Foo Fighters – Les pilotes de la Seconde Guerre mondiale ont été parmi les premiers à faire des rencontres aériennes inhabituelles

Les rencontres des pilotes d’aujourd’hui avec les PANs
ne sont pas nouvelles

Les pilotes de la seconde guerre mondiale ont été parmi les premiers
à faire des rencontres aériennes inhabituelles.

Graeme Rendall – 15 avril 2021

Source

Une série de rencontres entre des avions de chasse de l’US Navy et des phénomènes aériens étranges et inconnus (PAN) en 2004 et 2015, ainsi que des incursions plus récentes dans des zones d’exercice militaire américaines, ont suscité à la fois l’intérêt et le débat sur le sujet des ovnis depuis que les désormais célèbres vidéos FLIR sont tombées dans le domaine public en 2017. Bien sûr, ce n’était pas la première fois que des pilotes voyaient d’étranges objets volants de près, car de nombreux témoignages de pilotes militaires américains et britanniques envoyés dans les airs pour enquêter sur des observations d’ovnis ont été enregistrés depuis la fin des années 1940 et le début des années 1950.

Ce qui n’est généralement pas apprécié par ceux qui s’intéressent à ce sujet, c’est que même ces rencontres n’étaient pas la première fois que des équipages d’avions militaires étaient témoins de lumières étranges et d’engins encore plus étranges dans le ciel à courte distance. Dans certains cas, les pilotes ont même tiré sur ces mystérieux intrus aériens. Pour examiner correctement ces cas, il faut remonter à la seconde guerre mondiale et aux histoires de ce qui était connu à l’époque sous le nom de «  »Foo Fighters » ».

 

Contexte : Ce que vous savez sur les «  »Foo Fighters » » pourrait bien être erroné.

Demandez à la plupart des amateurs d’OVNIs de vous parler des « Foo Fighters » et vous entendrez probablement de vagues histoires sur les équipages de chasseurs de nuit de l’US Army Air Force qui ont vu des boules de lumière suivre leurs avions au-dessus de l’Allemagne pendant les derniers mois de la seconde guerre mondiale. Ils citeront peut-être le dessin animé Smokey Stover, populaire parmi les équipages de l’époque, comme étant à l’origine du nom « Foo Fighter ». Certains peuvent même citer des cas du théâtre d’opérations du Pacifique, datant eux aussi de la dernière année de la guerre, où des équipages ont vu des « boules de feu » suivre leurs B-29 Superfortresses lors de missions au-dessus du Japon.

 

Bien qu’il s’agisse d’un bon début, le récit établi concernant les « Foo Fighters » a été largement incorrect depuis aussi longtemps que je me souvienne, en particulier lorsqu’il s’agit de déterminer quand le phénomène a commencé. Si vous prenez un livre sur les OVNI qui traite du sujet, on vous dira probablement que les observations de « Foo Fighters » ont commencé fin novembre 1944, lorsque le terme a été inventé par un membre du 415e escadron de chasseurs de nuit en poste en France. C’est à un article paru dans l’édition de décembre 1945 de l’American Legion Magazine que nous le devons. Il énumère les rapports de feux mystérieux du 415th NFS (Night Fighter Squadron) à partir de novembre 1944, en précisant que « c’est ainsi qu’ils ont commencé ». Les auteurs des années 1950 et 1960 ont semblé prendre cette déclaration pour argent comptant, et c’est ainsi que la légende des « Foo Fighters » a commencé sur une fausse prémisse.

