Les forces spéciales soviétiques Spetsnaz ont rencontré des extraterrestres et des ovnis sur la mer Caspienne.

Vues : 103

Paul Stonehill, 19 mai 2022

Source

//

//
Je suis un chercheur sur l’histoire des forces armées de l’empire russe, de l’URSS, et maintenant de la Fédération de Russie, et sur leurs rencontres avec les OVNIs et les OSUs. Dans les années 1970, les membres des Spetsnaz, les forces spéciales de la marine soviétique, ont été témoins d’une rencontre intéressante. Comme dans d’autres cas, très peu de personnes en dehors de la Russie en ont connaissance. Très peu de personnes en Russie connaissent également ce cas. Mais, certains le savent …
//
//

Le capitaine de 1re classe Vitaly Pasheets est l’auteur de “Podvodny Spetsnaz Rossii” ou “Spetsnaz sous-marins de Russie”, un livre de non-fiction sur l’histoire des forces spéciales soviétiques. Vitaly Pasheets était présent au début des forces spéciales de la marine soviétique et son livre décrit le long chemin de leur formation en un groupe d’élite de plongeurs de reconnaissance militaire qui ont opéré dans presque toutes les mers et océans de la Terre.


Capitaine de 1re classe Vitaly Pasheets
//

L’unité secrète sous le commandement de Vitaly Pasheets était située à côté de l’école navale de Bakou, qui a été pendant de nombreuses années le centre de formation de l’élite des armées d’Afrique et du Moyen-Orient. Des cadets de 32 pays du monde arabe, de Cuba et d’autres pays d’Amérique latine, ainsi que des pays du Pacte de Varsovie (Bulgarie et Allemagne de l’Est) ont été formés dans cette unité militaire et sont devenus des officiers – commandants et créateurs d’unités de forces spéciales dans leur pays. Cinq Allemands citoyens de l’URSS ont également servi dans cette unité. Ils étaient originaires de la colonie allemande du Kazakhstan. Après l’effondrement de l’Union Soviétique, ils sont tous partis en Allemagne. Le principal contingent de forces spéciales entraînées a été recruté parmi les meilleures recrues de toute l’Union Soviétique. Si Pasheets était connu en URSS, lui et son unité, ainsi que leurs rencontres avec des OVNIs, des OSS et des extraterrestres, étaient inconnus du monde extérieur.

Avant de prendre le commandement, Pasheets était l’un des spécialistes les plus autorisés des forces spéciales de la marine en URSS. Il a participé au défilé de la victoire sur la place Rouge à Moscou en 1945 et a été décoré de l’ordre de l’étoile rouge et de 19 médailles de combat et récompenses d’État. Après avoir été diplômé de l’école navale de Leningrad, Pasheets a servi dans la Baltique, où il a créé une école de formation pour les forces spéciales sous-marines. En 1969, l’état-major général de la marine lui a confié la création d’une unité de formation des forces spéciales des pays dits amis, que Pasheets a insisté pour implanter dans la mer Caspienne, à côté de l’école du Haut Commandement Naval Militaire de la Caspienne. Pasheets avait fréquenté l’école en compagnie de futurs vice-amiraux soviétiques, de l’ex-ministre des Affaires Étrangères de la Fédération de Russie Evgueni Primakov, du commandant en chef de la marine russe, l’Amiral Tchernavine, de l’ex-ambassadeur de Russie aux États-Unis, Yuli Vorontsov, et de nombreux futurs amiraux – la fierté de la marine de l’URSS des années 1980-1990.

Les Pasheets connaissaient parfaitement la côte Caspienne et ont prouvé leur avantage sur la Mer Noire. Les plateaux des sections russe, azerbaïdjanaise et turkmène étaient utilisés pour des exercices maritimes, tandis que les montagnes voisines, le désert de Kara-Kum et d’autres endroits de la région étaient utilisés pour d’autres exercices afin de créer un combattant universel des forces spéciales. Bien que des objections aient été soulevées dans les années 1970, il est clair que la Russie créait des troupes de marine à réaction rapide pour combattre les guerres hybrides de la même manière que les parachutistes. En outre, les différentes brigades de forces spéciales étaient placées sous des commandants différents et leur coordination était médiocre. Aujourd’hui, la tendance mondiale veut que les parachutistes aéroportés et les forces spéciales de la marine soient comme des vases communicants.

