Lettre ouverte aux animateurs des débats télévisés entre les candidats à la Présidence des USA sur NBC, ABC, CNN, FNC

Traduction d’un texte de Stephen Bassett du PRG

9 septembre 2016

prglogoscript1Source

(rappel de l’historique de la démarche de Stephen Bassett, publiée précédemment)…

Il est remarquable que, malgré les centaines d’articles publiés sur la connexion Clinton / ET (extraterrestres), aucun des modérateur des neuf débats démocratiques et de dix forums n’a posé une seule question sur ce sujet. Cet oubli est maintenant entre vos mains pour rectification.

Voici des exemples de questions qui pourraient être posées:

– Madame la Secrétaire d’État Clinton, votre mari a chargé le procureur général adjoint Webster Hubbell de se pencher sur la question OVNI / ET. Son conseiller et chef d’état-major John Podesta a parlé de la question OVNI / ET à plusieurs reprises. Bill Richardson, le Secrétaire à l’énergie de votre mari et ambassadeur de l’ONU a contesté, en 2004, l’explication de l’Air-Force concernant les événements de Roswell en Juillet 1947.

Vous étiez directement impliqués dans l’Initiative Rockefeller. Mais pour le moment, en 23 ans aucun de vous n’a jamais parlé publiquement de l’Initiative Rockefeller . Pourquoi donc?

– Madame la Secrétaire d’État Clinton, mon réseau a passé en revue des centaines de pages de documents concernant la prise en compte de la question OVNI / ET par l’administration de votre mari, de 1993 à 1996, et ceci à la demande de Laurance Rockefeller. Pourquoi ni vous ni votre mari n’en avez jamais parlé publiquement?

– Madame la Secrétaire d’État Clinton, l’Initiative Rockefeller a pris fin à l’automne 1996. Votre mari a été candidat à un deuxième mandat et vous avez été deux fois candidate à la Présidence. La prise en compte de la question OVNI / ET par l’administration de votre mari n’aurait-elle pas dû être mentionnée au cours de ces campagnes?

– Madame la Secrétaire d’État Clinton, en 2002, 2003, 2010 et plus récemment en 2015 le président de votre campagne électorale, John Podesta a soulevé publiquement la question de la publication de tous les dossiers OVNI détenus par le gouvernement. Pourquoi a-t-il fait cela dès 2002? Ses déclarations sont-elles liées à l’Initiative Rockefeller de 1993-1996?

– Madame la Secrétaire d’État Clinton, nous avons vu des documents du Bureau de la Politique Scientifique et Technologique de votre mari, qui indiquent que vous et votre personnel ont été directement impliqués dans l’Initiative Rockefeller. Pourquoi aucun fichier OVNIS n’a été publié? Est-ce que le Pentagone refuse de coopérer? Si oui, n’est-ce pas une violation de la Constitution?

– Madame la Secrétaire d’État, vous avez récemment fait à un journaliste du « Conway Daily Sun » des déclarations extraordinaires qu’aucun Président Républicain ou Démocrate ou qu’aucun candidat à la Présidence n’ont jamais fait. Vous avez dit que vous « iriez au fond » de la question OVNI si vous étiez élue. Vous avez proposé qu’un groupe de travail soit créé pour enquêter sur la zone 51. Vous avait promis, au Président de votre campagne John Podesta, d’enquêter sur la question si vous étiez élue. Vous avez dit que nous aurions déjà été visités par des intelligence extraterrestre non-humaines, mais qu’officiellement vous ne le savez pas. Ces déclarations ont été publiées dans le monde entier par des centaines de médias. Êtes-vous surprise qu’il n’y ait pas de débat ou que les modérateurs des grands médias ne vous aient pas posé de questions sur ces déclarations? Est-ce que vos déclarations sont liées à l’Initiative Rockefeller pendant l’administration de votre mari?

– Madame la Secrétaire d’État Clinton, les sondages répétés ont montré que plus de 80% des Américains croient que leur gouvernement ne leur dit pas la vérité sur les phénomènes OVNI / ET. Pensez-vous que le gouvernement dit la vérité aux gens?

– Madame la Secrétaire d’État Clinton, de nombreux officiers de l’Armée de l’Air avec des habilitations de haute sécurité ont présenté des rapports d’incidents de falsifications nucléaires par des vaisseaux d’origine inconnue? Leurs témoignages ont été rapportés par des centaines de médias. Pourquoi la Maison Blanche ou le Congrès n’ont-ils jamais répondus à ces témoignages?

– Madame la Secrétaire d’État Clinton, mon réseau d’informateurs est conscient qu’il y a des dizaines de témoins militaires, civils et politiques de haut rang prêts à témoigner devant le Congrès sur la question OVNI / ET. Le Congrès n’a pas tenu d’audience sur la question OVNI / ET depuis 1968. De nouvelles audiences au Congrès devraient être-elles être tenues pour ces témoins?

– Madame la Secrétaire d’État Clinton, s’il y a une présence extraterrestre engageant la race humaine, pourquoi le peuple américain doit-il attendre le prochain Président pour en avoir confirmation? Ne serait-ce pas à l’actuel Président de le faire?

– Madame la Secrétaire d’État Clinton, est-il acceptable pour vous que pour tout ce qui concerne la sécurité nationale, y compris la question OVNI / ET, tout Président ne soit informé que sur la seule base du besoin de savoir?

– Madame la Secrétaire d’État Clinton, savez-vous que l’accès à l’information UFO / ET a également été refusé au Président Jimmy Carter et que le Pentagone, la CIA, la NASA et l’Air-Force ont refusé de donner suite à son désir d’étudier formellement la question OVNI / ET en dehors de la Maison Blanche?

– Madame la Secrétaire d’État Clinton, lorsque vous et votre mari avez rencontré Laurance Rockefeller à son Ranch JY en Août 1995, avez-vous discuté avec M. Rockefeller de son initiative auprès de votre mari pour qu’il publie tous les fichiers OVNI détenus par le gouvernement, étant donné que sa demande était en cours depuis plus de deux ans à ce moment-là?

– Madame la Secrétaire d’État Clinton, des photos obtenues à la bibliothèque Clinton vous montrent marchant avec Laurance Rockefeller dans son ranch du Wyoming, en 1995. Vous portez un livre intitulé, « Sommes-nous seuls ? Implications philosophiques de la découverte de vie extraterrestre » par Paul Davies. Ce livre faisait-il partie de vos discussions avec M. Rockefeller?

– Madame la Secrétaire d’État Clinton, pensez-vous que le peuple américain a le droit de savoir s’il est en contact avec une intelligence extraterrestre non-humaine?

Cette lettre comprend des liens vers des centaines d’articles, vers les déclarations de l’équipe Clinton et d’autres ressources. Il comprend également un lien vers 167 des principaux documents obtenus par l’intermédiaire de la FOIA confirmant l’Initiative Rockefeller. Je serais heureux de remettre en main propre, à votre bureau, à votre convenance, des copies papier de l’ensemble de ces plus de 800 documents.

Respectueusement

Stephen Bassett
Executive Director
Paradigm Research Group
26 août 2016

Traduction Jacky Kozan, vérification Dany Kozan, le 22 septembre 2016

Théorie des anciens astronautes par Michel Vanbockestal

Un article de Michel Vanbockestal
fondateur du CERPI
membre de l’Académie d’Ufologie

le 11 septembre 2016

M. Vanbockestal est l’auteur des livres :
Le poltergeist d’Arc-Wattripont – vérité, scandale et désinformation –
Editions Le Temps Présent – Collection Fonction Psi
Les Phénomènes Inexpliqués en Belgique – Editions Jourdan – Collection Obscuria

CERPI
Le Centre d’Etudes et de Recherches sur les Phénomènes Inexpliqués
existe depuis 1979

Concernant la proposition d’échanges à propos de la théorie des anciens astronautes, je remercie tous les participants qui se sont manifestés et notamment Michel Turco, Anne-Marie Prieto, Sandrine Fernandez et (sauf erreur, oubli ou omission) Jacky Kozan.

Tous les avis, qui se rejoignent d’ailleurs, m’ont paru pertinents et correspondre à ce que je suppose être la réalité, à en juger par mes propres recherches.

Il y a bien des années d’ici, alors que je me trouvais à un jubilé régional agrémenté d’un spectacle son et lumière riche en effets spéciaux, la féerie qui était présentée me suggéra une remarque que je partageai avec mon épouse : face au déchaînement de décibels, au déluge de lumière et d’effets pyrotechniques, il était évident que si l’un de nos lointains ancêtres avait dû assister à cela il aurait été horrifié (ou émerveillé). Il n’aurait rien compris. Il se serait probablement prosterné devant ce qu’il n’aurait pu attribuer qu’à une manifestation divine. La voix puissante, d’un interlocuteur invisible (car situé en régie), semblable au tonnerre ; une concentration de spots et de rayons laser braqués sur un feuillage en auraient fait un « buisson ardent qui ne se consumait pas » ; la musique tonitruante d’une sono « céleste » ; tout cela aurait largement contribué à renforcer sa confusion.

Si des « êtres venus d’ailleurs » avaient alors visité notre planète, nul doute qu’ils auraient compris le parti qu’ils pouvaient tirer de la situation. Or on a vu qu’il y avait largement assez de place dans notre histoire pour pouvoir y caser plusieurs civilisations successives, qui auraient ensuite disparu (http://www.dailymotion.com/video/x3xhycc ) ou migré, peut-être provisoirement, pour revenir ensuite. D’autres civilisations auraient donc également pu entrer en concurrence et afficher des desseins différents : les uns auraient assujetti les humains pour en faire leurs esclaves, corvéables à merci. (Dans l’une de mes lectures il est question de mines d’or – en d’autres endroits, le même travail de recherches et d’exploitation aurait eu lieu… sur la Lune), les autres auraient entrepris de modifier l’organisme de l’humain via la génétique en vue de son développement. Pourquoi le manichéisme ne serait-il pas répandu au niveau spatial ? Pourquoi d’éventuels ET seraient-ils (tous) de petits saints et ne peut-on concevoir que, là haut aussi, il y ait des bons et des mauvais ?

Mauro Biglino, ancien traducteur du Vatican, semble accorder crédit à cette hypothèse en se basant sur l’étude des textes bibliques. Mais bien entendu on n’est pas obligé de le croire sur parole, à partir de textes eux-mêmes controversés, mettant la foi à contribution.

Comme l’a très bien signalé Jacky Kozan, l’archéologie n’est pas infaillible. La datation au carbone 14 a montré ses limites. Chaque procédé archéologique visant à attribuer une date à des artefacts est sujet à objections et à erreurs. Michel Turco et Jacky Kozan ont montré qu’une (et même plusieurs) civilisations auraient eu le temps, en considérant l’âge de notre planète, de se développer, d’atteindre un très haut niveau technologique et de disparaître, pratiquement sans laisser de traces (voir le documentaire). Mais dans le cas qui nous concerne il était possible de se baser d’une part sur les procédés scientifiques et d’autre part sur les héritages testamentaires à notre disposition, sans toutefois perdre de vue que ces derniers ont au fil du temps subi de nombreuses modifications (volontaires et involontaires) et que leur interprétation s’avère donc hasardeuse.

Sans grande surprise, l’étude archéologique a considérablement mis à mal la stricte historicité des récits bibliques. D’après ceux-ci, certains patriarches notables, tels qu’Abraham, n’auraient probablement même pas existé mais seraient nés du besoin littéraire de tourner une histoire nationale en légende. L’histoire des murs de Jéricho n’aurait été qu’une belle invention étant donné qu’à l’époque concernée la ville n’était même pas habitée… D’autres impératifs se seraient présentés, orientant le mix de ces légendes et de l’histoire réelle afin de créer une religion qui aurait elle-même assuré le comportement général de la population, notamment afin de pouvoir la contrôler.

Pourtant, certains passages de l’ancien testament sont révélateurs et d’une manière très inattendue que l’archéologie est impuissante à contredire. Mais révélateurs de quoi ?

Je ne vais pas ici développer chaque argument car cela nous mènerait trop loin. Cependant, on peut résumer les choses comme ceci, de manière indubitable parce que stipulées par la Bible elle-même et hors de toute interprétation litigieuse (Par exemple, on peut prétendre que les scripteurs de la Bible auraient inventé des manifestations divines afin de marquer les esprits et susciter la foi en un être suprême, mais leur imagination de l’époque – même la plus débridée – pouvait difficilement correspondre trait pour trait et « par hasard » à des manifestations extraterrestres ou spatiales que nous retrouvons en ufologie. Inversement, en évoquant un dieu, des anges, etc. les descriptifs se devaient de demeurer « spirituels » et ne pouvaient pas présenter des caractéristiques humaines ou assimilables) :

Les anges décrits dans l’ancien testament n’étaient aucunement des êtres essentiellement spirituels mais au contraire bien concrets, tangibles, voire « perfectibles » même s’il est clair qu’ils disposaient également de pouvoirs hors du commun, très déroutants pour les gens de l’époque. Concevrait-on en effet qu’un ange (purement spirituel donc et vivant dans le giron du Dieu tout puissant) puisse être fatigué et éprouver le besoin de se reposer, de dormir, de manger, de se laver (notamment les pieds suite à une marche harassante). Comment pourrait-il aussi être surpris, se tromper, voire être vaincu et mourir ? Pire : le Dieu de la Bible semble être lui-même aussi bien mortel, même si son espérance de vie est largement supérieure à la nôtre au point que ses subordonnés peuvent facilement le croire immortel. Voilà des propos qui en étonneront plus d’un mais dont on peut pourtant effectivement trouver la substance dans les écrits dits saints.

On trouve également, dans ce type d’étude, nombre de points totalement incompatibles avec ce que l’on admet généralement de la religion : ainsi Jahvé n’aurait pas du tout été le célibataire endurci que l’on croit connaître et même l’archéologie s’accorde pour lui donner une épouse, en allant jusqu’à la nommer : Ashéra. Qu’importe, direz-vous. Toutefois cela confère à ce Jahvé un caractère bien plus « humain » et proche du « commun des mortels ». Et pourquoi ce dernier, s’il s’agissait d’un dieu à la puissance infinie et omnipotent aurait-il dû utiliser du matériel pour rejoindre sa base ? Pourquoi même ce matériel volant devrait-il faire du bruit (que les anciens décrivaient avec leurs mots, en comparant avec ce qu’ils connaissaient : le bruit de nuées, de tempêtes…) ?

L’étude croisée de l’archéologie et de la Bible démontre également que le célèbre « Prince des ténèbres » mis à toutes les sauces et tous les noms pour décrire l’esprit du mal, soi-disant issu de la chute des anges, était en fait un autre « dieu », entendez un concurrent ou un ennemi de la même nature que son vis-à-vis, mais pas seulement un sous-fifre dissident. Il s’agissait en fait initialement de Baal et de son nom complet Baal-Zébub serait venu celui, déformé, de Belzébuth que chacun comprend comme étant le diable. L’histoire a donc été véhiculée, transformée et déformée sur base d’une mauvaise interprétation renforcée par des impératifs très concrets, parmi lesquels le militaire ne figure pas parmi les moindres !

A l’époque, il existait donc en quelque sorte au moins deux factions armées (laissant parfois derrière elles des paysages facilement comparables à la désolation post-atomique, des tableaux très parlants de conflits mettant à l’œuvre des procédés parfaitement anachroniques, des abductions très bien décrites – avec le vocabulaire disponible s’entend – au moyen d’engins n’ayant rien à voir avec la sphère divine, peut-être la mise à la disposition des humains de moyens de transmission et usant de stratégies propres dépendant d’un agenda particulier assez clairement en relation avec leur milieu d’origine. En effet, l’histoire de l’époque est riche en batailles, conquêtes et exterminations, stabilités provisoires et revirements de situations, que l’archéologie ne peut que confirmer. Schématiquement, on pourrait dire que leur issue dépendait de la faction qui était alors présente, celle de Jahvé semblant prépondérante, Baal prenant la relève en son absence.