Ce que l’on sait moins, c’est que les équipages des bombardiers de la Royal Air Force avaient signalé des lumières étranges, des objets lumineux et de grands « aéroformes » dans le ciel allemand depuis mars 1942. Le petit nombre de chercheurs en matière d’OVNI qui ont étudié le sujet en profondeur ont découvert un grand nombre d’observations dans le monde entier à partir de 1942, bien que si vous cherchez bien, vous trouverez également des rapports de lumières étranges remontant à l’époque de l’invasion allemande de la Belgique en mai 1940. Bien que les équipages de chasseurs de nuit américains aient utilisé le terme « Foo Fighters », le phénomène était connu sous de nombreux autres noms avant que cette expression ne soit inventée. Des termes tels que « météores » et « fusées » étaient souvent utilisés dans les rapports officiels, mais de nombreux pilotes de la RAF appelaient simplement le phénomène « la lumière » ou « la chose ». Ce que l’on ne sait pas non plus, c’est que les lumières n’étaient pas les seuls objets que les équipages des avions ont déclaré avoir vus. D’énormes objets cylindriques avec des hublots, des « baignoires » inversées et d’énormes « couvertures » ont également été aperçus.

"Vous devez être fous ! Personne là-haut à part votre propre avion. Vous ne voyez rien, n'est-ce pas ?" - Réponse d'une station radar terrestre à un pilote de chasse de nuit américain après le signalement de lumières étranges, novembre 1944.

Au cours des douze derniers mois, j’ai réexaminé et réévalué les cas connus de « Foo Fighters », et au cours de mes recherches, j’ai également découvert de nouvelles rencontres en vue de la rédaction d’un livre sur le sujet. La plupart des informations sont enfouies dans les dossiers des services de renseignement de l’armée de l’air et les journaux de guerre des escadrons, dont la plupart sont à peine lisibles en raison des ravages du temps sur le papier fragile utilisé en temps de guerre. Cependant, de nombreux cas n’ont jamais été reconnus officiellement, et les chercheurs doivent se fier aux journaux de bord des équipages et aux entretiens personnels, menés dans de nombreux cas des décennies après les événements évoqués. La grande majorité des témoins de la guerre sont aujourd’hui décédés, et un grand nombre d’entre eux ont emporté les détails de leurs observations dans leur tombe, choisissant de garder le silence sur leurs rencontres.

Il existe plus d’une centaine d’observations connues de « Foo Fighters » sur les trois principaux fronts de la seconde guerre mondiale (Europe occidentale, Méditerranée et Pacifique), mais des lumières étranges et des engins non identifiables ont également été observés en Afrique du Nord et sur le front oriental. Pour donner une idée des rencontres qui ont eu lieu pendant la guerre, voici trois de ces cas, qui se sont tous produits bien avant le début traditionnellement admis du phénomène des « Foo Fighters », en novembre 1944.

 "Plusieurs projectiles ont semblé pénétrer dans le disque lumineux, mais sans résultat, bien que l'objet soit bien à portée, à environ 150 mètres." - Rencontre en mars 1942 au-dessus de la vallée de la Ruhr, en Allemagne.

Un bombardier Vickers Wellington à équipage polonais revenait d’un raid sur Essen juste avant minuit le 25 mars 1942 lorsque le mitrailleur arrière de l’avion a repéré une lumière vive s’approchant de leur appareil. Cependant, au lieu d’un chasseur de nuit de la Luftwaffe, la lumière ressemblait à une grosse boule cuivrée et floue, de la taille de la Lune. S’approchant à moins de 200 mètres du bombardier, le mitrailleur a ouvert le feu, regardant impuissant ses balles traçantes pénétrer dans la boule de lumière sans effet visible. Elles ne sont pas ressorties de l’autre côté et n’ont pas infligé de dégâts notables. L’étrange lumière se dirige alors vers l’avant et se positionne à l’extrémité de l’aile bâbord du Wellington.

Les canons de la tourelle de nez de l’avion peuvent maintenant être utilisés pour tirer sur l’étrange lumière, et les deux artilleurs tirent sur ce que l’on croit encore être un chasseur de nuit de la Luftwaffe. Le pilote exécute une série de manœuvres d’évitement mais ne parvient pas à se débarrasser de la boule de lumière. Elle est restée à la même distance fixe, apparemment sans dommage, pendant plusieurs minutes, jusqu’à ce qu’elle vole finalement vers un point situé devant le Wellington, restant en place pendant quelques secondes avant de s’éloigner et de disparaître. Un autre équipage volant derrière le bombardier a également rencontré l’objet, mais a refusé de le signaler par peur du ridicule.

