Le processus de collecte de matériaux

Publié par To The Stars Academy

2 août 2018

Source

1 – Pourquoi est-ce important de rassembler des matériaux pour faire de la recherche?

Nous utilisons des analyses scientifiques pour tester les matériaux afin de débloquer leurs mystères et pour répondre à des questions sur lesquelles de nombreuses personnes se sont attardées pendant des années. Ce faisant, nous collectons, isolons, sécurisons, transportons et livrons avec succès ces matériaux pour une analyse scientifique plus approfondie, dans l’espoir de déterminer ce qui suit:

- le matériau est-il naturel, artificiel ou est-il extérieur  à la Terre ou à son atmosphère?
- le matériau est-il ordinaire ou possède-t-il des propriétés uniques?
- le matériau fait-il potentiellement partie d'une plus grande technologie exotique?

Nous ne sommes pas ici pour juger qui que ce soit ou pour tirer des conclusions. En tant que scientifiques, nous sommes objectifs dans notre approche et serons transparents quant à nos résultats, quels qu’ils soient. La recherche que nous effectuons ressemble à la recherche que le gouvernement effectue depuis des années avec l’argent des contribuables. Nous le faisons avec des fonds privés de personnes partageant les mêmes idées et qui partagent notre intérêt et notre curiosité.

2 – Quelle est l’importance spécifique de l’évolution de la métrique spatio-temporelle?

Cela peut contribuer à répondre aux questions sur la manipulation spatio-temporelle et, ce faisant, défier ou renforcer ce que nous connaissons et observons concernant ce phénomène.

3 – Où trouvons-nous les gens possédant des matériaux ou comment nous trouvent-ils?

Il y a eu une prise de conscience accrue de la mission de TTS Academy basée sur une exposition médiatique accrue, des conférences scientifiques/académiques et le bouche à oreille. Pour cette raison, les organisations et les individus nous ont contactés pour évaluer les matériaux exotiques potentiels d’origine inconnue.

4 – Avant de récupérer les matériaux présumés, comment savez-vous qu’ils proviennent d’un événement crédible? Quelles questions / protocole passez-vous pour vous assurer qu’ils sont légitimes?

La crédibilité des matériaux est établie par une enquête approfondie. Chaque morceau est traité comme une « preuve » officielle et bénéficient des mêmes précautions pour qu’il soit sécurisé.
En outre, les témoins et les sources des matériaux sont classés en fonction de leur emplacement et de leur accès a ces matériaux.
Les six interrogatifs fondamentaux (qui, quoi, quand, où, comment et pourquoi) sont explorés de manière approfondie dans chaque cas et les informations sont séparées entre première main, seconde main et ouï-dire. Une fois toutes les preuves rassemblées, une décision finale est prise.

5 – Une fois qu’il est déterminé que le matériau mérite d’être récupéré, quels systèmes sont en place pour gérer l’échange et le transport?

Le matériau est initialement testé pour détecter toute émission électromagnétique ou radioactive passive ou active afin de garantir la sécurité de l’équipe sur le terrain.
Il est ensuite isolé et soigneusement documenté, photographié, mesuré et enregistré, avant de fixer chaque pièce dans un boîtier renforcé, doublé d’une feuille de plomb.
Les reçus en main propre sont fournis au propriétaire du matériau et une police d’assurance (payable au propriétaire) est confirmée avant le départ.
En raison de la possibilité que le matériau soit classé comme « matière dangereuse », tout le matériau est ensuite physiquement conduit (en utilisant une règle d’intégrité à deux personnes) au laboratoire de recherche TTS Academy de EarthTech International à Austin, Texas.
À son arrivée, le matériau est ré-inventorié, photographié et stocké dans un conteneur de sécurité approuvé par l’administration des services généraux (GSA) des États-Unis et des reçus manuels sont fournis.
Le matériel est ensuite entretenu conformément aux pratiques les plus strictes en matière de traitement des preuves et de chaîne de traçabilité, conformément aux directives du gouvernement et aux meilleures pratiques reconnues.

6 – A qui appartiennent les matériaux une fois en votre possession? à TTS Academy ou la personne qui les a trouvés à l’origine?

Tout les matériaux restent la propriété de son propriétaire initial et doit lui être remis sur sa demande. TTS Academy se réserve le droit de conserver et de tester les matériaux pendant la durée de l’accord entre les deux parties. TTS Academy est également propriétaire de toute analyse et couverture médiatique des matériaux.


Traduction Jacky Kozan, le 06 août 2018

Le programme PAN du Pentagone: le passé, le futur.

Le Dr Hal Puthoff s’adresse à la Society for Scientific Exploration (*)

Source

Le programme PAN du Ministère de la Défense:

le passé, le futur.

E. Puthoff, PhD

Institut d’études avancées d’Austin

Las Vegas, 8 juin 2018

Résumé

On a généralement cru que le gouvernement avait mis fin à l’enquête sur les phénomènes aériens non identifiés (PAN) en décembre 1969 avec la fermeture du Projet Blue Book comme l’avait recommandé le Comité Condon. Cependant, comme l’ont récemment révélé le New York Times et d’autres grands médias (décembre 2017), ce n’est pas le cas. Un programme de ce type, initié en 2007 par la DIA (renseignement militaire) et porté par le DoD (Ministère de la Défense), a été mis au jour – le programme AATIP (Advanced Aerospace Threat Identification Program). L’AATIP est basé sur la préoccupation concernant les engagements habituels entre les plateformes militaires américaines et des PANs d’une supériorité technologique apparente sur tout ce qui se trouve dans l’inventaire américain. Le regain d’intérêt est alimenté en partie par la sophistication accrue des systèmes de capteurs américains, qui réduisent l’ambiguïté sur ce qui est détecté. En tant que contractant et conseiller principal de ce programme, Puthoff discute de divers aspects d’intérêt général concernant le programme ainsi que des initiatives supplémentaires auxquelles il participe actuellement dans le secteur public pour chercher des réponses et informer le public.