L’absence elle-même ne s’accommode absolument pas de l’idée que nous avons de Dieu, qui aurait plus que le don d’ubiquité puisque capable d’être partout en même temps. Voilà donc un curieux « mouvement perpétuel » qui devrait s’arrêter de temps en temps à la pompe pour faire le plein !

On pourrait relever de même des centaines d’arguments allant dans le même sens.

Je ferai donc un gros raccourci par rapport au travail de recherches pour dire que si l’on se base sur les textes de Mauro Biglino le caractère « extraterrestre » (au sens large) de Dieu ne ferait aucun doute.

Le cas échéant, on comprendrait que l’archéologie et la science d’une manière plus générale ne soient guère disposées à entériner cette hypothèse. Cela remettrait trop de choses en question, porterait un coup fatal aux religions monothéistes en provoquant sans doute le chaos, mettrait à mal notre légendaire supériorité anthropocentrique, etc.

Remarquez que je n’ai même pas parlé de pyramides ou d’autres édifices colossaux, ni d’alignements particuliers ou encore de dessins seulement visibles du ciel.

Je terminerai en relevant une expression très fréquente dans l’ancien testament mais qui, à mon sens, colle très mal avec l’idée d’un « dieu », unique (pur esprit, jaloux ( ? Dieu « tout puissant » pourrait-il être jaloux ?), colérique, vindicatif et guerrier dans l’A.T et tout d’amour dans le Nouveau) et beaucoup plus avec la conception de civilisations rivales venant de l’espace. Cette expression est la suivante :

« Toutes les armées du ciel »…

Un dernier point tout de même : la Bible évoque bel et bien la présence de Géants. La seule métaphore est mise à mal par la découverte d’ossements hors normes (souvent réfutée par la science) et si l’on s’y borne il faut alors supposer le cas de personnes « supérieures », à la morphologie très voisine mais aux facultés disproportionnées. Je ne peux pas présumer de l’authenticité des géants en question. Je crois cependant pouvoir remarquer l’augmentation de la taille moyenne de l’Homme au cours de son évolution avec même une accélération de cette augmentation (1960-1990). Voici qui semblerait confirmer la succession de cycles avec les conclusions que l’on pourrait en tirer sur base de l’extrapolation.

La théorie dite « des anciens astronautes » ne me paraît donc pas invraisemblable.

Michel Vanbockestal, le 11 septembre 2016


Michel Vanbockestal est le fondateur du CERPI et l’auteur des livres :
– Le poltergeist d’Arc-Wattripont – vérité, scandale et désinformation –
Editions Le Temps Présent – Collection Fonction Psi
Les Phénomènes Inexpliqués en Belgique – Editions Jourdan – Collection Obscuria

Le CERPI Centre d’Etudes et de Recherches sur les Phénomènes Inexpliqués existe depuis 1979

La Coda

Un communiqué du PRG,  de Stephen Bassett

La tempête médiatique continue de prendre forme dans le contexte de l’élection présidentielle des États-Unis et de sa connexion avec la question extraterrestre. Où se dirige cette tempête?

Elle conduit à un seul endroit – le podium à la fin du « Cross Hall » face à la « Salle Est » dans l’aile Est de la Maison Blanche – où le président Obama va annoncer au peuple américain et par extension aux peuples du monde, la présence d’êtres intelligents non-humains, pas de la Terre qui interfèrent avec la race humaine – La Divulgation.

La couverture médiatique est en pleine expansion dans les nouvelles publications basées sur les technologies au service des générations de ce millénaire.

Le nombre d’articles depuis Novembre 2014 qui plaident aussi pour le travail du PRG en lien avec cette affaire, est supérieur à 100 et peut être trouvée ICI.

Un échantillonnage complet de tous les genres de couverture à partir des médias de langue anglaise se trouve ICI. Cette compilation est sur un rythme qui devrait atteindre 1300 annonces pour 2016.

A Moscou un OVNI carré à volé près d’un Airbus

Paul Stonehill, membre de l’Académie d’Ufologie, nous a communiqué l’information suivante:

Près de l’aéroport de Moscou Vnukovo un OVNI carré à volé près d’un Airbus avec des passagers.

Tôt le matin, le dimanche 8 mai, les pilotes d’Airbus en vol de Krasnodar à l’aéroport de Moscou Vnukovo ont remarqué un objet volant non identifié de forme inhabituelle.

Selon les pilotes de ligne l’ovni a volé très près de l’avion à une altitude de trois mille mètres. Il avait une forme carrée inhabituelle. Les membres de l’équipage de l’avion ont dit qu’ils ne pouvaient pas faire une erreur et l’avoir confondu avec un ballon ou un drone.

Il est rapporté que l’avion était au-dessus de l’aéroport de Vnukovo, en procédure d’atterrissage au Sud-ouest de la capitale russe. En dépit de cet incident aérien, le vol ‘Krasnodar – Moscou « a pu atterrir en toute sécurité à l’aéroport Cheremetievo ».

Un extrait de presse: http://www.rusdialog.ru/news/65709_1462743958

Paul Stonehill enquête et nous informera.

ovni carré Moscou 1

ovni carré Moscou 2

20% de la population mondiale croient que des extraterrestres vivent parmi nous déguisés en humains

Rappel d’un sondage publié en avril 2010

20 pour cent de la population mondiale croient que des extraterrestres existent et vivent parmi nous déguisés en humains

Les extraterrestres existent et ils vivent parmi nous déguisés en humains, voilà ce que croient au moins 20 pour cent des personnes interrogées dans une enquête mondiale.

Un sondage Reuters Ipsos fait sur 23 000 adultes dans 22 pays a montré que plus de 40 pour cent des habitants de l’Inde et la Chine estiment que des extraterrestres se promènent parmi nous déguisés en humains, tandis que les moins susceptibles de le croire sont la Belgique, la Suède et les Pays-Bas (8 pour cent chacun).

Cependant, la majorité des personnes interrogées, soit 80 pour cent, ne croient pas que les extraterrestres soient parmi nous.

« Il semblerait que qu’il y ait une corrélation modeste entre les pays les plus peuplés et ceux qui sont plus susceptibles d’indiquer qu’il peut y avoir des extraterrestres déguisés parmi eux», a déclaré John Wright, premier vice-président du cabinet d’études de marché Ipsos qui a ajouté: « Peut-être que l’on est dans un cas simple où dans un pays moins peuplé, vous êtes susceptible de mieux connaître votre voisin».

Plus d’hommes que de femmes, 22 pour cent contre 17 pour cent,  croient que les êtres extraterrestres sont sur la terre.

L’enquête a montré que la plupart des croyants sont âgés de moins de 35 ans et dans toutes les catégories de revenu. Parmi ceux qui ne croient pas, la plupart sont des femmes.

Sources:

http://www.reuters.com/article/us-aliens-idUSTRE6370S720100408

http://www.ipsos-na.com/news-polls/pressrelease.aspx?id=4742

E.T. téléphone maison

Suite à  l’article « Les intelligences extraterrestres et nous » coécrit avec Michel Ribardière il y a environ un mois,  voici un autre article que Sylvie Joubert vient de mettre en ligne sur son site.

http://www.sylvie-joubert.fr/et telephone maison.htm


E.T.  téléphone  maison

Comment communiquer de la Terre en direction d’une intelligence non terrestre et vice versa ? La représentation populaire la plus amusante  de cette communication se trouve dans la phrase célèbre prononcée par le drôle de petit extraterrestre du film « E.T. » de Steven Spielberg :   « E.T. téléphone maison ». C’est ainsi que notre imaginaire dépeint le rapprochement entre civilisations, le téléphone n’étant bien sûr ici  qu’un symbole de communication parmi d’autres destiné aux enfants, mais qui aurait pu être aussi bien une fusée, un vaisseau, un satellite,  une sonde, etc. c’est-à-dire toute technique de liaison produite par le savoir-faire humain et reliant deux lieux très éloignés l’un de l’autre.   En filigrane de cette représentation, surgit a contrario le présupposé suggérant que si nous ne parvenons pas à établir le contact avec une  intelligence non humaine, c’est en raison d’un manque de performance technique quelconque. Ce présupposé technique est légitime, en  même temps,  il ne s’agit peut-être que d’une piste parmi d’autres menant au contact.

Lire la suite sur le site de Sylvie Joubert:

http://www.sylvie-joubert.fr/et telephone maison.htm

Nouveau livre: « An Overview of Close Encounters and Low Flybys »

Anthony J. Tambini membre de l’Académie d’Ufologie
publie un nouveau livre MAJEUR dans l’histoire de l’ufologie

UFO book cover1

An Overview of Close Encounters and Low Flybys
(Une vue d’ensemble des rencontres rapprochées et des vols à basse altitude)

Traduction du texte de la 4ème de couverture:
Au cours des 50 dernières années, diverses organisations traitant du phénomène OVNI, y compris le projet Blue Book de l’US Air Force, ont simplement rassemblé des éléments pour élaborer les rapports d’observations d’OVNIS. A l’exception de certains rapports et photographies spécifiques, aucun effort réel n’a été fait pour analyser ces documents. Le temps est venu pour ces organisations d’engager une action pour les examiner scientifiquement dans le but de déterminer des spécificités qui leur sont associées.
L’auteur de ce livre est un conseiller technique de l’aéronautique à la retraite. Représentant technique pour une grande entreprise aérospatiale. L’une des nombreuses missions dans laquelle il a été impliqué est celui d’ingénieur en fiabilité, maintenance et sécurité des systèmes, ainsi que dans la liaison entre l’entreprise et le client dans le domaine de l’aérospatiale. En tant que tel, il a eu la responsabilité d’analyser les rapports de ses clients afin de déterminer les tendances qui peuvent avoir une incidence sur l’utilisation opérationnelle d’un aéronef particulier. Ce livre regroupe les documents résultant de ses travaux d’analyse des nombreux rapports d’observations d’OVNIS issus de ses fichiers, ainsi que de ceux du Projet Blue Book de l’US Air Force. Il espère que le livre va initier un effort immédiat des organisations traitant du phénomène OVNI, ainsi que des ufologues indépendants afin qu’ils examinent les données accumulées qui se trouvent à portée de leur main. Une annexe à la fin du livre contient des recommandations sur la façon d’accomplir cette tâche.

UFO book cover4http://www.amazon.com/UFOs-Unidentified-Objects—Overview-Encounters/dp/0828326185/ref=sr_1_2?s=books&ie=UTF8&qid=1459789565&sr=1-2&keywords=Tambini

De la collaboration entre science et parapsychologie en ufologie

Ce document en .pdf

Un texte de Michel Vanbockestal

Avril 2016

Je lisais récemment les opinions très différentes à propos de l’opportunité d’étudier également les OVNIS à la lumière de nos connaissances en matière de parapsychologie, phénomènes surnaturels et autres inclassables et non seulement de réaliser une étude essentiellement axée sur la science.  Il est certain que chaque opinion se défend.

La science reste indéniablement une référence solide et probablement même la plus solide dont nous disposions apparemment.  Nous lui devons d’innombrables réalisations et bienfaits, mais peut-être aussi de ces « bienfaits » que l’Homme a récupérés dans le domaine militaire en lui attribuant dès lors des conséquences redoutables.  Parmi celles-ci figure sans doute l’exploitation de l’énergie atomique, laquelle semble intéresser (ou inquiéter) une intelligence que nous supposons très largement avancée, au point d’envisager que nous n’en soyons – comparativement – qu’à nos balbutiements au sein d’une possible multitude de civilisations.  Il est amusant de constater que la science évoluée, qui rejette généralement la parapsychologie, fait paradoxalement parfois de ses sujets autant d’apprentis-sorciers capables du pire et du meilleur.

Si tel devait bien être le cas, nous qui nous trouvons actuellement à l’aube d’un nouveau paradigme, il est concevable que nous devions imaginer que ces civilisations aient connu à de nombreuses reprises de ces bouleversements paradigmatiques.  Par conséquent, les entités que nous nous proposons d’étudier évoluent presque certainement dans des conditions que notre imagination la plus débridée ne pourrait absolument pas concevoir.  Si nous avions à converser avec l’un de ses représentants, outre l’obstacle linguistique (qui pourrait ne plus revêtir aucun sens), ne serions-nous pas aussi désemparés que ces hommes qui vivaient au temps de César et que l’on confronterait à nos contemporains habitués à la télévision et au Smartphone, ayant depuis longtemps marché sur la Lune, capables de détruire des légions entières d’une simple pression du doigt et bien d’autres choses encore qui leur apparaîtraient comme autant de prodiges miraculeux, « surnaturalisables », ce qui aurait fait d’eux des êtres « déifiables » ?

Certes, la science propose un garde fou appréciable évitant les dérives des hypothèses échevelées, un retour parfois rude à des conceptions bien terre à terre, un scepticisme de bon aloi faisant également œuvre de salubrité publique.  Mais nous savons aussi que le vrai n’est quelquefois pas vraisemblable, que la vérité emprunte bien souvent des chemins tortueux, que des conceptions scientifiques considérées jadis encore comme immuables ont dû être complètement revues et que les avancées de la physique quantique semblent relever d’une science-fiction inacceptable.  Et pourtant vraie !  En outre, la science a aussi connu des imposteurs dans ses rangs.

Ne constate-t-on pas aussi que la science, un terme générique qui désigne en fait de très nombreuses disciplines dont l’interprétation peut s’avérer très différente parce qu’envisageant un autre aspect contextuel, s’immisce de plus en plus dans la philosophie après s’en être pourtant départie ?  Or, le terme « philosophie » sert également de synonyme au mot « religion » ou « confession » ne serait-ce peut-être que parce que sa signification aboutit à un « amour de la sagesse » qui pourrait tout aussi bien être « sagesse de l’amour ».  Mais l’amour a-t-il un intérêt quelconque aux yeux de la science, en dehors de son aspect biologique réductible à la relation sexuelle, la reproduction ?  Car si l’on veut parler d’amour comme d’un sentiment, il faudrait alors plutôt faire référence aux sciences humaines et l’on changerait de territoire.  Cependant, les sciences humaines et sociales interagissent avec les sciences dites dures, la médecine est loin de n’être que scientifique tout en se basant sur de l’expérimental et de l’empirique.  Cela me semble démontrer que l’Homme ne peut s’étudier à la seule lumière d’une compétence, au travers d’un seul filtre ou grille de lecture, mais qu’il relève plutôt d’un ensemble kaléidoscopique très singulier.  Je ne pense pas qu’il soit anthropocentrique de considérer qu’il puisse en aller de même pour des civilisations extérieures.  C’est possible, mais nous n’en savons rien.

En partant du principe que l’objet de notre étude ne permet encore aucune conclusion définitive puisque nous ne savons toujours pas avec certitude ce que sont les OVNIS, que nous en sommes toujours réduits à émettre des hypothèses, le recours à la multidisciplinarité ou l’interdisciplinarité, voire la transdisciplinarité dont parle notre consœur Sylvie Joubert dans son excellent ouvrage « Coprésence, le manifeste de Möbius » me paraît tout indiqué.

Le danger réside dans la priorité que nous voudrions accorder à l’une des disciplines envisagées, en perdant de vue qu’elles pourraient être complémentaires ou – au contraire – générer des conclusions qui ne rendraient compte que d’un aspect, éventuellement observable seulement de manière sporadique.  Même si l’élargissement des moyens mis à notre disposition pour étudier le phénomène OVNI en y adjoignant des compétences souvent discréditées (mais aussi sur base de quels apriorismes !) peut faire craindre de se disperser, ne serait-ce pas aussi un procédé légitime en réponse à l’une des caractéristiques ovniennes principales, à savoir l’art du camouflage, du mimétisme ou de l’homochromie et, précisément, du discrédit ?

