Le Congrès dit au Pentagone et aux services de Renseignements : Les OVNIs sont une affaire sérieuse !

Vues : 38

 

Le Congrès dit au Pentagone
et aux services de Renseignements :
Les OVNIs sont une affaire sérieuse !

 

Source: Douglas Dean Johnson, le 7 déc. 2021

 

Le Congrès semble sur le point de promulguer une loi qui ordonne à l’armée et aux agences de renseignement de s’emparer des “phénomènes aériens non identifiés” et autorise les ressources nécessaires.


Affaire Betty Cash et Vicky Landrum (ajouté par JK)

 

 

WASHINGTON- (7 décembre 2021) – Avec le dévoilement aujourd’hui d’un langage législatif déjà convenu lors de négociations entre des législateurs clés se réunissant en privé, il est probable que le Congrès enverra bientôt au Ministère de la Défense et à la Communauté du Renseignement un ensemble d’ordres statutaires catégoriques concernant les phénomènes aériens non identifiés (ou OVNIs, dans le langage courant).

Le contenu du langage PAN convenu par les principaux négociateurs des Commissions des Services Armés du Sénat et de la Chambre des Représentants des États-Unis est rapporté et analysé en détail ici pour la première fois.

Les dispositions relatives aux PANs sont incluses dans la loi d’autorisation de la défense nationale (National Defense Authorization Act, NDAA) qui est actuellement en cours d’élaboration sous la forme du projet de loi S. 1605. J’appellerai parfois le nouveau texte sur les PANs le langage “Gillibrand-Rubio-Gallego”, ou “GRG”. Le texte relatif aux PANs est contenu dans la section 1683, couvrant 15 pages de texte de loi. Les images des pages relatives aux PANs figurent au bas de cet article.

[Mise à jour : 9 décembre 2021, 19 h : Le 7 décembre 2021, la Chambre des Représentants des États-Unis a adopté le projet de loi NDAA négocié (S. 1605), y compris les fortes dispositions relatives aux PANs décrites dans cet article, par un vote par appel nominal de 363-70, et a envoyé la mesure au Sénat des États-Unis. Le 9 décembre, le Sénat américain a décidé, par consentement unanime, que la prochaine étape procédurale de pré-approbation du projet de loi aura lieu le mardi 14 décembre 2021. Le projet de loi est susceptible de devenir une loi dans les 10 prochains jours].

Je lis le message non écrit qui sous-tend le langage du projet de loi comme quelque chose comme ceci :

Nous, le Congrès, avons conclu que les Phénomènes Aériens Non Identifiés sont une affaire sérieuse. Nous voulons que vous commenciez à les traiter comme des affaires sérieuses : Mettez-vous d’accord et maîtrisez ce problème ! Attendez-vous à ce que l’on vous demande des comptes.

La mesure comprend un large éventail de dispositions statutaires, commandant essentiellement au Ministère de la Défense et à la communauté du Renseignement (IC) d’élever substantiellement la priorité, la coordination et les ressources qu’ils consacrent aux enquêtes sur les phénomènes aériens non identifiés (PAN). La législation décrit la mission globale en termes clairs, mais fournit également des mandats détaillés et des autorisations de financement pour faire avancer les enquêtes sur les PANs, ainsi que des dispositions pour exiger une mesure de divulgation publique partielle périodique des résultats futurs.

Cette proposition négociée de NDAA a été insérée dans un projet de loi numéroté qui a déjà été adopté par le Sénat (S. 1605, qui portait à l’origine sur un mémorial sans importance), ce qui pourrait simplifier les étapes de la procédure au Sénat. Malgré cela, un ou deux tours de “ping-pong” législatif pourraient se produire, alors que le Sénat et la Chambre règlent quelques questions restantes sans rapport avec les PANs. Il est peu probable que le libellé concernant les PANs soit modifié au cours d’un tel ping-pong. Le Congrès a promulgué une NDAA au cours des 60 dernières années consécutives. Je pense qu’il est probable que ce NDAA, avec ses dispositions historiques liées aux PANs, devienne une loi avant Noël.

Le nouveau texte négocié du NDAA contient la plupart, mais pas tous, des principaux éléments de l’amendement Gillibrand-Rubio. La Sénatrice Kirsten Gillibrand (D-NY), qui siège à la fois à la Commission des Forces Armées et à celle du Renseignement, a présenté son amendement le 4 novembre 2021. L’amendement Gillibrand a rapidement été coparrainé par le Sénateur Marco Rubio (R-FL), bien connu dans les cercles ufologiques pour un certain nombre d’actions passées et de déclarations publiques très fermes sur les PANs, à partir de 2020. Les Sénateurs Martin Heinrich (D-NM), Roy Blunt (R-MO) et Lindsey Graham (R-SC) se sont également rapidement joints aux co-sponsors.

