La stigmatisation sociale à propos des phénomènes inexpliqués ralentit la progression de l’humanité.

Pourquoi la stigmatisation sociale à propos des phénomènes inexpliqués
ralentit la progression de l’humanité.

Un article de Luis Elizondo pour Medium.
13 septembre 2018

Comme la plupart des systèmes biologiques sur cette planète, les humains sont largement motivés par l’auto-préservation et l’évitement des conflits.

En tant qu’espèce, nous avons tendance à éviter de nous associer à tout ce qui pourrait nous isoler du grand groupe, qui pourrait nous faire paraître étranges ou qui pourraient attirer une attention négative de nos pairs.

Essentiellement, la stigmatisation se traduit par une paralysie de la communication.

Et si rien n’est fait, elle exerce une influence effrayante sur la société et les générations. Cela est vrai, que nous essayions de trouver la cause des maladies, des raisons de changement environnemental ou des amorces de conflit mondial.

Tout au long de l’histoire, en tant que société, nous avons parfois trouvé plus commode et plus socialement acceptable d’ignorer des sujets inconfortables. Les résultats ont souvent été catastrophiques à la fois pour notre fibre morale et pour la santé de notre espèce. La stigmatisation concernant certaines conditions psychologiques a déjà conduit à une peine d’emprisonnement à perpétuité et à des lobotomies forcées simplement parce que la stigmatisation empêchait les familles d’avoir une conversation sur la maladie mentale.

Il y a eu une stigmatisation sociale similaire au cours des dernières décennies autour du thème des Phénomènes Aériens Non Identifiés (PAN) ou OVNIS – un sujet qui a été relégué aux théoriciens du complot, aux méchants films de série B et à l’oncle étrange auquel personne ne veut plus parler. Comme ce fut le cas pour d’autres sujets qui suscitent la stigmatisation, de nombreuses personnes préfèrent regarder autrement que d’être associées à ce qui a été qualifié de « fou » ou de « limite ».

Lorsque j’ai été nommé Directeur du programme d’identification des menaces aérospatiales avancées (AATIP), mes collègues et moi-même avons eu assez d’expérience pour savoir avec une certitude absolue qu’il existe des PANs. En outre, ceux-ci ne semblent pas se soucier de savoir si nous y croyons ou non et ils sont ici avec ou sans notre permission.

Comment pouvons-nous avoir une conversation honnête sur la sécurité nationale et l’humanité si nous ne pouvons même pas aborder le sujet d’une menace ou d’une opportunité potentielle?

Prenons l’exemple de la culture pop. Dans la célèbre série Harry Potter, le sorcier maléfique Voldemort est si vil que les autres sorciers ont peur de prononcer son nom. L’idée est que si vous ne mentionnez pas son nom, cela minimise la menace et le rend moins réel. Mais ironiquement, la stigmatisation de son nom ne fait que le rendre plus puissant.

Refuser de reconnaître les PANs dans notre espace aérien n’est pas différent.

Si nous ne surmontons pas la stigmatisation sociale concernant les PANs et si nous ne les prenons pas en compte, nous pourrions nous retrouver du mauvais côté de l’histoire. Seulement, dans ce cas, nous ne parlons pas de fantaisie et de magiciens, nous parlons de réalité et de sécurité nationale.

Voici pourquoi nous ne pouvons pas nous permettre de laisser la stigmatisation conduire nos peurs et enterrer nos têtes dans le sable:

La stigmatisation sociale entrave les processus gouvernementaux.

La stigmatisation sociale est souvent le résultat de la peur concernant des sujets sans réponses et mal compris. Le Projet Blue Book fournit un exemple utile.

De 1952 à 1969, l’US Air Force a mené une série d’études sur les PANs. Les objectifs du projet Blue Book étaient de déterminer si les PANs étaient une menace pour la sécurité nationale et d’analyser scientifiquement les données relatives aux ovnis. Pendant 17 ans, le Projet Blue Book a compilé des rapports de dizaines de milliers d’observations d’OVNIS, classant 700 de ces incidents comme « non identifiés ».

En 1966, l’armée de l’air a demandé à un autre comité, dirigé par le Dr Edward Condon, d’examiner ces observations. Deux ans plus tard, ils ont publié le « rapport Condon », qui concluait que les observations qu’ils avaient examinées ne montraient aucun signe d’activité inhabituelle. Cela a incité l’armée de l’air à fermer le projet Blue Book l’année suivante.

Lors de son démantèlement, le projet a annoncé que, malgré près de mille observations non identifiées, il n’y avait aucune preuve de phénomènes extraordinaires dans notre espace aérien.

Ces conclusions méprisantes dans les versions publiques du projet Blue Book et du rapport Condon n’étaient tout simplement pas étayées par les faits. Il y avait des centaines de témoignages crédibles d’observateurs formés par des observateurs qualifiés dont beaucoup, qui avaient des habilitations de sécurité de haut niveau, avaient été témoins de ces objets. Notre pays a mis des personnes sur la chaise électrique en se basant sur les témoignages de deux témoins seulement, qui n’étaient pas particulièrement formés à l’art de l’observation.

Comme c’est le cas avec d’autres sujets controversés, ces preuves vérifiables ont été supprimées et diluées en raison de la stigmatisation entourant le sujet des PANs.

Mais il y a toujours deux côtés à un argument.

Au moment des enquêtes, le gouvernement des États-Unis était en pleine guerre froide et en toute justice, il ne pouvait pas se permettre d’être distrait par une chasse aux oies sauvage pour laquelle il n’avait aucune réponse. Tant que les Américains n’étaient pas attaqués par ces phénomènes inhabituels, l’attention était très justement placée sur des questions plus tangibles. Je ne suis pas nécessairement d’accord avec cet état d’esprit, mais je le comprends.

La stigmatisation auto-imposée aggrave souvent le problème.

Les tabloïds et les médias sociaux n’ont certainement pas aidé la question de la stigmatisation. Ces médias fournissent fréquemment à leurs consommateurs des histoires sensationnelles qui ne font que renforcer la stigmatisation à propos de certains sujets.

La montée des médias sociaux signifie que maintenant, tout le monde a une voix.