Une autre manière de considérer la question serait de revenir sur la différence énorme d’avance scientifique, technologique… etc. bref : paradigmatique, qui placerait l’objet de notre étude hors de portée de notre compréhension.  Quelle chance aurions-nous, dès lors, d’appréhender le phénomène ou ses sujets ?  (Le verbe appréhender a trois significations : prendre, craindre et comprendre, ce qui devrait se méditer).  Cette chance pourrait être tout simplement nulle.  Mais peut-être aussi présenterait-elle un faible pourcentage de réussite.  Dans ce cas, il apparaîtrait clair que, pour aboutir, la vision que nous devrions en avoir ne pourrait qu’être le fruit de la collaboration des yeux de multiples compétences, en vertu de leurs disparités.

Nous savons désormais que notre entourage ne nous renvoie que l’image d’une réalité très illusoire, laquelle nous apparaît comme telle car – finalement – cela sert parfaitement nos intérêts immédiats.  Mais tout peut dépendre du type de réalité, macroscopique ou microscopique, que nous désirons observer et il est certain que, le cas échéant, cela influencerait l’enseignement que nous pourrions en tirer.

Finalement, le consensus dépendrait du meilleur choix que nous puissions opérer dans le champ des possibles, à condition que ce dernier soit assez étendu et que nous puissions au besoin focaliser sur l’essentiel de manière à ne pas nous laisser leurrer par les apparences.  Pour poursuivre dans la métaphore, de nombreuses mises au point s’imposeraient.  Mais elles ne seraient réalisables qu’à condition de disposer de toutes les lentilles.

Les cas de poltergeist sont a priori totalement incompatibles avec les considérations ufologiques.  A première vue, on n’y décèle aucun rapport.  Je puis pourtant vous garantir que dans le cas d’Arc-Wattripont, que j’ai particulièrement étudié avec mon association, il a rarement été possible d’y trouver autant de connotations clairement ufologiques, même si celles-ci n’apparaissaient pas au premier regard.

Dans cette affaire, le milieu scientifique ne pouvait admettre que la simple supercherie.  Cette éventualité une fois écartée, le même milieu ne pouvait plus qu’envisager et calculer les sources possibles d’énergie  sans que cela permette de trouver le mécanisme qui régissait les phénomènes.  L’exorciste et le psychanalyste ne pouvaient à leur tour qu’appréhender l’une des facettes de l’énigme.  Dans un cas au moins, l’une de ces interventions a contribué à renforcer la problématique au lieu de la résoudre.   Les représentants de la loi ne pouvaient que constater et partir à la recherche de causes finalement très superficielles, sans les trouver non plus, avant de s’embarrasser dans les considérations judiciaires et administratives.  Des démonologues ont permis de comprendre qu’il n’existait aucune possession démoniaque.  Dès lors, on savait au moins ce que ce n’était pas mais on ne savait toujours pas ce que c’était !  Un médecin a pu mettre en évidence « l’effet blouse blanche » tandis que nous n’avions pas accès au dossier médical mais que nous pouvions exclure la pathologie mentale.  Bref : nous tournions en rond.  Aucun des spécialistes n’avait été déterminant.  Pourtant, le travail de chacun, dans des optiques souvent très différentes, a été utile.  Même les erreurs permettaient de procéder par élimination.  Finalement, nous avons dégagé l’hypothèse la moins invraisemblable, laquelle présentait – en plus – l’avantage de rendre compte des différentes hypothèses préexistantes, même celle du scepticisme.  Comble du fin, la supercherie s’intégrait dans la solution sans la contredire et dans une logique inattaquable !  Cerise sur le gâteau, une fois que tout ce travail fut fait, l’hypothèse ufologique est apparue, de plus en plus évidente, mais en présentant l’énorme inconvénient d’aboutir à une référence circulaire.

Voilà qui me paraît faire la démonstration éclatante de l’intérêt du rapprochement pluridisciplinaire en reconnaissant l’insuffisance de l’un quelconque des représentants pris séparément.  Chacun a apporté sa pierre à l’édifice, la principale difficulté réside finalement dans l’art de rassembler les pièces du puzzle en un tout cohérent.  Or, en l’absence d’un seul élément, l’image finale ne pouvait ni être validée ni se cristalliser en une réalité valablement observable.

Dans l’exemple que je viens de citer, on peut facilement comprendre que, confrontés à un puzzle véritable, classique, nous disposons de la faculté de reconstituer, de visualiser mentalement, virtuellement, l’image finale.  Cela provient de ce que cette image appartient à nos connaissances intégrées auxquelles il nous est facile de faire appel, parce qu’elles font partie de notre paradigme.  A la lumière de ce qui a été dit plus haut, on peut comprendre que ce n’est pas forcément le cas en ufologie.  Dès lors, la juxtaposition des différentes compétences devient ipso facto indispensable.

En conclusion, science et parapsychologie se heurtent à l’échec par leurs propres limites.  Mais le travail, les connaissances et les erreurs des uns et des autres, mis en corrélation, ouvrent curieusement une porte de sortie qui mène à une solution séduisante.  Les écueils à éviter résident dans le sectarisme et l’étroitesse d’esprit et l’art dans le dosage de la rigueur et de la permissivité.

M.Vanbockestal, (fondateur du CERPI). Avril 2016.

Auteur des livres :

Le poltergeist d’Arc-Wattripont – vérité, scandale et désinformation
(Editions Le Temps Présent – Collection Fonction Psi)

et :

Les Phénomènes Inexpliqués en Belgique
(Editions Jourdan – Collection Obscuria)

CERPI
Le Centre d’Études et de Recherches sur les Phénomènes Inexpliqués existe depuis 1979
http://www.cerpi-officiel.be

Les extraterrestres ont-ils une conscience ?

Un texte de Jacky Kozan
20 février 2016

Depuis quelque mois les publications se succèdent sur les thèmes de la physique de l’information, de la conscience et de la matière. Elles déclenchent des réactions d’intérêt, de satisfaction ou de rejet.

Les ufologues peuvent lire des choses étonnantes concernant le phénomène ovni. A la source de ces publications, l’arrivée dans le public de la notion de physique de l’information, puis la prise en considération de la conscience dans le cadre de cette nouvelle branche de la physique.

Certains universitaires expliquent que la conscience domine la matière, qui elle-même n’existe pas et que par conséquent le phénomène ovni est dominé par la conscience de celui qui l’observe. Le discours est irrecevable, par les ufologues et même par les sceptiques et les déboulonneurs de témoignages.

C’est dommage car, sur le fond, ce discours tient la route et est intéressant. Il offre aux ufologues une dimension supplémentaire pour étudier le phénomène ovni.

En ufologie nous avons des témoignages qui valident des notions telles qu’une source d’information créant un objet réel à partir d’une énergie ou un comportement intelligent dans une source d’énergie. En interne « Académie d’Ufologie » nous avons examiné en 2014 un cas de formation d’un ovni en forme de ballon à partir d’une source électromagnétique de type plasma. Ce cas date du 6 décembre 2003, dans le village de Plakanciems, à 20 km. Au Sud-est de la ville de Riga (Lettonie).
Nous avons de quoi confirmer les théories proposées et ne sommes pas surpris par le discours qui, au contraire, nous apporte des explications techniques.

Je vais lister les points générant l’incompréhension, ce qui nous donnera la possibilité de les reprendre à loisir afin que tous les ufologues et le public, c’est-à-dire les citoyens qui financent la Recherche, comprenne ces nouvelles avancées majeures de la Physique.

Des expressions qui choquent:

– le mot conscience quand il n’est pas appliqué uniquement à l’humain,
– la matière n’existe pas,
– les ovnis n’existent pas,
– les ovnis n’existent que dans la tête des gens,
– l’IA (intelligence artificielle) n’a pas de conscience.

Le mot conscience.

Mon éducation occidentale a fait que pour moi et comme pour la plupart des « pingouins moyens » occidentaux, la conscience est quelque chose qui n’existe que chez les humains. Une souris grise de laboratoire est peut-être plus intelligente que beaucoup d’humanoïdes.  Elle a sa propre forme d’intelligence, inaccessible à la nôtre, elle a quelque chose qui est l’équivalent de notre conscience mais il faut trouver un autre mot, une autre définition. Je fais le même raisonnement pour l’Arabette des Prés ou le grain de Riz, eux aussi plus complexes que nous. Logiquement un organisme plus complexe que celui d’un humain doit avoir quelque chose d’équivalent à la conscience, mais on ne peut pas dire qu’il soit plus consciencieux que les humains.
Les créatures extraterrestres ne sont, par définition, pas humaines. Quel que soit leur niveau d’intelligence, on ne peut donc pas affirmer qu’elles aient une « conscience ». Elles ont « autre chose ».

Définitions de conscience dans les dictionnaires:

Larousse
Connaissance, intuitive ou réflexive immédiate, que chacun a de son existence et de celle du monde extérieur.
Représentation mentale claire de l’existence, de la réalité de telle ou telle chose.
Fonction de synthèse qui permet à un sujet d’analyser son expérience actuelle en fonction de la structure de sa personnalité et de se projeter dans l’avenir.

Dictionnaire de l’internaute
Perception chez l’homme de sa propre existence et du monde qui l’entoure.
Sens moral, jugement de valeur de ses propres actes.

Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales
Connaissance qu’a l’homme de ses états, de ses actes et de leur valeur morale
Organisation de son psychisme qui, en lui permettant d’avoir connaissance de ses états, de ses actes et de leur valeur morale, lui permet de se sentir exister, d’être présent à lui-même.

C’est clair, le mot conscience ne s’applique qu’à l’humain.
Il faut d’autres mots pour nommer l’équivalent de la conscience dès qu’il n’est plus question des humains.

Appliquer le mot conscience à un champ d’information universel, c’est d’abord surévaluer l’importance de la conscience humaine dans l’univers et c’est surtout limiter les possibilités de ces champs d’information dans l’univers. En appelant conscience l’intelligence qui gère l’univers, encore une fois on se représente l’univers sur la base de ce que nous sommes capables de comprendre aujourd’hui. Alors que nous sommes loin de pouvoir comprendre ce qui nous est proche et ce qui est immédiat.

La conscience est le résultat d’un processus physique qui capte et traite des informations tant que le support physique existe. Lorsqu’un humain meurt son système de réception et de traitement de l’information s’arrête de fonctionner et se transforme en « poussière d’étoile ». Il n’y a plus de système local de production de conscience.

Des propos qui contredisent ces affirmations sont tenus par des Universitaires, mais ils sont incompréhensibles par le public et les ufologues.
Alors peut-être qu’avec le temps l’un d’entre eux nous expliquera. Mais comme j’ai compris que le temps n’apporte rien dans la résolution des problèmes de physique quantique, je crois que nous ne sommes pas prêts de comprendre.

Depuis longtemps le mot conscience à été utilisé pour définir cette intelligence universelle et ses véhicules, mais ce n’est pas une raison pour persévérer dans cette voie. D’autres définitions ont été proposées:

– le champ akashique,
– les champs néguentropiques©
– le computronium
– le perceptronium
– et plus limitatif puisque basé sur l’humain, la noosphère
Ce sont quelques définitions que j’ai pu rencontrer au cours de mes lectures. Il y en a probablement beaucoup d’autres mais c’est à nous d’en créer de nouvelles.

Bien que trouvant le mot conscience inadapté pour désigner une forme d’intelligence autre qu’humaine, je suis d’accord sur la finalité de l’approche. Mais pour moi, la conscience humaine est un résultat fonctionnel. L’équivalent de la conscience au niveau plus général de l’univers est peut être aussi un résultat fonctionnel, mais c’est autre chose. Nous sommes donc une partie de cette « fonction » qui est aux commandes de l’univers. Notre conscience humaine est un sous-ensemble de cette fonction qui passe par du matériel hydrocarboné pour s’exprimer (Ref: mon texte « ils sont faits avec de la viande« ).

Qu’est-ce la conscience, sinon le résultat d’un traitement d’information? On peut traiter l’information sur des matériaux comme le silicium ou sur l’hydro-carboné (la viande). Nous ne sommes que du matériel construit sur une base hydro-carbonée. Nous avons créé des mots comme intelligence, conscience, âme, psyché ou comme Dieu mais chacun y met ce qu’il veut et tout ceci n’est que le résultat d’une puissance de calcul et de transmission d’informations. Un ordinateur, même un micro ordinateur qui a 10 ans, est plus intelligent et plus consciencieux que beaucoup de systèmes bâtis sur une base hydro-carbonée. De plus, ses possibilités d’extension sont incommensurables. Les outils informatiques que nous connaissons et plus généralement l’Intelligence Artificielle sont élaborés sur la base de l’intelligence humaine. Au départ ce sont des copier/coller de l’intelligence humaine. Le mot conscience peut s’appliquer à l’Intelligence Artificielle, tout au moins tant qu’elle reste comparable aux performances d’une intelligence humaine. Mais il faudra vite lui trouver un autre mot.

La matière qui n’existe pas.

Tout dépend du niveau auquel on raisonne. Dès les premiers cours de chimie (en 4è pour moi) on nous apprend les notions de molécules, atomes, électrons qui tournent autour du noyau. On comprend bien que la matière est composée de petites particules en mouvement les unes par rapport aux autres. On apprend que la matière est pleine de vide, mais que précisément c’est ce vide contenant les particules en mouvement qui constitue la matière. C’est la matière.

Affirmer que la matière n’existe pas, qu’elle n’existe que dans la tête des gens, ce n’est pas améliorer nos connaissances, c’est choisir de choquer la population.
Alors cette démarche est-elle liée au déni coutumier du phénomène ovni? Est-ce une tentative de préparation à un nouveau concept de type religieux? En attendant d’entendre des discours recevables par le public, chacun interprétera la situation comme il lui convient.

Rappel: extrait d’une page Internet validée par l’IN2P3 :

Un atome est-il vide ?
Le volume du noyau est un million de milliards de fois plus petit que celui de l’atome.
Le volume de l’atome est donc constitué d’au moins 99,9999999999999% de vide !

En théorie, les particules qui forment les protons et les neutrons (les quarks) sont, tout comme l’électron, des particules ponctuelles, c’est à dire des particules sans volume. En théorie, un atome est donc constitué de 100% de vide ! Il n’est bien sûr pas possible de prouver que c’est vrai…

Voici l’image d’un atome que l’on nous montre à l’école:

Atome 1

Et voici un atome avec ses proportions représentées à l’échelle:

Atome 22

Les ovnis n’existent donc pas.

C’est le message qu’essaient de nous faire passer des publications récentes à consonance plutôt religieuse. Les ovnis quand ils ont un aspect matériel, sont donc faits de « rien » et ce n’est donc qu’une information qui induit cet ovni dans notre imagination.
Pour préciser le message, il faudrait qu’il soit mentionner: « comme tout ce qui est matériel ». Ainsi la Tour Eiffel n’existe que dans notre imagination, de même pour la Grande Muraille de Chine, un TGV qui passe, la Lune. Le raisonnement s’applique aussi aux systèmes hydrocarbonés (la viande). Ainsi, une oie gavée n’existerait donc que dans l’imagination de celui qui mange du foie gras et le receveur des impôts dans la tête de celui qui vient donner son argent.
Mais alors ma propre imagination, capable d’inventer tout ceci, où est-elle installée? Mon imagination n’existe que dans mon imagination…

Je suis d’accord avec le fond du discours: tout ce qui est matériel est plein de vide. C’est l’information, qui gère des particules ponctuelles pour faire une représentation de ce qu’on appelle la matière. Je refuse la notion de matière qui n’existe pas ou qui n’existe que « dans la tête des gens ». La matière même si elle est étrange aux yeux de la science existe bien et les ovnis aussi.