« En tournant brusquement et fortement, j’ai pu poursuivre la lumière en cercle jusqu’à ce que je puisse pointer mes quatre canons de 20 mm sur elle. Je l’ai fait plusieurs fois jusqu’à ce que mes munitions soient épuisées, mais à chaque fois, je n’ai observé aucun changement apparent dans le comportement de la lumière. » – Observation d’un pilote de chasse de la RAF en 1943

Au printemps 1943, au-dessus de l’Afrique du Nord, un pilote de chasse néo-zélandais a été suivi par une lueur rouge-orange, une lumière qui s’est ensuite déplacée pour se placer à l’extrémité de son aile, épousant chacun de ses virages, y compris une série de violentes manœuvres d’évitement destinées à déconcerter les attaquants potentiels. Profitant d’un décalage apparent avant que l’objet ne reproduise ses actions, il a réussi à tirer les canons de son Hawker Hurricane sur la lumière à quelques reprises, mais sans effet. Le pilote n’a pas pu distinguer quel type d’avion ou d’objet générait la lumière, tant elle était brillante. Elle s’atténuait au fur et à mesure qu’ils franchissaient la ligne de front, mais une fois les tirs passés, elle brillait avec son intensité initiale. Le mystérieux compagnon du pilote de la RAF a disparu lorsqu’il est rentré à la base. Il connaissait de nombreux collègues qui avaient également rencontré « la lumière ». Cette rencontre, semblable à bien des égards au désormais célèbre combat aérien du commandant David Fravor avec le « Tic Tac », est antérieure de plus de soixante ans à cet événement.

"Il était terrifié, blanc comme un fantôme. Quelque chose là-haut l'a effrayé, il était presque frénétique quand il est sorti de son avion". - C'était l'effet sur un équipier de chasse de nuit américain, octobre 1944.

Le 422e escadron de chasseurs de nuit de l’US Army Air Force a eu sa part d’observations à la fin de 1944 et au début de 1945, y compris un événement notable au-dessus de l’Allemagne occidentale au cours de la première semaine d’octobre 1944, lorsqu’un objet extrêmement rapide s’est accroché à la queue d’un des Northrop P-61 Black Widows de l’unité. La mystérieuse boule de lumière a suivi l’appareil de l’équipage alors que le pilote le lançait dans une violente série de manœuvres d’évitement. Malgré tous ses efforts, il ne parvient pas à se débarrasser de son poursuivant et, en désespoir de cause, plonge dans un banc de nuages. La boule de lumière ne l’a pas suivi. Des collègues de l’escadron ont déclaré que l’observateur radar du pilote avait été fortement ébranlé par cette expérience et qu’il « soufflait encore 24 heures plus tard ». La mystérieuse boule de lumière est officiellement enregistrée comme un intercepteur à propulsion par fusée Messerschmitt Me 163 Komet. Il y aura de nombreuses autres rencontres bizarres avec des lumières étranges avant la fin de l’année 1944.

 

Analyse : Les « Foo Fighters » étaient-ils des armes secrètes de l’ennemi ?

Le ciel nocturne au-dessus des villes industrielles d’Allemagne était rempli de lumières lorsqu’un raid était en cours. Des fusées éclairantes multicolores étaient larguées pour marquer les cibles et étaient remplacées pendant les attaques lorsqu’elles s’épuisaient. Les Allemands utilisaient des fusées leurres pour distraire les équipages de bombardiers de la RAF et les équipages de chasseurs de nuit de la Luftwaffe utilisaient des « fusées de chasse » pour distinguer les avions ennemis des nuages, les rendant ainsi plus visibles pour leurs collègues. On voyait souvent des boules de lumière explosives soudaines, accompagnées de lumières scintillantes, tomber lentement vers le sol. Les équipages de la RAF pensaient qu’il s’agissait de tentatives allemandes pour simuler l’abattage de bombardiers dans le but de baisser le moral des troupes. Surnommés « Scarecrows » (épouvantails), ils figuraient en bonne place dans les bulletins de renseignement et les équipages étaient encouragés à croire qu’il s’agissait effectivement d’une tactique de peur allemande. En réalité, il s’agissait d’avions descendus par la DCA et les chasseurs de nuit. Cependant, les équipages alliés étaient très familiers avec toutes ces fusées et ces lumières. Elles ne ressemblaient en rien aux « Foo Fighters ».

