La partition des ufologues

Un texte extrait du coin lecture de Sylvie Joubert

RÉSUMÉ

Les libres chercheurs enquêtant sur les facettes du phénomène ovni sont nombreux, mais ils n’ont pas toujours la même façon de les aborder, de les vivre au plus profond d’eux ni de les interpréter. De sorte que des courants et des sensibilités intellectuelles émergent, donnant parfois le sentiment de s’opposer. En raison de cet éclatement des visions, des disputes intestines envahissent le petit monde de l’ufologie. Face à cela, il y a deux attitudes : soit on considère les différents points de vue comme inconciliables, soit on envisage cette disparité comme une richesse et un bien à exploiter. Je fais mien le second positionnement, et m’en explique dans ces feuillets. A l’image d’une partition, je pense que les ufologues forment un ensemble organisé de connaissances… ou à organiser… et que nous avons plus à gagner à comprendre ce que chaque approche amène sur le plan intellectuel, que de les rendre opposables les unes aux autres à renfort de batailles de mots et d’ego. Ce document est un état des lieux des compétences à disposition au sein de cette discipline. Il ne parle donc pas des apparitions d’ovni(s) ni des témoignages ou des observations faites dans ce domaine, mais s’occupe de constituer de ce que Michel Foucault appelait une “Archéologie du savoir” dans le domaine spécifique qu’est l’ufologie. Quelle direction prend l’épistémè, c’est-à-dire l’ensemble des discours et problématiques autour de la science et de la connaissance du phénomène ovni ? Quels sont les grands sillons cognitifs creusés par les ufologues ? Quel type de savoir et de protocole produit cette discipline ? Quelles sensibilités et qualités d’attention s’y expriment ? Autant de questions auxquelles ce texte tente d’amener un bref éclairage, afin de situer les forces en présence, c’est-à-dire celles sur lesquelles l’ufo-recherche peut aujourd’hui compter.

Sylvie Joubert, septembre 2017

La suite sur le site de Sylvie Joubert