La fuite ovni du Siècle – le mémo Eric Davis / Amiral Wilson

Richard Dolan analyse la divulgation de l’amiral Wilson
9 juin 2019

Source (avec le mémo)

C’est sorti !

La fuite la plus importante de documents liés aux ovnis depuis de nombreuses années a eu lieu et les gens commencent à en parler. Certains ont même appelé cela la fuite ovni la plus importante de tous les temps. Ce qui est clair, c’est que c’est très important. La conversation publique que nous aurons sur ces documents ne fait que commencer et il ne fait aucun doute dans mon esprit qu’elle se poursuivra jusqu’à la fin de cette année et pour les années à venir. Ou jusqu’à ce qu’elle soit dépassée par quelque chose d’encore plus grand.

Je parle des documents de l’amiral Wilson. Ceux-ci sont liés à Thomas Ray Wilson, un homme qui a eu une longue et brillante carrière dans la marine américaine. Wilson a été Directeur de la Defense Intelligence Agency de 1999 à 2002 et occupait auparavant les fonctions de directeur du renseignement pour le Comité des Chefs d’Etat-Major Interarmées et de directeur adjoint du renseignement pour les Chefs d’Etat-Major Interarmées. Ce poste est connu sous le nom de J-2 et Wilson l’a tenu de 1997 à 1999.

Amiral Thomas Ray Wilson

Les bases de ce que je vais vous dire sont connues de quelques chercheurs depuis de nombreuses années, y compris de moi-même. Beaucoup d’entre nous ont discuté de cette série d’événements à plusieurs reprises, mais jusqu’à présent, nous n’avions pas les documents pour le prouver. J’en parle depuis que je l’ai appris pour la première fois en 2007. D’autres, comme Steven Greer et le regretté astronaute d’Apollo Edgar Mitchell, ont également fait de nombreuses déclarations, directes et indirectes, à ce sujet. Plus récemment, le chercheur Grant Cameron et plus récemment encore, l’avocat Michael Hall. En effet, Guiliano Marinkovic a récemment rédigé une excellente chronologie de toutes nos déclarations. Je ne sais pas si c’est terminé… c’est peut-être le cas. C’est certainement très approfondi.

Alors de quoi parle-t-on?

Ce sont des notes du Dr. Eric Davis du 16 octobre 2002.

Qui est Eric Davis? C’est un scientifique, mais qualifié de scientifique très intéressant. Pendant les années 1990, il a été membre du NIDS l’Institut National des Sciences de la Découverte, qui appartenait bien sûr au milliardaire Robert Bigelow. À l’époque, le NIDS était une organisation très importante et apportait de la rigueur scientifique dans de nombreux domaines de recherche intéressants liés aux ovnis et au-delà. Le mystère des triangles noirs, par exemple. Et plus réputé, le Skinwalker Ranch dans l’Utah, dans l’étude duquel Davis a été beaucoup impliqué.

Dr. Eric DAVIS

Davis est également un proche collaborateur du Dr. Hal Puthoff, propriétaire de la société scientifique Earthtech. M. Puthoff a bien sûr une longue carrière dans les sciences et le monde du renseignement. En collaboration avec Russell Targ, il a mis au point les protocoles du programme américain classifié de vision à distance dans les années 70 et 80. C’est un expert de l’énergie du point zéro et de ce qu’on appelle l’ingénierie de la métrique espace-temps. Pensez à cela pendant un instant. Et il a également travaillé, à plusieurs reprises, en étroite collaboration avec Bigelow. De plus, il fait bien partie de To The Stars Academy (TTSA). Hal Puthoff est une personne que je connais depuis de nombreuses années et je l’ai répété à maintes reprises, c’est une personne qui a toujours essayé discrètement d’aider la cause de la divulgation des ovnis.

Dr. Harold PUTHOFF

À mon avis, et je ne suis sûrement pas le seul dans ce cas, Davis et Puthoff effectuent actuellement certaines des recherches scientifiques les plus importantes liées aux ovnis dans le cadre de leur travail sur le désormais célèbre artefact d’un présumé ovni qui contient ce qu’on appelle un métamatériau possédant des propriétés incroyables. J’en ai déjà discuté ailleurs, alors, plus à ce sujet… une autre fois.

