Objectifs

Le phénomène ovni est un sujet à propos duquel beaucoup de bénévoles apportent leur travail, leurs compétences et leurs moyens dans des travaux d’enquête, d’analyse, d’archivage ou de rédaction. Dispersés géographiquement mais aussi dans les thèmes pris en compte les résultats de leurs travaux sont publiés régulièrement sur Internet mais ils sont rarement repris dans la presse nationale et encore moins dans des ouvrages techniques spécialisés. Ils sont donc très mal connus du grand public et des ufologues eux-mêmes.

Une grande diversité d’approche du phénomène ovni apparaît de manière évidente dans les livres spécialisés, dans les magazines et sur internet. Cette diversité met aussi en évidence plusieurs niveaux de compétences, de sérieux et de fiabilité. Le grand public, les spécialistes professionnels, les media, les autorités représentatives des citoyens, constatent en permanence cette diversité, ce manque de crédibilité des informations. En conséquence, ils ne peuvent pas investir leur crédibilité et une partie de leur temps sur un tel sujet. Ils préfèrent adopter la démarche coutumière de dénigrement du phénomène.

Pourtant l’étude des rapports d’observations de phénomènes ovnis met en évidence le besoin de faire appel à des compétences multiples et « pointues » se trouvant chez des professionnels spécialisés, dans les Universités, les Grandes Écoles et dans des Laboratoires d’État ou privés et même tout simplement chez les personnes, à titre privé.

L’ufologie française, comme celle de la plupart des autres pays, n’a ainsi pratiquement pas accès aux compétences qui lui sont nécessaires pour une compréhension du phénomène ovni et de son impact sur notre comportement, notre environnement et notre culture. Elle n’est donc pas en mesure de répondre efficacement et de manière fiable aux questions posées par le grand public ou la presse sur un sujet qu’elle est censée connaître.

Depuis longtemps l’ufologie avait laissé dans les médias, auprès du grand public et auprès des responsables scientifiques et politiques la place libre aux sceptiques et aux dénigreurs. La création d’une entité active et structurée était devenue impérative pour informer, gagner la confiance des spécialistes, améliorer le niveau de compréhension du phénomène ovni et aussi contrebalancer les actions contestables ou déplorables liées à l’exploitation des phénomènes dits paranormaux.

Pour donner une nouvelle image de marque à l’ufologie Jacky Kozan a commencé par définir un code de déontologie applicable à tous les adhérents de l’Académie d’Ufologie. Il a ensuite rédigé des statuts, d’un type nouveau, adapté au travail en utilisant les moyens de communication modernes peu coûteux comme Internet, le téléphone IP ou portable, la vidéo conférence.

Enfin Jacky Kozan a listé des objectifs précis à court et moyen terme visant à créer progressivement une image de marque de sérieux, de crédibilité et de fiabilité de l’ufologie. L’objet des statuts de l’Académie précisent que son rôle est de:
.    définir l’Ufologie dans ses paramètres scientifiques, sociologiques et d’éthique;
.    recueillir et transmettre les bases de l’ufologie et leurs évolutions;
.    donner un avis sur les questions d’ordre scientifiques et techniques concernant l’ufologie;
.    valider les travaux faits par ses membres ou par des tiers et visant à promouvoir et organiser la recherche scientifique et historique en ufologie et à en améliorer l’éthique;
.    répondre aux demandes d’expertises en ufologie;
.    mettre en place un centre de documentation et d’information ;
.    offrir une tribune ;
.    offrir un support de publication ;
.    susciter et entretenir des relations d’échange tant au niveau national qu’international.

En apportant leurs compétences, leurs savoir-faire et leurs expériences, les membres titulaires de l’Académie d’Ufologie construisent une entité de référence de l’ufologie privée internationale qui est déjà devenue un interlocuteur compétent, sérieux, dynamique et fiable auprès de toute personne ou organisation qui souhaite s’informer sérieusement sur le phénomène ovni.

Progressivement les travaux des Académiciens concerneront les techniques à mettre en œuvre pour reproduire les performances constatées du phénomène ovni et gérer la diffusion des résultats de ce travail.

Mais le challenge de l’ufologique moderne consiste à déplacer les mentalités et les techniques d’investigation en mettant en commun les compétences de chaque discipline, afin que l’ufologie n’appartienne pas en propre à l’une d’entre elles. La nouvelle doctrine ufologique sort du cadre d’une discipline en particulier et par conséquent d’un espace-temps conceptuel réductif.

A l’ancienne carte cognitive de nos mémoires individuelles ou collectives, doit succéder un autre entendement du monde où le non terrestre, le non identifié et le non-rationnel trouvent une place légitime parce qu’ils sont un champ du possible. C’est une autre compréhension de l’univers, de ses dimensions et de nous-mêmes !

Faut-il travailler sur la compréhension puis la reproduction des ovnis ou faut-il chercher à entrer en contact avec les intelligences qui nous les envoient afin de nous faire expliquer leurs techniques? Ou alors avant de les contacter, ne faut-il pas d’abord que nous comprenions notre propre réalité, ce que nous sommes dans l’univers et quelles formes pourraient avoir d’autres intelligences.