L’amalgame ovni/conscience ressemble au discours tenu par la Fédération Galactique en la personne de Mike Quinsey ou Salusa (de Sirius).
http://salusafrancais.blogspot.fr/
http://fgfrance.blogspot.fr/

Cette Fédération Galactique ressemble à une « Black PSYOP ». Frank Herbert en est à l’origine, c’est un personnage remarquable qui a écrit le livre « DUNE ». Nous avons presque tous vu le film extraordinaire qui en a été fait. Les messages de la Fédération Galactique sont cohérents avec le film Dune.
La démarche lancée par Frank Herbert a été prise en charge par Sheldan Nidle qui a construit toute une organisation à partir de la démarche de Frank Herbert. Mike Quinsey qui signe aujourd’hui les messages qui s’adressent au public est probablement le pseudo de toute une équipe.

Le discours actuel sur la conscience ainsi que les tentatives de tourner en ridicule le matérialisme, semblent bien coller à la stratégie à long terme de Frank Herbert qui semble avoir pour objectif la création d’une nouvelle forme de religion.

Le lien direct ovni/conscience arrive bien pour aider les détracteurs institutionnels du phénomène ovni qui sont effrayés par les annonces de possibilités de vies extraterrestres. On assiste donc à une médiatisation spectaculaire du discours. Pourtant son impact sur les ufologues est grandement négatif. Je serais étonné qu’il bouleverse notre paradigme, qui a pourtant bien besoin d’être renouvelé.

La conscience de l’intelligence artificielle fera l’objet de ma prochaine publication.

Jacky Kozan, le 20 février 2016
Relecture et améliorations Dany Kozan

Si vous avez apprécié ce texte, donnez 1 € à un sans-abri.

« Pourquoi les ovnis…? »

Un texte présenté par Stanton Friedman à la « 4e Annual UFO Crash Retrieval Conference » du 10 au 12 novembre 2006 à Las Vegas, Névada

Source: http://www.stantonfriedman.com/index.php?ptp=articles&fdt=2006.11.10&prt=1

Ce document en « .pdf »

Résumé

J’ai eu la chance de faire plus de 700 présentations dans 18 pays, généralement sur la base de mon livre “Flying Saucers ARE Real” (les soucoupes volantes sont réelles). Mes auditoires, principalement des universités et des groupes professionnels, ne semblent avoir aucun problème à accepter les données factuelles détaillées que je présente et conduisant à mes conclusions que certains ovnis sont des vaisseaux spatiaux extraterrestres et que le sujet des soucoupes volantes représente une sorte de Watergate Cosmique. Mais ce qui semble être le plus préoccupant, à en juger par la séance de questions, ce sont les questions « Pourquoi? ». Pourquoi les soucoupes volantes se sont-elles crashées? Pourquoi des « Aliens » ont visité la Terre? Pourquoi le gouvernement ne nous dit pas ce qu’il sait? Pourquoi les « Aliens » n’ont pas atterri sur la pelouse de la Maison Blanche ou à l’Organisation des Nations Unies? Pourquoi des gens ont falsifié les documents MJ-12? Pourquoi dites-vous SETI signifie « Silly Effort To Investigate » (effort idiot pour enquêter)? Pourquoi avez-vous persévéré pendant 39 ans? Pourquoi le gouvernement ne vous à pas convaincu de laisser tomber?
Peut-être que mes réponses aideront le lecteur à répondre à ces questions « Pourquoi? », ou le conduiront à plusieurs autres de telles questions.

 

« Pourquoi les ovnis… »

1 – Pourquoi avez-vous conclu que la preuve est accablante que la Terre est visitée par des vaisseaux spatiaux extraterrestres intelligemment contrôlés?

La réponse la plus simple est que c’est la seule conclusion applicable à l’énorme quantité de preuves. Dans mes conférences je passe en revue 5 études scientifiques de grande envergure et demande ensuite combien d’auditeurs l’ont lu. Généralement moins de 2% en ont lu une. Je remarque que Ted Phillips a recueilli plus de 5000 cas de traces physiques dans plus de 70 pays. Dans certains cas, des gens ont vu un vaisseau atterrir puis décoller laissant derrière lui diverses marques sur le sol comme des marques de brûlures circulaires, des traces de trains d’atterrissage, des petites empreintes de pas, des anneaux de sol desséchés, etc… Ce ne sont pas des crop circles où, normalement, aucune soucoupe n’est vue. Environ 1/6 de ces cas concernent des rapports de petits êtres. Je fais référence à plus de 1000 cas d’enlèvements qui ont été étudiés par Budd Hopkins, David Jacobs, John Mack, et Raymond Fowler et au cas de Betty et Barney Hill enregistré par John G. Fuller. Je pense au travail remarquable de Marjorie Fish qui indique clairement que la carte des étoiles de Betty est logique et fournit des informations que nous ne connaissions pas auparavant. En outre, j’ai passé du temps dans 20 salles d’archives, eu une habilitation de sécurité pendant 14 ans, et trouvé qu’il est parfaitement évident que des données cruciales ont été bloquées et que beaucoup de gens du gouvernement ont menti en ce qui concerne les OVNIS. Dire que certains ovnis sont d’origine ET, ne répond bien sûr pas à d’autres questions telles que: pourquoi les extraterrestres viennent ici, pourquoi je n’en ai pas vu un seul, d’où viennent-ils, etc…, etc…

 

2 – Pourquoi les extraterrestres, s’ils sont réels, n’atterrissent pas sur la pelouse de la Maison Blanche et ne disent pas: « Conduisez-moi à votre chef. »?

Évidemment, je ne parle pas pour les extraterrestres. Toutefois, notons trois faits:

A – La Maison Blanche est dans une zone de vol interdite. Notre réponse à des intrus dans ces zones est de prendre des mesures immédiates pour escorter les intrus ou les abattre. Dès l’été 1952, lorsqu’en juillet, les ovnis ont survolé la Maison Blanche, des ordres ont été donnés à des intercepteurs militaires d’abattre les ovnis s’ils n’atterrissaient pas lorsqu’ils étaient invités à le faire. Ceci est décrit en détail dans le livre de Frank Feschino Jr. « Shoot Them Down ». Le Major-Général Roger Ramey a proclamé que des intercepteurs avaient été perturbés des centaines de fois mais sans succès. Comme une indication du zèle des pilotes, j’ai entendu parler d’au moins 7 cas spécifiques dans lesquels les ovnis avaient zappé l’avion d’attaque terrien. Tim Good dans son livre « Need to Know » présente des cas similaires. Je travaille sur les propos d’un pilote qui affirme que les OVNIS ont éliminé 20 de nos avions en Europe dans le début des années 1950.

B – Ce peut être surprenant pour beaucoup d’Américains, mais le président des Etats-Unis ne parle pas pour la planète Terre. Après tout, qui l’a élu Président mondial? Certainement pas le milliard de personnes originaires d’Inde ou 1,3 milliard de personnes en Chine. Évidemment, l’ONU ne parle pas non plus pour la planète Terre.

C – Normalement, des négociations ne se déroulent qu’entre des parties à peu près égales. Assurément, il n’est pas difficile de voir que les extraterrestres ont une technologie très en avance sur la technologie terrienne. Leurs véhicules sont nettement plus rapide, plus maniable et ils ont accès à d’énormes transporteurs spatiaux (vaisseaux-mères) avec Dieu-sait-quelles possibilités. Ils n’ont aucune raison de négocier quand ils peuvent déjà faire ce qu’ils veulent faire.

 

3 – Pourquoi les extraterrestres veulent venir ici si, comme vous l’avez dit, nous sommes une société primitive dont l’activité principale est clairement la guerre tribale?

Les réponses à cette question dépendent beaucoup de l’image du voisinage galactique local et de la situation de notre planète. Les cultistes du SETI semblent penser que nous sommes le sommet de la création et qu’il peut y avoir 50 000 civilisations dans notre galaxie, la Voie Lactée, qui est composée de quelques centaines de milliards d’étoiles. Elle a près de 100 000 années-lumière de diamètre, ce qui, selon Frank Drake, signifie qu’il peut y avoir une autre civilisation, distante de « seulement » 1000 années-lumière. Ce qui, bien sûr, ferait de nous une civilisation élite très particulière. Je pense qu’il y a probablement de nombreuses civilisations avancées dans notre voisinage local, sur des planètes autour de quelques-unes des 2300 étoiles situées à moins de 54 années-lumière, en particulier les 46 qui sont très semblables au soleil. Le fait important ici, c’est que nous avons eu une technologie sophistiquée depuis seulement 100 ans. Mais la terre est vieille d’environ 4,5 milliards d’années et a été adaptée à la vie depuis plus d’un milliard d’années.

Juste au coin de la rue, à 39,4 années-lumière de distance, on trouve une paire d’étoiles semblables au soleil, Zeta Reticuli 1 et Zeta Reticuli 2 . Elles ne sont qu’à 1/8 d’année-lumière l’une de l’autre, mais elles sont un milliard d’années plus âgées que le soleil. En d’autres termes, il y a eu beaucoup de temps pour que d’autres civilisations s’y mettent en place. Avoir un voisin facilement observable serait bien plus motivant pour le développement des voyages interstellaires que ce que nous avons ici dans notre cambrousse. Mon point de vue est, en accord avec celui de la physicienne Beatriz Gabo Rivera, que nous sommes comme les gorilles dans une nature préservée en Afrique et qui ne savent rien à propos de ce qui se passe en dehors de leur réserve. Je pense qu’en fait les extraterrestres se promènent dans le quartier depuis très longtemps. Je pense qu’il est hilarant que le Dr Seth Shostak, un des plus bruyants du SETI, dit qu’il n’y a personne sur Zeta Reticuli 1 ou Zeta Reticuli 2, car ils ont été écoutés par un Radio Observatoire du Sud il y a 10 ans. On pourrait penser qu’il connait l’équipement et la fréquence qu’utilisent les communicateurs extraterrestres très en avance sur nous et qu’eux essaient d’attirer notre attention, ce qui est totalement absurde.

Les réponses dépendent aussi grandement de la difficulté de se déplacer dans le quartier. Si l’on est un adepte du SETI (comme le terrible Peter Jennings le 24 février 2005, dans un « mocumentaire » à la TV) et que l’on retient que notre vaisseau spatial le plus rapide est la sonde Voyager et qu’il faudra 70 000 ans pour se rendre à l’étoile la plus proche, on en déduit que les voyages ne seraient pas communs en effet. Une approche beaucoup plus réaliste est de noter que Voyager n’a pas de système de propulsion autonome depuis qu’il a quitté la Terre. Il est en roue libre, aidé par un ravitaillement cosmique. Peut-on estimer le temps qu’il faut pour traverser l’océan en y jetant une bouteille? Pouvons-nous dire combien de temps il faudrait pour voler de New York à Los Angeles en jetant une plume dans l’air? Il a fallu 33 heures à Charles Lindberg pour traverser l’Atlantique. Le Concorde l’a fait en quelques heures. La station spatiale fait le tour de la terre en 90 minutes. Les signaux électromagnétiques mettent 1/7 de seconde pour envelopper la terre.

Rappelez-vous, nous venons juste de donner le coup d’envoi en technologies. Repensez à 1900. Remarquez qu’il n’y avait ni télévision, ni radio, ni micro-ondes, ni centrales nucléaires, ni satellites, ni tests ADN, ni lasers, ni ordinateurs, ni avions, ni fusées, ni armes nucléaires ou d’organes transplantés. Je suis convaincu que, si nous ne nous détruisons pas bêtement, il y aura un moment où voyager vers les étoiles sera considéré comme pas plus difficile que de traverser l’Atlantique en 747 aujourd’hui. J’ai récemment fait un vol sans escale de Newark, New Jersey, à Hong Kong en Chine, en moins de 17 heures. Des sous-marins nucléaires font le tour du monde sans faire surface. Évidemment, il y a ceux qui pensent que voyager vers les étoiles est impossible. Si cela était vrai, ce qui ne l’est pas, évidemment personne ne pourrait non plus venir ici depuis les étoiles.

Pensez à toutes les personnes qui passent par l’aéroport de Chicago O’Hare en un an et pensez à la grande variété des raisons de voyager.

Pour revenir à notre sujet, voici quelques raisons de venir chez nous:

A – Étudiants diplômés préparent une thèse sur le développement d’une société primitive, sur une planète où, étonnamment, il n’y a pas de gouvernement planétaire et où il y a beaucoup de langues différentes; ou une thèse sur divers échantillons biologiques étranges, ou sur des variantes génétiques d’êtres intelligents.

B – Réalisateurs d’émissions TV pour des spectacles hebdomadaires tels que « idiotie chez les Boondocks ».

C – Ingénieurs miniers comme ceux qui sont allés en Californie, au Klondike et en Australie pour l’or, ou au Texas et au Moyen-Orient pour le pétrole. Comme la terre est la planète la plus dense du système solaire, on s’attend à y trouver beaucoup de métaux très lourds, rares mais très importants, tels que l’or, l’uranium, le rhénium, le platine, le tungstène, l’osmium, etc. Ils sont tous beaucoup plus dense que le plomb. Nous savons, par l’étude des spectres d’étoiles, qu’ils sont rares. Ils ont aussi des propriétés très particulières.

D – Ingénieurs miniers qui extraient les métaux les plus courants des nodules sur le fond de l’océan et des astéroïdes entre Mars et Jupiter. Nous avons envisagé de le faire. Évidemment, pour nous, la guerre est beaucoup plus importante que l’exploitation minière de l’océan, alors nous construisons des sous-marins nucléaires pour rester dans les profondeurs de l’océan avec leur multitude de missiles à tête nucléaire. Il y a aussi d’abondantes réserves de ce qu’on appelle des « terres rares », beaucoup utilisées dans les industries électroniques et nucléaires. Il ne faut pas oublier qu’il y a un siècle, la principale utilisation de l’uranium c’était pour préparer des émaux jaunes pour la poterie. Le zirconium et le titane n’avaient aucune valeur. Maintenant la marine nucléaire utilise des alliages à base de zirconium en raison de leurs propriétés nucléaires et anticorrosion intéressantes. Le titane est utilisé dans les avions comme le SR-71 en raison de sa haute résistance et de sa faible densité.

E – Employés de centres de ravitaillement et de repos situés sur la face cachée de la lune ou dans les profondeurs de l’océan ou dans la ceinture d’astéroïdes.

F – Visiteurs surveillant les anciennes colonies établies par leurs ancêtres. Peut-être étaient-ils nombreux…? Ce qui pourrait expliquer pourquoi nous avons des races noires, brunes, rouges, jaunes et blanches.

G – Geôliers. La Terre est peut être une colonie pénitentiaire sur laquelle des extraterrestres ont déposé leurs mauvais garçons et filles et c’est pourquoi nous sommes si désagréables les uns aux autres. L’état de Géorgie et l’Australie ont d’abord été occupés par des forçats. Laisser des condamnés perturber les autres civilisations qui, contrairement à nous, ont appris à vivre en paix, est peut être interdit par le règlement galactique.

H – Vacanciers. La Terre est peut être un centre de loisirs. Notez le grand nombre de gens qui visitent Hawaï, Las Vegas et Orlando. Si le Voyage n’était pas aussi facile, combien se seraient aventurés pour voir des plages de surf ou des tables de jeux ou Mickey Mouse?

I – Recherche de spécimens pour les zoos et aquariums extraterrestres. Nous trouvons encore de nouvelles espèces.

J – Sociétés horticoles galactiques locales collectent de spécimens pour exposition et croisements génétiques.