En fin de compte, Eric Davis n’est pas n’importe quel scientifique, mais bien un scientifique qui a une profonde appréciation et qui a une approche scientifique solide dans certains domaines marginaux. Et, grâce à son association avec des personnalités telles que Bigelow et Puthoff, il a clairement pu avoir accès, au moins de temps en temps, à des personnalités influentes telles que l’amiral Thomas Wilson.

Ces notes, 15 pages au total, ont été écrites par Davis à la suite d’une réunion qu’il a eu avec Wilson en octobre 2002. Elles concernent une série d’événements survenus au printemps 1997, quand Wilson était directeur adjoint du renseignement pour le Comité des Chefs d’Etat-Major Interarmées.

Ce qui s’est passé lors de cette réunion a été une discussion d’une très grande importance. Cela ne concernait rien de moins que la confirmation de l’existence de programmes très classifiés visant à étudier les technologies Aliens. Il s’agit d’extraterrestres. De leurs vaisseaux et de leur technologie.

Comme chacun le sait, de nombreuses réclamations ont été formulées au fil des années. J’en ai parlé d’innombrables fois, de même que de nombreux autres chercheurs. Mais ces documents divulgués, bien qu’ils ne soient pas les premiers à présenter une telle affirmation, sont les plus convaincants. Et contrairement aux divers documents MJ12 et Majestic, leur authenticité n’est plus à démontrer. Ils sont réels.

Nous devons être clairs sur ce que c’est. Ce n’est pas une déclaration secrète du président, ni même de Wilson, attestant de la réalité de ce programme. Cependant, il s’agit d’une série de notes entièrement crédibles rédigées par un scientifique qui souhaitait que cela ne s’adresse qu’à un groupe extrêmement restreint de collègues proches. En tant que tel, il jouit d’une crédibilité exceptionnelle. De plus, la quantité de détails et de noms spécifiques qu’il contient montre clairement que tout cela est très réel.

Il sera impossible de démystifier cette fuite en tant que canular ou fabrication. Tout au plus, les sceptiques pourraient soutenir que ces hommes ont été mal renseignés. Mais comme vous le verrez, cet argument n’est pas crédible.

Comme indiqué, cette note est datée du 16 octobre 2002.

Elle contient des noms que je ne connais pas encore, sans doute que d’autres vont les identifier. Mais la plupart sont consultables et identifiables.

Les deux hommes devaient se rencontrer à 10 heures ce jour-là et Wilson avait apparemment dix minutes de retard, arrivant avec deux officiers de la marine en uniforme. Wilson lui-même était en civil.

Les deux hommes restèrent assis à l’arrière de la voiture de Wilson pendant un peu plus d’une heure, à l’arrière du bâtiment des projets spéciaux d’EG&G (Edgerton, Germeshausen, and Grier, Inc.). Un aspect intéressant à ce sujet est que la division « Projets spéciaux » d’EG&G était l’opérateur du terminal Janet de l’aéroport McCarran de Las Vegas, devenu célèbre ou notoire en tant que transporteur aérien des employés et des sous-traitants vers des sites gouvernementaux éloignés, du Nevada et de Californie. Des lieux comme la zone 51.

Davis a commencé à interroger Wilson sur une réunion très importante datant d’avril 1997. À cette époque, elle n’était connue que par très peu de gens. Mais elle impliquait le Dr. Steven Greer, ufologue, le Dr Edgar Mitchell, astronaute d’Apollo 14 et le lieutenant-commandant de la Marine des États-Unis, Willard Miller, qui rencontrèrent Wilson et deux autres personnes, l’amiral Michael Crawford et le général Patrick Hughes. D’après les souvenirs d’Edgar Mitchell, cette date était le 9 avril 1997. Plus tard dans les notes, Wilson mentionne la même date.

Greer, Mitchell, Miller

Les notes de Davis n’indiquent pas explicitement le sujet de cette réunion. Mais celui-ci est connu d’après les déclarations de Greer et Mitchell selon lesquelles il était censé leur faire prendre conscience de l’existence d’organisations privées « noires » (secrètes) impliquées dans l’étude de la technologie et des organismes extraterrestres. Elles devaient essentiellement être soumises à un contrôle formel du gouvernement américain. Ou, disons, quelque chose de raisonnablement proche de cela. Une chose qui est apparue plus tard dans les notes est qu’ils ont présenté la thèse de ce qui était alors un tout nouveau livre: The Day After Roswell de Philip J. Corso. Ce livre faisait état de l’allégation selon laquelle au moins une partie de la technologie récupérée après l’accident de Roswell en 1947 aurait été attribuée à l’industrie privée. Au terme des deux mois de l’aventure de Wilson, que je vais vous décrire, il est devenu convaincu des principes fondamentaux de la thèse de Corso.