En raison du secret et de la censure en temps de guerre, la plupart des rapports sur les lumières étranges et les engins volants non conventionnels n’ont jamais été rendus publics, car ils auraient pu être des armes secrètes allemandes. En outre, les officiers de renseignement de chaque unité décidaient si ces rapports devaient être officiellement enregistrés puis envoyés à la chaîne de commandement pour analyse. Ils rejetaient souvent les témoignages des membres de l’équipage et leur demandaient plutôt s’ils avaient bu. Si des rapports officiels étaient enregistrés, les commentaires désobligeants et les moqueries des collègues suivaient, du moins jusqu’à ce qu’ils voient eux aussi quelque chose de bizarre et d’inquiétant. Les rapports sur les « Foo Fighters » qui existent ne représentent qu’une fraction d’un nombre beaucoup plus important d’observations.

"L'ennemi dispose de plusieurs roquettes terrestres, et l'introduction de roquettes antiaériennes semble être une évolution probable et logique". - Briefing de 1943 de l'Air Intelligence.

Le personnel du renseignement aérien britannique et américain était complètement désarçonné par les rapports d’objets volants étranges et les boules de feu qui suivaient les avions sans commettre d’actes hostiles. Les premiers rapports de 1942 et 1943, notamment des « fusées » qui modifiaient leur trajectoire lorsqu’elles poursuivaient des bombardiers de la RAF, ainsi qu’un objet de 200 pieds de long avec des lumières rouges espacées à intervalles réguliers sur sa longueur, étaient considérés comme des exemples de nouvelles armes secrètes allemandes. Les extraterrestres et les soi-disant « soucoupes volantes » sont encore à des années lumière de l’avenir et ils ne sont jamais considérés comme une explication possible. La plupart des rapports faisant état de lumières mystérieuses étaient considérés comme des leurres, des projecteurs aéroportés ou des missiles surface-air rudimentaires, des éléments que l’ennemi était censé développer à l’époque. Avec les informations disponibles, il s’agissait de suggestions rationnelles et sensées, mais avec le recul et une connaissance pratique de la recherche et du déploiement des armes allemandes en temps de guerre, ces suggestions étaient en fait bien loin de la réalité.

La RAF avait expérimenté l’installation de projecteurs sur les chasseurs de nuit, mais elle a constaté qu’ils aveuglaient les pilotes, rendant le projet inutile, et les Allemands ont refusé de consacrer des ressources à ce sujet, s’appuyant plutôt sur des installations au sol. Plusieurs projets de missiles sol-air ont été développés à la fin de 1943 et tout au long de 1944, mais de fréquents problèmes de moteur et de guidage, ainsi que des interférences politiques, les ont empêchés d’atteindre le statut opérationnel. La plupart des lancements d’essai sont des échecs. À partir de la mi-1943, des mortiers à roquettes air-air sont tirés sur les B-17 Flying Fortresses et les B-24 Liberators lors de raids de jour au-dessus de l’Allemagne par des chasseurs en défense, bien qu’une fois encore, ces armes ne soient jamais utilisées de nuit. La Luftwaffe a failli déployer un missile air-air filoguidé au début de 1945, mais l’usine produisant les moteurs de fusée a été détruite lors d’un raid de bombardement.