Présentation

En ce qui concerne les Phénomènes Aériens Non identifiés, je n’ai rien publié. Pourquoi? Parce que le programme auquel j’ai participé, au Pentagone et dans la communauté du renseignement, a été très secret, dans les coulisses et ce n’est que récemment que des informations ont été publiées sur le programme. C’est donc la première fois que j’ai l’occasion de comparaître devant le public et de parler des détails du programme et de ne pas aller en prison. Donc, je vais cliquer rapidement; j’ai beaucoup d’information ici. Alors on y va!

Le SSE (*) n’est pas étranger au sujet des OVNIS.

PAN est juste un nouvel acronyme pour OVNI. Il y a quelques décennies, Peter Sturrock, l’un de nos membres fondateurs de SSE (Society for Scientific Exploration), a organisé avec Lawrence Rockefeller un atelier d’une semaine à la résidence de Rockefeller. Nous avons réuni les meilleurs des chercheurs sur les OVNIs, puis un panel d’experts indépendants et nous avons eu une discussion d’une semaine sur les preuves physiques liées aux OVNIS, sur lesquels il y a une quantité importante de données. Lawrence Rockefeller a organisé le tout. C’était une réunion merveilleuse.

Finalement, après avoir publié dans le journal SSE (« Physical Evidence Related to UFO Reports », Journal of Scientific Exploration, vol 12, n° 2, p. 179-229), Peter Sturrock a fait un livre: « The UFO Enigma: A New Review of the Physical Evidence » (Warner Books, New York, 1999) et c’est encore l’un des meilleurs livres que vous pouvez trouver pour y voir quels sont les aspects physiques des OVNIS que les chercheurs ont découvert.

Cependant, bien sûr, le gouvernement n’est pas non plus étranger aux phénomènes OVNIS. Quiconque s’y intéresse connaît bien les projets Sign, Grudge et Blue Book, mais en 1969 le Comité Condon a tout fermé et a déclaré que nous n’avions plus besoin d’être impliqués dans ce domaine. Nous n’apprenons rien. Nous n’allons nulle part. Il n’est pas évident que ce soit un domaine important. Donc, pour la personne moyenne dans la rue, c’est là que tout a pris fin, du moins l’intérêt du gouvernement. En fait, ce n’est pas vrai.

Le mémo qui a fermé Blue Book, écrit par le Général Bolender, contenait l’expression: « Les rapports d’OVNIS qui pourraient affecter la sécurité nationale continueront à être traités par les procédures standards de l’Armée de l’Air conçues à cet effet. »

Néanmoins, pour le public c’était différent. Même le bureau des affaires publiques de l’Air Force a publié des circulaires tout le temps en réponse à des questions, en disant: « Nous avons abandonné en 1969. » En réalité, il y a eu des programmes qui se déroulaient dans les coulisses comme l’exigeait le Mémo Bolender. Maintenant, la plupart des gens ne savaient rien à propos de ces programmes, ils n’étaient pas annoncés, ils n’ont pas été mentionnés dans les réponses faites au public, les demandes d’accès à l’information ont généralement disparues. Mais tout a changé en décembre dernier, lorsque le New York Times a publié un article en première page sur la façon dont ce programme examinait ce domaine: le programme avancé d’identification des menaces aérospatiales. (Helene Cooper, Leslie Kean et Ralph Blumenthal. « Aurores rougeoyantes et argent noir: le mystérieux programme ovni du Pentagone. » The New York Times, 16 décembre 2017, page1.)

Il a été profondément enterré, mais le New York Times avait de bonnes sources et ils ont fourni des informations sur le programme et donc il y a eu beaucoup de publicité à ce sujet. Depuis que le New York Times a brisé l’histoire, le Washington Post , CNN, Fox News ont suivi et il y a eu un grand impact médiatique.

L’une des raisons pour lesquelles cela a attiré l’attention à ce stade est la qualité des sources rendues publiques. Harry Reid, ancien chef de la majorité au Sénat, est celui qui a lancé le programme. Les pilotes F-18 les mieux notés, qui ont rencontré des véhicules aérospatiaux avancés à courte distance ont été autorisés à se présenter et à raconter leurs histoires, ce qu’ils n’avaient pas fait auparvant parce qu’ils ne voulaient pas perdre au moins leur statut de vol en signalant publiquement ce qu’ils avaient vu. Et un certain nombre de responsables importants du ministère de la Défense et du renseignement se sont présentés pour parler de la réalité de ce phénomène et du fait qu’il y avait des programmes en cours. Le programme a été surnommé Advanced Aerospace Threat Identification Program (AATIP). Les gens ont eu de la difficulté à obtenir des documents du Pentagone en disant qu’ils voulaient tous les documents sur l’AATIP, et ils ont du mal parce que ce n’était pas le nom réel du programme, « Advanced Air-Traffic Detection Program » (AATDP) est le nom réel du programme. Mais AATIP était le surnom par lequel il est passé.

Il a commencé en juin 2007. La Defense Intelligence Agency était préoccupée par le fait qu’une observation évidente avait montré que des véhicules aérospatiaux avancés, des avions ou des drones d’origine inconnue, volaient partout au-dessus des États-Unis, au-dessus des eaux, en fait c’était à l’échelle mondiale. Donc, un budget du Congrès a été approuvé pour résoudre le problème dans les coulisses. Le leader de la majorité au Sénat, Harry Reid, du Nevada, a été l’initiateur du programme, auquel se sont joints le sénateur Inouye et le sénateur Stevens. Ce sont les gens qui approuvent généralement les programmes noirs, sous haute sécurité, dans les coulisses. Ils ont donc mis en place ce programme.

