Conférence-Divulgation de l’équipe « To The Stars Academy of Arts and Science »

Voir la présentation de l’équipe.

Texte source original  transcription publiée le 11 octobre 2017 par Alejandro Rojas (Open Minds TV) membre de l’Académie d’Ufologie.

Traduction en Français de Jacky Kozan.


Tom DeLonge:

Au début de l’année, j’ai entrepris de faire quelque chose de très stimulant. Je voulais changer la perception sur un sujet extraordinaire qui a déjà été débattu depuis plus de 70 ans et franchement qui été juste de l’information. J’ai eu l’occasion rare de présenter mes idées à un dirigeant du Ministère de la Défense qui travaillait dans les programmes d’accès spéciaux dans une zone appelée Watertown également connue sous le nom de zone 51. Cette réunion a mené à de multiples rencontres clandestines à travers les États-Unis. J’ai appris trois choses: premièrement, il y a certaines choses qui n’auraient jamais dû être secrètes; deuxièmement, leurs secrets qui étaient justifiables à l’époque devraient maintenant être divulgués; troisièmement, il y a des choses qui sont si inimaginables que certains intérêts ne voudront jamais les rendre publics. Quand vous les connaîtrez, vous pourriez même être d’accord.

Je suis Tom Delonge et merci de nous rejoindre en direct aujourd’hui.

Cette décision m’est réellement venue l’année dernière. Quand j’étais jeune, je rêvais de faire un spectacle de rock devant tous mes voisins. En tant qu’élève de 5ème cela me semblait inaccessible. Je ne m’attendais jamais à avoir la chance d’avoir un groupe comme Blink 182 dans ma vie. C’était quelque chose qui était beaucoup plus qu’un rêve. Ce n’était même pas possible dans n’importe quel scénario auquel je pouvais penser lorsque j’ai signé mon premier contrat d’enregistrement majeur. J’ai pris mon premier chèque, acheté un ordinateur de bureau afin que je puisse rechercher la possibilité d’une vie intelligente dans l’univers. Je restais toute la nuit à cataloguer l’archivage et à mettre en évidence de petits morceaux de données en pensant que je pouvais trouver une théorie unifiée pour donner un sens aux nombreux événements insaisissables et mystérieux qui semblent avoir interagi avec l’humanité depuis des milliers d’années quelque fois pour le bon et parfois pas tellement.

Ma passion pour le sujet m’a aidé à envisager une existence plus intéressante pour nous tous; quelque chose de plus infini et plus excitant que d’habitude. J’étais un enfant typique de la classe moyenne de la banlieue. Sauf que j’aimais le mystère. C’était comme si j’étais sur mon propre trajet imaginaire à chercher sans fin une réponse à tout ce qui est, comme s’il y avait une telle chose. Maintenant à l’âge adulte, j’ai commencé à utiliser ma notoriété limitée comme un outil, un ouvre-porte pour rencontrer des gens importants. Je l’ai également fait tout en combinant l’ensemble de mon expérience d’entrepreneur au cours des 15 dernières années dans une entreprise qui pourrait suivre mon esprit de compétition. Le résultat a été une machine créative pour m’aider à comprendre et à communiquer de grands thèmes sur la race humaine. Je l’ai appelée To The Stars (vers les étoiles). J’ai créé une entreprise capable de produire des histoires de science-fiction originales qui inspirent divertissent et galvanisent la pensée. Vous seriez surpris de savoir à quel point il est difficile pour les grands studios de cinéma de créer un contenu progressif pertinent, moderne et simplement cool.

Je les ai tous rencontrés et leurs mains sont liées de plusieurs façons. Je crois que nous remplissons un vide majeur dans leur espace de création de contenu. J’appelle parfois To the Stars une science fiction Disney mais pour les adultes. Nos projets concernent les rêves, le paranormal, la conscience et même un récit de fiction historique derrière le phénomène OVNI et nos relations avec celui-ci. Pendant que l’entreprise prenait forme, Blink 182 se défaisait dans la presse. A l’époque, je voyageais secrètement dans le pays pendant 18 mois. Je travaillais avec la NASA, le Ministère de la Défense et divers autres organismes, et je ne pouvais le dire à personne à l’époque, y compris au groupe (Blink 182). Ensuite, le Wall Street Journal et d’autres grandes agences de presse ont rapporté une histoire selon laquelle une vedette du rock avait des visioconférences avec des hauts responsables de l’armée et de la défense.

Et je ne pense pas que les gens savaient vraiment quoi en faire à ce moment-là, mais les principales publications d’information ont certainement commencé à le remarquer. Ils ne savaient même pas comment j’avais eu ce genre d’accès. Et au cours de cette période, l’histoire des millénaires, comme nous l’appelons, s’est installée tranquillement dans ma tête. J’ai commencé à le dire dans le livre « Sekret Machines« . À l’époque, j’étais même visité par un homme et une certaine agence. La conversation m’a remis à ma place rapidement. C’était la première fois que je digérais vraiment l’énormité des implications du sujet OVNI sur la sécurité nationale. Ses mots étaient, et je me souviens d’être assis dans la petite pièce, « Quand votre livre est sorti, il y avait des appels venant de partout. Vous savez des choses que vous ne devriez pas savoir. Et j’ai besoin de savoir quel diable vous êtes ». Et deux jours plus tard, je crois qu’il a réalisé la même chose que tous les généraux que j’ai rencontrés. J’étais respectueux. Je suis humble devant l’opportunité. J’ai fait tout ce que j’ai dit que j’allais faire. Et j’étais aussi un défenseur des hommes et des femmes en uniforme. Revenons maintenant à cet article du Wall Street Journal, cet article a tiré des gens très importants hors de l’ombre. De principaux joueurs ayant les meilleures références et les meilleurs CV. Une stratégie a été développée qui je pense est vraiment capable de réaliser l’impossible. Vous devez d’abord comprendre que le Ministère de la Défense a une culture du secret, non pas par mépris ou méfiance envers ses citoyens, mais parce qu’il est approprié de protéger la vie de ses gens, de ses technologies et de ses méthodes, comme celle de mon propre frère qui a fait carrière dans forces spéciales. Ce n’est pas leur travail de nous aider à comprendre l’univers, les événements passés ou pourquoi certaines actions ont été prises sur le phénomène OVNI il y a plus de 70 ans. Ils étaient trop occupés à s’en occuper. Donc, cela nous amène à aujourd’hui. J’ai travaillé pendant deux ans pour construire un mécanisme qui manque. Un qui peut prendre le plus grand secret et le secret… le plus controversé sur terre et l’entourer de trois stratégies révolutionnaires qui innoveront, éduqueront et je l’espère, amuseront follement en même temps. C’est ce qu’on appelle « l’Académie des Arts et des Sciences ». Nous l’avons fait, sincèrement, aussi dur que cela puisse être pour vous à comprendre vraiment qu’il faut définir un futur et non pas en être victime.

Et c’était un service que j’ai offert et c’est aussi pourquoi j’ai reçu un billet pour rencontrer des gens très invisibles, mais aussi très importants. Maintenant, il y a un sujet qui pourrait potentiellement changer le monde. Comment l’aborderait-on surtout si le sujet contenait une technologie qui changerait la terre, le besoin de comprendre une vague d’informations à venir et ce que mes partenaires et moi appelons « l’histoire des millénaires ». Encore une fois, une technologie, un besoin d’apprendre davantage et quelques histoires à raconter. Notre institution cherche à construire une machine à financement perpétuel qui peut s’attaquer continuellement à ces trois choses: Aérospatial, Science et Divertissement. Encore une fois, quelques histoires importantes à raconter, un besoin d’en savoir plus et un plan d’ingénierie de la technologie observée. C’est pourquoi je suis ici. C’est pourquoi ils sont ici. Nous allons l’apporter au monde et nous allons vous montrer aujourd’hui comment nous visons à atteindre cet objectif.

