actualité sur la divulgation

Un communiqué de TTSA

Cinq caractéristiques uniques des PANs

16 février 2018

Source

Il y a cinq observations constantes qui sont uniquement associées aux phénomènes aériens non identifiés ou aux PANs. La compréhension de ces caractéristiques et de leurs applications nécessite d’avoir une très bonne compréhension de la physique avancée au niveau quantique.

Ces cinq observations peuvent être classées comme suit:

1 – Accélération soudaine et instantanée.
Les objets se déplacent de telle sorte qu’ils sont capables de manœuvrer soudainement, délibérément et parfois d’aller dans la direction opposée. Dans certains cas, ces manœuvres impliquent un changement de direction et d’accélération dont nous sommes conscients qu’il va bien au-delà des limites de ce que tout système biologique peut supporter. Les effets anticipés de ces forces d’accélération sur le matériau peuvent même défier nos capacités technologiques actuelles de fabrication.

2 – Vélocités hypersoniques sans signatures.
Les objets voyagent bien au-dessus des vitesses supersoniques sans pour autant laisser de signature évidente. Les signatures spécifiques comprennent normalement l’acoustique, la chaleur et l’électromagnétisme et sont traditionnellement reconnues comme un bang sonique, des traînées de condensation et l’ionisation atmosphérique. Actuellement, même les avions militaires et de reconnaissance les plus avancés du monde ont des signatures détectables.

3 – Faible observabilité.
Peu importe si l’objet est observé électro-optiquement, électromagnétiquement ou à l’œil nu, l’impossibilité d’obtenir une image cible claire demeure. Les descriptions des témoins sont souvent difficiles à interpréter, tandis que les retours radars sont souvent absurdes ou même bloqués. Les objets apparaissent généralement opaques et de nature semi-métallique, à la fois sur la caméra et en visuel. Dans de nombreux cas, il est presque impossible de voir réellement l’objet et les rapports d’observations mentionnent souvent ce qui est vu « autour » de l’objet.

4 – Voyage pluri-milieux.
Les objets ont la capacité de voyager facilement dans divers environnements et conditions, apparemment sans aucun changement dans les capacités de performance. Notre compréhension actuelle de la physique exige que les véhicules soient conçus spécifiquement en fonction de leur application. Pour cette raison, il existe des différences marquées entre les véhicules qui tournent dans l’espace, ceux qui volent dans l’atmosphère et ceux qui voyagent dans la mer. Les objets qui peuvent voyager dans les trois milieux en utilisant le même design et sans compromettre leurs performances ou dégrader leurs portances, restent une énigme.

5 – Sustentation.
Les objets résistent apparemment aux effets naturels de la gravité de la Terre, mais sans les moyens aérodynamiques normalement associés à la portance et à la poussée. Ces objets n’ont pas de signes évidents de propulsion (moteurs, hélices, panaches d’échappement, etc.) ou de surfaces de vol (ailes, gouvernes, ailerons, ailettes, etc.), mais ils sont capables de se déplacer de manière très précise dans notre atmosphère bien qu’ils n’aient pas l’une de ces caractéristiques.

Quand nous observons ces cinq caractéristiques ensembles, alors nous sommes obligés de nous gratter la tête et d’arriver à la conclusion que nous ne savons peut-être pas ce que sont ces choses. Nous avons besoin de plus de données et de recherches approfondies pour faire de notre mieux pour comprendre ce que nous voyons.

Traduction, Jacky Kozan, le 21/02/2018
Vérification, Dany Kozan le 21/02/2018


Traduction de l’article de Dan Barry, rédacteur senior

le 30 décembre 2017

Source

L’année qui s’achève maintenant a été si chargée de nouvelles tumultueuses qu’un étonnant rapport publié pendant les derniers jours chargés de 2017, semblait presque routinier: pendant des années, un agent de renseignement enfoui dans le Pentagone avait dirigé un programme secret pour enquêter sur des rapports d’objets volants non identifiés .

Je vous demande pardon?

Ce scoop, d’Helene Cooper, Ralph Blumenthal et Leslie Kean pour le New York Times, a été accompagné d’un article qui décrit comment en 2004 un objet oval a joué un jeu de cache-cache aéronautique au large de la Californie du Sud avec deux avions de chasse. affectés au porte-avions Nimitz. L’objet a ensuite zippé au loin à une vitesse si étrange qu’il a fait dire à l’un des pilotes de la Marine plus tard, qu’il se sentait « assez éberlué » – comme vous le feriez si vous regardez la vidéo de la rencontre, que le Ministère de la Défense a rendue publique.

En examinant ces rapports, mon esprit s’est tourné vers toutes ces personnes raisonnables qui ont été congédiées et ridiculisées au cours des années parce qu’elles croyaient que quelque chose était là. Je pensais en particulier aux croyants qui étaient morts sans savourer ces révélations officielles.

Les croyants comme mon défunt père.

Je peux entendre ce qu’il aurait dit, là, chez les anciens combattants, son corps brisé dans un fauteuil roulant, mais son esprit aussi rapide et brillant qu’une étoile filante. « Je le dis depuis des années », affirmait-il, suivi d’une épithète de choix qu’il réservait aux fonctionnaires du gouvernement, suivie de « Je le savais ».

Ensuite, une satisfaisante bouffée de cigarette.

Mon père, Gene, a terminé l’école secondaire en cours du soir et a servi trois ans dans l’armée; il n’a pas fréquenté le collège. Mais il avait une intelligence redoutable, lisait avec voracité et maîtrisait des sujets tels que l’histoire américaine, la numismatique – et les enquêtes ovnis. Au cours des années 1960 et 1970, il s’est joint à beaucoup d’autres pour surveiller des rapports d’anomalies aériennes, repérer des rapports officiels expurgés et échanger des théories sur des observations crédibles et des dissimulations gouvernementales.

Ils ont cité à tout bout de champ des noms de célèbres chercheurs ovnis – J. Allen Hynek, Donald Keyhoe, Stanton Friedman – et ils ont lu les derniers bulletins d’information d’une organisation appelée le comité national d’enquête sur les phénomènes aériens, ou NICAP. Ils sont restés déterminés, même lorsque beaucoup d’autres ont abandonné la cause après qu’un rapport financé par l’armée de l’air en 1969 ait conclu qu’une étude plus approfondie des ovnis n’avait guère de valeur scientifique, ce qui a conduit à la fin du programme officiel de l’Air Force qui enquêtait sur le sujet.

Selon Gene Barry, le rapport faisait simplement partie de la dissimulation.

Il n’était ni astronome ni physicien. Juste un ouvrier qui a enduré la corvée anonyme d’un trajet quotidien, mais ensuite, la nuit, il se sentait souvent connecté à quelque chose de plus grand que lui, plus grand que nous tous. Alors que ses voisins se concentraient sur les fortunes des « New York Jets », il se demandait si la « roue au milieu d’une roue » mentionnée dans le livre d’Ezéchiel faisait référence à un objet volant quelconque. Si oui, considérez-en simplement les implications!

Dans notre famille, la ligne horizontale qui sépare la terre et le ciel est souvent floue. La patiente épouse surnaturelle de mon père et quatre enfants impressionnables avaient de petites cartes bleues de membre pour une organisation de recherches et d’enquête appelée le MUFON. Nous avons applaudi mon père quand il a parlé à un symposium ovni dans une université locale. À sa demande, ma soeur Brenda a même apporté le plan d’un vaisseau spatial qu’il avait reçu par la poste (des paquets mystérieux arrivaient souvent par courrier) envoyé à l’école paroissiale des Saints Cyril et Methodius (ils ont créé l’alphabet Cyrillique).
Lorsqu’elle a demandé à son professeur de sciences ce qu’il en avait fait, l’enseignant lui a rendu sans un mot.

Dans d’autres foyers, dans les années 1960, Barney et Betty se réfèrent uniquement aux Rubbles of Bedrock, voisins loyaux de Fred et Wilma Flintstone. Mais dans notre maison, ces noms pouvaient également se référer à Betty et Barney Hill, un couple du New Hampshire qui prétendait avoir été enlevé et examiné par des extraterrestres en 1961.

Puis il y a eu les sorties en famille. De temps en temps, nos parents nous emmenaient dans le break Chevy pour une promenade nocturne vers cette rare colline de Long Island avec une vue imprenable sur le ciel, ou vers Wanaque dans le New Jersey, à 70 miles, où l’on disait que d’étranges lumières avaient plané au-dessus d’un réservoir local.

Petit à petit, nous les enfants, somnolions, notre cou raide à force de le tendre. Ma mère, l’acolyte tolérante et chauffeur, allumait une autre cigarette, tandis que mon père continuait à parcourir l’infini céleste avec ses jumelles à bas prix, confiant dans la certitude de l’encore incertain.

Au fil des années, la vie s’est immiscée sur la terra firma: les reculs de carrière, la maladie, cet anonyme train-train quotidien. La cellule non-officielle de croyants de mon père s’est discrètement dissoute, épuisée peut-être, par le silence du gouvernement et les faux rapports causés par les ballons météo, les satellites et les gens qui faisaient des confusions. Puis, quand ma mère est morte en 1999, il a perdu la personne qui lui avait fait garder les pieds sur terre, la Betty à son Barney.

Il est décédé en 2008, croyant toujours sans avoir vu, interrogeant toujours le gouvernement, toujours émerveillé par l’arrogance de ceux qui ont insisté sur le fait que nous étions la seule vie intelligente de l’univers.

Une décennie s’est écoulée et le rapport du mois dernier sur un programme secret du Pentagone porte le nom enchanteur de Programme Avancé d’Identification des Menaces Aérospatiales. Financé par le gouvernement entre 2007 et 2012, le programme a enquêté sur des menaces aériennes qui incluaient des « phénomènes aériens non identifiés » ou PANs – ce qui est juste une façon moins polarisante de dire OVNIs.

Aux vétérans endurcis des guerres de l’ufologie, les nouvelles du programme gouvernemental étaient moins surprenantes que sa validation. Et la vidéo de la rencontre entre les avions de combat de la marine et un objet non identifié se déplaçant à une vitesse extraordinaire a fourni un visuel utile à la cause de ces groupes ufologiques avec de longs acronymes.

« Très intéressant, très intéressant », a déclaré Fran Ridge, l’archiviste de la recherche accumulée par le NICAP, maintenant disparu. « Mais la toute première chose qui me soit venu à l’esprit a été – pourquoi maintenant? Est-ce un divertissement? Est-ce que c’est quelque chose pour attirer l’attention des gens hors de la politique?

Les paroles sceptiques de M. Ridge me rappelaient mon père, qui plaisantait à demi sur le fait qu’il croyait en une conspiration – à propos de tout.

« Enfin, le kimono s’ouvre un peu », a déclaré Jan Harden, le directeur du MUFON. « Personnellement, je n’ai pas besoin de vérification de la part du gouvernement. Mais pour le grand public, il est important de savoir qu’il y a une technologie avancée dans notre ciel.  »

Les nouvelles du programme du Pentagone ont reçu une quantité étonnante d’attentions y compris le commentaire dédaigneux habituel.

« Appelez-moi quand vous aurez une invitation à dîner d’un extraterrestre », a déclaré le célèbre astrophysicien Neil deGrasse Tyson sur CNN, un commentaire qui aurait conduit à divertir mon père. Ré-orientation classique, il aurait protesté de rage, le bout de sa cigarette devenant tout rouge.

Mais mon père aurait aussi hoché la tête, en accord avec ce que le bon astrophysicien avait à dire à propos de cette anomalie aérienne presque ludique captée sur la vidéo du gouvernement. « C’est un objet volant et nous ne savons pas ce que c’est », a déclaré le Dr Tyson. « J’espère que quelqu’un va le vérifier. »

Exactement, aurait grogné le vieil homme. Je le dis depuis des années.