Le sénateur Reid n’est pas revenu à la charge depuis que toutes les nouvelles sont sorties. Il a été très franc et a donné plusieurs interviews. Cette déclaration particulière est explicite: « Nous ne connaissons pas les réponses, mais nous avons beaucoup de preuves à l’appui des questions. C’est une question de science et de sécurité nationale. Si l’Amérique ne prend pas la tête pour trouver des réponses à ces questions, d’autres le feront. »

La nature de la menace est double. Tout d’abord, vous avez des véhicules aérospatiaux évolués dont on ne sait pas d’où ils viennent, peut-être même hors de notre monde, ni qui les conduit, ni quelles sont leurs intentions. Mais la menace future, était en fait l’une des plus grandes préoccupations du Ministère de la Défense et de la communauté du renseignement. Que se passerait-il si des adversaires potentiels réalisaient des percées significatives en obtenant une technologie de pointe basée, soit sur leur étude des phénomènes, soit sur des données de capteurs, soit sur des matériaux récupérés après un crash? Cela pourrait constituer un problème pour les États-Unis en ce qui concerne la menace. Il y a des raisons de s’inquiéter à ce sujet. Ceci est un document du programme que nous avons extrait de l’Union soviétique (« Thread-3 »). C’est un document très épais. Il montre que l’Union soviétique avait un programme massif qui essayait aussi d’aller à la racine de tout cela. Dans ce document, un certain nombre d’instituts de recherche et d’instituts militaires sont répertoriés. Bien sûr, ils avaient les mêmes préoccupations que nous. Y a-t-il une menace à cause de ces phénomènes ou est-ce que les Américains pourraient faire des progrès avant nous et que ce soit une menace?

Juste pour vous donner une idée de ce qui est observé, ce que beaucoup de gens ont vu parce que ça a fait beaucoup parler ces derniers temps. En novembre 2004, le groupe du porte-avions Nimitz était en manœuvre au large de San Diego. A plusieurs reprises, un véhicule aérospatial avancé descendait rapidement de 20 000 mètres à 15 mètres en moins d’une seconde, puis volait en planant, puis partait comme une balle de fusil. Lorsque cela s’est produit pour la première fois, sur une durée totale de plusieurs semaines, deux pilotes de F-18 ont été guidés sur le site où les radars les ont observés et ce qu’ils ont vu était ce qu’ils appelaient un « vaisseau Tic-Tac », blanc uni, lisse, sans bords, environ 15 mètres de longueur, de couleur uniforme, pas de nacelles, ni d’antennes, ni d’ailes. Les F-18 ne pouvaient pas verrouiller avec leurs radars parce que le vaisseau était furtif, mais le radar infrarouge à balayage frontal (FLIR) pouvait le suivre dans une certaine mesure en fonction de sa signature thermique. Le véhicule aérospatial avancé semblait démontrer une capacité d’accélération, d’aérodynamique et de propulsion avancée au-delà de tout ce que l’on savait exister sur la planète.

Je vais vous montrer une vidéo FLIR que beaucoup d’entre vous ont vu.

Voir la vidéo

[La vidéo de l’interception UAP commence.]

« C’est un [explétant supprimé] drone, mon frère. »

« Il y a toute une flotte d’entre eux, regardez sur l’ASA! »

« Mon Dieu! »

« Ils vont tous contre le vent; le vent est de 120 noeuds de l’ouest. Regardez cette chose, les mecs!

« Ce n’est pas . . . Je ne comprends pas. Regardez cette chose!

« Il tourne. »

[Fin de la vidéo.]

Maintenant, vous pourriez vous demander: que pouvez-vous prouver à partir d’une bande vidéo? Je veux dire, vous pouvez voir des bandes vidéo partout sur Internet et ainsi de suite. Mais ceci c’était de la fusion de données. Ce sont des cassettes de caméras embarquées. Il y a ces bandes vidéo des pilotes, des enregistrements vocaux, des enregistrements de liens de données d’AEGIS et de nombreuses autres plateformes militaires, des témoins experts. Donc, en fait la densité des données (et c’est ce qui a beaucoup changé dans ce domaine), notre capacité de détection, est devenue si avancée que nous perdons notre incapacité à voir exactement ce qui se passe.

Les films FLIR ont été enregistrés. Il y a des comptes rendus détaillés des pilotes. Dans un article original du New York Times, vous pouvez voir un compte rendu de Dave Fravor.

Évaluations clés

– le véhicule aérospatial avancé est un véhicule aérien inconnu dans l’inventaire des États-Unis ou de la nation étrangère, pour autant que nous le sachions,

– les caractéristiques sont faiblement observables, ils sont furtifs,

– ils présentent des performances aérodynamiques avancées que nous ne pouvons pas imaginer,

– ce sont des bandes infrarouges, donc s’il y avait une sorte de gaz propulseur chaud qui sortait à l’arrière, vous l’auriez vu, mais nous n’en voyons pas.

– ils avaient la capacité avancée de rester stationnaire et ensuite s’éloigner comme un projectile lors d’un coup de feu. Dave Fravor a dit que c’était comme si quelqu’un avait soudainement tiré une balle.

Alors, comment répondre à cela?

L’agence de renseignement de la Défense a publié une annonce à grande diffusion, en fait non classifiée. Elle voulait évaluer douze menaces potentielles en ce qui concerne ces véhicules aérospatiaux avancés. Il y en a une liste. C’est exactement ce que vous pensez que vous voudriez savoir: ascension, propulsion, réduction de signature, effets humains et ainsi de suite. Maintenant, il s’est avéré que cette liste pourrait s’appliquer à n’importe qui, n’importe quelle société aérospatiale qui pourrait envoyer une proposition. La DIA a choisi Bigelow Aerospace comme entrepreneur pour faire face à la menace. Le sénateur Reid a été élu au Nevada et Bigelow Aerospace est au Nevada. Donc, n’est-ce pas une sorte d’entente amoureuse? En fait, ce n’est pas le cas. C’était une annonce large; n’importe qui pouvait y aller. Bigelow était en fait un bon choix. Il avait dépensé beaucoup de son propre argent parce qu’il s’intéressait à ce domaine, en étudiant les phénomènes et il avait la meilleure proposition. Donc, il a été retenu. Il a mis en place une organisation spéciale appelée Bigelow Aerospace Advanced Space Studies – nous l’appelons BAASS – pour faire tout ce que vous attendez d’un programme comme celui-ci. BAASS m’a contacté chez EarthTech International pour collaborer en tant que sous-traitant, et j’ai accepté de le faire.