K – Chercheurs médicaux. Ils doivent peut-être évaluer le matériel génétique des spécimens échantillonnés afin d’y trouver des défauts génétiques ou des gènes super-spéciaux. Il y a un certain nombre de cas dont la fréquence dans la population est très faible (par exemple, une seule personne sur 14 000 est atteint d’hémophilie) beaucoup de spécimens doivent être examinés.

L – Lunes de miel. Peut-être que pour le voisinage galactique la Terre est le « must » des lunes de miel . Tarifs spéciaux pour une semaine sur Terre …  avec options sur la Lune ou Mars …

M – Cartographes. Des cartes du voisinage galactique peuvent décrire, par exemple, l’équivalent des mines de charbon anglaises au 19ème siècle.

N – Amateurs de sport. Il y a peut-être des excursions spéciales pour observer des événements sportifs. Ne pas oublier qu’un match de championnat du monde d’échecs a eu lieu en Islande.

O – Scouts cherchant le meilleur site pour un nouveau parc d’attractions dans le système solaire.

P – Inspecteurs d’armes. Si nous faisons l’hypothèse éminemment raisonnable que chaque civilisation avancée se préoccupe de sa propre survie et de sa sécurité, attendons-nous à ce que notre développement d’armes de destruction massive ainsi que les moyens de les livrer, deviennent une grande préoccupation. De toute évidence, après la seconde guerre mondiale, nous avons mis moins d’un siècle pour maîtriser la fission et la fusion ainsi que d’autres technologies nouvelles pour nous permettre d’extérioriser notre amitié ou notre hostilité. Ainsi, une raison logique pour nous visiter est de nous mettre en quarantaine jusqu’à ce que nous développions une technique pour apprendre à vivre en paix les uns avec les autres. Aucun comité des nouveaux-membres de la fédération galactique ne nous permettra d’y adhérer. Nous sommes trop primitifs. Je suspecte les cultistes du SETI de penser qu’ils seraient des invités bienvenus. Ce n’est pas très probable.

Q – Producteurs de films. Ayant travaillé sur un grand nombre de films documentaires à de nombreux endroits, je dirais que certains visiteurs envisagent peut-être des fictions épiques et des films faits pour leurs entreprises de cinéma à la maison … et enregistrent des séquences ici et là.

 

4 – POURQUOI le gouvernement ne dit pas ce qu’il sait?

Ont-ils peur d’une panique de type « Guerre des Mondes« ? Je pense que oui. Après tout, le New Jersey a été détruit par les Martiens. Que pouvions-nous faire contre eux? La panique n’était pas inappropriée.

Mais nous devons d’abord reconnaître qu’il y a un Watergate cosmique et une longue histoire de mensonges des gouvernements sur les ovnis comme je l’ai décrit dans un document 1 qui énumère les mensonges du FBI, de la CIA, l’US Air Force, la NSA etc… Certains affirment que:
A – les gouvernements ne peuvent pas garder des secrets,
B – le véritable secret est qu’ils ne savent pas ce qui se passe et ils ne peuvent pas admettre cela non plus.

Je suis en désaccord avec les deux.
Quelques exemples de secrets qui ont été gardés: Le Manhattan Engineering District a employé 130 000 personnes en secret total pendant la Seconde Guerre mondiale pour développer la bombe atomique à un coût de plusieurs milliards de dollars. Les Alliés ont cassé le code allemand et avaient 12 000 personnes travaillant à Bletchley Park au Royaume-Uni, interceptant, décodant et traduisant les communications militaires allemandes. Si le secret avait été découvert, les Allemands auraient changé leurs codes. Il n’y a vraiment rien eu de public 25 ans plus tard, malgré les grandes améliorations évidentes de la technologie. Nous avions aussi cassé les codes militaires japonais, encore une fois secrètement. En ce qui concerne (B), notez que les organismes militaires ont des systèmes de surveillance secrets qui fournissent beaucoup plus d’informations que nous, les civils, pouvons en obtenir.

Le « Naval Research Laboratory » a finalement admis en 1995 qu’il avait lancé le système « Corona » de satellites de renseignement électromagnétique pour surveiller les systèmes de radar et de communication soviétiques à partir de 1960, après 12 échecs tenus secrets. Le premier qui a fonctionné a fourni plus de données que tous les vols  secrets U-2 auparavant. Les Soviétiques étaient au courant de l’U-2, mais n’osaient pas admettre qu’ils ne pouvaient rien y faire. Les citoyens Américains n’avaient pas été informés. De même, les Soviétiques avaient abattu un nombre d’avions de reconnaissance militaire qui sondaient la Russie, la Corée du Nord et la Chine, causant la perte de 166 membres d’équipage. On a menti à leurs familles: accident malheureux, crash en mer, etc… Ce ne fut pas avant 2001 que les Etats-Unis ont eu une réunion avec les familles des membres d’équipage et qu’on leur a dit ce qui était arrivé, même si la plupart des pertes ont eu lieu dans les années 1940, 50, et 60. Des médailles ont été distribuées. William Burrows raconte l’histoire dans son livre « By Any Means Necessary » 2.

Le « National Reconnaissance Office » n’a reconnu qu’en 2005 qu’il avait lancé 7 satellites « Poppy » entre 1962 et 1971. Leur fonction était d’effectuer une surveillance très sophistiquée des installations électroniques et des radars sur les navires soviétiques. Des milliers de personnes ont été impliquées.

Donc, oui, en effet, des secrets peuvent être conservés. Le budget noir annuel des États-Unis  est estimé à 30-40 milliards de dollars. Cela fait beaucoup de secrets.

Alors pourquoi garder secret  les ovnis ?

A – Tous les grands pays et de nombreux groupes terroristes aimeraient beaucoup reproduire la technologie de vol des soucoupes. Elles peuvent littéralement voler en cercles autour de nos véhicules, se déplacer à très grande vitesse, faire des virages à angle droit, se déplacer vers le haut et vers le bas, généralement avec peu de bruit, il n’y a pas de moteurs visibles, pas de gaz d’échappement. Ce seraient de merveilleux systèmes de livraison d’armes et de défense. Depuis que nous avons récupéré une épave, dès 1947 (voir « Crash at Corona » 3), nous avons mis en place un projet hautement classifié (l’opération Majestic 12 comme décrit dans mon livre « TOP SECRET / MAJIC » 4) pour essayer d’évaluer à la fois l’épave et obtenir des mesures de caractéristiques de vol à l’aide de systèmes aéroportés et de radars terrestres, caméras, capteurs électromagnétiques et autres instruments. Il est certain que les gouvernements ont des instruments et des plates-formes d’observation beaucoup plus sophistiqués que n’en ont les particuliers. La règle clé ici est que l’on ne peut pas dire quelque chose à ses amis sans le dire à ses ennemis. Il semble qu’il y ait eu de nombreux accidents d’OVNI, y compris à l’étranger (Varginha au Brésil, par exemple). Il y a une longue histoire sur les pays collectant et évaluant des véhicules ennemis accidentés. Cela ne relève pas forcément d’une conspiration. Tout le monde a les mêmes préoccupations quand il s’agit de ses propres intérêts.

B – Chaque pays se préoccupe de savoir si ses ennemis ont découvert les secrets de la technologie des soucoupes avant eux et ce pays doit être concerné par la façon de se défendre contre de nouveaux véhicules. Il doit aussi se préoccuper d’apprendre ce que l’ennemi a déjà appris. Les espions soviétiques à Los Alamos ont apparemment raccourci d’au moins un an le temps qu’il a fallu aux Soviétiques pour tester leur première bombe A (1949) .

C – Que se passerait-il si une annonce était faite par des individus de grande confiance à travers le monde, tels que la Reine et le Pape, en disant qu’effectivement certains ovnis sont des vaisseaux spatiaux extraterrestres?

Voici ce que je crois qu’il se passerait:

1 – La fréquentation des églises augmenterait.

2 – Les admissions à l’hôpital psychiatrique augmenteraient.

3 –  Le marché boursier serait en baisse; l’incertitude est toujours l’ennemi.

4 –  Sur la base de mes plus de 600 conférences universitaires, la jeune génération qui, contrairement à moi, n’était pas née quand il n’y avait pas de programme spatial, défendrait une nouvelle vision de nous-mêmes comme TERRIENS au lieu d’Américains, Canadiens, Grecs, Péruviens, etc… Beaucoup pensent que ce serait formidable. Mais je ne connais pas de gouvernement sur Terre qui veuille que ses citoyens doivent leur allégeance première à la planète (à laquelle ils appartiennent) à la place d’un gouvernement national individuel. Le nationalisme est la seule règle. Je crois que les visiteurs étrangers, qui sont peut-être nos propriétaires, pour autant que nous le sachions, nous considèrent comme des Terriens même si, à cause de notre trafic militaire, ils sont bien conscients qu’il y a différents groupes au pouvoir à différents endroits.

D – Un petit groupe de fondamentalistes religieux (Jerry Falwell et Pat Robertson me viennent à l’esprit) ont déjà proclamé haut et fort que les OVNIS sont l’œuvre du diable et qu’il n’y a pas d’autre vie intelligente en dehors de la Terre. Quelle insulte à la notion d’un Dieu tout-puissant! Ils seraient mal barrés et englués dans leur  religion si une divulgation devait être faite. Ils ont eu beaucoup de poids politique.

E – Une divulgation, nécessiterait que les gouvernements admettent qu’ils ont menti comme des arracheurs de dents pendant des décennies. Je ne vois pas quel gouvernement ferait cela.

F – Si une divulgation était soigneusement faite sans les marchands de peur de « La Guerre des Mondes« , beaucoup de gens penseraient vraisemblablement que les extraterrestres qui peuvent venir ici, doivent être beaucoup plus avancé technologiquement que nous le sommes, puisque nous, nous ne pouvons aller là-bas. Cela suggère fortement que bientôt il y aurait de nouvelles méthodes de production d’énergie, de nouveaux transports aériens et terrestres, de nouveaux ordinateurs et systèmes de communication, c’est à dire un chaos économique. Nous ne sommes pas très bons en grands changements économiques à grande échelle faits dans la hâte. Pensez à l’Union Soviétique qui, après nos fortes pressions, ont découvert la démocratie, les élections, la liberté, le capitalisme. En moyenne, à part le prix élevé du pétrole, est-ce que les Russes sont mieux aujourd’hui qu’ils ne l’étaient il y a 17 ans ?

G – Parce que je suis convaincu que dans de nombreux pays des pilotes militaires ont été désintégrés par des ovnis ou ont « disparus », je pense que les gouvernements seraient tous très réticents pour dire à leurs citoyens qu’ils ont essayé d’attaquer des ovnis mais qu’ils ont riposté et gagné. Le chef de l’American Rocket Society en 1952 a pris à partie le président Truman à propos des ordres d’attaque. Frank Feschino Jr. (Shoot Them Down) a rassemblé des centaines de rapports de supposés accidents d’avions aux Etats-Unis et à l’étranger dans les années 1950. Trois pilotes militaires, dont chacun avait effectué plus de 100 missions en Corée, où ils ont dû faire face à des MIGs en maraude, se sont écrasés quand ils sont rentrés à la maison. Cela me semble très suspect.

 

5 – Pourquoi les soucoupes se crasheraient?

Habituellement, cela est accompagné d’un commentaire mentionnant que cela n’a aucun sens qu’un véhicule sophistiqué provenant d’un endroit situé à de nombreuses années-lumière puisse éventuellement se crasher. S’il vous plaît, notez que le véhicule aurait pu provenir d’une base sur la face cachée de la lune, de la ceinture d’astéroïdes, de Mars ou d’un « dépôt de charbon » extraterrestre local dans le quartier.

A – En premier lieu, il y a beaucoup d’éléments indiquant que ce qui s’est écrasé à Roswell et dans les plaines de San Agustin au Nouveau-Mexique au début de Juillet 1947, était de petits modules d’excursion terrestre plutôt que de très gros véhicules interstellaires (transporteurs spatiaux? vaisseaux mère?) qui les ont amenés sur Terre tout comme nos grands porte-avions transportent 75 petits avions dont le mode de propulsion est nettement différente de celui du bateau.

B – Deuxièmement, lorsque nous examinons les grands efforts déployés par le Bureau de la Sécurité des Transports pour déterminer la cause des accidents d’avion, nous trouvons souvent, après beaucoup d’efforts, que c’était des choses inattendues simples allant de boulons desserrés, à des oiseaux ingérés, un câblage défectueux, une erreur de pilotage, de la glace au mauvais endroit. Cela aurait pu être des niveaux très élevés d’électricité atmosphérique en raison de tempêtes ou de la grande sécheresse de l’air du désert; ou de la grêle inattendue en haute altitude.
Nous savons qu’un radar était en opération à White Sands en raison d’un lancement  imminent de fusée et le fait qu’il utilisait des tubes à vide. C’était un radar de poursuite pointant vers le Nord. Traverser le faisceau radar aurait pu produire un petit hoquet dans le système de contrôle d’un système de propulsion magnéto-aérodynamique entraînant une collision et une collision subséquente de la soucoupe « leader » avec la soucoupe « ailier ».
Peut-être qu’une fusée de l’armée américaine lancée dans le voisinage se serait précipité, par inadvertance, sur une soucoupe?
Peut-être y avait-il une perte momentanée de l’attention lorsque le site hautement radioactif de Trinity, où la première bombe atomique a été testée, a été remarqué?
Nous n’avons vraiment aucune raison de croire que les extraterrestres ne se trompent jamais, ou ne sont jamais confrontés à l’inattendu. Un jour, peut-être que le gouvernement publiera le rapport qui a sans aucun doute été écrit sur les causes des accidents. Mais ce n’est pas parce que nous ne disposons pas de ce rapport que l’événement n’a pas eu lieu.

 

6. Pourquoi n’avez-vous pas vu une soucoupe volante?

Je n’en ai pas la moindre idée, mais j’ai vécu la plupart du temps dans les villes et j’ai regardé le trafic plutôt que le ciel. Je consulte mon auditoire après mes conférences et trouve que typiquement 10% ont vu un, en couvrant plusieurs décennies. Seulement 10% de ces observations ont été signalés. Je n’ai jamais vu Tokyo ni eu la polio ou le VIH. Je connais des gens qui ont vu Tokyo, d’autres qui ont eu la polio ou le VIH. J’ai passé de nombreuses années à chasser les neutrons et les rayons gamma. Je n’ai jamais vu l’un d’eux non plus. Ils sont pourtant tout aussi réels.

7 – Pourquoi dites-vous que SETI signifie Silly Effort to Investigate (effort idiot  pour enquêter)?

Franchement, je trouve qu’il y a très peu de science derrière l’effort du SETI. Il suppose qu’il y a des civilisations utilisant des technologies de communication similaires à celles que nous avons développées pour essayer d’attirer notre attention. Il suppose qu’il n’y a pas de colonisation et aucune migration et que personne ne vient ici. Il suppose que, parce qu’il faut moins d’énergie pour envoyer des signaux que pour voyager, personne ne se déplace. Bien sûr, personne ne vole de New-York à destination de Hong Kong parce qu’Internet et le téléphone sont moins chers! Hah. C’est de la foutaise bien enrobée. Ils pourraient facilement avoir des milliers ou des millions d’années d’avance sur nous. Une radio AM ne capte pas les signaux FM. Un général allemand juste avant le début de la Seconde Guerre mondiale avait noté que les Britanniques avaient construit toute une série de grandes tours (de plus de 60 mètres) avec des traverses qui, pour lui, devait faire partie d’un réseau de radars. Le Graf Zeppelin s’est déplacé lentement parallèle au réseau, a écouté et n’a trouvé aucune signal. La fréquence utilisée était 10 fois plus élevée que ce que les Allemands écoutaient et heureusement ils n’ont jamais été au courant de la façon dont leurs avions ont été repérés et suivis.