Nous avons un plan pour apporter l’inimaginable, l’étoffe des rêves, au monde. L’Académie des Arts et des Sciences vise à communiquer des événements historiques et des idées avant-gardistes à travers le cinéma et vous inclure dans une découverte scientifique en cours et de construire un engin exotique avec une source d’énergie qui peut révolutionner le monde. Et j’aimerais que vous nous aidiez à pousser l’humanité au-delà d’une frontière invisible qui semble nous confiner, en nous forçant à refaire les mêmes erreurs encore et encore.

Et maintenant, laissez-moi vous présenter notre équipe et comment nous allons réaliser cette chose impossible. D’abord mes deux co-fondateurs, Jim Semivan, un espion de carrière, ancien du service de renseignement de la Direction des Opérations de la CIA, un stratège capable d’aider l’Académie To The Stars à naviguer parmi les nombreuses sensibilités impliquées avec le gouvernement ou avec d’autres qui pourraient éventuellement avoir ce que nous avons. M. Hal Puthoff est physicien théoricien et directeur de programme pour de nombreux programmes classifiés de la CIA et du Ministère de la Défense. Le Dr Puthoff est le créateur du programme d’espionnage psychique révolutionnaire de la CIA encore en usage à ce jour et sa science révolutionnaire traitant de l’ingénierie de l’espace-temps est cruciale pour potentiellement comprendre la technologie observée. Steve Justice dirige la division aérospatiale, le mois dernier, littéralement le mois dernier, Steve a terminé sa carrière en tant que Directeur des Systèmes Avancés chez Lockheed Martin Skunkworks et à ce jour Skunkworks est l’organisation aérospatiale de premier plan du gouvernement américain pour le développement d’avions avancés répondant à nos besoins urgents en matière de sécurité nationale. Il vous expliquera comment cette technologie peut révolutionner le monde. Luis Elizondo a littéralement terminé sa carrière au Département de la Défense en tant qu’officier supérieur des renseignements au bureau du Secrétaire à la Défense il y a quelques jours et maintenant il est sur la scène avec nous. Il a été Directeur National du personnel de gestion spéciale du programme national. Pardonnez-moi, ces titres sont très longs, et il va construire des partenariats avec des endroits très sensibles pour nous aider à protéger la technologie que nous allons construire afin que nous puissions ensemble réaliser l’extraordinaire. Chris Mellon, président de la commission de politique de sécurité nationale et conseiller scientifique de la TTS Académie, a une longue carrière au DPD en tant que sous-secrétaire adjoint au renseignement à la défense et directeur du personnel au comité de renseignement du Sénat. En fait, Chris a participé à l’examen de plusieurs des activités les plus sensibles de notre pays au cours de sa carrière. Je l’ai rencontré un jour après un appel spontané et il s’est avéré être un stratège incroyable, notre guide principal à Washington D.C. et un ami très cher. Assurez-vous de partager cette publication parce que tout le monde veut entendre ce qu’il a à dire, Chris.

Chris Mellon:
Merci beaucoup.

Je suis ravi d’être ici pour faire partie de cette équipe. Je commencerai par expliquer pourquoi combiner la science et le divertissement dans une seule entreprise. Quelle est l’unité sous-jacente de ces activités distinctes? Il y a deux méthodes principales que nous avons utilisées pour apprendre et comprendre le monde. Le premier est à travers des histoires et le second est l’enquête rationnelle. Il n’y a rien de plus omniprésent chez les humains que la narration. Nous avons besoin d’histoires pour raconter nos expériences transmettre de l’information et mieux comprendre le monde. Nous avons adapté notre histoire aux nouvelles technologies, mais la technologie vitale, la fonction essentielle de la narration reste la même. L’enquête rationnelle ou la méthode scientifique est l’autre moyen principal que nous utilisons pour donner un sens au monde. Mais la narration et l’enquête rationnelle doivent travailler main dans la main pour le bénéfice de la société et ce sont les hémisphères droit et gauche de notre cerveau qui travaillent ensemble. Un analytique et l’autre intuitif en holistique. Albert Einstein a identifié l’unité sous-jacente de l’art et de la science quand il a dit: « La plus belle chose que nous puissions expérimenter est que le mystère est la source de tout art véritable en science. » Maintenant, permettez-moi de parler de ce qui nous semble urgent, en connexion avec notre double mission. Il y a exactement soixante ans, ce mois-ci, l’ex-Union soviétique a annoncé avec fierté son succès en mettant en orbite le premier satellite fabriqué par l’homme. Les nouvelles fomentaient une anxiété intense dans le contexte de la guerre froide, mais l’Amérique était stimulée et entrait avec enthousiasme dans une ère connue sous le nom de course à l’espace. La Conquête de l’Espace a rencontré l’imagination du public et nous avons choisi d’atteindre la Lune. Spoutnik était un tir indésirable, mais il a déclenché un boum dans la science et l’ingénierie et les inscriptions aux cours de sciences et d’ingénierie ont explosées en même temps que le public a dévoré les livres, de fiction ou non, sur l’exploration spatiale utilisant ces média pour traiter les ramifications de l’ère spatiale.

Imaginez un instant que Spoutnik soit resté un secret connu seulement de l’Union Soviétique et peut-être d’un petit groupe de la CIA. Il n’y aurait pas eu de tollé ou de débat public. Ce grand coup de pouce à l’exploration spatiale n’aurait pas eu lieu si le public était resté ignorant de Spoutnik en raison d’un secret excessif. Cela surprendra sans doute le public d’apprendre que nous nous retrouvons une fois de plus dans une course à l’innovation technologique. Permettez-moi de vous raconter une histoire dans l’espoir de clarifier les choses. Nous sommes actuellement à 10 milles du port d’attache de l’USS Nimitz, un navire de guerre de cinq milliards de dollars avec un équipage de plusieurs milliers de personnes. C’est l’un des principaux atouts de la marine américaine. Imaginez que Nimitz opère au large de la côte de San Diego par une brillante journée ensoleillée escortée par l’USS Princeton, un croiseur de classe Aegis qui protège les groupes de combat des transporteurs en utilisant le système de défense aérienne naval le plus sophistiqué au monde.

Imaginez que ces navires s’engagent dans un exercice d’entraînement de routine lorsqu’un appareil non identifié, avec une petite surface équivalente de réflexion, apparaît sur le radar en direction du groupement tactique. L’avion n’a pas de transpondeur, ne répond pas aux appels radio. L’USS Princeton contacte deux F-18 déjà en altitude pour intercepter la cible. Alors que les deux F-18 s’approchent, les quatre aviateurs voient que l’objet n’a ni ailes ni échappement. Il est blanc, oblong, d’environ 12 mètres de long et peut-être de 4 mètres d’épaisseur. Un pilote poursuit le vaisseau alors que son ailier reste en altitude. Les pilotes sont étonnés de voir l’objet se réorienter soudainement vers le F-18 en approche. Dans une série de discrètes manœuvres acrobatiques qui semblent défier les lois de la physique.