Sénateur Harry Reid et Robert Bigelow

 

Qu’est-ce que j’ai fait en tant que sous-traitant?

L’un des problèmes critiques est qu’il y a tellement de sécurité et de compartimentation de haut niveau dans ce domaine qu’il est difficile pour les entrepreneurs d’obtenir des avis d’expert sur les technologies avancées parce qu’ils exposeraient ce à quoi ils s’intéressent. Donc, j’ai agi en tant que substitut. J’ai été mandaté pour commander des livres blancs, pour la plupart non classifiés, à des experts du monde entier sur l’état dans lequel seraient leurs domaines particuliers en l’an 2050. Comme si je faisais une enquête générale sur l’avenir de l’aérospatiale. J’ai décidé que ce serait la meilleure façon d’obtenir les meilleures connaissances futures dans de nombreuses technologies, sans vraiment exposer pourquoi nous voulions savoir.

Donc, j’ai reçu 38 rapports sur une période de deux ans. Je vais vous montrer sur quoi portaient les études. Vous pouvez les lire ici: la propulsion aéronautique positron, la fusion IEC (confinement inertiel électrostatique) comme source d’énergie compacte, la commande de distorsion, l’énergie noire, les dimensions supplémentaires, les verres métalliques pour l’aéronautique. Vraiment des genres de choses d’avant-garde.

Voici quelques-uns des documents que j’ai commandés: propulsion par masse négative, antigravité pour les applications aérospatiales, matière programmable, camouflage-invisibilité. Voilà le genre de choses dont nous avions besoin pour obtenir le maximum d’informations techniques de la part des meilleurs. Et donc, c’est ce que nous avons fait, c’est ce que j’ai fait.

Maintenant, nous pouvions nous y attendre, nous avons dit à ces gens qu’ils pouvaient publier leurs rapports dans des revues de physique et d’ingénierie, mais bien sûr, les entrepreneurs ne voulaient pas attendre, donc l’agence de renseignement de la Défense a regroupé ces 38 rapports et les a désignés comme Documents de Référence du Renseignement de la Défense et affichés sur un serveur JWICS (Joint Worldwide Intelligence Communications System) auquel n’importe qui, dans le gouvernement ou dans les entreprises (des USA), pourrait avoir accès. Dans l’ensemble, ils n’ont pas encore été rendus publics; quelques-uns ont fui.

Alors laissez-moi vous donner un exemple de comment cela aide les gens qui cherchent à résoudre ces problèmes vraiment difficiles. J’en choisis un ici: les métamatériaux pour l’utilisation aérospatiale. J’aimerais parler de matériaux vraiment surprenants, mais ils sont classifiés. Cependant, il y a beaucoup de matériaux qui ont été ramassés ou fournis, même dans le domaine public. Je vais donner un exemple parce que cela montre exactement quelle est la structure qui peut s’occuper de cela. Ceci est un échantillon open source. Il a été envoyé anonymement à l’animateur Art Bell (fondateur de la radio AM Coast to Coast). L’expéditeur a prétendu être dans l’armée. Il a dit que cet échantillon avait été ramassé lors d’une récupération et il l’a donc envoyé par la poste. Alors qu’est-ce que cela signifie? Chaîne de détention inexistante. Provenance discutable. Pourrait être un canular. Pourrait être un peu de scories de certains fonderies ou autre. Cependant, c’était un échantillon inhabituel, nous avons donc décidé d’y jeter un coup d’œil.

C’était un échantillon multicouches de bismuth et de magnésium. Les couches de Bismuth sont moins épaisses qu’un cheveu humain. Les échantillons de magnésium font environ dix fois la taille d’un cheveu humain. Ils ont apparemment été pris en compte lors de la récupération d’un véhicule aérospatial avancé. On dirait que ce fut dans un crash. Les lignes blanches sont le bismuth; les zones les plus sombres sont les séparations de magnésium. Donc, la question était d’en savoir plus sur ce matériel. Naturellement nous avons regardé dans tous les laboratoires nationaux, nous avons parlé à des métallurgistes, nous avons examiné toute les articles publiés. Nulle part nous n’avons pu trouver de preuve que quelqu’un en ait fait un jour.

Deuxièmement, certaines tentatives ont été faites pour essayer de reproduire ce matériau, mais ils n’ont pas pu obtenir la liaison des couches de bismuth et de magnésium.

Troisièmement, quand nous avons parlé à des gens du domaine des matériaux qui devraient savoir, ils ont dit que nous ne savons pas pourquoi quelqu’un voudrait faire quelque chose comme ça. Ce n’est pas évident que cela ait une quelconque fonction.

Eh bien, des années plus tard, des décennies plus tard, finalement, notre propre science avance. Nous nous déplaçons dans une zone appelée méta-matériaux et il s’avère que cette combinaison de matériaux exactement à ces dimensions s’avère être un excellent guide d’onde microscopique pour les fréquences térahertz de rayonnement électromagnétique à très haute fréquence. Donc, la longueur d’onde est de 60 microns, ce qui est une très petite taille. Mais en raison de l’aspect méta-matériau de cette pièce, ces couches de bismuth qui agissent comme des guides d’ondes peuvent représenter un vingtième de la longueur d’onde, et généralement lorsque vous créez un guide d’ondes, il doit être de la taille de la longueur d’onde. Donc, en fait, cela s’est avéré être un matériau qui permettrait de propager des effets de guide d’ondes en sous-longueur d’onde. Pourquoi quelqu’un veut faire cela, nous ne connaissons toujours pas la réponse à cette question.