Lorsque la Luftwaffe a commencé à faire voler ses premiers intercepteurs à réaction et à fusée à l’automne 1944, les étranges lumières nocturnes ont été fréquemment appelées « jets » dans les documents officiels américains et britanniques. Et ce, bien que les équipages aient été témoins de boules de lumière et non d’avions et que, de toute façon, les Allemands n’utilisaient pas leurs avions à réaction ou leurs fusées de nuit à cette époque. Un petit nombre de chasseurs à réaction Messerschmitt Me 262s, convertis au rôle de chasseurs de nuit, ont participé à la défense de Berlin à partir de la mi-décembre 1944, mais ils n’ont jamais volé dans des zones où des chasseurs « Foo Fighters » ont été rencontrés. Le Me 163 Komet propulsé par fusée apparaît dans de nombreux rapports de combat des équipages de bombardiers de nuit de la RAF, mais il n’a jamais volé dans l’obscurité, car il était presque trop dangereux pour voler même de jour. Cependant, aucune de ces armes secrètes allemandes ne correspond aux rapports des témoins décrivant les manœuvres et les capacités des « Foo Fighters ».

"Les rapports de renseignement semblent indiquer qu'il est radiocommandé depuis le sol et qu'il peut suivre le rythme d'avions volant à 300 miles par heure." - Rapport d'un journal américain, 1945.

Qualifiés de nouvelles armes secrètes nazies, les rapports sur les « Foo Fighters » ont commencé à apparaître dans les journaux américains en décembre 1944, mais les experts de salon auxquels les rédacteurs en chef faisaient appel pour commenter ces articles étaient tout aussi ignorants que le personnel des services de renseignement aérien. Lorsque les forces terrestres alliées ont pénétré en Allemagne au printemps 1945, le nombre d’observations est tombé presque à zéro. Lorsque la guerre prend fin en mai 1945, les « Foo Fighters » semblent avoir disparu d’Europe occidentale, ce qui laisse penser qu’il s’agit bien d’armes secrètes allemandes. Cependant, l’examen des usines d’aviation et des installations d’essai capturées n’a rien trouvé qui ressemble aux « Foo Fighters ». Aucune des conceptions d’avions ou de missiles découvertes, ni aucun des plans de conception retrouvés, ne correspondait aux énormes capacités affichées par les boules de lumière. Les scientifiques et les techniciens capturés ont été interrogés, mais n’ont pas pu non plus faire la lumière sur cette affaire. Il s’est avéré que les Allemands étaient tout autant dans l’ignorance du phénomène que les Alliés.

Le centre de gravité de la guerre se déplaça vers le Pacifique, où des observations similaires d’étranges boules de lumière, imperméables aux tirs de mitrailleuses, avaient été observées depuis août 1944, bien que des rapports sporadiques d’objets à l’aspect étrange aient été enregistrés depuis la fin de 1942. Des équipages du 40e groupe de bombardiers du Major William (« Butch ») Blanchard ont vu de mystérieux « ballons » au-dessus du Japon en octobre 1944, et Blanchard lui-même sera au centre de la controverse sur l’accident d’ovni de Roswell près de trois ans plus tard. Les services de renseignement aérien pensaient que certaines observations dans le Pacifique concernaient des technologies allemandes fournies aux Japonais. Les plans de diverses armes ont en effet été donnés par l’Allemagne vers la fin de la guerre, mais il était trop tard pour les mettre en production. Une fois que les hostilités dans le Pacifique ont pris fin avec le largage des deux bombes atomiques, le nombre de rapports a également diminué. L’intérêt pour les « Foo Fighters » a diminué, et les rapports de guerre ont été classés et oubliés. Personne n’a jamais réussi à proposer une explication qui résiste à l’épreuve du temps. Les « Foo Fighters » sont aussi mystérieux pour les chercheurs d’aujourd’hui qu’ils l’étaient pour les agents de renseignement de 1944.

