Interview de Nick Pope dans « Mom’s Favorite READS eMagazine »

Interview de Nick Pope
par T.E. Hodden de « Mom’s Favorite READS eMagazine« .
Avril 2020
Source
(pages 31 à 34)

 

 

Il y a beaucoup d’auteurs de romans qui se sont inspirés de leurs expériences, travaillant dans le secteur de la défense, mais je pense qu’il est juste de dire que Nick Pope, auteur de thrillers à succès comme Blood Brothers et Operation Thunder Child, a des expériences qui sont quelque peu uniques. Aujourd’hui, c’est un visage familier, un grand spécialiste des théories du complot, il est apparu dans toutes sortes d’émissions de télévision, dans des articles de presse et lors de conventions, mais dans les années 1990, il a dirigé le projet du gouvernement britannique de recherche sur les ovnis et autres étrangetés.

 

Salut Nick, pouvons-nous poser des questions sur votre parcours? Comment vous êtes-vous impliqué dans le MOD?
Mon père était au Ministère de la Défense à un niveau supérieur et nous avons plaisanté en disant que c’était « l’entreprise familiale », il était donc naturel pour moi de le suivre dans la fonction publique. L’ironie, c’est que je savais très peu de choses sur le travail, car même en famille, mon père prenait son serment de confidentialité très au sérieux et parlait rarement de ce qu’il faisait. Je pense que cela a probablement ajouté à ma fascination!

Et comment avez-vous fini par vous impliquer dans l’enquête sur les ovnis?
Il y a des milliers d’emplois au MoD et beaucoup d’entre eux sont relativement peu passionnants, traitant de sujets qui vont de la politique de retraite des Forces Armées à l’introduction d’un nouveau design de bottes pour l’armée. Mais j’ai eu la chance d’être détaché au Joint Operations Center pendant la guerre du Golfe Persique (parce que j’avais une habilitation de sécurité très élevée) et pendant que j’y étais, j’ai attiré l’attention d’un gestionnaire qui allait ouvrir un nouveau poste – le travail sur les ovnis!

À quoi ressemblait une journée de travail moyenne? Y avait-il une journée moyenne?
Je sais que c’est un cliché, mais c’était dans l’un de ces messages mentionnant qu’il n’y avait pas deux jours identiques. Parce que c’est un domaine dirigé par les événements, je n’ai jamais su ce qui nous attendait et ce que le prochain rapport d’observation pourrait impliquer – ni même où mes investigations pourraient m’emmener. Et puis il y avait le côté recherche des choses, qui pourrait impliquer de fouiller dans notre vaste archive de rapports historiques, d’examiner une observation à l’étranger via le personnel de l’ambassade britannique, ou impliquer de faire une analyse des tendances, à la recherche de modèles potentiellement significatifs dans les données. Et nous n’avons jamais su ce qui allait arriver soudainement et de manière inattendue du côté de la politique:
– une question posée au Parlement, ce qui signifiait que nous devions tout laisser tomber et rédiger rapidement une réponse et faire une réunion de fond avec le Secrétaire à la Défense;
– une enquête médiatique où nous devions rédiger des « messages clés » et des « lignes défensives à prendre » pour le bureau de presse;
– ou même une lettre d’un enfant qui fait un travail scolaire sur les ovnis. Nous essayons toujours d’être utiles et amicaux.

Les médias vous appelaient le « vrai Fox Mulder » (des X-Files), était-ce une description juste?
C’est une désignation difficile. J’étais irrité au début, car je pensais qu’assimiler un programme gouvernemental sérieux à un drame fictif, banalisait notre travail. Mais je me suis vite rendu compte que c’était une attitude étouffante et que je devrais me détendre et voir la comparaison avec un peu de plaisir. Plus tard, j’ai travaillé comme porte-parole pour Fox et rencontré David Duchovny lors de la première britannique du deuxième film X-Files. Chris Carter m’a dit qu’il était bien au courant de mon travail et c’est à peu près à cette époque que j’aidais le gouvernement britannique à promouvoir la publication de nombreux fichiers d’ovnis sur lesquels j’avais écrit et travaillé. Bien sûr, il y a de grandes différences entre les faits et la fiction (en particulier avec certains des épisodes du « Monstre de la Semaine »), mais oui, nous avons enquêté sur les ovnis et oui, à travers cela nous nous sommes entraînés dans d’autres mystères et des « trucs bizarres » comme les crop circles, les enlèvements extraterrestres, les observations de fantômes sur des bases militaires et même la question de savoir si les pouvoirs psychiques étaient réels et pourraient être utilisés dans le travail de renseignement. Alors parfois, l’art imite bien la vie!