Les notes de Davis occultent cette partie de la réunion mais se concentrent sur les discussions qui ont eu lieu après la réunion formelle. C’était une conversation de deux heures entre le lieutenant-commandant Miller et Wilson sur « Les ovnis, MJ-12, Roswell, l’ovni qui s’est écrasé et les corps d’extraterrestre, etc… »

C’est plutôt intéressant… et nous commençons tout juste!

Wilson, en fait, a déclaré « qu’il était au courant des rencontres rapprochées d’ovnis par les services de renseignements militaires américains ainsi que par ceux de gouvernements étrangers. Pour en avoir vu les enregistrements.  »

Encore une fois, c’est une déclaration très intéressante, n’est-ce pas? Rappelez-vous que nous sommes en 1997, une décennie avant le début du programme AATIP. Vous voudriez bien savoir de quels enregistrements Wilson parlait?

Vient ensuite la première bombe majeure de ce document et nous ne sommes qu’au bas de la première page. Dans les notes de Davis, Wilson confirma qu’il était capable d’affirmer en juin 1997 qu ‘ »il existe une telle organisation » en relation avec « La cabale de MJ-12 / le crash d’ovni ». A cette époque, c’est fin juin 1997, Wilson a téléphoné à Miller et lui a apparemment dit que oui, il avait raison. Il existe un tel groupe, une cabale, qui gère le programme du crash d’ovni.

Davis a montré à Wilson une lettre de Miller datée du 25 avril 2002, cette lettre fait partie de la fuite. Cette lettre indique clairement que Davis et Hal Puthoff étaient engagés dans leur propre recherche sur les ovnis accidentés et tentaient de déterminer tous les acteurs concernés au sein du gouvernement.

L’une des déclarations extrêmement intéressantes de la lettre de Miller est qu’il serait en mesure de fournir à Davis et à Puthoff « le nom et la dernière localisation d’un officier supérieur qui, je crois, avait une connaissance directe des véhicules du gouvernement américain et des reproductions extraterrestres (ARV – Alien Reproduction Vehicle) dans la zone 51 et les lieux associés ».

Il y a plus ici en provenance de Miller, y compris « le nom et l’emplacement actuel d’un officier supérieur à la retraite (officier général) qui, je crois, était directement impliqué dans les interactions entre le gouvernement et un événement ovni important sur la côte Est des États-Unis et je crois qu’il a, en vertu de son ancienne position de leadership, de son haut rang militaire et du contrôle de forces militaires importantes, connaissance directe de la participation du gouvernement américain à cette activité.  »

Il a également indiqué qu’il disposait d’une liste de sous-traitants civils susceptibles d’être impliqués dans des « technologies dérivées de technologies extraterrestres, des crashes, des atterrissages et des événements connexes ».

Après avoir lu ceci, Wilson se mit à rire et dit qu’il « n’avait rien dit à Miller », peu importe ce que cela voulait dire. Ensuite, Wilson a déclaré: « Miller peut faire des suppositions bien éclairées sur qui (des sous-traitants) détient du matériel extraterrestre. » Ensuite, « Miller peut donner de bons conseils sur les entreprises de défense à surveiller, c’est tout ce qu’il sait. »

De toute évidence, Wilson en savait beaucoup plus.

Wilson était également fâché que Miller, un compatriote officier de la Marine, ait trahi la confiance de leur conversation en la transmettant à Greer et qui sait à qui d’autre. En réalité, il ne semble pas que Miller en ait parlé à beaucoup d’autres. Dans sa note, Davis a ajouté que Miller avait seulement parlé à Edgar Mitchell, qui en avait parlé à Davis en 1999. Il est possible que Miller ait dit quelque chose à la journaliste Leslie Kean. C’est du moins ce que Wilson croyait dans sa conversation avec Davis en 2002.

Wilson était clairement nerveux même en parlant avec Davis et il a dit qu’il prenait un risque rien qu’en parlant avec lui. Et en effet, deux décennies plus tard, toute la conversation est maintenant publiée.