La proposition de Gillibrand s’appuie sur un ensemble de mandats liés aux PANs qui avaient été incorporés dans la version de la Chambre des Représentants du NDAA (H.R. 4350) par le député Ruben Gallego (D-AZ). Gallego est le Président de la Sous-commission des Opérations Spéciales et du Renseignement de la Commission des Services Armés de la Chambre des Représentants, une commission qui a reçu un briefing classifié de la Task Force PAN le 17 juin 2021. Ce projet de loi a été adopté par la Chambre des Représentants le 23 septembre 2021, sans aucune contestation du langage PAN de Gallego.

 


Kirsten Gillibrand Marco Rubio Ruben Gallego

Les éléments les plus forts de l’amendement Gillibrand-Rubio ont survécu aux séances de négociation à huis clos entre la Chambre et le Sénat, malgré les tentatives de certains éléments de la bureaucratie du Pentagone de les faire dérailler. Cependant, une disposition qui aurait créé un comité consultatif sur les PANs composé principalement de civils a été abandonnée au cours des négociations car une telle entité a été qualifiée de risque pour la sécurité. En outre, l’effort de Gillibrand pour déterminer le nom du bureau PAN du Pentagone n’a pas été adopté, laissant la nomenclature entre les mains du Secrétaire à la Défense et de ses subordonnés. La version la plus récente de l’amendement (SA 4810) avait proposé Anomaly Surveillance, Tracking and Resolution Office (ASTRO).

Bien que malheureux, le rejet des dispositions relatives au comité consultatif et à la nomenclature est largement éclipsé par les dispositions de fond que le projet de loi promulguerait dans le droit statutaire, contraignant pour cette administration et toutes les administrations futures, sauf modification par le Congrès.

 

LA PROMULGATION DE CE LANGAGE SERAIT SANS PRÉCÉDENT

Le Congrès n’a encore jamais promulgué de lois traitant explicitement des OVNIs ou des phénomènes aériens non identifiés. Dans la mesure où diverses agences gouvernementales ont traité des incidents liés aux PANs, ou ont cherché à gérer les préoccupations du public à ce sujet, elles l’ont fait en vertu de leurs pouvoirs opérationnels généraux tels qu’elles les interprètent. Au cours des dernières années, le Senate Select Committee on Intelligence a incité le Pentagone et la communauté du Renseignement à s’exprimer dans ses rapports, mais l’adoption de mandats statutaires d’envergure élèvera le sujet des PANs dans un domaine entièrement nouveau.

Il est vrai que le Sénateur Harry Reid (D-NV), de concert avec quelques autres Sénateurs, a discrètement obtenu 22 millions de dollars pour financer un programme qui traitait en partie des PANs, sous contrat avec le Defense Warning Office de la Defense Intelligence Agency en 2008-2010, appelé Advanced Aerospace Weapon System Applications Program (AAWSAP). Mais aucun texte législatif public n’a révélé la véritable nature de ce programme ; seule une poignée de membres du Congrès était même au courant de son existence pendant cette période. D’après les récits de certaines personnes impliquées, Reid l’avait conçu à l’origine comme un programme de cinq ans, mais au bout de deux ans, la nouvelle de son existence est parvenue à un cercle plus large au sein de l’exécutif, et la résistance qui s’en est suivie a abouti, d’une manière ou d’une autre, à la réduction de tout flux de financement supplémentaire. Certaines enquêtes liées aux PANs ont été poursuivies sous la rubrique du Programme Avancé d’Identification des Menaces Aérospatiales (AATIP), mais il semble qu’il s’agisse d’une initiative modeste menée par un petit groupe sous l’autorité générale du Sous-secrétaire à la Défense pour le Renseignement, ne dépendant d’aucune référence dans la législation.

 

POURQUOI LE LANGAGE PAN A ÉTÉ ÉCRIT, ET CE QU’IL FERAIT

Il semble que de nombreux membres du Congrès siégeant dans les commissions qui ont eu accès à des briefings classifiés sur les PANs depuis 2017 ont conclu que le Ministère de la Défense et la Communauté du Renseignement ont traité la question de manière désordonnée, sans continuité institutionnelle ni mobilisation de ressources substantielles. Ils sont déterminés à changer cela.

Dans une interview du 25 septembre 2021 avec Bryan Bender de POLITICO, le député Gallego a déclaré : ” Il y a eu un manque total de concentration dans l’appareil de sécurité nationale pour comprendre ce qui se passe ici concernant les PANs. Je pense qu’il y a eu une sorte de passe-temps partiel des chercheurs de curiosité qui sont au sein du Ministère de la Défense, mais il n’y a pas eu d’initiative professionnelle à travers l’entreprise de défense … afin que nous puissions réellement prendre des décisions délibérées et éclairées.”

Gallego a développé ces thèmes dans une interview vidéo sur Hill TV, publiée le 14 novembre 2021. Parlant de ce qu’il considère comme l’échec de l’armée et des communautés du Renseignement à apporter une attention coordonnée et soutenue au problème des OVNI, Gallego a déclaré :

“Je pense qu’en fait, plus que toute autre chose, c’est culturel. Parce que nous n’avons jamais traité les PANs comme un problème sérieux, personne ne veut être connu comme ‘le Général des ovnis’, n’est-ce pas ? Ou être la personne qui est le Directeur de l’Information sur les OVNIs. Parce que cela définit votre carrière dans l’armée… et donc tout le monde l’évite. Tout le monde évite le sujet. Les politiciens évitent le sujet. Donc tout le monde tourne en rond et dit : ‘Mec, il y a quelque chose là,’ mais personne ne veut faire quoi que ce soit à ce sujet.”