//

Pasheets a pris sa retraite en janvier 1983. En 1992, après l’effondrement de l’URSS, le commandant de la flottille de la Caspienne a invité Vitaly Georgievich Pasheets au poste de chef du département du renseignement opérationnel où il s’est occupé de la formation du personnel national dans ce domaine jusqu’à sa mort en 2013. Son fils était officier de la marine russe, et son petit-fils est sous-marinier dans la marine russe.

Avant de poursuivre, quelques clarifications. Le “blanc TASS” signifie top secret et à usage officiel. TASS était l’agence de presse de l’URSS. Certains des noms, comme Ajaja, Chernavin et Domislovsky peuvent être trouvés dans le livre de Paul Stonehill et Philip Mantles, “Russia’s USO Secrets (2016)”. La 561ème station de reconnaissance maritime séparée du renseignement spécial de la marine est l’unité militaire 10617 sur la colonie de Parusnoye. En juin 1953, le GRU ou direction principale du renseignement de l’état-major général des forces armées de l’URSS a décidé de former sept stations de reconnaissance maritime spéciales de plongeurs de reconnaissance légers (nageurs de combat) du Renseignement Spécial, conçues pour mener des opérations d’une importance particulière.

Voici le récit par le Capitaine Pasheets de ses propres rencontres avec des ovnis et des extraterrestres, ainsi que d’autres qui se sont produites dans le monde entier et qui lui ont été rapportées par d’autres commandants :

“Pendant toute la période d’existence de l’unité des forces spéciales dans la mer Caspienne, nous avons, en plus de la tâche principale de formation des groupes d’agents spéciaux, effectué un travail considérable pour maintenir nos groupes de reconnaissance en état de combat permanent. Les excellentes conditions climatiques du théâtre de la mer Caspienne nous ont permis de mener des entraînements au combat toute l’année, et nous en avons profité à 100%. La présence d’une partie des navires de ravitaillement, des conditions favorables à la récréation pour les plongeurs, une nourriture riche en calories, complétée par des dons de la mer Caspienne, plus une alimentation autonome supplémentaire, délivrée lors des sorties de plusieurs jours, ils nous ont permis de nous éloigner de la base pendant de longues périodes et d’entraîner des éléments de l’entraînement au combat dans diverses zones de la mer Caspienne. Bon gré mal gré, nous devions planifier nos entraînements au combat plus près du coucher du soleil et consacrer la majeure partie de notre temps à l’entraînement de nuit.

Bien sûr, la différence de température avait ses propres avantages pour nous. Mais malgré toutes les difficultés, nous devions nager pendant la journée, et la raison en était la circonstance suivante : en juillet 1976, j’ai été appelé inopinément la nuit au quartier général de la flottille, où la tâche était de commencer immédiatement à examiner la partie sous-marine de la grande île de Kara-Ada, située à l’entrée du port Bekdash, pour la détection d’une base sous-marine qui pourrait être utilisée par des sous-marins ultra-petits, par exemple, ceux de l’Iran. Ensuite, il est nécessaire de vérifier la zone de la côte de la Grande île de Kara-Ada au nord jusqu’au Cap Suae dans le même but.

L’ordre a été donné, il n’est pas sujet à discussion. Même si la question était sur le bout de la langue : d’où viennent-ils, ces sous-marins ultra-petits. Il y en a un en Iran, un 5 X-404 italien, qu’ils aient été soit acheté, soit loué au Pakistan pendant un certain temps (les trois autres sous-marins ultra-petits pakistanais se trouvaient à Karachi). L’Iran essaie depuis longtemps de le transporter vers la mer Caspienne, ça ne marche pas par le rail, le tunnel ne le permet pas, il est possible d’utiliser les autoroutes, mais il faut adapter la remorque à la hauteur du tunnel. Cependant, tout est possible.
Mais moins d’un jour s’était écoulé, et à ce moment-là nous nous préparions à un voyage, lorsqu’un message est arrivé du même Bekdash, selon lequel dans la région de la petite île de Kara-Ada, le chef du poste de secours de la ville a remarqué un extraterrestre qui, portant son attention sur lui, s’est engagé dans un combat, avec une taille de plus de 2 mètres. Il est monté dans une embarcation de type canoë, ramant avec force, se dirigeant vers la grande île de Kara-Ada . Le sauveteur s’est précipité à sa suite sur son bateau “Progress” avec deux moteurs hors-bord “Whirlwind” mais ne l’a pas rattrapé. Il m’a raconté ces détails lui-même lors de la réunion. En un mot, les événements se sont déroulés à une vitesse kaléidoscopique, et nous avons dû nous dépêcher pour résoudre ces énigmes. 

