Il semble que le gouvernement des USA soit de nouveau à l’œuvre

Une interview de Robert Powell par Billy COX, « The UFO journalist ».

Information communiquée par Paul Stonehill le 20 septembre 2021

 

 

 

Robert Powell est Directeur de la Recherche à MUFON depuis 2007 et il est également à la tête du Science Review Board de MUFON. Il est un enquêteur de terrain actif dans l'État du Texas, ayant mené à bien plus de 120 enquêtes, et il est membre de la Star Team de MUFON. Il est l'un des deux auteurs du rapport radar/témoin détaillé sur les lumières de Stephenville. Robert est également membre de la Society for Scientific Exploration, de la National Space Society et de l'Académie d'Ufologie. Robert est actif avec les demandes FOIA auprès de diverses organisations gouvernementales pour obtenir des informations sur des cas historiques et est co-auteur d'un livre publié en juillet 2012 : UFOs and gouvernment : A Historical Inquiry. Robert réside actuellement à Austin, au Texas.

Robert est titulaire d'une licence en chimie. Il a passé 28 ans dans la gestion de l'ingénierie dans l'industrie des semi-conducteurs de 1978 à 2006. Tout en travaillant chez Advanced Micro Devices, il a suivi de nombreux cours internes liés à la physique des dispositifs, à la conception d'expériences et à l'analyse statistique. Il a aidé Advanced Micro Devices à développer sa première technologie de mémoire flash qui est utilisée aujourd'hui dans les cartes flash des appareils photo, des PC, des caméras vidéo et d'autres produits. Son expérience comprend la gestion d'un laboratoire de chimie de pointe et la gestion d'un groupe de recherche et développement qui a travaillé sur la nanotechnologie en utilisant des microscopes à force atomique, la microscopie optique à champ proche et d'autres techniques. Robert est également codétenteur de quatre brevets liés à la nanotechnologie.

Note de JK: Robet Powell est membre de l'Académie d'Ufologie depuis octobre 2012.

Une évaluation approfondie, crédible et transparente du phénomène OVNI nous obligera à tenter l’impensable – et à échapper à notre propre histoire.

Dans une atmosphère politique si toxique et si noire que personne ne peut s’accorder sur la couleur de la fumée, une paire improbable de propositions bipartites du Congrès pourrait s’avérer être la législation la plus importante de notre époque. N’y mettez pas encore votre fourchette – ce n’est pas une affaire réglée. Et ne faites pas sauter le bouchon – si elle devient loi, ce n’est que le dernier échelon de l’échelle de la responsabilité. Mais il semble qu’enfin, après plus d’un demi-siècle de déni et de subterfuge, notre dilemme de longue date sur les ovnis va devenir un élément structurel de l’agenda national.

Le mois dernier, s’appuyant sur une disposition d’un projet de loi sur les dépenses piloté par son homologue républicain Marco Rubio en 2020, le Président de la Commission du Sénat sur le Renseignement, Mark Warner (D-VA), a introduit le S. 2610 dans la loi d’autorisation du renseignement pour 2022. Intitulé « Support For and Oversight Of Unidentified Aerial Phenomena Task Force », ce texte ordonne au Secrétaire à la Défense et au Directeur du Renseignement National (DNI) de communiquer immédiatement les données relatives aux ovnis à l’UAP Task Force du Pentagone, qui existe depuis un an. À partir de là, elle demande à l’UAPTF de produire des mises à jour trimestrielles « pour les commissions appropriées du Congrès ».

Mais la Chambre des représentants a fait monter les enchères il y a quelques jours.

Dans son « National Defense Authorization Act for Fiscal Year 2022 », le H.R. 4350 appelle à la suppression pure et simple de l’UAPTF. À sa place, dans les 180 jours suivant l’adoption de la loi, le Secrétaire à la Défense travaillera avec le DNI pour établir un bureau officiel de recherche sur les ovnis. Et, au plus tard le 31/12/22, ce projet conjoint devra présenter « aux commissions appropriées du Congrès un rapport sur les phénomènes aériens non identifiés ». La liste des tâches à accomplir comprend des procédures de signalement et de catalogage standardisées dans toutes les branches du service, la coordination avec d’autres agences fédérales, le partage d’informations avec les alliés internationaux, « l’évaluation des liens entre PANs] et les gouvernements étrangers adverses » et la publication de rapports annuels aux commissions du Congrès, au moins jusqu’à la fin de 2026.

Mais ce n’est qu’à la page 2 de l’imprimé, aux paragraphes (c)(2)(I) et (J) de la Sec. 1652, que les feux rouges commencent à clignoter. Ces clauses exigent des mises à jour sur « tout effort en cours sur la capacité de capturer ou d’exploiter les PANs découverts », ainsi qu' »une évaluation de tout effet sur la santé des personnes qui ont rencontré des PANs ».

Relisez cela. C’est un champ de mines.

Il reste à voir quels éléments auront force de loi. Mais il est clair qu’il se passe quelque chose d’important.

« Cela semble presque trop beau pour être vrai. D’un point de vue général, c’est vraiment significatif, parce que le Congrès n’a jamais dit : « OK, créez quelque chose qui va nous donner des informations. Même le projet Blue Book ne l’a pas fait », déclare le chercheur Robert Powell, faisant allusion à l’étude de l’armée de l’air qui a tiré les rideaux et éteint les lumières en 1969. « Blue Book a été purement réalisé par l’Air Force de son propre chef, et nous savons comment cela a tourné ».

