Équation de DRAKE, évolution, conséquences

Le n° 502 de CIEL et ESPACE paru en mars 2012 semble fort heureusement attirer l’attention de ses lecteurs sur la possibilité et même la probabilité (« l’espoir ») d’existence d’autres civilisations dans l’univers.

1 – Rappel

C’est en 1961 que l’astrophysicien Frank DRAKE écrivit cette fameuse équation visant à évaluer le nombre de civilisations joignables dans notre seule galaxie.

La forme développée de cette équation est la suivante:

N = Ket x Ppl x Npl x Pv x Pint x Pcom x T [1]

Les termes de cette équation sont définis comme suit:

N « joignables » avec les moyens connus en 1961, essentiellement ceux de l’astronomie optique et de la radioastronomie.

Ket = taux de formation des étoiles dans notre galaxie,

Ppl = probabilité qu’une étoile possède au moins une planète,

Npl = nombre moyen de planètes habitables par étoile,

Pv = probabilité que la vie apparaisse sur une planète habitable,

Pint = probabilité que cette vie soit intelligente,

Pcom = probabilité que cette intelligence sache communiquer avec d’autres planètes,

T = durée d’existence d’une telle civilisation.

 

2 – Facteurs additionnels

Deux catégories de facteurs supplémentaires me semblent devoir être pris en compte:

2.1 facteurs exogènes (Fex)

Les caractéristiques physiques et les stratégies apparentes développées par l’intelligence ou les intelligences responsables des phénomènes ovnis peuvent s’inscrire dans la chaîne rétrocausale suivante:

Chaine rétrocausale équation de Drake

 

Dans le tableau précédant, chaque élément de rang n = 1, 2, 3, …6 est l’effet, de l’élément de rang n + 1.

L’élément de rang 7 ne semble pas être accessible scientifiquement dans l’état actuel de notre science.

2.2 facteurs endogènes (Fend) générés par notre civilisation

D’une manière similaire à la chaine précédente ont peut définir une chaine algorithmique rétrograde nous autorisant l’observation de phénomènes ovniens et nécessitant l’existence de conditions physiques (technologies et sciences) permettant ces observations mais impliquant aussi des facteurs psychosociologiques annihilant nos barrières de protections sociétales (« l’immunosociologie » de Jean Pierre PETIT). Seule l’intersection de ces deux chaines rétrocausales permettrait un contact entre notre civilisation et une (ou des) exo civilisations.

 

Je propose donc de compléter le membre de droite de l’équation de DRAKE [1] par l’adjonction du facteur exogène Fex défini en 2-1 et du facteur endogène Fend défini en 2.2.

A noter que je comprends sous le terme de « technologie » les techniques et les technologies dépendant des sciences sémiologiques et pas seulement celles concernant le support physique de l’information.

L’équation initiale de DRAKE [1] prendrait la forme suivante :

N = Vet x Ppl x Npl x Pv x Pint x Pcom x T x Fex x Fend

 

3 – Conséquences épistémologiques

La nouveauté conceptuelle introduite par l’adjonction des facteurs Fex et Fend résulte essentiellement de l’émergence des facteurs d’ordre moral ou éthique ainsi que psychosociologique dans l’ovniologie actuelle.

Il faudrait donc, ainsi que je le propose dans mon livre « Ovnis l’Hypothèse Extraterrestre Généralisée, la Transformation Sténopéïque » édité chez ABM, que toute institution privée ou étatique dédiée à l’ovniologie fasse appel à des compétences dans ces domaines, ceci confirmant une fois de plus la nécessité d’une approche pluridisciplinaire à la question ovnienne comme cela a aussi toujours été le cas dans l’étude des civilisations terrestres.