Si des civilisations terrestres, avec un grand héritage commun, une expérience et un accès à la science semblable, ne peuvent pas prédire correctement la technique qui sera utilisée par des gens semblables à quelques centaines de kilomètres, pourquoi supposer que nous pouvons comprendre les extraterrestres? Ils disent constamment qu’il n’y a aucune preuve concernant les ovnis, mais ils ont toujours évité de faire des études scientifiques de grande envergure. Vérifiez leurs références. Regardez attentivement l’équation de Drake, leur Saint Graal. Nous ne disposons d’aucun moyen pour déterminer ni la durée de vie d’une civilisation ni la fraction de planètes qui ont une vie intelligente ni celles qui ont développé une technologie. Nous avons des données sur une « civilisation », sur une planète, dans un seul système solaire. Les vrais scientifiques n’extrapolent ou n’interpolent pas à partir des données d’un seul point. Les personnes du SETI omettent la colonisation et la migration qui pourraient grandement allonger la durée de vie d’une civilisation. C’est de la pseudoscience, peu importe le nombre de professionnels diplômés impliqués. Il faut admettre que leur sécurité d’emploi dépend du fait que personne ne vienne ici …

 

8 – Pourquoi le gouvernement n’a pas arrêté Stan Friedman, si ce qu’il dit au sujet d’un Watergate cosmique et des preuves accablantes que nous avons des visiteurs, est vrai?

Évidemment, je ne parle pas pour le gouvernement. Je suis prudent dans ce que je dis, et je respecte la loi en ce qui concerne la recherche de données classifiées auprès de personnes habilitées. Je fais peut-être exactement ce qu’ils veulent, c’est à dire la préparation du public pour la date à laquelle le grand secret sera libéré. Je n’ai jamais eu de numéro de téléphone confidentiel. Il est dans mes livres et sur mon site Internet. Chacun de ces points pourrait offrir beaucoup d’opportunités. Mon service de répondeur est chargé de donner des informations sur mon voyage à ceux qui appellent. Franchement, je ne peux pas vivre ma vie en regardant par-dessus mon épaule. Certains ont suggéré que j’étais trop connu et qu’une mort subite serait suspecte …

 

9. Pourquoi les gens font un tas de faux documents MJ-12?

Je ne suis pas un psychiatre, mais, pour y voir plus clair, je dirais:
Pour que l’on pense « On nous a bien eus! »; ou pour désinformer le public de sorte que les faux documents seraient une excuse pour étiqueter comme des fraudes les documents authentiques que sont le « Eisenhower Briefing Document« , the « Truman-Forrestal Memo« , and the « Cutler-Twining Memo« . Ou, peut-être que c’est pour être en mesure de prétendre que leurs défenseurs sont stupides ou sont des spécialistes de la désinformation? Les mêmes vieux arguments canulars anti-MJ-12 continuent à être mis en avant malgré le fait que j’ai démontré qu’ils sont un non-sens. L’article sur Majestic 12 dans Wikipedia est rédigé avec des affirmations fausses et trompeuses. Dans la postface de 5000 mots de TOP SECRET / MAJIC 2e édition (2005), dans « Update on Operation Majestic 12 » (voir www.stantonfriedman.com), dans « Roswell and the MJ-12 Documents in the New Millennium » et dans ma « Review of Case MJ-12 »  et également sur mon site, je démolis les anti-MJ12 et je montre que d’autres documents MJ-12 sont frauduleux. Rappelez-vous, l’une des règles essentielles des debunkers est « ne me dérangez pas avec les faits, mon idée est faite ». Un autre est: « faites votre recherche par proclamation, l’enquête est trop compliquée et le public ne verra pas la différence ». J’ai clairement montré qu’au moins sept des prétendus documents MJ-12 fournis à Timothy Cooper sont des émulations de véritables documents publiés dans des livres généralement disponibles. Ils ont été retapés, beaucoup de documents manuscrits ont été photocopiés ou numérisés et l’ensemble a été reconstitué. Et il y avait souvent des inexactitudes factuelles. Le deutérium n’est pas de l’hydrogène léger. Sandia est au Nouveau-Mexique, alors le général Spaatz n’était pas au Nouveau-Mexique le 7 Juillet (1947 (j’ai trouvé son carnet de vol, un article de journal et un calendrier de bureau, indiquant qu’il était à Port Aransas, au Texas, à la pêche).

Certaines affirmations des fausses reconstructions ont été répétées dans d’autres documents, ce qui signifie que ces derniers étaient également bidons. On m’a dit que lorsqu’une bonne information fuit, une mauvaise est publiée de manière à compliquer les choses et impliquer que les vrais sont aussi des faux: culpabilité par association. Il est intéressant de noter que le colonel Richard Weaver, auteur du livre grossièrement trompeur de l’USAF « The Roswell Report: Truth vs. Fiction in the New Mexico Desert » 5 avait pour spécialité militaire « désinformation ». Il a fourni la fiction.

 

10 – Pourquoi avez-vous accroché à l’ufologie après la lecture du livre de Ruppelt en 1958 et donné votre première conférence en 1967?

J’aime être sur la scène et la réponse très enthousiaste que je reçois de mes auditoires, en particulier des sociétés techniques. Je suis heureux quand les gens me disent qu’ils ont décidé de donner un cours sur les ovnis, après m’avoir entendu parler. Je ne vois pas de sujet plus important pour l’avenir de mes enfants et mon petit-fils que la notion orientée « terriens », dans l’espoir d’aider à arrêter la prolifération des armes nucléaires. Qu’est-il de plus excitant que des visites extraterrestres et des dissimulations du gouvernement? Je crois que j’apporte une expérience unique à mes présentations:

A – Pour autant que je sache, j’ai travaillé sur plus de programmes secrets de haute technologie que quiconque et je peux donc faire face à ces arguments stupides « ce serait violer les lois de la physique ». Ceux qui ont travaillé sur les avions nucléaires, ou en général sur les systèmes de propulsion basés sur la fission et la fusion sont peu nombreux.

B – Parce que j’ai travaillé sur de nombreux programmes secrets et visité 20 archives, je suis dans la meilleure position pour traiter avec les stupides notions telles que « les secrets ne peuvent pas être maintenus ».

C – Parce que j’ai dû répondre à probablement 40 000 questions à mes conférences dans des débats et dans les classes, j’ai été forcé de réfléchir à des questions telles que « Pourquoi les ovnis…? », plus que les autres.

D – J’ai été très chanceux d’être en mesure de trouver que ma mémoire était bonne et fiable (du moins jusqu’à récemment) et je pourrais donner des réponses acceptables dans l’urgence. Être dans des équipes de débat dans des écoles secondaires m’a sans doute beaucoup aidé. Je suis très chanceux, premièrement  d’avoir travaillé sur tant de programmes secrets importants et deuxièmement d’être en mesure de faire autant de présentations à un public attentif.

Stanton Friedman

Contactez-moi (fsphys@bellaliant.net)  et  www.stantonfriedman.com

REFERENCES

1. Friedman, Stanton T. “Government UFO Lies.” MUFON 2005 Conference Proceedings and at <a href= »http: www.stantonfriedman.com »= » »>www.stantonfriedman.com.

2. Burrows, William E. By Any Means Necessary: America’s Secret Air War in the Cold War New York: Farrar, Strauss and Giroux, 2001. 399 pp.

3. Berliner, Don, and Stanton T. Friedman. Crash at Corona Marlowe & Co., (Paraview Special Edition) 2004. 227 pp. $17.00 including S&H from UFORI, POB 958, Houlton, ME 04730-0958. Autographed by STF.

4. Friedman, Stanton T. TOP SECRET/MAJIC 2nd Edition. Marlowe & Co., 2005. 296 pp. $17.00 including S&H from UFORI. Autographed.

5. Weaver, Colonel Richard L. “The Roswell Report: Fact vs. Fiction in the New Mexico Desert.” US Government Printing Office, 1995 (about 1000 pp.).

Source: http://www.stantonfriedman.com/index.php?ptp=articles&fdt=2006.11.10&prt=1

Traduction de Jacky Kozan, le 23 / 11 / 2015, vérification Dany Kozan.

Dénonciateurs et UFOlogie©, un article de Nick Pope

Article du 18 juillet 2015
(Copyright 2014, Nick Pope – Tous droits réservés)
Edité par Robert D. Morningstar

*******

L’ufologie est pleine de dénonciateurs. Il y a celui qui a travaillé sur le vaisseau spatial extraterrestre dans la Zone 51, celui qui a été impliqué dans une fusillade avec des extraterrestres, celui qui a sauvé un alien et a été en mesure de le renvoyer à la maison et celui qui a participé à un voyage d’échange avec une planète étrangère. Ensuite, il y a celui qui a donné une interview dans une chambre d’hôtel et celui qui en a donné une dans une pièce sombre afin de dissimuler son identité. Oh… n’oublions pas celui qui a été assassiné par le gouvernement. L’ufologie est pleine de dénonciateurs, d’accord? … Faux! L’ufologie n’est pas pleine de dénonciateurs. L’ufologie est pleine de faux dénonciateurs.

A première vue, cela peut frapper certaines personnes, le propos étant excessivement sévère. Vous pourriez penser à des documents OVNI gouvernementaux que vous avez lus et qui vous rappellent des documentaires ou des conférences au cours desquelles certains de ces lanceurs d’alertes sont apparus. Certes, vous pourriez dire qu’une bonne partie de ce que nous savons sur les ovnis provient de divers dénonciateurs courageux qui ont pris la décision de violer leur serment de secret, parce qu’ils croient qu’ils ont une responsabilité morale supérieure à la vérité. Les gens ont le droit de savoir, comme on dit. Tout cela semble bien en théorie, mais la vérité est quelque peu différente et peut être facilement démontrée avec un peu d’analyse critique.

Demandez-vous ce qui se passe, en dehors du domaine de l’ufologie, quand des personnes divulguent des informations hautement confidentielles. Je ne parle pas des traîtres qui passent des informations classifiées à des puissances étrangères, mais les gens qui ont rendu ces informations publiques, invoquant le droit du public à savoir. Quelques noms bien connus me viennent à l’esprit: l’ancien employé de la CIA Edward Snowden et le spécialiste du renseignement de l’armée américaine Bradley Manning sont deux de ces personnes. Au Royaume-Uni, l’ex-officier du MI5 David Shayler et l’ancien employé du MI6 Richard Tomlinson sont de bons exemples. Il y en a d’autres. Maintenant, demandez-vous ce qu’a fait le gouvernement dans tous ces cas. La réponse est la suivante: ils ont poursuivi les personnes concernées, de manière proactive, agressive et sans relâche, en utilisant toutes les ressources à leur disposition. Et non, je ne veux pas dire qu’ils ont essayé de les tuer, je veux dire que là où l’État était en mesure de le faire, tout le poids du système de justice pénale (police, procureurs, tribunaux, etc.) a été utilisé contre eux. Dans la vie réelle, c’est ce qui arrive aux gens qui divulguent des informations classifiées. Alors pourquoi cela ne se produit pas avec les dénonciateurs de l’ufologie? Pourquoi le gouvernement laisserait ces gens tranquilles?

La réponse est évidente. Les soi-disant dénonciateurs de l’ufologie ne divulguent pas du tout d’informations classifiées. Ils inventent des histoires. Si l’une de ces personnes avait véritablement divulgué une information classifiée elle serait arrêtée en un instant. Je sais cela, non pas en raison du temps que j’ai passé sur le projet OVNI au MoD (Ministère de la Défense du Royaume Uni), mais en raison d’un emploi que j’ai eu plus tard à la Direction de la Sécurité de la Défense, où j’avais une implication périphérique dans des cas relevant de l’Official Secrets Act. Cela, ajouté à mes 21 ans passés dans un Ministère où l’information top secret est monnaie courante, m’a appris beaucoup sur la réalité de la manière dont sont traitées les allégations de violations de la sécurité.

Incidemment, au risque d’être étiqueté comme laquai du gouvernement, je n’approuve de toute façon pas les dénonciateurs, même ceux qui sont authentiques. En effet, ces personnes divulguent des informations après avoir décidé qu’ils savent mieux que quiconque si oui ou non quelque chose doit être publié. Cependant, ce que j’ai appris de mon propre travail sur les informations classifiées, c’est que le propriétaire de l’information, habituellement l’expert en la matière, est le mieux placé pour porter un jugement sur l’opportunité ou non que quelque chose puisse être déclassifié en toute sécurité. Donc c’est une erreur lorsque quelqu’un d’autre, voyant ces documents passer à travers son bureau, décide par lui-même que quelque chose devrait être de notoriété publique, sans en connaître l’histoire complète. C’est arrogant et impoli. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de place pour la dénonciation responsable dans une société libre, ouverte et démocratique, mais ceci est une discussion pour un autre jour.

Revenant aux ovnis et la dénonciation. Qu’en est-il à propos du personnel vérifiable des gouvernements et des militaires qui se sont prononcés sur les ovnis? Des gens comme Edward Ruppelt, le Dr. J. Allen Hynek, moi-même, le Dr John Alexander, Charles Halt, John Burroughs, Jim Penniston et d’autres? Le point clé est que ce ne sont pas des dénonciateurs. Ces personnes se répartissent en deux catégories. Des témoins comme Halt, Burroughs et Penniston décrivent simplement les expériences qu’ils ont eues. A moins que quelqu’un leur ait demandé spécifiquement de ne pas parler de certaines choses, ils ne divulguent pas d’informations classifiées en décrivant ce qu’ils ont vu et vécu. Quand je collaborais avec Burroughs et Penniston sur le livre à succès « Encounter in Rendlesham Forest« , le manuscrit a été pré-soumis à la fois au Ministère de la Défense du Royaume-Uni (MoD) et à celui des États-Unis (DOD), parce que nous traitons avec sérieux nos serments de secrets respectifs. Lorsque Charles Halt est interrogé sur les questions nucléaires, il refuse de commenter, confirmer ou nier la présence d’armes nucléaires dans un endroit particulier à un moment donné (je réponds à ces questions exactement de la même façon). Quant à ceux d’entre nous qui ne sont pas des témoins, mais qui ont véritablement enquêté sur les OVNIs pour le gouvernement, nous prenons aussi nos serments du secret au sérieux et nous ne divulguerions jamais des informations classifiées sans l’autorisation appropriée. Nous ne sommes pas des dénonciateurs. Quand les gens me voient à la télévision parler des dossiers OVNIs du MoD, je parle de dossiers qui ont déjà été déclassifiés par le gouvernement britannique.

Cela me conduit à l’ironie finale concernant les personnes en ufologie qui prétendent avoir connaissance de l’intérieur de projets gouvernementaux secrets sur les OVNIs. Vous savez de qui je veux parler. Ceux qui font des proclamations fantastiques mais totalement invérifiables à propos de vastes bases souterraines, d’accords d’échanges secrets entre les Présidents et les extraterrestres, des bases sur la lune, des colonies de Mars et bien plus encore. Ces gens ont des certitudes absolues sur les ovnis, les extraterrestres, etc… Ils vous donneront les détails sur quoi que ce soit qui concerne les systèmes de propulsion des OVNIs, les agendas aliens, jusqu’à la géographie de différentes planètes extraterrestres. Cela reflète la façon dont de nombreux ufologues aux extrémités du spectre de croyance (les croyants les plus dévots et les debunkers acharnés) sont absolument certains de la véritable nature du phénomène OVNI. Et voici l’ironie ultime: ceux d’entre nous qui ont véritablement fait des recherches et étudié le mystère OVNI pour le gouvernement sont beaucoup moins sûr de choses!
Traduction en Français de Jacky Kozan, le 23 juillet 2015

LETTRE OUVERTE AUX EXTRATERRESTRES de Serge Toussaint, Grand Maître de l’Ancien et Mystique Ordre de la Rose-Croix

L’Ancien et Mystique Ordre de la Rose-Croix est un mouvement philosophique, initiatique et traditionnel mondial. Non sectaire, non religieux et apolitique, il n’impose aucun dogme, mais propose ses enseignements séculaires à quiconque s’intéresse au mysticisme, à la philosophie et à la spiritualité, laissant à ses membres la plus absolue liberté. Ouvert aux hommes et aux femmes, sans distinction de race, de religion ou de classe sociale, il a pour devise :
«La plus large tolérance dans le plus stricte indépendance». Dans tous les pays où il est actif, il est reconnu comme une organisation à buts non lucratifs.

