Notre rapport d’activité annuel 2017

Ce document peut être téléchargé en .pdf

An English version is available in .pdf

Rapport d’activité annuel 2017

(validé par l’assemblée générale annuelle de 2018)

Définition du mot divulgation: Porter à la connaissance d’un large public une information d’abord considérée comme étant, ou devant, rester confidentielle.

Le 11 octobre 2017 des élites du gouvernement américain réunies autour de Tom DeLonge ont affirmé qu’ils sont confrontés à des objets qui démontrent une technologie supérieure à la nôtre, que nous ne pouvons pas nous défendre face à eux et qu’ils ont récupéré du matériel inconnu. Cette divulgation a été dynamisée par le journal « Le New York Times » le 16 décembre 2017. Cette date est considérée maintenant comme le jour où la divulgation a été lancée officiellement.

 

Rapport financier:

Comme prévu à l’Article 5 des statuts de l’association:

Recettes pour 2017: zéro

Dépenses pour 2017: zéro

 

Rapport technique:

1. Sujets évoqués, discutés ou analysés en 2017

Remarque: An cours de l’année 2017 le point le plus fréquemment commenté a été la divulgation dite « Tom DeLonge ». La grande majorité des membres de l’Académie n’a pas pris en considération le fait que cette divulgation avait une étiquette « officielle » en raison de la découverte de son existence dans des e-mails de John Podesta au cours de la campagne pour la Présidence des USA.
Bien que ces e-mails mentionnent clairement des noms de personnes du Pentagone et d’Hollywood, les ufologues tant français qu’étrangers n’ont pris en compte que le montage administratif de l’entreprise qui a lancé cette divulgation le 11 octobre 2017. Le fait que le porte parole de l’équipe du gouvernement US soit une ancienne vedette du show business leur a aussi semblé beaucoup plus important que la divulgation officielle elle-même. C’est à la fin de l’année que nous avons découvert que la divulgation initiée par Tom DeLonge n’était que le premier volet d’une divulgation débordant beaucoup plus largement le phénomène ovni.

Concernant la divulgation de la vérité ovnis, l’année 2018 s’annonce chargée et particulièrement intéressante. (Jacky Kozan, Claude Lavat, Gérard Nouzille, Jean Claude Venturini, Ruben Morales, Anne-Marie Prieto, Sylvie Joubert, Georges Metz, Sandrine Fernandez, Gérard Nouzille, Jean-François Gille, Christian Comtesse, Michel Vanbockestal, Roland Gonsales, Michel Turco, Jean-Pierre Troadec)

Autres sujets évoqués, dans l’ordre où ils ont été traités au cours de l’année. Le nom des intervenants est entre parenthèses.

– Café Ufológico RIO54 – Les membres de l’Académie d’Ufologie en Argentine ont encore fait un excellent travail en particulier en animant les rencontres ufologiques de Buenos-Aires au café Rio 54. Merci à Rubén Morales et Mario Lupo. Nous en recevons régulièrement les invitations aux réunions et les comptes rendus. (Ruben Morales, Mario Lupo, Jacky Kozan)

– Pour qui sont ces ovnis qui surfent sur nos têtes? Réflexion sur les destinataires des messages envoyés par les civilisations extraterrestres. (Claude Lavat, Sylvie Joubert, Anne-Marie Prieto, Georges Metz, Gérard Nouzille, Jacky Kozan)

– Arme révolutionnaire, les nuages de drones. (Michel Vanbockestal)

– Relais de l’action de Stephen Bassett du Paradigm Research Group (PRG), plus particulièrement en ce qui concerne la divulgation annoncée par les e-mails de John Podesta. Stephen Bassett a passé une grande partie de 2017 à Londres et à Moscou où il a donné une interview pour les médias Russes. (Jacky Kozan)

– La CIA publie des dossiers UFO. (Tony Tambini, Alexander Milanov, Ruben Morales, Jacky Kozan, Jean-Pierre Troadec)

– La mystérieuse île russe de Matua sur laquelle se trouvent beaucoup d’installations militaires allemandes abandonnées. (Paul Stonehill)

– La fondation « Граждани на Новата епоха » (Citoyens New Age dont l’animateur est membre de l’Académie d’Ufologie) a fait une demande de divulgation officielle au Ministère de la Défense de Bulgarie qui a répondu qu’il n’avait pas de dossier sur ce phénomène. (Alexander Milanov, Adolfo Gandin Ocampo, Jacky Kozan)

– Information intéressante sur un nouveau site Canadien nomme GENESIS, et dont l’animateur principal est un agent de François Bourbeau au Québec. (communiqué par François Bourbeau)

– La CIA a publié des documents sur les observations faites dans l’Himalaya. L’affaire de « Roro » serait-elle en lien avec ces observations? (Roland Gonsales, Jacky Kozan)

– Pré-alerte attaque Académie d‘Ufologie, Marc Raimbaud après avoir créé sur Facebook le torchon « Académie Virtuelle d’Ufologie » a essayé d’entrer en contact officiellement avec l’Académie d’Ufologie. Nous sommes enregistrés à l’INPI, il n’y a qu’une Académie d’Ufologie. Une suite juridique est en cours d’étude. (Jacky Kozan, Sylvie Joubert, Claude Lavat, Christian Comtesse)

– Un ovni cause l’atterrissage imprévu de trois avions en Chine. (Jacky Kozan, Christian Comtesse)

– La NASA vient à nouveau de donner rendez-vous au monde entier pour annoncer la découverte de sept planètes de la taille de la Terre, en orbite autour d’une étoile. Trois d’entre elles seraient même habitables. (Vasilia Pasturel)

– John Podesta a été recruté par The Washington Post en tant que rédacteur contributeur. (Jacky Kozan, Tony Tambini)

– Question extraterrestre – origine de la vie, avant la Terre? (Michel Vanbockestal, Claude Lavat, Jacky Kozan)

– L’article de sputniknews.com sur Jean-Gabriel Greslé: un ancien pilote de chasse français cherche à percer le mystère des ovnis. (Jacky Kozan, Robert Roussel)

– Santilli, des bêtises? Découverte du Dr Santilli, physicien nucléaire diplômé de Harvard, qui aurait trouvé, à l’aide du télescope spécial Santilli, de nouvelles formes de vie invisibles à l’œil nu. (Michel Vanbockestal, Christian Comtesse, Sandrine Fernandez, Jacky Kozan)

– Dispersion de la vie dans l‘univers: une autre possibilité? Commentaires sur un article de Ciel et Espace et rappel d’une théorie présentée par Claude Lavat: en présence de matière inerte avec une exposition à un signal électromagnétique polarisé circulairement à droite. (Claude Lavat)

– Du neuf à La Réunion – Un phénomène aérospatial non identifié s’est déroulé au crépuscule au dessus de l’océan au large de Saint-Leu. (Michel Vanbockestal,Claude Lavat)

Publication perso de Jacky Kozan sur le programme politique de Académie d‘Ufologie. (Jacky Kozan, Anne-Marie Prieto, Sylvie Joubert, Claude Lavat, Sandrine Fernandez)

– Le Président Donald Trump serait très « pro-divulgation » et très anti « désinformation ». (Jacky Kozan, Claude Lavat)

– Un article dans « Le Monde »: A-t-on détecté E.T. sans le savoir? Les sursauts radio rapides restent des phénomènes inexpliqués. Ils pourraient être la trace de promenades d’extraterrestres dans l’espace. (Vasilia Pasturel)

– Excellente vidéo-conférence par Michel Deseille sur le thème des Annunakis. (Michel Vanbockestal)

– Dans l’histoire controversée et tumultueuse de la photo de la lune photographiée par le contacté des années 1950 Howard Menger, une étude faite par Georges METZ pourrait confirmer authenticité d’une photo du sol lunaire. (Georges Metz, Michel Turco)

– Projet d’étude du lien conscience/phénomène ovni. (Perrine Barthomeuf, Jacky Kozan, Sylvie Joubert, Ruben Morales, Sandrine Fernandez)

– Précisions de Nick Pope sur le communique de Ia NASA de ce soir. Annonce de la Nasa, sur « l’élargissement de la recherche de la vie au-delà de la planète terre », briefing centré sur Cassini, ils vont parler de la possibilité, pas de la certitude, de trouver une sorte de vie primitive sur Europa ou Encelade. (Christophe Da Silva, Ruben Morales)

– Question au candidat FILLON et aux autres Le journal « La Croix » publie ce matin une phrase extraite d’un entretien avec vous-même: « L’exemplarité, c’est dire la vérité aux Français ».
Quand mettrez-vous fin à l’embargo sur la vérité concernant la présence de civilisations extraterrestres interférant avec les humains? (Jacky Kozan, Sandrine Fernandez, Georges Metz, Jean Claude Venturini, Ruben Morales, Jean-Pierre Troadec, Jean-Frangois Gille)

– 50 ans de l’affaire Michalak en 1967 à Falcon Lake au Canada. (Georges Metz, Jacky Kozan)

– Manifeste pour la divulgation – Russell Calka et Lisa Galarneau, ufologues US – ont créé « The Disclosure Activists » un site Internet spécialisé dans la demande de levée de l’embargo sur la vérité ovni ainsi qu’un « manifeste pour la divulgation ». L’Académie d’Ufologie peut-elle attacher son image de marque à ce texte, le publier et le diffuser dans le milieu de l’ufologie? (Jacky Kozan, Sylvie Joubert, Georges Metz, Jean Claude Venturini, Claude Lavat, Sandrine Fernandez, Jean-Pierre Troadec.)

– Réaction à propos d’un processus pouvant favoriser, ou même déclencher le passage de la matière inanimée vers la matière vivante plus astucieux et robuste que la panspermie qui est le transfert du déjà vivant et non sa création. (Claude Lavat, Michel Turco)

– L’Observatoire du Vatican annonce un Congrès Scientifique « Trous Noirs, Ondes Gravitationnelles et Singularités de l’Espace-Temps. Il semblerait que le Vatican prenne en considération la solution des équations d’Einstein compatible avec un aspect cyclique de la cosmogénie oscillant entre les deux configurations extrêmes : le Big Crunch et le Big Bang. (Claude Lavat, Dany Pinon)

– Nouveau Premier Ministre et Ufologie – État des lieux de la situation politique et du lien avec les civilisations extraterrestres: est-ce que les E.T. ont pris officiellement le pouvoir en France? (Jacky Kozan, Sylvie Joubert)

– RR3 à Krasnodar (Nord Caucase) avec des êtres en argent d’une taille de 7 mètres. « Déclaration d’invasion de sept humanoïdes sur la Terre » a écrit un villageois de Vodniki, mais aucun signe d’invasion extraterrestre n’a été trouvée rapporte le journal « Nouvelles de Kouban ». (Michel Vanbockestal, Jacky Kozan)

– L’association Ovni Investigation de Daniel Robin nous informe qu’une nouvelle affaire s’est déroulée le 27 mai dernier à côté de GAP et elle met en l’évidence que les triangles noirs sont très présents dans notre environnement. (Daniel Robin)

– Des crop circles sont apparus dans le Sancerrois. Dans la nuit de jeudi 1er juin à vendredi 2 juin, près d’une dizaine de cercles, de tailles différentes sont apparus dans un champ à Crézancy-en-Sancerre dans le Cher. Le cercle central ferait environ 500 m de diamètre. (Claude Lavat)

– Examen d’une vidéo supposée être l’accident de la navette Columbia filmé par un satellite (Gérard Nouzille)

– Réflexions à propos de messages bizarres reçus par Jacky Kozan. Impossible de leur donner un sens. (Jacky Kozan, Sylvie Joubert, Claude Lavat)

– Extraterrestres de 7 mètres de haut en Russie et élaboration d’un nouveau robot haut de… 4 mètres en Corée! (Michel Vanbockestal)

– A propos du signal WAW, selon le Seti l’origine du célèbre signal serait toujours crédible. (Michel Vanbockestal)

– Après les élections des députés à l’Assemblée Nationale, les nouveaux venus en Politique reconduiront-ils les us et coutumes de leurs prédécesseurs ou décideront-ils de tenir compte de la réalité pour gouverner? Souhaitons qu’ils s’intéressent rapidement à notre embargo sur la vérité. Merci à tous d’avoir participé à nos échanges et merci pour vos publications. Le monde va changer et on y est pour quelque chose! (Jacky Kozan, Sylvie Joubert)

– Seth Shostak du SETI s’adapte à une nouvelle situation. Il est Astronome Senior au SETI, c’est lui qui cherche des civilisations extraterrestres à plus de vingt mille années lumières de la Terre et qui ne veut pas prendre en compte l’ufologie. Son discours semble évoluer depuis quelques mois. Tenterait-il de s’adapter à une situation nouvelle qui s’esquisse? (Jacky Kozan, Georges Metz, Patrice Galacteros)

– L’observation par Kenneth Arnold le 24 juin 1947 de neuf objets étranges sur les Cascade Mountains dans l’État de Washington a donné naissance à l’expression « soucoupe volante ». Alors que les gens ont vu des choses étranges dans le ciel tout au long de l’histoire humaine, l’observation d’Arnold a marqué la genèse du mystère ovni moderne. (Jacky Kozan, Ruben Morales, Michel Gouverneur, Georges Metz)

– Article sur Roswell dans Ouest-France: Aujourd’hui encore, l’affaire Roswell, n’en finit pas de fasciner. Des voix officielles continuent à se faire entendre et sèment le doute. Quoi qu’il en soit, la ville de Roswell est sortie de l’anonymat depuis 70 ans. Elle attire, depuis, de nombreux touristes. Elle accueille également, chaque été, un festival qui réunit les passionnés d’ovnis. (Jean Claude Venturini)

– Une analyse du film Rencontre du Troisième Type dans laquelle Michel Turco attire l’attention des lecteurs sur quelques passages troublants de ce film. Peut-on interpréter ces « indices » comme une tentative de révélation sur un fait de portée mondiale consacré à des « visiteurs » venus d’ailleurs ou s’agit-il tout simplement d’une pure fiction? A chacun de se faire une idée sur cette question. (Michel Turco, Christian Comtesse)

– Les sources du livre de J.G. Greslé sont-elles solides? (Gérard Nouzille)

– La NASA a lancé une fusée le 29 juin pour créer des nuages artificiels multicolores en altitude au-dessus de la côte Est des USA. (Jacky Kozan)

– Des aliens dans les codes sources d‘un jeu vidéo. Des fouineurs ont réussi a trouvé des aliens dans les codes sources de GTA 5. Mais un groupe de fan a voulu approfondir la liste des nouveautés présentes,en fouillant, ils ont trouvé une scène de crash d’un OVNI. (Jacky Kozan, Claude Lavat)

– A son retour de la Station Spatiale, Thomas PESQUET a mis en ligne sur Internet 3000 photos. (Jacky Kozan, Gérard Nouzille)

– Déclaration de la communauté scientifique nationale et internationale et des experts de l’étude et de la conservation des restes humains (momies et squelettes) concernant la fraude des momies extraterrestres. L’abus criminel de cadavres à des fins mesquines viole profondément la dignité humaine. L’exploitation des momies colombiennes menées par cette organisation attaque et offense particulièrement la culture andine, laissant entendre que ces réalisations sont le résultat d’une prétendue  » aide extraterrestre ». (Ruben Morales, Jacky Kozan, Michel Turco, Sandrine Fernandez, Claude Lavat)

– Examen du livre « Rencontres du troisième type ». Après l’excellent travail de Michel Turco à propos du film-culte de Spielberg, le CERPI a fait un travail complémentaire basé sur le livre, avec quelques remarques et comparaisons étonnantes. (Michel Vanbockestal)

– Commentaires sur l’annonce que la NASA recrute « contre une invasion alien ». (Claude Lavat, Georges Metz)

– Georges METZ nous signale l’Insolite Muséum de cryptozoologie « Merrylin Cryptid Museum ».

– Une sélection de 13 personnalités qui ont publiquement déclaré croire à l’existence d’une forme de vie ailleurs dans notre univers. (Gérard Nouzille)

– Le journal « The Washington Post » semble évoluer dans sa présentation du phénomène UFO et ET. (Stanton Friedman)

– Mais à qui appartient vraiment l’espace? (Michel Turco)

Plus d’info au paragraphe 5 ci-après dans la publication « Contact Terrien/ET – Aspects juridiques et prospectifs » de Perrine BARTHOMEUF, Avocat, Docteur en droit.

– Le réveil récent de la croyance en la Terre Plate, selon Nick Pope : « une ou deux personnes très intelligentes auraient ravivé délibérément cette théorie et tirent les ficelles, alors beaucoup de personnes … tombent dans le panneau ». (Jean Claude Venturini, Jacky Kozan)

– Réactivation de la page perso Internet de Jacky Kozan comprenant entre autres,le corps cosmique de Tunguska en 1908, le rapport Deneb Coyame Chihuahua, l’affaire de Stephenville le 8 janvier 2008, l’affaire de l’aéroport de Chicago O’Hare le 7 novembre 2006. (Jacky Kozan, Jean-Pierre Troadec)

– Le film « Rencontres du 3e type » va ressortir en salles et en vidéo 4K le 1er septembre. (Jacky Kozan, Ruben Morales, Andrea Perez Simondini)

– L‘Unicef Et Le Vatican sensibilisent au contact avec les « ET ». Message au Chili, illustré avec un ET: « Ne manquez pas l’occasion d’accepter quelqu’un d’autre, ne perdons pas l’occasion de s’enrichir de la culture des autres, rencontrer quelqu’un de différent est une excellente occasion de vivre des expériences précieuses ». Est-ce que cette vidéo a pour but de préparer les gens à l’idée que nous ne sommes pas seuls dans l’univers? (Jacky Kozan, Jean-Pierre Troadec)

– Avenir des humains à court terme et projet Asgardia. La première « nation de l’espace » ASGARDIA. Lancée en octobre 2016 par l’homme d’affaires russe Igor Ashurbeyli, l’idée de créer une nation flottant dans l’espace suit son cours. Plus de 200 000 personnes ont déjà postulé en ligne pour obtenir la nationalité asgardienne ! Ses premiers citoyens vont bientôt pouvoir envoyer des données en orbite autour de la Terre. (Perrine Barthomeuf, Jean Claude Venturini, Jacky Kozan, Michel Vanbockestal, Sandrine Fernandez)

– L’exoconférence d’Alexandre Astier qui s’habille de scientificité et de références n’exprime finalement qu’un avis personnel contestable, ce qui ne l’empêche pas de faire passer un message qu’un large public embarque très volontiers. (article du CERPI-Michel Vanbockestal, Sandrine Fernandez, Jacky Kozan)

– Encore un livre passé inaperçu… « Désert Center » de George Adamski. Premier contacté, à l’origine de mouvements qui ont une part de responsabilité dans l’émergence du New Age, George Adamski fait partie intégrante de l’Histoire de l’ufologie. Entre le doute de la réalité, tout autant que celui de la mystification, ce livre, d’une grande clarté de présentation, présente une richesse iconographique rare. (Jean-Pierre Troadec, Gilles Durand, Claude Lavat)

– Un article sans dérision dans Vosges Matin – En juin 1975, Jacques Weber était « marqué à vie » par l’observation d’un phénomène étrange autour de son camion. À 80 ans, il voudrait retrouver « l’enfant à vélo » qui, comme lui, a été « scanné » par cet Ovni. Le gamin doit avoir 50 ans ! Appel à témoin lancé par le journal et l’Académie d’Ufologie. (Thierry Levaudel, Jacky Kozan)

– Publications des agences de renseignement U.S. (Jonathan Deval, Jacky Kozan)

– Exemple de projection holographique d’un orque dans un gymnase. (Gérard Nouzille)