Dan Barry, écrivain senior au New York Times.

Traduction, Jacky Kozan, le 31/12/2017
Vérification, Dany Kozan le 01/01/2018


Le GEIPAN et la Divulgation du PENTAGONE

 

Communiqué de l’Académie d’Ufologie

21 décembre 2017

Dans la foulée de l’amorce de divulgation lancée par le Pentagone, le journal La Croix à publié, le 19 décembre, l’article ayant pour titre:

« A Toulouse, les scientifiques guettent les ovnis« .

Nous l’avons d’abord ressenti comme une tentative du GEIPAN-CNES de s’accrocher à la divulgation lancée aux USA et de vouloir montrer aux citoyens français qu’eux aussi ont des preuves d’interférences de civilisations extraterrestres avec les nôtres.

Mais à la lecture de l’article notre crainte disparait car on retrouve la banalisation habituelle des recherches officielles sur le phénomène ovni. D’ailleurs, à propos du rôle du Geipan, l’article mentionne « Expliquer tout ce qui peut l’être ». L’article montre une volonté de rassurer les autruches scientifiques et politiques et rappelle ainsi que l’embargo sur la vérité en ce qui concerne les ovnis n’est pas prêt d’être levé par le monde politique français.

Après la divulgation, la tentation sera grande au CNES et dans ses administrations de tutelle d’afficher que depuis la création du Gepan en 1977 la France étudie sérieusement le phénomène ovni. Le public pourrait donc ainsi constater la clairvoyance et la persévérance de notre administration scientifique en ce qui concerne le phénomène ovni.

Rappel de quelques faits:
le rapport Poher de juin 1978 concluant qu’il s’agit de machines volantes d’origine inconnue, n’a jamais été publié par le CNES,
le rapport du Comité de Pilotage de février 2010, qui mentionne que l’HET vient naturellement à l’esprit, n’a jamais été publié par le CNES,
aucune affaire étudiée par le Geipan ne propose l’Hypothèse Extraterrestre.

Alors n’oublions pas que pendant 40 ans le GEIPAN-CNES à fait ce qu’il a pu pour banaliser un maximum d’observations d’ovnis. Les autorités de tutelle du GEIPAN-CNES ont été des acteurs du maintien de l’embargo sur la vérité ovni mis en place aux USA en 1947.

Alors « A Toulouse, les scientifiques guettent les ovnis » c’est certain, mais c’est pour les camoufler, ce n’est pas pour informer le public de la réalité extraterrestre.

Note: le GEIPAN-CNES utilise l’abréviation PAN ( correspondant à UAP aux USA), probablement pour tenter de faire oublier les mots ovnis, ufos, ufologie et ufologues, alors nous remplaçons le mot PAN par celui d’OVNI.

Lien vers l’article du Journal La Croix


Nick Pope et le Ministère de la Défense Britannique

CHOC OVNIS: Le Ministère de la Défense britannique a « induit le Parlement en erreur sur les OVNIs », selon un ex-initié.

EXCLUSIF: Le ministère de la Défense (MoD) a refusé de nier les affirmations selon lesquelles il a induit le Parlement en erreur sur les recherches qu’il menait sur l’existence d’extraterrestres et d’ovnis.

Par Jon Austin
Publié: 17:38, jeu., 21 déc. 2017 | MISE À JOUR: 17:50, jeu. 21 déc. 2017

Source

Express.co.uk a demandé au Ministère de répondre aux proclamations formulées par un ancien agent qui a enquêté sur les phénomènes pour le département jusqu’en 2009.

Nick Pope, qui travaillait dans la division du Ministère de la Défense chargée d’examiner la menace potentielle des OVNIS au Royaume-Uni, s’est prononcé après que le Département américain de la Défense ait mené une étude secrète sur la menace OVNI de 2007 à 2012.

M. Pope a déclaré à Express.co.uk: « C’est une révélation extraordinaire, notamment parce qu’elle contredit directement les nombreuses dénégations spécifiques que le gouvernement américain a déjà émises lorsqu’il a été interrogé sur ce sujet, et sur leur implication dans celui-ci. »

« Cela reflète précisément ma propre expérience de ce sujet intriguant mais frustrant, avec le gouvernement britannique. »

« Comme nos collègues américains, nous avons aussi nié – même au parlement – que nous menions des études secrètes sur le phénomène OVNI. »

« Nous avons constamment minimisé la véritable étendue de notre intérêt et de notre activité au ministère de la Défense. »

Nous avons transmis ses commentaires ( de Nick Pope) au Ministère de la Défense, lui demandant si le Ministère accepte que le Parlement ait été induit en erreur sur son travail.

Un porte-parole du Ministère de la Défense a refusé de rejeter les affirmations de M. Pope.

Il a dit: « Nous ne commenterons pas ceci. »

Cependant, le porte-parole a expliqué qu’il n’y avait aucune menace identifiée au Royaume Uni dans n’importe quel rapport d’OVNI depuis 50 ans.

Le bureau des OVNIS a fermé ses portes en 2009 après avoir été considéré comme ne servant aucun objectif de défense et détournant le personnel d’un travail plus important.

Il n’a pas été considéré comme une utilisation appropriée des ressources et le Ministère de la Défense affirme qu’il n’enquête plus aucun rapport d’OVNI.

Traduction Jacky Kozan, le 22 décembre 2017
Vérification Dany Kozan, le 22 décembre 2017


Nick Pope sur le Pentagone

L’espèce humaine a longtemps eu l’obsession
de chercher des extraterrestres …
mais que se passerait-il
s’ils nous trouvaient en premier?

Nick Pope, qui dirigeait le projet OVNI du Ministère de la Défense Britannique, pense que les ET hyper-intelligents ont peut-être déjà réussi à repérer notre petite planète arriérée – et qu’ils pourraient surveiller chacun de nos mouvements.

Les mordus d’OVNI se sont adressés au Sun Online après que des chasseurs extraterrestres aient été mis au courant que certains scientifiques pensaient que Oumuamua, un astéroïde en forme de cigare, pourrait être un vaisseau spatial extraterrestre.

En raison de sa forme inhabituelle, les chercheurs ont même scanné cet astéroïde de 400 mètres, pour sa technologie extraterrestre.

Et bien que les scans n’aient montré aucun signe de vie, Nick pense que nous ne pouvons pas exclure l’idée que notre planète est surveillée par des êtres plus avancés.

Il a dit: « Bien que rien n’ait encore été trouvé, il y a une autre possibilité intrigante: si ce vaisseau est une sonde extraterrestre, il est possible que nos scans réveillent l’intelligence à l’intérieur. »

Certains affirment que cette intelligence pourrait prendre la forme d’une vie biologique ou d’une IA (Intelligence Artificielle) hyper-avancée, envoyée depuis l’espace profond pour garder un œil sur notre monde primitif.

Nick a ajouté: « Tout simplement, n’importe quel vaisseau extraterrestre cherchant la vie peut voyager en mode dormant jusqu’à ce qu’il se rapproche d’une planète habitée.

« Mais ce qui est fascinant dans cette théorie, c’est le nombre d’astronomes et d’autres scientifiques qui prennent l’idée au sérieux. »

« C’est un signe de la façon dont nous acceptons en ce moment la probabilité de trouver une vie extraterrestre. »

Et ce ne sont pas seulement les théoriciens du complot excentriques et les geeks de science-fiction qui se passionnent pour la découverte de l’ET: même le Pentagone a mené des recherches de plusieurs millions de Livres (£) sur les OVNIS et la vie extraterrestre.

Nick dit que les nouvelles récentes sur la recherche d’ovnis du Pentagone sont énormes, prouvant que les gouvernements prennent l’idée de la vie extraterrestre plus au sérieux qu’ils ne le font souvent.

Il a déclaré: « C’est une révélation extraordinaire, notamment parce qu’elle contredit directement les nombreuses dénégations spécifiques que le gouvernement américain a déjà lancées lorsqu’il a été interrogé sur ce sujet et sur son implication dans le sujet. »

« Le message à retenir ici est qu’il y a probablement quelque chose, mais nous ne savons pas ce que c’est. »

En même temps, Oumuamua a provoqué tant d’exagération parmi les chasseurs d’OVNIS en raison de sa forme étrange, alors qu’elle est beaucoup plus petite que celle de la plupart des astéroïdes.

Nick fait valoir que les astéroïdes comme Oumuamua pourraient servir de sondes extraterrestres ou de vaisseaux déguisés, jetant un regard très différent sur les vaisseaux traditionnels en forme de disque que nous avons vu dans les films de science-fiction comme District 9.

Il a dit: « Parce qu’il n’y a pas d’air dans l’espace, un vaisseau spatial extraterrestre n’aurait pas besoin d’être conçu de la même manière que nos avions doivent l’être.
« Plutôt que de construire un vaisseau spatial interstellaire à partir de zéro, il est parfaitement logique de prendre un astéroïde, puis de construire votre vaisseau autour de celui-ci, ou de le creuser et construire à l’intérieur, pour obtenir une meilleur protection.  »

Cela signifie que les sondes pourraient être camouflées dans les comètes que nous voyons régulièrement traverser le système solaire, ce qui rend possible que notre espèce aurait pu être surveillée depuis le début.

Et, étant donné l’âge de la galaxie, les civilisations extraterrestres antérieures auraient pu avoir une avance de plusieurs milliards d’années pour faire évoluer une technologie si avancée que nous aurions pensé que c’était magique.

Nick a dit: « C’est une des raisons pour lesquelles l’humanité ne survivrait probablement pas à une invasion extraterrestre. »

« Tous les extraterrestres qui nous trouvent (par opposition à nous qui les trouvons) ont probablement une technologie bien en avance sur toutes les nôtres. »

Traduction Jacky Kozan, le 21 décembre 2017
Vérification Dany Kozan, le 21 décembre 2017


Alejandro Rojas parle de Tom DeLonge et Elizondo dans le Huffington Post

Source

Alejandro Rojas, Contributeur
Rédacteur, blogueur, vidéo et hébergeur de podcast
fondateur d’OpenMinds.tv
et membre de l’Académie d’Ufologie

 

Comment une rock star
a facilité la divulgation des secrets ovnis
du Département de la Défense.

19/12/2017

Le gouvernement américain n’a pas reconnu avoir enquêté sur un cas d’OVNI et a été incapable d’en identifier un, depuis 1969 lorsqu’ils ont fermé le Project Blue Book, le dernier projet officiel de recherche de l’US Air Force sur les OVNIS. Cependant, ce week-end, il a été révélé que le Département de la Défense avait un projet secret d’enquête sur les OVNIS depuis 2007 et cette révélation pourrait ne pas être arrivée sans les efforts de la rock star Tom DeLonge.

DeLonge s’intéresse depuis longtemps aux OVNIs et OpenMinds.tv, un site web sur lequel je travaille pour les nouvelles concernant le phénomène OVNI, a fait partie du projet. DeLonge a parrainé Strange Times, son propre site Web consacré aux sujets marginaux dans lequel il a republié, avec notre permission, plusieurs de nos histoires. Nous l’avons également interrogé et nous avons gardé le contact avec lui.

Cependant, malgré le fait que DeLonge nous ait dit qu’il faisait de grandes choses, nous n’avions aucune idée de leurs tailles. En fait, DeLonge qui partageait ses croyances en certaines idées les plus marginales de l’Ufologie, rendait encore plus difficile de comprendre qu’il avait des contacts de haut niveau qui se confiaient à lui. Nous avons finalement eu un aperçu de l’importance de ses contacts un peu partout, par WikiLeaks.