 

Logo AMORC Rose-Croix

Château d’Omonville
27110 Le Tremblay
FRANCE
Internet : www.rose-croix.org
Courriel : amorc@rose-croix.org

Le 20 mars 2015 – Année R+C 3368

«Découvrir que d’autres êtres partagent l’univers avec nous aurait une signifi cation absolument phénoménale. Ce serait un vénement marquant, une nouvelle époque dans l’histoire de l’humanité».
Carl Edward Sagan (1934-1996)

Écrire une «Lettre ouverte aux extraterrestres» peut sembler d’autant plus inutile et surréaliste que nous ignorons s’ils existent vraiment. Mais j’en suis convaincu depuis ma plus tendre enfance, au point que je contemplais souvent le ciel avec l’espoir secret de voir quelque  aéronef insolite le traverser avant de venir se poser à proximité. Certes, je ne peux rien prouver dans ce domaine, mais en ce qui me concerne, l’intuition autant que la raison plaident en faveur de leur existence. Ce n’est donc pas sans un certain humour que j’ai cédé à la tentation de m’adresser à eux à travers vous, tout en sachant qu’il y a très peu de chance qu’ils me répondent. Mais sait-on jamais ?

Rappelons tout d’abord que de nos jours, chacun est libre de dire ou d’écrire qu’il croit à l’existence des extraterrestres, ce qui n’a pas toujours été le cas. Pour prendre un exemple marquant, Giordano Bruno, mystique italien du XVIIe siècle, auteur de livres que l’on peut qualifier «d’ésotériques», est mort en 1600 à Rome, brûlé vif sur le bûcher, entre autres pour avoir écrit (dans «Dell’Infinito, Universo e Mondi») qu’il existait d’autres mondes habités. À l’époque, une telle affirmation était contraire à la doctrine chrétienne, laquelle professait que la Terre occupait le centre de l’univers et qu’elle seule abritait la vie. Aux yeux de l’Église, et conformément à ce qui était dit dans la Genèse, notre planète ainsi que l’homme occupaient une place privilégiée dans la Création, et bénéficiaient à titre exclusif de l’omniprésence, l’omnipotence et l’omniscience de Dieu. Galilée et avant lui Copernic avaient osé eux aussi remettre en cause cette vision du monde, non sans risquer leur vie.

Depuis, la science a confirmé que la Terre n’occupe pas le centre de l’univers, que celui-ci contient des milliards de galaxies, et que chacune d’elles comporte des milliards de systèmes solaires, dont certains sont probablement comparables au nôtre. Dès lors, penser, non seulement que notre planète est la seule à abriter la vie, mais également que l’humanité qui l’habite est unique, est très réducteur. Convaincue qu’il en est tout autrement, la communauté scientifique redouble d’effort pour mettre au point des satellites et des sondes ayant pour objectif, entre autres, de prouver ce qui s’apparente de plus en plus à une évidence : la vie existe sur d’autres planètes, et d’autres humanités peuplent d’autres mondes. On peut raisonnablement penser que cette preuve, espérée par certains et redoutée par d’autres, ne sera plus très longue à venir.

Indépendamment du fait que la plupart des scientifiques pensent que la vie existe sur d’autres planètes, ce que certains considèrent comme des preuves se sont accumulées au cours des décennies passées. En effet, nombre de témoignages émanant des quatre coins du monde font état, sinon d’extraterrestres, du moins d’OVNI (Objets Volants Non Identifiés). Il est vrai que certains de ces témoignages sont peu crédibles et relèvent de l’illusion, de l’autosuggestion ou, tout simplement, du canular. Mais d’autres proviennent de personnes fi ables, parmi lesquelles des militaires chargés d’observer et d’étudier les PAN (Phénomènes Aériens Non-identifiés), et ce, sur tous les continents. Il me semble inutile d’insister sur ce point, car outre ce que l’on peut lire à ce sujet sur internet (avec les précautions d’usage), des documentaires sérieux sont diffusés régulièrement sur ce thème, sans parler des livres, de mieux en mieux documentés, qui lui sont consacrés également.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les témoignages concernant les OVNI ne se limitent pas à l’Époque moderne. Dans un papyrus égyptien datant de l’époque de Thoutmosis III («Papyrus de Tully»), il est fait état de «cercles de feu qui montèrent haut dans le ciel, vers le Sud… Une merveille jamais observée depuis la fondation de la nation». De même, dans le Rig-Veda, l’un des textes les plus anciens de l’Hindouisme, on peut lire : «Un chariot aérien transporte beaucoup de personnes à la capitale d’Ayodhya. Le ciel est plein de machines volantes suspendues aussi noires que la nuit, mais pleines de lumières avec un halo jaune». En fait, il existe un grand nombre de récits, depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, qui se réfèrent à des OVNI. Là encore, certains sont probablement allégoriques, mais d’autres ont vraiment de quoi laisser perplexe. Que dire également des représentations qui, dans plusieurs pays, laissent apparaître ce qui ressemble vraiment à des cosmonautes ? L’une des plus connues est celle qui se trouve dans une grotte située en Italie, près de Val Camonica, et qui date d’environ 10000 ans avant notre ère.

La littérature ésotérique, elle aussi, contient des références aux extraterrestres. C’est ainsi que dans certains textes, il est dit que ce sont des êtres venus d’un autre monde («de par-delà le grand océan cosmique») qui auraient transmis aux Égyptiens de l’Antiquité les connaissances qui leur permirent de passer aussi rapidement d’un niveau de vie relativement primitif à une civilisation aussi avancée. Il faut reconnaître que jusqu’à ce jour encore, on ne sait pas vraiment comment ils en sont venus à maîtriser aussi bien l’arithmétique, la géométrie, l’architecture, la médecine et autres domaines du savoir, lesquels rayonnèrent par la suite vers les autres pays et contribuèrent à leur évolution. Vue sous cet angle, ce que l’on appelle la «Tradition primordiale», dont on dit qu’elle est apparue dans les écoles de Mystères égyptiennes, aurait donc une source extraterrestre. Une telle hypothèse peut faire sourire et sembler relever purement et simplement de la science-fiction ou de la fantaisie. Mais ne faut-il pas avoir l’esprit ouvert ?

Imaginons que notre humanité se ressaisisse, fasse les bons choix pour son avenir, et évolue vers une société idéale, empreinte d’humanisme et de sagesse. Ayant réussi à maîtriser la technologie qui permet d’envoyer des vaisseaux dans l’espace, imaginons également qu’une mission spatiale découvre un jour une planète habitée par une humanité beaucoup moins évoluée que la nôtre. Ayant transcendé nos pulsions belliqueuses et nos instincts conquérants, n’aurions-nous pas le désir de l’aider à progresser plus rapidement sur le plan matériel, et peut-être même spirituel ? Dans cette perspective, n’aurions-nous pas à cœur de lui transmettre les connaissances nécessaires à ce développement ? Et l’on peut penser qu’elle garderait plus ou moins le souvenir de notre venue, et même que certains de ses écrits, destinés à la postérité, en feraient état sous une forme ou sous une autre.

La référence que je viens de faire à «nos pulsions belliqueuses et nos instincts conquérants» mérite peut-être d’être explicitée. Chacun est à même de constater que l’histoire de notre humanité est jalonnée de guerres et de conflits en tous genres, et que l’être humain, sous l’impulsion de son ego et de l’instinct de survie, a tendance à être agressif, tout du moins tant qu’il ne les a pas sublimés définitivement. Entre autres, c’est ce qui explique également pourquoi nombre de films et de jeux vidéo sont fondés sur la violence et la mise en exergue de la force physique. En supposant que des extraterrestres envisagent de nous contacter directement, on peut donc comprendre les réticences qu’ils ont à le faire : sitôt atterris sur notre planète, l’armée sera mobilisée en alerte maximale, prête à faire feu en usant de ses armes les plus destructrices, et ce, pour quel résultat…

C’est également parce que le commun des humains tend à être belliqueux qu’il projette sur les extraterrestres des intentions malveillantes à l’encontre de l’humanité. Vous aurez noté là aussi que la grande majorité des films et des jeux vidéo qui les mettent en scène en font des êtres hyper agressifs, animés par la volonté de détruire, de conquérir et d’asservir. L’un des meilleurs exemples en la matière reste «La guerre des mondes», réalisé pour la première fois en 1953 à partir d’un roman écrit en 1898 par Herbert George Wells, puis réadapté en 2005 par Steven Spielberg. Sans parler des «aliens» en tous genres. Très rares sont les films qui donnent une image positive et bienveillante des extraterrestres ; le célèbre «E.T.», du même Steven Spielberg, fait figure d’exception. Je trouve cela regrettable, car c’est là une forme de manipulation mentale qui n’a rien de positif et qui cultive la méfiance à l’égard de ce qui nous est “étranger”.

En tant qu’êtres humains, nous avons tendance à craindre l’inconnu et à lui prêter, soit des intentions hostiles, soit des apparences fantasmagoriques. Aussi, quand nous ne faisons pas des extraterrestres des êtres agressifs et violents, nous leur prêtons un aspect quasi monstrueux et les imaginons avec une tête énorme, un corps filiforme, quatre bras, des jambes atrophiées ou au contraire démesurées, des mains avec une dizaine de doigts “ventousés”, etc. Certes, si la vie existe dans d’autres mondes (ce qui pour moi est une évidence), elle ne se présente pas nécessairement sous les mêmes formes que sur la Terre, car l’adaptation à l’environnement doit être chez elle une constante. Mais de là à imaginer qu’elle s’exprime alors à travers des êtres difformes et disproportionnés ! Cela traduit de notre part, au mieux une certaine naïveté, au pire un réel manque de réflexion.

Les remarques précédentes posent indirectement la question de savoir si la vie a un but ; si c’est le cas, en quoi consiste-t-il ? Comme tous les Rosicruciens, je pense qu’elle n’est pas le fruit du hasard ou d’un concours de circonstances, et ce, quel que soit le monde où elle se trouve. D’un point de vue mystique, elle est une essence cosmique qui imprègne l’univers et qui, lorsque les conditions sont réunies, s’incarne dans la matière à travers des créatures dites «vivantes». Mais la vie n’existe pas aux seules fi ns d’exister ; elle sert de véhicule à la conscience. Pour être plus précis, elle permet à cette dernière d’évoluer vers des niveaux toujours plus élevés. Sur Terre, cette évolution se fait d’une manière continue et graduelle à travers les différents règnes, depuis le minéral vers le végétal, l’animal et l’humain. À ce propos, rappelons cette maxime : «Le Divin dort dans les minéraux, s’éveille dans les végétaux, marche dans les animaux et pense dans l’homme».

Au risque de me tromper, je pense que la vie, partout où elle se trouve dans l’univers, privilégie les formes et les structures qui lui permettent d’accomplir au mieux son rôle au service de l’évolution. Aussi, pourquoi ne pas envisager qu’elle reproduise quasiment partout le même schéma évolutif, tout du moins dans les grandes lignes ? Si tel est le cas, on peut supposer qu’il y a dans d’autres mondes des végétaux, des animaux et des êtres “humains” ayant de grandes ressemblances avec ceux qui ont peuplé, peuplent ou peupleront la Terre. Dès lors, les extraterrestres susceptibles de venir à notre rencontre ne sont ni difformes, ni disproportionnés. Pourquoi n’auraient-ils pas eux aussi qu’une seule tête avec deux yeux, deux bras et deux jambes, mais avec une taille plus petite ou plus grande, à l’instar des habitants de Pandora, cette belle planète imaginée par James Cameron pour son film «Avatar» ?

Logiquement, les extraterrestres susceptibles de venir à notre rencontre sont beaucoup plus évolués que nous sur les plans technologique et scientifique. En effet, compte tenu des distances interstellaires, les spécialistes en la matière pensent que la seule possibilité pour eux d’atteindre notre planète est de voyager à une vitesse qui dépasse celle de la lumière, c’est-à-dire 300 000 km/s. Selon eux, une telle vitesse permet de franchir les limites du temps et de voyager dans une sorte d’éternel présent. En l’état actuel de nos connaissances, une telle prouesse semble impossible. Pourtant, rappelons que les premiers avions fabriqués par les hommes ne l’ont été qu’à la fi n du XIXe siècle et qu’ils ne volaient alors qu’aux environs de 50 km/h. À la fi n du XXe, ils atteignaient 900 km/h. Et l’on parle aujourd’hui d’un supersonique qui volera à quatre fois la vitesse du son, c’est-à-dire à environ 1,360 km/s. Certes, on est encore très loin de la vitesse de la lumière, mais il est évident que de très grands progrès seront encore réalisés dans ce domaine. Certains scientifiques évoquent la propulsion par antimatière, ou encore par distorsion de l’espace-temps. À ne pas négliger non plus : la téléportation…

Je suis bien conscient que le fait d’avoir atteint un très haut niveau de développement technologique et scientifique n’est pas un gage de pacifisme. À son niveau, notre humanité en est malheureusement la preuve. Pour s’en convaincre, il suffi t de songer aux armes toujours plus sophistiquées mises au point par certains savants et techniciens. Cela étant, je gage sur le fait que les extraterrestres qui prendront un jour le risque de se poser sur notre planète et de nous visiter auront également acquis un grand sens de l’éthique, de sorte qu’ils seront animés d’intentions bienveillantes à notre égard. Mieux encore, je veux croire qu’ils auront une dimension spirituelle à ce point évidente qu’elle sera perceptible par les hommes que nous sommes et nous réconciliera avec l’idée que Dieu existe, au sens, non pas religieux du terme, mais métaphysique, c’est-à-dire au sens d’Énergie-Conscience impersonnelle.

Mais si vous croyez comme moi à l’existence d’extraterrestres et à la possibilité qu’ils viennent un jour à notre rencontre, nous pouvons nous demander pourquoi ils prendraient une telle initiative. Ce ne serait certainement pas dans le seul but de nous rendre une “visite de courtoisie”, mais pour une raison plus grave nous concernant. Vous conviendrez que l’humanité est à la croisée des chemins, ne serait-ce que sur le plan écologique. Outre la crise sociale, économique, politique, morale… à laquelle elle est confrontée depuis plusieurs décennies, c’est aujourd’hui la Terre, ou plus exactement ce qu’elle est en tant qu’espace de vie pour les êtres humains et un grand nombre d’animaux, qui est menacée. Aux yeux d’extraterrestres susceptibles de prendre contact avec nous, on peut penser, peut-être naïvement, qu’une telle menace est une raison suffi sante pour qu’ils le fassent, ce qui supposerait, naturellement, qu’ils nous observent depuis quelque temps déjà. Est-ce à dire qu’il faut attendre les extraterrestres comme d’aucuns attendent le messie ? Non ; c’est à l’humanité elle-même de se transcender et de puiser dans ce qu’elle a de meilleur la volonté, le courage et la sagesse de faire les bons choix et de se donner un bel avenir.
Cela étant, une direction, des conseils et autres recommandations venus d’êtres plus éclairés que nous, pour ne pas dire plus inspirés, ne seraient-ils pas les bienvenus ? Quel homme ou quelle femme de pouvoir et d’influence, sincère et humaniste, refuserait d’être guidé par quelqu’un d’infiniment plus sage et expérimenté ? C’est là une hypothèse a priori utopiste, mais elle fait partie de ce qui pourrait arriver de mieux pour que les êtres humains prennent enfin conscience de la gravité de la situation et agissent en conséquence.