L’objet prend position directement derrière le F-18. La caméra de poing du pilote capture des images et l’émission infrarouge de l’objet. Ils sont dépassés par une technologie qu’ils n’ont jamais vue. Craignant pour leur sécurité et à court de carburant, huit équipes sont revenues au Nimitz. L’objet étrange est resté dans les environs du Nimitz pendant des heures, surveillé par l’USS Princeton et le radar de bord d’un avion Navy E-2 Hawkeye. À un moment donné, l’objet s’élève à 26 000 mètres, est resté stationnaire, puis est descendu à une vitesse supersonique jusqu’à l’arrêt complet à seulement 15 mètres au-dessus de l’océan où il a repris son vol stationnaire. D’autres F-18 ont été envoyés mais avec des résultats similaires. L’engagement s’est produit en plein jour, la machine secrète a évité facilement les F-18. Des dizaines de militaires à bord des différents avions et navires impliqués sont au courant de ces interactions.

Gardez à l’esprit que les aviateurs navals sont les meilleurs observateurs possibles. Tous ont des autorisations top secret. Tous sont testés sur la drogue, sont d’ardents patriotes, ont une excellente vision et comprennent l’aéronautique et l’aviation. De toute évidence, ce n’est pas un avion américain expérimental, alors à qui appartient-il? Comment a-t-il accompli ces exploits? Cette histoire peut ressembler à un film de science-fiction mais c’est une histoire vraie et loin d’être la seule de son genre. J’ai rencontré un des pilotes et confirmé l’affaire comme l’ont fait d’autres membres de l’équipe « To the Stars Academy ». Mais la vraie beauté de cette histoire est que vous n’avez pas à me croire sur parole ou même à celle de l’officier de la Marine qui a décrit ces événements dans un article, vous pouvez trouver sur le web en cherchant sur les OVNIS 2004 de Nimitz. Mieux encore, le gouvernement américain lui-même peut vérifier les événements impliquant l’USS Nimitz le 14 novembre 2004. La clé pour révéler s’il existe ou non des véhicules avancés avec des capacités bien au-delà de tout ce qui est fabriqué en Amérique est maintenant entre les mains de la presse et du public. Le président du Comité des Forces Armées et ses homologues et d’autres comités de surveillance du Congrès peuvent facilement demander un briefing pour confirmer la véracité de cette histoire et l’existence d’autres événements de même nature. Le Congrès a le droit d’examiner les documents générés par cet événement et de demander des informations au personnel militaire concerné. Si les comités de surveillance n’ont pas déjà été informés de cet événement et d’autres similaires, ils devraient l’être. Sinon, comment peuvent-ils évaluer adéquatement les menaces à nos forces et nos besoins militaires?

Il n’y a rien à prouver ici. Ce ne sont que des faits qui doivent être correctement évalués. Sans les faits, ni le Congrès ni notre démocratie ne peuvent fonctionner efficacement. Une fois que la vérité est connue, certaines inquiétudes seront certainement soulevées, mais l’imagination sera également stimulée par un intérêt renouvelé pour l’espace et la science qui aboutira inévitablement à la réaction de notre gouvernement et à la réponse de notre société. Mais nous ne pourrons relever le défi qu’une fois que le public aura pris conscience qu’un problème existe. Lever nos yeux vers les étoiles est une proposition constructive et unificatrice pour l’humanité à un moment de désarroi croissant. Nous sommes une société avec un but public et nous sommes tous sur la combinaison de la lumière de la raison et la passion de l’art pour stimuler de nouvelles pensées et découvertes. To the Stars Academy offre l’occasion de se lancer dans un voyage sans précédent de narration, d’exploration et d’innovation. C’est plus qu’une entreprise commerciale. C’est une aventure intellectuelle. Nous espérons que vous vous joindrez tous à nous.

Je vous remercie.

Tom DeLonge:
Pour ceux d’entre vous qui viennent de nous rejoindre du monde entier, je veux vous souhaiter la bienvenue. Aujourd’hui, nous annonçons à l’Académie des Arts et des Sciences une entreprise dédiée à repousser les limites de la science et de sa compréhension ainsi que celles de la compréhension du phénomène aérien.
Vous savez, je veux prendre une seconde ici…
Il y a quelques mois, des gens très importants de l’intérieur du gouvernement parlaient de quelqu’un que je serais peut-être un jour capable de rencontrer. Et je me souviens que les mots étaient: « vous, vous ne pouvez pas connaître son nom, mais si vous deviez connaître son nom, vous devriez le garder pour vous jusqu’au jour où vous mourrez ».
Et puis je me souviens qu’il y a eu une grande avancée quand nous avons commencé à faire référence à ce type par la lettre « L ». C’était il y a quelques jours. Cette personne a maintenant terminé sa carrière au Ministère de la Défense en tant que haut responsable du renseignement secret au bureau du Secrétaire à la Défense. Je pense que vous devez vraiment écouter attentivement ce qu’il dit. Et j’ai encore, même en travaillant jusqu’à aujourd’hui, les frissons quand vous, quand vous, quand vous… le dites. Alors je veux que vous rencontriez tous Luis Elizondo.

Luis Elizondo:
Merci Tom pour cette introduction très spéciale. Je m’appelle Luis Elizondo et en tant qu’agent du renseignement de carrière, je suis habitué à participer à des programmes de maintien de l’ordre en matière de sécurité nationale. Cela inclus être un agent spécial de contre-espionnage, un officier chargé d’affaires et un spécialiste du renseignement. Cependant, l’effort le plus intéressant auquel j’ai participé a été, de loin, le sujet des menaces aériennes avancées. Au cours de la dernière décennie, j’ai dirigé un programme sensible d’identification des menaces aérospatiales axé sur les technologies aériennes non identifiées. C’est dans cette position que j’ai appris que le phénomène est bien réel. Et maintenant, en tant que membre de « To the Stars Academy », nous vous apporterons nos observations. Pour commencer « To the Stars Academy » planifie de nouveaux outils et moyens passionnants qui vous permettront, ainsi qu’à d’autres, de prendre part efficacement à ce que nous faisons et nous vous permettrons de détecter, analyser, catégoriser et même faire de l’ingénierie sur les technologies restées inaccessibles jusqu’à présent. Une des nombreuses façons dont nous cherchons à accomplir ceci, c’est à travers une communauté d’intérêts, une sorte d’environnement virtuel. Cet environnement virtuel fournit une plate-forme pour la détection et la triangulation des événements de phénomènes en temps réel et permet une communication bidirectionnelle entre le public et notre équipe concernant ces informations. Mon travail consistera à travailler en tant qu’interface et interlocuteur dans la collecte de ces informations pour la Division Scientifique, ce qui nous permettra de collecter des données pour faire des analyses. Nous prévoyons également de fournir des images jamais diffusées à partir de vrais systèmes gouvernementaux américains, pas des photos amateurs floues, mais de vraies données et de vraies vidéos. Et nous invitons nos collègues du gouvernement, nos amis et la Défense à y participer régulièrement avec leurs propres constatations.
Un autre objectif de « To the Stars Academy » est le développement d’une application qui vous permettra de nous aider à « repérer les données critiques ». N’importe qui avec un téléphone portable pourrait être averti d’un événement survenant dans sa région. Ce qui en fait des contributeurs virtuels avec des millions de personnes documentant les événements quand ils se produisent réellement. « To the Stars Academy » est sur le point de nous réunir tous ensemble en nous permettant de franchir un nouveau seuil de compréhension et je suis franchement excité comme un diable à l’idée de faire partie de cet effort avec vous. Merci sincèrement pour votre temps.

Tom, c’est à vous.