Mais de toute façon, c’est incroyable que nous ayons vécu cela et c’est le genre de situation que nous rencontrons beaucoup. Vous obtenez un échantillon de matériau avec des caractéristiques inhabituelles à évaluer. La méthode de fabrication est difficile à évaluer ou à reproduire et le but de la fonction n’est pas évident, comme avec notre échantillon ici. Et alors que nos propres connaissances techniques avancent enfin, nous voyons un but possible et une fonction vient en lumière. Cette séquence est répétée encore et encore dans ce domaine particulier.

Je vais en choisir un deuxième pour les ingénieurs ou les physiciens. Probablement qu’il sera plus intéressant: c’est l’ingénierie de la métrique espace-temps. Il se trouve que c’est un papier que j’ai publié moi-même. Une des questions est la suivante: les anomalies observables de ces véhicules aérospatiaux avancés peuvent-elles être prises en compte sur la base de la physique connue? Vous entendez des gens décrire un vaisseau qui tourne à angle droit à haute vitesse, d’autres font un vol stationnaire et accélèrent rapidement et ainsi de suite, comme si le vaisseau n’avait pas de masse inertielle. Eh bien, il se trouve que même si la relativité générale d’Einstein est habituellement utilisée dans les applications astrophysiques et les études de gravité, etc…, vous pouvez examiner ces caractéristiques comme une étude technique. Donc, si vous prenez une approche d’ingénierie de la relativité générale, ce que je viens de montrer peut être compris. Si vous pouviez changer la métrique de l’espace-temps de la façon dont la relativité générale le présente, je parle du texte, pas de physique fantaisiste, vous pourriez même obtenir un voyage plus rapide que la lumière. C’est le Warp Drive (la déformation de l’espace-temps) d’Alcubierre (NASA) comme dans Star Trek. Encore une fois, vous pourriez penser que c’est un genre de chose fantaisiste, mais ce document a été publié dans l’un des meilleurs journaux de relativité générale: Miguel Alcubierre, « The Warp Drive: Hyper-Fast Travel within General Relativity » (voyage hyper-rapide au sein de la relativité générale). Classical and Quantum Gravity (11:L73-L77,1994). Donc, si vous gérez la métrique de l’espace-temps, vous pouvez commencer à aligner les observables avec la physique que nous connaissons et aimons, même si nous ne pouvons pas la reproduire.

Qu’en est-il de la contrainte de la vitesse de la lumière?

Les gens disent toujours cela. Comment pourriez-vous avoir un « trou de ver » qui vous permette de passer d’un côté de l’univers à l’autre? Ne dépassez-vous pas la vitesse de la lumière? Que veut dire le physicien et l’ingénieur par la vitesse de la lumière? Cela signifie que dans cette petite équation ici, la vitesse de la lumière est donnée par l’équation 1 sur la racine carrée de la la permittivité diélectrique du vide multipliée par la perméabilité magnétique du vide (**). Donc le fait est que si vous remodelez ces paramètres du vide, alors vous pouvez augmenter la vitesse effective de la lumière dans la région considérée. Ce sont des solutions en relativité générale. On les appelle les « trous de ver » et encore une fois, ce n’est pas de la science-fiction. Ce sont juste des applications standard du texte du livre sur la relativité générale, à portée de la main.

Donc, ce cela signifie qu’un voyage interstellaire a temps réduit n’est pas comme le diraient les sceptiques, « Vous ne pouvez pas aller de là à ici. » Les civilisations avancées ET maintenant, ou nous-mêmes dans le futur, ne sont pas fondamentalement contraintes par les principes physiques. La physique exotique de cela peut être appréhendée en termes d’ingénierie – une certaine ingénierie métrique pour ainsi dire. Est-ce que cela nous aide? Encore une fois, ce document a également été publié comme l’un des documents de référence de la Defense Intelligence Agency. Et puisque maintenant nous sommes autorisés à publier dans la littérature ouverte, j’ai publié cet article dans une revue scientifique interplanétaire britannique, une revue d’ingénierie. Donc si vous êtes intéressé à regarder les détails, vous pouvez apprendre autant que vous voulez savoir sur l’ingénierie métrique. (Advanced Space Propulsion Based on Vacuum pour Propulsion spatiale avancée basée sur l’ingénierie du vide) (Métrique Spacetime), H. Puthoff (2010), Journal of the British Interplanetary Society, 63, 82-89.)

Cela nous a aidés à comprendre certains des aspects, je veux dire que vous avez peut-être entendu l’expression « les étoiles denses font apparaître un décalage vers le rouge ». Il se trouve que cette technique sophistiquée vous donne un « décalage vers le bleu ». Il se trouve que les fréquences sont décalées vers des fréquences plus élevées. Ainsi, par exemple, dans cette pièce, la plupart des radiations émanant de nos corps, des murs et ainsi de suite sont en fait dans l’infrarouge. Mais nous ne voyons les choses que dans la gamme visible. Que se passe-t-il lorsque vous entrez dans un volume d’espace où le vide a été modifié de la manière dont je l’ai présentée? Il s’avère que vous obtenez un décalage vers le bleu. Donc, en fait, l’infrarouge que vous ne voyez pas normalement peut devenir bleu dans le spectre visible, il n’est donc pas surprenant que tous ces vaisseaux soient si lumineux. L’inconvénient de tout cela est que la lumière visible, qui n’a pas d’effets particulièrement néfastes, se décale vers le haut dans l’ultraviolet et donc si vous vous approchez trop d’un vaisseau posé, vous pourriez avoir un coup de soleil ou aller au-delà, dans la zone des rayons X faibles. Il y a donc une possibilité d’empoisonnement par rayonnement ionisant. Si vous rencontrez l’un d’entre eux posé sur le sol et qu’il est en fonction, je vous recommande de ne pas vous précipiter.