Dans une interview du 17 novembre avec Bryan Bender de POLITICO, la sénatrice Gillibrand a déclaré :

“Vous parlez de la technologie des drones, vous parlez de la technologie des ballons, vous parlez d’autres phénomènes aériens, et puis vous parlez de l’inconnu. Quelle que soit votre position sur la question de l’inconnu, vous devez répondre aux autres questions. C’est pourquoi c’est urgent. C’est pourquoi l’absence de surveillance ou de responsabilité jusqu’à présent est pour moi inacceptable.”

La nouvelle loi proposée changerait radicalement le terrain statutaire sur lequel le Ministère de la Défense et les agences de Renseignement (collectivement la “communauté du Renseignement” ou IC) opèrent en ce qui concerne les PANs. En la promulguant, le Congrès établirait clairement des mandats statutaires explicites et placerait la responsabilité de leur mise en œuvre sur les épaules du Secrétaire à la Défense, partagée dans une certaine mesure avec un autre officier de niveau ministériel, le Directeur du Renseignement National (DNI).

Le texte “Gillibrand-Rubio-Gallego” (GRG) demande au Secrétaire, “en coordination avec” le DNI, d’établir une entité chargée de coordonner les efforts du Ministère de la Défense et du Renseignement pour recueillir des données sur les phénomènes aériens non identifiés et étudier leurs mystères. Le projet de loi ne dicte pas exactement où ce bureau de coordination doit être situé, mais précise qu’il doit être “au sein d’une composante du Bureau du Secrétaire à la Défense, ou au sein d’une organisation conjointe du Ministère de la Défense et du Bureau du Directeur du Renseignement National”. Nous savons maintenant que, pour l’instant du moins, le siège de les PANs sera le malencontreusement nommé Airborne Object Identification and Management Synchronization Group (AOIMSG), au sein du Bureau du Sous-secrétaire à la Défense pour le Renseignement et la Sécurité, car la Sous-secrétaire à la Défense Kathleen Hicks a annoncé la création de cette entité dans un mémorandum publié le 23 novembre 2021 (“mémo Hicks”).

La nouvelle loi proposée ne régirait pas directement les activités liées aux PANs des organismes qui ne font pas partie du domaine de la Défense et de la communauté du Renseignement, comme le Département de la Sécurité Intérieure, la NASA ou l’Administration Fédérale de l’Aviation, mais elle exigerait des efforts actifs de la part du DoD/IC pour collaborer avec ces organismes et leur demander des données liées aux PANs.

Le bureau central des PANs aurait notamment les fonctions suivantes:

“Développer des procédures pour synchroniser et normaliser la collecte, le rapport et l’analyse des incidents, y compris les effets physiologiques indésirables, concernant les phénomènes aériens non identifiés au sein du Ministère de la Défense et de la communauté du Renseignement….. Évaluer les liens entre les phénomènes aériens non identifiés et les gouvernements étrangers adverses, d’autres gouvernements étrangers ou des acteurs non étatiques….. Évaluer la menace que ces incidents représentent pour les États-Unis….. Coordination avec d’autres départements et agences du gouvernement fédéral, le cas échéant, y compris l’Administration Fédérale de l’Aviation, la NASA, le Département de la Sécurité Intérieure, l’Administration Nationale Océanique et Atmosphérique et le Ministère de l’Énergie….Coordination avec les alliés et les partenaires des États-Unis, le cas échéant, afin de mieux évaluer la nature et l’étendue des phénomènes aériens non identifiés”.

Alors que le bureau central exercerait une autorité de surveillance et jouerait une fonction de coordination, des dispositions clés exigent que le Secrétaire à la Défense et le DNI désignent des “organisations hiérarchiques”, des composantes majeures militaires et/ou du Renseignement, pour mener les aspects opérationnels des enquêtes sur les PANs. Le projet de loi exige que ces organisations aient la capacité de “répondre rapidement aux incidents liés aux PANs et de mener des enquêtes sur le terrain”. Le projet de loi exige que ces organisations hiérarchiques aient accès à “un personnel adéquat doté de l’expertise, de l’équipement, des moyens de transport et des autres ressources nécessaires pour répondre
rapidement à des incidents ou à des modèles d’observation” de PANs.

