Lettre de Nick Pope au Ministère de la Défense britannique.

Message de Nick Pope le 10 mai 2019 sur Twitter

Voici le texte des instructions de reporting OVNI qui a fait l’objet d’un article récent dans le journal Metro. Bien que je l’ai préparé pour le gouvernement britannique, l’armée et le monde du renseignement, il ressemble probablement beaucoup au message récent de l'US Navy à sa flotte au sujet des OVNIs.

Source

Texte de Nick Pope:

Directive de la CDS – Déclaration de PAN.

1. Une récente initiative politique de la marine américaine concernant des « aéronefs non identifiés » faisant des incursions dans des zones de tir contrôlées par l’armée et dans un espace aérien désigné a mis en évidence la nécessité d’une orientation politique similaire au Royaume-Uni. La présente directive a pour objet d’informer tous les membres des forces armées de Sa Majesté de cette exigence, avant que des instructions détaillées en matière de rapport, qui seront promulguées sous peu.

2. Les rapports actuels sont inégaux. L’arrêt en 2009 du programme de recherche et d’enquête sur les ovnis du ministère de la Défense peut avoir créé une fausse impression que les autorités militaires n’étaient pas mécontentes de ces informations. Le terme « OVNI » est, en soi, inutile, étant donné le bagage de la culture pop qui lui est associé. Les pilotes militaires et civils ont donc été dissuadés de faire des rapports, ce qui a permis que des événements potentiellement importants ne soient pas signalés. Parfois, pour éviter une telle terminologie chargée, des expressions telles que « aéronef inhabituel » ou « hélicoptère non conventionnel » ont été utilisées ou, comme dans le cas d’incidents récents à l’aéroport de Gatwick, les observations ont été attribuées à des drones, qui peuvent ou non être l’explication dans ce cas.

3. Après la fin du programme OVNI en 2009, les seules options pour signaler de tels incidents étaient soit ad hoc à la chaîne de commandement, soit en faisant un rapport au « UK Airprox Board ». Ni l’une ni l’autre n’est satisfaisante et cette dernière solution n’est que partielle, car un Airprox est défini comme « une situation dans laquelle, de l’avis du pilote ou du personnel des services de la circulation aérienne, la distance entre les aéronefs, leur position et leur vitesse ont été telles que la sécurité des aéronefs en cause ait pu être compromise « .

4. La récente initiative de l’US Navy a mis l’accent sur cette exigence, parallèlement à la reconnaissance par le département de la Défense des États-Unis, de certains aspects de son programme AATIP (Advanced Aerospace Threat and Identification Program). Il s’agit d’un programme conçu pour évaluer les « menaces étrangères aux armes aérospatiales de pointe d’aujourd’hui et au-delà jusqu’à 40 ans ». Il comprenait l’étude « d’événements anormaux, tels que l’observation de véhicules aérodynamiques lors de manœuvres extrêmes, montrant une phénoménologie unique rapportée par les pilotes de la marine américaine ou d’autres sources crédibles ».

5. Évidemment, le Gouvernement de Sa Majesté, le Ministère de la Défense, les forces armées de Sa Majesté et l’Autorité de l’Aviation Civile doivent être au courant de toutes les activités menées dans la région de défense aérienne du Royaume-Uni, en raison des problèmes évidents de défense, de sécurité nationale et de sécurité aérienne. Une activité aérienne inhabituelle (réelle ou perçue) peut avoir différentes causes, notamment:

a. une activité militaire étrangère (ou non gouvernementale) impliquant un aéronef des missiles ou des drones engagés dans des activités opérationnelles, des essais en vol, de l’espionnage, du terrorisme, du trafic de stupéfiants ou dans le but d’évaluer les capacités de notre réseau de défense aérienne au moyen de pénétrations non autorisées visant à déclencher une réponse militaire.

b. des « Projets Noirs » impliquant des technologies prototypes exploitées par une autre partie des forces armées, des pays alliés ou des sous-traitants de la défense de Sa Majesté, dans des circonstances où le projet peut être hautement classifié, les informations étant détenues par très peu de personnes possédant les autorisations de sécurité appropriées et le « besoin de savoir ».

c. des activités de drones d’entreprises commerciales ou de particuliers effectuant des photographies aériennes légitimes ou illégitimes, ou délibérément dangereuses ou perturbatrices.

d. de mauvaises identifications d’objets ou de phénomènes connus.

e. des anomalies radar.

f. des canulars.

g. des délires psychologiques.

h. des causes encore inconnues.

Affaire Calvine – Image reconstituée par Channel 5 avec l’aide de Nick Pope

6. Une nouvelle unité du Ministère de la Défense doit être créée pour enquêter sur tous ces incidents. Tous les équipages de toutes les branches de l’armée qui voient de tels objets / phénomènes, tous les équipages d’aéronefs civils, tous les opérateurs radar qui détectent des cibles non corrélées et tout autre membre de l’armée, les témoins du Ministère de la Défense, ou des sous-traitants de la défense doivent présenter un rapport complet à cette unité dès que possible, avec une copie à l’attention de leur Officier Commandant / Directeur, afin de tenir la chaîne de commandement pleinement informée. Un formulaire de rapport et la liste de distribution associée seront publiés prochainement. Les événements doivent être décrits dans le format suivant:
a. Date, heure et durée de l’observation.
b. Description des objets (nombre d’objets, taille, forme, couleur, luminosité, odeur, etc…).
c. Comment l’objet a été observé (œil nu, jumelles, télescope, radar, caméra FLIR, etc…)
d. Emplacement géographique de l’observation.
e. Objets / points de repère / points de référence à proximité.
F. Distance par rapport à l’observateur.
g. Direction / orientation du ou des objets lors de la première observation.
h. Vitesse / description du mouvement.
i. Hauteur / angle d’élévation.
j. Conditions météorologiques.
k. Nom, grade, coordonnées du témoin et possibilités de rendez-vous.
l. Détails de tout autre témoin.
m. Preuves supplémentaires (photographies, vidéos, données radar, etc…).
n. Remarques et observations supplémentaires.

7. Le Ministère de la Défense doit enquêter de manière approfondie sur chaque événement, en recoupant les observations visuelles avec les données radar militaires et civiles et le radar de poursuite spatiale du système d’alerte rapide pour les missiles balistiques (Ballistic Missile Early Warning System) de la RAF Fylingdales. En outre, le Ministère de la Défense doit envoyer toutes les photographies, vidéos et autres données pertinentes au centre de défense et de défense du renseignement de la défense à RAF Wyton, afin que les analyses IMINT et MASINT puissent être effectuées.

8. Pour assurer la continuité de la terminologie, le terme UAP (Phénomènes Aériens non Identifiés) doit être utilisé exclusivement pour de tels événements.

9. Tous les rapports doivent être classifiés « Secret UK Eyes Only ».

Traduction Jacky Kozan, le 17 mai 2019

Publié par

Jacky Kozan

Fondateur et coordinateur de l'Académie d'Ufologie