Évaluation préliminaire : Phénomènes aériens non identifiés – Director of the US National Intelligence

Traduction du texte


Source

NON CLASSIFIÉ
Page 1

LOGO

BUREAU DU DIRECTEUR DU RENSEIGNEMENT NATIONAL

Évaluation préliminaire :
Phénomènes aériens non identifiés

25 juin 2021

NON CLASSIFIÉ

———————————————————————-

NON CLASSIFIÉ

CHAMP D’APPLICATION ET HYPOTHÈSES
Portée
Ce rapport préliminaire est fourni par l’Office of the Director of National Intelligence – ODNI (Bureau du Directeur du Renseignement National) en réponse à la disposition du rapport du Sénat 116-233, accompagnant l’Intelligence Authorization Act (IAA) pour l’année fiscale 2021, selon laquelle le DNI, en consultation avec le Secrétaire à la Défense (SECDEF), doit soumettre une évaluation de la menace que représentent les phénomènes aériens non identifiés (P.A.N.) et des progrès réalisés par le groupe de travail sur les phénomènes aériens non identifiés (UAPTF) du ministère de la Défense dans la compréhension de cette menace.
Ce rapport donne un aperçu, à l’intention des décideurs politiques, des défis associés avec la caractérisation de la menace potentielle posée par les P.A.N. tout en fournissant un moyen de développer des processus adaptés, des politiques, des technologies et des formations pertinents pour l’armée américaine et les autres personnels du gouvernement des États-Unis (USG) si et seulement s’ils sont confrontés à des P.A.N., afin d’améliorer la capacité de la Communauté du Renseignement (IC) à comprendre à la menace. Le directeur de l’UAPTF est l’agent responsable de la collecte et de la consolidation en temps voulu des données sur les P.A.N. L’ensemble de données décrit dans ce rapport se limite actuellement aux rapports du gouvernement américain sur les incidents survenus entre novembre 2004 et mars 2021. Les données continuent d’être collectées et analysées.
L’ODNI a préparé ce rapport pour les commissions du renseignement et des services armés du Congrès. L’UAPTF et le Directeur National du Renseignement pour l’Aviation de l’ODNI ont rédigé ce rapport, avec la contribution de l’USD(I&S), la DIA, le FBI, le NRO, la NGA, la NSA, l’US Air Force, Armée de Terre, l’US Navy, le Navy/ONI, la DARPA, la FAA, la NOAA, la NGA, l’ODNI/NIM-Technologies émergentes et perturbatrices, l’ODNI/Centre national de contre-espionnage et de sécurité, etc…

Hypothèses
Les diverses formes de capteurs qui enregistrent les P.A.N. fonctionnent généralement correctement et capturent suffisamment de données réelles pour permettre des évaluations initiales, mais certaines P.A.N. peuvent être attribuables à des anomalies des capteurs.

Page 2

NON CLASSIFIÉ

———————————————————————-

NON CLASSIFIÉ

RÉSUMÉ
Le nombre limité de rapports de qualité sur les phénomènes aériens non identifiés (P.A.N.) ne nous permet pas de tirer des conclusions définitives sur la nature ou l’intention des P.A.N. Le Groupe de Travail sur les Phénomènes Aériens Non Identifiés (UAPTF) a examiné un éventail d’informations sur les P.A.N. décrits dans les rapports de l’armée américaine et de l’IC (Intelligence Community), mais parce que ces rapports n’étaient pas suffisamment précis, elle a finalement reconnu qu’un processus de rapport unique et adapté était nécessaire pour fournir des données suffisantes pour l’analyse des événements P.A.N.

– Par conséquent, l’UAPTF a concentré son examen sur les rapports qui ont eu lieu entre 2004 et 2021, dont la majorité sont le résultat de ce nouveau processus sur mesure visant à mieux saisir les événements P.A.N. par le biais de rapports formalisés.