Eh bien, cela nous a aidé à comprendre. Dans le cadre de ce programme, nous avons examiné certains cas qui étaient vraiment bons au Brésil. En 1977, 78, ce fut comme dans Rencontres du Troisième Type. Un millier de pages de documents réalisés par l’équipe d’enquête de l’armée de l’air brésilienne, 500 photographies, 15 heures de film cinématographique, beaucoup de blessures. Il s’agit d’une liste des différents types de blessures survenues lorsque les gens ont rencontré ces engins à courte distance, et il y a un certain chevauchement avec des cas de blessures que nous avons étudiés pendant le programme.

Malgré les progrès du programme AATIP, admettons-le, le sujet est intrinsèquement anormal, n’est-ce pas? Cependant, la réalité des observations et toutes les personnes avec lesquelles nous interagissons dans la communauté du renseignement et au Pentagone convergent: les données sont là, elles sont réelles. Néanmoins, le sujet ne s’accorde pas parfaitement avec les profils connus des programmes gouvernementaux. Et en raison des implications de la sécurité nationale, il s’agit d’un sujet hautement compartimenté, donc un rythme lent de cumul des progrès et de l’intégration. Nous les appelons « tuyaux de poêle ». « Vous avez beaucoup de gens avec beaucoup d’informations détaillées sur un aspect particulier, mais ils ne se parlent pas, même s’ils sont assis au bureau d’à côté. Et avouons-le, la défense de cette question dans les cercles gouvernementaux n’est pas perçue comme une amélioration de carrière, en partie parce que, malgré l’étrangeté du sujet, si vous ne faites pas beaucoup de progrès, cela ne semble pas bon pour votre curriculum vitae que vous mettez en ligne.

Donc, à cause de cela, il y a une suite à cette histoire. Beaucoup d’entre nous impliqués dans le programme ont décidé qu’il devrait y avoir un programme de sensibilisation dans le secteur public.

C’est donc, la suite de l’histoire.

L’objectif était d’établir une communauté d’intérêt scientifique de grande envergure et de grande qualité dans le secteur public concernant ces phénomènes aériens non identifiés et d’autres sujets de pointe connexes. Et donc nous nous sommes réunis et avons formé une société appelée « To the Stars Academy of Arts and Science » (l’Académie des Arts et des Sciences Vers les Etoiles). Elle a été cofondée par l’entrepreneur Tom DeLonge, je parlerai de lui dans une minute, des hauts responsables du renseignement du Ministère de la Défense et de la CIA et d’éminents scientifiques. Nous nous sommes tous regroupés pour former cette académie. Elle a été créée en tant que société d’intérêt public afin que le public puisse investir et par conséquent, qu’elle appartienne au public. Donc c’est quelque chose de nouveau. Tout ce qui sort de toute recherche ou de toute divulgation d’information sera en réalité la propriété du public. Cela ne va pas disparaître dans un trou noir. Une structure très transparente. Si vous allez sur le site Web, vous pouvez voir tout de la structure financière aux activités. Et nous avons une communauté d’intérêts en ligne où les choses sont affichées. Par exemple, la cassette FLIR F-18 que j’ai montrée, nous avons maintenant trois films et il y en a probablement d’autres à venir.

Qui sont les principaux acteurs dans cette organisation?

Tom DeLonge, Blink 182, rock star. Franchement, je n’avais jamais entendu parler de Blink 182, mais mon fils m’a dit: « Oh oui, nous connaissons Blink 182 ». Mais de toute façon, en plus d’être la rock star qu’il est, il est aussi réalisateur et producteur, il publie des livres, de la musique et des films et ainsi de suite… et toute sa vie il a eu un grand intérêt pour ce qui concerne les ovnis. Alors, il a commencé à parler avec des gens différents et c’était un peu le genre de personne que l’on pourrait dire, orientée vers l’action. Il a dit: « Pourquoi ne faites-vous pas quelque chose? Pourquoi ne rendrions-nous pas cela plus accessible au public? ». Et il a rencontré un certain nombre d’entre nous et nous avons donc tous commencé à nous regrouper.

Lue Elizondo qui était en fait le directeur du programme AATIP du Pentagone au Ministère de la Défense, a démissionné du Pentagone et s’est joint à nous.

Chris Mellon, 20 ans de carrière, sous-secrétaire adjoint à la Défense pour le renseignement, directeur du personnel minoritaire du Comité sénatorial spécial du renseignement, s’est joint à nous. Nous avons eu Jim Semivan, 25 ans de carrière à la Direction des opérations de la CIA. C’était le genre de gars vrai James Bond. Steve Justice vient de prendre sa retraite en tant que Directeur de programmes de milliards de dollars à Lockheed Martin Skunk Works. Il nous a rejoint.

Et puis, j’ai accepté d’être au Conseil. Donc, je les ai rejoints. En plus de mes antécédents en sciences et en génie, j’ai eu beaucoup d’activités dans les domaines classifiés, ce qui m’a permis d’interagir avec toutes ces personnes.

Nous avons également mis sur pied un groupe consultatif politique et scientifique composé des meilleures personnes que nous pouvions trouver: Chris Mellon a accepté d’en être le président, Le Dr. Colm Kelleher, qui était l’administrateur adjoint de Bigelow Aerospace pour diriger le programme AATIP du Pentagone, le Dr Gary Nolan, professeur de génétique à l’université de Stanford, le Dr Kahn, 30 ans de carrière avec le programme de contre-armes biologiques de la CIA, le Dr Rapp, professeur de médecine militaire et d’urgence à Uniform Services University, le Dr Gilpin, consultant sur la recherche biomédicale universitaire et le droit de la recherche.

Donc, nous avons formé une équipe de panélistes, pour rester dans la ligne étroite des personnes vraiment supérieures qui ont de merveilleuses expériences et qui veulent vraiment que des travaux scientifiques soient effectués dans ce domaine.