 

Perspectives : Plus les OVNIs changent, plus ils restent les mêmes

Revenir sur des incidents qui se sont produits il y a près de quatre-vingts ans peut sembler une perte de temps pour les personnes prises dans l’engrenage actuel des rencontres de l’US Navy, des photos de PAN et des futurs briefings gouvernementaux. Ce que l’on semble oublier, c’est que les récits de novembre 1944 et de novembre 2004 ne sont pas très différents lorsqu’on les réduit à l’essentiel. Mettez un pilote de P-61 Black Widow sur le siège avant d’un F/A-18F Super Hornet et il pourrait être émerveillé par la nouvelle technologie qu’il a devant lui. Mettez-le à la place de David Fravor et le pilote de P-61 se rendra compte que le « Tic Tac » fait preuve d’un niveau de sophistication bien plus élevé que l’appareil qu’il pilote actuellement. Les avions militaires se sont peut-être considérablement améliorés au cours des soixante dernières années, mais quels que soient les obstacles que nos pilotes continuent de rencontrer au cours de leurs vols d’entraînement, les lumières et objets mystérieux continuent de leur tourner autour. Pour cet observateur du moins, il semble également que ceux qui sont censés être « au courant » n’ont toujours pas la moindre idée de ce qui se passe, ce qui n’a pas changé depuis 1944.

 "Nous avons rencontré un phénomène que nous ne pouvons pas expliquer." - Mémo secret de 1945 envoyé par l'état-major du renseignement du XIIe commandement aérien tactique à la première force aérienne tactique.

Tenter de déterminer l’origine et les motivations des « Foo Fighters » revient à essayer de comprendre ce qui se passe avec le phénomène actuel des PANs. Des histoires suggèrent que les pilotes allemands ont également rencontré les « Foo Fighters » pendant la Seconde Guerre mondiale, mais je n’ai pas été en mesure de trouver des rapports qui résistent à un examen même sommaire. Sans vouloir passer pour un démystificateur, les « preuves » photographiques qui existent sont probablement truquées, il s’agit d’un défaut de pellicule ou d’un autre événement banal. Les photos qui passent ces tests échouent ensuite en termes de manque d’informations complémentaires. Aucune des photos que j’ai trouvées au cours de mes recherches n’est accompagnée de notes sur les lieux, les dates ou les noms des équipages impliqués, et sont donc traitées avec une bonne dose de scepticisme. Sans contexte, elles sont pratiquement dénuées de sens. J’aime à penser que si des photos annotées existent dans une archive militaire quelque part, elles se trouvent probablement sur une étagère à côté des photos de l’engin écrasé de Roswell et du « Gland » de Kecksburg.

Malgré l’absence de preuves photographiques, le phénomène des « Foo Fighters » se rachète par le nombre impressionnant de déclarations de témoins, de journaux de bord et de rapports des services de renseignement qui confirment l’existence de lumières étranges et d’autres objets volants bizarres pendant la seconde guerre mondiale, voire leur nature. Les rapports sur les rencontres avec les « Foo Fighters » sont convaincants, mais laissent une large place à la discussion et au débat sur leur véracité, leur origine et leur objectif. Avance rapide jusqu’en avril 2021 et une lecture rapide des messages sur UFO Twitter m’indique que rien n’a changé à cet égard. Les PANs restent non identifiés, et les gens continuent à débattre de ce qu’ils représentent.

Si et quand la vague actuelle d’observations de PANs sera expliquée à la satisfaction de la plupart des commentateurs et des spectateurs, peut-être les informations que nous recevrons nous aideront-elles à comprendre des rencontres historiques comme celles des « Foo Fighters », de Roswell et de Socorro. On pourrait dire que les « Foo Fighters » sont toujours parmi nous. Ils ont peut-être changé de forme et de nom, mais ils sont toujours le même phénomène insaisissable qui a déconcerté les militaires qui les ont affrontés dans le ciel pendant près de quatre-vingts ans.

Traduction de Jacky Kozan, le 27 octobre 2021

 


 

Publié par

Jacky Kozan

Fondateur et coordinateur de l'Académie d'Ufologie