– Retour sur des publications d’Erich Von Daniken: Les dieux étaient des astronautes, l’impossible vérité et les géoglyphes de Nazca. (Jean-Pierre Troadec)

– Débats et prises de position sur les ufologues qui ne veulent pas de la divulgation et qui vont même trouver des résultats d‘enquêtes affligeants à propos de “To The Stars“ et Tom DeLonge. (Christian Comtesse, Michel Vanbockestal,Claude Lavat, Georges Metz, Gilles Durand, Sandrine Fernandez, Ruben Morales, Jean Claude Venturini, Gérard Nouzille, Robert Roussel, Didier Boulanger, Jacky Kozan)

– Projet OVNI et Conscience – Un projet de recherche qui consiste à mettre en lumière le lien existant entre la conscience et le phénomène OVNI. L’idée serait de constituer un petit groupe de chercheurs qui regroupent des compétences diverses et qui souhaite collaborer sur ce projet. (Perrine Barthomeuf, Sandrine Fernandez, Sylvie Joubert, Ruben Morales)

– Retour sur l‘énigmatique “race “ des Cagots (Michel Vanbockestal)

– L’engin des lumières de Phoenix de mars 1997 était-il le TR6 Telos? (Michel Gouverneur, Gérard Nouzille)

– L’Astéroïde Interstellaire « Oumuamua » repéré grâce à une nouvelle antenne ayant des performances nouvelles a donc été qualifié “Comme jamais vu avant“. Il a donc aussi été considéré comme un vaisseau interstellaire, même le SETI s’interroge. (Jacky Kozan, Claude Lavat)

– Après les déclarations de Christopher Mellon et Luis Elizondo le MUFON a rédigé une Lettre Ouverte aux Représentants au Congrès leur demandant quelles mesures doivent être prises pour informer le peuple américain et pour révéler la nature de cette technologie et son origine. (Jacky Kozan, Claude Lavat, Michel Vanbockestal)

– Marché des drones de surveillance en nette hausse en France. (Jean-Pierre Troadec)

– Action de type “J‘accuse“, du CERPI (Michel Vanbockestal)

– Le plus énigmatique des crops circles dans le comté du Wilshire, l’épicentre mondial des Crop circle, car on y reconnaît le cheval blanc d’Hackpen au loin sur le flanc de la colline. (Georges Metz, Patrice Galacteros)

– Contact Homme/Entité Alien – Aspects juridiques et prospectifs. (Perrine Barthomeuf, Jacky Kozan, Claude Lavat, Sylvie Joubert)

– La Nasa et Google ont découvert de nouvelles exoplanètes grâce au « machine learning » – Sciences et avenir.fr (Claude Lavat)

– Un article de Daniel Robin extrait de son prochain livre: le noir des triangles noirs. (Daniel Robin, Claude Lavat, Jacky Kozan)

– Dans le cadre de la Divulgation du PENTAGONE, un texte de rappel que le GEIPAN n‘accepte pas I‘HET. (Jacky Kozan, Sylvie Joubert)

– Suite à la publication du communiqué du Dr Bruce Maccabee, examen de l’opportunité de lancer un recours collectif contre les acteurs historiques de l’embargo sur la vérité ovnis. (Bruce Maccabee, Sylvie Joubert, Claude Lavat, Michel Vanbockestal, Sandrine Fernandez, Jacky Kozan)

2. Collaboration Internationale

ArgentineCafe Ufolégico RIO54, Ruben MORALES ont encore fait un excellent travail en particulier en animant les rencontres ufologiques de Buenos-Aires. Ils nous ont communiqué les comptes rendus de réunion suivant:

  • Luces inteligentes y entidades que interactúan con los humanos…
  • Revelaciones y ocultamientos sobre ovnis vistos desde aviones
  • Temas inquietantes para reflexionar…
  • Muy singulares experiencias en el cafe ufologico rio54
  • Aspectos poco racionales en las apariciones de ovnis
  • Una noche estelar en el cafe ufologico rio54 de junio
  • Misterios intraterrenos y enigmas espaciales en el Cafe Ufolégico RIO54 dejulio
  • Muy numerosa y apasionante reunion en el Cafe Ufolégico RIO54 de agosto!
  • Extrafios personajes urbanos y perturbadoras apariciones…
  • Tuneles secretos y estremecedores avistamientos aereos en el Cafe Ufolégico RIO54
  • Historias de otra realidad, en el Cafe Ufolégico RIO54.

BelgiqueACTUALITÉS DU CERPI EN TEMPS RÉEL, Michel Vanbockestal, membre de l’Académie d’Ufologie nous envoie régulièrement sa newsletter très dense, très bien documentée et riche en informations majeures pour les ufologues.

Canada-Québec – Gilles MILOT nous a communiqué les statistiques ufologiques 2017 de L’Association Québecoise d‘Ufologie.

Espagne – Vicente-Juan Ballester Olmos (hors Académie) nous communique régulièrement les mises à jour de son dossier extrait du projet « Bluebook »:

UFO FOTOCAT Blog Édition spéciale de juin,

UFO FOTOCAT Blog, mise à jour de septembre.

Royaume-Uni – Les 3 derniers dossiers ovnis du Ministère de la Défense qui selon Nick Pope contiennent des documents importants orientant vers une divulgation, ont été déclassés fin décembre. Ils ne sont pas disponibles sur Internet. Il faut les acheter et aller les chercher aux Archives Nationales du Royaume-Uni.

Philip MANTLE nous envoie ses nouvelles publications et sollicite régulièrement les membres de l’Académie d’Ufologie pour avis. Nous avons reçu:

– Ufos Today, 70 Years of Misinformation, Lies and Government Cover-Ups by Irena Scott

– Alleged New Witness to The Ufo Crash At Roswell

– aily Mirror Online Article – New Roswell Witness

– Now The Sun National Newspaper Covers The New Book Ufos Today, by Irena Scott Phd.

– Fake KGB File « Book of Alien Life »

– Ufo Contact at Pascagoula – Review Request

– The Rendlesham File – Latest Review.

Russie – Paul STONEHILL nous informe que ses recherches sont maintenant disponibles sur Youtube.

USA – la coopération avec le MUFON est toujours en sommeil en raison des divergences d’appréciation des démarches que doivent faire les ufologues. Le MUFON se consacre plutôt aux enquêtes sur les observations et à l’archivage. L’Académie d’Ufologie essaie d’intervenir auprès du monde politique afin qu’il lève l’embargo sur la vérité concernant le phénomène ovni. La divulgation lancée par le Pentagone, Tom DeLonge et le New-York Times a fait évoluer la stratégie apparente du MUFON.

Annonce du Symposium MUFON 2017 du 21 au 23 juillet.

– relais de l’action de Stephen BASSETT (hors Académie) du Paradigm Research Group (PRG) qui

nous envoie les publications et messages de mises à jour du PRG.

Le PRG expose son hostilité à Trump et affirme qu’il sera contraint de démissionner pour raison de santé avant la fin de 2017.

Stephen BASSETT nous annonce la création d’un nouveau groupe de militants pour la levée de l’embargo sur la vérité: The Disclosure Activists.

– traduction de publications d’Ed Komarek, Grant Cameron, Stephen Bassett, Alejandro Rojas, Nick Pope (UK) et de Russell Calka et Lisa Galarneau (DisclosureActivists ).

3. Suivi de l’actualité de l’ufologie dans la presse

– Un bon article de L‘Est Républicain sur Thierry Levaudel, membre de l’Académie d’Ufologie: « Si une soucoupe se pose, il monte à bord », paru le 30 juin.

– Le magazine Nexus n“122 mentionne l’Académie d‘Ufologie.

4. Suivi de l’actualité technique et scientifique

Michel VANBOCKESTAL nous annonce un site sur les méprises du ciel: http://meprises-du-ciel.fr/.

Le site SpaceWeather.com nous informe sur les manifestations météorologiques inhabituelles, comme des formes ou des couleurs de nuages particulières, des nuages d’altitude, les aurores boréales, parhélies ou piliers de lumière.

5. Publications des membres de l’Académie d’Ufologie

– Pour qui sont ces ovnis qui surfent sur nos têtes ? Claude LAVAT , Ingénieur ESME, le 18 janvier 2017.

En effet pourquoi éliminer la situation selon laquelle les manifestations ovniennes dont nous sommes partiellement conscients seraient en fait destinées à d’autres ethnies que la nôtre qui n’est bien évidemment pas le « centre de l’univers ». Le scénario proposé s’inscrit totalement dans l’Hypothèse Extraterrestre Généralisée et en constitue une extension logiquement obligatoire .

Les deux axes de la proposition sont les suivants :

1/ Nous ne sommes peut-être pas les destinataires de la sémiologie ovnienne

2/ Le mode d’expression mis en œuvre par nos « visiteurs » est peut-être un langage artistique.

– Les DRONES au-dessus des sites nucléaires ou DROVNIS, Claude LAVAT et Christian COMTESSE, le 27 octobre 2017.

Depuis 2014 et jusqu’à aujourd’hui, nous entendons sporadiquement que telle ou telle Centrale Nucléaire ou encore installation sensible liée au nucléaire a été survolée par un ou des engins non identifiés et qui ont été nommés par facilité et pour rassurer la population, des drones. Rassurer la population, ce n’est pas si sûr que ça. Le terme de DRONE a été généralisé et imposé par les médias. En fait, l’un des responsables d’une centrale nucléaire est allé vers les journalistes pour déclarer: « un engin volant non identifié a survolé ma centrale ». Engin volant ! Objet volant ! Le rapprochement est facile, mais réel.

– Les Enjeux Juridiques de la Colonisation de l’Espace, Perrine BARTHOMEUF, Avocat, Docteur en droit, le 14 septembre 2017.

Le thème de la colonisation spatiale s’inscrit de nouveau au sein des programmes des agences spatiales. A l’heure actuelle, le terme d’humanisation de l’espace est préféré à celui de colonisation dans la mesure où les projets envisagent une habitation humaine permanente et auto-suffisante du cosmos plutôt qu’une conquête et une occupation de nouveaux territoires.

Le droit est défini comme l’ensemble des règles de conduite qui gouvernent les rapports entre les hommes à un moment donné dans une société déterminée. Le droit cosmique se pense et se pose pour des entités conscientes inscrites au sein d’un même espace-temps cosmique, sa finalité tend à l’harmonie des rapports sociaux au sein de cette fractale.

– Contact Terrien/ET – Aspects juridiques et prospectifs, Perrine BARTHOMEUF, Avocat, Docteur en droit, le 12 décembre 2017.
Les recherches portant sur « l’hypothèse extraterrestre » sont toujours abordées sur la pointe des pieds, de peur d’être « exclues du champs du savoir recommandable ». A croire que pour pouvoir étudier les phénomènes OVNI, il faille obtenir un permis de bonne conduite scientifique, unique passeport jugé sérieux pour conduire des recherches dans ce domaine. C’est ainsi que l’hypothèse de l’existence d’intelligence extraterrestre est étudiée sous l’angle rassurant des systèmes probabilistes, telle que l’équation par trop simpliste et totalement inopérante de Drake ou encore selon des « stratégies scientifiques » dont aucune n’a jusqu’alors produit le moindre résultat.

Il est temps de réfléchir au cadre juridique d’un éventuel contact avec des entités ET.

Une telle démarche se fait d’autant plus pressante qu’une nouvelle ère s’ouvre pour l’homme : celle de l’humanisation du cosmos. En effet, une habitation permanente et autosuffisante de l’espace s’impose dans un contexte de surpopulation et de raréfaction des ressources terrestres. L’humanisation de l’espace entraînera inévitablement une multiplication des contacts.

– La Partition des Ufologues, Sylvie JOUBERT, Docteur en sociologie, le 23 septembre 2017.

Les libres chercheurs enquêtant sur les facettes du phénomène ovni sont nombreux, mais ils n’ont pas toujours la même façon de les aborder, de les vivre au plus profond d’eux ni de les interpréter. De sorte que des courants et des sensibilités intellectuelles émergent, donnant parfois le sentiment de s’opposer. En raison de cet éclatement des visions, des disputes intestines envahissent le petit monde de l’ufologie. Face à cela, il y a deux attitudes : soit on considère les différents points de vue comme non conciliables, soit on envisage cette disparité comme une richesse et un bien à exploiter. Je fais mien le second positionnement, et m’en explique dans ces feuillets. A l’image d’une partition, je pense que les ufologues forment un ensemble organisé de connaissances… ou à organiser… et que nous avons plus à gagner à comprendre ce que chaque approche amène sur le plan intellectuel, que de les rendre opposables les unes aux autres, à renfort de batailles de mots et d’ego.

Voyages sur la Lune – Howard Menger, Georges METZ, le 29 juin 2017.

Dans l’histoire controversée et tumultueuse de la photo de la lune photographiée par le contacté des années 1950 Howard Menger, une étude faite par Georges METZ pourrait confirmer authenticité d’une photo du sol lunaire. Le contacté Howard Menger a prétendu être amené au-dessus de la Lune à bord d’un vaisseau extraterrestre vénusien en août 1956 et avoir pu faire une photographie du sol lunaire. À cette époque aucun satellite terrestre ne pouvait survoler la Lune. Menger aperçoit une fois la Terre à distance luisant de bleu-blanc avec des teintes de rouge, flottant comme une balle de tennis dans une piscine d’encre noire. Il prend 5 photographies Polaroïd de la Lune et de la Terre, dont 3 seront développées. Le voyage aura duré 2 heures.

– Examen du livre Rencontres du Troisième Type, le CERPI et Michel VANBOCKESTAL, le 2 août 2017.

Notre idée réside dans le fait qu’il existe souvent des différences notoires entre le livre et sa version cinématographique.Les versions peuvent ne guère diverger mais présenter des éléments complémentaires, certains points peuvent désigner les même faits mais avec d’autres mots et des significations légèrement (ou manifestement) différentes.

– Le noir des « triangles noirs », Daniel Robin le 18 décembre 2017

Un point très intéressant dans l’étude de ces mystérieux « triangles noirs » est précisément cette apparence très sombre qui est, par certains côtés, fort intrigante. L’analyse de cette propriété des « triangles noirs » peut cependant nous renseigner sur le type de matériau dont ils sont constitués.

Les enquêtes menées auprès des témoins mentionnent des engins triangulaires noirs qui offrent de nombreuses variations dans le noir observé, mais certaines caractéristiques de ce noir spécial sont récurrentes. Dans de nombreux cas, les témoins rapportent que le noir du triangle était un « noir profond », défini comme une teinte qui est « plus noire que noire ». C’est un noir spécial, difficile à décrire ou à comparer avec quelque chose de connu.

6. Conférences, présentations

Conférence de Sylvie JOUBERT a OVNI-PARIS le 6 mars

Conférence de l’historien Thibaud CANUTI sur le thème de Jacques Vallée, sa vie et son impact sur l’Ufologie, le 26 mai à OVNI PARIS, en collaboration avec les Repas Ufologique.

Présentation de Jacky KOZAN aux Repas Ufologiques de Paris le 16 décembre :  » 70 ans de soucoupes volantes ».

A noter, hors Académie, la Conférence de Jacques Vallée, le 26 juin à Paris.

7. Nous avons appris les décès:

– du Pilot Cosmonaute Igor Petrovich VOLK,

– du Scientifique et chercheur en Ufos et paranormal Vadim CHERNOBROV,

– de la Cosmonaute et Ufologue Marina POPOVITCH,

– de l’Ufologue Journaliste Belge Franck BOITTE,

8. Départs et nouveaux membres

Sylvain MATISSE et Michel RIBARDIERE ont quitté l’association en 2017.

Quelques personnes ont fait acte de candidature mais n’ont pas passé le premier obstacle de la fourniture des pièces administratives.

Jacky Kozan, le 03 février 2018

L’expression « soucoupes volantes  » à 70 ans

 

Trois minutes en juin

l’observation d’ovni qui a changé le monde

observations de 9 « soucoupes volantes » par Kenneth Arnold le 24 juin 1947

Conclusion du livre du Dr Bruce Maccabee

 

 

Le sujet de ce livre est un événement, c’est l’observation étrange qui s’est produite il y a environ 70 ans.

On m’a demandé pourquoi je prenais la peine d’étudier et d’écrire au sujet d’une observation si ancienne alors qu’il y a des milliers d’observations plus récentes et mieux sous certains aspects, tels que des témoins multiples, des traces physiques, des photos, des films, des vidéos, des radars, etc…

Ma réponse est la suivante: après avoir chassé la chimère communément appelée soucoupes volantes (OVNIs ou PANs) pendant environ 50 ans, principalement en étudiant les meilleures observations les plus récentes et en ne trouvant aucune réponse réelle quant à ce que ces événements représentent, (ne pas accepter n’importe quoi!) j’ai décidé qu’il était temps de revenir en arrière, au début, avec l’espoir que je puisse découvrir quelque chose d’important que les enquêteurs avaient manqué.

Comme on l’a souligné précédemment dans ce livre, il y a eu plusieurs centaines d’observations au cours de la période de juin à août 1947. La question était: laquelle devrais-je étudier? La plupart des rapports d’observation n’ont pas été étudiés, si on les compare aux enquêtes faites de nos jours (étudier complètement l’observation à partir d’entretiens multiples avec les témoins, connaître les détails de l’environnement de l’époque, étudier les effets physiques, le cas échéant, tout en recherchant des explications possibles, etc…) Les éléments les plus proches des enquêtes modernes sur les OVNIs ont été les entretiens entre les témoins et les journalistes, les membres du service de renseignement de l’US Air Force et dans quelques cas, le FBI. Ces entretiens n’ont fourni en général que des informations superficielles sur les observations. Les détails techniques nécessaires pour prendre la décision OVNI ou non, n’ont pas été fournis dans la plupart des cas.

Alors que j’avais étudié différents cas pour savoir si nous avions raté quelque chose comme des détails importants sur les « soucoupes volantes », j’ai commencé à me rendre compte qu’une observation émergeait, la tête et les épaules au-dessus du reste. Cette observation s’est distinguée parce que le témoin s’était effectivement interrogé lui-même. Dans le rapport de son « auto-interview », il avait fourni un historique détaillé de l’événement ainsi que de nombreux détails techniques qui permettaient de décider s’il était possible ou non que cela puisse être expliqué.

Après avoir compris que cette observation était importante pour d’autres raisons que le fait que ce fut la première observation publiée, j’ai commencé à me demander ce qui nous avait manqué lorsque nous, avec notre approche « sophistiquée » moderne de l’enquête OVNI, avons presque jeté cette observation parce qu’il n’y avait qu’un seul témoin (on croyait qu’il n’y avait meilleure preuve concluante que d’autres rapports faisant référence à la même observation) et parce qu’il n’y avait aucun soutien photographique ou radar ou d’autres preuves.

Je me réfère bien sûr à l’observation de Kenneth Arnold. Ce n’était pas seulement par hasard que c’était la première observation publiée. Ses mesures et son calcul de vitesse l’ont mis à part des autres observations de soucoupe et sa croyance initiale selon laquelle il avait vu des avions d’enfer, nouveaux, lui donnaient une sorte de couverture pour présenter sa découverte à ses pairs sans qu’ils pensent que cet homme apparemment normal était devenu fou.

Ensuite, j’ai commencé à réaliser ce que nous avions manqué. Ce que nous avions manqué, c’est le fait que cinq types importants d’informations nécessaires pour une analyse appropriée d’une observation des OVNIS, du type de celles qui manquent à d’autres rapports, avaient été inclus dans le rapport d’Arnold:

1 – la crédibilité et l’exactitude du témoin: c’était un homme d’affaires prospère, sans historique d’embrouille ou de canular; il a été formé techniquement et a essayé d’être aussi précis que possible en présentant son observation; il critiquait de manière appropriée l’exactitude de ses observations et n’était pas sceptique quant à ce qu’il avait vu; il a été le meilleur enquêteur de sa propre observation et cela a fait de lui le premier enquêteur OVNI (soucoupe volante).