Pendant l’élection, WikiLeaks a publié des courriels piratés d’Hillary Clinton pendant la campagne pour la Présidence. Beaucoup d’entre eux étaient des communications avec John Podesta, le directeur de campagne de Clinton, qui était également connu pour être un passionné d’OVNIS. Dans ces courriels, il a été découvert qu’il était en communication avec DeLonge concernant l’affaire OVNI (un de mes articles OpenMinds.tv était parmi eux) et qu’ils avaient des réunions avec des hauts fonctionnaires de l’US Air Force, des ingénieurs aérospatiaux et des gens de l’industrie du divertissement. Beaucoup de ces personnes ne voulaient pas être associées publiquement au sujet, ce qui explique pourquoi DeLonge avait caché leur identité.

Il était clair que DeLonge travaillait avec ces personnes sur des projets dont il disait qu’ils étaient en cours. Atteindre des gens à ce niveau, même si vous êtes une star du rock célèbre, prend un effort incroyable, alors nous lui avons décerné le titre d’Ufologue de l’année au Congrès International UFO 2017. Beaucoup n’ont pas aimé ça. Cependant, j’ai estimé que c’était justifié. Je ne croyais pas qu’un chercheur civil sur les OVNIS ait obtenu le niveau de coopération avec les hauts fonctionnaires, qu’il avait. Et c’était avant que nous connaissions son lien avec un projet OVNI secret du Département de la Défense.

DeLonge ne pouvait pas être présent pour recevoir son prix, mais il a fait une vidéo d’acceptation que nous avons projetée à la conférence et il nous a autorisés à la poster en ligne. Nous l’avons fait avec une vidéo décrivant ses réalisations. La vidéo est devenue virale et a été couverte par de nombreux médias d’information de l’industrie de la musique et par plusieurs médias grand public.

Dans la vidéo, Tom a promis que de grandes nouvelles seraient annoncées peu après la conférence en février. Cependant, les jours se sont transformés en semaines qui se sont transformées en mois, sans annonce. DeLonge m’a envoyé des excuses pour le retard, mais il m’a laissé savoir que ça allait arriver. Entre-temps, il a fait des interviews sur sa conviction que le gouvernement nous protégeait réellement des civilisations extraterrestres agressives et que des initiés travaillaient avec lui pour révéler leurs secrets.

Honnêtement, cela a causé des problèmes de crédibilité. Soigneusement, les chercheurs sérieux étaient frustrés qu’il fasse ces allégations non fondées. Ceux qui avaient la même impression que lui, s’impatientaient en attendant la preuve. D’autres ont estimé qu’il diffamait les civilisations extraterrestres qui étaient là pour nous aider. Tout le monde a attendu patiemment.

Enfin, en octobre de cette année, DeLonge a annoncé la création de la « To the Stars Academy » (TTSA). C’était une société composée de scientifiques, d’anciens agents du renseignement, d’ingénieurs et d’autres personnes crédibles. Pour moi, c’était choquant. C’était un groupe impressionnant d’individus. Une personne en particulier s’est distinguée; un nom que je n’avais pas entendu auparavant.

Il s’appelait Luis Elizondo. Il a dit qu’il avait travaillé dans l’intelligence pour le Département de la Défense sur un programme d’examen des rapports d’OVNIS. Je n’avais aucune raison de douter de lui. Je ne doutais pas non plus que les autres membres du groupe, que je connaissais et admirais, l’aient approuvé. Cependant, il n’était pas évident de savoir si son département a seulement regardé des ovnis à l’occasion, ou si c’était quelque chose qu’ils ont examiné plus complètement. Elizondo a dit qu’il était frustré que le Département de la Défense ne prenne pas la question plus au sérieux et que lui et certains de ses collègues étaient convaincus qu’ils s’agissait d’objets démontrant une technologie que les États-Unis ou tout autre pays dans le monde ne pouvaient posséder.

La création de TTSA, et en particulier les proclamations d’Elizondo, étaient énormes, je le sentais. Cependant, les nouvelles ont été accueillies par un « bof » retentissant chez beaucoup d’ufologues. Certains ont estimé que c’était une arnaque pour obtenir de l’argent et d’autres avait l’impression que c’était une sorte de camouflage. J’ai eu l’occasion de parler à DeLonge et à un autre membre du groupe qui avait pris sa retraite après une carrière à la CIA, Jim Semivan. Je parlais aussi avec des connaissances qui étaient proches des autres membres du groupe. J’ai eu le sentiment qu’aucun d’entre eux n’avait besoin de l’argent, ils avaient tous un très fort intérêt pour le sujet OVNI et un désir tout aussi fort de faire des recherches plus approfondies sur la nature du phénomène. Je sentais aussi qu’ils n’avaient pas l’impression de faire partie d’une dissimulation ou d’être manipulés par des forces obscures mystérieuses.

Cependant, il y avait quelque chose d’autre qui était apparent. Ces personnes n’ont pas non plus les mêmes opinions que DeLonge. Bien que certains aient eu des expériences personnelles, leur intérêt était de « suivre les données » comme le disait Chris Mellon, un autre membre. Certains ont même hésité à conclure que ces véhicules aériens mystérieux pourraient être les produits d’une civilisation extraterrestre.

Depuis octobre, DeLonge a été le porte-parole des nouvelles à venir, ce qui s’est avéré être un effort révolutionnaire pour enquêter sur les ovnis. Toutefois, DeLonge a également mélangé ses idées sur une guerre spatiale en cours entre le gouvernement américain et les aliens. Ceci n’était pas ce qui avait été révélé et ce que beaucoup croyaient que DeLonge avait promis. DeLonge pense qu’il sera peut-être encore capable de prouver ses autres affirmations plus choquantes. Qui sait, avec tout ce qu’il a accompli jusqu’ici, peut-être qu’il le fera. Nous semblons vivre dans un temps où l’impossible devient possible, pour le meilleur ou pour le pire.

Cela nous amène aux manchettes des nouvelles d’aujourd’hui. Il semble que moi et quelques-uns de mes collègues n’étaient pas les seuls à avoir remarqué l’importance de ce qu’avait proclamé Elizondo. Apparemment, le New York Times, Politico et le Washington Post ont également vu son importance et ont commencé à enquêter sur les allégations d’Elizondo.

Samedi dernier, le New York Times a publié ses résultats, peu de temps après que Politico ait fait de même et tout de suite après, le Washington Post a publié son histoire. Ils ont tous pris des angles différents, mais l’essentiel est que depuis 2007, le Département de la Défense dirige un projet secret d’OVNIS appelé Programme Avancé d’Identification des Menaces Aérospatiales (AATIP) dirigé par Elizondo. De plus, Bigelow Aerospace a été mandatée pour faire le travail. Cette dernière nouvelle était d’un intérêt particulier parce que j’étais la personne responsable des relations publiques pour le réseau mutuel d’ovnis (MUFON) vers 2008 quand Bigelow a financé un projet commun avec nous.

Les autres détails concernant le projet du Département de la Défense UFO étaient tout aussi choquants. Apparemment, le leader de la majorité au Sénat, Harry Reid, un démocrate du Nevada, a été influencé par l’astronaute John Glenn et Bigelow, qui était un ami et un donateur, pour lancer une enquête sur les ovnis. Reid a sollicité la coopération de ses collègues sénateurs et avec Ted Stevens, un républicain de l’Alaska, et Daniel K. Inouye, un démocrate d’Hawaï, il a obtenu le financement du programme. 22 millions de dollars ont ainsi été affectés au projet pendant les cinq années suivantes.

Le Pentagone a déclaré au New York Times qu’il avait annulé son financement en 2012 en raison d’un manque de résultats, mais M. Elizondo affirme que le programme n’a pas été annulé. Lui et d’autres ont continué leur travail avec d’autres tâches au Département de la Défense. Même après qu’Elizondo ait quitté le projet en octobre pour rejoindre TTSA, il dit qu’il avait un successeur pour continuer à diriger le projet.

Alors qu’est-ce que l’AATIP a trouvé? La plupart de ces informations sont retenues, mais Elizondo nous a donné quelques choses à mâcher. Un briefing du Pentagone sur le programme en 2009 affirmait que « ce qui était considéré comme de la science fiction est maintenant un fait scientifique » et selon le New York Times, « que les États-Unis étaient incapables de se défendre contre certaines des technologies découvertes ».

Pour ajouter au choc et à la crainte, selon le New York Times, Elizondo a déclaré: « Sous la direction de M. Bigelow, la société a modifié des bâtiments à Las Vegas pour y stocker des alliages et autres matériaux que M. Elizondo et les acteurs du programme avaient récupéré à partir de phénomènes aériens non identifiés. »

A propos de ce dernier point, Ralph Blumenthal, l’un des co-auteurs de l’article du New York Times, a déclaré à MSNBC dans une interview, qu’ils avaient en effet récupéré du matériel qui était une technologie qu’ils n’avaient pas identifiée. Mellon, un autre membre de TTSA qui a travaillé auparavant comme sous-secrétaire adjoint du renseignement à la Défense dans les administrations de Clinton et Bush, entre autres positions de haut niveau, a confirmé au journaliste d’investigation Georges Knapp, l’homme qui a mis la Zône 51 sur la carte et à moi-même, dimanche soir à l’émission de radio « Coast to coast », qu’ils avaient du matériel, mais il n’y a aucune information sur l’origine de ce matériel.

Elizondo a également pu obtenir trois vidéos d’objets aériens inconnus. Deux de ces vidéos sont affichées sur le site Web de TTSA, la troisième n’a pas encore été publiée. Nous avions vu l’une de ces vidéos, mais maintenant il a été confirmé que c’est réel. C’est une vidéo d’un incident OVNI observé par le personnel du groupe de porte-avions de Nimitz et capturé sur la vidéo infrarouge d’un chasseur à réaction. Le chercheur Robert Powell a écrit sur son enquête sur cette affaire sur OpenMinds.tv.

La deuxième vidéo est similaire, mais les informations relatives à la date, à l’heure ou à l’endroit où la vidéo a été capturée n’ont pas été diffusées.

Il y a beaucoup plus de détails dans la révélation de l’existence de l’AATIP, et j’ai agrémenté cet article avec des liens vers de grandes histoires et des vidéos pour que vous puissiez commencer à regarder, si vous le voulez, tous les détails qui ont été révélés jusqu’ici.

Pour résumer, ce que nous avons ici est vraiment extraordinaire. Le gouvernement américain n’a ni admis avoir enquêté sur un OVNI, ni avoir déterminé qu’un objet était inconnu depuis 1969 quand ils ont fermé le Projet Blue Book, l’enquête officielle de l’USAF sur les ovnis. Affirmer que ces objets démontrent une technologie au-delà de la nôtre que nous ne pouvons pas nous défendre et qu’ils ont récupéré du matériel inconnu est – pardon, mais je ne peux pas m’en empêcher – incroyable. C’est l’étoffe de la science-fiction.

Ce serait un « mic drop » MAJEUR pour DeLonge, mais dans son esprit, ce n’est que la pointe de l’iceberg. D’autres divulgations sont certainement à venir. Maintenant que le chat n’est plus dans le sac, les gens demanderont des informations telles que l’origine de la deuxième vidéo, l’origine du matériel et les autres cas examinés par l’AATIP. Il a également été suggéré que tout cela a été du copinage de Reid (le Sénateur Démocrate) pour canaliser l’argent vers son copain Bigelow. Il y a un million d’avenues à descendre, et je suis sûr qu’il y aura des gens qui les descendront toutes.