De mon point de vue, les solutions pour que l’humanité se transcende effectivement ne sont pas légion. J’en vois trois principales : 1) La crise à laquelle la plupart des pays sont confrontés conduit la grande majorité de leurs citoyens à remettre en cause les choix politiques, économiques, sociétaux et autres qui ont abouti à cette situation chaotique, et les incite parallèlement à opter pour des idéaux plus humanistes. 2) Les bouleversements et les catastrophes écologiques s’amplifient et obligent la grande majorité des êtres humains à faire cause commune pour sauver la planète, ce qui nécessite qu’ils se rapprochent de la nature et soient infiniment plus sages dans leur manière de vivre. 3) Nous persistons dans l’erreur, pour ne pas dire dans la folie, mais un “miracle” se produit : des extraterrestres bienveillants viennent à notre secours. Les plus optimistes parmi nous (certains diraient les plus naïfs) iront peut-être jusqu’à combiner ces trois solutions…

C’est donc sur ces interrogations mêlant gravité et humour que j’adresse mes meilleures pensées aux extraterrestres susceptibles de nous contacter, ainsi qu’à vous-mêmes, terriens de tous pays.

Sincèrement.

Serge Toussaint
Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

Symbole Rose-Croix

Lettre ouverte à l’Académie des Sciences

Cette lettre en .pdf

Préambule

La Science d’en bas s’adresse à la Science d’en haut.
Il y a des questions qui deviennent incontournables, vouloir les ignorer en ne les posant pas ou en n’y répondant pas, devient « inacceptable ».

 

Montgeron, 11 juin 2013

Lettre ouverte à

Monsieur Philippe TAQUET
Président de l’Académie des Sciences
23 quai de Conti
75006 Paris

Objet: Recherche ovniologique française.

Monsieur le Président,

Les signataires de la présente lettre ouverte représentent les principales associations françaises réunissant des chercheurs bénévoles dans les domaines scientifiques et épistémologiques relatifs au phénomène ovnien.

Les membres de ces associations, mais non seulement eux, s’étonnent et s’inquiètent de l’attitude d’ignorance ostensible et fréquemment de dénégation de ce phénomène, attitude affichée et parfois proclamée par certaines institutions scientifiques françaises.

D’un commun accord nous souhaitons, par notre initiative d’aujourd’hui, attirer votre attention sur les points suivants:

1 – Le GEIPAN missionné par la Direction du CNES pour assurer la collecte, le classement des témoignages d’observation de phénomènes non conventionnels aériens (ovnis) ou aquatiques (oanis) recueillis par la Gendarmerie Nationale, n’a pas reçu comme objectif d’effectuer une étude scientifique exhaustive de ces phénomènes afin d’en comprendre la nature, l’origine et la physique sous-jacente.

Cependant les relevés statistiques régulièrement publiés par cet organisme révèlent que 25% des cas ainsi recueillis se rapportent à des phénomènes violant les lois de la physique actuelle.

2 – Les conclusions du rapport d’activité daté de 1977 par le GEPAN (dit « rapport POHER ») toujours tenu secret bien qu’émanant d’un organisme civil étatique soulignent la nécessité prioritaire d’entreprendre une étude scientifique exhaustive de ce phénomène.

3 – Les termes du rapport COMETA publié en 1999, faisant suite à un rapport similaire écrit par l’IHEDN, préconisent des avis identiques concernant la prise en compte sérieuse et responsable de la réalité physique de ces phénomènes par l’institution scientifique « nationale et même internationale ».

4 – La « Lettre Ouverte » rédigée par six scientifiques sous l’égide du Contre-amiral Gilles PINON en date du 16 avril 2008 adressée au Président de la République Française:
– à notre connaissance cette lettre n’a pas été suivie de décisions ou d’actions dans le domaine civil de la recherche fondamentale ou appliquée.

5 – Les archives étatiques et présidentielles des États-Unis d’Amérique rendues publiques dans le cadre du FOIPA font état de la participation d’Albert Einstein, Robert Oppenheimer et de toute l’équipe scientifique du projet « Manhattan » à l’étude d’épaves d’objets volants et aquatiques non conventionnels récupérées par les autorités américaines.
Imagine-t-on de telles sommités scientifiques (vos illustres confrères) consacrer un temps si précieux à l’étude de « Lanternes Thaïlandaises » ou de la technologie d’objets « qui n’existent pas  » comme ne devaient pas exister les météorites ou ne devaient pas voler les plus lourds que l’air?

a) Considérant d’une part les éléments précités dont la liste, par nécessité logistique, est volontairement incomplète,

b) souhaitant d’autre part que la Science française maintienne sa place dans la Science mondiale,

les soussignés, se tenant résolument à l’écart de toute polémique stérile et loin de la rumeur publique ont l’honneur de vous demander de leur faire connaître la position de la Science institutionnelle française concernant la question fondamentale de l’éventualité de la présence dans notre environnement d’une intelligence, peut-être d’une conscience mais certainement de technologies non humaines.

Dans cette attente soyez assuré, Monsieur le Président, de notre très haute considération.

Fait à Montgeron le 11 juin 2013

Signataires de la lettre ouverte

Pour l’Académie d’Ufologie (association privée de type 1901): Jacky KOZAN
Pour la Fédération Européenne Airplane (FEA): Michel RIBARDIERE
Pour le « Groupe Contre-Amiral Gilles PINON »: Claude LAVAT

Lettre ouverte au Président du Centre National d’Études Spatiales

Cette lettre en .pdf

Préambule

La Science d’en bas s’adresse à la Science d’en haut.
Il y a des questions qui deviennent incontournables, vouloir les ignorer en ne les posant pas ou en n’y répondant pas, devient « inacceptable ».

Montgeron,le 21 décembre 2013

Lettre ouverte à

Monsieur Jean-Yves LE GALL
Président du Conseil d’Administration du
Centre National d’Études Spatiales (CNES)
2 place Maurice Quentin
75001 PARIS

  • Objet: Politique du GEIPAN

Monsieur le Président,

Les signataires de la présente lettre ouverte, fortement impliqués à titre personnel ou associatif, dans une étude scientifique transdisciplinaire et épistémologique du phénomène ovni, représentent un large éventail national et international des ovniologues actifs.

Certains d’entre nous ont acquis une expérience de plus de 50 ans dans ce domaine, expérience s’appuyant sur de solides connaissances en physique et en sciences humaines.

Ceci nous amène à nous interroger sur la politique menée par le GEIPAN, organisme placé sous votre autorité au sein du CNES en ce qui concerne notamment les 2 affaires suivantes:

1. La disparition encore inexpliquée à ce jour, de 2 septuagénaires du 10 au 16 novembre de cette année entre Trans-en Provence et le village de Tourrettes (Var), septuagénaires retrouvés en Italie, à 500 kilomètres de leur point de départ. L’enquête menée auprès de la Gendarmerie Nationale et sur le terrain par l’un des signataires de la présente lettre fait apparaître de nombreux éléments évoquant aux personnes ayant « quelques connaissances en ufologie », un incident probablement lié au phénomène ovni, par ailleurs très actif dans la région à l’époque concernée.

Le GEIPAN rapidement alerté par nos soins a fait preuve dans ses réponses téléphoniques et informatiques d’une apparente ignorance de la phénoménologie ovnienne et d’une réactivité insuffisante, malgré la transmission qui lui a été faite, d’une liste des mesures conservatoires à prendre d’urgence pour garantir la qualité de l’enquête à effectuer aux niveaux matériel et humain. La passivité et l’incompétence que nous avons rencontrées auprès de votre service nous sont incompréhensibles.

2. A notre connaissance le rapport d’activité 2010 du GEIPAN approuvé et signé par l’ensemble des membres du Copeipan a été interdit de publication, notamment la deuxième partie de ce rapport, exposant une analyse du phénomène et l’hypothèse la plus vraisemblable à retenir.

En conséquence, en raison des éléments précités et de bien d’autres qu’il serait superflu de lister ici, nous vous demandons de faire comprendre aux citoyens que nous sommes, ce dysfonctionnement d’un service public placé statutairement sous votre autorité.

Nous tenons à votre disposition et si nécessaire à celle du « public intéressé », les documents et autres éléments justifiant ces questions.

De même nous nous tenons à votre disposition pour en discuter de vive voix et à votre convenance.

S’agissant d’un problème pouvant devenir à tout moment crucial pour la sureté de la population, et plus généralement pour son avenir nous ne saurions cautionner une éventuelle politique de silence et de « totale désinformation »(*), ni d’en devenir les complices ou même seulement les comparses.

Dans cette attente soyez assuré, Monsieur le Président, de notre très haute considération.

A Montgeron le 21 décembre 2013

(*) interview de Yves Sillard sur RFI Soir le 29/9/2005

Signataires de la lettre ouverte:

  • Pour l’Académie d’Ufologie (association privée de type 1901): Jacky KOZAN
  • Pour le « Groupe GSO »: Jacques COSTAGLIOLA
  • Pour les Repas Ufologiques: Christian COMTESSE
  • Pour la Fédération Européenne Airplane (FEA): Michel RIBARDIÈRE
  • Pour le « Groupe Contre-Amiral Gilles PINON »: Claude LAVAT

Mes réflexions à propos de Roswell

Article de Jim DeManche – Directeur du California UFO Research Society

Ce document en .pdf

Des centaines de milliers de mots ont été écrits sur cet événement, par des auteurs bien plus notables que moi. En tant qu’officier de l’Exécutif en retraite, et ancien Directeur adjoint des enquêtes pour le MUFON, je partagerai avec vous ma simple interprétation des faits historiques.

Ce texte peut être téléchargé au format .pdf en cliquant sur ce lien

Vers le 4 juillet 1947 un objet ou des objets, se sont écrasés dans le champ d’un ranch à l’extérieur de la petite ville de Roswell au Nouveau-Mexique, dans le Sud-ouest des Etats-Unis. Est-ce que je crois personnellement que ceci s’est produit ? Oui je le crois. Cet objet ou ces objets étaient-ils d’origine extraterrestre? Je crois qu’ils l’étaient.

Il y a deux camps quand il s’agit de Roswell; ceux qui croient, et ceux qui ne croient pas. Pour être clair, les livres écrits par le côté « pro » sont : The Roswell Incident (1980), The UFO Crash at Roswell (1991), Crash at Corona (1992), The Truth About the UFO Crash at Roswell (1994), et The Roswell Encyclopedia (2000). Concernant le côté « contre »: The Real Roswell Crash Cover-up (1997), et Roswell: Inconvenient Facts and the Will to Believe (2001).

Il n’y a aucune contestation du fait qu’un objet inconnu ou non identifié, se soit écrasé à terre en juillet 1947 dans le champ d’un ranch au Nouveau-Mexique. Quelques chercheurs et enquêteurs ont fait un lien entre un véhicule brisé avec des « aliens » morts ou mourants et ce même événement. Ceci peut être vrai, ou il peut aussi y avoir eu deux différents événements se produisant de concert. Nous n’avons que des témoignages de témoins oculaires, mais aucune évidence physique.

Qu’y a-t-il de si différent à propos de ce cas pour qu’il ait créé une telle polémique pendant plus de cinquante années ? Tout à fait franchement, c’est la Vérité ! Plus que toute autre chose la Vérité a été discutée, documentée et écrite sans cesse. Pourquoi est-ce ainsi? Puisqu’il n’y a aucune preuve physique disponible pour être examinée par les communautés scientifiques, légistes ou juridiques actuelles et modernes. Notez bien que j’ai dit « aucune preuve physique n’est disponible » et non « aucune preuve physique n’existe ».

Est-ce que je crois qu’une preuve physique existe, qui pourrait valider la théorie extraterrestre? Oui je le crois. Le premier communiqué de presse émis par le Lieutenant Walter Haut le 9 juillet 1947, vers les quatre média de Roswell au Nouveau-Mexique mentionne la capture d’une soucoupe volante ! C’est un fait historique. On doit seulement se rappeler, que le 509ème Groupe Bombardier de Roswell Army Air Force, a fourni les Bombes Atomiques qui ont mis fin à la 2ème guerre mondiale. Le communiqué de presse évoquant une soucoupe volante, émis par le même 509ème Groupe Bombardier n’était pas un accident, ni un cas d’identité erronée, mais un fait !
Voir l’image 1 ci-dessous
Roswell Daily Record 1947 July 8Aux Etats-Unis d’Amérique, les témoignages d’au moins deux témoins crédibles peuvent envoyer une personne à la prison pour le reste de sa vie! Une personne peut même être condamnée pour meurtre, même si aucun corps n’est trouvé ni présenté! Ceci est désigné généralement sous le nom de « preuve indirecte ». Alors y a-t-il une preuve indirecte concernant Roswell?

Des volumes entiers ont été écrits sur les déclarations des témoins. En prenant en considération des qualités de mémoire différentes, les témoignages sont demeurés cohérents pour la plupart, que vous les croyiez ou non. La plupart des personnes qui sont honnêtes, ne changeront pas les faits ou les circonstances exposés dans leurs déclarations. C’est seulement quand ceux dont la malhonnêteté est mise en évidence, que leur histoire commence à changer ou s’effondre sous la pression. L’histoire officielle est passée du « Ballon Météo » au « Projet Mogul » puis aux « Mannequins accidentés ». Vous êtes juge, ce n’est pas difficile.

Pendant l’été 2007, j’ai eu le grand privilège de rencontrer face à face Jesse Marcel, Jr., le fils du Major Jesse Marcel, Sr. du 509ème Groupe Bombardier à Roswell. Nous étions tous les deux en même temps à ‘Bay Area UFO Expo’ à San Jose, Californie. Jesse Marcel, Jr. a franchement et honnêtement décrit ses expériences émotionnelles la nuit où son père avait apporté à la maison les « débris d’accident » du champ d’un fermier.
Voir l’image 2 ci-dessous: Jesse Marcel Jr. (à gauche) et Jim DeManche

JimDeManche_JesseMarcelJrEst-ce que je crois que son père a apporté à la maison du matériel extraterrestre depuis le lieu d’un accident ? Oui je le crois. Je crois qu’en 1947 Jesse Marcel, Jr. (jeune, 12 ans) a manipulé le « métal du mystère » qui gardait sa forme même lorsqu’on l’écrasait dans sa main? Oui je le crois. Est-ce que je crois qu’une petite structure profilée en I, avec des symboles inconnus ou « aliens » a été manipulée par le jeune Jesse Marcel, Jr ? Oui je le crois.
Voir l’image 3 ci-dessous: Major Jesse Marcel Sr.

Major Jesse Marcel SrAprès 30ans d’expérience de l’application de la Loi, je suis très confiant en ma capacité de déterminer la véracité ou la tromperie dans les témoignages, les histoires, ou les déclarations. Jesse Marcel, Jr. dit la vérité. Et s’il dit la vérité, en conséquence la majorité des autres témoins disent la vérité. Maintenant vous allez devoir déterminer pour vous-même: qui ment? Je vous recommande fortement de lire le livre de Jesse Marcel, Jr. The Roswell Legacy (2007).

Toutes les choses étant égales, quand vous avez éliminé toutes les autres possibilités, celle qui reste, doit être la vérité.
– Le rasoir d’Occam –

Jim DeManche, Directeur
CUFORS-California UFO Research Society

Traduction de Jacky Kozan le 25/3/2009