 

Ainsi, les objectifs de To the Stars Academy sont:

– Promouvoir le concept selon lequel des sujets tels que les ovnis, le SETI, les études de la conscience, voire la télépathie et la psychokinèse, ne devraient pas être considérés comme tabous pour des considérations scientifiques sérieuses. Ce qui correspond parfaitement avec le SSE car c’est aussi notre objectif dans le SSE.

– Et bien sûr, avoir de grandes idées qui génèrent du financement pour soutenir la recherche significative dans ces domaines.

– Développer des bases de données conviviales pour que les informations générées soient accessibles à tous.

– Fournir un soutien positif pour une coopération avec le gouvernement, l’industrie aérospatiale et les travaux académiques pour accomplir tout ce qui précède.

Donc, nous voulons y faire adhérer le secteur public et créer des biens de divertissement, des livres et des documentaires et ainsi de suite afin que tout ce qui est appris puisse être livré au public.

L’organisation a une structure scientifique, une structure aérospatiale et une division de divertissement. Quelles sont les activités de cette organisation à ce jour? En fait, nous étions chargés de légitimer le sujet dans la presse grand public. Cette histoire qui a été publiée dans le New York Times et ainsi de suite, qui a ensuite été reprise par le Washington Post, CNN, Fox News, était basée sur des entretiens convenus avec ceux d’entre nous dont je viens de faire la liste. Et compte tenu de la qualité des sources qui sortent de l’ombre, par exemple l’ex-chef de la majorité au Sénat Harry Reid, les principaux pilotes du F-18, d’importants représentants du ministère de la Défense et du renseignement, la barre a été élevée à la légitimation de ce sujet dans l’espace public. Nous pensons que c’est un objectif atteint à ce jour.

Et grâce aux publications de la communauté d’intérêt sur le site Web, nous avons maintenant trois bandes vidéo de F-18 de haute qualité de rencontres avec des phénomènes aériens non identifiés. Elles ont déjà croupi dans les serveurs du Pentagone, personne n’en a fait autant avec elles. D’autres vidéos doivent encore être produites. L’une des bandes date de 2016 au large de la côte Est des États-Unis. Il y a beaucoup plus de cassettes. J’espère qu’on en verra beaucoup plus.

Nous ne produisons pas seulement des résultats positifs ou ce que les gens penseraient être des résultats positifs. L’un de nos scientifiques, conseiller scientifique est Garry Nolan de l’Université Stanford, qui est un expert en génétique. Il y avait eu des proclamations qu’un petit squelette humanoïde trouvé au Chili, le soi-disant Humanoïd d’Atacama, pourrait être ET. Nous comprenons pourquoi quelqu’un pourrait le penser en voyant sa structure. Mais quoi qu’il en soit, Nolan et les gens d’autres universités ont mis au point une analyse génétique complète et ont décodé son génome entier. Ils ont en fait hélas trouvé que ce n’est pas une preuve d’ET, c’est un humain déformé. C’est sur le site Web que vous pouvez lire le document. Il a été publié dans l’un des meilleurs journaux de génétique et très bien évalué par les pairs. (Bhattacharya S., Li J., Sockell A., Kan MJ, Bava FA, Chen SC, Ávila-Arcos MC, Ji X., Smith E., Asadi NB, Lachman RS, Lam HYK, Bustamante CD, Butte AJ, Nolan GP. Le séquençage génomique du squelette d’Atacama montre de nouvelles mutations liées à la dysplasie.  » Genome Research 2018 Apr; 28 (4): 423-431.)

Des réunions sont en cours avec des gens d’autres pays parce que ces autres pays, qui ont aussi du matériel, ne veulent pas nécessairement les donner au gouvernement américain parce qu’ils disparaissent dans un trou noir et qu’ils n’apprennent jamais rien. Mais compte tenu de notre engagement en tant que société d’intérêt public, cela ne se produira pas avec nous. Ils nous parlent maintenant et nous collaborons pour obtenir du matériel de pays étrangers.

Nous négocions avec les médias pour diffuser tout cela dans le public sous forme de documentaires ou d’émissions de télévision, peu importe. Donc, fondamentalement, c’est l’histoire passée et l’histoire future et je suis heureux de répondre à vos questions. Je répondrai à tout ce que je peux.

 

QUESTION: Votre bon ami John Alexander a publié un livre et je sais que j’aurai l’occasion de lui demander cela aussi. Pourquoi était-il si difficile pour lui de trouver qui faisait la recherche, qui tenait des dossiers sur les ovnis? Dans son livre il a dit « Tout le monde pensait que quelqu’un d’autre le faisait » et tout le monde a dit dans tous les départements « ce n’est pas moi, c’est quelqu’un d’autre qui le fait ».

PUTHOFF: C’était quelqu’un d’autre qui le faisait.

(Rires)

Si des documents sont détenus dans des programmes d’accès spéciaux, des conversations informelles, même avec des personnes de haut niveau qui connaissent votre intérêt et qui sont intéressées, ne révéleront pas nécessairement les faits.

QUESTION: Je pense que Luis Elizondo a même dit que son propre patron n’était pas très sûr de ce que lui, faisait. Est-ce vrai?

PUTHOFF: C’est vrai.

BUCHMAN: Je m’appelle Joe Buchman, j’étais l’un des organisateurs du Citizen’s Hearing 2013 qui était aussi une tentative de rassembler les meilleures preuves sur ETs ou OVNIS. Je ne sais pas si vous êtes au courant de ces audiences. Si vous l’êtes, j’aimerais savoir ce que vous en pensez. Mais ma deuxième question concerne les autres bandes.Vous avez dit qu’il y a beaucoup d’autres bandes. Sont-elles classifiées? Sinon, ou même s’ils elles le sont, pouvez-vous les caractériser de quelque façon que ce soit ou nous en dire plus à leur sujet?