En fin de compte, cela a été une révélation extraordinaire et que l’on sache ou non qu’il y a eu une bataille galactique entre humains et envahisseurs de l’espace – je ne compterai pas tout ce que DeLonge a accompli jusqu’ici – nous devons encore donner du crédit là où il y en a besoin. Rien de tout cela n’aurait été révélé si ce n’avait pas été suite au efforts de DeLonge.

Note: Nous aurons un rapport spécial de Leslie Kean, l’un des co-auteurs de l’article du New York Times sur le prochain podcast Open Minds UFO Radio.

Pour en savoir plus sur la façon dont les propres documents de l’US Air Force montrent qu’ils ont enquêté sur des cas d’ovnis depuis 1969, en dépit de leur position officielle à l’effet contraire: https://youtu.be/k3d3KJbD1zw

Traduction Jacky Kozan, le 20 décembre 2017
Vérification Dany Kozan, le 20 décembre 2017


LUIS ELIZONDO fait des révélations au New-York Times

Source

LUIS ELIZONDO révèle des détails
sur le programme ovni caché du Pentagone
dans un sidérant exposé en première page du New York Times.

ELIZONDO quitte le Pentagone
pour rejoindre « To The Stars Academie of Arts and Sciences ».

ELIZONDO et « To The Stars Academie of Arts and Sciences »
lancent le site web de la « communauté d’intérêts »
avec les premières vidéos officielles du gouvernement
sur les phénomènes aériens non identifiés.
( voir les vidéos ici ).

Le New York Times a publié un superbe exposé intitulé
« Aurores luminescentes et ‘budget noir’: le mystérieux programme OVNI du Pentagone. »
C’est un article signé Hélène Cooper, Ralph Blumenthal and Leslie Kean et daté du 16 décembre 2017.

Lire l’article du New-York Times

LUIS ELIZONDO, ancien officier du renseignement militaire du Pentagone, a confirmé l’existence d’un programme gouvernemental caché (le Programme avancé d’identification des menaces aérospatiales) qui a enquêté sur l’existence d’ovnis, un département qu’il a dirigé et gardé secret depuis 2009.

L’article du Times contenait un extrait de la lettre de démission d’Elizondo dans laquelle il exprimait sa frustration face aux limites imposées au programme, disant aux supérieurs: « il reste un besoin vital de vérifier la capacité et l’intention de ces phénomènes, au profit des forces armées et de la nation. »

Elizondo quitta son poste au Pentagone pour rejoindre To The Stars Academie of Arts and Sciences, un consortium de scientifiques, d’ingénieurs aérospatiaux et de créatifs fondé par le PDG Tom DeLonge, le vice-président de la science et de la technologie Hal Puthoff (cité dans le Times), et le vice-président des opérations Jim Semivan. L’équipe dirigeante comprend le directeur de la division aérospatiale, Steve Justice et le conseiller aux affaires de sécurité nationale, Chris Mellon. La société a lancé en octobre dernier une mission d’exploration de la science et des technologies exotiques pour transformer rapidement des idées novatrices en produits et services qui changent le monde.

« Je suis d’abord et avant tout un soldat », explique Elizondo, qui est maintenant directeur de la sécurité globale et des programmes spéciaux pour To The Stars Academie of Arts and Sciences. « J’ai été honoré de servir au DOD (Ministère de la Défense) et j’ai accompli très sérieusement ma mission d’exploration des phénomènes aériens inexpliqués. En fin de compte, cependant, je ne pouvais pas mener à bien cette mission, parce que le Ministère, qui était naturellement débordé, ne pouvait pas lui donner les ressources que méritaient les preuves de plus en plus nombreuses. Je suis ravi de dire que j’ai trouvé cet environnement à To The Stars Academy, une équipe de scientifiques de premier plan issus des milieux de la défense, de l’industrie et du renseignement, aux côtés de créatifs passionnés pour aider à raconter l’histoire. Nous sommes impatients de travailler en étroite collaboration avec le gouvernement américain pour produire les meilleurs résultats possibles pour l’Amérique et le Monde.  »

Aujourd’hui, Elizondo et To The Stars Academy ont lancé un site Web « Communauté d’Intérêt » qui servira de base de données centrale et de hub commun – cliquez ICI. Le site Web hébergera des séquences vidéos, des documents et d’autres pièces pouvant être étudiés et explorés en vue de percées révolutionnaires en sciences et en génie, grâce à une collaboration unique entre scientifiques, universitaires, partenaires de l’industrie, gouvernement et grand public.

Son contenu lors du lancement comprend deux des premières vidéos officielles du gouvernement américain sur les phénomènes aériens non identifiés (UAP) référencés dans l’article du Times. Elles ont récemment été soumises au processus officiel d’examen de déclassification du gouvernement américain pour approbation publique. A chaque vidéo correspond une analyse technique d’Elizondo et de la TTS Academy. Les contenus des vidéos ont été capturés par une technologie avancée de suivi des capteurs dans des avions de combat différents, des F / A-18 Super Hornet des États-Unis. Dans la vidéo « Gimbal » de 34 secondes (le nom est probablement une référence au mouvement d’inclinaison libre de l’ovni), des pilotes étonnés peuvent être entendus parler avec enthousiasme d’un engin de forme ovale repéré à une altitude proche de 25 000 pieds. L’objet n’a pas de surface de fuite ou de panache d’échappement distinct et son vol semble défier les lois connues de la physique. Dans la vidéo « FLIR1 » de moins de 1mn30 (référence au métrage capturé par le système infrarouge à visée prospective du F / A-18), un objet inconnu est vu à environ 24 000 pieds. La séquence, qui n’a aucun son, montre l’objet planant sans panache d’échappement, affichant une maniabilité extrême et une accélération soudaine qui ne peut être atteinte par aucun aéronef connu. Ce sont deux des nombreuses vidéos officielles obtenues par la TTS Academy qui servent de preuves crédibles de la physique du vol avancé.

Les visiteurs du site Web de la communauté d’intérêt de To The Stars Academy sont encouragés à s’inscrire à un courriel pour recevoir des mises à jour lorsque des renseignements supplémentaires sont ajoutés.

Traduction Jacky Kozan, le 19 décembre 2017
Vérification Dany Kozan, le 19 décembre 2017


GIMBAL première vidéo UFO militaire américaine déclassifiée

Source

Importance historique sans précédent

GIMBAL est la première des trois vidéos militaires américaines sur le phénomène aérien non identifié (UAP) qui a fait l’objet d’un processus d’examen officiel de déclassification par le Gouvernement des États-Unis et qui a été approuvée pour diffusion publique. Ces images, ainsi que toutes les images officielles de l’USG (Gouvernement des Etats-Unis) que vous verrez sur la communauté d’intérêt de TTS Academy, sont accompagnées de la documentation essentielle de la chaîne de traçabilité, attestant qu’elles ont été reçues dans leur forme originale et non modifiée et sont authentiques. Le Département de la Défense des États-Unis utilise ce processus afin de s’assurer minutieusement que l’information et le matériel conservent leur intégrité sans révéler ni les sources ni les méthodes. Cette documentation contient une séquence qui est différente de tout ce qui a fait son chemin dans le domaine public auparavant. Son authenticité établie lui donne ainsi une signification historique énorme.

Bien que ce seul fait ait une signification historique, ce que ces 34 secondes de vidéo fournissent est remarquable. Plusieurs observations clés sont contenues dans cette vidéo qui pourrait nous aider à mieux comprendre collectivement la physique et la technologie utilisées. De plus, nous entendons des pilotes de chasse américains en difficulté pour déterminer la nature de l’objet. Les principaux éléments sont:

• Faible observabilité dans les spectres électro-optiques et électromagnétiques.

• Aucune surface de vol distincte.

• Pas d’évidence de système de propulsion.

• Capacités de vol jamais vues auparavant.

• Champ d’énergie ou de résonance possibles, de nature inconnue.

Le nom de fichier « GIMBAL » semble être attribué aux manœuvres inhabituelles de l’UAP.

 

Contexte

GIMBAL est un produit de l’un des systèmes de suivi les plus sophistiqués des avions militaires américains. Il a été capturé par un Super Hornet F/A-18 de l’US Navy à l’aide du module ATFLIR (Advanced Targeting Forward-Looking Infrared) de Raytheon AN/ASQ-228. L’ATFLIR contient les capteurs les plus avancés et les puissants lasers de pistage sur le marché et doit être utilisé par un opérateur sensibilisé aux armes et que l’armée entraîne au coût de plusieurs millions. L’ATFLIR a une haute résolution et peut localiser et désigner des cibles à des distances supérieures à 40 milles marins.

La date, l’emplacement et d’autres informations ont été supprimés par l’autorité d’origine dans le cadre du processus d’approbation des versions.

Les images de GIMBAL montrent ce qui était visible dans le cockpit des pilotes du Super Hornet. Voici les principales caractéristiques et ce qu’elles signifient:

Analyse de la vidéo

Au début de la vidéo, voici ce que les pilotes observent depuis leur cockpit:

• Le capteur est en mode “white-hot” (blanc chaud): les éléments blancs de l’écran sont plus chauds que les zones sombres ou plus froides. L’UAP apparaît sous la forme d’une forme blanche au milieu de l’écran.

• L’avion chasseur est en virage à gauche volant à Mach 0,58 à une altitude de 25 010 pieds (8 250 m).

• L’UAP vole légèrement en dessous de 2 degrés et 54 degrés à gauche du Super Hornet, se déplaçant de droite à gauche.

• En regardant de plus près, nous pouvons voir un champ sombre ou opaque qui semble entourer ou encapsuler l’objet.

Les pilotes à bord du Super Hornet ne sont pas seulement des pilotes de chasse très compétents, mais ce sont des observateurs qualifiés pour scruter leurs observations et leurs cibles afin de déterminer « amis ou ennemis ». Ils sont spécialement formés pour rechercher des changements discrets de forme, de taille, l’attitude de vol (angles) et la vitesse afin de déterminer la nature de la menace. Ils sont capables de discerner des détails nuancés que peu de gens reconnaîtraient normalement. Leur capacité à gérer le stress et à maintenir la discipline radio est primordiale pour leur formation. Dans l’enregistrement audio, ils ont clairement du mal à comprendre ce dont ils sont témoins.

À 0h03, lors de la première transmission radio, nous entendons l’un des pilotes dire qu’il s’agit d’un aéronef de type #*¤§%*^ de drone.

À 0:06, après une autre observation, un autre observateur déclare calmement: « il y en a toute une flotte. Regardez sur l’ASA (affichage radar) ». Le premier observateur répond par « Mon dieu! ». Il est important de noter que l’ATFLIR n’a qu’un seul objet dans son affichage. Le radar fournit simultanément aux pilotes une image de l’espace aérien plus grand, où ils repèrent plusieurs cibles.

A 0:11, il est noté que « ils vont tous contre le vent. Le vent souffle à 120 noeuds (200 km//h) de l’ouest. » Nous pouvons voir que les vitesse et altitude de l’objet sont inhabituelles pour tout aéronef de type drone. Sur cette seule information, la probabilité d’une flotte entière de drones capables de fonctionner dans ce scénario est hautement improbable et nécessiterait des ressources que peu de pays pourraient se permettre.

Au milieu de cet échange, le capteur passe de « blanc chaud » à « noir chaud ». L’imagerie de l’objet est maintenant beaucoup plus claire. Il a une forme distincte: un ovale déformé avec de petites protubérances à partir du haut et du bas. L’aura opaque de l’objet est maintenant également très distincte: une lueur « cool » qui s’étend autour de l’épaisseur du corps autour de l’objet entier. Il ne semble pas y avoir de surfaces de vol ou de panache d’échappement observables, ni de composants typiques généralement associés aux aéronefs conventionnels.