Davis demande ensuite à Wilson de décrire ce qui s’est passé entre avril 1997 et juin 1997.

Wilson a déclaré qu’environ une semaine après sa rencontre avec Miller, il avait « passé des appels téléphoniques, frappé à quelques portes, parlé à des gens ». Cela a duré 45 jours, de temps en temps, a-t-il déclaré.

La manière dont Wilson a enquêté mérite d’être examinée. Il a déclaré qu’il avait reçu une suggestion d’un Général Ward de parcourir les fichiers du groupe d’archives au bureau de l’OUSDAT (Office of the Under Secretary of Defense for Acquisition and Technology – . c’est-à-dire le sous-secrétaire à la Défense pour les acquisitions et la technologie). Après quelques recherches, je pense que c’est le général de la Force aérienne, H. Marshal Ward, qui est devenu peu après directeur des programmes spéciaux au Bureau du Sous-secrétaire à la défense pour l’acquisition et la technologie au Pentagone.

Encore plus intéressant, Wilson rencontra William Perry, qui venait de quitter son poste de secrétaire américain à la Défense. Perry est un personnage extrêmement important et puissant qui vit toujours à l’âge de 91 ans. Perry est quelqu’un d’intelligence et de capacité exceptionnelles qui connaît toutes les personnes qu’il convient et semble avoir toujours connu ces personnes.

Ce qui est fascinant à lire, c’est que Wilson a dit à Davis qu’il avait rencontré Perry en mai 1997 et qu’ils « en avaient parlé calmement ». Perry a suggéré la même chose que le général Ward. C’est-à-dire, passez par les enregistrements OUSDAT. Encore une fois, il s’agit des archives du Département de la Défense relatives à « l’acquisition et à la technologie ». Ce qui est logique.

Wilson a ensuite dit « ils m’ont parlé… » (et je ne suis pas sûr de savoir qui est ce « ils », mais il semble que ce soit Ward et Perry) « d’un groupe de projets spéciaux d’enregistrement n’appartenant pas à l’habituel SAP (Special Access Program), un sous-ensemble spécial de programmes non reconnus,exclus, n’appartenant pas aux divisions SAP habituelles telles qu’organisées en 1994 par Perry lui-même, mais mis à part du reste, enterrés, cachés par des SAP classiques. »

C’est une déclaration très importante. Les programmes SAP, ou programmes d’accès spécial, sont les programmes primordiaux du « budget noir » qui, malheureusement, échappent presque totalement à la surveillance du Congrès. On a compris depuis longtemps que, dans cet environnement, bon nombre de ces programmes ne relèvent pas du Congrès, mais des services armés eux-mêmes, dominés par des entrepreneurs privés et parfois même par des fonctionnaires du Ministère de la Défense. Ici, Wilson dit à Davis qu’il a appris que ce programme de récupération des crashes d’ovnis semble avoir été enterré dans d’autres programmes d’accès spécial, n’appartenant pas à l’organisation standard de la manière dont ces programmes sont configurés. Il a été mis à part.

Wilson a ensuite mentionné quelques autres noms à cet égard, Paul Kaminski, le Général Michael Kostenik et Judith Daley, sous-secrétaire adjointe à la Défense pour le développement avancé, OUSDAT. En dehors de cela, il a découvert ce groupe d’archives inhabituelles. Les informations budgétaires qu’il avait découvertes semblaient très élevées, mais il a dit que c’était peut-être des erreurs dans la manière dont les budgets étaient rapportés.

Davis a ensuite tenté d’arriver au point principal: dans quel compartiment SAP l’avez-vous trouvé?

La réponse de Wilson était « secret de base – je ne le dirai pas« .

Davis: nom de code?

Wilson: secret de base.

Davis: qui était le contractant du projet ou l’agence gouvernementale qui a dirigé le programme?

Wilson: un entrepreneur de premier plan en technologie aérospatiale.

Davis: qui?

Wilson: secret de base.

Davis demande des indices.

Wilson: désolé, non.

Ensuite, l’histoire atteint son apogée. Wilson a déclaré avoir « téléphoné à trois reprises au responsable du programme – l’un des appels était une téléconférence avec le Directeur de la Sécurité et l’avocat de l’entreprise ».