2 – le bon endroit: il volait à haute altitude avec une visibilité « illimitée » et par conséquent, il a pu voir les objets pendant de nombreux miles au Nord et au Sud et pendant plusieurs secondes, il était à l’ouest des objets et voyageait presque perpendiculairement à leur direction de vol, il pouvait les voir passer près de hautes montagnes, y compris le Mt. Rainier et le Mt. Adams, pendant une partie du temps, ils ont été assez proches de lui pour qu’il voit leur forme générale.

3 – le bon moment: il volait à un moment où l’atmosphère était calme, de sorte qu’il pouvait laisser l’avion voler de lui-même alors qu’il observait les objets; il était là quand ils sont apparus et sont passés; il était là quand le soleil était haut à l’ouest de lui, lui donnant ainsi une vision optimale de l’ensemble de la scène située à l’est par rapport à lui.

4 – la bonne attitude: il était assez étonné de ce qu’il voyait pour décider d’essayer d’estimer leur taille et leur vitesse en utilisant les outils qu’il avait disponibles: attaches rapides; montre avec une trotteuse; les caractéristiques géographiques des lieux (Mt. Rainier et Mt. Adams).

5 – il était pleinement alerte et capable d’enregistrer (dans sa mémoire) les détails majeurs et certains détails mineurs du passage des neuf objets qui n’étaient manifestement pas des avions conventionnels.

Plus je pensais à ces cinq types d’informations, et en particulier à l’information (4) ci-dessus, plus je me demandais si ce n’était qu’un hasard aléatoire qui les rassemblait dans cette observation ou si quelque chose de plus profond était en cours ici. Si ce ne fut pas le hasard, est-ce que cette observation avait été organisée. . . par eux?

Je me suis demandé pourquoi les objets se laisseraient voir par un témoin crédible dans des conditions de vision optimales, de sorte que l’observation ne pouvait pas être expliquée?

Le message?

Et puis une réponse est venue à moi: en apparaissant à un témoin irréprochable et en lui fournissant suffisamment d’informations visuelles pour rendre l’observation inexplicable, ils lui avaient envoyé un message et à travers lui, à toute l’humanité.

C’est alors que j’ai décidé d’écrire ce livre pour montrer à tous la vraie importance de cette observation: elle a prouvé que nous ne sommes pas seuls.

Vous n’êtes pas seuls.

Dr Bruce Maccabee, juin 2017

La petite histoire d’un grand film « Rencontres du troisième type »

Source

Steven Spielberg est fasciné par les extraterrestres depuis son enfance. Ce n’est donc pas un hasard s’il livre «Rencontres du troisième type», en 1977, comme troisième long métrage cinématographique de sa carrière. Classique désormais incontournable d’une poésie inimitable, le film ressort sur les écrans le 1er septembre à l’occasion de son 40e anniversaire.

Steven Spielberg n’a que 18 ans lorsqu’il présente «Firelight», long métrage traitant d’étranges disparitions d’animaux, d’objets et d’humains (en fait, des enlèvements commis par des extraterrestres). Il sort le film au budget de 500$ dans une salle locale et fait… un dollar de profit! Et le sujet lui reste en tête.

«J’ai toujours cru à l’existence [des ovnis], les descriptions faites par les témoins se ressemblent trop. C’était avant que les médias s’en emparent et que le sujet devienne un passe-temps culturel, une religion alternative», explique-t-il des années plus tard en entrevue.

Gentil requin

Pendant la postproduction de «The Sugarland Express» (1974), il signe une entente pour réaliser un film de science-fiction avec les studios Columbia et commence à travailler sur le concept. Il pense d’abord à un long métrage à petit budget ou à un documentaire et l’intitule «Watch the Skies». Mais «Les dents de la mer» commence à l’occuper et après son succès, Columbia lui accorde le droit de tourner le film qu’il veut. Or, le scénario qui lui est proposé ne lui plaît pas, puisqu’il n’inclut aucun ovni.

Il décide alors de prendre les choses en main et s’inspire des émotions que génère, chez lui, la chanson «When You Wish upon a Star» («Quand on prie la bonne étoile») de «Pinocchio». Il s’adjoint aussi les services de Jerry Belson – qui ne sera pas au générique – pour peaufiner le scénario, renommé «Rencontres du troisième type» d’après l’échelle développée par J. Allen Hynek, spécialiste des ovnis pour la US Air Force et consultant embauché par Spielberg. «Je voulais également inclure un élément de conspiration, rappelant le Watergate», souligne le cinéaste.

Il ne prononce jamais le mot «science-fiction» pour décrire le projet, préférant le terme «spéculation scientifique», même s’il avoue aujourd’hui être un peu plus «sceptique» qu’à l’époque quant à l’existence des ovnis. Car, en choisissant un sujet aussi obscur qu’une rencontre avec des extraterrestres, sur Terre, il joue sa carrière ; «Star Wars» n’étant pas encore sorti et la science-fiction n’étant pas un genre prisé du grand public!

«Sky’s the limit!»

Il choisit Richard Dreyfuss, son complice des «Dents de la mer» pour incarner Roy. «Ils étaient tous de grands enfants, dit-il de ses acteurs. Même François Truffaut a toujours eu un cœur d’enfant. Il a été mon premier choix […] Pour les militaires, j’ai choisi des acteurs plus cyniques, plus marqués par la rudesse de la vie. Pour le reste… nous avons tous fait ce film comme des enfants, en croyant en des choses qui ne sont pas logiques, auxquelles seuls les enfants croient, puisqu’ils n’ont pas besoin de logique.»

Au départ, Spielberg évalue le budget de son film à 2,7 millions $, mais la facture monte rapidement entre les tournages sur les lieux, notamment en Inde, la construction de maquettes, etc. Ce sont les effets spéciaux qui font grimper la note, puisque la somme dont dispose Douglas Trumbull, le responsable des effets visuels («2001, Odyssée de l’espace»), est de 3,3 millions $! Le cinéaste ne se décourage pas… pas plus que Columbia, en difficulté financière à ce moment. «J’avais une idée très précise de ce que je voulais en terme visuel, même si je ne savais pas l’exprimer. J’étais fasciné par la manière dont la lumière ‘tape’ la lentille d’une caméra, ce cercle créé autour de l’objet», détaille-t-il.

Steven Spielberg termine la postproduction en juin 1977, soit 13 mois après le début du tournage… et trop tard pour faire de «Rencontres du troisième type» une superproduction estivale, place prise par «Star Wars»! La sortie est fixée à novembre et le succès est immédiatement au rendez-vous, Ray Bradbury déclarant même qu’il s’agit là du meilleur film de science-fiction. Depuis, les techniques utilisées par Douglas Trumbull, qui n’ont pas pris une ride, ont durablement influencé l’industrie cinématographique. Et, en 1990, quand Steven Spielberg se fait demander de résumer sa carrière en une seule image de l’un de ses films, il répond sans hésitation que c’est celle de Barry, le petit garçon, ouvrant la porte de sa maison pour voir l’ovni. «Cette magnifique, mais terrible lumière, comme du feu passant à travers la porte. Barry est tout petit et c’est une très grande porte, mais il y a énormément d’espoir ou de danger après le pas de la porte.»

Les 10 chiffres magiques

– Le budget final de «Rencontres du troisième type» est de 20 millions $ (à titre de comparaison, le premier «Star Wars» a coûté… 11 millions $).

– Le film engrange 303,78 millions $ aux guichets mondiaux.

– Nommé dans huit catégories aux Oscars, le long métrage en remporte un pour la direction de la photographie de Vilmos Zsigmond.

– Les cinq notes de musique, connues mondialement, sont choisies par Spielberg parmi plus de 300 permutations proposées par le compositeur John Williams.

– En 1978, le remix disco de la chanson thème de «Rencontres du troisième type» atteint la 30e place du palmarès!

– La trame sonore mise en vente – et certifiée or – dure 41 minutes.

– Seuls deux extraterrestres sont réalisés à l’aide de marionnettes mécaniques pour la scène finale, le cinéaste ayant embauché des fillettes, «plus gracieuses», selon lui, que des garçons.

– Pendant la portion indienne du tournage, Spielberg conduit environ deux heures par jour pour se rendre sur le plateau et longe une immense usine. Ce sont ces immenses bâtiments qui lui donnent l’idée du visuel du vaisseau mère.

– Le réalisateur ne cache pas que les 25 minutes du film ont été les pires à monter, car il était constamment insatisfait, trouvant qu’il manquait ce qu’il appelle «le facteur wow!».

– Une grande partie du plateau d’Alabama est détruite par un ouragan et les studios Columbia sont alors obligés de trouver sept millions $ auprès d’entreprises privées pour payer les réparations.

«Rencontres du troisième type» ressort en version 4K restaurée le 1er septembre aux USA et au Canada.

Le monde va changer – Merci à tous

La période des élections est terminée.
Les citoyens ont manifesté leur demande de changement du système politique français. Un grand nombre de personnalités politiques solidement ancrées à leurs traditions ont été éjectées. Il en reste encore beaucoup trop mais c’est un bon début.
Quelle que soit la future Politique qui va nous gouverner, l’important c’est de constater que les citoyens demandent officiellement et clairement un changement de système politique, un changement de leur gouvernance.
Pour certains ce besoin de changement exprimé est une surprise et ils s’interrogent…

Pour l’Académie d’Ufologie, c’est le résultat du cumul de petites actions d’information du citoyen concernant « la refonte du discours officiel sur ce qu’est la réalité »(Sylvie Joubert). Nous basons nos actions sur la demande de levée de l’embargo sur la vérité en ce qui concerne la présence de civilisations extraterrestres interférant avec notre environnement. Nos cibles prioritaires sont les personnalités politiques et les personnalités scientifiques.
Nos publications sur Internet, entre nous et sur facebook, sont relayées par d’autres associations animées par nos adhérents, puis par d’autres associations ou personnes. Bien qu’elles ne soient pas spectaculaires, nos publications s’immiscent dans la vie de tous les jours des citoyens.
Nous sommes concernés par l’ufologie et agissons pour la levée d’un embargo sur la vérité mais il y a beaucoup d’autres domaines où des responsables d’association agissent pour la levée d’un embargo sur une vérité. Le cumul de ces actions a fini par réveiller une partie de la population et une grande opération de nettoyage vient de commencer.

Dans les semaines qui viennent nous allons voir si les nouveaux venus en Politique reconduiront les us et coutumes de leurs prédécesseurs ou s’ils décident de tenir compte de la réalité pour gouverner. Souhaitons qu’ils s’intéressent rapidement à notre embargo sur la vérité.

Merci à tous d’avoir participé à nos échanges et pour vos publications. Continuons dans le même sens. Le monde va changer et on y sera pour quelque chose.

Jacky Kozan le 19 juin 2017

Différentes possibilités de contact extraterrestre-humain

Traduction d’un texte de la chroniqueuse Cheryl Costa
dans le Syracuse Newtimes du 22 mai 2017

Quand les gens parlent d’avoir des contacts avec d’autres « gens pas de chez nous », ils pensent généralement qu’une soucoupe volante, ou un engin étranger indescriptible, atterrirait sur la pelouse près de la Maison Blanche. Cela a été illustré en 1951 dans Le jour où la Terre s’arrêta.

Un autre scénario est qu’un immense engin extraterrestre s’arrêtera au-dessus des capitales des principaux pays du monde. Encore une fois, ce scénario a été représenté la première fois dans la série de télévision V et plus tard avec le film Independence Day.

Bien sûr, il y a l’autre idée selon laquelle le premier contact se fera dans un endroit éloigné et secret comme dans les Rencontres du Troisième Type de Steven Spielberg. Ce film est basé sur un aterrissage coordonné très secret et un échange culturel à la Devils Tower dans le Wyoming.

Enfin, une approche très différente, encore une fois de Steven Spielberg, a été E.T. l’extraterrestre. Dans cette histoire, un vaisseau extraterrestre débarquerait dans une zone boisée en dehors d’une grande ville pour une sorte de mission d’enquête. Un membre de l’équipage extraterrestre serait laissé sur place et finirait par rencontrer un garçon du quartier et sa famille. Cette histoire a présenté l’idée de contact avec les extraterrestres au cours d’un événement moins grand, non organisé par le gouvernement. Spielberg a offert la notion que le premier contact pourrait être établi avec quelqu’un d’aussi simple qu’un jeune garçon. Au cœur de ces histoires il y a un concept fondamental: les extraterrestres doivent être les initiateurs du contact avec les êtres humains.

Qu’en est-il de la possibilité pour les humains d’atteindre les extraterrestres? peut-être avec un signal radio? Vous pourriez suggérer que c’est impossible. En fait, de plusieurs façons, la race humaine l’a déjà fait. Bien sûr, les premiers événements remarquables qui ont envoyé des signaux radio dans l’espace extra-atmosphérique étaient, au mieux, un incident involontaire.

En 1938, deux entreprises allemandes appelées Telefunken et Fernseh diffusent 72 heures sur les Jeux olympiques de Berlin sur les ondes en utilisant des signaux de télévision VHF à haute fréquence et haute puissance. Les signaux ont ciblé intentionnellement des sites éloignés à Berlin et à Potsdam, hébergeant des installations de visualisation spéciales appelées bureaux de télévision publique.

Il convient de noter que les signaux radio VHF ne rebondissent pas sur l’ionosphère de la Terre comme les signaux radio à ondes courtes, parce que les signaux radio dans les bandes de fréquences VHF ou supérieures passent à travers l’ionosphère terrestre et ils rayonnent dans l’espace extra-atmosphérique. Depuis la fin des années 1940, toutes les stations de télévision qui transmettent des fréquences VHF et UHF ou plus, ont rayonné dans l’espace. Chacun de ces signaux a porté nos images, nos voix, nos mots et nos messages commerciaux dans l’espace profond.

En juillet et août 1945, les militaires américains ont fait exploser le premier de trois dispositifs nucléaires. Les explosions nucléaires génèrent d’énormes rejets d’énergie. Cette émission massive d’énergie est émise à travers le spectre électromagnétique. Le signal aurait été considérablement fort sur toutes les fréquences à la fois. Ces détonations nucléaires ont été les premiers signaux massifs générés par les humains. En se déplaçant vers l’extérieur à la vitesse de la lumière, ces signaux seraient capables d’être reçus en tant que bruit RF à large bande à plusieurs années-lumière de distance. Ces signaux d’éclatement nucléaire ont communiqué un simple message: quelqu’un casse des atomes.

Depuis plus de cinq décennies, entre 1945 et 1996, environ 2 000 explosions pour essais nucléaires ont été réalisées. Le Traité d’interdiction des essais nucléaires a été signé en 1963 et pendant les 30 années qui ont suivi, les essais nucléaires ont été progressivement éliminés. Depuis 1998, seuls l’Inde, le Pakistan et la Corée du Nord ont mené des essais nucléaires souterrains.

Il convient de noter que, chacun de ces plus de 2 000 essais nucléaires a produit une puissante poussière d’énergie de radiofréquence à large bande qui est allée dans l’espace. A chaque fois, nous indiquons simplement que nous sommes toujours là et nous sommes toujours en train de casser des atomes.

En 1974, les scientifiques du radio-télescope d’Arecibo, à Porto Rico, transmettent un message graphique à haute puissance dans l’espace. Le message contenait des informations graphiques codées sur l’humanité et la Terre. Le signal a été transmis vers le point Messier 13 (M13), qui est un amas globulaire d’étoiles. L’intention était de communiquer des informations de base sur nos espèces. Il faut noter que le groupe M13 se trouve à 25 100 années-lumière de la Terre. Cela pose la question: pourquoi n’ont-ils pas choisi un système étoile plus proche comme un qui est à moins de 50 ans?

Traduction Jacky Kozan, le 10 juin 2017

 

Que se passe-t-il ici ?

Que se passe-t-il ici ?

Traduction d’un texte de Stephen Bassett du PRG
6 octobre 2016

Texte en Français après l’image

publis-clinton-ufo-prg2

Combien de grandes publications écrites doivent publier la connexion Clinton/ET avant que les journaux télévisés publient cette histoire?

Combien d’articles doivent être écrits avant que les modérateurs des débat télévisés interrogent la candidate Clinton à propos de sa connexion ET?

Combien de fois le Directeur de campagne de Clinton, John Podesta, doit-il aborder le sujet avant que les journaux télévisés reçoivent le message?

Combien de fois la Secrétaire d’Etat Clinton ou le Président Clinton doivent-ils prendre des dispositions pour être interrogés sur la question ET dans des interviews basés sur l’humour, avant que les journaux télévisés donnent suite?

Il y a une élection importante dans quelques semaines. A quoi pensent donc les producteurs des journaux télévisés? De quoi ont-ils peur?

Que se passe-t-il ici ?

Théorie des anciens astronautes par Jacky Kozan

Jacky Kozan, le 1er septembre 2016

Le texte ci-dessous est un résumé, les affirmations ne sont pas étayées par des références de documents. Je le rédige d’après mes connaissances personnelles, résultat de quelques dizaines d’années de lecture et de réflexion. Cependant il est très facile de trouver les sources, souvent multiples, des informations ci-dessous en saisissant les mots clés adaptés dans un moteur de recherche.

Pour essayer d’appréhender notre propre situation dans l’univers et dans le temps, afin de la comparer à celles d’autres civilisations, nous devons prendre en considération:
– l’âge de la Terre comparé à l’âge de l’univers
– l’apparition de la vie dans l’univers
– l’apparition de la vie sur Terre
– la place de notre civilisation dans le temps
– les limites de l’archéologie
disparition des traces de civilisation
camouflages de découvertes archéologiques
fouilles superficielles
– les structures irréalisables par nous aujourd’hui
– les géants et autres créatures ignorées et rejetées par la science
– les grandes religions qui décrivent la création de la Terre et de l’Homme
la Bible, le Coran, la Bhagavad-Gita, Le Kojiki
– les livres apocryphes

L’âge de la Terre comparé à l’âge de l’univers

L’univers existe depuis 13,6 milliards d’années, la Terre existe depuis 4,5 milliards d’années.
Sur l’image ci-après, si l’on considère 2 000 ans de notre civilisation, le trait jaune qui la représente devrait avoir une largeur de 6 microns. C’est à dire qu’on ne pourrait même pas le voir, car la résolution de l’œil est de 25µ, ce qui correspond à l’épaisseur d’un cheveu très fin. Il faut commencer par bien enregistrer cette comparaison.
En élargissant un peu l’âge de notre civilisation, on peut donc se la représenter avec un trait jaune juste visible.
La question qu’il faut se poser c’est:
– est-il possible que d’autres traits jaunes, à peine visibles, aient pu exister depuis la création de l’univers et depuis la création de la terre?
Réponse: on peut en mettre des milliers rien que sur la Terre. En prenant une bonne marge de sécurité on peut affirmer qu’il est possible que des centaines de civilisations aient existé sur la Terre avant nous.

apparition-de-la-vie

L’apparition de la vie dans l’univers

En cherchant à se documenter dans les écrits les plus anciens, quelle que soit leur appartenance religieuse, on finit par trouver des affirmations très semblables et la bienséance veut maintenant que l’on admette que l’homme a été créé, il n’ y a pas très longtemps, par un « dieu ». La notion de « dieu » variant largement d’une religion à une autre. Elle semble désigner une hiérarchie montante par rapport à l’humain, chacun se l’étant représentée selon son acquit personnel. Là, pas question d’apparition de la vie ni d’évolution, pas d’origine probable ni en lieu ni en temps. Ce qui est tout à fait compréhensible et apporte de la crédibilité au récit.
Certaines théories scientifiques mettent en avant une création accidentelle de la vie sous la forme de cellules les plus simples, puis une évolution progressive vers les bactéries les poissons, les reptiles, les mammifères et enfin l’humain, joyau final de l’aboutissement des évolutions techniques nécessitées par l’environnement évolutif.