Le texte de GRG demande également au directeur du bureau PAN du Pentagone de superviser le développement d’un “plan scientifique pour développer et tester, dans la mesure du possible, des théories scientifiques pour expliquer les caractéristiques et les performances des phénomènes aériens non identifiés qui dépassent l’état de l’art connu en science ou en technologie, y compris dans les domaines de la propulsion, du contrôle aérodynamique, des signatures, des structures, des matériaux, des capteurs, des contre-mesures, des armes, de l’électronique et de la production d’énergie” et aussi d’essayer “de reproduire ces caractéristiques et performances avancées et de jeter les bases d’éventuels investissements futurs pour reproduire ces caractéristiques et technologies avancées. “

Le texte stipule que le secrétaire et le DNI “doivent veiller à ce que chaque élément de la communauté du Renseignement disposant de données relatives aux phénomènes aériens non identifiés les mette immédiatement à la disposition” du bureau PAN. Pour contribuer à l’application de ce décret, le projet de loi exige qu’au moins deux fois par an, “le Président et le Vice-Président ou le membre principal de la Commission des Forces Armées et de la Commission Spéciale du Renseignement du Sénat et de la Commission des Forces Armées et de la Commission Spéciale Permanente du Renseignement de la Chambre des Représentants reçoivent une énumération de tous les cas dans lesquels des données relatives à des phénomènes aériens non identifiés ont été refusées au bureau en raison de restrictions de classification de ces données ou pour toute autre raison”.

Il est important de noter que le texte GRG contient ce que j’appelle une disposition sur le “droit de signaler”, qui stipule que des mécanismes doivent être prévus pour que le personnel militaire et civil associé à l’armée ou à la communauté du Renseignement, y compris le personnel contractuel, puisse signaler les événements liés aux PAN, “y compris les effets physiologiques indésirables”, directement au bureau PAN. Cette disposition vise clairement à réduire la stigmatisation et la peur du ridicule ou de la désapprobation qui, pendant si longtemps, ont empêché les pilotes et d’autres membres du personnel militaire de signaler les incidents liés aux PANs et qui, dans certains cas, ont pu empêcher que même des incidents extraordinaires soient transmis à la chaîne de commandement.

“Parce que nous n’avons pas vraiment mis en place un processus formel, beaucoup de militaires, hommes et femmes, ne veulent tout simplement rien dire, parce qu’ils ont peur que cela affecte leur carrière”, a observé le député Gallego dans l’interview télévisée Hill TV du 14 novembre. “Les personnes qui ont probablement le plus d’informations ont peur de parler. Et puis, même s’ils parlent, l’information ne va nulle part.”

Autre disposition importante : Le projet de loi lève toute ambiguïté quant à l’autorisation par le Congrès de dépenser des fonds substantiels pour des enquêtes sur les PANs. Le projet de loi autorise explicitement “l’affectation des sommes qui peuvent être nécessaires pour mener à bien le travail du bureau PAN… y compris en ce qui concerne:
1 – la collecte de Renseignements généraux et l’analyse des Renseignements
2 – la défense stratégique, la défense de l’espace, la défense de l’espace aérien, la défense des ressources terrestres, aériennes ou navales, et les objectifs connexes”.

EXIGENCES DE DIVULGATION

Le Sénateur Martin Henrich (D-NM), co-sponsor de l’amendement Gillibrand-Rubio, a déclaré à l‘Albuquerque Journal (26 novembre 2021) :

“Le peuple américain mérite de la transparence en ce qui concerne les PANs, en particulier compte tenu des implications en matière de sécurité nationale… nous devons élever cette question au sein de nos agences de défense et de renseignement afin qu’elles aient le mandat de se concentrer non seulement sur ce qui se passe dans nos cieux, mais aussi sur la transmission de ces résultats au peuple américain… pour mettre fin au cycle précédent de balayage de ces observations sous le tapis.” (Le 19 mai 2021, Heinrich, membre de la SSCI, a déclaré de façon mémorable à un correspondant de TMZ : “Je ne peux pas imaginer que ce qui a été décrit, ou montré dans certaines des vidéos, appartienne à un quelconque gouvernement à ma connaissance…. Je n’ai aucune idée de ce que c’est, mais je pense que nous devrions le découvrir”).

Le texte de Gallego adopté par la Chambre en septembre aurait exigé du bureau PAN du Pentagone qu’il fournisse des rapports trimestriels aux commissions du Congrès désignées, mais il ne contenait aucune disposition exigeant des rapports publics non classifiés. De même, les modestes dispositions relatives aux PANs contenues dans les projets de loi sur l’Autorisation du Renseignement (IAA) approuvés par les commissions du Renseignement du Sénat et de la Chambre au début de l’année ne prévoyaient que de futurs rapports classifiés sur les PANs aux commissions du Sénat et de la Chambre sur les services armés, le Renseignement, les crédits et les affaires étrangères (relations extérieures).

En revanche, le texte de GRG exige que le bureau PAN publie des rapports annuels non classifiés sur les PANs, qui seront rendus publics. Huit comités du Congrès désignés recevront des versions plus longues et classifiées de ces rapports et six de ces comités recevront également des briefings classifiés au moins deux fois par an.