Tom DeLonge:
Si vous venez de nous rejoindre, bienvenue à l’annonce en direct de « To the Stars Academy of Arts and Science ». Vous devez la partager, pour nous, et vous découvrirez pourquoi nous sommes ici. Je suis sur le point de faire ressortir l’un des ingénieurs aérospatiaux les plus accomplis de la planète.
La première fois que j’ai rencontré Steve Justice, j’ai eu l’occasion d’aller le voir à Lockheed Martin Skunkworks. Je me souviens d’avoir franchi ce poste de garde, il y avait une mitrailleuse… et ils ont d’abord pris mes empreintes digitales et tout ce genre de choses et ensuite j’ai pu passer devant la mitrailleuse. Et puis j’ai franchi cette porte qui était fermée par sécurité de l’intérieur puis une autre porte avec des codes électroniques et d’autres systèmes de sécurité. Je pénètre dans un long couloir où il y a comme des centaines de haut-parleurs qui le bordent avec juste un « bruit blanc » continu pour étouffer toutes les conversations (écouter un « bruit blanc »). Et puis il y a eu d’autres portes épaisses comme celles des coffre-forts avec ces verrous rotatifs. Vous entrez là-bas, il n’y a pas de fenêtres. Très peu de gens. Et c’est l’élite de l’élite des ingénieurs aérospatiaux qui construisent les trucs que franchement la plupart des gens pensent que ce sont des ovnis dans le ciel quand ils les voient. Je suis un enfant dans un magasin de bonbons et je partage la scène avec quelqu’un qui travaille sur les trucs les plus cool du monde. J’aimerais vous présenter le chef de notre division aérospatiale, Steve Justice.

Steve Justice:
Merci Tom. Quand Tom est venu me rendre visite à mon bureau, je voulais parler de musique rock, il voulait parler d’avions et nous avons donc dû faire travailler nos esprits pour imaginer ce que la discussion allait être. Je voudrais que vous vous remettiez en tête une minute ce que Chris et Luis vous ont dit et je voudrais que vous réfléchissiez aux personnes qui sont impliquées dans ça, comment elles ont été influencées par ce qu’elles ont vu, les témoins dont Chris a parlé et Luis lui-même. Et quand vous vous demandez comment vous pouvez dire que ce n’est pas réel. Pour moi, cela le rend réel et signifie qu’on peut le faire. Cela signifie qu’on peut le faire. Donc, si cela peut être fait, faisons confiance à leur position. OK… et l’une des choses que je veux faire est de comprendre quelles sont ces technologies dans ce véhicule observé et je veux construire cela. Je veux construire quelque chose qui stimule absolument l’imagination. Et « To the Stars Academy » est structurée pour faire exactement cela. La division scientifique de l’Académie est conçue pour sortir et collecter l’information. Connectez les points à l’intérieur. Vous savez maintenant que nous allons rassembler des sources partout et comme vous avez entendu Luis le dire, essayer de relier les points d’une manière que nous n’avons jamais pu le faire auparavant. Et la communauté d’intérêts que vous avez mentionnée sera critique pour cela. Et puis nous voulons essayer de comprendre exactement ce que cela signifie. La Division Aérospatiale va récolter les technologies et la compréhension de la Division des Sciences essayer de mener à bien et démontrer les technologies, construire des prototypes et même des systèmes de production qui peuvent changer la vie telle que nous la connaissons. Et enfin, il y a la division du divertissement dont Tom a parlé et dans laquelle vous allez faire ce voyage avec nous, vous y participerez avec nous et nous informerons tout le monde tout au long du chemin. Nous fournirons de l’éducation qui, espérons-le, va vous inspirer pour penser à l’avenir d’une manière très très différente. Quand il s’agit de façonner l’avenir, l’un des plus grands obstacles auquel vous êtes confronté est votre esprit.

Le meilleur exemple de ceci que je peux vous donner est un article que j’ai lu quand j’étais à l’université, j’ai conservé ce magazine, c’était un magazine de l’US Air-Force avec un article sur le vol de l’U2 (j’ai récemment rangé mes archives). Et donc je pensais à ce qui se passait en 1976 alors que je parcourais le magazine et il y avait cet article sur ce nouveau système magique appelé GPS qui expliquait qu’un jour, si les États-Unis mettaient vraiment l’accent sur la miniaturisation électronique, le soldat pourrait porter un sac à dos pesant 10 livres et coûtant 10 000 dollars, qui lui dirait où il se trouve sur la surface de la terre. Aujourd’hui nous en rions parce que nous avons quelque chose qui fait cela, qui tient dans notre poche de hanche et qui ne coûte que quelques centaines de dollars, mais c’est aussi un appareil photo. Oh et d’ailleurs ce système GPS peut aussi vous dire où aller avec des instructions verbales si vous êtes perdu. Mais c’est un appareil photo, c’est un téléphone et il peut vous connecter avec des informations dans le monde entier. Maintenant, si l’auteur de l’article l’avait écrit en 1976, il n’aurait pas été autorisé à l’imprimer. On lui aurait ri au nez. Et pourtant, nous sommes ici en train de rire à ce sujet. OK? Mais ce que nous faisons, c’est que nous regardons en arrière depuis le futur de l’auteur. Lui, se tenait dans son présent en regardant vers l’avenir et donc toute l’astuce est de libérer les limites qui sont dans votre tête pour vous projeter dans l’avenir. Et si vous pensez que vous n’êtes pas sensible à ces frontières artificielles, faites cet exercice avec moi. Si je vous demande de nommer différents types de vaisseaux (ship) et que vous pensiez a un porte-avions ou a un destroyer, vous êtes un adulte incroyablement bien éduqué. Donnez-vous un F (la note F). Si vous pensiez à un avion ou un vaisseau spatial, donnez-vous un C. Je ne vous ai pas demandé de nommer des choses qui flottent sur l’eau, je vous ai demandé de nommer différents types de vaisseaux, et si vous pensiez à « friendship », « ownership » ou a « relationship » donnez-vous A. Voyez comme notre esprit va choisir la facilité et ajouter des règles qui ne sont pas en place. Mais la clé de l’avenir est de ne pas mettre en place des règles qui existent déjà. Et puis, tentez cette chance et selon toute vraisemblance, si quelqu’un rit de ce que vous dites, vous, vous tenez dans l’avenir et regardez en arrière, quand nous avons aperçu ces technologies, qui maintenant nous disent qu’il y a peut-être moyen de les faire.

Nous devons faire évoluer ces analyses et réaliser ces technologies pour l’avenir. Donc, un exemple de ce que nous pouvons être en mesure de faire, de l’application de cette mesure, c’est aujourd’hui une génération de personnes qui n’achètent pas de voitures. Ils utilisent le transport à la demande dans les villes. Pourquoi avoir une voiture. Imaginez si c’était international. Vous pourriez aller n’importe où sur la surface de la terre en quelques minutes, « instantanément ». Maintenant vous avez supprimé ce paramètre de distance et de temps qui vous sépare de vos amis de l’autre côté de la Terre. C’est à mettre dans un contexte où nous aurions cette technologie aujourd’hui. Imaginez la rapidité avec laquelle nous pourrions obtenir des fournitures là où elles sont nécessaires lors de catastrophes naturelles, livrées directement dans les quartiers plutôt que de les envoyer à bord de navires, dans des camions au travers des chaînes d’approvisionnements pour les faire parvenir à l’endroit où il y en a réellement besoin.