Alors, où votre carrière vous a-t-elle mené ensuite?
J’ai été promu du poste « ovni » à un poste de politique financière, ce qui était plus intéressant que cela puisse paraître et impliquait, entre autres choses, de négocier avec des sociétés de cinéma et de télévision qui voulaient utiliser des ressources militaires dans des films et des émissions de télévision.
Et après cela, j’ai de nouveau été promu à un poste de politique de sécurité, où la lutte contre le terrorisme était au cœur de la plupart de nos activités. Cela impliquait toutes sortes de choses fascinantes, y compris quelques courts voyages dans des endroits comme le Kosovo et l’Irak; une expérience intéressante pour un employé civil comme moi. Après cela, j’ai pris une retraite anticipée et travaille maintenant en tant que diffuseur et journaliste ainsi qu’en tant que consultant et porte-parole sur divers films, émissions de télévision et jeux vidéos sur le thème des extraterrestres.

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur votre autobiographie « Open Skies, Closed Minds »?
C’est un peu ancien maintenant, pour être honnête. Le livre a été écrit il y a 25 ans et il est antérieur à la déclassification et à la publication des fichiers ovnis du MoD (un programme dont j’étais le fer de lance et dont je suis sorti pour prendre ma retraite), Il y avait donc des limites à ce que je pouvais dire. Je ne suis pas un dénonciateur, je respecte mon serment de sécurité, et je dois soumettre les manuscrits de mes livres pour une autorisation de sécurité, donc « Open Skies, Closed Minds »
a donné aux gens un aperçu, mais il y a eu beaucoup de non-dit. Et bien sûr, beaucoup d’eau est passée sous les ponts depuis sa publication: au cours des 2 dernières années seulement, nous avons vu d’énormes développements tels que la sortie de 3 vidéos de jets de l’US Navy chassant des ovnis, couplées aux révélations concernant le projet de recherche AATIP (Advanced Aerospace Threat Identification Program) du Pentagone, qui a examiné certains aspects du phénomène ovni.

Vos romans de science-fiction Operation Thunder Child et Operation Lightning strike ont été bien accueillis. Avez-vous toujours été fan du genre?
Oui. J’ai lu très tôt les classiques de H.G. Wells La guerre des mondes et La machine à voyager dans le temps et, plus tard, j’ai lu des romans de science-fiction d’auteurs tels que Isaac Asimov, Frank Herbert et Connie Willis. De plus, enfant, j’ai regardé et apprécié des films de science-fiction classiques tels que The Day the Earth Stood Still (Le jour où la Terre s’arrêta), Forbidden Planet et This Island Earth.

De quel genre de livres et de spectacles étiez-vous fan, en grandissant?
Mes parents m’ont encouragé à lire dès mon plus jeune âge. Cela comprenait beaucoup d’histoires de la mythologie grecque et de Sherlock Holmes, ainsi que des classiques d’auteurs tels que Robert Louis Stevenson, Lewis Carroll, C.S. Lewis, Tolkien et bien d’autres. Quand j’étais plus âgé, j’ai découvert George Orwell et j’ai également développé un amour pour les biographies, les histoires militaires et les thrillers. En ce qui concerne les émissions de télévision, j’ai toujours aimé les séries de science-fiction classiques comme Star Trek et Doctor Who.

Certains de nos lecteurs vous ont peut-être vu dans les campagnes médiatiques pour toutes sortes de films et d’émissions, de X-Files et Super 8 à Alien Covenant et Torchwood. Est-ce une orientation que vous attendiez de votre carrière?
Absolument pas! Mais maintenant, je fais beaucoup de travail de conseil et de porte-parole, souvent pour apporter un peu de réalisme aux projets en termes de réponse à des questions telles que « comment le gouvernement réagirait-il vraiment à quelque chose comme ça? ». Et puis, dans la campagne de marketing, discuter des similitudes et des différences entre les faits et les fictions. L’astuce consiste à s’amuser et à se souvenir qu’Hollywood consiste à divertir les gens, donc c’est génial d’être ancré dans la réalité, mais vous ne pouvez pas laisser cela devenir un facteur restrictif: les scénaristes et les réalisateurs doivent être capables de faire des bonds créatifs. Lorsque vous voyez des phrases comme « Basé sur une histoire vraie » et « Inspiré par de vrais événements », cela ne signifie pas que vous êtes sur le point de regarder un documentaire!