La disposition adoptée par le Député Gallego exigeait que les rapports PAN couvrent au moins sept sujets désignés. Le texte de GRG contient ces sept sujets, ainsi que trois catégories thématiques supplémentaires tirées de l’amendement Gillibrand-Rubio. Les catégories obligatoires comprennent:

– tout effort en cours sur la capacité de capturer ou d’exploiter les phénomènes aériens non identifiés découverts
– une évaluation de tout effet sur la santé des personnes ayant rencontré des phénomènes aériens non identifiés”
– des descriptions d’incidents PAN associés à des armes nucléaires et à des engins à propulsion nucléaire, ou à des installations nucléaires nationales.

 

QUI SERA CHARGÉ DE LA NOUVELLE ENTREPRISE D’ENQUÊTE SUR LES PANs?

                                       
                                              Lloyd Austin                        Kathleen Hicks
Ministre de la Défense

Le texte de GRG place l’autorité et la responsabilité de l’ensemble de l’entreprise PAN directement sur le Secrétaire à la Défense, partagée dans une certaine mesure avec le Directeur National du Renseignement. Les mandats du projet de loi nécessiteront une participation substantielle de multiples composantes militaires et du renseignement, ainsi que des ressources importantes.Cependant, le texte ne dit pas où le Secrétaire à la Défense doit placer l’entité qui exercera une fonction de surveillance administrative sur l’ensemble de l’entreprise. Pour l’avenir immédiat, nous savons maintenant que cette entité centrale résidera au sein du bureau du Sous-secrétaire à la Défense pour le Renseignement et la Sécurité (OUSD-I&S). Nous le savons parce que le 23 novembre 2021, le deuxième responsable du Ministère de la Défense, la secrétaire adjointe Kathleen Hicks, a publié un mémorandum ordonnant au Sous-secrétaire à la Défense pour le Renseignement et la Sécurité de créer un groupe de synchronisation de l’identification et de la gestion des objets aériens (AOIMSG), chargé “de détecter, d’identifier et d’attribuer des objets d’intérêt dans l’espace aérien à usage spécial (SUA) et d’évaluer et d’atténuer toute menace associée à la sécurité des vols et à la sécurité nationale”.Rien dans le projet de loi n’oblige le Secrétaire à la Défense à changer cet emplacement, bien que rien n’empêche non plus un secrétaire de déplacer le lien PAN ailleurs, s’il décide que cela est justifié (en consultation avec le DNI).Le mémo Hicks a été communiqué aux médias juste au moment où les négociateurs du Congrès, à huis clos, commençaient à négocier sérieusement la formulation finale des PANs. Ce timing semblait être l’un des éléments d’une campagne menée par certains bureaucrates du Pentagone pour saper l’élan en faveur de l’inclusion de mandats PAN forts dans le projet de loi final. Ces efforts ont échoué. Le lendemain, le député Gallego a déclaré au journaliste de POLITICO, M. Bender, qu’une législation était toujours nécessaire et que lui et la sénatrice Gillibrand avaient convenu de travailler de concert pour atteindre cet objectif.Un Sous-secrétaire à la Défense (il y en a six) rend compte directement au Secrétaire et au Secrétaire Adjoint à la Défense. Le Sous-secrétaire à la Défense chargé du Renseignement et de la Sécurité exerce une autorité de surveillance administrative sur de nombreuses composantes importantes de la défense, notamment la National Security Agency (NSA), la Defense Intelligence Agency (DIA), la National Geospatial-Intelligence Agency (NGA), le National Reconnaissance Office (NRO) et la Defense Counterintelligence & Security Agency (DCSA). En outre, le Sous-secrétaire au Renseignement et à la Sécurité a une “double casquette”, puisqu’il est en même temps l’adjoint du Directeur du Renseignement National au niveau du cabinet.L’actuel Sous-secrétaire à la Défense (Renseignement et Sécurité) est Ronald Moultrie, un fonctionnaire de longue date qui a été confirmé par le Sénat américain à son poste le 29 mai 2021, par un vote à voix haute (ce qui signifie que sa nomination n’a fait l’objet d’aucune controverse). Moultrie n’a pas, pour autant que j’aie pu le déterminer, exprimé publiquement son opinion sur un quelconque aspect de les PANs.


Ronald Moultrie

 

Étant donné que le Sous-secrétaire Moultrie est le conseiller principal en matière de Renseignement du Secrétaire à la Défense Lloyd Austin et compte tenu du nombre de crises en cours dans le monde et du nombre de composantes du Renseignement qui sont sous sa surveillance, il est logique de s’attendre à ce que l’adjoint de Moultrie, David M. Taylor, joue un rôle plus direct dans la supervision de l’AOIMSG.

Taylor est membre du Senior Executive Service (SES), avec un rang civil équivalent à celui d’un général deux étoiles. (Le SES est un corps de fonctionnaires gouvernementaux “de rang supérieur”, dont au moins 90 % sont des fonctionnaires de carrière plutôt que des personnes nommées par le pouvoir politique,et qui se maintiennent d’une administration à l’autre). Il est à l’OUSD(I&S) depuis 2010 ; il a en fait dirigé l’OUSD(I&S) pendant les quatre premiers mois de l’administration Biden, jusqu’à la confirmation de Moultrie.