Mais beaucoup de ces voix sont moins motivées par la vérité et cherchent plutôt à diffuser leurs propres programmes. Une simple recherche sur Google concernant le programme que j’ai déjà aidé à exécuter, AATIP, se traduit par des centaines de résultats, dont beaucoup proviennent de sites prétendument réputés et de sources « Deep-State » (Etat Profond). Ces sites sont gérés par les mêmes personnes qui prétendent avoir une connaissance approfondie des PANs, mais qui n’ont jamais fourni la moindre preuve qu’ils ont accès aux initiés du gouvernement.

Mais tous les sites de médias sociaux, ou les chaînes Youtube, ne se trompent pas. Les sites qui mettent l’accent sur la collecte de données, les faits et l’objectivité sont généralement sur la bonne voie. Étonnamment, certains sites semblent bien comprendre la nature bizarre des phénomènes et quelques sources d’information bien placées. Un exemple spécifique que j’ai trouvé est « UFOJesus », une chaîne YouTube humoristique qui semble avoir des informations et des idées crédibles.

Peu importe le moyen, une conversation franche et honnête est essentielle pour avancer en tant que société.

Surmonter la stigmatisation est la clé de notre survie en tant qu’espèce.

S’il y a une chose que la nature nous a montré à maintes reprises, c’est que soit nous nous adaptons, soit nous disparaissons.

En tant qu’espèce, il est essentiel de comprendre les choses que nous ne pouvons pas expliquer, pour survivre. Et cela signifie être ouvert aux nouvelles idées, possibilités et données. Cela a toujours été ainsi, datant de l’époque où l’humanité vivait dans des grottes. Si vous entendiez quelque chose qui rodait alentours, vous deviez enquêter. Si vous ne l’aviez pas fait, vous et votre famille n’auriez pas été au courant que c’était un prédateur potentiel.

En même temps, un animal errant à l’extérieur de votre caverne pourrait également signifier de la nourriture, ce qui permettrait à votre famille de rester en vie et de prospérer. Si vous étiez resté dans la grotte et que vous ne vous soyez jamais aventuré à l’extérieur, vous auriez pu survivre à la nuit mais probablement pas à long terme.

En ce qui concerne les OVNIs, ignorer l’inconnu est tout aussi dangereux car cela pourrait signifier ne pas saisir les opportunités et les nouvelles compréhensions.

En tant que société, nous devons reconnaître que la stigmatisation ne sert qu’à garder la tête dans le sable. Notre avenir dépend de la transparence et de la vérité.

Suivez Luis Elizondo sur Medium .

Traduction Jacky Kozan le 17 septembre 2018

Ovnis – Que savons-nous après 50 ans?

Ovnis – Que savons-nous après 50 ans?

Une publication du MUFON

17 août 2018

 

1 – les ovnis sont réels

2 – nous ne sommes pas seuls dans l’univers … nous ne l’avons jamais été

3 – selon les données que nous recueillons, notre univers « grouille de vie »,
cette vie peut provenir de plusieurs endroits
et existe sous de nombreuses formes.

     Lieux d’où peut provenir cette vie :

1 – de quelque part dans notre univers connu

2 – d’autres univers que nous ne pouvons pas voir

3 – d’êtres inter-dimensionnels

4 – d’autres lieux dans l’espace et le temps

5 – d’espèces indigènes de cette planète vivant peut-être sous terre ou sous nos océans

6 – voyageurs du temps

7 – anges et démons

8 – et quelques autres inconnus de nous …

      Aucune de ces hypothèses ne s’excluent mutuellement,
c’est-à-dire qu’elles peuvent toutes être vraies simultanément.

4 – La chose importante

Le phénomène ovni mérite une étude scientifique, car des percées énormes vont êtres réalisées si nous autorisons nos scientifiques et nos ingénieurs à la faire sans crainte de ridicule; des percées scientifiques, technologiques et sociologiques pour n’en citer que quelques unes.

L’avenir de l’humanité en dépend.

Traduction de Jacky Kozan, le 09 septembre 2018

Ce document peut être téléchargé au format « .pdf »

OVNIs, risque pour la sécurité nationale et opportunité pour le progrès

Pourquoi les phénomènes aériens non identifiés
constituent-ils un risque pour la sécurité nationale
et aussi une opportunité pour le progrès?

4 septembre 2018

Source

Par Luis Elizondo pour le blog Medium

Directeur des Programmes Spéciaux de To The Stars Academy of Arts & Sciences
Ancien Directeur de l’AATIP
pour le Ministère de la Défense du gouvernement des USA

Une carrière de travail de renseignement pour le gouvernement des États-Unis m’a appris une leçon essentielle: la sécurité nationale ressemble beaucoup à une partie d’échecs. Vous devez anticiper chaque mouvement de votre adversaire afin de garder une longueur d’avance.

La divulgation de votre stratégie sera utilisée contre vous. Mais si vous reconnaissez certaines opportunités, vous pouvez gagner le match.

Lorsque je dirigeais le Programme d’identification des menaces aérospatiales avancées (AATIP) du gouvernement, je travaillais avec une équipe pour déterminer si une pièce d’échecs particulière – en l’occurrence, une technologie aérienne inconnue – était une menace pour nous, de notre côté du jeu d’échecs

Si c’était le cas, nous devions savoir comment le contrer.

Étant donné que le gouvernement considère les phénomènes aériens non identifiés (PAN) comme un problème potentiel de sécurité nationale, ils sont secrets par nécessité. Le gouvernement ne veut révéler aucune information à un ennemi potentiel.

Mais il y a des risques à garder ces informations classifiées.

Qu’en serait-il si la personne qui a appris à maîtriser le feu ne l’avais jamais partagée avec la génération suivante, ou si la personne qui a inventé le télescope l’avait jeté quand il a eu fini de l’utiliser. Et si le créateur de la roue avait décidé que c’était trop de travail pour que d’autres en construisent et qu’il ait décidé: « – Oubliez ça! » ?

En tant qu’espèce, nous sommes censés évoluer. Et nous avions besoin de ces progrès pour arriver là où nous en sommes aujourd’hui. Des rapports de vaisseaux étranges avec des propriétés apparemment inexplicables circulent au sein du gouvernement des États-Unis depuis au moins 70 ans , ce qui suggère qu’ils ne s’en vont pas. Il y a « quelque chose là dehors ».

Déclassifier certaines informations sur les PANs et les partager avec le public pourrait mener à de nouvelles découvertes technologiques, à de nouvelles formes de recherches médicales et à une vision plus large de la façon dont l’humanité comprend la réalité.