Ne pensez-vous pas qu’une technologie comme celle-ci puisse changer l’avenir? Je veux que vous imaginiez cela il y a 15 ans. Quand vous l’imaginez, il y a 15 ans, vous ne saviez même pas que vous aviez besoin d’un smartphone et maintenant vous ne pouvez plus vivre sans. La technologie dont nous parlons va nous ouvrir les portes d’un avenir qui est difficile, voire impossible à comprendre aujourd’hui. Nous préparons le terrain, « To the Stars Academy » prépare le terrain pour ce futur. OK? Et définir un avenir de cette sorte est, pour nous, très difficile à appréhender. Cette citation que vous voyez à l’écran en ce moment, du Directeur du Bureau des Brevets en 1843, mentionne l’annonce que « peut-être nous arrivons à une période où l’amélioration humaine doit cesser ».
Comment osons-nous limiter artificiellement notre avenir? Comment ose-t-on faire ça?
Il va y avoir un tas de gens qui vont nous donner toutes les raisons pour lesquelles quelque chose ne peut pas être fait. On va nous dire que cela ne peut pas être fait. Nous devons nous attendre à rencontrer des obstacles à la fois réels et instaurés. Mais nous croyons en cette quête. Absolument. Et assurons-nous que nous ne sommes pas distraits par ceux qui vivent à l’intérieur de ces limites invisibles. Merci beaucoup pour votre temps. J’espère que vous vous joindrez à nous pour ce voyage.

Tom DeLonge:
Donc, pour tous les gens qui essaient d’absorber tout ce que nous faisons, vous savez que nous avons monté une vidéo qui résume tout cela en quelques minutes. J’espère que ce sera la clé pour en savoir plus sur ce qui se passe réellement ici. Donc, maintenant, nous aimerions vous montrer cette vidéo. Et j’espère que vous la trouverez aussi émotionnellement intrigante que je l’ai trouvée pendant que nous le faisions.

— Vidéo —

Tom DeLonge:
Avez-vous déjà eu le désir de regarder au-delà, à la limite de ce qui est connu et inconnu. Nous avons la chance de faire quelque chose de révolutionnaire qui, je le pense, n’a jamais été tenté auparavant. Qu’arriverait-il si je vous disais que j’ai trouvé un groupe de personnes partageant la même position au sein du gouvernement américain, de la CIA, au Ministère de la Défense, de groupes d’ingénierie aérospatiale les plus avancés de notre établissement de sécurité nationale? Des personnes qui ont des compétences et qui recueillent et décodent des informations insaisissables. Ils voulaient tous faire quelque chose d’ambitieux qui pourrait aider à changer la conversation à propos de qui nous sommes, à travers une recherche sans précédent de réponses qui peuvent propulser l’humanité vers l’avant.

Aujourd’hui, nous vous présentons « To The Stars Academy of Arts and Science », un premier partenariat transparent entre les domaines de l’ingénierie scientifique aérospatiale et du divertissement cinématographique, une collaboration avec des citoyens du monde entier pour explorer les limites de la pensée conventionnelle et viser les mystères de l’univers pour les utiliser afin d’aider à unifier l’humanité.

Chris Mellon:
L’humanité est regroupée autour d’un feu de camp entouré par les ombres de l’univers infini et froid. Tom et les autres personnes impliquées dans cette entreprise veulent prendre des torches dans le feu. Partons à l’aventure, dans la pénombre pour explorer ces zones limites et découvrir ce qui s’y trouve.

Tom DeLonge:
Et si on donnait aux scientifiques des ressources pour étudier les limites de la théorie traditionnelle. Nous pourrions enfin rassembler une étude unifiée provenant d’érudits religieux, d’archéologues, de théoriciens quantiques et même des ingénieurs aérospatiaux les plus avancés de la planète.

Dr Hal Puthoff:
La vérité est que maintenant nous savons. La physique qui a avancé que quelque chose comme le Warp Drive (la déformation de l’espace temps) n’est pas hors de question.

Chris Mellon:
« To the Stars » représente une opportunité d’aller au-delà des frontières normales de l’aérospatiale pour créer des produits que nous pouvons qualifier de révolutionnaires… et ça c’est un mot trop léger.

Jim Semivan:
Je suis très excité à ce sujet. Je pense que c’est une opportunité pour nous de prendre certains sujets, qu’il s’agisse de phénomènes aériens non identifiés ou de PES (perception extrasensorielle) ou de télépathie, et de vraiment aller au fond des choses.

Dr Hal Puthoff:
Dès le plus jeune âge, je me suis toujours intéressé à l’avant-garde de la physique, juste à la limite. Ces temps-ci la physique générale devance vraiment la science-fiction.

Luis Elizondo:
J’étais responsable de la menace aérospatiale avancée qui traite des phénomènes non identifiés très sophistiqués. Au cours des 10 dernières années, nous avons parcouru un long chemin dans la compréhension de notre place ici dans cet univers. Il y a de la physique que nous ne comprenons pas encore complètement, ce qui ne signifie pas qu’elle n’est pas réelle, mais simplement que nous n’avons pas la capacité de comprendre cette physique.

Chris Mellon:
Je pense que nous sommes tous frustrés par le fait que notre gouvernement et notre science conventionnelle négligent certaines des questions les plus intéressantes, provocatrices et potentiellement importantes qui existent.

Steve Justice:
L’une des choses que nous devons faire est de nous mettre au défi de nous tenir dans l’avenir et de regarder en arrière vers notre présent. C’est la clé des avancées. C’est la clé pour changer la vie telle que nous la connaissons.

Luis Elizondo:
Je pense que c’est dans notre nature de sortir, d’explorer et de rapporter ce que nous voyons. Le fait est que nous ne sommes pas nécessairement seuls.

Jim Semivan:
Ces choses sont réelles. Ces choses sont là dehors. Elles sont là depuis longtemps. Elles ne proviennent pas du gouvernement ou d’un autre gouvernement dans le monde. Elles nous appartiennent. Ce sont des choses qui sont arrivées aux gens tout le temps. Et ce sont des choses que nous devons explorer. Et nous devons enfin nous rassembler pour comprendre de quoi il s’agit.

Tom DeLonge:
Grâce à notre technologie de pointe, nos propres programmes de recherche et de développement avancés et nos expériences de narration uniques, notre objectif est d’introduire ces sujets non conventionnels ainsi que leur potentiel d’influencer positivement le monde, à travers un modèle qui innove, éduque et divertit, afin de présenter un message positif et unificateur à toutes les générations, dans chaque pays et chaque système de croyance et pour la croissance de la conscience que nous désirons tous, si nous commençons ici en ce moment.

Luis Elizondo:
Je crois vraiment que le moment est venu pour nous d’aller de l’avant et de commencer enfin à répondre à certains des mystères les plus profonds de la vie.

Dr Hal Puthoff:
Nous pouvons soit avancer lentement soit prendre ce point de vue et dire « OK », allons de l’avant. Essayons d’obtenir cette science du 21ème siècle, ce siècle.  »

Tom DeLonge:
C’est le moment où nous vous invitons, le public, à aider à construire un changement de paradigme dans le mouvement mondial et à le posséder avec nous. Ensemble, nous pouvons créer un véhicule qui nous pousse vers l’avant où nous pouvons espérer apprendre que nous sommes beaucoup plus spéciaux et beaucoup plus connectés les uns aux autres que nous ne pourrions jamais imaginer. Et… Nous sommes à l’Académie des Arts et des Sciences Stars une société d’intérêt public.