Ces personnes n’étaient pas heureuses d’avoir des nouvelles de Wilson. Il a dit que tous avaient un ton « dur » avec lui et étaient confus quant à la raison pour laquelle il les recherchait et à ce qu’il voulait savoir. Wilson a déclaré qu’ils étaient « agités » et « surpris ».

Wilson les informa qu’il avait lu l’enregistrement de leur programme dans le groupe d’enregistrements du programme spécial OUSDAT « et qu’il voulait en savoir plus sur leur programme de crash d’ovni, quel était leur rôle dans cela, ce qu’ils avaient, etc… » Il a également « demandé s’ils avaient entendu parler de MJ -12 ou un code d’organisation similaire lié à un vaisseau ovni écrasé / récupéré. ”

C’est un moment tout simplement à couper le souffle ici. Vous avez le directeur adjoint du renseignement pour les chefs d’état-major interarmées qui essaie de s’enquérir d’un programme de récupération d’accident d’ovni en contactant la société de sous-traitance privée qui semblait en être responsable. Rappelez-vous qu’il s’adresse au responsable du programme, au directeur de la sécurité et à l’avocat de la société.

Wilson a dit aux trois personnes qu’il avait demandé une séance d’information officielle sur ce programme et qu’il le faisait sous son autorité en tant que directeur adjoint de la DIA et chef d’état-major interarmées adjoint J-2. C’était un oubli qu’ils devaient corriger, a-t-il déclaré.

Leur réponse était intéressante: ils avaient besoin de discuter de cela puis de le recontacter. Ils organiseraient une réunion en personne et régleraient la question de cette façon.

La réunion a eu lieu environ dix jours plus tard, à la mi-juin 1997, selon Wilson. Il s’est « envolé » vers une salle de conférence dans « un coffre-fort sécurisé ». Il y a rencontré les trois personnes. Le directeur du programme, l’avocat de l’entreprise et le directeur de la sécurité, dont il a dit qu’il avait été à la retraite de la NSA et était un expert du contre-espionnage.

Ils se sont appelés le comité de surveillance ou les gardiens. Cela était dû au fait que, quelques années auparavant, l’ensemble du programme avait été pratiquement interrompu au cours d’une enquête d’audit du Pentagone. Ils étaient là pour s’assurer que le programme reste ultra secret. A cette occasion, ils avaient été obligés d’informer l’enquêteur du gouvernement sur le programme. À la suite de cet épisode, ils ont en quelque sorte conclu un accord formel avec le Pentagone pour empêcher cela à l’avenir.

Cela signifiait des contrôles extrêmement stricts pour permettre à tout le personnel du gouvernement américain de participer au programme. Le statut public ou le rang n’étaient pas pertinents. Vous ne pouvez entrer que si vous répondez à des critères non spécifiés déterminés par le comité de surveillance.

Comme Wilson l’a dit, « leur chemin ou l’autoroute ».

Il était fou. Ce groupe fonctionnait sans surveillance appropriée de la part d’agences gouvernementales américaines légitimes. De plus, il a appris que le but de la réunion était de lui refuser l’accès. Ses pouvoirs et son autorité gouvernementale étaient appropriés et valides, et il ne figurait pas sur la « liste des bigots ». Ce terme, dans le monde classifié, désigne les personnes qui sont libérées du besoin de savoir. On a dit à l’amiral qu’il n’avait pas besoin de savoir.

Cela a provoqué une certaine colère. Apparemment, Wilson avait effectivement l’autorité légale requise pour exiger ce qu’il demandait. Mais cela n’avait pas d’importance!

Maintenant cette partie est intéressante. En réponse aux arguments de Wilson, ils ont sorti leur liste « Bigot », mise à jour pour la dernière fois en 1993, quatre ans plus tôt. Wilson n’a donné aucun nom à Davis, mais il a déclaré que c’étaient presque tous des employés de la société. Il n’a reconnu aucun nom militaire, aucun politicien, aucune personne de la Maison-Blanche, aucun membre du Congrès, ni même aucun membre du personnel du Congrès. Il n’a reconnu personne des administrations Clinton ou Bush Sr. Une petite poignée de noms étaient des officiels du Pentagone qu’il connaissait.