Voici pourquoi:

Un gouvernement doit présumer que tout est une menace jusqu’à preuve du contraire.

Pour déterminer si une entité inconnue est amie ou ennemie, le gouvernement américain examine les facteurs, notamment les capacités, les intentions, les vulnérabilités et l’exploitabilité. Un examen attentif de ces facteurs révèle à quel point les PANs sont peu compris.

Les progrès de notre compréhension de la physique au niveau quantique nous ont permis de jeter un peu de lumière sur la science potentielle derrière les PANs. Mais ces progrès nous ont également montré que les PANs étaient également dotés de connaissances techniques supérieures.

Si ces capacités tombaient entre les mains d’un adversaire étranger, cela changerait la donne.

De même, les intentions des PAN ne nous ont pas encore été expliquées. Il pourrait y avoir un certain nombre de raisons à leur présence, allant de la curiosité pacifique à la recherche d’une préparation d’un espace de combat. Les possibilités sont nombreuses.

Les vulnérabilités du protocole PAN restent toutefois un mystère complet. Certains ont émis l’hypothèse qu’il existe une corrélation entre les PANs et nos capacités nucléaires, tandis que d’autres ont suggéré que les impulsions électromagnétiques générées par le nucléaire constituent une faiblesse potentielle.

Quoi qu’il en soit, nous ne savons toujours pas lesquelles de nos vulnérabilités pourraient intéresser les PANs. En ce moment, c’est une conjecture.

Du point de vue de la sécurité nationale, l’exploitation est le Saint-Graal des efforts. Il est essentiel de déterminer si la technologie PAN peut être rétro-analysée et utilisée à notre avantage, mais nous ne pouvons pas exploiter cette technologie à moins de la comprendre.

En ce qui concerne les PANs, les États-Unis en savent moins que prévu et peut-être beaucoup moins que nos adversaires.

Les récompenses potentielles l’emportent sur les risques.

Il y a toujours un risque en ce qui concerne la communication des problèmes de sécurité nationale au public. Mais c’est subjectif. L’importance de ce risque dépend de la personne à qui vous demandez.

Si vous demandez à un chef militaire, par exemple, ils diront que le secret gouvernemental concernant les phénomènes aérospatiaux avancés est crucial, car vous voulez éviter de diffuser vos capacités et vos intentions à votre ennemi potentiel.

Un politicien verrait les PANs complètement différemment. Ils peuvent demander: « – est-ce quelque chose que les électeurs potentiels ont besoin de savoir ou est-ce que la dissimulation fera perdre la foi à mes électeurs? Comment cette discussion affecte-t-elle les électeurs et ma capacité à les représenter? »

Un personnage religieux, en revanche, serait probablement plus concerné par les implications religieuses et philosophiques que les PANs pourraient avoir sur sa foi.

Il existe d’innombrables exemples à travers l’histoire d’individus contestant les systèmes de pouvoir dominants avec des idées scientifiques radicales.

Lorsque Galilée a déclaré à l’église il y a des centaines d’années que la Terre n’était pas le centre du système solaire, par exemple, ils l’ont presque tué pour cela.

En tant que personne sans programme politique ni religieux, je suis libre de dire que les avantages l’emportent sur les risques dans cette situation. Par exemple, en décembre 2017, notre équipe de To The Stars Academy of Arts & Sciences a contribué à la diffusion de séquences militaires américaines de PAN. Aucun gouvernement n’a implosé, aucune religion n’a été dissoute.

Comme Galileo, notre mission est simple. Recueillir et diffuser la vérité sur l’inconnu. Tant que les risques ne compromettent pas la sécurité nationale, les avantages peuvent profiter à tous.

Les vérités scientifiques aident à faire avancer la société.

À ce stade, il n’est pas question de se demander si les PANs sont là dehors – ils sont là. Les gens peuvent choisir de continuer à vivre avec la tête enfouie dans le sable ou ils peuvent adopter une approche proactive du phénomène.

Il y a des siècles, lorsque l’espèce humaine s’est trouvée pour la première fois au bord de la mer et a envisagé de naviguer au-delà de l’horizon, le chœur a crié: « Vous êtes fou! Vous allez tomber de la terre! Il y a des monstres marins »!

Mais maintenant, au 21ème siècle, les gens voyagent à travers les océans chaque jour. Ce que nos ancêtres pensaient être des monstres marins sont de grands requins blancs, des baleines bleues et des calmars géants. Il s’avère qu’ils ne sont qu’une autre partie de notre environnement naturel.

Une fois que les gens se sont engagés à découvrir la vérité pour eux-mêmes, ce n’était plus mystique, c’était juste la nature.

Mais comme les processus gouvernementaux exigent le secret en ce qui concerne les informations classifiées, les fausses connaissances sur les PANs se propagent rapidement. Le secret habilite les gens qui vendent leur huile de serpent et les YouTubers tirent profit de leurs récits mal informés sur les ovnis. Bientôt, les gens vont commencer à croire qu’Elvis vit sur un vaisseau mère – tout comme ils croyaient que vous pouviez tomber du bord de la Terre.

Plus les gens auront de connaissances, mieux ils seront capables de maîtriser leur propre destin et de ne pas être pris en otage par les monstres de leur imagination.

Traduction Jacky Kozan, le 08 septembre 2018

Le document peut être téléchargé au format « .pdf »

Présentation du programme AATIP par Luis Elizondo au Symposium MUFON 2018

Luis Elizondo présente officiellement le programme AATIP et fait un état des lieux.

Une publication de TTSA du 30 août 2018

Présentation au Symposium du MUFON 
le 28 juillet 2018 à Cherry Hill, NJ

 

 

Voir la présentation de Luis Elizondo

 

Luis Elizondo

Ce que je voudrais vous présenter ce soir est juste un bref aperçu du programme. Un peu de l’histoire, de ce que c’est, de ce que ce n’est pas. Et puis peut-être, où est-ce que nous allons ensuite? Que faisons-nous? Comme vous le voyez ici, le programme d’identification avancée des menaces aérospatiales, c’est bien l’aérospatiale, je connais des gens qui ont dit l’aviation, certains du Pentagone ont dit l’aviation. AATIP. (Advanced Aerospace Threat Identification Program)

Une partie de la documentation qui a été publiée, pas par moi, a été rédigée en 2009 par des membres du Congrès et vous verrez clairement qu’il s’appelle en effet AATIP, Advanced Aerospace. Maintenant, pourquoi est-ce que c’est important? Je ne sais pas, peut-être que ce n’est pas important. Mais je pense qu’il est important que lorsque nous parlons ici de faits, ceci soit un fait. Je pense qu’il est important que nous parlions tous le même langage.