Membre du conseil exécutif de la Coalition scientifique civile à but non lucratif pour les études sur les PANs Powell est co-auteur de UFOs and Government : A Historical Inquiry, et un analyste clé d'affaires très médiatisées telles que Stephenville 2008, l'incident du Nimitz Tic Tac 2004, et le mystère d'Aguadilla 2013 impliquant un OVNI filmé affichant des propriétés de transmédium. Bien qu'encouragé par la récente tournure des événements au Capitole, M. Powell se demande ce qui motive réellement les législateurs, en particulier avec les allusions de la proposition de loi aux effets sur la santé et aux récupérations d'ovnis.

« La plupart des agences gouvernementales n’anticipent pas les problèmes, elles sont plus réactives. Je soupçonne que (H.R. 4350) est une réaction à quelque chose qu’ils connaissent déjà », dit-il. « Ils sont probablement au courant des militaires qui ont eu des problèmes de santé après avoir été exposés à un PAN. Ont-ils mesuré les émissions électromagnétiques d’un PAN, peut-être dans la gamme des micro-ondes, ou le rayonnement gamma ? Que savent-ils ? »

Mieux encore, que savent nos rivaux ?

« Il y a une section distincte sur l’examen des liens avec des adversaires étrangers », dit Powell. « Mais si vous pensez que les PANs sont russes ou chinois, pourquoi ne pas dire ‘une mise à jour de tout effort en cours sur notre capacité à capturer et exploiter les phénomènes aériens non identifiés russes ou chinois découverts’ ? Cela ne me semble pas correct. Pour moi, ce point est là parce que votre préoccupation est que la Russie ou la Chine pourrait capturer l’un de ces PANs et découvrir quelque chose que nous n’avons pas. »

Est-ce que cela se produit ? Est-ce que cela s’est déjà produit ? Il est possible que nous ne le sachions jamais, même si le Congrès autorise la poursuite des enquêtes sur les ovnis et les PANS. Le projet de loi de la Chambre ne mentionne pas la divulgation des résultats aux contribuables ; la version du Sénat stipule seulement que les mises à jour trimestrielles au Congrès « seront soumises sous forme classifiée. »

Et qu’en est-il de la portée de ces recherches ?

En juin, conformément au mandat du Congrès de l’année dernière concernant l’UAPTF, le DNI a publié un maigre résumé de neuf pages sur l’activité des ovnis – tous les incidents étudiés, sauf un, étant désignés comme inexpliqués – enregistrée par les services fédéraux entre novembre 2004 et mars de cette année. Il y a quelques mois, sentant un changement dans la météo, l’astronome de Harvard et Extraterrestre : The First Sign of Intelligent Life Beyond Earth, Avi Loeb, a rejoint la foule grandissante. Il a fondé le projet Galileo dans l’espoir de développer des caméras terrestres capables d’acquérir des images détaillées d’objets anormaux dans l’espace proche et lointain. Selon le site Web du GP, ses recherches sont toutefois assorties d’une réserve importante :

« Le projet Galileo ne s’engagera pas dans des tentatives rétroactives d’analyse d’images ou de données radar existantes, ni ne spéculera sur des UAP, des observations ou des rapports anecdotiques antérieurs, car ceux-ci ne sont pas propices à des explications scientifiques validées par recoupement et fondées sur des preuves. »

Prétendre que rien ne s’est passé avant le 21e siècle, dit Powell, rend un mauvais service à la science.

« Le projet Galileo refuse de regarder en arrière dans le temps parce qu’il veut se séparer totalement de la communauté des ovnis, et je peux comprendre le ‘pourquoi’ derrière cela », dit-il. « Mais vous ne pouvez pas ignorer l’histoire. L’histoire vous en dit long sur les caractéristiques de ces objets, sur ce qu’il faut rechercher, sur les modèles, sur la façon de configurer votre équipement.

« À mon avis, sur la base de l’histoire, si l’armée est laissée à ses propres moyens, nous ne verrons jamais aucune des données capturées. Je doute que même le Congrès puisse nécessairement les voir toutes. Je suis convaincu que ce qu’ils ont rapporté au Congrès n’était pas tout ce qu’ils avaient – c’est probablement juste une petite fraction. Parce que même si nous obtenons quelque chose qui a été initié par le Congrès, les militaires vont garder les cartes sous le coude, et nous n’entendrons quelque chose que s’ils le veulent.

Selon M. Powell, la solution réside dans la science civile et le partage de données de source ouverte, au niveau national et international. Il explique que SCU collabore avec une poignée d’organisations américaines à but non lucratif, avec le groupe de recherche français Sigma 2 et avec des groupes de recherche civils sud-américains dont les gouvernements sont beaucoup moins secrets.

« Dans l’éventualité où nous aurions affaire à un premier contact, ce n’est pas l’État-nation qui devrait en être le moteur, mais l’ensemble de l’humanité, les représentants de cette planète », dit-il. « Nous avons tous droit à cette information, et nous devrions être préparés. Cela devrait être quelque chose de plus que les armées et les États-nations du monde entier qui se battent pour savoir qui en aura le contrôle. »

Le prix d’un seul F-18 Super Hornet est de 67,4 millions de dollars. Je me demande combien d’argent le Congrès allouera à une enquête sur le mystère qui a rendu la machine de guerre de Boeing obsolète ?


Traduction de Jacky Kozan, le 22 septembre 2021