– Fin de vidéo –

Tom DeLonge:
Nous vivons à une époque où une nouvelle vision universelle de nous-mêmes est possible et la technologie révolutionnaire est enfin à notre portée. Si nous avons juste le courage de le saisir, au lieu d’essayer de lancer des satellites dans l’espace avec des lasers, ce que nous essayons de faire c’est de produire des films majeurs qui suscitent l’imagination des générations à venir. La règle doit être la même. Personne, un gouvernement ou une institution cachée ne devrait posséder cette information et cette technologie pour lui-même et nous devons sans cesse rechercher à accéder à l’information qui façonnera notre avenir. Regardez de très près les personnes ici présentes et voyez qui elles sont, prenez conscience de leur provenance et pensez aux réalités de ce que cette équipe a la capacité d’accomplir et de fournir si nous sommes complètement équipés. Faisons partie de l’histoire et rejoignez-nous en son début. Nous ne pouvons pas attendre et dépendre d’autres, qui dépendent eux-mêmes d’autres, qui vont le faire pour nous. Et vous avez la capacité de vous l’approprier dès le premier jour et de garder tout cela dans les mains du public.

Et c’est mon but ici. Vous pouvez vous joindre à nous sur une partie de cette question parce que c’est ce qu’il faudra pour que cela se produise. Et vous devez visiter le site Internet de l’Académie « To the Stars » et cliquer sur le bouton Investir pour en apprendre davantage sur la réglementation d’un financement participatif équitable et ce processus qui supprime l’intermédiaire et démocratise l’accès à la propriété d’actions. Aller à https://dpo.tothestarsacademy.com/, vous pouvez lire la circulaire d’offre, vous pouvez voir le plan d’affaires, vous pouvez voir les opportunités d’investissement et tous les risques liés à investir dans ce type d’aventure. Mais c’est peut-être la seule fois dans l’histoire que vous verrez l’un des plus grands ingénieurs aérospatiaux du monde, un haut responsable du renseignement de la CIA, deux anciens hauts responsables du Pentagone et un physicien expérimental du CRD (Comité de Recherche sur le Défense), faire un grand pas en confiance pour vous dire quelque chose.

Et je vous demande d’écouter très attentivement… Ces gars-là ont vraiment pris le risque de s’isoler et la seule façon d’en sortir est de le faire dans le domaine public et la seule façon de le faire c’est que si vous nous aidez, nous vous offrons la possibilité d’être au rez-de-chaussée du building du futur. Et ce n’est que le début. Il y a tellement plus à venir. Nous faisons l’histoire et je vous invite à être merveilleusement surpris par ce que nous avons en réserve. Merci beaucoup.

 

Les DRONES au-dessus des sites nucléaires ou les DROVNIS

Article de Claude LAVAT et Christian COMTESSE
Avril 2017

Cet article est publié avec de nombreuses illustrations
dans le numéro spécial 01 de LDLN Lumières Dans La Nuit

Voir plus d’infos sur la disponibilité du magazine

1ère partie
Par Christian COMTESSE

Depuis 2014 et jusqu’à aujourd’hui, nous entendons sporadiquement que telle ou telle Centrale Nucléaire ou encore installation sensible liée au nucléaire a été survolé e par un ou des engins non identifiés et qui ont été nommés par facilité et pour rassurer la population, des drones. Rassurer la population ce n’est pas si sûr que ça.

En effet, comment ce terme de DRONE a été généralisé et imposé par les médias ?

En fait, alors qu’en général ils sont très avares en information, c’est l’un des responsables d’une centrale nucléaire qui, curieusement, va vers les journalistes pour déclarer, je cite : « un engin volant non identifié a survolé ma centrale ». Engin volant ! Objet volant ! le rapprochement est facile mais réel.
Quelques jours plus tard, c’est un second responsable de centrale qui, lui aussi, interpelle les médias pour déclarer, je cite : « un engin assimilé à un drone a survolé ma centrale » et c’est ainsi que l’ensemble des médias de tous bords ont ensuite désigné ces engins « drones » tout simplement parce qu’un drone on connait, un ovni c’est du farfelu.
C’est aussi un directeur d’EDF déclarant devant les télévisions : « que l’on me dise ce qui survole mes centrales », pratiquement un appel à l’aide lancé vers un État muet.
Muet mais pas longtemps : la réponse « rassurante » est rapidement assénée par les mêmes canaux : ce sont des drones manipulés par Greenpeace ou d’autres groupements anti-nucléaires : des affirmations démenties le jour même par le représentant de Greenpeace qui rappelle que son association n’aurait pas manqué une telle occasion de se faire de la publicité gratuite et mondiale si ces survols étaient de son fait !

Mais voilà que Pascal PEZZANI, directeur de la centrale nucléaire du Blayais, démonte et met par terre la version « drones » en dérogeant aux règles de silence et à l’obligation de réserve en déclarant « C’est un ovni, pas un drone qui a survolé ma centrale ». Le mot a été prononcé mais ne fera réagir aucun de ces médias même après la description faite de l’ovni en question.

Rien que ces éléments, qui sautent aux yeux et aux oreilles, auraient dû faire réagir l’ensemble de la communauté ufologique mais aussi les médias qui, engoncés dans leurs préjugés et une ignorance pathologique du sujet et peut être même sous contrôle n’ont fait que bafouiller quelques explications maladroites.
Il y a bien eu deux ou trois tentatives d’émissions télévisées mais elles ont été dans le sens des drones, et non des ovnis.

Les relations entre les observations d’ovnis et le nucléaire ne fait plus aucun doute. Même une analyse réalisée par Michael VAILLANT qui travaille au GEIPAN en démontre la réalité. Ainsi qu’un article écrit par Claude LAVAT sur le site de l’Académie d’Ufologie, l’une des rares associations Ufologique à avoir commenté cette histoire.

Alors la question se pose aujourd’hui. Ces survols sont-ils véritablement des ovnis ou comme on tente de nous le faire admettre des drones. Manipulés par des gosses facétieux ou des concurrents étrangers jaloux de la suprématie française dans le domaine du nucléaire civil et militaire?
Nous recensons plus d’une centaine de survols de sites sensibles tous confondus, liés au nucléaire qui ne comprennent que ceux qui nous sont signalés. Il y a bien entendu les centrales nucléaires, mais aussi les sites de recyclages et de stockages de produits irradiés et des villes comme Paris, Bordeaux, Strasbourg par exemple, qui ont fait l’objet d’observations DROVNIENNES. Il semble que depuis plus d’une années un black-out ait été mis en place et c’est d’autant plus préoccupant. Que manifestement il dure encore alors que nous recevons encore des signalements. Déjà depuis 2010 nous avons la certitude que les habitants demeurant à proximité des centrales nucléaires subissent des pressions pour ne rien signaler de ce qu’ils observent au-dessus de ces centrales. Nous tenons cette information de personnes, ufologues, travaillant pour des artisans ou des compagnies de téléphonie et d’électricité qui visitent ces gens. Inutile de poser la question, cela ne concerne pas l’opinion publique. Il ne faut pas que la réputation dangereuse du nucléaire soit en plus aggravée par un danger venant de l’extérieur, ces fameux « Drovnis » néologisme prononcé par Claude LAVAT, lors d’une interview donnée sur BTLV en Octobre 2014, qui est à l’inventeur de ce terme.

Quelques dates importantes et connues médiatiquement : ou par d’autres sources plus « autorisées » : En janvier 2015 on dénombrait 19 centrales nucléaires survolées, mais pas que. Les 26 et 27 janvier, le site militaire de l’île Longue, dans la rade de Brest, où sont abrités les quatre sous-marins nucléaires lanceurs d’engins français a aussi été visité. Dans la seule soirée du 31 octobre 2014, pas moins de six sites ont été visités, dont certains à deux reprises, entre 18 heures et 22 heures soit en 4 heures : les centrales de Saint-Laurent-des-Eaux (Loir-et-Cher), Dampierre en Burly (Loiret), Bellevillesur-Loire (Cher), Fessenheim (Haut-Rhin), Flamanville (Manche) et Penly (Seine-Maritime).