– La plupart des P.A.N. signalés représentent probablement des objets physiques, étant donné que la plupart des P.A.N. signalés représentent probablement des objets physiques, étant donné qu’une majorité de P.A.N. ont été enregistrés par de multiples capteurs, notamment des radars, des infrarouges, des systèmes électro-optiques, des chercheurs d’armes et des observations visuelles.

Dans un nombre limité d’incidents, les P.A.N. semblaient présenter des caractéristiques de vol inhabituelles. Ces observations pourraient être le résultat d’erreurs de détection, de mystification ou d’une mauvaise perception de l’observateur et nécessitent une analyse rigoureuse supplémentaire.

Il existe probablement de multiples types de P.A.N. nécessitant différentes explications basées sur l’éventail d’apparences et de comportements décrits. Notre analyse des données soutient l’idée que si et quand les incidents de PUA sont résolus, ils entreront dans l’une des cinq catégories d’explication possibles : encombrement aérien, phénomènes atmosphériques naturels, programmes de développement du gouvernement américain ou de l’industrie américaine, systèmes d’adversaires étrangers, et une catégorie fourre-tout « autre ».

Les P.A.N. posent clairement un problème de sécurité des vols et peuvent constituer un défi pour la sécurité nationale des États-Unis. Les préoccupations en matière de sécurité concernent principalement les aviateurs qui doivent faire face à un domaine aérien de plus en plus encombré. Les P.A.N. représenteraient également un défi pour la sécurité nationale s’il s’agit de plates-formes de collecte d’adversaires étrangers ou s’ils fournissent la preuve qu’un adversaire potentiel a développé une technologie révolutionnaire ou perturbatrice.

Le regroupement cohérent des rapports de l’ensemble du gouvernement fédéral, la normalisation des rapports, l’augmentation de la collecte et de l’analyse, ainsi qu’un large éventail de données pertinentes du gouvernement américain permettra une une analyse plus sophistiquée des P.A.N., susceptible d’approfondir notre compréhension. Certaines de ces étapes nécessitent des ressources importantes et des investissements supplémentaires.

Page 3

NON CLASSIFIÉ

———————————————————————-

NON CLASSIFIÉ

LES RAPPORTS DISPONIBLES SONT PEU CONCLUANTS

Les données limitées laissent la plupart des P.A.N. inexpliquées…

Les données limitées et l’incohérence des rapports sont les principaux défis de l’évaluation des P.A.N. Aucun mécanisme de rapport normalisé n’existait jusqu’à ce que la Marine en établisse un en mars 2019. L’armée de l’air a ensuite adopté ce mécanisme en novembre 2020, mais il reste limité aux rapports pour le gouvernement américain. L’UAPTF a régulièrement entendu parler, de manière anecdotique, au cours de ses recherches, d’autres
d’autres observations qui se sont produites mais qui n’ont jamais fait l’objet d’un rapport formel ou informel de la part des observateurs.

Après avoir soigneusement examiné ces informations, l’UAPTF s’est concentrée sur les rapports impliquant des P.A.N. et dont les aviateurs militaires ont été les témoins directs et ont recueillis des données par des systèmes que nous avons considérés comme fiables.
considérés comme fiables. Ces rapports décrivent des incidents survenus entre 2004 et 2021, la majorité d’entre eux ont eu lieu au cours des deux dernières années, lorsque le nouveau mécanisme de rapport a été mieux connu de la communauté de l’aviation militaire. Nous avons été en mesure d’identifier un P.A.N. rapporté avec un haut degré de confiance. Dans ce cas, nous avons identifié l’objet comme étant un grand ballon qui se dégonflait. Les autres restent inexpliqués.
– 144 rapports provenaient de sources du gouvernement américain. Parmi ceux-ci, 80 rapports impliquaient une observation avec plusieurs capteurs.
– la plupart des rapports décrivent les P.A.N. comme des objets interromP.A.N.t un entraînement ou une d’autres activités militaires.

Défis liés à la collecte des P.A.N.

