslie Kean du NYT, Tim McMillan du Debrief, MJ Banias également du Debrief, Billy Cox, vous-même, et beaucoup, beaucoup d'autres qui risquent maintenant leur carrière professionnelle et leur réputation pour couvrir cette énigme.

 

ADAM : Le succès de la crédibilité des PANs dans les médias grand public au cours des deux dernières années est sans doute dû aux célèbres rapports d’incursion de Nimitz (2004) et Roosevelt (2014/15). Dans ce contexte, quelle importance revêt la capacité des médias grand public à comprendre et à digérer un cas d’incursion similaire qui comprend des photos crédibles de PANs, des vidéos, des données radar, des témoignages de pilotes et même éventuellement la reconnaissance par le gouvernement américain ? De même, quels sont, à votre avis, les inconvénients de diffuser une photo ou une vidéo (quelle que soit sa crédibilité ou son niveau de détail) sans le contexte approprié ?

 
LUE : Je pense qu'il est d'une importance capitale que les médias aient accès à des données réelles et pas seulement à des histoires anecdotiques d'autrefois. En gardant cela à l'esprit, je pense que les rapports plus anciens sont tout aussi importants, mais comme nous manquons de données techniques concernant ces incidents, il est très difficile de présenter des arguments convaincants aux dirigeants et aux médias. C'est pourquoi des cas comme celui de Nimitz, Roosevelt, (et peut-être celui de l'USS Boxer en 1998) et d'autres sont importants, parce qu'ils nous donnent un nouvel éclairage sur ces événements mystérieux et que les données techniques disponibles fournissent des informations supplémentaires que les témoignages oculaires ne peuvent pas fournir. Cela permet aux médias de rendre compte de ces activités avec la confiance dont ils ont besoin et d'éviter les conjectures, les ouï-dire et les spéculations. Quant à la publication d'informations supplémentaires par le gouvernement américain, c'est un sujet que je ne peux pas aborder car la décision de le faire ne dépend pas de moi. Toutefois, j'espère que de plus amples informations seront disponibles et je soutiens cette décision si elle est prise par le gouvernement américain. 

 

ADAM : Fin 2018, l’organisation UAPinfo (et l’utilisateur de Twitter, Jay) est accidentellement tombée sur des données sensibles concernant les PANs, sur un site web avant de réaliser la véritable nature de ce qu’elles signifiaient. Bien que nous ayons supprimé et rétracté la plupart des données, nous avons malheureusement communiqué votre lettre de démission (Lue) à #UFOTwitter et au monde entier avant de retirer l’article (excuses). Pour moi, c’était la première fois que je me rendais vraiment compte à quel point les informations peuvent être délicates et les conséquences que les divulgations peuvent avoir dans le monde réel. Dans cette optique, à quel point est-ce difficile pour vous et pour les autres personnes de la communauté du renseignement qui doivent effectivement gérer des données sensibles et envisager les conséquences extrêmes des données concernant les PANs ?

 
LUE : Il n'y a pas lieu de s'excuser. Si des informations ont été consultées parce qu'on n'a pas pris les précautions nécessaires pour les sécuriser, je ne blâme pas la Twitter-sphère. Et pour être clair, dans ce cas, je ne blâme pas non plus les personnes qui les ont sécurisées. À l'ère de l'information, un enfant avisé de 9 ans peut faire tourner des cercles technologiques autour de dinosaures comme moi. 
Concernant la difficulté de gérer et de sauvegarder l'information ? Eh bien, c'est effectivement un défi constant... et pas seulement de la part de curieux sur #UFOTwitter, mais d'acteurs étatiques et non étatiques sophistiqués qui veulent savoir ce que nous (les États-Unis) savons sur ce sujet. Pour les besoins de l'OPSEC (Operation Security), je ne vais pas détailler précisément QUI sont ces acteurs, mais la menace est très réelle. Imaginez un instant que toute la technologie et la recherche américaines soient exposées au monde entier à propos de notre technologie nucléaire la plus sensible, ou bien que l'on explore le récent piratage de toute notre infrastructure et de notre réseau électrique ici aux États-Unis, est-ce une menace ? La réponse est tout simplement un OUI retentissant ! Ainsi, de la même manière, nous ne devons jamais supposer que toutes les informations concernant les PANs et les États-Unis devraient être divulguées au monde et accepter simplement que la "bonne foi" prévaudra.

 

ADAM : De mon propre point de vue de profane, le projet de loi « intelligence authorization act fiscal year 2021 » avec la législation sur les PANs a finalement été adopté avant que le président Trump ne quitte ses fonctions. Dans quelle mesure est-il important que l’UAPTF (UAP Task Force ou quel que soit le nom du programme final établi), reçoive le financement, le personnel et la coopération inter-agences dont il a désespérément besoin pour servir la volonté du Congrès et du peuple américain ?