 

Nick Pope on the 7-Eleven « Super 8 Check
in to Space » promotion. © AP Images.

 

Avez-vous des souvenirs préférés de ce côté de votre carrière?
Rencontrer les acteurs de The X-Files était intéressant, et j’ai eu une expérience similaire à Hollywood avec Super 8. Mais j’apprécie vraiment chaque projet. Ce que j’aime vraiment, c’est quand je suis impliqué dans un film qui raconte un classique moderne, comme The Day the Earth Stood Still (Le jour où la Terre s’arrêta). Ce sont de grands projets car vous avez de solides explications à fournir. Mais les bons scénaristes, réalisateurs, acteurs et autres professionnels du cinéma / de la télévision trouveront toujours des moyens nouveaux et créatifs pour mettre à jour une histoire classique et la rendre pertinente de nos jours, comme nous le voyons, par exemple, avec la nouvelle série Fox TV « Guerre des mondes« , avec Gabriel Byrne.

Pensez-vous que la science-fiction et ses histoires inspirent de l’intérêt pour la science?
Je voudrais dire « oui », car ce serait une bonne chose, mais je pense que c’est plus complexe. Certaines personnes peuvent graviter vers la science, tandis que d’autres gravitent vers la fiction! Mais amener n’importe qui dans la science est une bonne chose, donc même si cela ne se produit pas toujours, quand c’est le cas c’est formidable. Par exemple, je suis conscient qu’un certain nombre de femmes ont décidé de poursuivre des études et des carrières scientifiques, inspirées par la représentation de Gillian Anderson dans Scully, volontaire et intelligente, dans The X-Files.

Alors, que pouvez-vous nous dire sur Blood Brothers?
Bien que je sois surtout connu pour mon travail gouvernemental sur le phénomène ovni et pour mes romans de science-fiction, je voulais écrire un thriller basé sur le terrorisme, les forces spéciales et les agences de renseignement, avec une référence particulière à la politique, aux communautés du renseignement, aux militaires et aux attaques terroristes. Inutile de dire que je devais être très, très prudent lors de l’écriture de ce roman, afin de ne pas m’égarer par inadvertance dans des zones classées. J’étais donc extrêmement reconnaissant au Ministère de la Défense pour leur contrôle minutieux de la sécurité de mon manuscrit. Je considère Blood Brothers comme ma meilleure écriture à ce jour et je pense sincèrement que cela donne aux gens une perspective réaliste d’initiés sur le contre-terrorisme et le renseignement, tout en étant un thriller rapide et percutant. J’espère que cela deviendra un film ou une mini-série télévisée à un moment donné.

Si cette interview a intrigué les lecteurs, où peut-on en savoir plus sur vos travaux?
Mon site Web www.nickpope.net contient des informations sur mon travail gouvernemental et mes livres, tandis que mon compte Twitter @nickpopemod est l’endroit où j’ai tendance à publier les dernières nouvelles.

Y a-t-il d’autres projets que nous devrions surveiller?
Je ne peux pas dire grand-chose sur les projets à venir, parce que les choses ont tendance à être tenues très serrées jusqu’à ce que des annonces officielles soient faites, mais j’ai des projets de films et de télévision très excitants à l’horizon, dont certains impliquent que j’accueille des documentaires télévisés et d’autres sont des émissions (réalité et fiction) que j’ai créées ou co-créées. Et je suis sûr que j’écrirai plus de livres aussi, même si je ne suis pas en mesure de divulguer les détails à ce stade. Désolé d’être si cryptique!

Y a-t-il des organismes de bienfaisance ou de bonnes causes que vous souhaitez mentionner?
Ayant travaillé aux côtés des militaires pendant la majeure partie de ma carrière, j’ai une immense admiration pour les hommes et les femmes qui servent et pour leurs familles, donc sans vouloir désigner une seule organisation, je vais remercier tous ces organismes de bienfaisance et d’autres organismes qui travaillent pour soutenir les anciens combattants et leurs familles. « Tous en ont donné; certains ont tout donné ».

Monsieur Pope, au nom de la communauté de Mom (maman), merci.

Traduction de Jacky Kozan, le 07 avril 2020

 


 

 

Publié par

Jacky Kozan

Fondateur et coordinateur de l'Académie d'Ufologie