Les stigmates socioculturels et les limitations des caractéristiques des capteurs restent des obstacles à la collecte de données sur les P.A.N.
Bien que certains défis techniques, tels que le filtrage approprié des échos radar pour assurer la sécurité des vols des militaires et des civils,
ne soient pas encore résolus pour assurer la sécurité du vol des aéronefs militaires et civils, soient connus de longue date dans le milieu de
l’aviation, tandis que d’autres sont propres à la problématique des P.A.N.

– Les récits d’aviateurs de la communauté opérationnelle et d’analystes de l’armée et de l’IC décrivent le dénigrement associé au fait d’observer
les P.A.N., de les signaler ou de tenter d’en discuter avec des collègues. Bien que les effets de ces stigmates se soient atténués au fur et à
mesure que les hauts responsables des communautés scientifique, politique, militaires et des services de renseignement s’engagent
sérieusement sur le sujet en public, le risque de réputation peut maintenir le silence chez de nombreux observateurs qui se taisent, ce qui
complique la recherche scientifique sur le sujet.

– Les capteurs montés sur les plateformes militaires américaines sont généralement conçus pour remplir des missions spécifiques. Par
conséquent, ces capteurs ne sont généralement pas adaptés à l’identification des P.A.N.

– Les points d’observation des capteurs et le nombre de capteurs observant simultanément un objet jouent un rôle important pour distinguer
les P.A.N. des objets connus et pour déterminer si un P.A.N. présente des capacités aérospatiales révolutionnaires. Les capteurs optiques
ont l’avantage de donner un aperçu de la taille, de la forme et de la structure de l’objet. Les capteurs radiofréquences fournissent des
informations plus précises sur la vitesse et la gamme d’information.

Page 4

NON CLASSIFIÉ

———————————————————————-

NON CLASSIFIÉ

Mais certaines tendances potentielles se font jour

Bien qu’il y ait une grande variabilité dans les rapports et que l’ensemble des données soit actuellement trop limité pour permettre une analyse détaillée des tendances ou faire des modèles, il y a eu un certain regroupement des observations de P.A.N. en ce qui concerne la forme, la taille et en particulier la propulsion. Les observations de P.A.N. ont également eu tendance à se regrouper autour des terrains d’entraînement et d’essai des États-Unis.
Les observations de P.A.N. avaient également tendance à se regrouper autour des terrains d’entraînement et d’essais américains, mais nous estimons que cela peut résulter d’un biais de collecte en raison de l’attention focalisée, d’un plus grand nombre de capteurs de dernière génération opérant dans ces zones, des attentes des unités et des conseils pour signaler les anomalies.

Et une poignée de P.A.N. semble faire preuve d’une technologie avancée

Dans 18 incidents décrits dans 21 rapports, les observateurs ont signalé des mouvements ou des caractéristiques de vol inhabituels.

Certains P.A.N. semblaient rester immobiles dans le vent en altitude, se déplacer contre le vent, manœuvrer brusquement ou se déplacer à une vitesse considérable, sans moyen de propulsion perceptible. Dans un petit nombre de cas, les systèmes d’aéronefs militaires ont traité l’énergie radiofréquence (RF) associée aux observations de P.A.N.

L’UAPTF détient une petite quantité de données qui semblent montrer que les P.A.N. font preuve d’accélération ou ont un certain degré de gestion de leur signature. Des analyses rigoureuses supplémentaires sont nécessaires par de multiples équipes ou groupes d’experts techniques pour déterminer la nature et la validité de ces données. Nous menons des analyses supplémentaires pour déterminer si des technologies de pointe ont été démontrées.