//

J‘espère que le lecteur n’a pas encore eu l’idée que l’auteur des notes, dans ses années de déclin, est tombé dans la fantaisie ? Non, comme je le dis dans mon cœur – c’est la vérité, et rien que la vérité ! En un mot, nos préparatifs ont été brefs, et à la fin de la journée, nous sommes partis pour notre destination avec deux bateaux (un petit voilier rapide et un bateau de plongée).

Mais les événements nous ont suivis pendant la traversée en mer et quelles nouvelles ! Vers 23 heures, alors que nous approchions de l’île de Zhiloy, j’ai été appelé sur la passerelle par le commandant du navire de communication, l’aspirant Ivan Petrovich Solovey, qui était accompagné d’officiers, d’aspirants, de sous-officiers et de marins.

Le commandant a attiré mon attention sur un point lumineux qui s’approchait de nous depuis les profondeurs de l’univers et tout le monde sur le pont a ressenti une sorte d’état dépressif à son approche. Après un moment, il a brusquement changé de direction et a disparu. Le timonier a remarqué que le compas magnétique s’agitait pendant tout ce temps, la rose des vents était manifestement agitée, mais avec la disparition du point il s’est calmé, plus tard nous avons vérifié les corrections du compas, elles ne différaient pas de celles du tableau.

//

Le gyrocompas s’est comporté normalement. Franchement, j’ai moi-même ressenti un certain malaise en observant le point, mais avec sa disparition tout est rentré dans l’ordre, et nous sommes arrivés sains et saufs à Begdash. Les plongeurs de reconnaissance qui se trouvaient sur le pont à ce moment funeste m’ont dit qu’ils l’observent périodiquement, en étant de garde, à des postes extérieurs dans la partie nord du ciel, mais qu’ils n’y attachent pas d’importance, bien qu’ils éprouvent un sentiment de déprime. À Bekdash, lorsque j’ai rencontré le chef d’état-major de la Flottille Militaire Caspienne de la Bannière Rouge, le contre-amiral Viktor Mikhailovich Buinov, je lui ai parlé en passant de l’OVNI que j’avais vu en mer, il a souri et m’a demandé si j’avais trop bu avant le voyage.

En bref, je n’ai partagé ce qui s’était passé avec personne d’autre.

Mais c’étaient les années où les événements liés à l’apparition d’OVNIs, aux prétendues rencontres de la population de divers pays et continents avec des extraterrestres et à d’autres phénomènes anormaux étaient très activement couverts par la grande presse (médias). En m’avançant un peu, je veux vous dire que quelque part à la fin du mois d’août 1976, le commandant de la flottille, le vice-amiral Leonid Danilovich Ryabtsev, a soudainement réuni tous les commandants, les adjoints de l’unité politique, les chefs d’état-major des formations et des unités dans une salle de conférence, où il nous a présenté le représentant de l’Académie des Sciences de l’URSS, l’officier de réserve V. Ajaja, qui était arrivé de Moscou.

Le message d’Ajaja était sensationnel pour nous tous !

Il a commencé par lire un message de l’agence TASS, dans lequel il était rapporté que le Premier Ministre iranien, s’adressant au Président du Conseil des Ministres de l’URSS, A. N. Kosygin, lui a demandé d’expliquer un incident imprévu qui s’est produit au fond d’un aérodrome militaire près de Téhéran, lorsque des pilotes de chasse revenant de vols ont trouvé un dispositif semblable à une soucoupe et à côté trois énormes personnes habillées en costumes de haute altitude. Ils se sont empressés de monter sur l’échelle de la soucoupe et un instant plus tard, la soucoupe a décollé sans bruit à grande vitesse. Les chasseurs à réaction alarmés ont essayé sans succès de s’approcher de la soucoupe et réalisant que c’était impossible en raison de la différence de vitesse, ont lancé des missiles air-air. Cependant, à la grande surprise des pilotes, les missiles se sont éteints à l’approche de la cible et ont continué à voler en ligne droite. Puis la soucoupe, après s’être amusée avec les chasseurs, a disparu à une vitesse incroyable. Par la suite, V. Ajaja a donné plusieurs autres exemples d’apparition d’OVNIs. En particulier, dans le rapport du chef des renseignements de la flotte du Pacifique, le contre-amiral V. A. Domyslovsky, qui a rapporté la découverte d’un énorme OVNI ” vaisseau-mère ” et de plusieurs petites soucoupes qui ont décollé de sous l’eau à bord du vaisseau-mère et ont ensuite replongé, etc…