S’il s’agissait de drones une telle simultanéité sur une si vaste étendue de territoire suppose une organisation démentielle et des moyens logistiques et même financiers de grande ampleur, qui n’est pas à la portée d’une bande de plaisantins équipés de drones vendus dans un super marcher ou fabriqués dans les caves d’un bricoleur.

En 2014

– Cattenom (Moselle) les 11 octobre et 10 novembre.
– Le Blayais (Gironde) le 13 octobre.
– Chooz (Ardennes) le 19 octobre.
– Gravelines (Nord) 19 octobre.
– le site du Bugey (Ain) a été survolé quatre fois entre le 19 octobre et le 6 novembre. Ainsi que trois fois pendant sa construction et à l’arrivée du combustible nucléaire sur le site, également, en Octobre 2007.
– La centrale de Nogent-sur-Seine (Aube) a été la première à être survolée en 2015 : deux drones ont été aperçus au-dessus de ce site qui avait déjà été visité le 19 octobre. -Flamanville (Manche) le 31 octobre.
– Penly (Seine-Maritime) les 31 octobre et 13 novembre.

– Golfech (Tarn-et-Garonne) les 31 octobre et 12 novembre.
– Saint-Laurent-des-Eaux (Loir-et-Cher) le 31 octobre.
– Dampierre-en- Burly (Loiret) les 31 octobre et 2 novembre.
– Fessenheim (Haut-Rhin) le 31 octobre.
– Saint-Alban (Isère) le 5 novembre.
– Marcoule (Gard) les 6 et 18 novembre.
A ces centrales, il faut ajouter le siège du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) de Saclay, dans l’Essonne, survolé en octobre. Greenpeace avait également évoqué un survol de la centrale du Tricastin, dans la Drôme, ce que la direction du site a démenti.

Les témoignages de gendarmes recueillis sur le site de Creys-Malville parlent de survols dans des conditions météo de vents de 70 km/h et avec une pluie battante. On a des hélicoptères à Golfech qui suivent pendant 9 km ces drones. On a un drone qui circule entre Flamanville et la Hague sur 18 km. La thèse des petits drones que l’on pilote à partir d’un smartphone accoudé à sa voiture ne tient pas du tout la route.

Ces « drovnis » continuent à sévir aujourd’hui avec des informations plus difficiles à obtenir et sous un silence tonitruant des autorités. Et là, cela nous interpelle. Il ne nous semble pas possible qu’aucun service de l’état ne soit intervenu sur ce dossier, notamment la Police et la Gendarmerie, mais surtout les services de renseignement qui ont toutes les possibilités pour obtenir des informations sur l’état islamique mais pas sur les pilotes de ces dangereux drones ? C’est tout simplement insensé. Des recherches ont dû être réalisées, des écoutes téléphoniques, des analyses venant d’opérateurs de téléphones mobiles. Si cela a surpris les Gendarmes des premières centrales survolées, deux ou trois, les suivantes devaient faire l’objet d’une alerte nationale et nous sommes convaincu que ces Gendarmes, s’il s’agissait véritablement de drones, auraient fait ce qu’il faut pour les intercepter. Un simple fusil équipé de cartouche de bal trappe pouvait descendre un drone sans danger pour les infrastructures environnantes. Ce dernier prétexte ne tient pas quand on est un peu au fait des armes à feu et de la balistique.

Il n’y a pas que la France qui est touchée par ce phénomène, L’Allemagne, la Suisse, la Belgique, les Etats Unis aussi ont fait l’objet de ces incursions au-dessus de sites sensibles surveillés, sans pour autant avoir plus de résultats pour intercepter ces engins.

Nous n’avons trouvé que deux articles mentionnant de véritables drones survolant les centrales nucléaires :

-Un drone amateur a survolé la centrale nucléaire de Leibstadt en Suisse, revendiqué (vidéo a l’appui) par un certain Jürg Knobel qui habiterait à proximité de cette centrale.

-Drones : « Survoler une centrale nucléaire, c’est excitant » Article de Thierry Boinet
– Le Journal du Dimanche. Le personnage prétend qu’un groupe de développeurs s’amuserait à réaliser ces survols par excitation et par bravade de l’interdit. Ce n’est pas très crédible.

Une arrestation de 3 jeunes en novembre 2014. Gardés à vue les suspects n’ont rien à voir avec des affaires similaires. Source Euronews.

Par contre aucune vidéo revendicative de ces survols par des petits malins, excités, voulant braver les interdits n’est déposée sur internet. RIEN. Si c’était des jeunes voulant braver l’interdit ils se feraient un plaisir de montrer et de promouvoir leurs exploits, mais là RIEN.

Des terroristes n’ont pas besoin de risquer de se faire prendre en réalisant des images via un drone alors que toutes ces images se trouvent déjà sur internet. (Voir Les captures des centrales de Golfech et de Blayais sur Google Map ci-dessus)

Par contre remplacer une caméra sous un drone par une charge explosive de quelques centaines de grammes pourrait faire de gros dégâts. Pas sur les réacteurs qui sont ultra protégés, mais sur les transformateurs qui sont bien visibles sur Google Map, par exemple. Le plus « facile » étant de larguer un morceau de câble métallique sur les lignes THT non surveillée sous protégées en pleine campagne !

Mais rien de tout ça. Cela n’a aucun sens. On a bien tenté de nous faire croire à des exercices militaires, mais ceux-ci sont traçables, ils sont planifiés, financés et font l’objet de certaines procédures qui impliquent d’informer au minimum les maires des communes, la Sécurité Civile, certaines personnalités et surtout les responsables de la ou des centrales nucléaires concernées et aussi le Préfet. Or là non plus il n’y a rien, et surtout il n’y aurait pas de plans déposés et le tapage médiatique aurait été évité.
Et puis depuis cette date on aurait eu au moins l’un des militaires impliqués qui aurait parlé. D’innombrables plaintes ont été déposées. Ces plaintes ont fait l’objet d’enquêtes judiciaires ce qui a donné l’occasion au Geipan de ne « rien faire » Une instruction a même dû être mise en place. Qu’en est-il aujourd’hui ? Aucune information ou déclaration ne filtrent. Là on respecte à la lettre le secret de l’instruction.
Un sondage sur 715 personnes posait la question : « Les drones représentent-ils, pour vous, une nouvelle menace ? » 73 % des sondés ont répondus OUI.

Alors si les petits malins ne sont pas les responsables de ces survols. Si les militaires ne le sont pas non plus. Si les terroristes n’ont rien à voir dans cette affaire. Il ne reste plus qu’une épine dans le pied des autorités, c’est les engins exotiques et cela met dans l’embarras toutes nos structures officielles qui ne peuvent ou ne veulent pas admettre cette possibilité. C’est tellement plus facile de faire croire à tout le monde qu’il s’agit de drones et non d’ovnis comme le déclare le responsable de la centrale nucléaire de Blayais.
Et le « rasoir d’Occam » est largement émoussé.

Quand on a quelques connaissances en transmission radio on sait que les lignes très hautes tensions « THT » (225 000 volts et 400 000 volts) qui sortent des centrales nucléaires perturbent grandement les ondes radios.
On sait aussi que les drones sont limités en distance entre l’opérateur et l’engin.
On sait encore que la durée de vol est très limitée de l’ordre de 15 à 20 minutes maxi, suivant le poids et la consommation électrique de l’engin et si, en plus, il dispose de projecteur énergivore.
On sait aussi que la pluie le vent l’obscurité sont autant de problèmes pouvant provoquer la panne et/ou la chute du drone.