Dans ce cas particulier, le programme a réellement commencé à partir d’un autre programme. Nous allons voir cela ce soir. Le contrat axé sur AATIP est un truc assez lourd. Non, nous ne regardions pas les ballons. Non, nous ne regardions pas les drones. Nous ne regardions pas les avions. C’est réel. C’est ce à quoi les 22 millions de dollars de vos impôts ont été consacrés et il y a beaucoup de sujets. Je vais vous donner une minute pour y jeter un coup d’œil, certains des faits sont marquants, les effets humains. Qu’est-ce que ça veut dire « réduction de la signature? » Je veux dire, beaucoup de choses que vous voudriez regarder et dire: « – oui, cela concerne certainement le Ministère de la Défense« . C’est quelque chose qui intéresserait certainement le Département de Sécurité Nationale du Ministère de la Défense. Certains de ces trucs vous font gratter la tête et dire: « – Eh bien, est-ce c’est une mission du Ministère de la Défense?« 

Je vous proposerais oui, absolument, c’est le cas. Surtout quand vous essayez de protéger les aviateurs et lorsque vous essayez de protéger les marins et les soldats. Avant de passer à la diapositive suivante, je me suis concentré sur le titre 10, qui signifie Spécial Ministère de la Défense. Il y a une grande différence entre regarder les gens du Ministère et regarder le reste du monde. Quand ils vous demandent, avez-vous parlé à des civils? Avez-vous parlé à ces personnes? Non, nous ne l’avons pas fait. Nous nous sommes concentrés sur l’armée. Et en fait, c’était beaucoup. Ce n’est pas comme cela se produit entre les uns et les autres. Il y avait un volume important concentré là-dessus.

J’aimerais revenir sur cette diapositive pendant une seconde. Regardons tout en bas où nous disons: « étudier la légitimité des phénomènes actuellement observés ». Ceci est présenté aux niveaux supérieurs du Ministère de la Défense. Nous choisissons nos mots avec beaucoup de soin. Ils sont délibérés. Nous écrivons des mots exprès parce qu’ils signifient quelque chose. Lorsque vous parlez d’étudier la légitimité des phénomènes actuellement observés, actuellement, pas dans le passé… c’est ce que nous faisions.

Et encore une fois, nous allons ouvrir ce sujet aux questions, si quelqu’un en a. Je suis sûr que ce sera des questions sur les diapositives. Puis, bien sûr, on arrivera à: « -sont-ils réalisables par la compréhension actuelle de la physique et de l’ingénierie? Et si non, quelles recherches, études sont nécessaires pour y parvenir?« 

Qu’est-ce que toutes ces études distillent vraiment? Beaucoup d’entre vous ont entendu parler des cinq observables. Eh bien, c’est ce que vous regardez vraiment … Si vous regardez en haut à gauche, vous parlez d’une accélération instantanée. Vous avez beaucoup entendu cela, mais pourquoi, du point de vue du Ministère de la Défense, cela serait-il important? Eh bien, comme vous le voyez ici, c’est la vectorisation de poussée, la protection anti-G pour les pilotes, la maniabilité, la maniabilité améliorée, la capacité pour un avion de se rendre du point A au point B et de revenir ensuite au point A très rapidement sans avoir d’effets nuisibles sur l’homme à l’intérieur. Le suivant est la vitesse hypersonique. Encore une fois, du point de vue du Ministère de la Défense, vous pouvez imaginer pourquoi cela serait important. Cela signifie que mon personnel et mon équipement peuvent arriver très rapidement partout dans le monde. Dans le cas d’une invasion, l’ennemi ne peut pas aller aussi vite que moi et puis j’ai la capacité de bombarder le premier dans un environnement de type stratégique. Si vous allez en guerre contre un ennemi, mieux vaut savoir que vous pouvez frapper en premier.

L’autre est la faible observabilité. C’est un peu un oxymore quand on dit que c’est inobservable, mais c’était le cas. Du point de vue du Ministère, pourquoi cela serait-il important? Echantillon réduit. Si vous réduisez votre observabilité, vous réduisez votre échantillon.

Survivabilité, s’ils ne peuvent pas vous voir, ils ne peuvent pas vous frapper. Et puis il y a l’anonymat. Peut-être que vous ne voulez pas nécessairement annoncer que vous arrivez quelque part ou que vous allez faire quelque chose. Ce nouvel avion furtif et ce nouvel hélicoptère furtif dont tout le monde a parlé lors du raid sur Ben Laden. Whoa, c’est à qui ça?

Voyage multi-média. Pourquoi cela serait-il important? Encore une fois, vous voyez ici qu’il y a une surprise stratégique, ce qui signifie que vous avez maintenant un objet qui peut fonctionner dans l’air, dans l’eau ou dans l’espace. Ce qui vous donne probablement une certaine flexibilité en tant que cible. Et enfin, la domination du combat dans l’espace signifie que vous pouvez opérer dans pratiquement tous les environnements, à tout moment et en tout lieu.

Le dernier est la force d’ascension. Bien sûr, pourquoi cela serait-il important? Comme nous le voyons ici, nous examinons la perception des vols. Je n’ai pas besoin de bouger comme le fait un avion pour générer de la portance sous ses ailes. Ce serait un avantage énorme. Capacité de vagabonder, je peux rester sur la cible plus longtemps.

Enfin, mais pas le moins important, la diminution de la signature.

Ainsi, vous pouvez voir que ces domaines d’intervention sont vraiment centrés sur le Ministère de la Défense. Ils font partie de la mission principale du Ministère, à la fois dans une perspective défensive et dans une perspective offensive. Voilà comment ces cinq observables, dont on a vu les points communs, s’intègrent à la mission du Ministère de la Défense parce que certaines personnes vous demanderont: « – Pourquoi le Ministère de la Défense a-t-il regardé cela? La NASA ne devrait-elle pas le regarder? » Bien sûr, la NASA pourrait le regarder, mais nous aussi.