Aucune de ses deux théories n’est recevable par nous aujourd’hui. La vérité est forcément tout autre.

Certaines publications affirment qu’en toute logique scientifique, si on réfléchit sur le développement de l’ADN au fil du temps, on s’aperçoit que la vie a probablement commencée, avec le premier ADN, il y a 10 milliards d’années. La Terre n’existait pas encore, elle n’a existé que 6 milliards d’années plus tard. On peut donc en déduire que la vie était présente dans l’univers bien longtemps avant que la Terre n’existe. Si plusieurs milliers de civilisations ont eu la place pour exister sur la Terre alors dans l’univers entier combien y en a-t-il eues pendant ces 6 milliards d’années avant la Terre?

vie_avant_terre
La place prise par notre civilisation

Comme la Terre est jeune, la vie existe probablement dans l’univers bien avant elle. Notre planète a pu déjà héberger des centaines de civilisations, peut-être bien plus avancées techniquement que la nôtre aujourd’hui. Avant nous, des centaines de civilisations avancées ont existé sur Terre et des millions dans l’univers. La place que nous occupons sur l’échelle de l’évolution du monde est si petite que nous ne pouvons même pas la représenter à l’échelle sur une feuille de papier A4! Oublions son aspect éphémère et comprenons qu’il serait incompréhensible que nous ne croisions pas d’autres civilisations ou que nous ne trouvions pas de traces de civilisations avancées précédentes qu’elles fussent de « chez nous » ou d’ailleurs.

Les limites de l’archéologie

Alors pourquoi ne trouvons-nous pas en permanence et partout des traces de civilisations anciennes?

D’abord, il y en a, comme par exemple les pyramides diverses, les constructions anciennes incompréhensibles, les marques diverses déroutantes (Nazca et autres en Chine). Au Liban à Baalbek, un chantier de pierres de taille pesant 2 000 tonnes a été abandonné. Par qui ?

baalbek1
La disparition des traces des civilisations

Ensuite, il faut savoir combien de temps les traces d’une civilisation peuvent subsister dans un univers en évolution permanente. Des documentaires TV ont été diffusés pour nous expliquer qu’après l’extinction d’une espèce, les traces physiques d’une civilisation disparaîtraient complètement au bout de 25 000 ans ou au mieux 250 000 ans s’il y a des traces de radio activité. Mais comme les étoiles de notre galaxie baignent dans les rayons gamma, bien malin sera celui qui saura faire une différence.

Les camouflages de découvertes archéologiques

Lorsque l’on s’intéresse au problème des traces de civilisations anciennes (pas 5 000 ou 10 000 ans mais 1 million d’années ou 100 millions d’années) et que l’on consulte les publications archéologiques, on découvre que beaucoup de découvertes, non conformes à la bienséance politico-religieuse, sont écartées ou détruites. Certaines sont conservées bien à l’abri des intelligences agitatrices. J’ai même lu qu’il y aurait plus de trésors camouflés que visibles dans des musées.

Les fouilles sont superficielles

Les fouilles archéologiques sont faites en creusant le plus souvent au niveau d’un mètre et jusqu’à un maximum de l’ordre de 8 mètres. Il ne s’agit pas des travaux de génie civil débouchant sur des découvertes archéologiques, mais des fouilles dans le cade d’une recherche scientifique.
En supposant qu’il en reste quelque chose, à quel niveau se trouveraient des traces d’une civilisation qui aurait existé il y a cent millions d’années ? Il faut tenir compte de l’érosion et autres modifications du paysage dues à la géologie.

Des structures irréalisables par nous aujourd’hui

Avec la généralisation et l’amélioration des communications de plus en plus d’image sont publiées par des chercheurs, canulars exclus, montrant des constructions que nous sommes bien incapables de reproduire ou même de comprendre, maintenant, alors que nous nous considérons comme la civilisation la plus évoluée qu’il n’ait jamais existé dans l’univers. L’explication la plus facile et la plus adaptée c’est d’en attribuer leur construction a des civilisations différentes de la nôtre, qu’elles soient de chez nous ou d’ailleurs. Il ne faut pas écarter systématiquement cette explication sous le seul prétexte qu’elle n’est pas conforme aux discours religieux.

Les géants et autres créatures ignorées et rejetées par la science

Il faut encore moins écarter cette hypothèse car l’on sait que même les anciens documents écrits des religions décrivent des créatures différentes des humains: les géants de la Genèse, les anges, les djinns et autres entités non humaines qui ont eu un impact sur l’évolution de notre civilisation.
Là encore le monde religieux, scientifique et politique ne veut pas prendre en considération des faits qu’il ne comprend pas ou à propos desquels quelqu’un lui a conseillé de ne pas s’en occuper car ces hypothèses là seraient nuisibles à son évolution personnelle. Résultat: des traces de civilisations antérieures à la nôtre existent et certains personnages sont mentionnés dans les écritures saintes, mais tout ceci doit être ignoré. Résultat, les dirigeants du monde mentent aux citoyens depuis 2 000 ans au moins pour conserver le pouvoir et des avantages à la charge de ces mêmes citoyens.

Les grandes religions décrivent la création de la Terre et de l’homme

La Bible, le Coran, la Bhagavad-Gita, Le Kojiki dont j’ai lu des extraits, mentionnent que la Terre a été créée par un ou plusieurs dieux et que l’homme a aussi été crée par ces mêmes divinités. Viennent s’ajouter aux humains d’autres personnages plus proches des dieux que ne le sont les humains. Certains existaient avant que l’homme ne soit créé alors que d’autres, comme les Djinns ont été créés en même temps que l’homme à partir des flammes du feu. L’homme ayant été créé à partir des cendres du feu, a donc été créé après les Djinns.
La documentation existe, elle est abondante, il n’y a qu’à lire. Les textes se recoupent bien: l’homme a été déposé sur Terre à un certain moment et à ce moment là d’autres créatures évoluant à proximité des dieux existaient déjà.

La Bible Septante serait due à l’initiative du fondateur de la Bibliothèque d’Alexandrie, Démétrios de Phalère, qui vers 270 av. J-C. aurait suggéré à Ptolémée II d’ordonner la traduction en grec de tous les livres israélites, textes sacrés et narrations profanes. Des savants juifs au nombre de 72 (six de chacune des douze tribus d’Israël) auraient été chargés de ce travail qui, en leur honneur, porte le nom de Version des Septante.
Pour la version française, Louis Segond (c’est le nom de famille), né en 1810 et mort en 1885 à Genève, est un pasteur protestant et théologien qui, à la demande de la Compagnie des Pasteurs de Genève, a traduit la Bible en français à partir des textes originaux hébreux et grecs, c’est la traduction « Segond ».
A retenir, le texte de La Genèse 6.1 à 6.4 qui mentionne en particulier que « Les géants étaient sur la terre en ces temps-là, après que les fils de Dieu furent venus vers les filles des hommes, et qu’elles leur eurent donné des enfants: ce sont ces héros qui furent fameux dans l’antiquité« .
Ce texte n’apparait plus sur certaines éditions récentes de la Bible.

Le Coran est le texte sacré de l’islam, qui reprend la parole de Dieu. Ce Livre reste le premier et le plus ancien document littéraire authentique connu en arabe jusqu’à ce jour, comme la tradition musulmane le présente.

La Bhagavad-Gita qui est la partie centrale du poème épique Mahabharata, est un des écrits fondamentaux de l’hindouisme.

Le Kojiki est l’un des plus ancien écrit japonais existant puisqu’il date de 712 après J.-C. C’est un recueil de mythes et de légendes expliquant la fondation du Japon comme la formation des iles, l’origine des dieux ou la ligné des Empereurs. Il a fortement inspiré le shintoïsme et il est considéré comme l’un des textes fondateurs du Japon.

Les livres apocryphes

En ce qui concerne la Bible, elle a donc été rédigée en Grec par 72 savants juifs qui ont regroupés tous les textes sacrés des livres Israélites. Enfin… presque tous car en lisant plus attentivement on s’aperçoit que beaucoup de textes hébraïques d’origine ont été écartés pour faire la Bible Septante.
En parcourant des extraits de ces livres on y trouvera beaucoup de mentions d’êtres supérieurs non humains interférant avec les humains.

Même les livres sacrés mentionnent clairement l’existence de créatures supérieures avant et après l’arrivée de l’homme. D’autres écritures considérées comme sacrées mais pas retenues pour faire Le Livre Sacré, donnent plus de détails sur des créatures supérieures diverses.

Alors est-il raisonnable de s’interroger encore sur la probabilité de l’existence « d’anciens astronautes »?

Des civilisations plus ou moins développées ont existé depuis des milliards d’années. On remarque bien le caractère éphémère de la nôtre. Comme pour les civilisations précédentes il ne restera rien de la nôtre dans 100 000 ans. Mais d’autres civilisations vont apparaître, certaines moins avancées techniquement que la nôtre, certaines beaucoup plus. Certaines d’entre elles comprendront comment aller rendre visite à d’autres civilisations dans l’univers. Les contacts et les échanges continueront d’exister. Certains dirigeants de ces civilisations tiendront des discours universels d’ouverture et d’autres, comme la nôtre, affirmeront à leurs citoyens que le centre de l’univers c’est eux, que personne ne peut venir jusqu’à eux et qu’il est vain d’essayer d’aller voir si l’herbe est plus verte dans le pré d’en face.

Notons au passage le gros travail fait par l’équipe qui réalise la série TV des « anciens astronautes ». Ce titre repris par les ufologues me semble mal adapté. Certes, des habitants d’autres planètes ont existé bien avant notre présence sur Terre et ils nous ont rendu visite depuis que nous existons. Ils continuent cependant de nous rendre visite. Le mot ancien n’est pas adapté, puisque ces voyageurs de l’espace et du temps passeront ou s’installeront sur Terre bien après notre disparition.
Nous avons besoin d’un autre mot pour désigner ces voyageurs intemporels de l’univers.

Jacky Kozan, le 1er septembre 2016

L’ufologie aujourd’hui, professionnalisme et respect

Un article de Richard Hoffman, Directeur des Projets Stratégiques du Mufon, publié le 14 juin 2016 sur son site « openminds.tv« , par Alejandro Rojas, membre de l’Académie d’Ufologie.

Source: http://www.openminds.tv/ufology-today-professionalism-and-respect/37650


Après avoir passé la majeure partie de ma vie en tant qu’ufologue, j’ai eu le plaisir de travailler avec beaucoup d’autres ufologues incroyables pendant cinq décennies. Mon admiration pour ces personnes, qui ont consacré une quantité extraordinaire de leur temps personnel, de finances et davantage pour le sujet OVNI, est sans fin. Plus encore, il y a beaucoup de gens qui font un travail difficile et pas reconnu. A ceux-là et aux autres, je dis un grand merci.

L’ufologie est une aventure très enrichissante. Non seulement elle peut vous propulser dans plusieurs directions que vous n’auriez pas décidé de choisir, mais ces aventures sont bouleversantes et créent une nouvelle réalité du monde autour de vous, que vous adoptez personnellement. Comme nous le savons tous, il y a beaucoup d’ufologues qui ne partagent pas les mêmes croyances et notions ni sur les ovnis ni sur leurs occupants, que beaucoup affirment avoir vus personnellement. Pour certains, un OVNI ou un événement connexe, les ont peut-être amenés dans ce type d’étude en priorité, alors que pour d’autres qui n’en ont jamais vu, soit ils y croient, soit ils n’y croient pas ou encore ils sont très sceptiques à propos des affirmations autour de ce sujet.

Personnellement, je suis attristé par les récentes tendances croissantes sur les médias sociaux d’y voir les parties intéressées créer des groupes dissidents qui ont des points de vues similaires mais qui contribuent à perpétuer les divisions au sein de l’ufologie. Je continue aussi de voir entrer en jeu plus de comportements agressifs tels que l’intimidation. Il semble que la colère actuelle mentionnée dans les affaires politiques surgit elle-même dans notre monde. Je vois aussi un manque de tolérance envers ceux qui expriment une réalité différente de la nôtre. Bien que, par exemple, je ne puisse pas croire facilement que des contactés communiquent avec des extraterrestres, je ne vois pas la nécessité de frapper ou intimider ceux qui affirment cela. Je peux exprimer ma conviction civilement, laquelle peut être différente de la leur.

Une grande tendance est d’étiqueter les gens. Récemment, j’ai constaté l’augmentation du besoin de déclarer les gens « debunkers » simplement parce qu’ils expriment soit une position différente de la vôtre soit des faits actuels qui remettent en question la vôtre. Tout simplement parce que vous pouvez avoir une formation ou une expérience sur le sujet, vous êtes un « debunker ». J’ai vu un objet en 2012, qui plus tard s’est avéré être un ballon secret Google et qui a été identifié comme tel (aka Project Loon), après avoir franchi plusieurs Etats et qu’il ait été vu et photographié par quelques dizaines de personnes. J’étais alors devenu un « debunker ».

Il y a besoin d’un mouvement ufologique plus unifiée. Un mouvement qui reconnaisse que le comportement courtois est important, que la diversité des opinions est une bonne chose. L’expérience de ce que l’un peut être différent de l’autre et que cela n’en fait pas une « mauvaise personne » ni un ennemi du groupe de réflexion que nous avons adopté sur Facebook ou d’autres forums de médias sociaux.

Récemment, j’ai fait une présentation à l’Université d’Alabama à Tuscaloosa. Le professeur m’a demandé de l’aider à enseigner la pensée critique aux étudiants. J’étais, à ce point de ma carrière, un directeur régional adjoint pour « l’American Society for Training & Development (ASTD) ». Nous avions réalisé une étude et avions constaté que la compétence diminue à un rythme alarmant dans nos jeunes générations et que si nous ne réagissions pas à cela, des problèmes pourraient bientôt survenir. Aujourd’hui, c’est toujours valable. Nous voyons beaucoup de gens qui prennent au pied de la lettre tout ce qui est publié sur Internet, à la télévision ou dans des actualités ici ou là. Il n’y a absolument pas de vérification de faite ni de renseignements demandés. C’est un fait. Nous constatons l’acceptation rapide qu’une vidéo YouTube montrant un vaisseau-mère au-dessus de la Maison Blanche est encore un événement que le gouvernement camoufle.

Si l’ufologie s’efforce de résoudre les nombreuses questions qui restent sans réponses à propos du phénomène ovni, elle doit se consolider grâce au comportement exemplaire approprié de ses dirigeants, c’est-à-dire que la discipline est nécessaire aux points que j’ai mentionnés ci-dessus. Combien d’entre nous voient les comportements inappropriés de nos propres sites? Combien d’entre nous divisent les gens? Combien d’entre nous sont sceptiques à l’excès et mènent les conversations dans un débat qui se termine par des divisions supplémentaires? et aussi combien d’entre nous sont inflexibles sur « c’est soit mon chemin, soit la porte » ?

C’est mon espoir avant de mourir, que l’ufologie devienne un mouvement respectable assis sur une base professionnelle. Je crois que davantage peut être réalisé et accompli lorsque les gens et les organisations travaillent ensemble. Il est temps d’enterrer les haches de guerre et certainement pas le moment de construire des murs. Je préfère les ponts, ce sont les gens qui les construisent et ils apprécient de passer dessus. Merci à tous de votre dévouement à l’ufologie, indépendamment de vos étiquettes, de vos croyances et de la réalité.

Richard Hoffman est un professionnel de l'informatique qui a étudié le phénomène OVNI depuis 1964, quand il avait huit ans. Il est actuellement Directeur du Mutual UFO Network (MUFON) pour les États d'Alabama et du Mississippi, ainsi que Directeur des Projets Stratégiques.

A Moscou un OVNI carré à volé près d’un Airbus

Paul Stonehill, membre de l’Académie d’Ufologie, nous a communiqué l’information suivante:

Près de l’aéroport de Moscou Vnukovo un OVNI carré à volé près d’un Airbus avec des passagers.

Tôt le matin, le dimanche 8 mai, les pilotes d’Airbus en vol de Krasnodar à l’aéroport de Moscou Vnukovo ont remarqué un objet volant non identifié de forme inhabituelle.

Selon les pilotes de ligne l’ovni a volé très près de l’avion à une altitude de trois mille mètres. Il avait une forme carrée inhabituelle. Les membres de l’équipage de l’avion ont dit qu’ils ne pouvaient pas faire une erreur et l’avoir confondu avec un ballon ou un drone.

Il est rapporté que l’avion était au-dessus de l’aéroport de Vnukovo, en procédure d’atterrissage au Sud-ouest de la capitale russe. En dépit de cet incident aérien, le vol ‘Krasnodar – Moscou « a pu atterrir en toute sécurité à l’aéroport Cheremetievo ».

Un extrait de presse: http://www.rusdialog.ru/news/65709_1462743958

Paul Stonehill enquête et nous informera.

ovni carré Moscou 1

ovni carré Moscou 2

Lettre ouverte à Monsieur Jean-Paul AGUTTES Responsable du GEIPAN

Le Val Saint-Père, le 09 mai 2016

Lettre ouverte
à

Monsieur Jean-Paul AGUTTES
Responsable du GEIPAN
Centre National d’Etudes Spatiales
18 Avenue Belin
31401 TOULOUSE CEDEX 9

 

Copie à Monsieur Jean-Yves LE GALL Président du CA du CNES:

Lettre recommandée avec accusé de réception

Objet: Déni d’évènements historiques liés au Phénomènes Aériens Non Identifiés

Monsieur le Directeur,

L’Académie d’Ufologie tient à renouveler l’affirmation de sa différence d’appréciation du phénomène ovni et à informer les citoyens et les ufologues de son désaccord total avec les propos tenus aux participants de la réunion publique d’Ovnis-Paris le 12 avril à La Défense. Une vidéo du contenu de cette réunion est maintenant disponible pour le public à l’adresse suivante:
https://www.youtube.com/watch?v=ERE-0nZ1k0o

– La vague de 1954, comme celle de 1952 aux USA, a fait l’objet de nombreux articles de presse dans tout le pays. En 1954, une opération de communication à partir d’une première confusion avec la pleine lune n’a pas pu être organisée aussi efficacement. Les événements mentionnés, à l’exception de quelques-uns sur plusieurs centaines, étaient bien réels. Le fait de généraliser les observations à des méprises, en affirmant que la plupart des témoignages concernent la pleine Lune, la planète Vénus ou des bolides laisse entendre que « finalement la vague de 54 n’a été qu’un coup médiatique ».

– L’évènement du 05 novembre 1990, a aussi été l’objet de beaucoup d’appels téléphoniques et articles de presse. Par contre la théorie de la rentrée du 3ème étage de la fusée Russe, bien que généralement admise, colle difficilement avec les témoignages. Malgré les indications sérieuses et fiables, nous n’avons trouvé aucun document officiel démontrant la réalité de cette rentrée au moment de l’évènement pour les lieux concernés. Cette rentrée du 3ème étage de la fusée Russe a bien eu lieu, mais quelques heures plus tôt et au-dessus de l’Angleterre.