Avant de rejoindre l’OUSD(I&S), Taylor a servi dans la marine pendant plus de 30 ans en tant qu’officier de bord. Sa dernière affectation dans la marine a été celle de Chef d’Etat-major du Carrier Strike Group Eleven à bord du porte-avions USS Nimitz, une affectation qu’il a reçue début 2008. Il semble que Taylor ait quitté la marine avec le grade de capitaine (le grade de la marine équivalent à celui d’un colonel de l’armée de terre), puis qu’il ait travaillé brièvement sur la technologie des drones maritimes pour Northrop Grumman Aerospace Company avant de rejoindre l’OUSD(I&S). Je n’ai trouvé aucune déclaration publique de Taylor concernant un quelconque aspect de les PANs.

 


LE COMITÉ CONSULTATIF SUR LES PAN A ÉTÉ SUPPRIMÉ, DU MOINS POUR L’INSTANT

Toutes les dispositions de l’amendement Gillibrand-Rubio n’ont pas survécu. Une section qui aurait créé un comité consultatif de 25 membres, dont 20 membres nommés à partir de listes soumises par les Académies Nationales, des groupes privés à vocation scientifique (tels que le projet Galileo et la Coalition scientifique pour l’étude de les PANs) et des agences gouvernementales ne relevant pas de la Défense (dont la NASA), a été abandonnée par les négociateurs de la Chambre et du Sénat.

Selon moi, la section relative au comité consultatif a été victime de l’opposition d’éléments de la bureaucratie du Pentagone et de l’IC, qui ont fait valoir qu’une telle entité constituerait un risque pour la sécurité, même si l’amendement Gillibrand-Rubio spécifiait que tous les membres du comité proposé devaient obtenir une habilitation secrète, ce qui signifie que tous les membres du comité auraient été soumis à des lois de classification prévoyant des sanctions pénales sévères en cas de violation.

De plus, même parmi certains membres du gouvernement et des médias qui sont favorables aux enquêtes avant-gardistes sur les PANs, je perçois une certaine méfiance à l’égard d’une grande partie du monde ufologique civil. Cela ne devrait pas être surprenant. Les personnes qui contrôlent des plateformes importantes, se présentant comme des chercheurs, des journalistes ou des réalisateurs de documentaires, continuent à promouvoir des allégations de preuves très douteuses et les histoires à dormir debout de personnages tels que Bob Lazar (un imitateur de scientifique et criminel avec une histoire truffée de trous, qui a travaillé dans un projet gouvernemental en possession de neuf vaisseaux extraterrestres intacts, et obtenu un échantillon d’un isotope extraterrestre surpuissant), et Ray Stanford (un ex-ET-trance-channeler qui continue d’être écouté par certains, bien qu’il ait fait des déclarations folles et discréditées sur les OVNIs et les extraterrestres pendant plus de 60 ans).


QUELLE EST LA PORTÉE DE L’EXPRESSION “PHÉNOMÈNES AÉRIENS NON IDENTIFIÉS” ?

Un défaut étrange dans le texte de Gallego adopté par la Chambre des Représentants, corrigé dans le texte de compromis final, était une définition absurdement restreinte des “phénomènes aériens non identifiés”. Dans le projet de loi adopté par la Chambre, le terme “PAN” était défini comme désignant uniquement “les objets aériens dont un pilote ou un membre d’équipage est témoin et qui ne sont pas immédiatement identifiables”. Selon cette définition, un disque lumineux géant entrant dans la mer à côté d’un sous-marin en surface, ou planant au-dessus d’un silo Minuteman III, n’aurait pas constitué un “PAN”.

Le champ d’application de la mission assignée à l’AOIMSG dans le mémorandum Hicks du 23 novembre était également fortement limité, couvrant uniquement les objets “aéroportés” et seulement s’ils étaient rencontrés “dans l’espace aérien à usage spécial (SUA)”, ce qui fait référence à l’espace aérien restreint pour des raisons de sécurité militaire ou d’autres raisons officielles, de façon permanente ou temporaire.

En revanche, le texte de GRG ne contient aucune limitation géographique de ce type et définit les “phénomènes aériens non identifiés” de manière large, englobant les objets aériens non identifiés, les objets transmédians non identifiés (“observés en transition entre l’espace et l’atmosphère, ou entre l’atmosphère et des masses d’eau”) et les “objets ou dispositifs immergés qui ne sont pas immédiatement identifiables et qui présentent des caractéristiques de comportement ou de performance suggérant qu’ils peuvent être liés” à des objets aériens ou transmédians non identifiés.