LES P.A.N. N’ONT PROBABLEMENT PAS D’EXPLICATION UNIQUE

Les P.A.N. documentés dans cet ensemble limité de données démontrent un éventail de comportements aériens, ce qui renforce la possibilité qu’il existe plusieurs types de P.A.N. nécessitant des explications différentes. Notre analyse des données soutient l’idée que, si et quand les incidents de P.A.N. sont résolus, ils entreront dans l’une des cinq catégories explicatives possibles : encombrement aérien, phénomènes atmosphériques naturels, programmes de développement du gouvernement américain ou de l’industrie, systèmes d’adversaires étrangers et une catégorie fourre-tout « autre ». A l’exception d’un cas où nous avons déterminé avec un haut degré de confiance que le P.A.N. signalé était un objet en suspension dans l’air, en particulier un ballon qui se dégonflait, nous ne disposons pas actuellement de suffisamment d’informations dans notre ensemble de données pour attribuer les incidents à des explications spécifiques.

Objets en suspension dans l’air : ces objets peuvent être des oiseaux, des ballons, des véhicules aériens de loisir sans pilote (UAV) ou des débris aériens comme des sacs en plastique qui embrouillent la scène et empêchent l’opérateur d’identifier les véritables cibles, comme les avions ennemis.

Phénomènes atmosphériques naturels : Les phénomènes atmosphériques naturels comprennent les cristaux de glace, l’humidité et les fluctuations thermiques qui peuvent être enregistrées sur certains systèmes infrarouges et radars.

Programmes de développement du gouvernement américain ou de l’industrie : certaines observations P.A.N. peuvent être attribuées à des développements et des programmes classifiés par des entités américaines. Nous n’avons cependant pas été en mesure de confirmer que ces systèmes étaient à l’origine de l’un des rapports P.A.N. que nous avons recueillis.

Systèmes adverses étrangers : Certains P.A.N. peuvent être des technologies déployées par la Chine, la Russie, une autre nation, ou une entité non gouvernementale.

Page 5

NON CLASSIFIÉ

———————————————————————-

NON CLASSIFIÉ

Autres : Bien que la plupart des P.A.N. décrits dans notre ensemble de données restent probablement non identifiées en raison de données limitées ou de difficultés de collecte, de traitement ou d’analyse, nous pourrions avoir besoin de connaissances scientifiques supplémentaires pour réussir à collecter, analyser et caractériser certains d’entre eux. Nous regrouperions de tels objets dans cette catégorie en attendant que des avancées scientifiques nous permettent de mieux les comprendre. l’UAPTF a l’intention de concentrer des analyses supplémentaires sur le petit nombre de cas où le P.A.N. semblait présenter des caractéristiques de vol ou une gestion de signature inhabituelle.

LES P.A.N. MENACENT LA SÉCURITÉ DES VOLS ET PROBABLEMENT LA SÉCURITÉ NATIONALE

Les P.A.N. constituent une menace pour la sécurité des vols et pourraient représenter un danger plus vaste si certains cas représentent une collecte sophistiquée contre les activités militaires américaines par un gouvernement étranger ou démontrent une percée technologique aérospatiale d’un adversaire potentiel.

Préoccupations permanentes concernant l’espace aérien

Lorsque les aviateurs rencontrent des risques pour la sécurité, ils sont tenus de les signaler. En fonction de l’emplacement, du volume et la conscience des dangers lors des incursions sur les champs de tir, les pilotes peuvent interrompre leurs essais et/ou leur entraînement et faire atterrir leurs appareils, ce qui a un effet dissuasif sur la rédaction d’un rapport.
– L’UAPTF dispose de 11 rapports de cas documentés dans lesquels des pilotes ont signalé avoir frôlé un P.A.N.

Problèmes potentiels de sécurité nationale

Nous manquons actuellement de données indiquant que les P.A.N. font partie d’un programme de collecte étranger ou qu’ils sont le signe d’une avancée technologique majeure de la part d’un adversaire potentiel. Nous continuons à surveiller les preuves de tels programmes, étant donné le défi qu’ils poseraient en matière de contre-espionnage, en particulier d’autant plus que certains P.A.N. ont été détectés près d’installations militaires ou par des avions équipés des systèmes de détection les plus avancés du gouvernement américain.