« Regardez cette chose, mec. » L’observateur est clairement surpris par ce qu’il voit.

A 0:24, l’objet effectue un changement d’altitude, petit mais très net, indiquant éventuellement qu’il fonctionne dans un environnement sous vide. Sa direction et sa vitesse restent inchangées malgré le vent de face continu de 200 km//h qu’il rencontre.

« Ce n’est pas [inintelligible] n’est-ce pas? »

À 0:27, l’objet commence une série de rotations distinctes et change d’orientation de près de 100 degrés. Son orientation est maintenant perpendiculaire au plan horizontal malgré les vents contraires. Cette manœuvre est exécutée d’une manière qui est incompatible avec les principes actuels de l’aérodynamique, et éventuellement indicative d’un environnement de vide. Lorsque la vidéo se termine, l’orientation et la performance de l’objet semblent défier les principes actuels de la physique y compris la résistance atmosphérique et les forces aérodynamiques normales. Pendant le changement d’orientation, il ralentit également jusqu’à un arrêt proche, mais ne change pas d’altitude.

Un observateur déclare: « Regardez cette chose! »

Un autre observateur dit: « Il tourne ».

 

Implications

Avec la documentation de la chaîne de traçabilité, GIMBAL peut officiellement être désigné comme « preuve » crédible et authentique d’un PAN. Preuve d’un véhicule volant avec une forme normalement associée à quelque chose de la science-fiction. Actuellement, il n’y a pas d’autres technologies connues que nous pouvons comparer à ce qui est observé à la fois en performance et en conception. Ce qui signifie qu’un engin démontre des caractéristiques de vol différentes de ce que nous connaissons, comprenons ou dupliquons. Parce que nous ne pouvons pas reproduire ces caractéristiques de vol, nous pouvons conclure que l’objet utilise des technologies plus avancées que les nôtres.

GIMBAL n’est que l’une des nombreuses vidéos officielles obtenues par l’Académie TTS qui peuvent être interprétées comme une preuve crédible que la physique du vol avancé existe. Nous sommes également en train de recueillir des données supplémentaires auprès du personnel militaire et civil ainsi que des capteurs. La question maintenant se transforme de « Peut-on le faire? » en « comment cela est-il fait? ».

Traduction Jacky Kozan, le 18 décembre 2017
Vérification Dany Kozan, le 18 décembre 2017


Conférence-Divulgation
de l’équipe
« To The Stars Academy of Arts and Science »

Texte source original, transcription publiée le 11 octobre 2017 par Alejandro Rojas (Open Minds TV) membre de l’Académie d’Ufologie.

Traduction en Français de Jacky Kozan.

Voir la vidéo de la conférence

 

Tom DeLonge:

Au début de l’année, j’ai entrepris de faire quelque chose de très stimulant. Je voulais changer la perception sur un sujet extraordinaire qui a déjà été débattu depuis plus de 70 ans et franchement qui été juste de l’information. J’ai eu l’occasion rare de présenter mes idées à un dirigeant du Ministère de la Défense qui travaillait dans les programmes d’accès spéciaux dans une zone appelée Watertown également connue sous le nom de zone 51. Cette réunion a mené à de multiples rencontres clandestines à travers les États-Unis. J’ai appris trois choses: premièrement, il y a certaines choses qui n’auraient jamais dû être secrètes; deuxièmement, leurs secrets qui étaient justifiables à l’époque devraient maintenant être divulgués; troisièmement, il y a des choses qui sont si inimaginables que certains intérêts ne voudront jamais les rendre publics. Quand vous les connaîtrez, vous pourriez même être d’accord.

Et maintenant, laissez-moi vous présenter notre équipe et comment nous allons réaliser cette chose impossible. D’abord mes deux co-fondateurs, Jim Semivan, un espion de carrière, ancien du service de renseignement de la Direction des Opérations de la CIA, un stratège capable d’aider l’Académie To The Stars à naviguer parmi les nombreuses sensibilités impliquées avec le gouvernement ou avec d’autres qui pourraient éventuellement avoir ce que nous avons. M. Hal Puthoff est physicien théoricien et directeur de programme pour de nombreux programmes classifiés de la CIA et du Ministère de la Défense. Le Dr Puthoff est le créateur du programme d’espionnage psychique révolutionnaire de la CIA encore en usage à ce jour et sa science révolutionnaire traitant de l’ingénierie de l’espace-temps est cruciale pour potentiellement comprendre la technologie observée. Steve Justice dirige la division aérospatiale, le mois dernier, littéralement le mois dernier, Steve a terminé sa carrière en tant que Directeur des Systèmes Avancés chez Lockheed Martin Skunkworks et à ce jour Skunkworks est l’organisation aérospatiale de premier plan du gouvernement américain pour le développement d’avions avancés répondant à nos besoins urgents en matière de sécurité nationale. Il vous expliquera comment cette technologie peut révolutionner le monde. Luis Elizondo a littéralement terminé sa carrière au Département de la Défense en tant qu’officier supérieur des renseignements au bureau du Secrétaire à la Défense il y a quelques jours et maintenant il est sur la scène avec nous. Il a été Directeur National du personnel de gestion spéciale du programme national. Pardonnez-moi, ces titres sont très longs, et il va construire des partenariats avec des endroits très sensibles pour nous aider à protéger la technologie que nous allons construire afin que nous puissions ensemble réaliser l’extraordinaire. Chris Mellon, président de la commission de politique de sécurité nationale et conseiller scientifique de la TTS Académie, a une longue carrière au DPD en tant que sous-secrétaire adjoint au renseignement à la défense et directeur du personnel au comité de renseignement du Sénat. En fait, Chris a participé à l’examen de plusieurs des activités les plus sensibles de notre pays au cours de sa carrière.Je l’ai rencontré un jour après un appel spontané et il s’est avéré être un stratège incroyable, notre guide principal à Washington D.C. et un ami très cher. Assurez-vous de partager cette publication parce que tout le monde veut entendre ce qu’il a à dire, Chris.

Chris Mellon:
Merci beaucoup.

Je suis ravi d’être ici pour faire partie de cette équipe. Je commencerai par expliquer pourquoi combiner la science et le divertissement dans une seule entreprise. Quelle est l’unité sous-jacente de ces activités distinctes? Il y a deux méthodes principales que nous avons utilisées pour apprendre et comprendre le monde. Le premier est à travers des histoires et le second est l’enquête rationnelle. Il n’y a rien de plus omniprésent chez les humains que la narration. Nous avons besoin d’histoires pour raconter nos expériences transmettre de l’information et mieux comprendre le monde. Nous avons adapté notre histoire aux nouvelles technologies, mais la technologie vitale, la fonction essentielle de la narration reste la même. L’enquête rationnelle ou la méthode scientifique est l’autre moyen principal que nous utilisons pour donner un sens au monde. Mais la narration et l’enquête rationnelle doivent travailler main dans la main pour le bénéfice de la société et ce sont les hémisphères droit et gauche de notre cerveau qui travaillent ensemble. Un analytique et l’autre intuitif en holistique. Albert Einstein a identifié l’unité sous-jacente de l’art et de la science quand il a dit: « La plus belle chose que nous puissions expérimenter est que le mystère est la source de tout art véritable en science. » Maintenant, permettez-moi de parler de ce qui nous semble urgent, en connexion avec notre double mission. Il y a exactement soixante ans, ce mois-ci, l’ex-Union soviétique a annoncé avec fierté son succès en mettant en orbite le premier satellite fabriqué par l’homme. Les nouvelles fomentaient une anxiété intense dans le contexte de la guerre froide, mais l’Amérique était stimulée et entrait avec enthousiasme dans une ère connue sous le nom de course à l’espace. La Conquête de l’Espace a rencontré l’imagination du public et nous avons choisi d’atteindre la Lune. Spoutnik était un tir indésirable, mais il a déclenché un boum dans la science et l’ingénierie et les inscriptions aux cours de sciences et d’ingénierie ont explosées en même temps que le public a dévoré les livres, de fiction ou non, sur l’exploration spatiale utilisant ces média pour traiter les ramifications de l’ère spatiale.

Imaginez un instant que Spoutnik soit resté un secret connu seulement de l’Union Soviétique et peut-être d’un petit groupe de la CIA. Il n’y aurait pas eu de tollé ou de débat public. Ce grand coup de pouce à l’exploration spatiale n’aurait pas eu lieu si le public était resté ignorant de Spoutnik en raison d’un secret excessif. Cela surprendra sans doute le public d’apprendre que nous nous retrouvons une fois de plus dans une course à l’innovation technologique. Permettez-moi de vous raconter une histoire dans l’espoir de clarifier les choses. Nous sommes actuellement à 10 milles du port d’attache de l’USS Nimitz, un navire de guerre de cinq milliards de dollars avec un équipage de plusieurs milliers de personnes. C’est l’un des principaux atouts de la marine américaine. Imaginez que Nimitz opère au large de la côte de San Diego par une brillante journée ensoleillée escortée par l’USS Princeton, un croiseur de classe Aegis qui protège les groupes de combat des transporteurs en utilisant le système de défense aérienne naval le plus sophistiqué au monde.

Imaginez que ces navires s’engagent dans un exercice d’entraînement de routine lorsqu’un appareil non identifié, avec une petite surface équivalente de réflexion, apparaît sur le radar en direction du groupement tactique. L’avion n’a pas de transpondeur, ne répond pas aux appels radio. L’USS Princeton contacte deux F-18 déjà en altitude pour intercepter la cible. Alors que les deux F-18 s’approchent, les quatre aviateurs voient que l’objet n’a ni ailes ni échappement. Il est blanc, oblong, d’environ 12 mètres de long et peut-être de 4 mètres d’épaisseur. Un pilote poursuit le vaisseau alors que son ailier reste en altitude. Les pilotes sont étonnés de voir l’objet se réorienter soudainement vers le F-18 en approche. Dans une série de discrètes manœuvres acrobatiques qui semblent défier les lois de la physique.

L’objet prend position directement derrière le F-18. La caméra de poing du pilote capture des images et l’émission infrarouge de l’objet. Ils sont dépassés par une technologie qu’ils n’ont jamais vue. Craignant pour leur sécurité et à court de carburant, huit équipes sont revenues au Nimitz. L’objet étrange est resté dans les environs du Nimitz pendant des heures, surveillé par l’USS Princeton et le radar de bord d’un avion Navy E-2 Hawkeye. À un moment donné, l’objet s’élève à 26 000 mètres, est resté stationnaire, puis est descendu à une vitesse supersonique jusqu’à l’arrêt complet à seulement 15 mètres au-dessus de l’océan où il a repris son vol stationnaire. D’autres F-18 ont été envoyés mais avec des résultats similaires. L’engagement s’est produit en plein jour, la machine secrète a évité facilement les F-18. Des dizaines de militaires à bord des différents avions et navires impliqués sont au courant de ces interactions.