Ensuite, ils ont donné plus de détails. Le responsable du programme a déclaré à Wilson qu’il ne s’agissait pas d’un programme d’armement, ni d’un programme de renseignement, ni d’opérations spéciales ni d’un programme de logistique. Quand il a demandé ce que c’était, le directeur du programme a gémi. Mais le directeur de la sécurité et l’avocat de la société ont dit que c’était bon, il pouvait le lui dire.

Ils ont dit à Wilson « que c’était un programme de rétro-ingénierie » de « matériel technologique » récupéré dans le passé. Il se demandait, humm… rétro-ingénierie de la technologie soviétique ou chinoise? Ils ont dit non, pas ça.

Ils avaient un engin intact qu’ils croyaient capable de voler.
C’est intéressant.
(a) il est intact et (b) ils n’avaient pas encore trouvé comment le faire voler, car ils « croyaient » pouvoir le faire.

Ils ont clairement fait savoir à Wilson qu’ils « ne savaient pas d’où il venait », alors qu’ils avaient des idées à ce sujet, mais que « c’était une technologie qui n’était pas de cette Terre – ni fabriquée par l’homme – ni par des mains humaines ».

Ils ont également indiqué que ce projet se poursuivait « depuis des années et des années » avec des progrès « extrêmement lents » avec « peu ou pas de succès ». Il y avait un « pénible manque de collaboration » avec le monde extérieur et un très petit nombre d’individus habilités, entre 400 et 800.

Wilson a posé des questions spécifiques relatives à l’histoire des ovnis tels que Roswell, MJ-12 et d’autres, mais il n’a pas eu de réponse. Wilson a dit qu’il se plaindrait auprès de la hiérarchie et qu’ils disaient: allez-y, faites ce que vous estimez devoir faire. Cela ne les a clairement pas dérangés.

La réunion s’est interrompue à ce moment-là. Wilson s’est plaint auprès du Comité de Surveillance du Programme d’Accès Spécial (SAPOC) qui lui a répondu « désolé ». Ils étaient du côté de l’entrepreneur, donc Wilson n’avait pas de chance. Il devait immédiatement laisser tomber l’affaire et l’oublier. Une fois encore, il s’est fâché. Puis ils ont menacé sa carrière. S’il ne se conformait pas à cette règle, il ne bénéficierait pas de la promotion au poste de Directeur de la DIA, il prendrait une retraite anticipée et perdrait probablement une ou deux étoiles en cours de route.

En janvier 1998, Wilson s’est entretenu avec Jacques Gansler (décédé en décembre 2018), qui avait été nommé à la tête de la division des acquisitions et de la technologie. Wilson a dit à Davis que Gansler avait été informés par quelqu’un, ce qui l’a apparemment surpris. Davis a demandé, qu’est-ce qu’il a dit?

La réponse de Wilson ici est certainement intéressante. « Les ovnis sont réels, les soi-disant enlèvements extraterrestres ne le sont pas. » Gansler a alors dit de laisser tomber l’affaire. Il n’y aurait plus de discussion à ce sujet.

C’était essentiellement toutes les notes, sauf que Davis demandait à Wilson s’il rencontrerait Hal Puthoff ou le Dr Kit Green, et que Wilson semblait indiquer que ce n’était probablement pas le cas.

Ce sont les bases de ce qui est dans ces notes, et bien sûr, ils sont à la lecture de quiconque maintenant et je suis sûr qu’ils seront analysés par beaucoup.

C’est une fuite d’informations extrêmement importante. Cela indique clairement ce que de nombreux chercheurs discutent depuis longtemps. Qu’il existe un programme profondément classifié au sein de la structure labyrinthienne du système du département américain de la défense, caché à l’abri de toute surveillance significative, et étudiant au moins un ovni étranger.

Il est important de noter que ces notes ne mentionnent pas la récupération de corps extraterrestres. Apparemment, Wilson n’a pas été informé de cela. Bien sûr, des informations sur des corps extraterrestres ont été extraites de plusieurs excellentes sources, et quelques unes me sont parvenues au fil des ans. Mais ce que nous avons ici est un aperçu d’un programme extrêmement important pour étudier la technologie extraterrestre.