EXPLIQUER LES P.A.N. NÉCESSITERA DES INVESTISSEMENTS EN MATIÈRE D’ANALYSE, DE COLLECTE ET DE RESSOURCES.

Normaliser les rapports, consolider les données et approfondir l’analyse.

Conformément aux dispositions du Rapport du Sénat 116-233, qui accompagne l’IAA pour l’exercice 2021, l’objectif à long terme de l’UAPTF est d’élargir la portée de son travail afin d’inclure d’autres événements P.A.N. documentés par un éventail plus large de personnel et de systèmes techniques du gouvernement américain. Au fur et à mesure que l’ensemble de données augmente, la capacité de l’UAPTF à utiliser l’analyse des données pour détecter les tendances s’améliorera également. Dans un premier temps, l’accent sera mis sur l’utilisation d’algorithmes d’intelligence artificielle et d’apprentissage automatique pour regrouper et reconnaître les similitudes et les modèles dans les caractéristiques des données. Au fur et à mesure que la base de données accumule des informations provenant d’objets aériens connus tels que les ballons météorologiques, les ballons à haute altitude ou à haute pression et les aéronefs courants, l’apprentissage automatique peut accroître l’efficacité en pré-évaluant les rapports P.A.N. pour voir si ces enregistrements correspondent à des données similaires déjà présentes dans la base de données.
– L’UAPTF a commencé à développer des flux de travail d’analyse et de traitement interagences afin de garantir que la collecte et l’analyse seront
bien informées et coordonnées.

Page 6

NON CLASSIFIÉ

———————————————————————-

NON CLASSIFIÉ

La majorité des données P.A.N. proviennent des rapports de l’U.S. Navy, mais des efforts sont en cours pour standardiser les rapports d’incidents dans les services militaires américains et d’autres agences gouvernementales pour s’assurer que toutes les données pertinentes sont saisies en ce qui concerne les incidents particuliers et toutes les activités américaines qui pourraient être pertinentes. L’UAPTF s’efforce actuellement d’obtenir des rapports supplémentaires, notamment auprès de l’U.S. Air Force (USAF), et a commencé à recevoir des données de la Federal Aviation Administration (FAA).

– Bien que la collecte de données de l’USAF ait été historiquement limitée, l’USAF a lancé un programme pilote de six mois en novembre 2020
pour collecter des données dans les zones les plus susceptibles de rencontrer des P.A.N. et évalue comment normaliser les futurs collectes,
rapports et analyses dans l’ensemble de l’armée de l’air.

– La FAA recueille des données relatives aux P.A.N. dans le cadre normal de la gestion des opérations du trafic aérien. La FAA ingère
généralement ces données lorsque les pilotes et les autres utilisateurs de l’espace aérien lui signalent des événements inhabituels ou inattendus
à l’organisation du trafic aérien de la FAA.

– En outre, la FAA surveille en permanence ses systèmes pour détecter les anomalies, générant ainsi des informations supplémentaires qui peuvent
être utiles à l’UAPTF. La FAA est capable d’isoler des données d’intérêt pour l’UAPTF et de les rendre disponibles. La FAA dispose d’un
programme de sensibilisation solide et efficace qui peut aider l’UAPTF à atteindre les membres de la communauté de l’aviation afin de souligner l’importance de signaler les incidents de P.A.N.

Élargir la collecte

L’UAPTF recherche de nouveaux moyens d’accroître la collecte de foyers de P.A.N. dans les zones où les forces américaines ne sont pas présentes, afin d’établir une base de référence pour l’activité  » standard  » des P.A.N. et d’atténuer le préjugé dans la collecte de l’ensemble de données. Une proposition consiste à utiliser des algorithmes avancés pour rechercher des données historiques capturées et stockées par les radars. L’UAPTF prévoit également de mettre à jour sa stratégie inter-agences de collecte de données sur les P.A.N. afin de mettre à profit les plates-formes et les méthodes de collecte pertinentes du DoD et de l’IC.