 
LUE : Je reste très optimiste quant à la poursuite de la croissance de "l'UAP Task Force". Ne confondons pas le fait que la Task Force a été officiellement créée par le Ministère de la Défense, financement ou non. La partie financement est toujours très importante, mais ne vous y trompez pas, la Task Force vit ! Il est également important que les gens réalisent qu'une Task Force, bien qu'elle constitue un grand pas en avant, est conçue comme un effort exploratoire ou temporaire pour accomplir une mission. En réalité, ce qu'il faut, c'est une capacité ou un bureau permanent qui soit durable et correctement financé, peut-être dans le cadre de la construction de la nouvelle Space Force ou même sous la direction du Vice-Président. 

 

ADAM : Tim McMillan, rédacteur pour The Debrief, a révélé que deux rapports de renseignement étaient sur différents serveurs depuis 2018. L’un de ces serveurs était NSANET, un serveur classifié qui relie la communauté du renseignement « Five Eyes ». Pour moi, cela suggère que le GCHQ (Government Communications Headquarter) britannique a accès à ces informations sur les PANs depuis un certain temps ? Et si c’est le cas, pourquoi n’assistons-nous pas à une escalade ouverte des informations sensibles concernant les PANs vers les dirigeants, comme c’est le cas aux États-Unis ?

 
LUE : Malheureusement, je ne suis pas en mesure de donner des détails sur les relations que les États-Unis pourraient avoir avec d'autres pays. 

 

ADAM : En examinant les origines des PANs, est-ce qu’un éventuel programme hypothétique du gouvernement américain qui se limiterait à l’étude des véhicules aérospatiaux avancés se limiterait également à la compréhension de la vraie nature du phénomène?

 
LUE : Je pense que le rôle du gouvernement américain est d'explorer et d'examiner tous les aspects d'une question qui a trait à la sécurité nationale ou à la santé et au bien-être de ses citoyens. Je pense aussi qu'il est important que nous, en tant que citoyens, reconnaissions le rôle de notre gouvernement et que nous limitions son implication dans tout ce qui peut être philosophique, religieux ou de choix personnel. C'est pourquoi toutes les questions relatives au sujet des PANs ne devraient pas être soumises à l'attention du gouvernement américain. Si j'étais encore en charge, je me concentrerais sur:
1. Qu'est-ce que c'est ? 
2. Quelle est la technologie qui se cache derrière ? 
3. Quelles sont leurs intentions ? 
Quant aux centaines de questions restantes, je laisse à nos organismes universitaires, scientifiques et institutionnels le soin de les résoudre, en collaboration avec nos alliés étrangers. Je dis cela uniquement parce que je ne voudrais jamais que mon propre gouvernement dépasse ses limites et crée une narration qui s'avère incorrecte. 

 

ADAM : Si nous considérons les implications théoriques derrière la vraie nature du phénomène, devrions-nous discuter de l’importance du Dr Garry Nolan (Antenne, marqueurs biologiques des ganglions gris centraux) et de Jacques Vallée (Passeport to Magonia, High Strangeness) et tout lien discernable avec les multiples activités anormales du Skinwalker Ranch ?

 
LUE : Je pense que nous devrions examiner toutes les données et informations disponibles, mais aussi reconnaître que toutes ne seront pas nécessairement liées. En substance, toute théorie est bonne jusqu'à preuve du contraire. Cependant, nous ne devons pas être tentés de nous engager dans une voie où nous nous trompons en pensant que nous avons les réponses et que nous connaissons la véritable histoire à ce moment-là. Comme je l'ai déjà dit, je pense que nous n'avons tout simplement pas encore assez de données pour prendre une décision concluante quant à la nature des phénomènes. Je pense aussi que le travail de M. Nolan et de M. Vallée est important et je respecte beaucoup ces hommes ; mais je fais aussi attention à ne pas donner d'avis quant aux résultats attendus. Je respecte beaucoup leur poursuite de la méthode scientifique et j'ai confiance en leurs méthodes et approches, mais comme nous connaissons le monde de la science (et ils vous le diront eux-mêmes), tout résultat doit être soumis à l'épreuve des pairs et être répétable et reproductible avant de pouvoir être accepté comme un fait. Et c'est le défi que nous devons tous relever. 

 

ADAM : En outre, pouvons-nous vraiment exclure une interdépendance entre les PANs et la conscience humaine en ce qui concerne la « projection subconsciente » ? (C’est-à-dire, y a-t-il vraiment des « Tic-Tacs » ou, est-ce que les « Tic-Tacs » sont ce que certains pilotes rencontrent parce que c’est ce qui est projeté lorsqu’ils sont confrontés à de tels phénomènes anormaux ?) . Encore une fois, ces concepts hypothétiques plus complexes doivent-ils être pris en compte dans la recherche officielle au fur et à mesure que nous dépassons la « phase d’acceptation » par le grand public ?