Gardez à l’esprit que les aviateurs navals sont les meilleurs observateurs possibles. Tous ont des autorisations top secret. Tous sont testés sur la drogue, sont d’ardents patriotes, ont une excellente vision et comprennent l’aéronautique et l’aviation. De toute évidence, ce n’est pas un avion américain expérimental, alors à qui appartient-il? Comment a-t-il accompli ces exploits? Cette histoire peut ressembler à un film de science-fiction mais c’est une histoire vraie et loin d’être la seule de son genre. J’ai rencontré un des pilotes et confirmé l’affaire comme l’ont fait d’autres membres de l’équipe « To the Stars Academy ». Mais la vraie beauté de cette histoire est que vous n’avez pas à me croire sur parole ou même à celle de l’officier de la Marine qui a décrit ces événements dans un article, vous pouvez trouver sur le web en cherchant sur les OVNIS 2004 de Nimitz. Mieux encore, le gouvernement américain lui-même peut vérifier les événements impliquant l’USS Nimitz le 14 novembre 2004. La clé pour révéler s’il existe ou non des véhicules avancés avec des capacités bien au-delà de tout ce qui est fabriqué en Amérique est maintenant entre les mains de la presse et du public. Le président du Comité des Forces Armées et ses homologues et d’autres comités de surveillance du Congrès peuvent facilement demander un briefing pour confirmer la véracité de cette histoire et l’existence d’autres événements de même nature. Le Congrès a le droit d’examiner les documents générés par cet événement et de demander des informations au personnel militaire concerné. Si les comités de surveillance n’ont pas déjà été informés de cet événement et d’autres similaires, ils devraient l’être. Sinon, comment peuvent-ils évaluer adéquatement les menaces à nos forces et nos besoins militaires?

Il n’y a rien à prouver ici. Ce ne sont que des faits qui doivent être correctement évalués. Sans les faits, ni le Congrès ni notre démocratie ne peuvent fonctionner efficacement. Une fois que la vérité est connue, certaines inquiétudes seront certainement soulevées, mais l’imagination sera également stimulée par un intérêt renouvelé pour l’espace et la science qui aboutira inévitablement à la réaction de notre gouvernement et à la réponse de notre société. Mais nous ne pourrons relever le défi qu’une fois que le public aura pris conscience qu’un problème existe. Lever nos yeux vers les étoiles est une proposition constructive et unificatrice pour l’humanité à un moment de désarroi croissant. Nous sommes une société avec un but public et nous sommes tous sur la combinaison de la lumière de la raison et la passion de l’art pour stimuler de nouvelles pensées et découvertes. To the Stars Academy offre l’occasion de se lancer dans un voyage sans précédent de narration, d’exploration et d’innovation. C’est plus qu’une entreprise commerciale. C’est une aventure intellectuelle. Nous espérons que vous vous joindrez tous à nous.

Je vous remercie.

Tom DeLonge:
Pour ceux d’entre vous qui viennent de nous rejoindre du monde entier, je veux vous souhaiter la bienvenue. Aujourd’hui, nous annonçons à l’Académie des Arts et des Sciences une entreprise dédiée à repousser les limites de la science et de sa compréhension ainsi que celles de la compréhension du phénomène aérien.
Vous savez, je veux prendre une seconde ici…
Il y a quelques mois, des gens très importants de l’intérieur du gouvernement parlaient de quelqu’un que je serais peut-être un jour capable de rencontrer. Et je me souviens que les mots étaient: « vous, vous ne pouvez pas connaître son nom, mais si vous deviez connaître son nom, vous devriez le garder pour vous jusqu’au jour où vous mourrez ».
Et puis je me souviens qu’il y a eu une grande avancée quand nous avons commencé à faire référence à ce type par la lettre « L ». C’était il y a quelques jours. Cette personne a maintenant terminé sa carrière au Ministère de la Défense en tant que haut responsable du renseignement secret au bureau du Secrétaire à la Défense. Je pense que vous devez vraiment écouter attentivement ce qu’il dit. Et j’ai encore, même en travaillant jusqu’à aujourd’hui, les frissons quand vous, quand vous, quand vous… le dites. Alors je veux que vous rencontriez tous Luis Elizondo.

Luis Elizondo:
Merci Tom pour cette introduction très spéciale. Je m’appelle Luis Elizondo et en tant qu’agent du renseignement de carrière, je suis habitué à participer à des programmes de maintien de l’ordre en matière de sécurité nationale. Cela inclus être un agent spécial de contre-espionnage, un officier chargé d’affaires et un spécialiste du renseignement. Cependant, l’effort le plus intéressant auquel j’ai participé a été, de loin, le sujet des menaces aériennes avancées. Au cours de la dernière décennie, j’ai dirigé un programme sensible d’identification des menaces aérospatiales axé sur les technologies aériennes non identifiées. C’est dans cette position que j’ai appris que le phénomène est bien réel. Et maintenant, en tant que membre de « To the Stars Academy », nous vous apporterons nos observations. Pour commencer « To the Stars Academy » planifie de nouveaux outils et moyens passionnants qui vous permettront, ainsi qu’à d’autres, de prendre part efficacement à ce que nous faisons et nous vous permettrons de détecter, analyser, catégoriser et même faire de l’ingénierie sur les technologies restées inaccessibles jusqu’à présent. Une des nombreuses façons dont nous cherchons à accomplir ceci, c’est à travers une communauté d’intérêts, une sorte d’environnement virtuel. Cet environnement virtuel fournit une plate-forme pour la détection et la triangulation des événements de phénomènes en temps réel et permet une communication bidirectionnelle entre le public et notre équipe concernant ces informations. Mon travail consistera à travailler en tant qu’interface et interlocuteur dans la collecte de ces informations pour la Division Scientifique, ce qui nous permettra de collecter des données pour faire des analyses. Nous prévoyons également de fournir des images jamais diffusées à partir de vrais systèmes gouvernementaux américains, pas des photos amateurs floues, mais de vraies données et de vraies vidéos. Et nous invitons nos collègues du gouvernement, nos amis et la Défense à y participer régulièrement avec leurs propres constatations.
Un autre objectif de « To the Stars Academy » est le développement d’une application qui vous permettra de nous aider à « repérer les données critiques ». N’importe qui avec un téléphone portable pourrait être averti d’un événement survenant dans sa région. Ce qui en fait des contributeurs virtuels avec des millions de personnes documentant les événements quand ils se produisent réellement. « To the Stars Academy » est sur le point de nous réunir tous ensemble en nous permettant de franchir un nouveau seuil de compréhension et je suis franchement excité comme un diable à l’idée de faire partie de cet effort avec vous. Merci sincèrement pour votre temps.

Tom, c’est à vous.

Tom DeLonge:
Si vous venez de nous rejoindre, bienvenue à l’annonce en direct de « To the Stars Academy of Arts and Science ». Vous devez la partager, pour nous, et vous découvrirez pourquoi nous sommes ici. Je suis sur le point de faire ressortir l’un des ingénieurs aérospatiaux les plus accomplis de la planète.
La première fois que j’ai rencontré Steve Justice, j’ai eu l’occasion d’aller le voir à Lockheed Martin Skunkworks. Je me souviens d’avoir franchi ce poste de garde, il y avait une mitrailleuse… et ils ont d’abord pris mes empreintes digitales et tout ce genre de choses et ensuite j’ai pu passer devant la mitrailleuse. Et puis j’ai franchi cette porte qui était fermée par sécurité de l’intérieur puis une autre porte avec des codes électroniques et d’autres systèmes de sécurité. Je pénètre dans un long couloir où il y a comme des centaines de haut-parleurs qui le bordent avec juste un « bruit blanc » continu pour étouffer toutes les conversations (écouter un « bruit blanc »). Et puis il y a eu d’autres portes épaisses comme celles des coffre-forts avec ces verrous rotatifs. Vous entrez là-bas, il n’y a pas de fenêtres. Très peu de gens. Et c’est l’élite de l’élite des ingénieurs aérospatiaux qui construisent les trucs que franchement la plupart des gens pensent que ce sont des ovnis dans le ciel quand ils les voient. Je suis un enfant dans un magasin de bonbons et je partage la scène avec quelqu’un qui travaille sur les trucs les plus cool du monde. J’aimerais vous présenter le chef de notre division aérospatiale, Steve Justice.

Steve Justice:
Merci Tom. Quand Tom est venu me rendre visite à mon bureau, je voulais parler de musique rock, il voulait parler d’avions et nous avons donc dû faire travailler nos esprits pour imaginer ce que la discussion allait être. Je voudrais que vous vous remettiez en tête une minute ce que Chris et Luis vous ont dit et je voudrais que vous réfléchissiez aux personnes qui sont impliquées dans ça, comment elles ont été influencées par ce qu’elles ont vu, les témoins dont Chris a parlé et Luis lui-même. Et quand vous vous demandez comment vous pouvez dire que ce n’est pas réel. Pour moi, cela le rend réel et signifie qu’on peut le faire. Cela signifie qu’on peut le faire. Donc, si cela peut être fait, faisons confiance à leur position. OK… et l’une des choses que je veux faire est de comprendre quelles sont ces technologies dans ce véhicule observé et je veux construire cela. Je veux construire quelque chose qui stimule absolument l’imagination. Et « To the Stars Academy » est structurée pour faire exactement cela. La division scientifique de l’Académie est conçue pour sortir et collecter l’information. Connectez les points à l’intérieur. Vous savez maintenant que nous allons rassembler des sources partout et comme vous avez entendu Luis le dire, essayer de relier les points d’une manière que nous n’avons jamais pu le faire auparavant. Et la communauté d’intérêts que vous avez mentionnée sera critique pour cela. Et puis nous voulons essayer de comprendre exactement ce que cela signifie. La Division Aérospatiale va récolter les technologies et la compréhension de la Division des Sciences essayer de mener à bien et démontrer les technologies, construire des prototypes et même des systèmes de production qui peuvent changer la vie telle que nous la connaissons. Et enfin, il y a la division du divertissement dont Tom a parlé et dans laquelle vous allez faire ce voyage avec nous, vous y participerez avec nous et nous informerons tout le monde tout au long du chemin. Nous fournirons de l’éducation qui, espérons-le, va vous inspirer pour penser à l’avenir d’une manière très très différente. Quand il s’agit de façonner l’avenir, l’un des plus grands obstacles auquel vous êtes confronté est votre esprit.

Le meilleur exemple de ceci que je peux vous donner est un article que j’ai lu quand j’étais à l’université, j’ai conservé ce magazine, c’était un magazine de l’US Air-Force avec un article sur le vol de l’U2 (j’ai récemment rangé mes archives). Et donc je pensais à ce qui se passait en 1976 alors que je parcourais le magazine et il y avait cet article sur ce nouveau système magique appelé GPS qui expliquait qu’un jour, si les États-Unis mettaient vraiment l’accent sur la miniaturisation électronique, le soldat pourrait porter un sac à dos pesant 10 livres et coûtant 10 000 dollars, qui lui dirait où il se trouve sur la surface de la terre. Aujourd’hui nous en rions parce que nous avons quelque chose qui fait cela, qui tient dans notre poche de hanche et qui ne coûte que quelques centaines de dollars, mais c’est aussi un appareil photo. Oh et d’ailleurs ce système GPS peut aussi vous dire où aller avec des instructions verbales si vous êtes perdu. Mais c’est un appareil photo, c’est un téléphone et il peut vous connecter avec des informations dans le monde entier. Maintenant, si l’auteur de l’article l’avait écrit en 1976, il n’aurait pas été autorisé à l’imprimer. On lui aurait ri au nez. Et pourtant, nous sommes ici en train de rire à ce sujet. OK? Mais ce que nous faisons, c’est que nous regardons en arrière depuis le futur de l’auteur. Lui, se tenait dans son présent en regardant vers l’avenir et donc toute l’astuce est de libérer les limites qui sont dans votre tête pour vous projeter dans l’avenir. Et si vous pensez que vous n’êtes pas sensible à ces frontières artificielles, faites cet exercice avec moi. Si je vous demande de nommer différents types de vaisseaux (ship) et que vous pensiez a un porte-avions ou a un destroyer, vous êtes un adulte incroyablement bien éduqué. Donnez-vous un F (la note F). Si vous pensiez à un avion ou un vaisseau spatial, donnez-vous un C. Je ne vous ai pas demandé de nommer des choses qui flottent sur l’eau, je vous ai demandé de nommer différents types de vaisseaux, et si vous pensiez à « friendship », « ownership » ou a « relationship » donnez-vous A. Voyez comme notre esprit va choisir la facilité et ajouter des règles qui ne sont pas en place. Mais la clé de l’avenir est de ne pas mettre en place des règles qui existent déjà. Et puis, tentez cette chance et selon toute vraisemblance, si quelqu’un rit de ce que vous dites, vous, vous tenez dans l’avenir et regardez en arrière, quand nous avons aperçu ces technologies, qui maintenant nous disent qu’il y a peut-être moyen de les faire.