– Les problèmes de qualité des témoignages récoltés dans une enquête n’a pas l’importance que vous lui donnez lorsque le phénomène observé est probablement la pleine Lune, la planète Vénus, des météorites ou des lanternes festives. Le problème n’est pas là, les phénomènes observés sont parfaitement identifiés. Ils ne doivent pas être considérés comme des PANs ou des OVNIs. Par contre d’autres témoignages de professionnels  de l’aéronautique et de l’astronomie, civils ou militaires qui concernent des évènements démontrant notre incapacité à réagir face à une action étrangère, doivent être pris en considération sans délai par le Geipan et avec une réaction efficace adaptée et ceci sans remettre systématiquement en cause la compétence professionnelle ou la sincérité des témoins.

Nous savons que le rôle du Geipan est de s’efforcer de banaliser les informations recueillies sur les PANs et de ne pas retenir l’hypothèse extraterrestre qui est pourtant la plus importante en ce qui concerne la survie de notre civilisation. Cette hypothèse a été retenue comme la plus probable par le rapport COMETA. Déjà en octobre 1952 le FBI écrivait que l’US Air-Force envisageait sérieusement cette hypothèse. Pourtant en 1948 elle avait été présentée par le personnel du projet SIGN au Général Vandenberg Chef d’État Major de l’US Air-Force, qui l’avait écartée comme étant inacceptable (ces informations sont basées sur des documents d’un de nos adhérents, reçus de l’administration américaine dans le cadre de le FOIPA). Le CNES-GEIPAN a adopté cette même attitude négationniste de déni de l’évidence et d’embargo sur la vérité concernant le phénomène ovni.

L’Académie d’Ufologie, sur la base de l’expérience de ses adhérents, non seulement prend en compte en priorité l’Hypothèse Extraterrestre pour raison évidente de probabilité et avec les conséquences de sécurité et de survie de notre civilisation, mais l’Académie d’Ufologie agit aussi afin que l’omerta sur la vérité concernant le phénomène ovni soit abandonnée par les personnalités politiques.
Nous multiplierons nos actions sur le monde politique et les dirigeants scientifiques jusqu’à ce que le public soit informé de leur incompétence sur le sujet et de leur volonté de continuer à faire semblant de ne pas connaître le problème.

Nous n’enquêtons pas sur la santé des témoins d’observation de la Pleine Lune, nous agissons pour évacuer un monde politique inapte à assurer l’évolution pérenne de notre civilisation.

Dans cette attente, Veuillez agréer Monsieur le Président, l’assurance de notre plus haute considération.

Pour le Conseil Permanent de l’association de type 1901 « Académie d’Ufologie »,
Son coordinateur: Jacky KOZAN

Contact uniquement par e-mail à coordination@ufolog.eu

Hillary Clinton ne divulguera rien de plus que les autres Présidents

Source, un article du Huffington-post:
http://www.huffingtonpost.com/entry/hillary-clinton-ufo-files_us_5716a9f8e4b0018f9cbb83a1
Relatant une interview de la candidate sur une radio locale de Harlem:  « Power 105.1 FM Radio’s Breakfast Club »

Question de l’animateur « Charlamagne »: Si vous devenez Présidente allez-vous vraiment dire la vérité sur les ovnis?

Clinton: Je la dirai. Je l’ai dit, je veux ouvrir les fichiers autant que nous le pouvons. Je veux dire que s’il y a quelque chose d’énorme qui relève de la sécurité nationale et que je ne puisse pas obtenir un accord pour les ouvrir, je ne le ferai pas. Mais je dois vouloir les ouvrir, car je suis intéressée.

« Charlamagne »:  Y croyez-vous?

Clinton: Je ne sais pas. Je veux voir ce que montrent les informations. Mais il y a assez d’histoires là-dessus pour que je ne pense pas qu’ils soient tous juste assis dans leur cuisine à se raconter des histoires. Je pense que les gens voient des choses – ce qu’ils voient, je ne sais pas. Mais nous devons essayer de donner l’information aux gens. Je crois en cela.

Depuis le début de la campagne électorale le discours à changé. il semble y avoir une grande différence avec la volonté affichée de Podesta et les propos actuels d’Hillary Clinton.
Il y a quelques mois Podesta annonçait qu’il regrettait de ne pas avoir pu divulguer les dossiers ovnis tant qu’il était conseiller d’Obama. Il a ensuite annoncé qu’il essaierait de convaincre Hillary Clinton de la faire si elle était élue Présidente des Etats-Unis.

Le discours d’Hillary Clinton est clair:
– si la Sécurité Intérieure ne l’autorise pas à divulguer elle ne le fera pas. Comme tous les dossiers ovnis (pas les confusions ni les inventions) relèvent de la sécurité nationale, elle annonce bien qu’elle ne fera rien de plus que les autres.
– elle « pense que les gens voient des choses, mais elle ne sait pas ce que c’est… » ; elle ne se souvient donc plus de l’initiative Rockefeller dans laquelle elle fût impliquée avec un rôle majeur.
A mon avis, elle a été « briefée » et elle ne s’impliquera pas dans une opération de type « divulgation » ou toute autre initiative qui pourrait contrarier « l’establishment » .

Jacky Kozan, le 22 avril 2016

Une réaction de Claude Lavat:

Cela m’est évident ”depuis “toujours”:
Le/la présidente qui ”divulguerait” devrait expliquer aux citoyens-électeurs pourquoi, le sujet étant si important, il/elle, ou la caste politique, n’a rien dit, a camouflé la question depuis au moins 60 ans : ce serait un suicide politique et aux USA,  un cas de procédure d’”impeachment”,
Pour mémoire un député, français, ex-Président de la commission militaire de l’Assemblée Nationale ayant directement donné (de “la main à la main”) au Président Sarkozy, en 2008 lors de l’inauguration du salon de l’aéronautique  et de l’espace du Bourget, la lettre ouverte Pinon-Lavat-Costagliola, a refusé que je rende publique sa démarche courageuse et innovatrice, sans doute pour des raisons électorales proches.
Je suis persuadé qu’une éventuelle “divulgation” ne pourrait  être faite que par une autorité moralement inattaquable, indépendante  de toute contrainte politique ou alors (crainte/espoir ?) par l’intelligence(s) visiteuse(s). CL

Des faits concernant le lien UFO-FBI – « Les X-Files réelles »

Extraits du livre du Dr Bruce Maccabee « The FBI CIA UFO Connexion« . Ce livre est basé sur les Fichiers du FBI, du Renseignement de l’US Air Force et de da CIA. Il raconte l’histoire de l’implication du FBI avec les activités de l’US Air Force comme on la voit à travers les « yeux » du FBI. L’Air Force a dit des choses au FBI, qu’elle n’a pas dites au peuple américain!
FBI CIA UFO connection Dr Bruce Maccabee
Fait n° 1
Le 10 juillet 1947, l’Agence de Renseignement de l’US Air Force a demandé au FBI d’interroger des témoins. L’US Air Force était inquiète du fait que certains rapports d’observations auraient pu provenir de sympathisants communistes.

Fait n° 2
Le FBI a officiellement enquêté au cours de la fin de l’été 1947. Le FBI a interrogé une douzaine et demi de ces témoins et n’a trouvé aucune preuve que c’étaient des sympathisants communistes, mais il a trouvé des observations inexplicables. Beaucoup de ces interviews et des rapports d’observation ont été déposés sous la rubrique «Sécurité – X » ….. ce sont donc les « X Files Réelles. »

Fait n° 3
L’Agence de Renseignement de l’US Air Force a fourni au FBI des informations secrètes concernant les UFO à partir de l’été 1947 jusqu’au milieu des années 50. Certaines de ces informations ne figurent ni dans les fichiers du Projet Blue Book (1952- 1969) qui comprennent les fichiers de projet Sign (1948) et ceux du Projet Grudge (1949-1951), ni dans ceux de l’US Air Force.

Fait n° 4
Les informations fournies au FBI pendant les années 1949-1950 indiquaient que l’US Air Force a traité le sujet sérieusement, même si elle a déclaré publiquement que les observations pourraient toutes être expliquées et qu’il n’y avait pas de menace pour les Etats-Unis.

Fait n° 5
En janvier 1949 un colonel de la Force aérienne d’Oak Ridge, Tennessee, qui a dirigé le projet pour créer des aéronefs à moteurs atomiques, a dit au FBI que les soucoupes étaient réelles et que c’étaient des armes de l’Union Soviétique.

Fait n° 6
En 1949 et 1950, le FBI a été informé par le Renseignement de l’US Air Force que le projet de soucoupe était clos. Mais le FBI a reçu de nouvelles demandes pour examiner des informations, qui prouvaient que l’US Air Force enquêtait toujours. La confusion des enquêteurs de l’US Air Force, quant à savoir si oui ou non les soucoupes étaient des armes d’une autre nation ou autre chose, est évidente dans le dossier du FBI.

Fait n° 7
Au cours des années 1949 et 1950 de nombreuses « boules de feu vertes » ont été observées survolant les installations militaires protégées du Nouveau-Mexique et du Texas. Ces installations militaires ont été associées à la construction et au stockage des armes atomiques. Les agences de sécurité étaient très inquiètes que ces « boules de feu » puissent être des missiles soviétiques. Les rapports de l’US Air Force indiquent également une « variante en forme de disque » également signalée par son personnel de sécurité. Les agents du FBI ont fait de nombreux rapports au siège (John Edgar Hoover fondateur du FBI) concernant ces observations. En 1950, un projet de l’Air Force a été mis en place pour enquêter sur ces observations (projet Twinkle) et a obtenu une « preuve en image » de la réalité des soucoupes. Cette preuve est présentée au public pour la première fois dans mon livre.

Fait n° 8
Le 29 juillet 1952, une semaine après l’apparition des soucoupes au-dessus de Washington, le Renseignement de l’US Air Force a dit au FBI qu’environ 3% des observations ne pouvaient être expliquées et qu’il n’était « pas tout à fait impossible » que certaines soucoupes fussent des « vaisseaux d’une autre planète ». Le même jour, le général en charge du Renseignement de l’US Air Force (le General Samford) a tenu une conférence de presse et a dit au public américain que les observations étaient toutes explicables par des phénomènes naturels tels que les mirages et « inversions de température » (affectant les radars).

Fait n° 9
En Octobre 1952, le FBI a dit que certains agents de l’US Air Force « envisageaient sérieusement la possibilité de vaisseaux interplanétaires. »

Fait n° 10
En 1956, un employé du FBI et un employé de l’Agence de Sécurité Nationale ont vu et signalé au FBI un OVNI.

Fait n° 11
Le dossier du FBI contient plusieurs rapports de l’agent qui a enquêté sur l’affaire Lonnie Zamora / Socorro au Nouveau-Mexique, le 24 Avril 1964.

Fait n° 12
Le dossier du FBI contient un mémo qui indique que lorsque Jimmy Carter est devenu président, il a questionné les organismes gouvernementaux au sujet de leurs activités concernant les OVNIs, comme il l’avait promis avant les élections.

Fait n° 13
Maintenant, le FBI ne fait pas d’enquête sur les observations.

Fait n° 14
Au printemps de 1998, le FBI a mis sur le web les quelques 1600 pages de dossiers OVNIs … voir www.foia.fbi.gov et chercher les documents « foipa ». Ceux-ci ne sont pas classés dans un ordre particulier, donc si vous êtes à la recherche d’un élément précis, vous pourriez avoir à parcourir tous les 16 fichiers de 5 Mo chacun.

Source: http://brumac.8k.com/fbi_facts.html

Site Internet du Dr Bruce Maccabee: http://brumac.8k.com/

Livre disponible ici: https://www.amazon.fr/The-FBI-CIA-UFO-Connection-Activities-Intelligence/dp/1502317214?ie=UTF8&ref_=pe_386181_40444391_TE_item

Traduction, Jacky Kozan le 11 avril 2016

FBI CIA UFO connection Dr Bruce Maccabee

Préparation des ufologues à la Divulgation

prglogoscript1
Communiqué du PRG (Paradigm Research Group) de Stephen Bassett

http://www.paradigmresearchgroup.org/index-2.html

Préparation des ufologues à la Divulgation

18 mars 2016

Comme la divulgation se rapproche, voici ce à quoi vous pouvez vous attendre.

1) Des canulars
Il y a une composante de tricherie dans l’ADN humain. Nous aimons faire des canulars, des bons coups, des farces. C’est ce que nous faisons. Les canulars OVNI/ ET vont augmenter, peut-être même de façon spectaculaire. Au fil des décennies la mystification autour des questions ET/OVNI a été constante et le gouvernement a joué un rôle important en propageant la ridicule composante de l’embargo sur la vérité.
Vous pouvez faire le canular d’une menace de bombe dans un aéroport. C’est amusant, non? Faux. Vous allez en prison pendant dix ans. Mais vous pouvez monter toute forme de canular sur les phénomènes ET, sans conséquence… et ça va empirer.

2) Des prédictions
Les gens vont s’exciter et les prédictions vont suivre. Ceci est également la nature humaine et c’est compréhensible. Il suffit de garder à l’esprit que la plupart de ces prédictions seront arbitraires et mauvaises.

3) De faux témoins
La divulgation sera le plus grand spectacle sur Terre. Beaucoup de gens voudront être sur la scène, qu’ils aient ou non un lien avec la question elle-même.

4) De vrais témoins
Comme la divulgation approche beaucoup de témoins légitime, comme les militaires, les agents de renseignement, les témoins politiques pourront sentir qu’ils peuvent enfin aller de l’avant. De toute évidence, l’évaluation de ce processus sera rendu compliquée par les faux témoignages. Tout ce qui peut être demandé est que le public et les médias fassent de leur mieux pour appliquer la raison et le bon sens.

5) Des récits élaborés
Ce sont essentiellement des canulars d’un niveau très avancé. Il vous sera présenté de longues histoires d’une grande complexité. Elles seront très divertissantes mais elles seront complètement fausses.

6) Une opposition
La divulgation sera l’événement le plus profond de l’histoire humaine. Nombreux sont ceux qui estiment qu’il n’en est pas encore temps… Nous devrions attendre que nous soyons plus avancés technologiquement ou spirituellement… Nous devrions laisser le gouvernement décider. Etc… Une partie de cette opposition consistera en des réflexions légitimes de préoccupation et une autre partie sera de la propagande.

7) De la désinformation
C’est la tâche qui sera la plus difficile à affronter pour le public et les médias. Tout ce qui précède peut inclure de la désinformation orchestrée dans laquelle une certaine vérité est intégrée dans le but de saper et de ralentir le processus de divulgation lui-même. Une partie de cette désinformation viendra de particuliers qui ne sont tout simplement pas prêts à faire face à la vérité. Une autre partie sera gérée par des entités gouvernementales. Cette dernière sera, bien sûr, la plus sophistiquée. Le gouvernement est très bon en manipulation de l’information.

A l’ère d’Internet de telles actions sont plus faciles et plus accessibles à plus de gens que jamais. Les censures de site web existent déjà et leur nombre va croître. Un grand défi de la génération actuelle est la navigation dans les champs de mines des faux sites web créés par les gouvernements, les entreprises, les ONG malfaisantes, etc., etc., etc.

Ces champs de mines sont peut-être la principale raison d’obtenir une excellente éducation. Les personnes peu instruites seront les victimes de cette nouvelle réalité.

Ce qui veut dire que beaucoup d’efforts, de temps et d’argent seront nécessaires si nous voulons que le changement de paradigme qui vient et le monde post-divulgation qui suit, soient un transit honnête au service de tous et pas seulement une manipulation de quelques-uns. La vérité à un coût. Les mensonges, vous les obtenez gratuitement.

Traduction de Jacky Kozan, le 22 mars 2016

Communication de type Fatima – un phénomène de télesthésie

Ce document en « .pdf »

Des évènements comme ceux de Fatima en 1917 ont été observés ailleurs et à d’autres époques plus récentes. Les méthodes utilisées pour communiquer un message aux milliers de témoins présents se ressemblent.

Ces messages sont émis par des civilisations, ou du moins, des existences intelligentes qui interfèrent avec les humains. Ces messages ont été perçus comme des images représentant une distorsion de la réalité, une réalité différente de celle habituellement appréhendée par notre cerveau. Cette réalité a-telle été modifiée, au point que les témoins ne l’aient pas reconnue, ou ont-ils reçu des images construites pour leur faire perdre leurs repères et ainsi attirer particulièrement leur attention? Alors dans ce cas, les images ont été envoyées directement au cerveau des témoins.

Nous nous trouvons là dans le cas d’une communication directe vers notre entrepôt personnel d’information, qu’il soit situé dans notre cerveau ou ailleurs. L’information n’a pas été détectée par le sens de la vue tel qu’il fonctionne habituellement. La réalité n’a pas été modifiée au point de correspondre aux visions des témoins. C’est la perception de la réalité par les cerveaux des témoins qui a été modifiée. Ce fut une intervention directe dans leur conscience ou leur subconscient.

Cette affaire de Fatima est un bon exemple pour commencer à débattre sur la physique de l’information et sur la conscience.

Commençons par faire le point sur ce que nous avons appris depuis quelques mois sur les notions de physique de l’information, de conscience, de communication subtile échappant à nos sens connus. D’abord les bases, c’est à dire ce que nous devons bien avoir compris, à notre niveau d’ufologues ayant des spécialités professionnelles différentes et une connaissance minimum, scolaire, de la physique.

Certains ufologues comme Jacques Vallée, ont attiré notre attention sur l’importance de la Physique de l’Information dans la recherche de la compréhension du phénomène ovni. En commençant les échanges entre nous, nous sommes vite arrivés à mentionner des mots comme « espace-temps », ou mieux encore, « continuum conscience-énergie/matière ».  Des mots que nous n’utilisons pas tous les jours et que nous hésitons à employer sans un minimum de vérifications.

De plus, le débat nous oriente vers un phénomène ovni qui serait une invention de l’esprit, une explication que l’association Académie d’Ufologie ne prend pas en compte.

Profitons de la sortie en octobre du livre de Daniel Robin « Fatima le Quatrième Secret » pour construire ou consolider nos bases en physique afin de nous mettre en situation d’analystes des évènements pour pouvoir les relater en tant qu’ufologues de l’Académie d’Ufologie.

1 – Des définitions simples
Pour nous préparer à réfléchir sur un problème complexe, j’ai listé quelques mots qui reviennent souvent dans nos messages et j’ai retenu quelques définitions qui les illustreront mieux que leurs définitions techniques précises.

La matière
Substance dont sont faits les corps perçus par les sens et dont les caractéristiques fondamentales sont l’étendue et la masse.

L’énergie
Capacité d’un corps ou d’un système à produire du travail mécanique ou son équivalent. (Énergie thermique, énergie électrique…)

Lien matière-énergie
C’est la formule d’Einstein E = mc2 qui signifie deux choses très importantes:
– la matière équivaut à l’énergie. La matière peut être transformée en énergie, et réciproquement (notez bien ce « et réciproquement »)
– une très petite masse de matière renferme une immense énergie.

Énergie et masse sont les attributs de la matière et elles sont inconcevables l’une sans l’autre. Toute énergie a un support matériel et tout corps possède de l’énergie. L’énergie est d’autant plus grande que la masse du corps est plus importante, et vice versa.
Ordres de grandeur: 1 kg de matière (1 litre d’eau par exemple) est équivalent à une énergie de 25 000 milliards de Watts heures ou de quoi faire bouillir 200 milliards de tonnes d’eau. Pour comparer, une centrale nucléaire fournit une énergie de 1 milliard de Watts  heures.