Les prochaines diapositives sont un peu l’histoire de l’AATIP. Je ne vais pas lire mot à mot mais juste paraphraser. Il y avait trois sénateurs. Le sénateur Reid, le sénateur Inouye et le sénateur Stevens, des bipartisans Républicains et Démocrates. Ils ont tous convenu qu’il y avait suffisamment d’informations pour justifier une étude plus approfondie des phénomènes. Avec le sénateur John Glenn, ancien astronaute, ils se sont réunis et ont commencé à se gratter la tête et à se demander quelle était la meilleure façon de le faire. Eh bien, au Congrès, vous donnez de l’argent à une organisation capable de faire quelque chose. Dans ce cas, l’argent a été fourni à une organisation appelée Defence Intelligence Agency (DIA). C’est un peu comme l’équivalent de la CIA mais pour la Défense.

L’argent est arrivé dans un petit bureau et le contrat initial s’appelait AAWSAP (Advanced Aerospace Weapons System Application Program – Programme d’application du système d’armes aérospatiales avancées). Beaucoup de gens diront: « – Eh bien, Lou, quand tu l’as su, pourquoi ne nous l’as-tu pas dit?« . Eh bien, la raison en est que je ne faisais pas vraiment partie de cela et que ce n’est vraiment pas à moi de discuter d’une mission et d’une organisation pour lesquelles j’étais vraiment faiblement motivé. J’ai été amené à mener des activités de contre-espionnage et de sécurité pour une organisation qui était en train d’évoluer vers autre chose.

Il y avait un autre directeur qui dirigeait ce programme, alors il serait hypocrite de dire simplement: « – Eh bien, l’AATIP est vraiment l’AAWSAP« . Eh bien, cela a évolué à partir de l’AAWSAP mais ce n’est pas l’AAWSAP et je pense que la documentation qui commence à apparaître sur les forum publics fait que les gens commencent à le réaliser. Ce n’était pas une tentative de maîtriser, de cacher ou de dissimuler la relation, je n’étais tout simplement pas qualifié pour en parler. Ce que je ne veux pas faire, j’espère que vous commencez à l’apprendre ici, c’est de fournir des informations dont je ne suis pas qualifié pour en discuter avec vous.

Il y a deux règles de base en ce qui me concerne à propos de ce programme :

– Je répondrai à toutes vos questions, mais il y a quelque chose dont je ne peux pas parler, à savoir des informations classifiées. Ne me demandez pas ce que je ne vais pas vous dire et si cela nécessite une réponse classifiée, je ne vais pas violer mon serment ni mon accord de non-divulgation avec le gouvernement américain. Mais, à part ça, je vais y répondre et si je n’ai pas de réponse, je vais vous dire que je n’ai pas de réponse et que je ne sais pas.

-Je serai aussi ouvert que possible car il y a des choses que je ne connais pas. En fait, il y a beaucoup plus de choses que je ne sais pas que de choses que je sais… mais ça va. C’est ce que nous devons continuer à chercher pour trouver des réponses et continuer à collecter les données, car les données finiront par se faire entendre. La vérité, elle est drôle. Elle parle toujours, parfois elle murmure, alors il faut vraiment écouter attentivement. Mais si vous écoutez assez fort, vous pouvez l’entendre parler.

Donc, c’est un peu l’histoire de cette diapositive ici. En 2008, le programme n’était vraiment que AAWSAP pour une période de temps très, très courte. Comme vous le voyez à la fin, en 2008, le programme commençait déjà à évoluer. Le portefeuille initial de AAWSAP était beaucoup plus large que le AATIP.

La décision a été prise, dès le début, que nous irions de l’avant et que nous concentrerions nos efforts sur les phénomènes spécifiques, en notant les observables et les identifiables. Que pouvons-nous regarder? Que pouvons-nous collecter? Que pouvons-nous signaler aux hauts dirigeants du Ministère de la Défense? Parce que c’est ce qui les préoccupe et ils essaient de supprimer des calculs autant de spéculations, de suppositions et de sous-entendus, que possible.

Donc, un peu plus d’histoire. Comme vous le voyez ici, de 2008 à 2009, il y a beaucoup de collecte en cours, à un point tel que nous sommes presque saturés de résultats et de données. Il devient tout à fait clair pour nous que ce portefeuille est beaucoup plus que ce que nous avions envisagé. En consultant cette lettre du Congrès de 2009 envoyée aux dirigeants du Ministère, je pense que le Congrès était également au courant, au point où nous craignions qu’il y ait une menace potentielle de contre-espionnage. Peut-être y avait-il des adversaires étrangers intéressés par ce que nous collections. Ça, c’est ce que nous avions collecté.

Vous voyez ci-dessous, les « éléments spécifiques du Ministère » de 2009 qui résistent à l’effort de divulgation. C’est un détail dont je n’ai vraiment pas beaucoup parlé. Vous savez, tout le monde manipule cette information différemment et au Ministère ce n’est pas diffèrent d’un forum public. Les gens ont leurs idées, ils ont leurs idées préconçues, ils ont des préjugés et ils ont leurs systèmes de croyance. En aucun cas, je n’ai le droit ou les qualifications pour dire à quiconque ce qu’il devrait ou ne devrait pas croire.

Mais il y a des gens qui ont beaucoup de conviction. Tout comme vous avez une conviction en ce moment en ce qui concerne le phénomène PAN-UFO, ils ont la même conviction aussi bien d’un point de vue théologique, que du leur. Et en fait, cela contredit ce que nous essayions de faire pour le meilleur ou pour le pire. Je ne dis pas que c’est bien, je ne dis pas que c’est mauvais, je dis simplement que c’est un fait qu’il y avait des éléments au sein du Ministère qui s’opposaient rigoureusement à ce que nous essayions de faire. Pas parce que les résultats n’étaient pas réels, mais parce que cela contredisait leur point de vue. C’est tout ce que j’ai à dire à ce sujet.

2013 à 7/2014. Vous voyez, où on présente ce que certaines personnes ont déjà dit par le passé… Et à propos, le Ministère de la Défense est une organisation fantastique, de vrais patriotes. Ce sont des gens qui donnent leurs … Ils sacrifient leur famille, leur gagne-pain et leur vie pour nous défendre. Donc, ceci n’est pas forcément une réussite pour le Ministère. Mais, quelquefois le Ministère… c’est une grande organisation. Parfois, ils n’ont pas nécessairement toutes les données devant eux.