Augmenter les investissements dans la recherche et le développement

L’UAPTF a indiqué que des fonds supplémentaires pour la recherche et le développement pourraient favoriser l’étude future des sujets énoncés dans le présent rapport. Ces investissements devraient être guidés par une Stratégie de Collecte P.A.N., une feuille de route technique pour la R&D et un plan de programme pour les P.A.N.

Page 7

NON CLASSIFIÉ

———————————————————————-

NON CLASSIFIÉ

ANNEXE A – Définition des termes clés

Le présent rapport et les bases de données de l’UAPTF utilisent les termes de définition suivants :

Phénomènes aériens non identifiés (P.A.N.) : Objets aériens non immédiatement identifiables. L’acronyme P.A.N. représente la catégorie la plus large d’objets aériens examinés pour analyse.

Événement P.A.N. : Description globale d’un événement au cours duquel un pilote ou un équipage a été témoin (ou a détecté) un P.A.N.

Incident P.A.N. : Une partie spécifique de l’événement.

Rapport P.A.N. : Documentation sur un événement P.A.N., comprenant des chaînes de responsabilité vérifiées et des informations de base telles que l’heure, la date, le lieu de l’incident et la description de les P.A.N. Les rapports P.A.N. comprennent les rapports de Range Fouler1 et d’autres rapports.

Page 8

NON CLASSIFIÉ
———————————————————————-

NON CLASSIFIÉ

ANNEXE B – Rapport du Sénat accompagnant la loi d’autorisation du renseignement pour l’année fiscale 2021

Rapport du Sénat 116-233, accompagnant la loi sur l’autorisation du renseignement pour l’année fiscale 2021, prévoit que le DNI, en consultation avec le SECDEF et d’autres chefs d’agences concernées du gouvernement américain, doivent soumettre une évaluation de la menace posée par les P.A.N. et les progrès réalisés par l’UAPTF pour comprendre cette menace.

Le rapport du Sénat demandait spécifiquement que le rapport comprenne :
1. Une analyse détaillée des données et des rapports de renseignement sur les P.A.N. recueillis ou détenus par l’Office of Naval Intelligence, y
compris les données et les rapports de renseignement détenus par l’UAPTF.
2. Une analyse détaillée des données sur les phénomènes non identifiés recueillies par :
a. Le renseignement géospatial ;
b. Le renseignement sur les transmissions ;
c. Renseignement humain ; et le
d. Renseignement sur les mesures et les signatures
3. Une analyse détaillée des données du Federal Bureau of Investigation, résultat d’enquêtes et de données sur des intrusions P.A.N. dans l’espace
aérien américain;
4. Une description détaillée d’un processus inter-agences pour assurer la collecte de données en temps opportun et l’analyse centralisée de toutes les
données P.A.N. pour le gouvernement fédéral, quel que soit le service ou l’agence qui a acquis l’information ;
5. L’identification d’un fonctionnaire responsable du processus décrit au paragraphe 4 ;
6. L’identification des menaces aérospatiales ou autres que les P.A.N. peuvent faire peser sur la sécurité nationale et l’évaluation de la possibilité
d’attribuer cette activité P.A.N. à un ou plusieurs adversaires étrangers ;
7. L’identification de tout incident ou modèle qui indique qu’un adversaire potentiel, a atteint des capacités aérospatiales révolutionnaires qui
pourraient mettre en danger les forces stratégiques ou conventionnelles des États-Unis ; et
8. Des recommandations concernant la collecte accrue de données, l’amélioration de la recherche et du développement, le financement
supplémentaire et d’autres ressources.

Page 9

NON CLASSIFIÉ
———————————————————————-

Traduction de Jacky Kozan, le 26 juin 2021

 

Publié par

Jacky Kozan

Fondateur et coordinateur de l'Académie d'Ufologie