Remarque en passant:
René HUYGHE, de l’Académie Française et Professeur au Collège de France à écrit en 1955 dans « Dialogue avec le Visible« : « L’esprit parvient à expliquer tour à tour la lumière, l’attraction, l’électricité, la notion d’énergie pure, jusqu’au jour où la science moderne sera tentée de réduire la matière, jadis sacro-sainte, à n’être plus qu’un aspect de cette même énergie, de ne considérer dans sa particule élémentaire, l’électron, en somme, qu’une apparence… une localisation de cette énergie dans un espace généralement très petit. »
C’était en 1955 ! Ce n’était pas un Physicien mais un écrivain spécialisé dans l’histoire, la psychologie et la philosophie de l’Art…

L’espace et le temps
Vous les connaissez…

L’espace-temps
On l’appelle aussi notre quatrième dimension ou 4D.
Rappel des dimensions:

1D – un point sans longueur, ni largeur, ni épaisseur
2D – un plan, (une surface) avec sa longueur et sa largeur
3D – un volume avec sa longueur, sa largeur et sa hauteur
4D – un volume qui se déplace dans l’espace et le temps (dans les 2 en même temps!)

Continuum espace-temps
Récemment nous avons employé l’expression continuum espace-temps que j’avais illustré avec cet exemple: « lorsque je vais acheter mon pain, je me déplace dans l’espace depuis ma maison jusqu’à la boulangerie. En conséquence le temps a aussi été modifié. Lorsque j’étais dans ma maison il était 8 heures 30, lorsque j’étais à la boulangerie il était 8 heures 40. C’est mon continuum espace-temps: il me faut 10 minutes pour aller à la boulangerie. »

Ces quelques définitions sont là pour nous préparer à la compréhension du « continuum conscience-énergie/matière » sur la base de notre compréhension de la signification du « continuum espace-temps ». Le « continuum conscience-énergie/matière » devant être pris en considération dans le cas du traitement de l’information traitée à « Fatima ».

2 – Physique de l’information à « Fatima »
Génération, transmission, réception, traitement, stockage.

Dans le cas des évènements de Fatima nous avons une communication directe d’informations dans la conscience de la personne. C’est vraiment de la télépathie, une forme inhabituelle de sensibilité extrasensorielle, mais ici, volontaire et contrôlée. Mais comme le mot « télépathie » est porteur de dérision, j’ai trouvé un synonyme: « télesthésie » (telaesthesia). Sa définition est: « perception par un sujet d’un phénomène que la distance lui interdirait d’appréhender par les voies sensorielles usuelles » et elle est aussi présentée comme une « télépathie volontaire ou contrôlée. »
A Fatima il y a eu un phénomène de télesthésie!

Départ de l’information
C’est précisément le point principal de notre recherche et il a fait l’objet de mon précédant article « Qui était derrière les évènements de Fatima? ».
Le problème se complique lorsque l’on élargit le raisonnement aux autres phénomènes inhabituels et impossibles rapportés par des témoins.

Après la tentative d’identification de la source d’information, nous devons essayer de savoir comment l’information a été véhiculée et interceptée? Qu’est elle devenue? Quel a été son impact sur les témoins? Et sur nous?
Nous pouvons apporter des réponses basées sur nos connaissances actuelles comme, dans le passé, les ovnis ont été baptisés roues volantes, nuées, boucliers ardents, lances volantes, chars volants, nefs célestes, vaisseaux des nuages ou vaisseaux du ciel.  Imaginons alors un générateur d’informations qui diffuserait des agendas et feuilles de route.

Transmission
Claude Lavat a proposé la théorie des champs néguentropiques qui pourraient véhiculer de telles informations. ( http://ufolog.eu/category/claude_lavat/neguentron/ )

Réception
Comment sont repérées et captées et traitées des informations comme celles que les témoins de « Fatima » ont reçues?
En première réaction le cerveau nous semble être un bon outil de réception et de traitement des informations. Plus généralement, le mot « conscience » qui englobe les informations ainsi que les outils internes de traitement et de communication de ces informations est utilisé pour désigner le récepteur final, à notre niveau. Mais d’autres mots ont été proposés par des Scientifiques, comme « perceptronium » désignant toute matière ou substance consciente d’elle-même et le mot « computronium » désignant toute matière ou substance capable de capter et traiter les informations qui nous sont destinées.

Nous ne sommes donc pas encore capables de comprendre le fonctionnement d’une communication telle que celle de « Fatima ». En ce qui concerne tous les éléments de l’élaboration, de la transmission et de la réception de l’information, nous ne pouvons simplement faire que des propositions (élaborer des théories) en ce qui concerne chacune des étapes.
Devons-nous alors nous contenter de recevoir le message? Quelle confiance pouvons-nous avoir dans la qualité de son décodage? D’autant plus qu’aucun message n’a été rendu officiel, ni par une religion ni par un gouvernement.

Dans le prolongement de ces réflexions sur l’affaire de « Fatima », je vous proposerais, dans un prochain article, de faire le point sur l’état de notre compréhension de la conscience qui fait l’objet de nombreuses publications, plus ou moins techniques, depuis longtemps.

Jacky Kozan, le 15 septembre 2015

Qui était derrière les évènements de Fatima?

En 1917, au Portugal, l’explication de ce phénomène était basée sur la religion. Elle l’est encore aujourd’hui pour une grande partie du Monde Chrétien. Les enquêtes et analyses publiées interprètent la signification d’un évènement remarquable, selon notre culture du moment.

Alors qui ou quoi a organisé l’évènement? Qui ou quoi a été vu? Y a-t-il vraiment eu un message confié à cette occasion? A mon avis plus le temps passe et plus il est difficile de répondre à ces question. En 1917, au Portugal, pas de problème pour trouver dans la religion des acteurs collant bien avec les évènements. Avec le développement de l’ufologie d’autres explications ont été proposées, sur la base d’une manifestation organisée par une civilisation extraterrestre. En 2015, certains, comme moi, écartent l’option religieuse et prennent en considération les aspects scientifiques, militaires et sociologiques de l’affaire.

Quelle civilisation s’est manifestée?

En 1947, après l’observation de Kenneth Arnold et la création de l’expression soucoupe volante, Le FBI et l’US Air-Force ont envisagé qu’il pouvait y avoir une civilisation ET visitant la Terre. Un peu plus tard, après que les ufologues aient recueilli une grande quantité de témoignages, certains avançaient le chiffre de 20 civilisations différentes. Il y a 10 ans il a fallu se rendre à l’évidence, les témoignages décrivent au moins une soixantaine de créatures très différentes les unes des autres. Et puis aujourd’hui la formule de Frank Drake, mise à jour, nous indique qu’il devrait y avoir 100 000 civilisations intelligentes, rien que dans notre galaxie.
Alors… laquelle est derrière Fatima?

Humanoïdes et vaisseaux

Les premières représentations de civilisation ET étaient orientées vers des créatures humanoïdes se déplaçant dans des vaisseaux. D’une part la base de référence pour la comparaison, c’était nous les humains. D’autre part les premières affaires ufologiques concernaient des véhicules et des créatures humanoïdes (Soucoupes volantes de Kenneth Arnold et crash de Roswell). Il a été logique de prendre d’abord en considération une hypothèse « humanoïdes avec véhicules ».
Les autres formes de civilisations étaient laissées dans la rubrique paranormal, c’est à dire folklorique, farfelues, sans impact sur la sécurité du pays. C’est encore le cas de nos jours, bien que d’autres analyses plus étendues commencent à être publiées.

Retombées de la Recherche Scientifique

Le 23 juillet dernier la Nasa publiait un communiqué confirmant que le télescope Kepler avait découvert la planète 452b évoluant dans la zone « habitable » de son étoile. Elle existe depuis 6 milliards d’années, soit plus d’un milliard d’années que la Terre. Elle est située à 1400 années lumières de nous, c’est donc une proche voisine car notre galaxie fait environ 100 000 années lumières de large! Tracez un cercle de 10 cm, représentant la largeur de notre galaxie. A cette échelle, la distance de la Terre à cette planète 452b fait 1,4 millimètre! Voyez la proximité!
Nous devons envisager que cette planète soit habitée par une civilisation qui a 1 milliard d’années d’avance sur nous. Réfléchissez maintenant à ce que nous étions il y a 200 ans, à ce que nous sommes devenus aujourd’hui et à ce que nous serons dans 200 ans. Poussez un peu plus le raisonnement pour essayer d’imaginer ce que nous serons dans 1 000 ans… et dans 1 million d’années… ce n’est même plus envisageable.

Autres formes de civilisations

Des entités ayant un développement avancé de plusieurs millions d’années par rapport à nous, peuvent être partout dans l’univers puisqu’elles maitrisent des techniques et d’autres dimensions encore inconnues de notre physique. Elles peuvent avoir leur origine n’importe où, y compris sur la Terre. Elles n’ont rien à voir avec l’être humain actuel, elles sont considérées comme « extra » terrestres, en raison de leurs trop grandes différences avec notre humanité. Il est donc impossible, pour nous aujourd’hui, de subodorer quelque intention de la part de telles créatures avancées.
Sur les probables 100 000 civilisations intelligentes de notre galaxie, quelques-unes sont en retard sur nous, d’autres sont en avance. Combien sont en avance sur nous?

Même si nous nous concentrons sur des civilisations dont l’évolution est proche de la nôtre, il y aura des différences naturelles en raison des différences de gravité de la planète, de la constitution de son atmosphère, de son climat, de son champ magnétique, de la durée des jours et nuits, etc…

Quelles sont leurs intentions?

Le phénomène ovni se divise en un grand nombre de morceaux, chacun ayant une intention différente nous concernant. Certains visiteurs peuvent avoir l’intention de nous aider, d’autres visiteurs essaient peut-être de nous rendre la vie plus facile, comme nous entretenons notre aquarium ou nos cages à lapins. D’autres encore peuvent avoir envie de nous observer, de jouer avec nous, de nous utiliser comme main d’œuvre, de gérer notre reproduction afin qu’ils se constituent une bonne réserve de nourriture, etc…

Fatima, était-ce un message sérieux ou des touristes farceurs?

En investissant du temps dans la recherche de la signification du message de Fatima, il faut prendre en compte les éléments qui pourraient crédibiliser la source du message. D’après les enquêtes et analyses publiées à ce jour, nous pouvons conclure que les auteurs des évènements de Fatima nous connaissent bien. Ils font référence à notre éducation religieuse et ont choisi pour se manifester un endroit où le public est réceptif au message. Ils ont annoncé au préalable les évènements. Tout nous oriente vers une civilisation de « grands frères » et vers une stratégie de préparation au contact. Mais ces observateurs protecteurs ont-ils plus de droits sur nous que les nombreuses autres civilisations qui nous côtoient?
Il y a eu d’autres phénomènes de type Fatima. Était-ce la même source? Le message annoncé a-t-il été identique?
Existe-t-il une règlementation du contact avec les créatures de la planète Terre? Existe-t-il un plan de développement de la Terre? Existe-t-il un calendrier du contact? Si c’est le cas c’est très impressionnant car en prenant en compte d’un côté le fait que la Terre soit un véritable arrêt d’autobus pour d’autres civilisations et d’un autre côté le fait que la quasi totalité des humains disent ne pas voir d’extraterrestre, on peut en déduire que la discipline intersidérale est extrêmement efficace.

Ce qui voudrait vraisemblablement dire qu’un évènement comme Fatima est le résultat d’une coopération entre plusieurs civilisations extraterrestres motivées par le développement des occupants de la planète Terre.

Jacky Kozan, le 31 août 2015

Les labyrinthes de la conscience

Traduction d’un article en Russe publié sur le site d’Evgeny Sidorov « UFOlats » (pour UFO Latvia ou UFO Lettonie): http://www.ufo.lv/rus/news/world/2015/index.php?62803

Rappel: Evgeny Sidorov, membre de l’Académie d’Ufologie, est co-auteur, avec Sylvie Joubert du « Nouveau Paradigme Ufologique ».
L’article publié est une bonne base pour réfléchir aux possibilités et aux limites de la conscience humaine. Nous pourrons ensuite élargir la réflexion à une « conscience » plus générale qui inclut celle des civilisations (ou simplement existences) extraterrestres.


 Les labyrinthes de la conscience

Chez l’homme, il n’y a pas d’ailes, pas de pattes véloces, ni de terribles dents ou griffes. La chose principale que nous avons reçue de la nature pour survivre est un phénomène psychique unique, la conscience. C’est ce qui permet à une personne de se sentir un individu. Il semble qu’elle ait toujours été en nous… Mais comment fonctionne-t-elle? Comment exploiter ses principaux mécanismes?

Si nous, les humains avons développé l’esprit, la conscience, l’intelligence, tout cela doit avoir une certaine signification évolutive. Sinon, la sélection naturelle ne nous permettrait tout simplement pas de développer tous ces phénomènes. Nous, les Homo Sapiens avons un cerveau, dont la masse est d’environ 2% du poids total du corps, mais c’est un incroyable consommateur d’énergie, absorbant environ un quart de toute l’énergie de l’organisme. Pourquoi avons-nous un tel dispositif complexe et vorace?

Il est évident que dans le monde animal, il y a beaucoup d’espèces qui n’ont pas une mentalité développée mais elles se sont parfaitement adaptées et ont survécu à une autre époque géologique. Prenez, par exemple, des échinodermes. L’Étoile de Mer peut être coupée en deux,  la deuxième partie va croître en une autre Étoile de Mer. Nous sommes devant ce que l’on ne peut que rêver: elle est presque immortelle. Les insectes résolvent les problèmes de leurs différents dispositifs: en changeant de génération ils changent rapidement en modifiant efficacement leur génome. Certains animaux ne peuvent vivre que quelques heures, mais de plus en plus d’organismes permettent à toute leur population de s’adapter parfaitement aux conditions changeantes. Pour un homme, cela est impossible.

La plus grande machine du monde

Notre corps est beaucoup plus complexe que l’organisme d’une mouche ou d’un papillon de nuit. Il grandit et se développe pendant de nombreuses années et c’est une ressource trop précieuse pour « la gaspiller », comme le font les insectes. Bien sûr, un changement de génération, a aussi joué un certain rôle dans l’évolution de l’humanité. Pour cela il existe un mécanisme de vieillissement, mais la force de notre population est « dans l’autre »: repérer et retenir l’avantage de ce qui est nécessaire à long terme pour notre croissance, c’est ce qui donne à notre corps la capacité de s’adapter rapidement.

Une personne peut instantanément évaluer une situation qui a changée et comprendre comment s’y adapter, tout en restant en vie et en bonne santé. Tout cela nous est possible parce que nous avons une conscience. La célèbre neurophysiologiste russe, l’académicienne Natalya Bechtereva, a dit: « – le cerveau est la plus grande machine qui est capable de faire passer du réel à un idéal. » Cela signifie que la propriété la plus importante de la conscience humaine est la capacité de créer et de stocker une image interne du monde environnant. L’avantage de cette compétence est colossal. Lors d’une rencontre avec un phénomène ou un problème que nous devons résoudre, ou pour lui donner un sens à partir de zéro, il suffit de comparer l’information nouvelle avec la vision du monde que nous avons développé.

L’histoire de la psyché humaine à partir de pratiquement zéro dans l’enfance jusqu’à une personnalité mûre ayant une expérience diversifiée, est une accumulation constante d’informations, d’adaptations, d’ajouts, de corrections et d’images individualisées du monde. Les activités de l’esprit humain ne sont rien d’autre qu’une nouvelle information sans fin, filtrant à travers l’expérience acquise. Le mot russe pour « conscience » (сознание ) reflète très bien l’essence du phénomène: la conscience, c’est une vie « avec la connaissance » (со знанием). Pour cette évolution l’homme a été doté d’une ressource informatique unique, le cerveau, ce qui vous permet de comparer en permanence la nouvelle réalité avec votre expérience acquise.

Notre conscience a-t-elle des lacunes? Bien sûr, le principal, la partialité et l’imprécision de tout point de vue personnel sur le monde. Par exemple, si un homme rencontre une blonde et que sur la base de son expérience personnelle, il décide que cette blonde est trop frivole ou mercantile, il peut décider d’abandonner une relation sérieuse. Mais peut-être que le fait est qu’il n’a seulement pas de chance avec cette blonde particulière, car elle est atypique par rapport à son expérience. Cela arrive tout le temps, et parfois l’accumulation de faits contredisant notre image individuelle du monde, peut conduire à ce que les psychologues appellent la dissonance cognitive. Au moment de la dissonance, la vieille image du monde tombe en ruine et à sa place une nouvelle image apparaît, ce qui est aussi une partie de notre mécanisme d’adaptation.

L’abysse de l’inconscient

Un autre inconvénient de la conscience est qu’elle n’est pas toute-puissante, bien que nous créons l’illusion qu’elle saisit 100% d’une nouvelle information (mais ce n’est seulement qu’une illusion!). Toutefois, elle n’a pas cette capacité physique. La conscience est un nouvel outil très évolutif, qui à un moment donné a été construit sur une partie de l’inconscient. Dans certaines créatures la conscience est apparue et si des animaux  ont une conscience, c’est un point  très intéressant, mais que nous sommes loin de comprendre. Car malheureusement, jusqu’à présent il n’y a pas d’outil de communication scientifique avec des animaux, que ce soit un chat, un chien ou un dauphin et il nous est donc impossible de déterminer dans quelle mesure ils sont conscients. Nous ne le pouvons pas.

Cet inconscient, qui est la ressource de la psyché en dehors de la conscience, est préservé dans son intégralité chez l’humain. Estimer la taille de l’inconscient ou en vérifier son contenu est impossible, la conscience ne nous permet pas d’y accéder. On croit que notre intuition est  illimitée et que cette vie psychique est là pour nous aider dans des situations où les ressources de la conscience ne suffisent pas. Une aide nous est donnée sous la forme de processus, mais nous ne voyons que les résultats, mais pas les processus eux-mêmes. Un exemple classique, la table périodique des éléments élaborée par Dimitri Mendeleïev qui, après beaucoup de réflexions, prévoit des cases avec les propriétés d’éléments non encore découverts.

Même si nous supposons que c’est juste une belle légende, c’est une bonne idée d’illustrer le fait que chacun de nous a acquis son savoir par son expérience personnelle. Une décision qui engage pour une longue période, vient parfois tout à coup, comme si elle surgissait de nulle part. Parfois même du domaine du sommeil. Cependant, ce travail de l’inconscient, non seulement nous ne pouvons pas le voir, mais nous ne pouvons même pas garantir sa connexion. Cet outil rebelle aux efforts de notre volonté, comme nous l’avons dit, n’obéit pas à la conscience.

Où placer les chaussettes?

D’autre part, un mécanisme de sauvegarde de la conscience humaine, moins sombre et moins inaccessible que l’inconscient est également disponible. Ce mécanisme, en psychologie est parfois associé à la notion de « caractère » et il fonctionne bien. Lorsqu’un individu compare les données entrantes avec sa propre vision du monde, la première chose qu’il veut c’est répondre à la question: « – qu’est-ce que je fais dans une telle situation? » Et si l’expérience particulière de sa conscience ne suffit pas,  il cherche à répondre à la question: « Que font les gens dans cette situation?  »

Cette question fait référence à l’enfance, à la parentalité. Maman et papa donnent aux enfants un ensemble de modèles de comportement sur le thème de « ce qui est bon et ce qui est mauvais », mais les éducations sont toutes différentes et les modèles, pour un même événement, peuvent différer de façons significatives chez différentes personnes. Par exemple, le cas du mari qui pense que les chaussettes peuvent être jetées au milieu de la chambre, alors que sa femme dit que le linge sale doit immédiatement être déposé dans la machine à laver. Dans ce conflit, il y a deux issues possibles:
– dans un cas, la femme se tournera vers son mari pour lui demander de ne pas jeter les chaussettes et il peut en convenir avec son épouse; dans le même temps la conscience des deux personnes évaluent la situation « ici et maintenant » et le compromis sera le résultat d’une adaptation rapide;
– dans un autre cas, si le mari ne réagit pas, son épouse est susceptible de se mettre en colère et de prononcer des paroles comme: « cela est dégoûtant! Personne ne le fait! ».
« Personne ne le fait » ou « tout le monde le fait », c’est « l’aérodrome de secours » de la conscience, son système de sauvegarde. Ce système joue un rôle important d’adaptation, il vous permet de ne pas transférer la tâche intuitive sur laquelle vous n’avez aucun contrôle et de la laisser hors de la conscience. Malheureusement, à ce stade, dans une certaine mesure il est préférable de désactiver le mode adaptatif et de faire une analyse immédiate de la réalité.