Et donc, quand ils ont dit que le programme avait pris fin en 2012, le financement était bien jusqu’en 2013. Après 2013, il y a eu d’autres moyens de financement, pour 2013 et 2014. Maintenant, je n’entrerai pas dans les détails de ce qui est arrivé à ces financements. Le financement est effectivement arrivé. En fait, il a été ré-acheminé vers une autre organisation parce que le langage était vague et nous avons donc été obligés de continuer le programme avec un minimum de fonds.

Maintenant, les gens disent: « – Le financement se tarit, l’organisation et le programme aussi. » Ce n’est pas vrai. Combien d’entre vous ont déjà servi dans l’armée ou servent dans l’armée? Vous savez, en tant que bon soldat, lorsque vous avez reçu une mission, vous avez reçu l’ordre de garder votre poste, vous gardez vos postes jusqu’à ce que vous soyez libéré de cette responsabilité. Eh bien, cet ordre n’est jamais venu pour nous et au Ministère de la Défense, il y a toujours une trace écrite.

Lorsque vous créez une organisation, il y a une trace papier. Lorsque vous supprimez une organisation, il y a une piste papier. Vous n’en trouverez pas pour ce programme. Je pense que c’est très important que les gens comprennent que le programme n’a jamais vraiment disparu. Bien sûr, le financement pour 2013 a disparu, mais le programme n’a jamais disparu. On ne nous a jamais dit: « Vous n’êtes plus obligé de garder votre poste. » En 2017, un gars prend une décision pour quitter le Ministère de la Défense et avoir des conversations. Le 4 octobre 2017… le reste est de l’histoire.

Parlons un peu de ce qu’est l’AATIP. L’AATIP a évolué à partir de AAWSAP, c’est absolument vrai. AAWSAP a existé pendant un court laps de temps sous un autre directeur pour se concentrer sur les capacités spécifiques aux PANs et les interrogations sur quoi et comment. Pas le qui, pas le quand mais, qu’est-ce que c’est et comment ça marche? C’est tout. Si nous pouvions accomplir cela, nous espérions que les personnes les plus intelligentes du Ministère pourraient déterminer qui est au volant, quelles sont leurs intentions, et cetera.

L’AATIP était composée d’un entrepreneur du gouvernement américain et de militaires, c’est un fait. Vous entendez tous parler de Bigelow Aerospace. Cette déclaration est vraie. Nous avons travaillé avec des universitaires, nous avons travaillé avec les services, nous avons travaillé avec certains éléments de la communauté du renseignement. Nous avons travaillé avec tous ceux qui ont un lien militaire pour que nous puissions parler avec eux et recevoir des informations. Nous avons jeté un large filet.

L’AATIP a commandé de grands volumes de données de recherche, d’études universitaires et de données collectées, même sur le terrain, cette affirmation est réelle. Volumes et volumes d’informations. Je ne peux pas entrer dans les détails, en particulier sur ce qu’il en est parce que cela reste en partie classifié. Je crois qu’il y a deux jours une liste de certaines de nos études avait été publiée, je pense que l’une d’elles était classifiée. Je peux vous dire que la liste est correcte. C’est une véritable liste d’études académiques. Si vous avez l’occasion de les examiner, je pense que vous conviendrez que, encore une fois, nous ne parlons pas vraiment de ballons.

Une grande partie de l’information de l’AATIP reste exempte de FOIA. FOIA exempté? que voulez-vous dire? Tout est compatible FOIA! Non pas tout, les exceptions un et cinq. Pourquoi voudriez-vous marquer les informations exemptes FOIA? Eh bien, pour que l’adversaire ne puisse jamais le voir. Les gens disent: « – Eh bien, si le programme AATIP existait, je devrais pouvoir le retrouver ». Pas nécessairement. Certains des documents ont été publiés en conséquence. Si vous jetez un coup d’œil à une lettre récente du sénateur Reid, dernière page tout en bas, vous verrez un petit mot très intéressant, des mots en fait, il dit que le document est exempté FOIA, c’est exact, nous l’utilisons parfois, maintenant nous ne l’utilisons pas pour garder un secret envers le peuple américain. En fait, c’est ça qui est illégal; mais nous l’utilisons pour le garder hors de la portée des adversaires étrangers et c’est un outil efficace. Donc, gardez également à l’esprit une bonne partie du contre-argument. Vous gardez ce secret envers le peuple américain! Ce n’est pas le cas. Si nous avions un mécanisme où nous pourrions informer chaque citoyen américain et faire en sorte qu’il ne tombe pas entre les mains de l’ennemi, nous le ferions.

Le gouvernement n’essaie pas de vous cacher des secrets, il essaie de faire en sorte qu’ils n’aillent pas à l’ennemi et il n’y a aucun moyen de parler à 500 millions de personnes dans une région géographique, sans laisser cela sortir ailleurs. C’est pourquoi beaucoup de ces informations sont exemptées de la FOIA. Maintenant, est-ce la bonne chose à faire? Est-ce la mauvaise chose à faire? Je ne sais pas. Je ne sais pas. Est-ce un mécanisme efficace? Absolument ça l’est.

Qu’est-ce que AATIP n’est pas? Ceci est juste un petit échantillon de choses que nous avons entendu au fil du temps et sur lesquelles les gens ont spéculé. Permettez-moi de voir si je peux simplement y répondre. AATIP a pris fin en 2012. Eh bien, je pense que c’est assez clair que cela ne s’est pas produit.

AATIP n’a rien trouvé de significatif! Pas vrai. En fait, je pense que le simple fait que nous ayons même les cinq observables et que nous puissions avoir une conversation honnête sur la physique montre que nous avons réalisé quelque chose.

Et quand je dis nous les gars, je ne dis pas moi, pas Luis Elizondo. Je parle des êtres humains fantastiques que j’ai laissés au Ministère de la Défense. Ce sont les vrais héros. Ce sont les gens qui restent encore anonymes, travaillant jour et nuit pour que cela se produise. Donc, AATIP a trouvé beaucoup de choses importantes. AATIP était une faveur politique.