PUTHOFF: Elles ne sont pas très différents des premières. Certaines d’entre elles ont été classifiées en raison de l’endroit où elles ont été prises. Mais en ce qui concerne le contenu de ce qui nous intéresse du point de vue technique, elles ne sont pas si différentes. Pourvu que vous supprimiez le lieu et ainsi de suite, il y a une chance de les faire déclassifier et nous y travaillons.

BUCHMAN: En ce qui concerne spécifiquement l’audience citoyenne, y a-t-il des données que vous avez trouvées particulièrement utiles?

PUTHOFF: Eh bien, vous devez choisir parmi les données. Je connais le Citizen Hearing et ainsi de suite et certainement les dépositions des personnes qui se trouvaient dans les tours de lancement des missiles. . .

BUCHMAN: Bob Salas.

PUTHOFF: Bob Salas par exemple – ce sont vraiment de très bonnes informations. Et l’administrateur de la FAA qui a donné suite (John Callahan) – toutes de bonnes informations.

BUCHMAN: Merci.

QUESTION: Merci beaucoup pour votre exposé. Je voulais parler de la nature de la divulgation. Je suppose que le chiffre était de 22 millions de dollars et que le programme était fermé? C’est peut-être un saut, mais je pense que les chercheurs sur les OVNIS savent que les dépenses en réalité se chiffrent en milliards sinon plus. Donc, certaines personnes dans la communauté de recherche OVNI ont soulevé la question, est-ce un canard sur la mare, pour indiquer un chiffre aussi bas que 22 millions et ensuite déclarer que le programme n’existe plus. J’espérais que vous pourriez faire quelques commentaires sur les nombreuses préoccupations qui ont découlé de ces déclarations.

PUTHOFF: C’est une préoccupation légitime . Ce programme de 22 millions de dollars était un programme particulier. Cela ne veut pas dire qu’il n’y avait pas d’autres programmes avec d’autres niveaux de financement. Ce n’est pas comme si, soudain, il y avait ce programme qui n’a pas duré longtemps et qui n’avait pas beaucoup d’argent et qui a été fermé. L’intérêt est continu. Les négociations se poursuivent. Les programmes sont examinés. Il se passe beaucoup de choses. Mes collègues et moi passons beaucoup de temps à Washington à discuter avec des comités qui étudient la question sous différents angles. Donc, le point de vue général est: « Oh, c’était juste un programme qui s’est présenté et qui n’a pas donné beaucoup de valeur et qui a été annulé ». Ce n’est pas vraiment le cas.

Ces chiffres sont également associés aux chiffres communiqués aux sous traitants. Mais cela ne signifie pas que les gens au sein du système ne travaillent pas encore dessus.

QUESTION: Pour tous les inventeurs qui travaillent dans nos garages, sur les appareils d’ingénierie métrique, y aura-t-il un centre d’échange pour que les gens puissent échanger leurs découvertes? Juste la chose à propos du décalage de fréquence (vers le bleu). Nous pouvons tous chercher des décalages de ligne avec des lasers pour voir si nous pouvons générer des micro-effets. Quelque chose comme ça serait incroyablement précieux. Comment cela peut-il sortir?

PUTHOFF: Nous avons un programme Maverick Inventor à EarthTech International, mon organisation, et aussi à l’Académie To The Stars est en train de mettre en place une organisation de recherche. Donc, si vous faites de l’ingénierie métrique dans votre laboratoire et que vous avez un décalage de fréquence laser, amenez-les, nous allons les regarder.

[Fin de la présentation]


Notes de JK

(*) SSE

Depuis 1982, la Society for Scientific Exploration (SSE) est un forum essentiel pour partager des recherches originales sur des sujets conventionnels et non conventionnels. Les sujets franchissent souvent les frontières du grand public, mais peuvent avoir de profondes implications pour les connaissances et la technologie humaines. Nous publions une revue à comité de lecture et le magazine EdgeScience, organisons des conférences et connectons des chercheurs.

A propos des conférences SSE

Les conférences SSE sont l’occasion de partager et d’évaluer certaines des recherches originales les plus passionnantes et les plus prometteuses qui se déroulent aujourd’hui. L’événement est hautement interdisciplinaire, avec des conférences couvrant des sujets allant de la recherche sur la conscience, les progrès dans les nouvelles technologies énergétiques, les découvertes portant sur la guérison et la médecine, et bien plus encore. La SSE organise des conférences annuelles en Amérique du Nord et des conférences biennales en Europe. Toutes les conférences sont ouvertes au public.

(**) La vitesse de la lumière dans le vide est liée à la permittivité diélectrique du vide ε0 et à la perméabilité magnétique du vide µ0 par la relation: c = 1/vµ0ε0.

La vitesse de la lumière dans un milieu s’obtient avec la même relation, mais cette fois en utilisant la permittivité et la perméabilité de ce milieu. Ces grandeurs décrivent la manière dont un milieu interagit avec un champ électrique et avec un champ magnétique, et ont donc naturellement un impact sur la manière dont une onde électromagnétique se propage.

La permittivité diélectrique traduit en quelque sorte la force de l’induction électrique dans un milieu: quand l’intensité d’un champ électrique change, il se crée un champ magnétique d’autant plus faible que e est grand.

La perméabilité magnétique traduit la capacité d’un matériau à canaliser un champ magnétique, mais aussi la manière dont un champ magnétique variable va induire un champ électrique. (Ce qui explique que certaines casseroles sont adaptées aux plaques à induction et d’autres non: dans un milieu ferromagnétique où µ est très élevé, un champ magnétique variable ne crée presque pas de courants induits, donc la casserole ne chauffe pas).

Effectivement, un milieu dense va en général interagir beaucoup plus avec les champs électriques et magnétiques, et le vitesse y sera d’autant plus faible. Mais ce n’est pas si simple que ça (à certaines fréquences par exemple, l’indice de réfraction de l’eau est très élevé, beaucoup plus que celui du verre pourtant plus dense) .

Traduction et illustration Jacky Kozan le 05 août 2018