//
//

De plus, me connaissant comme l’ancien chef d’état-major de Parusny, Ajaja (que nous connaissions depuis le collège de Frunze) me montra une feuille sur laquelle était apposée la signature de l’Amiral et me demanda de la certifier. Bien sûr, je l’ai reconnue, alors il a dissipé les doutes des personnes présentes, puis pendant deux heures il nous a émerveillés avec de tels messages, tout en présentant des confirmations écrites. C’est ici que le chef d’état-major de la Flottille Militaire Caspienne de la Bannière Rouge, le contre-amiral Viktor Mikhailovich Buinov, a rendu compte de nos observations lors de la traversée de la mer dans la région de l’île de Zhiloy et le commandant a ajouté que le deuxième secrétaire du Comité Régional Caspienne du Parti Communiste de l’Union Soviétique lui avait déjà dit quelque chose de similaire à propos de l’apparition de points lumineux dans la partie nord du ciel, mais il a ensuite attribué cela à l’imagination ardente des femmes. Ajaja demanda que ces observations, qui furent consignées dans les journaux de navigation et de quart des bateaux, soient soumises de manière officielle au Grand Quartier Général de la Marine pour l’Académie des Sciences de l’URSS.

Au début, tout cela a fait l’objet de discussions dans toute la flottille et au Collège du Commandement Supérieur Militaire de la Marine de la Caspienne, mais après un certain temps, le chef du Département Hydrographique Principal du Ministère de la Défense de l’URSS, l’amiral Rassokho, est arrivé dans la flottille militaire de la Caspienne et, s’adressant à l’école, a déclaré haut et fort qu’il n’écouterait plus de telles bêtises à partir de maintenant. J’avais déjà commencé à oublier toutes les conversations relatives aux OVNIs, quand soudain j’ai reçu des communications du Département des Renseignements de l’État-major Général de la Marine Russe et une demande d’envoi immédiat d’un extrait du journal de navigation du petit voilier rapide, concernant les phénomènes observés en cette nuit funeste près de l’île caspienne de Zhiloy… C’est ainsi qu’ils réagissaient à tous les phénomènes anormaux à l’époque. Mais bientôt il y eut une instruction pour avoir des registres spéciaux sur les navires et les bateaux pour y faire de telles observations”.
(FIN DU RÉCIT DE PASHEET)

C’est ce que le capitaine a décrit dans son livre.

Complétons l’article avec cette déclaration du Capitaine Pasheets faite dans “Podvodny Spetsnaz Rossii”.

//
//

“Les peuples de l’Antiquité, ayant nommé notre planète Terre, n’imaginaient pas qu’elle était occupée aux trois quarts par l’Océan , qui de tout temps attire par son mystère et effraie par une force redoutable, promettant des richesses inouïes et promettant de grands dangers. Les hommes ont toujours succombé à l’hypnose de l’Océan. Il réside dans les profondeurs de notre subconscient comme l’un des éléments primaires avec le feu, l’air, la foudre. Nous imaginons vaguement que la masse d’eau en mouvement, soumise au rythme des corps célestes, est source de vie et qu’elle est étroitement liée à l’origine de l’homme et à son destin. L’histoire séculaire de la société humaine, tout son cheminement vers le progrès, est étroitement liée à l’océan, à l’exploitation de ses immenses ressources en nourriture, matières premières, combustibles et énergie. Cependant, l’histoire séculaire de notre planète est jalonnée de guerres catastrophiques qui se sont souvent déroulées dans l’immensité de l’océan mondial. Les étendues océaniques constituent donc une menace directe pour la sécurité. Il existe un paradoxe évident : l’océan est le miroir bleu de la planète, le berceau de la vie sur Terre, la seule route reliant les peuples des différents continents depuis des siècles, et en même temps une menace pour la vie pacifique ! L’océan, berceau de la vie, devient l’arène des batailles les plus brutales tant en surface que dans les profondeurs.

Les prédictions du grand Léonard, qui a détruit les dessins de son sous-marin, se sont réalisées : ‘Les gens sont si mauvais et insidieux qu’ils seraient prêts à s’entretuer même au fond de l’océan.’ ”

//

Paul Stonehill

Paul Stonehill est un auteur international et un chercheur sur les OVNIs et les OSNI (Objets Volants Non Identifiés, Objets Submersibles Non Identifiés), ainsi que sur les phénomènes paranormaux soviétiques, russes et eurasiens. Paul parle couramment le russe et connaît l’ukrainien. Paul est membre de l’Académie d’Ufologie.

Traduction de Jacky Kozan, le 25 mai 2022

Publié par

Jacky Kozan

Fondateur et coordinateur de l'Académie d'Ufologie