Miroir pour un héros

Donc, l’avantage évolutif le plus important de l’humain est la capacité de produire en permanence une image interne du monde qui décrit la réalité et donc de prédire les développements futurs pour s’y adapter. Mais comment évaluer la justesse de l’adaptation? Pour ce faire, nous avons un dispositif de retour, un système de réponse émotionnelle qui nous fait ressentir quelque chose de gentil et quelque chose de désagréable. Si nous sommes bons, aucun changement n’est nécessaire. Si nous sommes mauvais et que nous vivons, nous sommes donc incités à changer le modèle adaptatif. C’est le cas des personnes qui se désintéressent du monde extérieur, les schizoïdes, qui ont plein d’idées, mais qui sont plus qu’étranges.

Ces personnes ne se soucient pas des images qu’elles ont de la réalité. Elle ne les intéresse pas car elle n’apporte pas de retour positif. Au contraire, les personnes syntones emmagasinent les adaptations, résultats des puissantes rétroactions envoyées par le monde réel. Elles sont en permanence sous l’influence de l’émotion. Mais un modèle adaptatif, pendant une longue période, ne change pas. Vous pouvez vous inscrire à l’Université, démarrer une entreprise et la laissez se délabrer à cause de votre inaction. Le schizoïde peut être comparé à une horloge cassée qui marque l’heure exacte seulement deux fois par jour, alors que la personne syntone est une montre dont les flèches tournent au hasard dans des directions opposées.

A chaque port sa personnalité

Deux systèmes, un système d’adaptation et un système d’auto-analyse des mesures d’adaptation, forment ensemble la personnalité humaine. Une personne peut être considérée comme hautement humaine quand les deux systèmes fonctionnent en harmonie. Elle saisit rapidement l’essence des phénomènes, en a clairement conscience, pense clairement et se sent à l’aise. A propos de leur perception, les gens disent souvent, « Wow, comme il a bien dit ça! Je n’aurai pas su le dire! »
La personnalité est comme un produit gastronomique parfait dans lequel il n’y a seulement que ce qui est nécessaire: de l’inconscient, de l’adaptabilité et un auto-examen. Avez-vous besoin d’intégrer une quantité excessive d’informations? Pas du tout. Pour l’adaptation à grande vitesse, vous avez besoin d’informations clés qui vous permettent de tirer la bonne conclusion et de faire la bonne action.

Une personne doit correspondre exactement à sa place et a son temps. Beaucoup de personnalités connues ne peuvent probablement pas avoir une telle réputation, il semble qu’elles aient évolué dans un environnement socio-culturel différent…
En outre, pour une même personne, dans certaines conditions coexistent des personnalités multiples. Cela pourrait être, par exemple, en raison des dits « états de conscience modifiés ».

Le mode d’emploi, doit être considéré comme un état biologiquement significatif pour la personne pour laquelle toutes les ressources de l’esprit sont tournées vers l’environnement extérieur. Nous devons toujours être sur le qui-vive, analyser en permanence les informations entrantes. Mais quand le centre d’intérêt est partiellement ou totalement passé en interne, c’est ce qu’on appelle un état de changement. Dans ce cas la personnalité peut ainsi varier. Tout le monde sait qu’un homme ivre est capable d’actes, qu’il ne penserait même pas pouvoir accomplir dans son état normal (sobre). De même pour le comportement stupide de tous les amoureux débutants.

Le psychologue américain Robert Fischer a proposé le concept de « port », selon laquelle notre conscience est comme un capitaine de la marine qui parcourt le monde et dans chaque port, il a une femme. Mais aucune d’elles ne savait rien sur les autres. Donc, notre conscience, dans différents états, est capable de produire des caractéristiques personnelles différentes, mais ces états sont souvent totalement inconnus des autres.

Lequel d’entre nous est un génie?

Le travail de la conscience lié à d’autres tâches d’évolution contribue non seulement à faire que l’individu s’adapte rapidement à l’évolution des circonstances, mais il travaille aussi pour la survie de l’humanité dans son ensemble. Nous avons tous notre propre image interne du monde, reflétant, dans une certaine mesure, la réalité. Mais lorsque nous remarquons quelqu’un qui en a une vision plus adéquat, nous nous demandons comment cet homme, que l’on appellera un génie, comprend ce que les autres n’ont pas pu comprendre. Plus il y a de gens qui voient la situation de façon adéquate, plus les chances de survie de la communauté dans son ensemble sont grandes. Par conséquent, la diversité des consciences humaines est également très importante du point de vue du processus d’évolution.

Source:

http://www.popmech.ru/science/15045-labirinty-soznaniya/#full

Сергей Мац, 18 ноября 2013 (Sergey Mats, le 18 Novembre, 2013)

Traduction depuis le Russe par Jacky Kozan, le 25 août 2015

Comment neutraliser une association ufologique

Jacky Kozan – 26 mai 2015

extraits du texte de James Carrion, ancien Directeur International du MUFON.
Dans ce texte remplacez le mot « MUFON » par le nom de votre association.

Extraits du texte:

Jeudi 3 février 2011

J’ai précédemment écrit sur la prochaine guerre entre les agences de renseignement et l’ufologie et une série d’événements récents me mènent à croire que cette guerre qui a commencé il y a quelque temps est maintenant en pleine bataille.

Vous voyez, ces agences de renseignement sont absolument obsédées par le contrôle et quand une source de renseignements comme le Mufon agit de façon non conventionnelle, les agences de renseignement cherchent à la contenir, alors les gants s’enlèvent et les coups de poings volent.

Le Mufon une source de renseignements? Oui, c’est exactement comme cela que le Bureau des Enquêtes Spéciales de l’Armée de l’Air des USA (AFOSI) et autres agences semblables à trois lettres, voient les organisations ufologiques qui rassemblent des données détaillées sur les choses étranges qui volent dans notre atmosphère. Naturellement, l’AFOSI est au courant de ce qui évolue dans l’espace aérien des USA, mais elle veut contrôler les données qui parviennent aux Russes et aux Chinois concernant ce qui vole autour de nous.

L’AFOSI préfère que le grand public pense que c’est un ovni mais pas le dernier chasseur ou bombardier furtif des USA. Mais une préoccupation plus grande concerne ce que les analystes de renseignement ennemis, peu crédules et loin d’être approximatifs, glanent à partir des données d’observations publiées.

Récemment, Robert Gates le secrétaire de la défense des USA a averti des avances imprévues de la technologie furtive chinoise qui a mené au développement du chasseur furtif J-20. Est-ce que les Chinois ont développé cette technologie eux-mêmes ou l’ont-ils « empruntée » par l’espionnage ou en glanant des sources de renseignement ouvertes? Indépendamment de la façon dont ils l’ont faite, c’est la censure de toute source de renseignements que des ennemis étrangers peuvent exploiter, qui fait vivre l’AFOSI.

Si une source de renseignements ne peut pas être contenue, alors la prochaine action logique, c’est d’y mettre fin, comme cela a été le cas avec le NICAP, une fois qu’il a décidé de prendre de la distance et de devenir inutile à ceux qui savent et qui contrôlent. Le Mufon existe depuis plus de  40 ans. Faire tomber une organisation établie et enracinée exige beaucoup de finesse ainsi que des techniques et outils de déstabilisation ayant fait leurs preuves. Examinons-en quelques-unes.

Outil n° 1 : Agents provocateurs

Un agent Provocateur selon la définition de Wikipedia est une personne employée par la police ou toute autre entité pour agir secrètement et séduire ou provoquer une autre personne et l’amener à commettre un acte illégal. Plus généralement, le terme peut se rapporter à une personne ou un groupe qui cherche à discréditer ou nuire à autrui en le provoquant de façon à ce qu’il commette une mauvaise action ou une action imprudente.

Les agents provocateurs peuvent être très efficaces dans l’incitation à l’agitation à l’intérieur d’une organisation. Je pense que beaucoup de membres du Mufon peuvent mettre des noms sur les caractères. J’indiquerai leurs noms en temps voulu.

Est-ce que ceci vous semble paranoïaque? Peut-être, mais dans le sombre monde des espions et du contre-espionnage où la sécurité nationale d’un pays est en jeu, mieux vaut mettre votre chapeau de paranoïaque, parce que tout est une proie.

Outil n° 2 : Rumeurs et insinuations

Les forums Internet comme l’Open Minds Forum, Above Top Secret et même le propre forum original du Mufon ( † repose en paix…) qui sont basés sur des messages publics d’individus anonymes sont un excellent moyen pour mener des campagnes de diffamation. J’ai déjà publié beaucoup d’articles sur mon blog sur les tactiques de désinformation utilisée sur ces forums et sur les dangers de l’anonymat. Les esprits critiques peuvent normalement lire entre les lignes, mais beaucoup ne le font pas.

En dépit des dangers ces sources ouvertes prônent pour la défense de la vérité. C’est toujours une très mauvaise idée pour un nouveau dirigeant d’une association de rejeter le bureau original en faveur de quelqu’un qui ne permettrait pas les divergences d’opinion ou qui soit trop fortement modéré. Les voyous anonymes des agences de renseignement, actifs sur le restant du bureau pourraient alors mettre en évidence une organisation qui est plus intéressée par sa propre image plutôt que de favoriser les discours ouverts et la vérité.

Naturellement les agences de renseignement aiment avoir des flux de données multiples pour porter leur message, ainsi les listes e-mail ufologiques sont également employées pour renforcer leur message.

Outil n° 3 : La nature humaine

C’est la nature humaine qui fait devenir défensif lorsque l’on est attaqué, particulièrement si vous vous sentez en infériorité numérique. C’est la défense que vous aurez choisie qui vous dira si vous repoussez l’attaque ou si vous êtes écrasé. Parfois les agences exploiteront simplement l’ego ou le style de direction pour s’assurer d’un résultat visé.

Outil n° 4 : Personne d’influence

Un individu placé stratégiquement dans le bureau de l’association peut renforcer la rumeur et l’insinuation que l’effondrement de l’organisation est imminent, que les paysans se lèvent et se révoltent et que donc des méthodes sévères (mais contreproductives) additionnelles devraient être employées pour reprendre le contrôle. C’est à ce moment que l’organisation est le plus en danger de naufrage parce que sans orientation éthique et morale, elle flotte maintenant sans trop savoir quoi faire.

Si le conseil de l’association et ses esprits critiques internes ne peuvent pas mettre en œuvre les défenses appropriées contre les assauts courants des agences de renseignement, en fin de compte, c’est encore une organisation ufologique va mordre la poussière. Ce ne sera qu’une page de plus dans la longue et mouvementée histoire de l’énigme des ovnis. Peut-être que d’autres se lèveront pour prendre sa place et cette fois les observateurs et les acteurs prendront de plus grandes précautions pour en assurer son contrôle.

Fin de jeu.  – L’ufologie perd, les agences de renseignement gagnent.

Source originale de James Carion

Conscience extra-humaine et matière subtile

Jacky Kozan, le 18 mai 2015

La conscience, une notion limitée à l’humain

Dans les échanges entre Claude Lavat, Philippe Solal et Philippe Guillemant, je crois comprendre que la notion de conscience a été généralisée depuis le niveau humain jusqu’à la conscience centrale aux commandes de l’univers, ou des univers. La notion de conscience humaine telle que nous la concevons d’après notre expérience, selon moi, ne peut pas être prise en référence pour aborder une évaluation de cette entité subtile (très difficile ou impossible à saisir, à toucher) qui est aux commandes de l’univers.

Ce que nous appelons la conscience est le résultat d’un processus d’exploitation des éléments matériels tels que les cellules des neurones. Les neurones stockent et comparent des données acquises par nos sens. En retour, quand nos sens ou les muscles ont besoin de données pour fonctionner, ils sollicitent les neurones. Après évaluation de l’information requise par rapport aux informations en stock, les neurones lancent le processus adapté en livrant les données aux sens, aux muscles et plus généralement à tout ce qui peut être récepteur dans notre organisme.

En conséquence notre organisme peut se modifier à tout instant et ainsi nous passons de la position couchée à la position debout, une de nos jambes peut passer devant l’autre, etc… Mais les informations stockées par les neurones nous font aussi changer notre rythme cardiaque, notre respiration, la rougeur de nos joues, les sécrétions des glandes lacrymales et d’autres systèmes biologiques. En fonction des informations reçues et de notre vécu stocké dans l’organisme, les neurones vont réagir d’une façon ou d’une autre.

Avoir bonne ou mauvaise conscience c’est le résultat d’une fourniture d’information soit agréable, soit désagréable, à ressentir. Exemple: si je gare mon véhicule en stationnement interdit, mon organisme va comparer les informations en sa possession. Il va enregistrer ma décision de me garer rapidement,  il va comprendre que c’est un gain de temps et une économie d’énergie. Mais il va aussi trouver des données qui vont l’informer sur le montant de la contravention, la disparition d’une somme de la cagnotte mensuelle, le déplacement à pied jusqu’à la fourrière, la perte de temps et d’énergie occasionnée. Suivant mon éducation l’individu que je suis aura mauvaise conscience, bonne conscience ou pas de conscience du tout.

A mon avis, la « conscience » est attachée exclusivement à l’être humain. La construction du cerveau humain a été pilotée par notre ADN qui est composé d’environ 22 000 gènes, la souris grise en a 25 000 et le riz 26 000. Avec 22 000 gènes notre organisme peut construire et faire fonctionner cent milliards de neurones. Avec trois ou quatre mille gènes en renfort un autre organisme, animal ou végétal doit être capable de perfectionner un réseau neuronal. Je me garderais bien d’affirmer que les souris et le riz ont moins de « quelque chose comme la conscience » que les humains. Mais précisément, ce n’est pas de la conscience, c’est autre chose qu’il faut nommer. Pourquoi pas le « perceptronium » de Max Tegmark.

Ce « perceptronium » peut être véhiculé dans l’univers par les néguentrons©. Reste alors à en déterminer la source.

La matière n’existe pas, l’univers est subtil

Si l’on regardait la matière avec un microscope suffisamment performant, plus on grossirait et plus on verrait qu’il n’y a rien. Voir ci-dessous un atome tel qu’on le représente habituellement et en taille réelle (voir ci—dessous les images n° 43 et 44 extraites de ma présentation) . C’est clair, la matière la plus compacte est composée de « rien » à plus de 99%.
Comment définir ce « rien »? Lorsqu’un forgeron frappe sur une enclume avec son marteau, le marteau devrait passer à travers l’enclume. Si la porte d’entrée de ma maison est fermée, je devrais passer à travers sans même y prêter attention. Ce sont les forces électromagnétiques qui font que l’ensemble électromagnétique composant l’enclume repousse l’ensemble électromagnétique composant le marteau.

La matière c’est de l’énergie, ce n’est que de l’énergie. La matière existe-t-elle? La matière pourrait-elle n’être que numérique? Alors il faut s’interroger sur le fonctionnement de ces ensembles électromagnétiques. Les réponses sont accessibles et nombreuses. Mais qui ou quoi décide du fonctionnement et le contrôle?

Entre la matière et le contrôle, il existe la communication de l’information. Les hypothétiques « néguentrons »© sont des particules porteuses d’une information; ils sont donc physiques et dans ce cas l’information est bien quelque chose de physique. Ces particules sont véhiculées par les champs néguentropiques© dans tout l’univers. Un générateur central de néguentrons© envoie des informations là où il faut quand il le faut, afin de provoquer un évènement. Les champs néguentropiques© transmettent instantanément (intrication?) « les infos ». Le récepteur réagit en conséquence, probablement en renvoyant un message réponse, l’équivalent d’un compte-rendu ou d’une fiche de fin de travaux.

L’interrogation principale reste au niveau de l’autorité de contrôle », ce que j’ai désigné par « générateur central de néguentrons© ». Je ne rentre pas dans le détail des subdivisions de ces générateurs ou autorités. Comme je l’ai écrit dans mes publications récentes, l’intelligence, la conscience, la psyché etc… sont le résultat d’un stockage-traitement de l’information. Les champs néguentropiques©  transportent l’information qui contrôlent l’acier du marteau et la conscience du forgeron. L’esprit humain, même s’il n’est que matière composée de « rien », est un maillon de la gestion de l’information. Il fait ce que la hiérarchie néguentropique montante a décidé.

Sur ces bases, il est plus facile d’accepter la diversité des matières, des énergies, des vies, des intelligences présentes dans l’univers et d’en accepter les interactions, dont la plupart semblent au-delà de notre imagination.

Jacky Kozan, le 18 mai 2015

atome2

La conscience comprise comme un état de la matière

Source de l’article

Une révolution tranquille est en cours dans la physique théorique. Pour aussi longtemps que la discipline ait existé, les physiciens ont été réticents à discuter de la conscience, la considérant comme un sujet pour les charlatans. En effet, la simple mention de « c » pourrait ruiner des carrières.

Cela commence enfin à changer grâce à une manière fondamentalement nouvelle de penser la conscience, qui se répand comme une traînée de poudre à travers la communauté de la physique théorique. Et alors que le problème de la conscience est loin d’être résolu, il est enfin formulé mathématiquement comme un ensemble de problèmes que les chercheurs peuvent comprendre, explorer et discuter.

Aujourd’hui, Max Tegmark, un physicien théorique à l’Institut de Technologie du Massachusetts, à Cambridge, énonce les problèmes fondamentaux que cette nouvelle façon de penser soulève. Il montre comment ces problèmes peuvent être formulés en termes de mécanique quantique et de théorie de l’information. Il explique aussi comment le fait de penser la conscience de cette manière conduit à des questions précises sur la nature de la réalité, que le processus scientifique de l’expérience pourrait aider à démêler.

L’approche de Tegmark est d’imaginer la conscience comme un état de la matière, comme un solide, un liquide ou un gaz. « Il est probable que la conscience peut être comprise comme un autre état de la matière. Tout comme il existe de nombreux types de liquides, il existe de nombreux types de conscience « , dit-il.

Il continue de montrer comment les propriétés particulières de la conscience pourraient découler des lois physiques qui régissent notre univers. Et il explique comment ces propriétés permettent aux physiciens de raisonner sur les conditions dans lesquelles la conscience émerge et comment nous pourrions l’exploiter pour mieux comprendre pourquoi le monde autour de nous apparaît tel que nous le percevons.

Fait intéressant, la nouvelle approche de la conscience est venue de l’extérieur de la communauté de la physique, principalement de neuroscientifiques comme Giulio Tononi de l’Université du Wisconsin à Madison.

En 2008, Tononi a proposé qu’un système démontrant la conscience devrait avoir deux traits spécifiques. Premièrement, le système doit être capable de stocker et de traiter de grandes quantités d’informations. En d’autres termes la conscience est essentiellement un phénomène d’information.

Et en second lieu, cette information doit être intégrée dans un ensemble unifié de sorte qu’il soit impossible de le diviser en parties indépendantes. Ce qui implique que chaque instance de la conscience est un tout unifié qui ne peut être décomposé en éléments séparés.

Ces deux traits peuvent être spécifiés mathématiquement, ce qui permettra aux physiciens comme Tegmark de les étudier pour la première fois. Il commence en décrivant les propriétés de base qu’un système de conscience doit avoir.