Il est intéressant de noter que, dans ce scénario, la compréhension de la technologie a été douloureusement lente. Cela semblerait sûrement remettre en question certaines des revendications les plus spectaculaires de progrès secrets du budget noir. Des histoires comme le véhicule de reproduction extraterrestre, par exemple, pour ne rien dire de plus incroyables affirmations faites par des gens au fil des ans. Ce n’est pas que certaines de ces autres demandes soient donc invalidées par les documents de Wilson. Idem avec l’affirmation que les ovnis sont réels mais pas les enlèvements extraterrestres. Ce que nous savons, c’est que cela a été dit à Wilson par une personne informée. Ce que nous ne connaissons pas, c’est la véracité ou l’exactitude. A-t-on dit à Wilson que les enlèvements n’arrivent pas parce que cela était considéré comme encore plus sensible? Juste des spéculations, mais l’essentiel est de garder toutes ces possibilités à l’esprit.

Ce que nous avons finalement est une déclaration très puissante d’un petit groupe de personnes, Eric Davis, Hal Puthoff, Kit Green, Edgar Mitchell et quelques autres sans doute, travaillant d’arrache-pied pour en apprendre le plus possible sur la nature profonde de l’embargo sur la vérité ovnis et vraiment trouver le filon avec l’amiral Wilson.

Il ne sert à rien de nier la réalité de la rencontre entre Davis et Wilson, ni de supposer autre chose que de dire que Wilson était complètement véridique avec Davis. Les notes parlent d’elles-mêmes.

Il sera intéressant de voir comment tout cela se déroulera. Il y a la communauté des ufologues et ceux qui suivent cette communauté, qui est assez petite. Je peux vous garantir que cette communauté intégrera désormais ce document dans son tableau d’ensemble. La vraie question est de savoir comment cela affectera la culture au sens large.

En ce moment, nous nous dirigeons dans une direction très bien définie vers une forme de divulgation des ovnis. Je l’appelle divulgation contrôlée car, eh bien, elle a été étroitement contrôlée pour produire un effet particulier sur le phénomène. Une chose qui est définitivement exclue de ce récit est la nature de la dissimulation. La divulgation contrôlée a impliqué un repositionnement des ovnis en quelque chose de très mystérieux, peut-être d’un autre monde ou peut-être pas. C’est une fiction, une fiction commode et peut être utile pour faire passer le message au grand public, mais une fiction néanmoins.

Mais ces notes mettent tout cela de côté. Nous voyons ici un véritable secret incontrôlé. Pas de surveillance. Des responsables militaires et gouvernementaux en colère et contrariés qui avaient franchement le droit de se fâcher. Cela signifie l’existence d’un monde vraiment secret.

Cela fait des années que je soutiens que si nous voulons une société en bonne santé, nous devons prendre les choses en main. Nous devons reconnaître qu’il existe un écart énorme entre la vérité officielle et la réalité. Nous devons cesser de nous mentir à nous-mêmes et de laisser d’autres nous mentir.

Ce n’est pas qu’il n’existe aucune cause réelle de secret dans ce monde. Je ne connais pas beaucoup de gens aussi naïfs. Mais le secret, en particulier le secret à long terme d’une information qui a un grand pouvoir de transformation, ce genre de secret est un cancer pour notre bien-être social. Il oblige les pouvoirs en place à continuer à mentir encore et encore et il nous fait apprendre à ne pas faire confiance à notre propre jugement, à nos propres sens lorsque nous voyons ou apprenons quelque chose, sinon il nous entraîne à nous méfier de notre establishment, parce que nous savons qu’il nous ment. C’est un mauvais chemin. Ce n’est sain pour aucune société et il faut que cela cesse.

Les mensonges peuvent dominer une société pendant longtemps, mais ils sont finalement exposés. Chaque mensonge a une vie finie. En fin de compte, la vérité l’emportera toujours.

Avoir accès à la vérité ne garantit pas que nous réglerons tous nos problèmes. Ce n’est jamais facile. Mais ne pas avoir accès à la vérité garantit que nous ne pourrons jamais les résoudre, car nous n’aurons jamais accès aux informations dont nous avons besoin pour les résoudre.

Je sais que les personnes impliquées dans cette fuite ne sont pas satisfaites de sa publication. Mais je voudrais simplement leur rappeler que la postérité finira par en bénéficier.

Cela devait sortir.

Richard Dolan
8 juin 2019

Traduction Jacky Kozan, le 21 juin 2019.

Publié par

Jacky Kozan

Fondateur et coordinateur de l'Académie d'Ufologie