 

LE PARCOURS ALAMBIQUÉ DE LA LÉGISLATION

Gillibrand a déposé son amendement le 4 novembre, alors que les leaders de la Commission des Services Armés du Sénat – le Sénateur Jack Reed (D-RI), Président, et le Sénateur Républicain Jim Inhofe (R-OK), chef de file – espéraient faire passer rapidement la NDAA au Sénat. Cependant, Reed et Inhofe ont ensuite été bloqués dans leurs tentatives d’adoption d’un NDAA au Sénat, en raison de différends sur des questions sans rapport avec les PANs. Alors que les principaux médias se concentraient sur cette impasse, il est évident que le personnel et les membres des commissions du Sénat et de la Chambre, à huis clos, ont élaboré l’énorme projet de compromis, en s’appuyant sur trois sources principales : Le NDAA voté par la Chambre des Représentants (H.R. 4350) ; une version du NDAA (S. 2792) approuvée par la commission du service armé du Sénat le 21 juillet ; et des propositions d’amendements spécifiques qui avaient été déposées par des Sénateurs individuels ou des groupes de Sénateurs, notamment l’amendement Gillibrand-Rubio.

Le fait que la plupart des éléments les plus solides liés aux PANs aient émergé de ces négociations, même face à l’hostilité de certaines enclaves au sein du Ministère de la Défense, témoigne non seulement des principaux sponsors (la sénatrice Gillibrand et le membre du Congrès Gallego), mais aussi du soutien discret mais essentiel des Présidents Démocrates des commissions des Services Armés du Sénat et de la Chambre (Sen. Jack Reed, D-RI, et le membre du Congrès Adam Smith, D-WA), et les membres Républicains de ces commissions (le Sénateur Jim Inhofe, R-OK, et le membre du Congrès Mike Rogers, R-AL), ainsi que la direction bipartisane des Commissions du Sénat et de la Chambre des Représentants sur le Renseignement.
À la suite de la publication d’un rapport non classifié sur les PANs, demandé par le Congrès, par le DNI le 25 juin 2021, le Président Reed a déclaré que

“… nous manquons tout simplement des informations nécessaires pour déterminer ce que sont ces objets et ce qu’ils font. Nous devons donc obtenir ces informations. Continuons à observer le ciel, à étudier et à apprendre. Si le gouvernement acquiert des preuves de choses qu’il ne peut expliquer, examinons-les sous tous les angles et soyons francs avec le peuple américain.”

Le coparrainage de l’amendement Gillibrand par le Sénateur Rubio a été un signal particulièrement important pour ses collègues Républicains ; lors du dernier Congrès, Rubio a présidé le Senate Select Committee on Intelligence et s’est publiquement exprimé sur la question des PANs; il reste le Vice-Président (Républicain) de ce comité.

Un degré frappant de consensus discret s’est développé sur la question des PANs, en particulier parmi les membres des commissions du Congrès qui ont le plus grand accès aux informations classifiées pertinentes. Lorsque les législateurs qui ne siègent pas dans les commissions de sécurité nationale constatent un tel consensus bipartite sur une question impliquant des informations classifiées, la plupart d’entre eux s’en remettent à lui et cette dynamique semble être à l’œuvre ici. Par exemple, après que la Commission des Services Armés de la Chambre des Représentants ait intégré le langage du député Gallego dans sa version de la NDAA, chacun des 435 membres de la Chambre a eu la possibilité de demander la permission de proposer des amendements spécifiques à la NDAA en séance. La commission du règlement de la Chambre a reçu 860 demandes d’amendement de ce type, mais aucune n’a touché à la section PAN.

De même, au Sénat, la question a avancé discrètement, bien que la sénatrice Gillibrand ait tweeté et donné plusieurs interviews sur le sujet. Il n’y a pas eu d’opposition visible de la part des Sénateurs, ni de discussion sur les PANs au Sénat.

 

ÉVALUATION CONTINUE DE L’IMPLICATION SUR LES PANs DU DÉPARTEMENT DE LA DÉFENSE PAR LE BUREAU DE L’INSPECTEUR GÉNÉRAL

Il existe de nombreuses controverses et histoires contradictoires concernant la nature et le degré d’implication passée de l’armée américaine, des services de renseignement et d’autres organisations gouvernementales dans divers aspects du phénomène OVNI et dans la communauté de recherche sur les OVNIs. Peut-être certaines de ces questions seront-elles clarifiées dans une certaine mesure au cours des prochaines années. En mai 2021, le Bureau de l’Inspecteur Général du Ministère de la Défense a annoncé qu’il lançait une “évaluation” destinée à “déterminer dans quelle mesure le Ministère de la Défense a pris des mesures concernant les phénomènes aériens non identifiés (PANs)”. L’OIG dispose de pouvoirs statutaires très étendus qui lui permettent d’enquêter comme bon lui semble et de formuler des recommandations de réforme.

Peu de choses ont été révélées publiquement sur la portée de cette évaluation, mais à en juger par les documents d’information obtenus par John Greenewald Jr. de TheBlackVault.com, il semble qu’elle implique une équipe importante du personnel de l’OIG. Le calendrier d’achèvement de l’évaluation n’a pas été rendu public.

