Exosociologie : les deux fatalités ou 3 + 2 = 0

Claude Lavat
19 octobre 2016

A – EXOSOCIOLOGIE :
Ce concept totalement nouveau en ovniologie (à ma connaissance) est rapidement, trop rapidement, exposé dans mon livre (1). Je me propose ci-dessous d’en exposer-proposer une version  plus « comestible », ainsi qu’une exploitation du premier volet de ce ce concept.
Il est devenu fréquent de rencontrer en ufologie des théories concernant « l’exopolitique ».
Il me semble pertinent qu’auparavant soit abordée la question d’une exosociologie se déclinant selon les trois volets suivants :

a/ une exosociologie concernant l’humanité confrontée à la « révélation » de la présence incontestable d’une ou plusieurs intelligences d’origine non terrestre (donc « extraterrestre ») dans notre biotope, en y  manifestant la possession d’une science et de technologies hors des nôtres actuelles et ceci que cette « révélation soit faite par une autorité politique ou religieuse crédible (lesquelles ?)

b/ ou directement par cette intelligence visiteuse.

c/ se pose alors la question : l‘humanité sera-t-elle sujette à une panique induite par la prise de conscience brutale de son impuissance à faire face à une intelligence supérieure ou au moins fondamentalement différente de la sienne, mettant en œuvre un programme, une intention possiblement  fatale pour la vie même de l’humanité. Je suis alors amené  à considérer deux catégories de fatalités.

B – LES DEUX FATALITÉS :
a/ Fatalité inaltérable :
Il s’agit de la fatalité ayant comme origine un facteur strictement physique démuni d’une quelconque conscience ou même d’une simple intelligence : un bon exemple est celui de l’aérolithe géocroiseur dont la trajectoire doit inexorablement rencontrer celle de la Terre.
Sachant que nous ne disposons (pas encore) d’une stratégie  éprouvée pour éviter la collision, l’humanité est confrontée à la fatalité d’une disparition inévitable,incontournable, non discutable.
Quelles seraient alors les comportements envisageables des humains : suicides, prières  à l’adresse d’un Dieu éternellement autiste ? tentatives de mettre nos progénitures à l’abri ?

b/ Fatalité « aménageable » :
Ce serait celle engendrée par un facteur muni d’une conscience même élémentaire , disposant d’une intelligence même « frustre ».
Les exemples d‘une telle situation sont nombreux : nous les rencontrons lors de contacts polémiques ou non entre tribus ou peuplades humaines, débouchant sur des symbioses inévitables étant données les limites physiques du biotope commun .
Une situation nouvelle à envisager  depuis « quelques temps »  ( 2000 ans ) est celle de la « rencontre » ouverte entre l’humanité et  une ou des ethnies aliennes venant d’autres galaxies, d’autres univers : nous serions amenés à développer une symbiose totale entre l’humanité et cette/ces civilisations aliennes  : cette « fatalité » serait donc discutable, monnayable, aménageable, obéissant à une exosociologie du troisième type que nous serons contraints de définir si nous espérons garder un minimum de notre culture.
Cette exosociologie aurait pour objet l’étude sociologique d’une nouvelle entité ethnique issue d’une symbiose complète entre les deux ethnies originelles,  chacune apportant  sa propre expérience acquise dans des histoires différentes, au moyen d’outils logiques, scientifiques spirituels  particuliers,  les deux ethnies s’enrichissant mutuellement, nous permettant peut-être de participer à une conscientisation croissante de l’univers ou des univers de provenances initiales.
On peut légitimement penser qu’il s’agit d’une spéculation « gratuite », mais je crois fermement que la rencontre, peut-être prochaine, entre l’humanité encore adolescente et une intelligence « extérieure » nous amènera inexorablement à nous poser des questions de cet ordre, le mieux étant peut-être de s’y préparer avant d’être surpris, bousculés par un calendrier dont nous ne sommes pas les maîtres.

C – Trois + deux = zéro ( 3 + 2 = 0 )
En effet il est probable que ces 3 exosociologies et ces 2 fatalités ne donneront lieu (comme d’habitude) à aucune critique ni même aucune remarque (l’art de ramer sur le sable !)

Claude LAVAT, le 19 octobre 2016

1 : OVNIS : L’HYPOTHÈSE EXTRATERRESTRE GÉNÉRALISÉE
ABM  ÉDITIONS
réf: pages 236 et suivantes.