Nous devons faire évoluer ces analyses et réaliser ces technologies pour l’avenir. Donc, un exemple de ce que nous pouvons être en mesure de faire, de l’application de cette mesure, c’est aujourd’hui une génération de personnes qui n’achètent pas de voitures. Ils utilisent le transport à la demande dans les villes. Pourquoi avoir une voiture. Imaginez si c’était international. Vous pourriez aller n’importe où sur la surface de la terre en quelques minutes, « instantanément ». Maintenant vous avez supprimé ce paramètre de distance et de temps qui vous sépare de vos amis de l’autre côté de la Terre. C’est à mettre dans un contexte où nous aurions cette technologie aujourd’hui. Imaginez la rapidité avec laquelle nous pourrions obtenir des fournitures là où elles sont nécessaires lors de catastrophes naturelles, livrées directement dans les quartiers plutôt que de les envoyer à bord de navires, dans des camions au travers des chaînes d’approvisionnements pour les faire parvenir à l’endroit où il y en a réellement besoin.

Ne pensez-vous pas qu’une technologie comme celle-ci puisse changer l’avenir? Je veux que vous imaginiez cela il y a 15 ans. Quand vous l’imaginez, il y a 15 ans, vous ne saviez même pas que vous aviez besoin d’un smartphone et maintenant vous ne pouvez plus vivre sans. La technologie dont nous parlons va nous ouvrir les portes d’un avenir qui est difficile, voire impossible à comprendre aujourd’hui. Nous préparons le terrain, « To the Stars Academy » prépare le terrain pour ce futur. OK? Et définir un avenir de cette sorte est, pour nous, très difficile à appréhender. Cette citation que vous voyez à l’écran en ce moment, du Directeur du Bureau des Brevets en 1843, mentionne l’annonce que « peut-être nous arrivons à une période où l’amélioration humaine doit cesser ».
Comment osons-nous limiter artificiellement notre avenir? Comment ose-t-on faire ça?
Il va y avoir un tas de gens qui vont nous donner toutes les raisons pour lesquelles quelque chose ne peut pas être fait. On va nous dire que cela ne peut pas être fait. Nous devons nous attendre à rencontrer des obstacles à la fois réels et instaurés. Mais nous croyons en cette quête. Absolument. Et assurons-nous que nous ne sommes pas distraits par ceux qui vivent à l’intérieur de ces limites invisibles. Merci beaucoup pour votre temps. J’espère que vous vous joindrez à nous pour ce voyage.

Tom DeLonge:
Donc, pour tous les gens qui essaient d’absorber tout ce que nous faisons, vous savez que nous avons monté une vidéo qui résume tout cela en quelques minutes. J’espère que ce sera la clé pour en savoir plus sur ce qui se passe réellement ici. Donc, maintenant, nous aimerions vous montrer cette vidéo. Et j’espère que vous la trouverez aussi émotionnellement intrigante que je l’ai trouvée pendant que nous le faisions.

— Vidéo —

Tom DeLonge:
Avez-vous déjà eu le désir de regarder au-delà, à la limite de ce qui est connu et inconnu. Nous avons la chance de faire quelque chose de révolutionnaire qui, je le pense, n’a jamais été tenté auparavant. Qu’arriverait-il si je vous disais que j’ai trouvé un groupe de personnes partageant la même position au sein du gouvernement américain, de la CIA, au Ministère de la Défense, de groupes d’ingénierie aérospatiale les plus avancés de notre établissement de sécurité nationale? Des personnes qui ont des compétences et qui recueillent et décodent des informations insaisissables. Ils voulaient tous faire quelque chose d’ambitieux qui pourrait aider à changer la conversation à propos de qui nous sommes, à travers une recherche sans précédent de réponses qui peuvent propulser l’humanité vers l’avant.

Aujourd’hui, nous vous présentons « To The Stars Academy of Arts and Science », un premier partenariat transparent entre les domaines de l’ingénierie scientifique aérospatiale et du divertissement cinématographique, une collaboration avec des citoyens du monde entier pour explorer les limites de la pensée conventionnelle et viser les mystères de l’univers pour les utiliser afin d’aider à unifier l’humanité.

Chris Mellon:
L’humanité est regroupée autour d’un feu de camp entouré par les ombres de l’univers infini et froid. Tom et les autres personnes impliquées dans cette entreprise veulent prendre des torches dans le feu. Partons à l’aventure, dans la pénombre pour explorer ces zones limites et découvrir ce qui s’y trouve.

Tom DeLonge:
Et si on donnait aux scientifiques des ressources pour étudier les limites de la théorie traditionnelle. Nous pourrions enfin rassembler une étude unifiée provenant d’érudits religieux, d’archéologues, de théoriciens quantiques et même des ingénieurs aérospatiaux les plus avancés de la planète.

Dr Hal Puthoff:
La vérité est que maintenant nous savons. La physique qui a avancé que quelque chose comme le Warp Drive (la déformation de l’espace temps) n’est pas hors de question.

Chris Mellon:
« To the Stars » représente une opportunité d’aller au-delà des frontières normales de l’aérospatiale pour créer des produits que nous pouvons qualifier de révolutionnaires… et ça c’est un mot trop léger.

Jim Semivan:
Je suis très excité à ce sujet. Je pense que c’est une opportunité pour nous de prendre certains sujets, qu’il s’agisse de phénomènes aériens non identifiés ou de PES (perception extrasensorielle) ou de télépathie, et de vraiment aller au fond des choses.

Dr Hal Puthoff:
Dès le plus jeune âge, je me suis toujours intéressé à l’avant-garde de la physique, juste à la limite. Ces temps-ci la physique générale devance vraiment la science-fiction.

Luis Elizondo:
J’étais responsable de la menace aérospatiale avancée qui traite des phénomènes non identifiés très sophistiqués. Au cours des 10 dernières années, nous avons parcouru un long chemin dans la compréhension de notre place ici dans cet univers. Il y a de la physique que nous ne comprenons pas encore complètement, ce qui ne signifie pas qu’elle n’est pas réelle, mais simplement que nous n’avons pas la capacité de comprendre cette physique.

Chris Mellon:
Je pense que nous sommes tous frustrés par le fait que notre gouvernement et notre science conventionnelle négligent certaines des questions les plus intéressantes, provocatrices et potentiellement importantes qui existent.

Steve Justice:
L’une des choses que nous devons faire est de nous mettre au défi de nous tenir dans l’avenir et de regarder en arrière vers notre présent. C’est la clé des avancées. C’est la clé pour changer la vie telle que nous la connaissons.

Luis Elizondo:
Je pense que c’est dans notre nature de sortir, d’explorer et de rapporter ce que nous voyons. Le fait est que nous ne sommes pas nécessairement seuls.

Jim Semivan:
Ces choses sont réelles. Ces choses sont là dehors. Elles sont là depuis longtemps. Elles ne proviennent pas du gouvernement ou d’un autre gouvernement dans le monde. Elles nous appartiennent. Ce sont des choses qui sont arrivées aux gens tout le temps. Et ce sont des choses que nous devons explorer. Et nous devons enfin nous rassembler pour comprendre de quoi il s’agit.

Tom DeLonge:
Grâce à notre technologie de pointe, nos propres programmes de recherche et de développement avancés et nos expériences de narration uniques, notre objectif est d’introduire ces sujets non conventionnels ainsi que leur potentiel d’influencer positivement le monde, à travers un modèle qui innove, éduque et divertit, afin de présenter un message positif et unificateur à toutes les générations, dans chaque pays et chaque système de croyance et pour la croissance de la conscience que nous désirons tous, si nous commençons ici en ce moment.

Luis Elizondo:
Je crois vraiment que le moment est venu pour nous d’aller de l’avant et de commencer enfin à répondre à certains des mystères les plus profonds de la vie.

Dr Hal Puthoff:
Nous pouvons soit avancer lentement soit prendre ce point de vue et dire « OK », allons de l’avant. Essayons d’obtenir cette science du 21ème siècle, ce siècle.  »

Tom DeLonge:
C’est le moment où nous vous invitons, le public, à aider à construire un changement de paradigme dans le mouvement mondial et à le posséder avec nous. Ensemble, nous pouvons créer un véhicule qui nous pousse vers l’avant où nous pouvons espérer apprendre que nous sommes beaucoup plus spéciaux et beaucoup plus connectés les uns aux autres que nous ne pourrions jamais imaginer. Et… Nous sommes à l’Académie des Arts et des Sciences Stars une société d’intérêt public.

– Fin de vidéo –

Tom DeLonge:
Nous vivons à une époque où une nouvelle vision universelle de nous-mêmes est possible et la technologie révolutionnaire est enfin à notre portée. Si nous avons juste le courage de le saisir, au lieu d’essayer de lancer des satellites dans l’espace avec des lasers, ce que nous essayons de faire c’est de produire des films majeurs qui suscitent l’imagination des générations à venir. La règle doit être la même. Personne, un gouvernement ou une institution cachée ne devrait posséder cette information et cette technologie pour lui-même et nous devons sans cesse rechercher à accéder à l’information qui façonnera notre avenir. Regardez de très près les personnes ici présentes et voyez qui elles sont, prenez conscience de leur provenance et pensez aux réalités de ce que cette équipe a la capacité d’accomplir et de fournir si nous sommes complètement équipés. Faisons partie de l’histoire et rejoignez-nous en son début. Nous ne pouvons pas attendre et dépendre d’autres, qui dépendent eux-mêmes d’autres, qui vont le faire pour nous. Et vous avez la capacité de vous l’approprier dès le premier jour et de garder tout cela dans les mains du public.

Et c’est mon but ici. Vous pouvez vous joindre à nous sur une partie de cette question parce que c’est ce qu’il faudra pour que cela se produise. Et vous devez visiter le site Internet de l’Académie « To the Stars » et cliquer sur le bouton Investir pour en apprendre davantage sur la réglementation d’un financement participatif équitable et ce processus qui supprime l’intermédiaire et démocratise l’accès à la propriété d’actions. Aller à https://dpo.tothestarsacademy.com/, vous pouvez lire la circulaire d’offre, vous pouvez voir le plan d’affaires, vous pouvez voir les opportunités d’investissement et tous les risques liés à investir dans ce type d’aventure. Mais c’est peut-être la seule fois dans l’histoire que vous verrez l’un des plus grands ingénieurs aérospatiaux du monde, un haut responsable du renseignement de la CIA, deux anciens hauts responsables du Pentagone et un physicien expérimental du CRD (Comité de Recherche sur le Défense), faire un grand pas en confiance pour vous dire quelque chose.

Et je vous demande d’écouter très attentivement… Ces gars-là ont vraiment pris le risque de s’isoler et la seule façon d’en sortir est de le faire dans le domaine public et la seule façon de le faire c’est que si vous nous aidez, nous vous offrons la possibilité d’être au rez-de-chaussée du building du futur. Et ce n’est que le début. Il y a tellement plus à venir. Nous faisons l’histoire et je vous invite à être merveilleusement surpris par ce que nous avons en réserve. Merci beaucoup.