 
LUE : Malheureusement, je ne suis pas qualifié pour répondre à cette question. C'est une question qui nécessitera probablement des experts en santé mentale humaine, en psychologie et en neurosciences, dont je ne suis pas qualifié pour donner un avis. 

 

ADAM : Au sein de #UFOTwitter, il y a eu un important mouvement populaire par le biais de campagnes dans les médias sociaux pour exposer le grand public à des informations crédibles et vérifiables sur les PANs. L’objectif était de persuader les journalistes, les organisations médiatiques et le Congrès/Parlement de prendre la question au sérieux. Quelle est l’importance de l’activisme civil concernant les PANs pour l’initiative actuelle, et quels conseils donneriez-vous au nombre croissant d’activistes qui cherchent à s’engager sérieusement dans cette question ?

 
LUE : Je ne saurais trop insister sur l'importance d'#UFOTwitter et de l'effort "de la base" pour élargir la conversation. N'oublions pas que tout changement majeur dans notre monde commence par des efforts "de la base". En fait, la naissance de mon pays a commencé par un effort "de la base" qui est devenu une nation. Bien que je donne rarement mon avis, je ferai une exception dans ce cas. Je pense que #UFOTwitter est peut-être l'une des seules vraies raisons pour lesquelles nous sommes allés aussi loin dans cette discussion au cours des trois dernières années. #UFOTwitter transcende toutes les frontières, qu'elles soient économiques, raciales, politiques, géographiques, etc... C'est l'une des seules plates-formes mondiales où chacun peut faire entendre sa voix et être entendu. Il permet un examen et un contrôle par les pairs, il permet un débat réfléchi et offre un lieu où les gens peuvent exprimer leurs préoccupations, leurs questions, leurs espoirs et leurs craintes sur ce sujet. Vous serez peut-être surpris du type d'individus qui sont sur #UFOTwitter. Je peux affirmer que certains hauts fonctionnaires utilisent ce forum pour "prendre le pouls" de ce sujet et rester informés. C'est le seul endroit que je connaisse qui existe où toute personne ayant une bonne idée ou une théorie peut avoir son moment pour parler au jury populaire. En bref, je pense que nous devons une grande partie de notre succès actuel à #UFOTwitter et oui, cela inclut même les opposants. Je pense également qu'#UFOTwitter continuera à se développer et à contribuer à informer et à influencer la discussion. 

 

ADAM : Vous êtes un homme de la Défense, un vrai patriote, apparemment votre première pensée est pour la sécurité du pays et de la nation, ce qui inclut la sécurité du personnel militaire sur le terrain et l’amélioration de la technologie de défense potentielle pour protéger l’Occident contre les menaces. Alors que c’est une entreprise crédible pour le personnel du Ministère de la Défense, que pouvez-vous dire de l’effort humanitaire civil ? Pourrions-nous un jour voir un éventuel avantage technologique basé sur les PANs qui répondrait à des problèmes mondiaux tels que les voyages internationaux, les voyages dans l’espace, les développements médicaux ou même le changement climatique ?

 
LUE : OUI, absolument. N'oublions pas que la plupart des progrès technologiques pour la société commencent par la concurrence mondiale ou par un besoin de défense. Il suffit de regarder les missions spatiales Apollo dans les années 1960 et notre détermination à battre les Russes sur la lune pour réaliser que près de 6 000 avancées technologiques et produits ont été développés au cours de cette décennie. Des choses comme les technologies majeures de soins comme les scanners, ou les ampoules LED, ou les microprocesseurs étaient tous le résultat de 10 ans de compétition géopolitique. Et en fin de compte, ces technologies perdurent bien au-delà des raisons initiales pour lesquelles elles ont été inventées et des menaces qu'elles étaient censées vaincre. En fin de compte, j'espère que les avantages de la technologie PAN l'emporteront sur les inconvénients. 

 

ADAM : Envisagez-vous un jour de tenir des audiences ouvertes et non classifiées au Congrès sur la nature du phénomène ?

LUE : OUI ! 

 

ADAM : Et enfin, en quelques mots seulement, pouvez-vous résumer les prochaines années pour la recherche et l’activisme dans le domaine des PANs ?

LUE : "Poursuivre", "Discuter", "Engager"
Traduction de Jacky Kozan, le 08 février 2021

 

Publié par

Jacky Kozan

Fondateur et coordinateur de l'Académie d'Ufologie