Étant donné que c’est un phénomène d’information, un système de conscience doit être capable de stocker dans une mémoire et récupérer efficacement.

Il doit également être en mesure de traiter ces données, comme un ordinateur, mais il faut qu’il soit beaucoup plus souple et plus puissant que les circuits à base de silicium qui nous sont familiers.

Tegmark emprunte le terme « computronium » pour décrire la matière qui peut faire cela et cite d’autres travaux montrant que les ordinateurs d’aujourd’hui se situent, d’un ordre de grandeur de 38, sous les limites théoriques de l’informatique. (commentaire du traducteur: sur le Xeon E7 v3 d’Intel, la longueur de canal d’un transistor est de 22 nanomètres soit 10-9 mètres, alors que la longueur de Planck est de 10-35 – Dans la phrase précédente, au lieu de 38 j’aurais écrit 24)

De toute évidence, il y a largement la place à une amélioration qui permettrait le fonctionnement des systèmes de conscience.

Ensuite, Tegmark présente le « perceptronium« , qu’il définit comme la substance la plus générale qui se sent subjectivement consciente d’elle même. Cette substance devrait non seulement être en mesure de stocker et de traiter l’information, mais ceci sous la forme d’un tout unifié et indivisible. Cela exige aussi une certaine indépendance dans laquelle la dynamique de l’information est déterminée à partir de l’intérieur plutôt que de l’extérieur.

Enfin, Tegmark utilise cette nouvelle façon de penser à propos de la conscience comme une lentille qui permet de focaliser sur l’étude d’un des problèmes fondamentaux de la mécanique quantique connu comme le problème de factorisation quantique.

Ceci découle du fait que la mécanique quantique décrit l’univers entier en utilisant trois entités mathématiques: un objet connu sous le nom de « hamiltonien » qui décrit l’énergie totale du système; une matrice de densité qui décrit la relation entre tous les états quantiques d’un système et l’équation de Schrödinger, qui décrit comment ces choses changent avec le temps.

Le problème est que quand l’univers entier est décrit en ces termes, il y a un nombre infini de solutions mathématiques qui incluent tous les résultats possibles de la mécanique quantique et de nombreuses autres possibilités encore plus exotiques.

Donc, le problème est: pourquoi percevons-nous l’univers comme le monde semi-classique en trois dimensions qui nous est si familier? Lorsque nous regardons un verre d’eau glacée, nous percevons le liquide et les cubes de glace solides comme des choses indépendantes, même si elles sont intimement liées dans le cadre du même système. Comment cela se fait-il? Sur l’ensemble des résultats possibles, pourquoi ne percevons-nous pas cette évidence?

Tegmark n’a pas de réponse. Mais ce qui est fascinant à propos de son approche est qu’elle est formulée en utilisant le langage de la mécanique quantique, d’une manière qui permet une analyse scientifique détaillée. Et par conséquent, il soulève toutes sortes de nouveaux problèmes que les physiciens voudront disséquer plus en détail.

Prenez par exemple, l’idée que l’information dans un système conscient doit être unifiée. Cela signifie que le système doit contenir des codes de correction d’erreur qui permettent à tout sous-ensemble, comprenant jusqu’à la moitié des informations, d’être reconstruit à partir du reste.

Tegmark souligne que toute information stockée dans un réseau spécial, connu comme un réseau de neurones d’Hopfield , dispose automatiquement de cette fonction de correction d’erreur. Cependant, il calcule qu’un réseau Hopfield de la taille du cerveau humain avec 1011 neurones, ne peut stocker que 37 bits d’information intégrée (commentaire du traducteur: à mon avis il s’agit de « mots de 37 bits max ». et le nombre de mots n’apparait pas dans l’article).

« Cela nous laisse avec un paradoxe de l’intégration: Pourquoi le contenu de l’information de notre expérience consciente semble être considérablement plus grand que 37 bits? » demande Tegmark.

Voilà une question que de nombreux scientifiques pourraient finir par étudier en détail. Pour Tegmark, ce paradoxe suggère qu’il manque un ingrédient essentiel dans sa formulation mathématique de la conscience. « Cela implique fortement que le principe de l’intégration doit être complété par au moins un principe supplémentaire, » dit-il.

Et pourtant, la puissance de son approche c’est l’hypothèse que la conscience ne se situe pas au-delà de notre portée; qu’il n’y a pas de « recette secrète » sans laquelle elle ne peut être apprivoisée.

Au début du 20e siècle, de jeunes physiciens se sont embarqués dans une quête pour des explications de petites anomalies étranges dans notre compréhension de l’univers. En utilisant les nouvelles théories de la relativité et la mécanique quantique, ils ont fini par changer la façon dont nous comprenons le cosmos. Ces physiciens, au moins certains d’entre eux, portaient des noms qui nous sont désormais familiers.

Se pourrait-il qu’une révolution similaire soit actuellement en cours au début du 21e siècle?

Traduit par Jacky Kozan le 18 mai 2015

Référence de la publication

Source article

Intelligence et conscience sur silicium, sous contrôle des champs néguentropiques

Ce fichier en .pdf

Le 28/04/2015

Ce texte est une approche différente de celle publiée par Philippe SOLAL dans son document « Ovnis : une nouvelle vision de la réalité ». La finalité est la même en suivant des cheminements différents.

Mes commentaires sont ceux d’un technicien ayant une bonne base en physique et un minimum de connaissances de la biologie.

La conscience et l’information sont a considérer séparément. La conscience est le résultat d’un archivage et d’un traitement de l’information, opérations attachées à l’humain alors que l’information vient …d’ailleurs.

La matière puisqu’elle est perçue par nos sens d’humains n’est donc pas une illusion. Tout au moins, à notre niveau. Mais au-delà, la matière, la vie et donc nous-mêmes, ne sommes probablement que le résultat d’une programmation dont la forme nous est inconcevable.

Ce que nous appelons la conscience, l’esprit, la psyché, l’âme, etc … est le résultat d’un processus d’exploitation des éléments matériels tels que les cellules des neurones. Les neurones sont affectés par les données acquises par nos sens. Ils stockent ces données. En retour quand nos sens ou les muscles ont besoin de données pour fonctionner ils sollicitent les neurones. Après évaluation de l’information requise par rapport aux informations en stock, les neurones lancent le processus adapté en livrant les données aux sens, aux muscles et plus généralement à tout ce qui peut être récepteur dans notre organisme.

Notre cerveau peut stocker beaucoup de données analogiques. L’équivalent d’un cerveau humain construit en semi-conducteur aujourd’hui serait aussi grand que 5 mètres cubes et dans 5 ans de la taille d’une petite boite d’allumettes. Le cerveau humain compare les données en permanence avec d’autres données et en quantité énorme. Ce qui nous laisse penser que nous sommes « intelligents » et « consciencieux ».

Je veux dire que nous pensons que nous avons quelque chose de spécial, non matériel, non physique; quelque chose de subtil. Nous l’avons appelé l’intelligence, la conscience, l’âme etc… Mais ce n’est que le résultat d’une comparaison des données déclenchant un travail musculaire, une accélération du rythme cardiaque, un changement de couleur du visage, un écoulement sous l’œil, une vibration de corde vocale, un choix d’information que le cerveau doit traiter en priorité. Ceci géré dans notre organisme en fonction de notre expérience, de notre ascendance, de notre évolution et adaptation.

La conscience est juste une comparaison des données, une analyse de l’information disponible dans les cellules des neurones, ou ailleurs peut-être.

Notre corps, y compris notre cerveau est construit sous la direction de notre ADN. L’ADN détermine le nombre de neurones, leur nombre et leurs caractéristiques telles que les liens entre eux.

Pour l’organisme l’ADN est le grand patron.

L’ADN humain lui-même se complète, se perfectionne, à chaque étape de la reproduction. J’ai, peut-être, un codon de plus que mon père et mon fils a un ou plusieurs codons de plus que moi. Avec le temps l’ADN devient de plus en plus sophistiqué.

Nous semblons plus intelligent avec le temps, notre conscience semble à avoir un rôle plus important dans notre comportement. C’est le résultat d’une meilleure gestion de la construction de nos neurones par notre ADN, lui même probablement géré occasionnellement par des éléments extérieurs comme des ondes électromagnétiques ou plus généralement, des transporteurs de l’information comme par exemple le propose Claude Lavat: d’hypothétiques néguentrons©, particules sans masse et supraluminiques induisant ou modifiant l’intentionnalité chez les sujets (biologiques ou physiques) placés dans les champs néguentropiques.

Mais nous devons remarquer que les plantes, les animaux ou les humains doivent s’adapter a leur environnement ou disparaître. Donc, le seul ADN n’est pas suffisant pour gérer l’évolution locale. Si l’ADN est le Big Boss des opérations locales, qui maîtrise la stratégie? et les tactiques?

La question est: qui envoie un signal, une information, à l’ADN?  Est-ce juste une information ponctuelle? Est-ce une correction de l’ADN, quelque chose comme une nouvelle version ou tout simplement un signal pour activer une partie d’ADN en sommeil? Qui contrôle les hypothétiques champs néguentropiques?

Il est facile d’essayer de comprendre l’influence d’un facteur maître externe sur l’ADN, tant que nous restons au niveau atomique. Mais que se passe t-il au niveau des particules élémentaires? Je ne crois pas qu’une particule élémentaire pourrait avoir une notion de comportement ou d’analyse ou d’intelligence. Une particule élémentaire réagit-elle à une action extérieure ou une information reçue de l’extérieur. Je n’ai aucune idée de ce qu’une particule est capable de faire, peut-être est-elle capable de se situer, de localiser et reconnaître une autre particule. Pourquoi pas? Quand une information vient modifier un ADN, quel est l’élément qui a reçu et traité l’information? La particule élémentaire, le brin d’ADN? un codon? ou alors quelques « cordes » qui vibraient à la bonne fréquence?

L’évolution de l’intelligence artificielle doit aussi être pris en considération. Aujourd’hui nous développons des robots de plus en plus sophistiqués. Pour l’instant, ce sont les humains qui les étudient et les fabriquent. Dans moins de 50 ans nous construirons des robots ayant une « masse dédiée à l’intelligence » plus importante et plus performante que la nôtre. Nous commençons à relier les robots directement à Internet pour qu’ils aillent chercher eux-mêmes les informations dont ils ont besoin pour effectuer leurs tâches. Pourra-t-on encore parler d’intelligence artificielle à propos d’entités plus intelligentes et plus consciencieuses que nous? Que décideront-elles en ce qui nous concerne? A terme, l’intelligence humaine ne sera-t-elle pas transférée complètement sur silicium? Pour la partie mémoire c’est déjà fait, la plupart des connaissances humaines sont stockées sur silicium.

Nous commençons à lier notre cerveau organique à des systèmes minéraux. Des chercheurs travaillent sur la connexion directe d’un cerveau à un ensemble matériel, une grosse machine. Ils envisagent des centres de cerveaux reliés directement à des machines. C’est encore une autre façon d’envisager l’avenir de l’intelligence, de prendre en compte la gestion de l’information. L’être humain, s’il le souhaite, pourra se séparer définitivement  de son support organique à très court terme, à moins de 200 ans. L’intelligence et la conscience seront transférées dans le minéral, plus fiable et plus robuste que l’organique. La nature spirituelle de l’homme semble donc se diffuser dans le minéral.

Arrêtons-nous un instant sur la « vie ». En lisant quelques tentatives de définitions scientifiques, j’arrive à la conclusion que la vie est un outil de l’intelligence qui lui permet de maîtriser la matière. Comme suite à ce que je viens de décrire, j’en conclue aussi que c’est donc une étape intermédiaire qui existe nécessairement avant que l’intelligence atteigne un certain seuil minimum qui lui autorisera une autre forme plus adaptée à la gestion de … l’univers.

Les notions d’intelligence et d’information seront forcément présentes mais est-ce que l’équivalent de la conscience des humains sera un sous-ensemble de cette super intelligence?

Où se situe le phénomène ovni dans cette évolution? Les exo-civilisations sont très probablement réparties dans tous les niveaux d’évolution et nous aurons bien du mal à dialoguer avec celles qui sont le moins différentes de nous.

Jacky Kozan, le 16 avril 2015

Alerte des autorités responsables sur l’affaire de GOLFECH (82)

Affaire de GOLFECH (82)

Il s’agit du survol probable d’une centrale nucléaire par un aéronef le 06 octobre 2010

 

Un texte de Jacky KOZAN

coordinateur Conseil Permanent de l’Académie d’Ufologie

14 novembre 2011

 

Communiqué destiné à qui pourrait se sentir concerné

 

Liste des destinataires

GEIPAN (M. PASSOT)

Comité de Pilotage du GEIPAN (M. SILLARD)

EDF Golfech (le Chef de la Mission Communication)

DGAC, Bureau Mission d’Evaluation et d’Amélioration de la Sécurité

BEA (Bureau d’enquêtes et d’analyses pour la sécurité de l’aviation civile)

Commandement Interarmées de l’Espace

– Les associations 3AF – PAN SIGMA (M.BOUDIER) et FEA (M.RIBARDIERE)

– Les membres de l’association Académie d’Ufologie, d’expression française

– Les ufologues ayant fait leur propre enquête

 

Selon le rapport d’enquête fait par une équipe d’ufologues, l’un des témoins affirme que cet aéronef avait une taille estimée à 30-40 mètres (2 largeurs de main à bras tendu) qu’il volait à très basse altitude, moins de 300 mètres, sans bruit, sans échappements et très lentement. Il est passé à la verticale de la centrale.

Selon le compte-rendu d’enquête du Geipan:
http://www.geipan.fr/fileadmin/geipan-doc/GOLFECH__82__06.10.2010__E-Cgei_CR_T_P_S__compte_rendu.pdf , il s’agissait d’un aéronef de ligne en approche de Toulouse, sans qu’il soit mentionné lequel parmi 16 candidats.
Le Geipan a publié un compte-rendu d’enquête anonyme (pas de nom d’enquêteurs ni de rédacteurs) dans lequel il précise que l’enquête a été faite d’abord par téléphone le 11 octobre 2010 et qu’ensuite ce sont les témoignages reçus le 10 novembre au Geipan et recueillis par la Gendarmerie et la Protection Civile déléguée sur la centrale de Golfech, qui ont servi de base pour l’analyse de l’évènement.

L’Académie d’Ufologie n’a pas les moyens matériel, ni les compétences et autorisations pour effectuer une enquête de type « professionnel » sur ce cas à priori majeur, puisqu’il s’agit du survol d’une centrale produisant de l’électricité à partir de combustible nucléaire, par un aéronef identifié ou non, bienveillant mais égaré ou malveillant.
Nous nous limiterons à quelques observations majeures dont l’objectif est d’alerter les responsables civils et militaires en charge de la protection des intérêts des citoyens français.

1 – Que les témoignages soient sérieux ou le fruit d’une imagination fertile, le degré d’importance de l’enquête a mal été évalué. Le lieu d’observation est un site stratégique civil du pays et une démarche de recherche de renseignements précis aurait dû être engagée immédiatement par le Geipan ou toute autre autorité adéquate alertée par le Geipan. Qu’une procédure applicable n’existe pas ou qu’un budget soit insuffisant, ne sont pas des motifs pour ne pas réagir en présence d’une anomalie concernant notre équipement stratégique même civil.

2 – Des enquêteurs spécialisés avec leurs équipements auraient dû partir dans les deux heures suivant l’alerte téléphonique. Faute d’existence d’une procédure dans ce sens ou faute de moyens, le Geipan aurait dû alerter immédiatement les responsables nationaux et locaux concernés.
Un déplacement immédiat aurait vraisemblablement permis de mettre en évidence une énorme méprise ou une invention du témoin, le cas échéant.

3 – Le compte-rendu met en évidence une enquête longue. Cette longueur n’est pas attribuée à l’importance de l’évènement, mais au cumul de routines administratives. Un exemple de robot de surveillance des lignes électriques utilisées au Canada illustre le rapport, comme si un tel robot placé sur la ligne électrique pouvait faire la largeur de deux mains à bras tendu et expliquer l’observation relatée par le témoin. La liste des avions volant près de la zone entre 19h et 20h30 illustre aussi le document. Le compte-rendu liste les vols du 10 novembre alors que l’observation à été faite le 06 octobre! Admettons que les vols du 10 novembre aient été un copier/coller de ceux du 06 octobre, pourquoi ne pas s’être concentré sur les deux derniers 20h25 et 20h30 puisque l’observation a été faite à 20h30. La DGAC aurait pu fournir un élément de preuve dans un sens ou dans un autre, lequel aurait pu être corrélé avec des mesures effectuées au cours d’une reconstitution. Ces mesures auraient été analysées ensuite par des spécialistes.

Ce compte-rendu ressemble aux communiqués publiés régulièrement dans la presse afin de laisser le public comprendre que rien n’est inexpliqué ou hors de contrôle des autorités.

4 – Ce sont les citoyens qui élisent des personnes chargées de gouverner le pays et de répondre aux attentes des citoyens. Ce n’est pas une poignée d’élites qui doit imposer sa vision du monde aux citoyens.
Le citoyen a droit à la vérité comme le mentionne le droit des peuples à la vérité, reconnu dans le rapport (A/HRC/5/7) du Haut Commissariat du Conseil aux droits de l’homme aux Nations Unies de 2007 à Genève.
Dans le cas où l’évènement aurait une importance capitale et justifierait une enquête approfondie avec un très haut niveau de confidentialité, alors il suffit d’informer le citoyen que l’affaire est traité confidentiellement par des spécialistes appropriés. Le citoyen paye pour que les spécialistes de la Recherche Militaire ou Civile fassent leur travail confidentiellement. Il sera forcément d’accord sur le choix fait de traiter hors des yeux du public une affaire stratégique pour le Pays.
Le Commandement Interarmées de l’Espace, dont la création a été publiée au Journal Officiel du 17 juillet 2010, me semble être un interlocuteur privilégié du Geipan.

5 – Le compte-rendu d’enquête ne fait pas référence au travail fait par les ufologues. Le témoin n° 1 étant lui-même ufologue son avis est primordial car il est supposé connaître les autres affaires, classiques, de vol d’aéronefs triangulaires, qu’ils soient connus ou non identifiables. Il connaît aussi les cas de survol de bases stratégiques militaires aux US par des aéronefs répertoriés comme non identifiés par des officiers Américains.
Le témoin a évidemment pu inventer un scenario basé sur ses connaissances, sans en mesurer le risque encouru. Les spécialistes du Geipan ou d’une autre autorité l’auraient mis en évidence à temps s’ils étaient intervenus rapidement.

6 – Le compte-rendu d’enquête fait aussi ressortir un discours évolutif du témoin n°2 qui devient très sceptique sur l’observation après avoir été entendu par les Gendarmes, allant jusqu’à mentionner que le témoin principal était obnubilé depuis plusieurs mois par les ovnis. Là encore des spécialistes « psy » civils auraient pu donner un avis de professionnel sur les parties en présence et sur l’ambiance de l’entretien.

7 – Enfin un rappel: un tel cas, s’il est avéré authentique, est directement concerné par l’application du point N°2 de la décision de 1978-79, N°33/426 prise aux Nations Unies concernant l’interprétation de l’origine des manifestations des objets volants non identifiés. La formulation d’une synthèse concernant ce cas et l’interprétation française de l’origine de cette manifestation devra être transmise officiellement auprès du Secrétaire Général des Nations Unis.

Pour le Conseil Permanent de l’Académie d’Ufologie
Jacky KOZAN / coordinateur
coordination@ufolog.eu
14/11/2011

Ce fichier en « .pdf »