Les rares descriptions dont nous disposons n’ont rien à voir avec des drones. On parle d’engins de plusieurs mètres de long de forme ovales. – d’absence total de bruit et on sait que les drones font un bruit caractéristique et puissant s’ils sont visibles.
– de lumières surpuissantes incompatibles avec les possibilités techniques d’un drone.
– de vitesses démesurés pouvant même semer un hélicoptère militaire.
– de durées de vol impossibles pour des drones même professionnels.
– de condition de vol, par grand vent et/ou sous la pluie, incompatibles pour un drone.

Nous n’avons pas la prétention d’avoir toutes les infos au sujet des drovnis qui survolent nos centrales nucléaires, mais avec ce que nous vous présentons comme arguments vous avez ce qu’il faut pour vous faire une idée et conclure par vous-même. Cette affaire a une dimension qui est bien plus préoccupante qu’il n’y parait. Et ce qui est encore plus préoccupant c’est le silence des autorités qui laissent trainer cette affaire qui est déjà oublié par une grande partie de la population. Le GEIPAN quant à lui n’a pas jugé utile de s’intéresser à cette affaire, puisque des plaintes ont été déposées et que les journaux parlent de Drones cela ne le concerne donc pas.

Pour nous, cette histoire de drones ne tient pas la route.

Alors si ce n’est pas des drones.
C’est quoi ?

Christian COMTESSE
Ancien Président de l’association « Les Repas Ufologiques »
Membre du bureau des Repas Ufologiques.
Membre de l’académie d’Ufologie
Membre fondateur de la FEA

 


 

2ème partie
Par Claude LAVAT

L’enquête scientifique ou l’occasion manquée

 

L’OCCASION MANQUEE
A ma connaissance aucun organisme civil n’a entrepris une étude scientifique de ces manifestations « drovniennes » qui se déroulaient plusieurs fois chaque semaine, systématiquement sur les mêmes catégories de sites et donc prévisibles.
Si un organisme militaire (DGA ou autre) a enquêté, les résultats de ces enquêtes ont certainement été classés « secret Défense Nationale », au plus haut niveau des secrets d’Etat, ou peut-être directement communiqués à nos « alliés » américains.
Voici les questions auxquelles j’aurais tenté de répondre, si j’avais organisé une enquête scientifique :

A/ au plan physique:

A-t-on observé des perturbations ou modifications dans les domaines suivants :

1/ nucléaire : variation des flux de neutrons ou de leurs vitesses.

2/ électrique : variations de la tension et de la fréquence de la puissance électrique fournie.

3/ électronique : questions identiques concernant les systèmes de régulation-gestion automatique et de sécurité (passage en « mode dégradé » ; référence : Minot et Malstrom).

4/ mécanique-acoustique : observation de vibrations inhabituelles dans les machines tournantes ou dans les transformateurs de puissance, signes de champs magnétiques parasites de forte intensité.

5/ quantique : distorsions des spectres des séries de nombres délivrées par un GNA (générateur de nombres aléatoires) ou de tout autre processus stochastique fonctionnant à proximité des installations fixes ou mobiles survolées par les « drovnis » ;

6/ physique relativiste : les sismomètres surveillant les sites concernés ont-ils enregistré des signaux symptômes de modifications rapides et locales de la gravité ? A-t-on remarqué des altérations de l’aspect de l’éclairage des installations ou des images capturées par les nombreuses caméras de surveillance pouvant indiquer un éventuel effet de « lentille gravitationnelle ?

7/ Champs néguentropiques : (réf : http://ufolog.eu/category/claude_lavat/neguentron/). Les personnels présents sur les sites pendant leurs survols ont-ils été sujet aux divers épiphénomènes prévus par la théorie des « champs néguentropiques », tels que des comportements inhabituels, suggestions, ressenties ?

Si l’on recueille une réponse positive à l’une des questions précédentes, quels ont été les niveaux d’énergie reçue nécessaire pour engendrer les phénomènes constatés ?

8/ Intrication entre notre univers à 4 dimensions et l’éventuel « l’univers parallèle de provenance des « drovni : » effet Doppler symétrique » observés sur les radars primaires couvrant éventuellement les régions concernées, ainsi que par le système GRAVES ?

Réf : http://www.ufolog.eu/effet-doppler-symetrique/

9/ Environnement technique général : A-t-on effectué une enquête statistique concernant les paramètres suivants des sites visités : MTBF des équipements espérances de vie, projets de démantèlement pour cause de défaut s dans le « beurrage » des cuves et couvercles de cuves etc.

B/ au plan Humain :

Qu’a donc observé M. Pascal Pezzani, Directeur de la centrale de Blayais, homme compétent et responsable qui lui a permis de déclarer « officiellement » lors d’un conseil d’administration de sa centrale et plus tard publiquement à la presse locale : « ce que j’ai vu survoler ma centrale n’est pas un drone mais un ovni » déclarations n’ayant pas reçu de démenti de la part de sa hiérarchie et des ministères de tutelle.
Ce haut fonctionnaire détient certainement des éléments qui auraient dû attirer la curiosité de nos scientifiques-fonctionnaires.
La liste des domaines énumérés ci-dessus n’est évidemment pas exhaustive !

Une « lettre ouverte » adressée en RAR au Ministre de la Défense, lettre écrite dans le cadre de l’Académie d’Ufologie le 6 Décembre 2014 est restée sans réponse, illustrant une fois de plus le mépris affiché par des « élites » ? autoproclamées vis-à-vis des scientifiques de la « Science d’En BAS ».

Un article que j’ai fait paraître sur le site de l’Académie d’Ufologie expose les conclusions d’une analyse de cette vague de « drovnis » analyse faite en application des méthodes de la recherche opérationnel aboutissant au résultat suivant :

IL S’AGIT BIEN D’UNE OPPERATION DE COMMUNICATION – DISSUASION :

Avec comme points forts : les survols symboliques du siège d’AREVA, de site de Saclay (drovni de 3 mètres d’envergure), le survol du centre de calcul et de simulations d’armes nucléaires du CEA, à Limeil Brévannes (Val de Marne), en AOUT 2014.
Le survol le plus ancien que je connais est celui de la centrale de Brennilis en Bretagne en février 1961, cette centrale étant la première du plan nucléaire lancé par le Général De Gaulle.

Après les ETATS UNIS en 1945 -1970, la France devenue première nation pour l’exploitation civile et militaire du nucléaire « intéresse » les intelligences manipulant les « drovnis ».

Singularité du phénomène DROVNI :

Une difficulté essentielle d’étudier ce sujet tient au fait qu’il se trouve à la croisée de deux domaines réservés à quelques institutions de l’establishment et interdits aux citoyens : LE NUCLEAIRE ET LES OVNIS.

MORALE DE L’HISTOIRE :

Il revient donc à nous citoyens responsables, chercheurs bénévoles de la SCIENCE D’EN BAS les « véritables » scientifiques, d’assumer ce que la SCIENCE D’EN HAUT partiellement corrompue, et aux ordres de pouvoirs politiques en pleine apoptose, ne veut reconnaître ni même connaître, trahissant ainsi son rôle essentiel dans l’aventure humaine.

Claude LAVAT
auteur de « OVNIS : L’HYPOTHESE EXTRATERRESTRE GENERALISEE, LA TRANSFORMATION STENOPEIQUE, HIC SUNT LEONES » – ABM éditions ;
membre fondateur de l’Académie d’Ufologie.

On peut contacter les auteurs :

Christian COMTESSE :
Téléphone : 06 80 20 13 62
Courriel : moliere57@wanadoo.fr

Claude LAVAT :
Téléphone : 06 82 16 61 63
Courriel : ovniologue@outlook.fr