Allons droit au but. Au fait, pour mémoire, je suis apolitique. Je me fous que vous soyez Républicain, Démocrate ou indépendant. Je ne sais pas, je m’en fiche. Mon travail consiste à servir quiconque est responsable à ce moment-là. Mon travail consiste également à vous servir, vous le peuple américain, le contribuable. Vous m’employez. Donc en conséquence ma loyauté est envers vous. Eh bien, les gens disent: « – Le sénateur Reid a fait une faveur à l’un de ses électeurs, Bob Bigelow.« 

J’ai vu ce processus marcher. Bigelow Aerospace a été choisi par nul autre que la DIA et par ailleurs, un comité de sélection de contrat formel. Le sénateur n’avait rien à voir avec cela. En fait, il ne pouvait pas y participer. Je pense que c’est une distinction importante parce que les gens … En l’absence d’information, en tant qu’êtres humains, nous avons tendance à combler le vide avec ce que nous savons, ce que nous pensons et même parfois avec ce que nous ne connaissons pas.

Je veux m’assurer qu’il est très clair que ce n’a pas été une faveur politique. C’était un effort bipartisan des Démocrates et des Républicains. Tous servent honorablement leur pays. Tous avaient servi dans l’armée. Le sénateur Inouye a littéralement donné son bras droit à son pays. Le sénateur Stevens, qui se révèle maintenant, a été témoin de l’une de ces choses quand il était pilote. Je pense que si nous discutons des faveurs politiques, nous devons au moins dire la vérité au pouvoir lorsque nous avons une conversation.

AATIP était seulement académique. Oui, nous avons produit beaucoup d’études universitaires et nous avons commandé beaucoup de rapports. Mais ce n’est pas tout. AATIP a été impliqué dans le dialogue avec les individus, la collecte de données électro-optiques, la collecte de données radar, la communication avec les témoins oculaires. Ces témoins oculaires sont des gens, notez bien, qui ont des autorisations de sécurité. Ce sont des observateurs formés.

Dans certains cas, nous avons dépensé des millions de dollars pour leur formation. Qu’il s’agisse d’opérations spéciales, de pilotes, d’agents de renseignement, ils ont été payés pour être des penseurs critiques et ont été formés pour examiner une silhouette et déterminer s’il s’agit d’un MiG-25 ou d’un MiG-29. « – il est dans un rouleau de 90 degrés et il est à 200 kilomètres devant moi à 200 nœuds« . Voici quelques données que nous avons utilisées lors de la collecte et de l’analyse de ces informations.

AATIP a divulgué des vidéos. Tout d’abord, entrons dans une définition juridique rapide de la « fuite ». La fuite signifie que vous prenez des informations classifiées et que vous les fournissez de manière non autorisée. Elles sortent vers le public. C’est une fuite. Ce n’est pas le cas. Tout d’abord, ces vidéos ont été soumises à un processus d’examen de classification approprié. La documentation à un moment donné sortira probablement, je ne vais pas la fournir. Ce n’est pas mon travail. Vous la voulez, obtenez-la du gouvernement. Ils l’ont libérée.

Ils ont autorisé, laissez-moi aller droit au but, ils ont autorisé la sortie de ces vidéos et ils l’ont fait par écrit. Maintenant, pourquoi ils l’ont fait, il faudrait leur en parler. Je connais les objectifs, ils souhaitaient créer une communauté d’intérêts non classifiée à laquelle tout le monde pourrait participer, regarder et dire: « – j’ai aussi vu quelque chose comme ça« . Mais personne n’a divulgué ces vidéos. Si tel était le cas, je serais dans une combinaison orange en ce moment et je n’ai pas un bon look en orange, alors… croyez-moi.

AATIP est un stratagème pour la nouvelle force spatiale de l’administration. Je ne sais même pas par où commencer avec ça. Non. Maintenant, pourrait-il être utilisé pour renforcer cet argument? Bien sûr, d’accord. En fin de compte, si cela nous aide, allez-y, utilisez-le. Je m’en fous, je pense que c’est génial. Vous voulez dire que les études de PANs nous aident maintenant à créer un espace pour que nous puissions aller sérieusement de l’avant avec ce problème? Inscrivez-moi, bien sûr.

Là encore, nous prenons l’habitude de combler les lacunes des informations avec des choses que nous ne connaissons pas. Je ne sais pas pourquoi l’administration crée une force spatiale. Peut-être que c’est une bonne idée, peut-être que ce n’est pas une si bonne idée. Je ne sais pas. Je pense qu’en fin de compte, c’est aux électeurs de décider. Vous prendrez la décision de dire si c’est une bonne idée ou non.

Mais je vous dirai que si notre modeste petit programme AATIP a aidé à éclairer cette décision et qu’ils reviendront et financeront ce programme de façon solide, nous allons le voir de manière logique, nous allons le voir avec les meilleurs scientifiques et agents de renseignement et regarder vraiment cela. Je veux dire une analyse alternative. Scepticisme sain, mais bien sûr analyse alternative. Si cela peut aider, faisons-le, bien sûr.

Alors, que se passe-t-il maintenant? Pourquoi sommes nous ici? Eh bien, pourquoi sommes-nous tous ici? La conversation a finalement déplacé les gens de la fringe. Félicitations, vous avez réussi. Si vous m’aviez dit il y a huit mois si je serai debout ici, que je tiendrai cette conversation et que je vous en informerai, je vous aurais dit: « – pas question, nous sommes encore à cinq ans de cela« . Alors, pour moi les choses ont évolué si rapidement.

Maintenant, je comprends que les gens soient impatients, je suis impatient. Ma fille vous le dira si elle est dans le public. Je suis impatient, je n’aime pas attendre. Je veux mes informations maintenant. Mais comme je l’ai déjà dit aux gens, il y a une différence entre vous donner des informations correctement et vous donner des informations dès maintenant. Ce ne sont pas toujours nécessairement les mêmes. Je préfère vous donner des informations justes plutôt que des informations juste maintenant.

Il est donc important que nous fassions preuve de diligence raisonnable. Lorsque nous examinons les données que nous analysons, il est important de les quantifier, de les qualifier et de faire tout ce qui est nécessaire, au moment où nous les présentons … C’est comme un tribunal. Vous ne voulez pas qu’un procureur en chef parle au jury avec une affaire à moitié préparée. C’est un manquement au devoir. C’est la responsabilité, c’est leur responsabilité professionnelle de s’assurer qu’ils font les choses correctement.

Voici les données du mieux que nous les connaissons pour le moment. Peut-on revenir rapidement sur ces diapositives? Je pense que nous pourrions avoir … D’accord. Ne les regardez pas maintenant, les gens discutent maintenant autour de la table.