 

LES PROPOS AMBIGUS DU DIRECTEUR DU RENSEIGNEMENT NATIONAL

À la mi-2020, le Senate Select Committee on Intelligence (SSCI), alors présidé par le Sénateur Marco Rubio (R-FL), a innové en demandant (dans un rapport public du comité sur sa Loi d’Autorisation du Renseignement) au Directeur du Renseignement National (DNI) de publier un rapport sur les PANs, sous forme classifiée et non classifiée, six mois après la promulgation de la loi. Le projet de loi a été promulgué en décembre 2020, activant la directive, qui a été remplie par la publication par la DNI Avril Haines le 25 juin 2021, d’un rapport public de 9 pages, “Preliminary Assessment : Unidentified Aerial Phenomena”. (Les législateurs des commissions du renseignement et des services armés du Congrès ont reçu une version classifiée de 17 pages du rapport, ainsi que des briefings classifiés).


Directrice du Renseignement National – Avril Haines

 

Le rapport a examiné 144 rapports, tous de sources gouvernementales, sur la base de compte-rendus, certes très irréguliers, de 2004 à ce jour. Elle déclare : “Parmi ceux-ci, 80 rapports impliquaient une observation à l’aide de capteurs multiples… Une poignée de PANs semblent faire preuve d’une technologie avancée. Dans 18 cas, les observateurs ont signalé des mouvements ou des caractéristiques de vol inhabituels des PANs. Certains PANs semblaient rester stationnaires dans les vents en altitude, se déplacer contre le vent, manœuvrant brusquement ou se déplaçant à une vitesse considérable, sans moyen de propulsion discernable.” Le rapport soulignait la nécessité de recueillir des données de manière plus systématique et de mettre en œuvre des ressources analytiques plus importantes.

Le 10 novembre 2021, la Directrice Haines a participé à un événement du Forum Ignatius sur le thème “Notre avenir dans l’espace”, qui s’est tenu à la Cathédrale Nationale de Washington. Le modérateur, David Ignatius, du Washington Post, a posé cette question : “Sur ce sujet de la vie ‘là-bas’, vous avez publié en juin une évaluation préliminaire extraordinaire sur les phénomènes aériens non identifiés. Pour résumer ce rapport, vous avez étudié 144 rapports provenant de sources gouvernementales américaines. Dans 80 d’entre eux, des capteurs avaient procédé à des identifications ; dans 18 de ces cas, les observateurs, je cite, “ont signalé des caractéristiques de vol inhabituelles des PANs”. Vous les avez classés dans cinq catégories différentes, la dernière étant appelée simplement “autre”. J’aimerais vous demander de partager avec l’auditoire ce que vous avez retenu de ce rapport et ce que vous pensez de ces preuves.

La Directrice Haines a commencé sa réponse en disant : “Je veux dire, je pense que l’essentiel est que nous ne comprenons pas tout ce que nous voyons.” Après avoir exposé plusieurs catégories de causes possibles plus ou moins prosaïques pour certains incidents PAN (y compris les “phénomènes naturels”), elle a conclu : “Mais bien sûr, il y a toujours la question de savoir s’il y a quelque chose d’autre que nous ne comprenons tout simplement pas et qui pourrait venir de l’extraterrestre.”

Le 24 novembre 2021, le New York Times a repris cette citation dans un article de Julian E. Barnes sur la publication du mémo de la Secrétaire Adjointe Hicks établissant l’AOIMSG. Immédiatement après la citation apparaissait cette phrase: “La remarque extraterrestre de Mme Haines ne faisait pas nécessairement référence aux extraterrestres de l’espace, mais plutôt à des explications plus pédestres telles que les météores et les éruptions solaires qui pourraient avoir un impact sur les questions de sécurité des vols.” Curieusement, le New York Times n’a fourni aucune attribution pour cette affirmation interprétative.

J’ai demandé à deux reprises à l’ODNI si le New York Times avait raison de suggérer que lorsque la Directrice Haines a utilisé à deux reprises le terme “nous ne comprenons pas” pour faire référence à certains phénomènes qui, selon elle, pourraient avoir une origine “extraterrestre”, elle voulait en réalité dire que les experts de la communauté du Renseignement, qui cherchent à analyser certaines données ou images de capteurs, “ne comprennent pas” qu’ils voient simplement le produit de météores ou d’éruptions solaires. Je n’ai reçu aucune réponse.

J’ai également demandé à M. Barnes s’il avait une quelconque autorité pour l’affirmation interprétative sur ce qui était dans l’esprit de la Directrice Haines lorsqu’elle a parlé de choses extraterrestres non comprises. Il m’a répondu par e-mail : “La phrase expliquant ce que la directrice Haines voulait dire est basée sur un rapport solide. Elle reflète fidèlement sa pensée”.

MISE À JOUR : Le 9 décembre 2021, le bureau de la sénatrice Kirsten Gillibrand (D-NY) a publié une déclaration à la presse concernant le libellé de les PANs de la NDAA, qui cite également les coparrains, les Sénateurs Marco Rubio (R-FL) et Roy Blunt (R-MO), ainsi que le parrain de la Chambre des Représentants, le représentant Ruben Gallego (D-AZ).

Traduction de Jacky Kozan, le 11 décembre 2021

 

Publié par

Jacky Kozan

Fondateur et coordinateur de l'Académie d'Ufologie