Traduction Jacky Kozan, le 23 octobre 2017
Vérification Dany Kozan, le 24 octobre 2017


Composition de l’équipe

de l’Académie des Arts & des Sciences « To The Stars »

Tom DeLonge
Président

Tom DeLonge est co-fondateur, président et directeur général par intérim de l’Académie des Arts et des Sciences « To The Stars« . À titre de Président de la société filiale « To The Stars Inc. » depuis 2015, il était principalement engagé dans le secteur du divertissement. Sa carrière s’étend sur plus de deux décennies et il a vendu plus de 25 millions de disques à travers le monde avec les groupes qu’il a co-fondés, Blink 182 et Angels & Airwaves. Avant de former la « TTS Academy« , M. DeLonge avait co-fondé Really Likeable People, Inc. (RLP), société mère de marques internationales de produits de consommation, dont Atticus Clothing et Macbeth Footwear et la plateforme de monétisation technologique Modlife. M. DeLonge s’est appuyé sur son contenu créatif primé qui couvre la musique, les livres et le cinéma pour créer To The Stars Inc. comme une entreprise de business en divertissement, verticalement intégrée, qui développe, produit et distribue des produits multimédias et des marchandises dans le monde entier.

 

Jim Semivan
Vice-président Opérations

Jim Semivan est co-fondateur et vice-président des opérations de l’Académie TTS. En 2007, après sa retraite en tant que membre du service de renseignement de la CIA (Central Intelligence Agency), M. Semivan a fondé le cabinet de conseil, JimSem1 LLC. Depuis sa retraite, M. Semivan a travaillé principalement pour JimSem 1, consultant pour la Communauté du Renseignement (IC, pour Intelligence Community) sur des sujets classifiés, notamment la formation du leadership de l’IC, la formation aux techniques d’espionnages de la CIA et les programmes de lutte contre les armes de destruction massive. M. Semivan a pris sa retraite de la Direction des Opérations de la CIA après 25 ans comme officier des opérations, à l’étranger et dans le pays. M. Semivan est titulaire d’une licence de l’Université de l’Etat d’Ohio et d’une maîtrise de l’Université d’État de San Francisco.

 

Dr. Hal Puthoff
Vice-président Science et Technologie

Le Dr. Harold E. Puthoff est co-fondateur et vice-président des sciences et de la technologie de l’Académie TTS. Depuis 1985, M. Puthoff a été président et chef de la direction de EarthTech International, Inc. (ETI) et directeur de l’Institute for Advanced Studies à Austin (IASA). Il a publié de nombreux articles sur les dispositifs à faisceaux d’électrons, les lasers et la propulsion spatiale et a déposé des brevets dans les domaines du laser, des communications et de l’énergie. Le parcours professionnel du Dr. Puthoff s’étend sur plus de cinq décennies de recherches à General Electric, à Sperry, à la NSA (National Security Agency), à l’Université de Stanford et à SRI International. Le Dr. Puthoff conseille régulièrement la NASA, le Ministère de la Défense et les services de renseignement, les entreprises et les fondations sur les technologies de pointe et les tendances technologiques futures. Il a obtenu son Doctorat de l’Université de Stanford en 1967.

 

Steve Justice
Directeur de la division aérospatiale

Steve est le directeur de la Division Aérospatiale de l’Académie TTS, chargé de diriger les efforts pour examiner les possibilités des sciences et technologies émergentes. Cette équipe travaillera à définir des systèmes avancés exploitant des technologies radicales, des prototypes dont les concepts sont prometteurs et développera des systèmes opérationnels qui feront voler en éclats la pensée conventionnelle. Il est entré dans l’industrie aérospatiale de défense en 1978 après avoir été diplômé du Georgia Institute of Technology. Après 31 ans, Stephen est le jeune directeur retraité du programme pour les systèmes avancés de Lockheed Martin Advanced Development Programs, plus connu sous le nom de « Skunk Works« . L’expérience de Stephen dans le domaine de l’industrie apporte à TTS Academy une compréhension approfondie de la définition de la stratégie, un développement technologique révolutionnaire, une conception avancée, le prototypage, la mise en service de systèmes et les programmes de planification et d’exécution utilisant un style de leadership qui inspire l’innovation.

 

Luis Elizondo
Directeur de la Sécurité Mondiale et des Programmes Spéciaux

Luis Elizondo est un officier du renseignement de carrière qui a l’expérience du travail avec l’armée américaine, le Ministère de la Défense, la Direction Nationale du Contre-espionnage et le Directeur du Renseignement National. En tant qu’ancien agent spécial responsable, Luis a mené et supervisé des enquêtes d’espionnage et de terrorisme hautement sensibles dans le monde entier. En tant qu’officier des cas du renseignement, il dirigeait des opérations clandestines dans toute l’Amérique latine et le Moyen-Orient. Plus récemment, Luis a géré la sécurité de certains portefeuilles sensibles pour le gouvernement des États-Unis en tant que Directeur de l’équipe spéciale de gestion des programmes nationaux. Pendant la dernière décennie, Luis a également dirigé un programme sensible d’identification des menaces aérospatiales axé sur les technologies aériennes non identifiées. La formation universitaire de Luis comprend la microbiologie, l’immunologie et la parasitologie, avec une expérience de recherche dans les maladies tropicales. Luis est aussi un inventeur qui détient plusieurs brevets.

 

Chris Mellon
Conseiller aux Affaires de Sécurité Nationale

Christopher Mellon est un investisseur privé, commentateur politique et président du comité scientifique du Musée d’Histoire Naturelle de Carnegie. Il a servi pendant 20 ans le gouvernement fédéral, notamment en tant que sous-secrétaire adjoint à la Défense pour le renseignement dans les administrations Clinton et Bush. En outre, il a travaillé plusieurs années au Capitole en tant que directeur du personnel minoritaire du Comité Sénatorial Spécial sur le Renseignement. À titre d’aide du sénateur William S. Cohen, il a rédigé la loi qui a établi le Commandement des Opérations Spéciales des États-Unis. Il est l’auteur de nombreux articles sur la politique et la sécurité nationale et le récipiendaire de plusieurs récompenses du Ministère de la Défense et des agences de la communauté américaine du renseignement. Il est titulaire d’un B.A. en économie de Colby College et une maîtrise en affaires internationales de l’Université de Yale.

 

Dr. Garry Nolan
Consultant en Technologies Génétiques

Le Dr. Garry Nolan est professeur « Rachford et Carlota A. Harris » au Département de Microbiologie et d’Immunologie de l’École de Médecine de l’Université Stanford. Il a été formé avec Léonard Herzenberg (pour son doctorat) et le récipiendaire du prix Nobel, le Dr. David Baltimore (pour son travail postdoctoral). Il a publié plus de 220 articles de recherche et est titulaire de 20 brevets américains. Il a été l’un des 25 meilleurs inventeurs de l’Université de Stanford et a été le premier récipiendaire du prix Teal Innovator (2012) du Ministère de la Défense. Le Dr. Nolan a été le fondateur et a siégé aux conseils d’administration de plusieurs sociétés de biotechnologie prospères. Il est titulaire d’une licence en génétique de l’Université Cornell et un doctorat en génétique de l’Université Stanford.

 

Dr. Paul Rapp
Consultant en fonctions cérébrales et cerveau

Le Dr. Paul Rapp est professeur de médecine militaire et d’urgence à l’Université des Services en Uniforme et Directeur du programme de recherche sur les blessures traumatiques. Il occupe également un second poste de professeur de psychologie médicale et clinique. Il a été rédacteur en chef de Physica et a siégé aux comités de rédaction de l’International Journal of Bifurcation and Chaos, de Chaos and Complexity Letters et de Cognitive Neurodynamics. Il a également obtenu un certificat de mention élogieuse de la CIA pour ses « importantes contributions à la mission du Bureau de la Recherche et du Développement ». Le Dr. Rapp a étudié à l’Université de l’Illinois et a obtenu des diplômes en physiologie (mineure en chimie, avec mention summa cum laude) et en génie physique (summa cum laude). Il a reçu un doctorat de l’Université de Cambridge, sous la supervision du professeur Sir James Lighthill au département de mathématiques appliquées et de physique théorique.

 

Dr. Norm Kahn
Conseiller en Sécurité Nationale et gestion de programme

Le Dr. Norm Kahn est actuellement consultant en sécurité nationale pour le gouvernement des États-Unis, en mettant l’accent sur la prévention de l’utilisation d’armes biologiques de destruction-perturbation massive. Le Dr. Kahn a eu plus de 30 ans de carrière au sein de la CIA, qui ont aboutis au développement et à la direction du programme d’armes antiterroristes de la communauté du renseignement. Le Dr. Kahn est le récipiendaire de la médaille de carrière distinguée dans le renseignement attribuée par la CIA et de la médaille du service distingué du renseignement attribuée par le Directeur National du Renseignements. Le Dr. Kahn est titulaire d’une maîtrise de biologie du City College de New York et d’un doctorat en océanographie de l’Université de Rhode Island.

 

Dr. Colm Kelleher
Consultant Biotech

Le Dr. Colm Kelleher est un biochimiste avec une carrière de recherche de vingt-huit ans en biologie cellulaire et moléculaire travaillant actuellement comme Directeur Sénior dans le secteur de l’aérospatiale. Il a été Directeur de laboratoire de la société de biotechnologie Prosetta Corporation, où il a dirigé plusieurs programmes de découverte de médicaments à petites molécules axés sur des virus intéressants pour le Ministère de la Défense des États-Unis. Il a travaillé pendant huit ans comme directeur adjoint de l’Institut National des Sciences de la Découverte (NIDS), un organisme de recherche utilisant la méthodologie de la médecine légale pour dénouer les anomalies scientifiques. De 2008 à 2011, il a été administrateur adjoint d’un programme d’évaluation des menaces, financé par le gouvernement américain et axé sur la technologie aérospatiale avancée. Le Dr. Kelleher est l’auteur de plus de quarante articles scientifiques examinés par des pairs en biologie cellulaire et moléculaire, en immunologie et en virologie, ainsi que de deux livres à succès, « Hunt for the Skinwalker » et « Brain Trust« . Il est titulaire d’un doctorat en biochimie de l’Université de Dublin, Trinity College.

 

Dr. Adèle Gilpin
Recherche biomédicale et avocate

Le Dr. Adèle Gilpin est une scientifique ayant une expérience universitaire en recherche biomédicale et c’est une avocate active licenciée. Elle a fait partie de la faculté de l’École de Santé Publique Johns Hopkins Bloomberg, de l’École de Médecine de l’Université du Maryland et du Medical College of Pennsylvania. Elle a enseigné la biostatistique, l’épidémiologie, la conception et la conduite d’essais cliniques. Le Dr. Gilpin a dirigé une équipe internationale de scientifiques et de médecins dans la conception et la mise en œuvre de deux programmes multi-projets qui ont été récompensés ensemble par 10 millions de dollars attribués par le NIH (première agence de santé publique aux USA) pour la conception et la réalisation de plusieurs essais cliniques. Sa pratique du droit réglementaire se concentre sur les produits réglementés par la FDA tels que les dispositifs médicaux et les produits pharmaceutiques et sur le droit de la recherche. Depuis la création du programme en 2007, le Dr. Gilpin a collaboré au programme de recherche sur les traumatismes du Ministère de la Défense à l’Université des Services en Uniforme des sciences de la santé. Elle a reçu le prix E. Randolph William pour son service pro bono exceptionnel en 2009 et en 2011. Elle a reçu ses maîtrise et doctorat à l’Université de Temple (psychologie, psychologie quantitative) et d’un J.D.(Juris Doctor) du Georgetown University Law Center (avec la mention cum laude).

Traduction Jacky Kozan, le 19 octobre 2017
Vérification Dany Kozan, le 19 octobre 2017