Les principaux médias en ont parlé à plusieurs reprises. Ils arrivent. Cela prend un peu de temps, mais ils ont une conversation. Maintenant, tout le monde dit: « – Hé, on pensait que vous étiez fou. Peut-être que vous aviez raison« . Nous avons donc parcouru un long chemin.

Les domaines d’intervention de l’AATIP restent pertinents pour la sécurité nationale et pour l’humanité. C’est pour ça qu’on est là non? Que dit-on ici? Je pense au futur de l’humanité. J’aimerais parler un instant de la sécurité nationale. Eh bien, si vous avez quelque chose qui peut entrer et sortir de votre espace aérien sans être détecté, vous ne pouvez pas l’arrêter, vous ne savez pas comment cela fonctionne. Est-ce une menace? Je ne sais pas. Est-ce une menace?

Le fait que nous ne puissions pas répondre à cela, doit nous faire présumer que cela pourrait être une menace. Je voudrais vous le soumettre: voulez-vous que nous pensions de cette façon?. C’est la sécurité nationale. Vous ne voulez pas que nous supposions que quelque chose ne constitue pas une menace sans avoir toutes les données. Ce n’est pas pour cela que nous payons le Ministère de la Défense.

L’humanité pertinente pour l’humanité. Je l’ai déjà dit, je ne connais pas l’impact que cela a pour l’humanité et ce que nous devrions faire à ce sujet. C’est une décision que vous devez tous prendre. Mon travail est simple: recueillir la vérité, dire la vérité. C’est ça, c’est pas difficile. Au moins je ne pense pas que ce fut difficile. C’est dur. Mais, en réalité, vous vous retrouvez tous dans une situation difficile parce que vous devez dire aux dirigeants nationaux ce que vous voulez. Vous êtes ceux qui votent. Vous êtes ceux qui sont assis là et appelez les membres du Congrès et les Sénateurs et dites: « – Je veux de l’action« . Donc, je pense que cela a des effets sur l’humanité. Cela doit avoir un effet, mais finalement cette histoire est toujours en train d’être écrite. Comment cette histoire se terminera dépend vraiment de vous. TTSA et d’autres créent l’environnement pour que des éléments au sein de l’exécutif et du législatif en discutent. Les gens ont demandé: « – Que faites-vous? » Eh bien, nous faisons ce que nous pouvons. Est-ce que TTSA a des contacts et des connexions? Probablement, mais je comprends aussi le besoin de confidentialité. Je comprends et respecte également le besoin de donner aux gens un espace opérationnel sûr pour collecter des informations et prendre une décision éclairée sans forcément exercer des pressions politiques inutiles. Nous devons donner aux gens un espace commercial.

Il faudra du temps pour permettre une prise de conscience et une évaluation appropriées du leadership. Vous ne pouvez pas digérer un repas de sept plats en 10 minutes. Ça prend du temps. Certains d’entre vous ont été impliqués des décennies dans ce domaine. Ce que vous savez être un fait, les gens l’entendent maintenant tout juste pour la première fois. Aussi fou que cela puisse paraître, c’est vrai. Pour certains, l’article paru dans le New York Times est la toute première fois qu’ils se sont intéressés à ce sujet. Sans parler de nos dirigeants, et encore moins de nos législateurs.

Donc, je pense que vous êtes sur la bonne voie pour obtenir ce que vous cherchez. Je pense que nous avons un formidable élan comme jamais auparavant. Je pense que ce n’est plus le moment de ralentir les efforts d’organisations tels que le MUFON. Il est maintenant temps de pousser la manette des gaz à fond. C’est ce que je pense. Si vous cherchez à ce que le gouvernement vous reconnaisse et vous donne une information complète, je vous dirai ici et maintenant que le travail du gouvernement n’est pas de satisfaire la curiosité. Ce n’est pas la fonction du gouvernement.

Je sais que nous voulons que ce soit le cas, mais ce n’est pas le cas. Le but du gouvernement est de défendre ce pays contre tous les ennemis étrangers et nationaux. Maintenant, s’il y a des informations qui pourraient être utiles pour le faire, elles seront impliquées. S’il y a des informations qui ne concernent pas vraiment cette mission mais qui pourraient nous être utiles, eh bien, c’est là que nous nous impliquons. C’est comme ça que nous pouvons aider. Des organisations telles que TTSA développent des initiatives telles que les dépôts de données et le partage d’informations de la communauté d’intérêts. Partage de l’information, n’y pensez pas comme étant juste interne à TTSA. Le partage d’informations est international, mondial. Comme nous l’avons vu auparavant, de nombreux pays sont représentés ici. C’est exactement ce que nous devons continuer à faire en tant que société et en tant que gouvernement, à mon avis de toute façon.

Je pense que j’approche la ligne d’arrivée, s’il y a vraiment une ligne d’arrivée. Il pourrait ne pas y en avoir. Cela pourrait être un effort durable et si vous cherchez la satisfaction de vous dire: « – je l’ai fait », ce jour ne viendra peut-être jamais. Peut-être que oui, mais cela peut ne jamais arriver. Peut-être que la satisfaction de savoir que les gens peuvent enfin en discuter à table, que CNN, Fox News, BBC ou d’autres encore entament des conversations avec des experts réputés et qu’ils financent des programmes pour y réfléchir, peut-être que c’est ça le succès. Je veux dire, nous avons tous notre définition différente de la réussite.

Ok, dernier point mais non le moindre. Mon but était simplement de vous donner un aperçu général, de dissiper certains mythes. Nous pourrions nous asseoir toute la nuit et parler de l’AATIP. Je comprends et je serais heureux de le faire. Je ne pense pas que vous apprécieriez cela, mais il y a beaucoup plus à faire. Avant d’écouter vos questions, je veux dire une dernière chose. Je suis confiant et je suis prudemment optimiste quant au fait qu’au cours de l’année prochainee nous allons avoir une conversation fondamentalement différente de celle que nous avons aujourd’hui.

Je pense qu’il y aura une plus grande fidélité à beaucoup de choses qui ont été publiées récemment et qui vont avoir… de sérieux problèmes. Cela nous aidera à mieux comprendre ce que nous voyons réellement ici.

Luis Elizondo

Directeur des programmes spéciaux de la TTS Academy

Traduction de Jacky Kozan, le 05 septembre 2018

Le document peut être télécharger au format « .pdf »